Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

Discussion: essai fantastique

  1. #1
    centelm est déconnecté En cours d'inscription
    Date d'inscription
    May 2006
    Localisation
    33
    Messages
    20
    Oyez! Venez entendre la véritable histoire de Centelm le mage! Toi là petit homme sort donc ton nez de cette pinte, et viens t'asseoir près du feu avec les autres. Je suis sur qu'une place entre ce fier paladin et cette frêle mage te siera parfaitement.
    Voici donc l'histoire de Centelm le mage, dont les exploits sont tombés de la bibliothèque d'Astinus et se sont renversés de part et d'autre du monde. Nombre de menestrels ont rassemblé les exploits du mage, et cette histoire en fait partie.

    Attise le feu aubergiste que le crépitement du bois, célèbre mon récit.


    Le soleil descendait peu à peu sur le village de Yénia. Les arbres filtraient les rayons laissant ainsi s’abattre une douce lueur orangée sur les habitations. Au pied d’un vieil arbre le bûcheron s’attardait encore à son labeur, troublant le silence crépusculaire de ses coups de hache. Sur les collines au dessus du village une faible brise agitait les herbes hautes et venait faire frémir les feuillages. Assis sur un rocher, les genoux ramenés sous le menton, Centelm savourait ces instants. Il s’allongea pour mieux écouter le bruissement du ruisseau qui filait sous son perchoir. Phartange l’archi mage devait s’indigner de son absence au conseil… Centelm sourit à cette idée et s’assoupit, ivre de liberté.
    Il fut réveillé par un petit groupe d’enfants, qui jouait dans le ruisseau, à première vue ils construisaient un barrage. Centelm observa la petite troupe qui visiblement ne l’avait pas remarqué : quatre garçons et trois filles. Les garçons apportaient les pierres et les filles désignaient les places de celles-ci. Tout semblait se dérouler pour le mieux quand le barrage céda en un point, entraînant d’autres pierres. Les architectes en herbe, affolés tentèrent de colmater la brèche mais l’eau accélérait toujours plus et ils finirent vite par être débordés. Attendrit par les efforts désespérés de la petite troupe, Centelm se concentra. Il ferma les yeux et matérialisa le barrage dans son esprit ; les failles lui apparurent, il sentait l’eau s’écouler et les pierres céder une à une. Sur un mot de pouvoir l’eau ralentit imperceptiblement et des pierres roulèrent dans les interstices. La rivière retrouva son calme et le barrage sa forme. Les enfants hurlèrent de joie, sautillant dans l’eau croyant avoir vaincu à eux seuls la brèche.
    Centelm se leva, épousseta sa robe de mage du troisième ordre et se dirigea vers le village un sourire de satisfaction sur les lèvres.

    Déjà il pouvait entendre les échos de Yénia. A en juger par l’avancement de Volibine dans le ciel la fête de la rosée avait débutée depuis quelques heures. Partout les marchands, les acteurs, les poètes devaient se bousculer pour attirer le client ou le spectateur. Les rues devaient crouler sous les étalages garnis et colorés. Centelm aperçu une fumée bleu qui vira au violet : visiblement les mages de foires ne manquaient pas à l’appel. Contrairement à ces supérieurs, Centelm aimait cet usage de la magie, le divertissement, le plaisir et le ravissement des plus jeunes devant de simples tours lui plaisait. Il s’amusait d’ailleurs à apprendre de temps à autre un tour de passe passe pour ses neveux. Dalric et Oeménia étaient les enfants de Borak son frère ; sa seule et unique famille depuis la mort de leurs parents.
    Sa mère avait passé sa vie dans les livres, amoureuse du savoir et amante de la connaissance. C’est elle qui avait poussé Centelm vers la magie en l’inscrivant à Istarion, le domaine des mages. Centelm avait grandit entre l’enseignement de sa mère qui possédait une connaissance sans faille des plantes et de l’astronomie et celui de Phartange un de ses plus fidèles amis. Le père de Borak et Centelm était soldat. Il protégeait Yénia de l’envahisseur ; mais celui ne s’étant jamais présenté il aidait généralement les autres hommes du village dans leurs taches ou ramenait le calme à l’auberge lorsque certains avaient forcé sur la bière. Il était une véritable force de la nature aussi robuste que charmant. Nombre de soirées avaient été animées par les disputes conjugales : la mère reprochant à son mari de jouer de ses charmes auprès des serveuses de l’auberge.
    Borak lui était omnibulé par son père : sa force, sa loyauté, sa force de caractère : il a travaillé de longues années à lui ressembler développant une masse musculaire plus que conséquente. Il a finalement entièrement suivi la voie de son père après sa mort, il s’est engagé dans les soldats de la gemme.
    Père et mère sont morts ensemble lors d’un voyage. Dans de sombres circonstances leur chariot aurait basculé dans un ravin. Mais ni Centelm ni Borak n’avait jamais réussi a savoir si l’événement avait été ou non accidentel. Ils avaient disparus à la quatorzième année de Centelm et à la dix-septième de Borak. Celui-ci c’était engagé dans l’armée de la gemme et Centelm avait été pris sous l’aile de Phartange.

    Je vois que ton feu s'éteint aubergiste, je ferme donc pour aujourd'hui le livre de Centelm, en attendant les réactions des clients, s'ils veulent ou non une suite.

  2. #2
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 921
    Sujet déplacé dans un forum plus adéquat ! :fleur:
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  3. #3
    centelm est déconnecté En cours d'inscription
    Date d'inscription
    May 2006
    Localisation
    33
    Messages
    20
    Merci et désolé, étant encore à l'état de novice, je n'avais pas vu cette section.

    Centelm, impressionné par la rapidité de réaction des admin

  4. #4
    centelm est déconnecté En cours d'inscription
    Date d'inscription
    May 2006
    Localisation
    33
    Messages
    20
    Bien à la suite d'un message perso m'encourageant à poursuivre le récit, je m'éxécute avec plaisir.

    Centelm passa entre les deux chênes de l’entrée du village et s’engagea dans l’allée principale. Il s’enfonça dans la foule en direction des fumées colorées. Il fut bousculé par une jeune fille mince :
    -Thinuviel ! Toujours aussi adroite hein ?
    -Oups désolée ô grand mage des campagnes ! répondit la jeune femme d’un ton malicieux.
    -Ca va arrête un peu insolente serveuse de ma taverne favorite, dit-il en rentrant dans son jeu. Et où vas tu si vite?
    -Ben en fait tu tombes bien ; il y a du grabuge à la taverne. Un discours de Kadrek a mal tourné. Notre grincheux de nain n’a rien trouvé de mieux à faire que d’évoquer le fait que nos grands lacs s’assèchent, que le climat se fait de plus en plus étrange et l’estocade finale fut quand il a annoncé la venue de créatures inconnues « baveuses, suintant le souffre et puant le crottin d’orques a faire vomir une vouivre » dans les terres du nord. Evidemment il a affolé tout le monde et étant donnée que notre nouvelle bière n’a pas échappée à son immense gorge, à l’heure qu’il est il doit se battre à coup de pintes, de pichets et de tabourets. Tu devrais intervenir toi qui le connais bien…Et avant l’arrivée de ton frère et ses gardes.
    En prononçant ces mots, Thinuviel passa une main distraite dans ses cheveux. Elle plongea son regard dans celui de Centelm, il le soutint admirant au passage le tracé de ses yeux : légèrement en amande, héritage elfique de sa mère. Parfait mélange entre le bleu azur des côtes Ouest et le cyan. Des étoiles y semblaient figées pour l’éternité déroutant nombreux de ses prétendants. Ses yeux avaient depuis toujours troublés Centelm de part ce caractère de beauté et de profondeur, mais aussi par cette chose étrange dont il n’avait jamais saisi la source ni le sens. Elle lui sourit puis s’éloigna. Il regarda la cascade brune de ses cheveux se perdre dans la foule.
    Puis il se dirigea d’un pas ferme en direction du « champignon d’argent ».

    ***
    Bientôt, il aperçut l’auberge. Située au cœur du village, elle en était la plaque tournante. C’est ici que les voyageurs se donnaient rendez-vous et venaient faire étape avant de s’enfoncer plus bas dans les forêts du sud. Quoi qu’il en soit c’était un de ces lieux ou la boisson s’échange contre des récits, ou les nouvelles fusent et ou les rumeurs se diffusent. Avant d’entrer Centelm jeta un œil sur l’enseigne du bâtiment : un gros champignon de bois orné de bandes d’acier et suspendu par deux chaînettes. Enfant, il s’était juré de trouver ce champignon et de le ramener à Tadric, le propriétaire des lieux. Un choc violent sur la porte ramena le mage à ses esprits. Il pris son souffle et entra. Il évita de justesse un tabouret qui vint s’écraser sur le battant de la porte. Il jeta un regard circulaire dans la pièce, à la recherche d’une barbe rousse vociférant des insultes à tout va. Il distingua Tadric, qui tentait désespérément de se faire entendre dans tout ce chaos ; en vain. Centelm fit un rapide bilan de la situation : ça et là des tables renversées, des pintes qui volaient et des coups qui pleuvaient sur qui n’était guère attentif. Centelm localisa enfin Kadrek. Le nain se battait debout sur un tonneau chope à la main contre l’armurier. Le magicien s’approcha en prenant soin d’éviter tout objet volant potentiellement dangereux. Il interpella son ami qui surpris, se raidit et le regarda sans mot dire. Courageux, l’armurier profita de cet instant pour mettre une droite à son vis à vis. « Grossière erreur » se dit Centelm. Il soupira en regardant son ami se jeter sur son adversaire ivre, mais de colère cette fois. Il leva les yeux au ciel exaspéré, fouilla dans une de ses bourses et en retira une poudre brune. Il l’étala dans sa paume et la souffla aux visages des belligérants. Ceux-ci aveuglés lâchèrent prise pour éternuer à plusieurs reprises. Centelm saisi son compagnon par le col et s’éclipsa par les cuisines. Une fois dehors il entendit la voix de son frère tonner dans la salle.
    -Par Karox ! Centelm ! Je t’ai dit un million de fois de ne pas user ta maudite magie sur moi !
    L’intéressé regarda le nain avec amusement : Qui parle de magie ? Il ne s’agissait que d’un petit mélange de pollen de Faltas et de poivre…
    -Toi et ta satanée herborisation.
    -En attendant je t’ai évité de ratisser la rue principale une énième fois.
    Le nain se rembrunit et marmonna quelques jurons inintelligibles. Centelm le taquina de plus belle : allons viens chez moi on reparlera de tout ça.
    -Ha non ! répliqua –t-il vivement. Je ne mettrai jamais les pieds dans ta dimension d’hurluberlus sorciers ! Jamais ! Que Karox m’en garde ; je préfère encore me marier avec un troll des marais.
    Centelm éclata de rire. Même ivre Kadrek conservait son franc parlé et sa répartie inégalable.
    Les deux amis partirent vers la forge du nain.

  5. #5
    centelm est déconnecté En cours d'inscription
    Date d'inscription
    May 2006
    Localisation
    33
    Messages
    20
    Je dévoile donc une partie de l'intrigue. Une description de Centelm est prévue, mais je ne sais pas encore où je vais l'insérer; d'ici là, bonne lecture.





    Le niveau du verre monta et Centelm arrêta son ami à la moitié. La bière de son compagnon étant assez particulière, il préférait ne pas trop forcer sur la dose… Le pichet embrassa ensuite le verre du nain, jusqu’au bord des lèvres cette fois. Centelm lança un regard plein de sous entendus à son ami qui l’ignora et pris son gobelet à pleine main. Le mage était assis à la table du nain dos au feu de forge. Il appréciait la quiétude de la forge quelque peu isolée du reste du village, la pierre conférait à la demeure une dimension grandiose malgré la petitesse des lieux. Il aimait promener son regard sur les objets que confectionnait le nain. Des armes ornées de diamants, de gemmes et de tout de ce que le nain rencontrait dans ses voyages, des jouets en métal et en bois qu’il distribuait aux enfants du village ; parfois même, Centelm y ajoutait sa touche personnelle en enchantant quelques uns des plus beau : ils faisait briller leurs yeux d’une douce lueur colorée ou faisait tout simplement en sorte qu’ils ne s’abîment ou ne s’égarent jamais.
    Kadrek, comme à son habitude trônait sur le fauteuil de son ancêtre sculpté dans un granit bleu et retouché de marbre vert. « Une construction de génie » répétait-il souvent en s’enorgueillissant des talents de son père. Il sentit sa bière et sourit, ses yeux pétillaient autant que le liquide.
    -Tu aurais pu venir me voir ; j’ignorai que tu étais rentré de ton voyage. Lança Centelm.
    -J’allais le faire figure toi, se défendit Kadrek. Mais tu sais ce que c’est, mon voyage achevé, j’avais la gorge sèche, les jambes endoloris, j’étais exténué exagéra-t-il… Aussi j’ai décidé d’aller saluer Tadric avant.
    -Exténué ?s’enquit Centelm avec amusement. Ton voyage a donc été si éprouvant ?
    -Je dirai plutôt agaçant ! Pour commencer ces maudits gamins de Yénia m’ont suivi en courant autours de moi sur au moins quinze dourates !s’exlama-t-il Le pichet se pencha de nouveau au dessus de son verre.
    -effectivement c’est ennuyeux ironisa le mage. Et tes affaires ? As-tu obtenu ce que tu souhaitais ?
    -Plus ou moins râla le forgeron. Ce baron du comté de Val d’argent a soustrait dix pièces d’or à mon travail sous prétexte que je n’ai pas respecté la disposition des gemmes sur son fourreau ! Il avala une gorgée de son précieux liquide. On ne demande pas à un artisan de concevoir « la plus belle des armes » en lui imposant de stupides contraintes ! Debout sur sa chaise il brailla : le pire c’est qu’il a fallut que je souille la lame en y gravant cette stupide devise « le cœur est honnête l’épée est droite » ou quelque chose comme ça !
    -Honnête par le cœur ; droit par l’épée. Le corrigea Centelm.
    -Comme tu voudras bougonna le nain en se rasseyant. Toujours est-il que j’ai finalement rassemblé cinq cent pièces d’or, cent de cuivre et dix de platine lança-t-il non sans une once de fierté.
    -Pièces que tu t’es empressé d’aller dépenser au « champignon d’argent » conclut le robe rouge.
    Le nain gêné plongea le nez dans son verre. Un filet de bière ruissela le long de sa barbe.
    -J’avais des choses à raconter avança-t-il finalement en reposant son verre.
    -Quelles choses ?s’enquit le mage intéressé.
    - Le genre de choses que tu ne gardes pas pour toi répondit-il gravement.
    -Expliques toi Kadrek.
    -Et bien voilà, figure toi que pendant mon périple j’ai remarqué plusieurs choses « étranges ». Et ce n’est pas Olip qui dirait le contraire.
    -J’en suis sûr répondit Centelm d’une voix calme et patiente. S’il savait parler ton poney irait dans ton sens assurément.
    - J’ai remarqué pour ma plus grande infortune que certains points d’eau avaient disparu. J’ai du puiser dans ma réserve personnelle d’alcool de noix pour ne pas mourir de soif ! Le nain imagea ses paroles en portant une main à sa gorge tirant une grimace dont lui seul avait le secret.
    Centelm eu un petit sourire contenu. Les paroles du nain sonnaient étrangement à ses oreilles. Un bref instant il se demanda si l’incident du matin n’avait pas de rapport avec ces révélations. Il écarta rapidement cette hypothèse.
    -Tous les lacs, étangs où je comptais me réapprovisionner étaient asséchés ! Sec comme l’intérieur d’un crâne de gobelin !
    Autre chose inquiétant que je n’ai jamais vue ! Il a neigé sur mon trajet ! En pleine saison de la rosée tu imagines ?!
    -Effectivement tout cela n’a pas l’air très normal ; mais de là à aller brailler dans la taverne la fin du monde et la guerre il y a de la marge. Lança calmement Centelm en finissant son verre.
    Le nain ne répondit pas visiblement gêné. Centelm l’observa un instant puis déclara qu’il devait partir pour Istarion sur le champ. En effet, la patience de Phartange avait ses limites et Centelm le savait pertinemment. Aussi il fit ses adieux au nain et s’en retourna après avoir habilement subtilisé une pomme qui traînait sur la table.

    En marchant vers Istarion, la chambre des mages, Centelm ressassa le discours de son vieil ami. Certes les nains ont cette tendance à exagérer quelques peu les faits. Mais tout de même le mage connaissait Kadrek par cœur et savait qu’il était préoccupé et surtout, qu’il n’avait pas tout dit. Il porta la pomme à sa bouche et croqua un morceau. Il le recracha vivement surpris. Sacré Kadrek se dit-il, cette pomme n’était pas là par hasard, le nain avait recommandé des dizaines de fois à Centelm de ne pas « piller » ses provisions. Cette fois, Kadrek marquait un point. Le mage sourit en se remémorant sa première rencontre avec le nain. A l’époque, Centelm n’avait que six ans et il jouait dans le village comme tous les autres enfants. Mais il y avait quelque chose qu’il aimait par-dessus tout : observer les gens. Ainsi au cour d’une journée, le petit garçon était resté assis toute la matinée à regarder le nain fabriquer une dague à l’extérieur de sa forge. Bien évidemment le forgeron était exaspéré, et c’est probablement ce jour là que Centelm pris connaissance de la plupart des jurons de Baldwin. Le nain avait finit par demander au garçon ce qu’il attendait. « Comprendre » avait répondu celui-ci. Centelm revit la scène : la surprise du nain, puis son sourire. « Tu n’es peut être pas aussi stupide que tu en à l’air » avait-il simplement déclaré « approches un peu que je te montre ». Et, depuis ce jour jusqu’à sa quatorzième année, date à laquelle il intégra Istarion, Centelm venait retrouver le forgeron plusieurs fois par semaine pour comprendre les lois des métaux et apprendre à forger. C’est Kadrek et lui même qui avaient conçu la dague qui ceignait sa ceinture. Le jour de son treizième anniversaire se souvint-il.
    Centelm chassa ces bons souvenirs en arrivant devant cinq gros rochers disposés en arc de cercle. C’est ici que se trouvait le portail de la chambre des mages. Il faudrait toute la concentration du robe rouge pour le traverser.
    Centelm s’accroupi vers le sol et arracha une poignée d’herbe. Puis il sortit de l’une de ses sacoches un caillot de soufre. Machinalement il roula l’herbe dans sa main de manière à former une boule. Tout en faisant cela il songea au fait que les mages au dessus du troisième ordre n’avaient plus à faire ce sort mineur. Certes Centelm éprouvait toujours du plaisir à sentir la magie se déverser en lui lors du sort, mais il estimait que c’était aussi une perte de temps. Il avait hâte de passer mage du quatrième ordre.
    Il commença à incanter, il prononça les premiers mots d’une voix claire, ses mains dessinèrent les deux signes nécessaires dans les airs laissant apparaître de légères traînées colorées. Il sentit son corps se réchauffer, la magie commençait à défiler en lui, il la sentait, dans chaque recoin de son être, agitée, rassurante elle l’enveloppait désormais entièrement. Il se concentra de nouveau et attira le flux magique jusqu’au bout de ses doigts. Le caillot de souffre se ramollit, il le mit au contact de l’herbe. Aussitôt la boule grossit et lévita un instant avant de s’agrandir et de former un vortex stable.
    Centelm rouvrit les yeux, le portail était là, au milieu de l’arc de cercle arborant sa couleur verte translucide, il n’avait plus qu’à le franchir et il se refermerait derrière lui.

  6. #6
    centelm est déconnecté En cours d'inscription
    Date d'inscription
    May 2006
    Localisation
    33
    Messages
    20
    A peine le portail franchit, Centelm tomba sur Phartange qui visiblement était plus énervé que de coutume.
    - Centelm ! Où étais-tu la nuit dernière ? Tu as manqué le conseil !
    - Je doute que la présence d’un mage de troisième ordre fusse-t- il l’apprenti de Phartange n’aurait été que futilité au milieu de tous ces archimages. Répondit Centelm sur le ton le plus calme qu’il trouva.
    -C’est ton point de vu, renchérit Phartange qui ne décolérait pas. C’est encore à moi de juger de ce qui est bon ou non pour ton enseignement. Plus calme il ajouta : figure toi que je devais t’annoncer ta participation à l’épreuve du quatrième ordre…
    -Comment déjà ? Le coupa Centelm estomaqué .Il pensa a voix haute : la quatrième épreuve est réservé aux élèves ayant au moins six cents jours de troisième ordre. Je n’en ai que trois cents.
    - C’est exact poursuivit Phartange. Cependant au vu de tes progrès constant et de tes facilités dans certains domaines, et après en avoir longuement discuté avec les autres mages, nous sommes arrivés à la conclusion suivante : tu es aptes à passer cette épreuve.
    Le futur initié s’assit pour accuser le coup.
    - Cependant, au vu de ton absence à une assemblée générale, je vais peut être revoir ma décision. Je me donne la nuit pour décider. Demain matin dans la salle de l’orbe un conseil aura lieu. Tous les mages y sont conviés. De récents évènements nous poussent à prendre certaines décisions. Tâche d’être présent cette fois ci, je te donnerai ma décision finit-il d’un ton peu amène.
    Centelm acquiesça sans un mot, encore abasourdit par la nouvelle.
    L’archimage fit demi-tour, satisfait de son discours. Sa robe blanche voletait légèrement, portée par les courants d’air du couloir principal. Bientôt pensait-il, son apprenti devrait choisir sa couleur définitive. Phartange redoutait ce moment comme il l’attendait. Centelm allait-il confirmer son choix en conservant la robe rouge, de la neutralité, ou comme lui allait-il défendre coûte que coûte le bien en revêtant le blanc, ou bien allait-il porter la robe noire et suivre les enseignements de la nécromancie et autres, et basculer ainsi dans la si ambiguë caste des robes noires. Phartange remonta l’escalier flottant et bientôt se retrouva devant une lourde porte de bois blanc sculpté de divers motifs tous aussi compliqués les uns que les autres. D’une pensée il déverrouilla l’accès et le battant s’ouvrit. Il pénétra dans la pièce et respira l’odeur d’épices qui s’en dégageait. Les composants de sorts sur une table à l’opposé embaumaient la pièce de cette odeur qu’il appréciait tant. Sur chaque pan de mur, des livres étaient entreposés. Des grimoires, des récits d’aventures, des légendes, des prophéties ; des siècles de littérature reposaient dans cette pièce qui semblait à l’abris du temps. Phartange disposait de l’une des plus grandes bibliothèques de Baldwin.
    Il s’assit à son bureau de haut archimage et alluma mentalement les deux bougies qui y reposaient.
    Il était le plus haut mage de tous. Celui qui prenait les décisions et qui tranchait en cas de désaccord. Il était apprécié et reconnu pour sa sagesse et son talent. Jamais personne n’avait contredit le haut archimage. Il faut dire aussi qu’avec sa taille le vieux mage semblait toujours avoir le dessus sur quiconque.
    Ses sourcils broussailleux lui donnaient un air sévère et sa longue barbe grise davantage encore. Ses rides en revanche, adoucissaient son visage, elles accentuaient la vivacité d’esprit et l’intelligence qui se lisait dans son regard. Sa robe d’un blanc éclatant était sertit d’une broche sur l’épaule représentant les trois branches de la magie et son poste de haut archimage. Des bourses, en fil d’argent pendaient à sa ceinture de corde tressée. Nombreux étaient les mages désireux de connaître le contenu de ces sachets. Appuyé sur le mur, son bâton attendait que son maître daigne s’appuyer dessus.
    Phartange sortit sa plume, l’a trempa dans l’encrier puis répandit son écriture gracieuse sur les pages d’un gros livre. Sur la reliure de l’ouvrage l’on pouvait lire en lettres d’or : « histoire d’Istarion ».






    La nuit était déjà bien avancée sur Baldwin. L’air était frais et pur ; en tendant l’oreille l’on pouvait presque entendre les cris des aplonides. Ces volatiles hybrides à mi chemin entre les papillons et les écureuils exposaient fièrement leurs corps de rongeur portés par de grandes ailes aux multiples couleurs. Parfois, entre deux battements, les élytres laissaient retomber une poussière scintillante très recherchée pour ses propriétés magiques.
    Centelm observait le ballet, songeur. Son lit n’était même pas défait. Il était rentré dans ses appartements et s’était étendu sur sa couche. Les paroles de Phartange résonnaient encore dans sa tête : « tu es aptes à passer cette épreuve ». La phrase ne cessait de s’imposer à son esprit comme une vérité inéluctable, irréversible. La voix de son mentor rebondissait sans cesse dans son esprit répétant les mêmes paroles. Le jeune mage appréhendait l’épreuve. Bien sur il aurait une semaine pour se préparer physiquement mais surtout psychologiquement. La quatrième épreuve était un tournant dans la vie d’un mage. Cette fois ça ne sera pas de simples sorts à réaliser sur demande ou par simple déduction. Il n’y aura pas d’énigme directement posée, elles se présenteront à lui, mais pas sous forme de phrases épineuses. Cette fois des créatures qu’il n’a peut être jamais vu ou étudié seront invoquées par les archimages et Centelm devra leurs faire face et les éliminer une à une. Toute blessure sera physique et non simulée par quelques sorts. Peut être en gardera-t-il des séquelles. « Assurément » pensa-t-il.
    Il jeta un œil sur Vobilus. La lune argentée continuait sa course dans le ciel, à l’éternelle poursuite de sa sœur Volibine. Parfois un aplonide passait devant et projetait son ombre dans la chambre de Centelm.
    Le mage s’allongea et finit par sombrer dans un sommeil agité.

  7. #7
    centelm est déconnecté En cours d'inscription
    Date d'inscription
    May 2006
    Localisation
    33
    Messages
    20
    Oyez!

    Après plusieurs mois d'absence, je reprend le flambeau de mon histoire. Aussi, je serai grès au passage (et non pas au pot [pardon] )aux admin et modo de supprimer si c'est possible tout ce qui précède ce message. Car avec le temps j'ai apporté des modifications plus ou moins importantes à l'histoire, et je présente ici la version 1.1.
    En espérant que la vue d'un si gros bloc de texte ne vous décourage pas je vous souhaite une bonne lecture. J'espère qu'il vous procurera du plaisir également, je suis tout ouïe (et oui) à vos remarques et suggestions, le récit étant en construction, je prend tout ce qui passe.

    Bien à vous... Centelm





    La porte s’évanouit dans un liquide visqueux. Il hurla lorsqu’il sentit revenir sur sa tête le cercle de métal qu’il ne connaissait que trop bien. L’étau ardent ; comme à chaque fois serra jusqu’à ce qu’il puisse sentir ses os sur le point de rompre. Il tituba, tâtant l’obscurité de ses mains qui elles aussi avaient retrouvé leurs fléaux : des gants de glace. Ces gants qui dévoraient sa peau comme autant d’aiguilles d’acier remontant le long des bras. Il manquait de s’effondrer à chaque pas, les ténèbres absorbaient chaque parcelle de son humanité, dans un unique cri muet, une douleur invisible qui parcourt tout le corps et enflamme tous les sens en même temps. Il ne s’entendait même pas s’époumoner. Il était seul, avec pour unique point de repère ces douleurs qui étaient toujours les mêmes. Une rafale le plaqua contre une paroi, toujours la même, froide et humide, rugueuse plaque qui écorche la peau. Il attendit ce qui lui parut une éternité, puis elle apparu. La lumière éblouissante vint le frapper au visage afin qu’il voit du haut de la paroi, une masse informe plonger sur lui dans un sifflement inhumain. Il hurla à s’en faire éclater les tympans et ferma les yeux si fort qu’il se demanda comment il pourrait les rouvrir. Dans un ultime sursaut il se réveilla. Il se trouvait là où il s’était endormi. Sur son gros rocher plat, quelque peu en aval d’un petit ruisseaux à la périphérie du village. Son cou était brûlant, il pouvait sentir le sang affluer dans sa nuque et battre derrière cette marque tatouée sur sa peau. Entre deux halètements il essaya de calmer ses sens. La magie bouillonnait dangereusement en lui, et, il le savait, s’il ne la canalisait pas rapidement elle pourrait jaillir de façon désordonnée et mortelle pour quiconque, lui compris. Il tâcha de s’atteler à l’un de ses exercices de méditation, il passa la main sur la marque de son cou et sentit que la cicatrice colorée se recroquevillait sur elle-même. La douleur disparue.
    Il fut tiré de sa méditation par les glapissements d’un petit groupe d’enfants, qui jouait dans le ruisseau, à première vue ils construisaient un barrage. Centelm observa la petite troupe qui ne l’avait pas remarqué : quatre garçons et trois filles. Les garçons apportaient les pierres et les filles désignaient les places de celles-ci. Tout semblait se dérouler pour le mieux quand le barrage céda en un point. Les architectes en herbe, affolés tentèrent de colmater la brèche mais l’eau accélérait toujours plus et ils finirent vite par être débordés. Attendri par les efforts désespérés de la petite troupe, Centelm se concentra. Il ferma les yeux et matérialisa le barrage dans son esprit ; alors il plongea une main dans l’eau froide et jusqu’à sentir sous ses doigts une pierre. Les failles lui apparurent, il sentait l’eau s’écouler et les pierres céder une à une. Sur un mot de pouvoir l’eau ralentie imperceptiblement et des pierres roulèrent dans les interstices. La rivière retrouva son calme et le barrage sa forme. Les enfants hurlèrent de joie, sautillant dans l’eau croyant avoir vaincu à eux seuls la brèche.
    Centelm se leva. Il s’essuya la main sur sa robe de mage en la regardant se métamorphoser. Bientôt ses doigts ressemblaient à de petites branches, et ses ongles étaient devenus d’écorce. « Un sort de terre se dit-il en soupirant. Il fallait que tout cela change un jour ». Il se dirigea vers le village en glissant la monstruosité temporaire dans sa poche. Ces nouvelles pensées ne parvenaient néanmoins pas à masquer dans son esprit le rêve qu’il venait de faire, une nouvelle fois.

    Déjà il pouvait entendre les échos de Yénia. A en juger par l’avancement de Volibine dans le ciel la fête de la rosée avait débutée depuis quelques heures. Partout les marchands, les acteurs, les poètes devaient se bousculer pour attirer le client ou le spectateur. Les rues devaient crouler sous les étalages garnis et colorés. Centelm aperçu une fumée bleu qui vira au violet : visiblement les mages de foires ne manquaient pas à l’appel. Contrairement à ces supérieurs, Centelm aimait cet usage de la magie, le divertissement, le plaisir et le ravissement des plus jeunes devant de simple tour lui plaisait. En tant que mage d’Istarion, lui savait qu’ils ne pratiquaient qu’une magie mineure basée sur de simples illusions et trucs. Il suffisait pour s’en convaincre d’examiner leurs membres ou la couleur de leur peau qui demeurait intacte. Lui même s’amusait d’ailleurs à apprendre de temps à autre un tour de passe passe pour ses neveux. Dalric et Oeménia étaient les enfants de Borak son frère ; sa seule et unique famille depuis la mort de leurs parents.
    Sa mère avait passé sa vie dans les livres, amoureuse du savoir et amante de la connaissance. C’est elle qui avait poussé Centelm vers la magie en l’inscrivant à Istarion. Elle avait remarqué très tôt la particularité de son fils qui n’avait été que confirmé quand l’accident est survenu. Centelm avait grandit entre l’enseignement de sa mère qui possédait une connaissance sans faille des plantes et de l’astronomie et celui de Phartange, le haut archimage d’Istarion. Le père de Borak et Centelm était soldat. Il protégeait Yénia de l’envahisseur ; mais celui-ci ne s’étant jamais présenté il aidait généralement les autres hommes du village dans leurs taches ou ramenait le calme à l’auberge lorsque certain avaient forcés sur la bière. Il était une véritable force de la nature aussi robuste que charmant. Nombre de soirées avaient été animées par les disputes conjugales : la mère reprochant à son mari de jouer de ses charmes auprès des serveuses de l’auberge.
    Borak lui était omnibulé par son père : sa carrure, sa loyauté, sa force de caractère : il a travaillé de longues années à lui ressembler développant une masse musculaire plus que conséquente. Il a finalement entièrement suivi la voie de son père après sa mort ; il s’est engagé dans les soldats de la gemme.
    Père et mère sont morts ensemble lors d’un voyage. Dans de sombres circonstances leur chariot aurait basculé dans un ravin. Mais ni Centelm ni Borak n’avait jamais réussi a savoir si l’événement avait été ou non accidentel. Ils avaient disparus à la quatorzième année de Centelm et à la dix-septième de Borak. Celui-ci c’était engagé dans l’armée de la gemme et Centelm avait été pris sous l’aile de Phartange.

    Centelm passa entre les deux chênes de l’entrée du village et s’engagea dans l’allée principale. Il s’enfonça dans la foule en direction des fumées colorées. Il fut bousculé par une jeune fille frêle :
    -Thinuviel ! Toujours aussi adroite hein ?
    -Oups désolée ô grand mage des campagnes ! répondit la jeune femme sur un ton malicieux.
    -Ca vas arrête un peu insolente, dit-il en rentrant dans son jeu. Et où vas tu si vite?
    - En fait tu tombes bien ; il y a du grabuge à la taverne. Un discours de Kadrek a mal tourné. Notre grincheux de nain n’a rien trouver de mieux à faire que d’évoquer le fait que nos grands lacs s’assèchent, que le climat se fait de plus en plus étrange et l’estocade finale fut quand il annonça la venue de créatures inconnues « baveuses, suintant le souffre et puant le crottin d’orques a faire vomir une vouivre » dans les terres du nord. Evidemment il a affolé tout le monde et étant donnée que notre nouvelle bière n’a pas échappée au puit qui lui sert de gosier, à l’heure qu’il est, il doit se battre à coup de pintes, de pichets et de tabourets. Tu devrais intervenir toi qui le connais bien…Et avant l’arrivée de ton frère et ses gardes.
    En prononçant ces mots, Thinuviel passa une main distraite dans ses cheveux. Elle plongea son regard dans celui de Centelm, il le soutint admirant au passage le tracé de ses yeux : légèrement en amande, héritage elfique de sa mère. Parfait mélange entre le bleu azur des côtes Ouest et le cyan. Des étoiles y semblaient figées pour l’éternité, déroutant nombreux de ses prétendants. Ses yeux avaient depuis toujours troublés Centelm de part ce caractère de beauté et de profondeur, mais aussi par cette chose étrange dont il n’avait jamais saisi la source ni le sens. Elle lui sourit puis s’éloigna. Il regarda la cascade brune de ses cheveux se perdre dans la foule.
    Puis il se dirigea d’un pas ferme en direction du « champignon d’argent ».

    ***
    Bientôt, il aperçut l’auberge. Située au cœur du village, elle en était la plaque tournante. C’est ici que les voyageurs se donnaient rendez-vous ou venaient faire étape avant de s’enfoncer plus bas dans les forêts de sud. Quoi qu’il en soit c’était un de ces lieux ou la boisson s’échange contre des récits, où les nouvelles fusent et où les rumeurs se diffusent. Avant d’entrer Centelm jeta un œil sur l’enseigne du bâtiment : un gros champignon de bois orné de bandes d’acier, suspendu par deux chaînettes. Enfant, il s’était juré de trouver ce champignon et de le ramener à Tadric, le propriétaire des lieux. Un choc violent sur la porte ramena le mage à ses esprits. Il respira un grand coup et entra. Il évita de justesse un tabouret qui vint s’écraser sur le battant de la porte. Il jeta un regard circulaire dans la pièce, à la recherche d’une barbe rousse vociférant des insultes à tout va. Il distingua Tadric, qui tentait désespérément de se faire entendre dans tous ce chaos ; en vain. Centelm fit un rapide bilan de la situation : ça et là des tables renversées, des peintes qui volaient et des coups qui pleuvaient sur qui n’était guère attentif. Il localisa enfin Kadrek. Le nain se battait debout sur un tonneau, chope à la main, contre l’armurier. Le magicien s’approcha en prenant soin d’éviter tout objet volant potentiellement dangereux. Il interpella son ami qui surprit se raidit et le regarda sans mot dire. Courageux, l’armurier profita de cet instant pour mettre une droite à son vis à vis. « Grossière erreur » se dit Centelm. Il soupira en regardant son ami se jeter sur son adversaire, ivre, mais de colère cette fois. Il leva les yeux au ciel exaspéré, fouilla dans une de ses bourses et en retira une poudre brune. Il l’étala dans sa paume et la souffla aux visages des deux belligérants. Ceux-ci aveuglés lâchèrent prise pour éternuer à plusieurs reprises. Centelm saisi son compagnon par le col et s’éclipsa vers les cuisines. Une fois dehors il entendit la voix de son frère tonner dans la salle.
    -Par Karox ! Centelm ! Je t’ai dit un million de fois de ne pas user ta maudite magie sur moi !
    L’intéressé regarda le nain avec amusement : Qui parle de magie ? Il ne s’agissait que d’un petit mélange de pollen de Faltas et de poivre…
    -Toi et ta satanée herborisation.
    -En attendant je t’ai évité de ratisser la rue principale une énième fois.
    Le nain se rembrunit et marmonna quelques jurons inintelligibles. Centelm le taquina de plus belle : allons viens chez moi on reparlera de tout ça.
    -Ha non ! répliqua –t-il vivement. Je ne mettrai jamais les pieds dans ta dimension d’hurluberlus sorciers ! Jamais ! Que Karox m’en garde ; je préfère encore me marier avec un troll des marais.
    Centelm éclata de rire. Même à moitié ivre, Kadrek conservait son franc parlé et sa répartie inégalable.
    Les deux amis partirent vers la forge du nain.
    Le niveau du verre monta et Centelm arrêta son ami à la moitié. La bière de son compagnon étant assez particulière, il préférait ne pas trop forcer sur la dose… Le pichet embrassa ensuite le verre du nain, jusqu’à ras bord cette fois. Centelm lança un regard plein de sous entendus à son ami qui l’ignora et pris son gobelet à pleine main. Le mage était assit à la table du nain, dos au feu. Il appréciait la quiétude de la forge, quelque peu isolée du reste du village, la pierre conférait à la demeure une dimension grandiose malgré la petitesse des lieux. Il aimait promener son regard sur les objets que confectionnait le nain. Des armes ornées de diamants, de gemmes et de tout ce que le nain rencontrait dans ses voyages, des jouets en métal et en bois qu’il distribuait aux enfants du village ; parfois même, Centelm y ajoutait sa touche personnelle en enchantant quelques uns des plus beau : ils faisait briller leur yeux d’une douce lueur colorée ou faisait tout simplement en sorte qu’ils ne s’abîment ou ne s’égarent jamais.
    Kadrek, comme à son habitude trônait sur le fauteuil de son ancêtre sculpté dans un granit massif et retravaillé de marbre vert. « Une sculpture de génie » répétait-il souvent en s’enorgueillissant des talents de son père. Il renifla sa bière et sourit, ses yeux pétillaient autant que le liquide.
    -Tu aurais pu venir me voir ; j’ignorai que tu étais rentré de ton voyage. Lança Centelm.
    -J’allais le faire figure toi, se défendit Kadrek. Mais tu sais ce que c’est, mon voyage achevé, j’avais la gorge sèche, les jambes endolories, j’étais exténué exagéra-t-il… Aussi j’ai décidé d’aller saluer Tadric avant.
    -Exténué ?s’enquit Centelm avec amusement. Ton voyage a donc été si éprouvant ?
    -Je dirai plutôt agaçant ! Pour commencer ces maudits gamins de Yénia m’ont suivis en courant sur au moins quinze dourates ! Le pichet se pencha de nouveau au dessus de son verre.
    -effectivement c’est ennuyeux ironisa le mage. Et tes affaires ? As-tu obtenu ce que tu souhaitais ?
    -Plus ou moins râla le forgeron. Cet officier du Val D’Arbronze baron a soustrait dix pièces d’or à mon travail sous prétexte que je n’ai pas respecté la disposition des gemmes sur son fourreau ! Il avala une gorgée de son précieux liquide. On ne demande pas à un artisan de concevoir « la plus belle des armes » en lui imposant de stupides contraintes ! Debout sur sa chaise il brailla : le pire c’est qu’il a fallut que je souille la lame en y gravant cette stupide devise « le cœur est honnête l’épée est droite » ou quelque chose comme ça !
    -Honnête par le cœur ; droit par l’épée. Le corrigea Centelm.
    -Comme tu voudras bougonna le nain en se rasseyant. Toujours est-il que j’ai finalement rassemblé cinq cent pièces d’or, cent de cuivre et dix de platine lança-t-il non sans une once de fierté.
    -Pièce que tu t’es empressé d’aller dépenser au « champignon d’argent ».
    Le nain gêné plongea le nez dans son verre. Un filet de bière ruissela le long de sa barbe.
    -J’avais des choses à raconter avança-t-il finalement en reposant son verre.
    -Quelles choses ?s’enquit le mage intéressé.
    - Le genre de choses que tu ne gardes pas pour toi répondit-il gravement.
    -expliques toi Kadrek.
    -Et bien voilà, figure toi que pendant mon périple j’ai remarqué plusieurs choses étranges. Et ce n’est pas Olip qui dirait le contraire.
    -J’en suis sur répondit Centelm d’une voix calme et patiente. S’il savait parler ton poney irait dans ton sens assurément.
    - J’ai remarqué pour ma plus grande infortune que certains points d’eau avaient disparu. J’ai du puiser dans ma réserve personnelle d’alcool de noix pour ne pas mourir de soif ! Le nain imagea ses paroles en portant une main à sa gorge tirant une grimace dont lui seul avait le secret.
    Centelm eu un petit sourire contenu. Les paroles du nain sonnaient étrangement à ses oreilles. Un bref instant il se demanda si l’incident du matin n’avait pas de rapport avec ces révélations. Il écarta rapidement cette hypothèse.
    -Tous les lacs, étangs où je comptais me réapprovisionner étaient asséchés ! Sec comme l’intérieur d’un crâne de gobelin !
    Autres chose inquiétant que je n’ai jamais vu ! Il a neigé sur mon trajet ! En pleine saison de la rosée tu imagines ?!
    -effectivement tout cela n’est pas courant ; mais de là à aller brailler dans la taverne la fin du monde et la guerre il y a de la marge. Lança calmement Centelm en finissant son verre.
    Le nain ne répondit pas visiblement gêné. Centelm l’observa un instant puis déclara qu’il devait partir pour Istarion sur le champ. En effet, la patience de Phartange avait ses limites et Centelm le savait pertinemment. Aussi il fit ses adieux au nain et s’en retourna après avoir habilement subtilisé une pomme qui traînait sur la table.

    En marchant vers Istarion, Centelm ressassa le discours de son vieil ami. Certes les nains ont cette tendance à exagérer quelques peu les faits. Mais tout de même le mage connaissait ce nain par cœur et savait qu’il était préoccupé et surtout, qu’il n’avait pas tout dit. Il porta la pomme à sa bouche et croqua un morceau. Il le recracha vivement surpris. Sacré Kadrek se dit-il, cette pomme n’était pas là par hasard, le nain avait recommandé des dizaines de fois à Centelm de ne pas « piller » ses provisions. Cette fois, il marquait un point. Le mage sourit en se remémorant sa première rencontre avec le nain. A l’époque, Centelm n’avait que six ans et il jouait dans le village comme tous les autres enfants. Mais il y avait quelque chose qu’il aimait par-dessus tout : observer les gens. Ainsi au cour d’une journée, le petit garçon était resté assis toute la matinée à regarder le nain fabriquer une dague à l’extérieur de sa forge. Bien évidemment le forgeron était exaspéré, et c’est probablement ce jour là que Centelm pris connaissance de la plupart des jurons de Téné. Le nain avait finit par demander au garçon ce qu’il attendait. « Comprendre » avait répondu celui-ci. Centelm revit la scène : la surprise du nain, puis son sourire. « Tu n’es peut être pas aussi stupide que tu en a l’air » avait-il simplement déclaré « approches un peu que je te montre ». Et, depuis ce jour jusqu’à sa quatorzième année, date à laquelle il intégra Istarion, Centelm venait retrouver le forgeron plusieurs fois par semaine pour comprendre les lois des métaux et apprendre à forger. C’est lui-même et Kadrek qui avaient conçu la dague qui ceignait aujourd’hui la ceinture du mage. Le jour de son treizième anniversaire se souvint-il.
    Centelm chassa ces bons souvenirs en arrivant devant cinq gros rochers disposés en arc de cercle. C’est ici que se trouvait le portail de la chambre des mages. Il faudrait toute la concentration du robe blanc pour le traverser.
    Centelm s’accroupi vers le sol et ramassa une touffe d’herbe. Puis il sortit de l’une de ses sacoches un caillot de soufre. Machinalement il roula l’herbe dans sa main de manière à former une boule. Tout en faisant cela il songea au fait que les mages au dessus du troisième ordre n’avaient plus à faire ce sort mineur. Certes Centelm éprouvait toujours du plaisir à sentir la magie se déverser en lui lors du sort, mais il estimait que c’était aussi une perte de temps. Il avait hâte de passer mage du quatrième ordre. Bien sur l’épreuve impliquerait de nombreux choix dans sa vie. A commencer par l’élément qu’il voudrait servir. Il ne pourra plus se contenter de lancer des sorts mineurs de terre, d’air de feu ou d’eau. Il lui faudra choisir son élément de prédilection et porter la robe spécifique. Sans compter les séquelles et les handicaps qui resteront à vie cette fois. Il regarda sa main et constata que déjà les ongles redevenaient rosés. D’ici le lendemain sa main serait redevenue normale.
    Il commença à incanter, il prononça les premiers mots d’une voix claire, ses mains dessinèrent les deux signes nécessaires dans les airs en laissant apparaître de légères traînées colorées. Il sentit son corps se réchauffer. La magie commençait à défiler en lui, il la sentait, dans chaque recoin de son être, agitée, rassurante, elle l’enveloppait désormais entièrement. Il se concentra de nouveau et attira le flux magique jusqu’au bout de ses doigts. Le caillot de souffre se ramollit, il le mit au contact de l’herbe. Aussitôt la boule grossit et lévita un instant avant de s’agrandir et de former un vortex stable.
    Centelm rouvrit les yeux, le portail était là, au milieu de l’arc de cercle arborant sa couleur verte translucide, il n’avait plus qu’à le franchir et il se refermerait derrière lui.









    A peine passé de l’autre côté, Centelm tomba sur Phartange qui visiblement était plus énervé que de coutume.
    - Centelm ! Où étais-tu la nuit dernière ? Tu as manqué le conseil !
    - Je doute que la présence d’un mage de troisième ordre fusse-t- il l’apprenti de Phartange n’aurait été que futilité au milieu de tous ces archimages. Répondit Centelm sur le ton le plus calme qu’il trouva.
    -C’est ton point de vu, renchérit Phartange qui ne décolérait pas. C’est encore à moi de juger de ce qui est bon ou non pour ton enseignement. Plus calme il ajouta : figure toi que je devais t’annoncer ta participation à l’épreuve du quatrième ordre…
    -Comment déjà ? Le coupa Centelm estomaqué. Il pensa à voix haute : la quatrième épreuve est réservé aux élèves ayant au moins six cents jours de troisième ordre. Je n’en ai que trois cents.
    - C’est exact poursuivit Phartange. Cependant au vu de tes progrès constant et de tes facilités dans certains domaines, et, après en avoir longuement discuté avec les autres mages, nous sommes arrivés à la conclusion suivante : tu es aptes à passer cette épreuve.
    Le futur initié s’assit pour accuser le coup.
    - Cependant, en considérant ton absence à une assemblée générale, je vais peut être revoir ma décision. Je me donne la nuit pour décider. Demain matin dans la salle de l’orbe un conseil aura lieu. Tous les mages y sont conviés. De récents évènements nous poussent à prendre certaines décisions. Tâche d’être présent cette fois ci, je te donnerai ma décision finit-il d’un ton peu amène.
    Centelm acquiesça sans un mot, encore abasourdit par la nouvelle.
    L’archimage fit demi-tour, satisfait de son discours. Sa robe verte voletait légèrement, portée par les courants d’air du couloir principal. Bientôt pensait-il, son apprenti devrait choisir sa couleur définitive. Phartange redoutait ce moment comme il l’attendait. Centelm allait enfin porter un choix sur l’élément qu’il souhaitait servir. Bientôt il quitterai la robe blanche des non initiés pour revêtir le vert des telluristes, le gris des éolistes, le bleu des aquathurges ou le rouge des incandescents. Bientôt son apprenti ressentirait les vraies blessures de la magie. Il allait connaître le prix de la nature, les termes du pacte entre la magie et les éléments. En remontant l’escalier flottant, Phartange regarda ses jambes d’écorces puissantes, mais également lentes, elles gravissaient les marches avec le bruit du bois qui craque à la nuit tombée. Ces jambes lui rappelaient sans cesse que la terre qu’il servait par sa magie, était aussi celle qui faisait sa magie. Ces jambes d’arbre faisaient partie intégrante du pacte naturel de la magie, le prix a payé pour puiser dans l’énergie terrestre. Centelm apprendrait lui aussi à se servir de sa magie intelligemment, mesurant les conséquences de ses actes pour lui et les autres. Comme tous l’ont fait avant lui. Comme Phartange l’avait fait. Il se retrouva devant une lourde porte de bois blanc sculpté de divers motifs tous aussi compliqués les uns que les autres. D’une pensée il déverrouilla l’accès et le battant s’ouvrit. Il pénétra dans la pièce et respira l’odeur d’épices qui s’en dégageait. Les composants de sorts sur une table embaumaient la pièce de cette odeur qu’il appréciait tant. Sur chaque pan de mur, des livres étaient entreposés. Des grimoires, des récits d’aventures, des légendes, des prophéties ; des siècles de littérature reposaient dans cette pièce qui semblait à l’abris du temps. Phartange disposait de l’une des plus grandes bibliothèques de Téné.
    Il s’assit à son bureau de haut archimage et alluma mentalement les deux bougies qui y reposaient.
    Il était le plus haut mage de tous. Celui qui prenait les décisions et qui tranchait en cas de désaccord. Il était apprécié et reconnu pour sa sagesse et son talent. Jamais personne n’avait contredit le haut archimage. Il faut dire aussi qu’avec sa taille le vieux mage semblait toujours avoir le dessus sur quiconque.
    Ses sourcils broussailleux lui donnaient un air sévère et sa longue barbe entremêlée de petites lianes et branchages davantage encore. Sa peau brune l’aidait à conserver ce rôle sévère et intrangisant. Ses rides en revanche, adoucissaient son visage, elles accentuaient la vivacité d’esprit et l’intelligence qui se lisait dans son regard d’émeraude. Tels les plis qui marquent le tronc d’un vieil arbre, elles étaient là, à la fois témoins et signal d’un grand mage. Sa robe d’un vert usé était sertie d’une broche sur l’épaule représentant les cinq branches de la magie et son statut de haut archimage. Des bourses, en fil d’argent pendaient à sa ceinture de corde tressée. Nombreux étaient les mages désireux de connaître le contenu de ces sachets. Appuyé sur le mur, un bâton attendait que son maître daigne s’appuyer dessus.
    Phartange sortit sa plume, la trempa dans l’encrier puis répandit son écriture gracieuse sur les pages d’un gros livre. Sur la reliure de l’ouvrage l’on pouvait lire en lettres d’or : « histoire d’Istarion ».






    La nuit était déjà bien avancée sur Téné. L’air était frais et pur ; en tendant l’oreille l’on pouvait presque entendre les cris des aplonides. Ces volatiles hybrides à mi chemin entre les papillons et les écureuils exposaient fièrement leurs corps de rongeur portés par de grandes ailes aux multiples couleurs. Parfois, entre deux battements, les élytres laissaient retomber une poussière scintillante très recherchée pour ses propriétés magiques.
    Centelm observait le ballet, songeur. Son lit n’était même pas défait. Il était rentré dans ses appartements et s’était étendu sur sa couche. Les paroles de Phartange résonnaient encore dans sa tête : « tu es aptes à passer cette épreuve ». La phrase ne cessait de s’imposer à son esprit comme une vérité inéluctable, irréversible. La voix de son mentor rebondissait sans cesse dans son esprit répétant les mêmes paroles. Le jeune mage appréhendait l’épreuve. Bien sur il aurait une semaine pour se préparer physiquement mais surtout psychologiquement. La quatrième épreuve était un tournant dans la vie d’un mage. Cette fois ça ne sera pas de simples sorts à réaliser sur demande ou par simple déduction. Il n’y aura pas d’énigme directement posée, elles se présenteront à lui, mais pas sous forme de phrases épineuses. Cette fois des créatures qu’il n’a peut être jamais vues ou étudiées seront invoquées par les archimages et Centelm devra leurs faire face et les éliminer une à une. Toute blessure sera physique et non simulée par quelques sorts. Peut être en gardera-t-il des séquelles. « Assurément » pensa-t-il.
    Il jeta un œil sur Vobilus. La lune argentée continuait sa course dans le ciel, à l’éternelle poursuite de sa sœur Volibine. Parfois un aplonide passait devant et projetait son ombre dans la chambre de Centelm.
    Le mage s’allongea et finit par sombrer dans un sommeil agité.


    ***


    On frappa à la porte. Centelm se leva péniblement, toute la nuit il avait été assaillit de rêves étranges. Des paysages desséchés peuplés de créatures immondes tournaient autours de lui à une vitesse vertigineuse, il ne pouvait plus bouger, immobilisé par quelques magies néfastes. Au dessus de lui, une rangée de mage semblait rire de son effroi et de sa détresse. Centelm chassa ces cauchemars et ouvrit la porte. C’était un jeune disciple. Le garçon l’informa gentiment que la salle du conseil était presque pleine et que la conférence allait débuter sur le champ. Centelm le remercia et le congédia. Il s’habilla en toute hâte, tachant de mettre de l’ordre dans ses pensées. Il sortit de ses appartements et traversa un long couloir. Il ne prit même pas garde aux fresques et aux tapisseries qui ornaient les murs de leurs batailles épiques. Dragons et autres créatures mythiques se partageaient les parois d’Istarion. Les maîtres mages aimaient y impressionner leurs apprentis en faisant mouvoir les créatures sur le tissu.
    Centelm arriva au bout du couloir, devant une porte. Un grand cercle doré était incrusté dans le bois de celle-ci. La salle de l’orbe. Il entra. La salle était effectivement pleine. Un méli mélo de couleur vert, bleu, gris et par ci par là du rouge égayait la grande salle. Tous les mages étaient présent comme l’avait annoncer Phartange. La pièce était emplie de bavardages et de murmures. Une chaleureuse sensation de famille s’en dégageait. Le nouvel arrivé se glissa sur la droite et monta par un des escaliers latéraux vers une tribune dans laquelle il avait aperçu un de ses amis, mage du troisième ordre également. Il s’assit lourdement à côté de lui.
    - Ho ho je vois que tu n’as pas tout à fait digéré la nouvelle. Lui lança-t-il amicalement.
    - De quelle nouvelle parles-tu répondit-il faussement surpris.
    - Allons Centelm, tout le monde est au courant à Istarion, c’est la première fois qu’un troisième ordre passe si vite quatrième. Ton nom est sur toutes les lèvres
    - Et ce n’est pas pour me rassurer non plus ajouta-t-il.
    - Je suis sur que tout ira très bien, tu as toujours été le meilleur d’entre nous, je sais que tu en es capable. Tu vas réussir cette épreuve et devenir un grand mage !
    - Nous verrons, soupira Centelm soudainement plein de lassitude, nous verrons.
    Rimalon allait ajouter autre chose quand Phartange apparut au centre de la salle. Vêtu de sa robe habituelle, l’archi mage n’avait sans doute pas jugé nécessaire de sortir les habits de cérémonies. Après tout ce n’était qu’une réunion.
    Centelm regarda son mentor s’installer sur l’estrade centrale, entouré des autres puissants mages d’Istarion.
    Le haut archimage se leva. Le silence se fit dans la salle.
    Je vous remercie d’être tous présent déclara-t-il en jetant un regard furtif à son apprenti.
    Je suppose que vous avez tous eu vent que d’étranges rumeurs circulent dans Téné. Certaines personnes affirment que l’eau disparaît petit à petit de notre terre, pendant que d’autres annoncent la venue d’ennemis, d’autres encore affirment que les climats n’en font qu’à leurs têtes.
    C’est pourquoi j’ai pris l’initiative, il y a de cela quelques semaines, d’envoyer certains de nos mages aux informations. Un murmure parcouru la salle. Le fait d’avoir dépêcher plusieurs mages pour collecter des informations était plutôt rare. Phartange devait considérer ces rumeurs avec intérêt.
    Ainsi poursuivit-il Findley et Volaf ont été envoyé de part et d’autre de Téné, afin de s’assurer du bien fondé de ces rumeurs.
    Phartange recula et fit un signe de la tête à l’un des deux mages présents à cotés de lui.
    Une fine silhouette s’avança. Centelm reconnu immédiatement Volaf. Archimage, robe rouge, Volaf était très vif d’esprit. Les nombreuses brûlures qui recouvraient son corps confirmaient ce que la broche d’archi mage indiquait, et c’était sans compter ses yeux rouge qui dit-on ne voyait que les choses à l’état de cendre ou d’incendie. Centelm l’appréciait pour son franc parler et son efficacité en terme de diplomatie. A plusieurs reprises déjà, Volaf avait été employé afin de pacifier certaines situations entre comtés ou peuples . Il était un de ces hommes qui manipulait à la perfection le discours. Il avait le tact et la délicatesse pour gérer des situations presque désespérées mais aussi la force de persuasion et l’argumentation nécessaire pour changer la donne d’un problème. Volaf était souvent employé pour collecter des informations. Ses qualités de déplacements et sa discrétion en faisaient l’homme idéal pour ce genre de missions d’autant plus qu’étant régulièrement envoyé à l’extérieur, il avait tissé un réseau d’informateurs dans tout Téné. Son côté « balafré et abîmé » lui conféraient facilement la confiance de personnes peu recommandables mais qui s’avèrent être de précieuses sources d’informations
    Volaf s’appuya sur le pupitre et commença son rapport :
    - Je reviens des plaines de Tsaragoth. Les nouvelles concernant les ressources hydrauliques de Téné semblent se confirmer. Sur mon passage, j’ai trouvé nombre de lacs et rivières asséchés. Selon mes sources plusieurs hypothèses se font jour. Certains rejettent la faute sur Istarion, invoquant le fait que l’usage de notre magie puise dans l’essence même des éléments, provoquant des dégâts irréversibles. Nous ne sommes donc plus très bien perçus en cette région. La salle frémit et Centelm observa l’impacte de ces paroles sur les auditeurs. Les mages se regardaient, s’interrogeant du regard, ou exprimant leurs surprises. Volaf poursuivit :
    - D’autres encore avancent que les dieux nous abandonnent, que Téné ne sera bientôt qu’une terre désertique, aride et sans vie. Ceux là créent un désordre qu’il nous faudra rétablir. Un déséquilibre se fait jour dans les croyances : des charlatans en profitent pour créer de nouvelles divinités salvatrices. Et ce n’est pas le plus inquiétant. J’ai moi-même assisté à l’une de ces cérémonies. Une force inconnue est au service de ces prêcheurs, je n’ai pu en déterminer l’origine ni la nature mais je l’ai sentis. Cette force a tenté de pénétrer mon esprit, elle susurrait des paroles aux portes de ma conscience. Sans ma propre magie, je n’aurai pu stopper cette intrusion, et je doute que les effets de cette force soient positifs à quiconque.
    Un frisson parcourut l’assemblée. Une autre forme de magie sur Téné ? Hostile à celle d’Istarion qui plus est. Non cela ne peut exister. Depuis toujours Istarion enseigne la seule forme de magie de Téné et jamais aucun enseignement n’en est sortit, cela est prohibé depuis toujours. Phartange ramena le calme d’un geste et invita Volaf à poursuivre.
    - J’ai également ouïe dire que des créatures hostiles se rassemblaient dans le Nord. Mais je pense que Fingley pourra vous en dire plus.
    Volaf recula et s’assit calmement scrutant l’assemblée considérant l’impacte de ses paroles. Centelm l’observa, et analysa à son tour ce qui venait de se dire. Téné se porte vraiment mal. La situation environnementale devient préoccupante. Des conflits et des guerres déchirantes vont sans doute naître pour le contrôle des dernières ressources. Si l’eau disparaît, elle entraînera avec elle la fin de toute vie. D’autre part le fait qu’Istarion commence à être mal vue du peuple, risque de compliquer nos moyens d’action. Comment Phartange compte-t-il réagir face à cette crise ? Centelm se redressa pour mieux voir Fingley qui s’avançait. Fingley était un des plus vieux mages d’Istarion, il avait vu de nombreux évènement sur Téné, il avait même connu le dernier des dragons. Personne ne savait son âge exact, mais l’on supposait que sa vie était rallongée par le fait qu’il ait côtoyé le dernier dragon. Certains racontent que le dragon aurait transmis une part de sa force à son vieil ami avant de s’en aller. C’était un mage compétent qui avait fait ses preuves, et qui n’avait plus rien à prouver à qui que ce soit.
    Le vieil homme s’appuya à son tour au pupitre. Sa longue barbe grise ondulait chaque fois qu’il prononçait un mot.
    -Je viens effectivement du Nord, où les nouvelles ne sont guère meilleures. Les montagnes tremblent de l’autre côté des villages de la Nordavia. Je ne sais ce qui s’y trame, mais la population a peur. Un épais nuage noir enveloppe les montagnes et raccourcit les jours en absorbant les rayons du soleil. Le climat devient froid, et les récoltes sont mauvaises. La Nordavia a envoyé deux garnisons de l’autre côtés des montagnes il y a de cela deux mois, les soldats de l’émeraude n’en sont jamais revenus. La nuit, des bruits envahissent l’atmosphère, et certains affirment avoir vu des créatures monstrueuses voler au dessus de leurs têtes. L’effroi comme le froid, gagne du terrain en Nordavia.
    La salle de l’orbe resta silencieuse un moment. « Il nous faut agir » cria soudain quelqu’un. Aussitôt des chuchotements s’élevèrent de nouveaux dans la salle.
    Phartange se leva et s’avança calmement.
    -Comme vous pouvez le constater, la situation est pour le moins préoccupante, aussi je propose de composer plusieurs groupes afin de collecter davantage d’informations. Il me semble qu’il serait bienvenu d’envoyer plusieurs d’entre nous en Tsaragoth et en Nordavia afin de regarder de plus près de quoi il en retourne et le cas échéant d’échafauder un plan d’action pour ensuite agir.
    La salle se remplie de nouveau de murmures et de regards interloqués.
    - Une « équipe » sera chargée de franchir les montagnes et d’élucider ce mystère de nuage noir, tandis que l’autre s’occupera de ces prêcheurs factices et de leurs influences magiques.
    La salle acquiesça communément.
    - Volaf et Fingley composez votre compagnie et partez dès demain ordonna Phartange. Emportez chacun un orbe de manière à ce que l’on puisse communiquer tout au long de votre mission. Les deux archimages hochèrent la tête et se dispersèrent dans la salle afin de choisir les membres de leur expédition.
    Phartange agit très rapidement, il en sait visiblement un peu plus que nous ou sent que quelque chose de plus grave se trame. Le fait qu’il envoi tout de suite deux équipes de mage à deux endroits différents est sans précédent et sans nul doute pas sans conséquences ni réflexion.
    Volaf choisit ses membres parmi les plus jeunes et habiles. Il se composa une compagnie visiblement basée sur la rapidité de mouvement et la capacité d’adaptation. Lorsqu’il s’approcha de Centelm, celui-ci sentit un frisson d’excitation monter en lui. Volaf pivota en direction de Phartange qui lui fit un signe négatif de la tête. Le chef d’expédition s’éloigna un sourire gêné sur les lèvres, il aurait aimé pouvoir compter Centelm dans ses rangs bien qu’il ne soit pas archimage, il était persuadé qu’il aurait été utile.
    Fingley choisit des archimages puissants et sage. A priori, le vieux mage s’attendait à se frotter à de puissante force maléfique, et prenait ses précautions.
    La salle de l’orbe se vida petit à petit, et bientôt il ne resta plus que Centelm et Phartange.
    L’apprenti ne disait rien, attendant que son maître prenne la parole.
    - Bien, commença-t-il, Centelm j’ai pris ma décision. L’interessé jeta un regard inquiet à Phartange. Ses mains lissaient nerveusement les plis de sa robe pourpre tandis que ses pieds tapaient régulièrement le sol. Phartange s’assit à côté de lui et le dévisagea attentivement. Centelm senti monter en lui un nouveau frisson, il sentait toute la sagesse de son maître sonder son être, analyser ses capacité par son simple regard. Phartange détourna la tête et déclara solennellement : « tu es prêts ». Centelm tressaillit. Cette fois c’était sur, il passera l’épreuve dans une semaine. Dans sept jours, sa vie basculera, il s’enfoncera encore plus dans son art occulte, ou finira simplement sa vie estropié, ou pis, mort. Son visage pâlit, toutes ses pensées furent balayées par de funestes images, un instant il vacilla. La voix de son maître le ramena à ses esprits.
    - Tu connais donc le protocole commença-t-il. Tu as une semaine pour te préparer. Durant cette semaine, il te faudra mûrir une réflexion sur le choix de la caste que tu voudras servir. Tu devras également te préparer à l’épreuve. Je te conseille d’étudier de près tes livres de sorts, de rassembler tes connaissances en créatures diverses… Prépare toi également les composants que tu jugera utile d’utiliser durant l’épreuve.
    Tu devras être présent devant la salle de l’ordre le septième jour de cette nouvelle semaine. Ta nouvelle robe te sera délivrée après l’épreuve, si tu la surmontes. Après quoi, tu seras nommé et reconnu mage du quatrième ordre, et une mission particulière te sera confiée si tu réussis.
    Centelm buvait une à une les paroles de Phartange. Une mission ? Déjà Phartange avait des projets pour son disciple. Encore fallait-il qu’il réussisse l’épreuve.
    L’archimage choisit de laisser le futur initié à ses pensées et s’en retourna à ses quartiers.
    Centelm fit de même, et une fois dans sa chambre décida de faire un paquetage de ses livres et vêtements avant de partir pour Yénia, passer quelques jours chez Kadrek. L’air pur et simple du village apaiserait certainement son esprit, du moins le pensait-il.

    Centelm frappa à la lourde porte de Karox, le nain était le premier qu’il souhaitait mettre au courant. D’abord parce que c’était une des personnes qu’il appréciait le plus dans le village, ensuite parce qu’il préférait avoir à affronter la réaction violente du nain dés le début de la semaine pour pouvoir par la suite se concentrer sur l’épreuve à venir, avec l’espérait-il son soutien.
    Les gonds grincèrent, et bientôt la barbe rousse dépassa de l’entrebâillement. Le nain se fendit d’un sourire et se glissa sur le côté pour laisser entrer son hôte.
    - Je suppose que de toute façon je ne peux rien y faire gamin, s’enquit le nain d’un air désespéré. Le mage acquiesça en silence. Kadrek marqua un long moment de silence, les yeux perdu dans le vide puis finit par déclarer d’un ton paternel faussement réprimant « Alors qu’est ce que tu fais la à rêvasser la tête en l’air, plonge dans tes bouquins ou la moindre entourloupe des grands maigres te coûteras cher ! ». Kadrek appelaient les archimages grands maigres car il trouvait cela plus approprié et moins effrayant, même s’il ne se l’avouera jamais.
    Centelm rit de bon cœur. Sa première épreuve à lui s’était bien passé, le reste devrait suivre se dit-il encouragé par le comportement du vieux nain. Aussi après avoir négocié son gîte et son couvert chez Kadrek, il partit se plonger dans ses livres comme lui avait conseillé son vieil ami.
    Jusqu’à la tombée de la nuit il potassa des volumes entiers, des récits d’aventure où de nombreux monstres apparaissaient, des bestiaires des créatures de Téné et même dans un très vieux livre subtilisé dans la bibliothèque d’Istarion, l’histoire des bêtes de l’ancien temps. Il fut surpris d’y découvrir à plusieurs reprises des noms qu’il connaissait déjà car désignant aujourd’hui certaines constellations. Ces antiques monstres s’étaient ou avaient été figé - il l’ignorait - pour l’éternité.
    Centelm sortit de sa torpeur au milieu de la nuit, pour profiter du clair de lune. Il rejoint rapidement son rocher sur la rivière et se laissa bercer par le chant du ruisseau. Vobilus était pleine ce soir. L’esprit du mage rebondit immédiatement sur cette pensée comme électrisé par quelques flux d’éther. Il se leva rapidement et fonça vers la forêt. Bientôt il entraperçut la vieille cabane qu’ils avaient bâtie avec son frère. Avec un sourire il poussa la porte, déverrouillée, comme toujours.
    A l’intérieur l’odeur habituelle. Le parfum des plantes qu’il cultivait de l’autre côté se mêlait aux effluves des épices soigneusement rangées sur les étagères. Centelm marchait en silence dans la pièce. Il inspira profondément en se penchant au dessus des bols qui recueillaient l’hydrolat extrait des plantes. Si Vobilus était pleine cette nuit, cela signifiait qu’il pourrait achever les huiles que lui avait demander Thinuviel. Comme si elle avait besoin de cela pour être délicieuse... Cela voulait aussi dire, qu’il pourrait trouver au petit matin des variétés de plantes qui ne poussent qu’à la lumière de la lune et qui en conséquence disposent de propriétés spéciales. Tout cela était décidément de bon augure pour la fin de semaine. En silence, le mage se mit à son travail de distillation qui dura jusqu’aux premières lueurs de l’aube.
    Avant de rejoindre Kadrek qui devait encore ronfler au moins aussi fort qu’un dragon, Centelm fit un détour par la forêt et ramassa quelques unes de ces plantes dîtes lunaires. De simples boules blanches aux reflets bleutés recroquevillées dans des pétales violets le tout hissé en haut d’une tige épineuse. Cette plante faisait le bonheur de tous les herboristes car tout y est utile. Le cœur de la plante était généralement utilisé pour ralentir les hémorragies tandis que les pétales servaient à la confection d’antidotes ou potions en tout genre. La tige entrait principalement dans la composition de sort de défense ou dans la création d’arme magique. Cette plante et aucun mage n’ignorait cela, avait la capacité de s’adapter à l’énergie magique qu’elle reçoit et même d’aider à la création de sorts. Phartange en avait parfois parlé à Centelm, attribuant ces propriétés à la qualité des sols et l’exposition lunaire.
    De retour chez Kadrek, Centelm se glissa dans l’arrière salle qu’avait finit par lui construire le nain « afin qu’il évite de faire disparaître ou exploser toute sa forge ». Centelm se servait donc de cette pièce comme d’une étude où il rassemblait ses composants et se prêtait à quelques expériences parfois insolites. Il rangea minutieusement ses composants avec les autres avant de s’emparer du paquet destiné à Thinuviel et de sortir aussi discrètement qu’il était rentré. Avant de passer la porte, il pris soin de défaire proprement son lit ; au moins Kadrek ne le réprimanderai pas à propos d’une nuit de sommeil en moins.
    Le mage trouva la jeune fille pensive adossée à un arbre. Centelm s’immobilisa à distance et chuchota quelques mots. Aussitôt il se fondit dans le décor, les images du lieu environnant le couvrait totalement ; en regardant à son emplacement on ne distinguait que l’herbe derrière lui qui se troublait légèrement à chaque mouvement. Arrivé juste au côté de son amie il lança un vif bonjour qui ne manqua pas de surprendre l’intéressée. Satisfait, il réapparut les flacons d’huiles à la main accompagnés d’un large sourire, comme pour se faire pardonner. Thinuviel sourit un court instant avant de reprendre une mine préoccupée.
    - Tu m’a l’air inquiète avança Centelm
    - Non c’est juste que la nuit dernière a été difficile. Des clients de la taverne sont arrivés tard et Tadric est venu me chercher parce qu’il voulait que j’interprète leurs rêves moyennant quelques pièces. Je n’ai pas beaucoup dormi voilà tout, j’espère au moins que tes huiles cacheront ces cernes.
    Centelm fronça les sourcils, Thinuviel n’était absolument pas le genre de femme à se soucier de son aspect physique. Elle n’en avait pas besoin à vrai dire. De toute évidence il s’agissait là d’une de ses pirouettes verbales pour éviter un sujet délicat.
    - Et je suppose que cette ride soucieuse qui barre ton front est due au fait que tu ne leurs a pas rendu la monnaie ?
    - Pas exactement, répondit-elle agacée. Je dors mal c’est tout. En fait je fais des rêves étranges depuis quelques semaines et je n’arrive pas à en trouver la signification.
    - Ce sont toujours les cordonniers les plus mal chaussés dit-on répliqua-t-il avec amusement. Cela arrive à tout le monde.
    - Mais pas à moi ! Ces rêves sont vraiment dérangeants. As-tu déjà rêvé qu’une puissance insondable t’appelle à l’aide d’un endroit que tu n’arrives pas à concevoir et ce de manière répétitive et obsédante. J’ai l’impression de connaître cette voix et c’est encore plus déroutant. Je ne vois que du bleu et du noir avec au milieu ce chant étrange que je ne comprends pas mais qui semble m’appeler à l’aide.
    Centelm perçut une détresse inhabituelle dans les yeux de Thinuviel, ces rêves devaient vraiment lui peser sur la conscience et il se demanda si elle lui disait vraiment tout. Après tout lui n’avait jamais parlé de ces cauchemars à quiconque ; seul Kadrek savait que quelque chose ne tournait pas rond dans son sommeil.
    - Ca te passera sans doute comme les autres la rassura Centelm peu convaincu de lui même. J’interrogerai Phartange la dessus, peut être connaît il une personne qualifiée qui pourrait t’aider.
    - Nous verrons.
    Ils se quittèrent l’esprit brumeux et interloqué à propos des paroles qui venaient de se prononcer. Centelm réalisa qu’il ne lui avait même pas dit qu’il passait l’épreuve. Tant mieux, inutile de lui ajouter une préoccupation de plus. Un bref instant la perspective que cet échange était peut être le dernier où il la voyait traversa son esprit. Il secoua la tête comme pour mieux chasser cette idée. Dans six jours il serait fixé.
    Il passa le reste de la semaine à potasser ses livres encore et encore, s’interrompant de temps à autre pour discuter avec Kadrek de choses et d’autres. Celui-ci de plus en plus inquiet révisa la dague qu’il lui avait confectionné, insistant sur le fait qu’en cas de trou de mémoire, il ne lui restera que ça.

    ***

    La flamme vacillante de la bougie faisait danser les écritures sous ses yeux. Les pages jaunies découvraient des illustrations que Centelm connaissait toutes par cœur. Il était à la veille du jour qui allait décider de sa destiné. Le croisement de sa vie. D’un côté la possibilité de persévérer dans ce qui l’a toujours porté. L’opportunité d’accroître sa connaissance du monde et de lui-même, de se rapprocher de ce fluide qui arpente son corps silencieusement depuis la naissance. D’un autre côté : le mur, les eaux mortes. L’arrêt de cette progression, de ce travail, la fin prématurée de ce pour quoi il vit, l’éradication de toute pratique magique. En passant le doigt sur une gravure de la couverture il songea que cette vie là, cette fin serait comme la mort elle-même. Ses yeux gris restèrent un moment à fixer le vide. Il était là assis à son bureau quand d’autres à la veille d’une mort certaine jouissent une dernière fois des plaisirs de la vie, au fond d’une taverne où d’un lit. Lui avait choisi de lire. Une dernière fois plonger dans le vide de la lecture sans magie sans magie, sans artifice. Juste promener son esprit de chapitre en chapitre dans ce livre qu’il avait lu des dizaines de fois Odeur, ouïe, toucher, vue il répondait à ses sens comme le faisait la magie. Il le referma. Le titre en lettre argenté se mit à briller : le soleil dardait ses premiers rayons. Le jour était venu. Le mage posa le livre dans son sac et sorti, toujours accompagné de ce sourire si énigmatique.
    Il poussa la porte de la salle de l’orbe et fut accueilli par les sept regards silencieux du conseil. Deux robes rouges, deux blanches, deux noires et Phartange siégeaient à la table. Centelm ne les connaissait pas tous mais reconnus quatre d’entre eux dont le vieux Fingley. Phartange avait revêtit l’habit de cérémonie : une robe blanche où s’entremêlaient des rainures bleues. Il prit son air grave et prononça les paroles rituelles d’un ton solennel.
    - Centelm, fils d’Istarion tu t’apprêtes à risquer ta vie pour un art, à sacrifier ton esprit pour un savoir et ton âme pour une cause que tu servira chaque jour. Si tu la franchit, la prochaine porte ne rouvrira peut être pas. Tes compétences seules seront tes propres juges, celles qui décideront par toi de ta réussite ou de ta défaite. A tout moment tu pourras renoncer en formulant la demande dans ton esprit. Tout s’arrêtera mais tu seras radié de l’ordre et interdit de pratique. Tu peux trouver la réussite comme la mort. Passé le seuil de cette porte tu seras confronté à un monde hostile, un monde où ton esprit seul sera ta force. Pour triompher tu devras concevoir des choses que tu n’as pas pensé, admettre ce que tu n’as jamais senti, t’ouvrir au souffle nouveau qui te portera vers l’Horizon ou mordra ta chair si tu n’es pas prêt. Tes connaissances seront ton épée. Ton bon sens et ta réactivité ta force.
    Centelm écoutait nerveux les paroles cérémonielles qui paraissaient ne jamais se finir. Pendant que Phartange finissait, il avisa sur la table les trois objets qui lui étaient proposés. Conformément aux lois, Centelm devait en choisir un qui l’accompagnera toute sa vie. Phartange en arriva à ce moment. On ne lui dirait rien de ces objets avant la fin de l’épreuve. L’homme et l’objet devaient apprendre à se connaître durant l’épreuve. L’épreuve est nécessaire à la création du lien spirituel entre les deux. Chaque objet ayant sa volonté propre, c’est au mage d’appendre à le maîtriser. Au centre de la table étaient disposés un bâton, un anneau et une amulette. Cette dernière portait deux pierres unies et taillées en forme de rose. Au cœur de la fleur le quartz se mariait à du saphir trop clair pour être seulement naturel. Sur chaque maillon de la chaîne des runes apparaissaient, témoins de la signature naine. L’anneau était d’un métal blanc finement ciselé. Deux sillons s’entrelaçaient comme des amants. De loin il paraissait alourdi par toute la lumière qu’il attirait à lui. Le troisième objet ne payait pas de mine. Un bâton noueux taillé dans un bois sombre avec pour unique ornement un dragon d’aigue-marine au sommet. Centelm réfléchit en examinant les objets de près sans toutefois les toucher, cela était interdit avant le choix définitif. Quand il fut en face du bâton il ferma les yeux en passant sa main au dessus comme pour capter la respiration de l’objet. Il sentit sa nuque chauffer. Au fur et à mesure qu’il remontait, la sensation était de plus en plus forte. Lorsqu’il arriva au niveau de la figure d’aigue-marine la sensation se changea en douleur insoutenable et l’espace d’une seconde il entrevit un étau de flamme, le même que dans ses rêves, s’avancer vers son front. Il rouvrit les yeux aussitôt. Sa main était posée sur le bâton. Il la retira prestement. Trop tard, Phartange sourit à la vue du choix de son apprenti qui encore étourdit réalisait peu à peu qu’il venait involontairement de choisir. La petite assemblée de mages ne semblait pas avoir remarqué l’incident qui venait de se produire. Phartange tendit l’objet à Centelm. Celui-ci soucieux de ne rien laisser transparaître de son trouble s’en saisit sans hésitation. Rien, rien ne se produisit. Après les dernières indications Centelm se retrouva devant la porte, son étrange appui à la main.


    Suite prochainement...

Discussions similaires

  1. Fantasy SF Fantastique: les sorties du mois
    Par Galathée dans le forum Le cabinet littéraire et B.D.
    Réponses: 25
    Dernier message: 16/10/2010, 16h29
  2. [CFA] Le chant de l'oiseau de nuit
    Par Althéa dans le forum Le cabinet littéraire et B.D.
    Réponses: 1
    Dernier message: 01/05/2009, 18h13
  3. [essai de roman] Envolé
    Par Kaedyuma dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 3
    Dernier message: 31/05/2005, 22h09
  4. Essai de fonds d'écran
    Par Monstrapoil dans le forum ScreenShots Zone
    Réponses: 10
    Dernier message: 26/04/2005, 15h34
  5. Essai.
    Par Maël dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 6
    Dernier message: 11/03/2005, 15h54

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236