Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: requiem d'un dieu

  1. #1
    Date d'inscription
    April 2007
    Messages
    388

    requiem d'un dieu

    Requiem d’un dieu

    « Fable du divin, écoute au-delà de toute vérité. Car je t’annonce la fin.
    Tu vis depuis l’éternité. Tu t’es senti seul, bien seul, durant un nombre d’existences qui est proche de ce que tu as créé : l’infini. Tu possèdes de grands pouvoirs et tu ne peux pourtant comprendre : pourquoi tu n’arrives pas à vivre dans la plus profonde solitude qui est ta demeure. Pour briser ce monde qui était tien, tu as réfléchi à un puissant sortilège pendant ce qui représente pour moi, une vie. Et le sort que tu as créé : c’est le sortilège de la vie.

    Tu plantes une graine magique dans un recoin de ta demeure. Cette graine concentre sa magie toute puissante. Mais elle demande un sacrifice pour agir. « Pour donner la vie, il faut sacrifier une partie de la tienne » lui raconte sa futur plante. Si le dieu que tu es avait été aussi sage qu’il l’avait été une éternité plus tôt, tu n’aurais pas choisi d’offrir ta vie. Ton sacrifice de vivant offre le pouvoir ultime à ta graine. Ce pouvoir lui permet d’exploser dans le pire des fracas : le big bang . Le dieu devient le premier des esprits. Il a toujours tous ses pouvoirs et reste immortel. Il vit maintenant en symbiose avec sa plante et il suit son explosion. Elle donne naissance à de nombreuses galaxies et de magnifiques soleils. Ravi de ce spectacle qui est pleine expansion, tu viens de créer l’univers. A ta plus grande joie, de petits artefacts se forment. Ils ont des couleurs qui dépassent ton imagination qui est pourtant divine. Tu vois ce que tu nommes les planètes, les lunes et autres astéroïdes. Mais derrière ces artefacts, plus petit encore pour tes yeux immenses, que d’autres artefacts se forment encore plus jolis. Tu vois ce que tu appelles des volcans, des chutes brillantes (étoiles filantes) et autres phénomènes miraculeux. En regardant chaque planète avec ton esprit infini, tu découvres le dernier des artéfacts : les vies éphémères. Ils sont très rares et provoquent en toi le phénomène que tu appelles : merveille. Chaque planète rare, tu y fais une constatation. Elles ne peuvent donner cette merveille que dans certaines conditions : chaleur, lumière, eau et autre mélange magique. Mais sur des planètes encore plus rares que les autres, tu y vois le plus beau des phénomènes : une vie intelligente capable de communiquer.
    De ton doigt spectral, tu cherches à les caresser … Mais tu ignores la première fois que ton esprit tue au simple contacte. Tu détruis ce que tu as créé de ton vivant. Alors, tu désignes une place qui est la tienne : l’observateur qui peut accomplir des miracles.

    Le temps passe et tu le ressens plus fortement. Même dotées d’un minimum de conscience, tes créatures, que tu n’as pas vraiment créées, n’ont pas un véritable intérêt à tes yeux qui ont vu beaucoup. Tu commences à revenir en arrière … Tu perds toute fascination. Pour la première fois depuis la création de l’univers, tu décides de retourner voir ta graine. Celle-ci est devenue un arbre magnifique. L’arbre de vie regarde son créateur et l’écoute avec attention. Dieu veut quelque chose de nouveau, une chose qui peut le fasciner perpétuellement. L’arbre de vie réfléchit. Il propose de créer des êtres vivants qui ressemblent à son créateur et qui pensent comme toi tout en te respectant en retour. Dieu approuve la proposition et ordonne que cela soit fait. Elle lui prévient en contre partie que ceci demande un sacrifice. Qu’il en soit ainsi ordonne-t-il avec fracas en perdant toute sagesse. L’arbre de vie ne prit même pas le temps de dire le sacrifice et lança la machine dans un bruit sourd. Il s'agit en vrai d'un rayonnement particulier. Un rayonnement qui a pour but de donner le pouvoir à certaines créatures, le don de dieu. Ainsi naissent de petits dieux. Tous très différents avec des comportements plus ou moins importants. Tes enfants te regardent avec des yeux tout ronds et te nomment père.
    Au fils des millénaires, les petits dieux apprennent comment devenir plus puissant comme leur père. Ils regardent et découvrent les planètes. Cependant, certains vieillissent et même meurent ! Ne comprenant pas ce phénomène, tu décides d’aller quérir ta plante une seconde fois. A ta grande surprise, la belle plante avait pris également un coup de vieillesse. Ses éclats disparaissent les un après les autres et se transforment en trou noir et autres phénomènes chaotiques. Elle meurt également. Dans ton désarroi, tu lui demandes ce qui se passe. Elle te répond tout simplement, qu’elle a sacrifié sa propre vie pour donner naissance aux enfants de son créateur. Son pouvoir étant inférieur au tien et elle n’a donc donné naissance qu’à des êtres qui possèdent des vies de courte durée. Suite à sa réponse, elle se tut à jamais. Dans son soupir, elle lança une douce musique.

    Pour toi, tes enfants sont tout ce qu’il a de plus cher. Tu ne veux plus les voir disparaître. Par conséquent, tu leur offres une clé pour obtenir le pouvoir de donner naissance à une autre vie. Une fois cela mis en place, les enfants dieux fusionnent leur vie avec ses nouveaux nés : moi et tous les autres ; les Hommes. Grâce à notre don de la reproduction, les petits dieux pouvaient vivre à l’infini tant que leurs fidèles restaient en vie pour prier la miséricorde et le pardon. En observant, nos comportements, tes enfants apprennent ce que nous avions nous même inventé, nous l’image des dieux. Notre invention s’appelle : le jeu. Trouvant ceci distrayant, les enfants divins inventent en même temps que nous des jeux. Mais voilà … le jeu engendre un groupe de gagnant et de perdants … provoque le sentiment de revanche et aussi la rancune. Ces mauvais sentiments prennent de l’ampleur et en créent de nouveaux … plus terrible les uns que les autres. Sous tes yeux qui avaient perdu leur sagesse, tu ne voyais pas. Et tu n’entendais pas la douce symphonie qui devenait plus forte.
    Ce qui entre dans le cœur des dieux, entre dans le cœur des nouveaux nés. Ainsi, apparaissent les guerres entre les fidèles des dieux. Les plus faibles sont écrasés et éliminés. De nouveaux dieux meurent car ils ont perdu tous les fidèles qui leur permettaient de vivre à tes côtés. Et tout cela sous ton regard sans faille. Pourtant tu ne viens pas, tu n’interviens pas, tu ne lèves même pas le petit doigt spectral … il t’est pourtant facile de tout corriger, d’éviter l’extermination de tes enfants … mais au contraire : tu regardes tout cela avec fascination. Tu vois le massacre de ta création pour ton plus grand plaisir. Tu vois … Et tu n’entends pas la mélodie qui devient de plus en plus forte.
    Il ne te reste plus que deux enfants. Ils sont très puissants et leurs armées sont immenses. Une guerre totale dans l’univers infini. Un spectacle qui dure quelques millénaires … et qui voit bientôt la fin. Moi qui suis le dernier prêtre, je t’annonce enfin le vainqueur. Le néant. J’entends ton scandale, ton déchirement et ta colère. Tu vois tes derniers enfants tombés dans l’oubli et tu nous vois tomber tous. Lis mon testament et tu auras ton avenir. »

    A ces mots, le prêtre tombe suite à ses blessures. Son petit dieu disparaît avec lui. Le grand dieu rit après la fable du prêtre et la chute du dernier. Puis soudain plus rien. Il ramasse le testament pour y lire les petites divinations d’un misérable résidu de vie. Il lit que commence les derniers vers du « Requiem d’un Dieu » et qu’à la fin du texte, la dernière note sera jouée. Il pulvérise la prédiction et regarde son immense monde, son univers … qui vient d’éteindre sa dernière étoile. Le grand dieu regarde misérablement la dernière flamme de son univers et se retrouve dans le noir de la mort. Le Requiem est terminé dans le plus profond silence de la mort.




    Voici une autre nouvelle qui se trouve à l'origine un essais rôle play de world of warcraft (une histoire assez longue qui m'a permis de m'entraîner avant d'attaquer l'histoire de Baldur's gate). Peut-être aller vous me dire que c'est du Bernard Werber, mais j'ai écrit cette histoire avant de lire certains romans de cette illustre personne . Merci d'avoir lu

  2. #2
    Trichelieu Invités

    Re : requiem d'un dieu

    C'est plutôt intéressant, voire même grisant. Et quant à l'influence de Werber, elle est certes présente, mais je trouve que tu sublimes le genre ... Il y a quelque chose ! Je vais tout de suite lire les autres productions pour compléter mon avis !

Discussions similaires

  1. Course d'orientation : le faux-jeton, le faux dieu et la rôdeuse (les verts !!)
    Par Lothringen dans le forum Les Olympiades de Manost
    Réponses: 96
    Dernier message: 25/02/2009, 16h06
  2. Besoin d'un fichier SVP
    Par Slythe (Non inscrit) dans le forum La Taverne de Château-Suif (Baldur's Gate 1)
    Réponses: 3
    Dernier message: 19/09/2008, 07h22
  3. [ITM] Comment attribuer un nom et une description à un objet ?
    Par Lord Snow dans le forum Objets et magasins
    Réponses: 4
    Dernier message: 02/08/2007, 21h49
  4. Votre dieu préféré ?
    Par Arthurius le Paladin dans le forum Le Comptoir d'Amn
    Réponses: 61
    Dernier message: 29/05/2006, 12h47
  5. [JEU] Tomi le Dieu des Voleurs
    Par Vazdru solitaire dans le forum L'Académie de Padhiver (NWN 1)
    Réponses: 13
    Dernier message: 29/12/2005, 18h41

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231