Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

Discussion: Essai.

  1. #1
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    Lyon
    Messages
    492
    Bon, je suis là, mon premier soir de vacances après les premiers partiels de ma vie, devant un écran, avec un document Word ouvert, vide, mais qui se remplit au fur et à mesure que je tapote, le dos bien droit sur ma chaise (Moi, pas le document.). Je suis seul jusqu’à demain soir, complètement seul, peinard. Pour l’instant, il est 22H45, et je me dis que pour une fois, faudrait que j’aille au bout de ce que j’ai envie de faire. Ce soir, mon envie, une fois n’est pas coutume, c’est une envie qui revient périodiquement depuis des années ; Mon envie, disais-je, c’est d’écrire. Écrire quoi ? Un truc de fantasy ? J’en sais trop rien. Dans un texte, il me semble que j’attache nettement plus d’importance à la forme qu’au fond. Je viens de refeuilleter le Codex de Riva de David Eddings, particulièrement les passages décrivant les bons ingrédients pour créer un univers de fantasy classique et une trame scénaristique honnête. Mouais. J’ai pas envie de faire un truc conventionnel. Pas sur la forme, au moins. Pas trop, disons… Je mets ma tête à couper que ça s’avérera certainement bien plus classique que prévu. Concernant le contenu, j’ai pas non plus envie de prendre comme référence un univers déjà existant. J’estime que c’est pas… « bien ». J’sais pas comment expliquer, peu importe, vous m’avez peut-être compris. 22H52. Ça avance vite, je trouve. Bon, pour en revenir au sujet principal, je vais essayer de faire un truc qui me paraît amusant : Une impro quasi-totale (Dans les limites du raisonnable. Vous comprenez bien qu’il faut un minimum de cohérence, et que donc corriger certaines erreurs s’avère forcément nécessaire.) au niveau de l’univers. Une idée de scénario ? Bof. Y aura-t-il vraiment un scénario ? L’intérêt de la lecture, pour moi, c’est le plaisir de lire. Ouais, je sais, c’est super con à dire. Alors les univers où ya des magiciens et des loups noirs qui mangent les villageois, cool. C’est chouette. Mais ça me suffit pas. Maintenant, histoire d’éviter que je ne transforme le tout en autobiographie (De toute façon, yen aura inévitablement un peu dans le texte. Surtout que j’ai la fâcheuse tendance de ne pas me renouveler du tout, « stylistiquement » parlant (Un bien grand mot.). Soyez pas étonné(es), donc.), je propose de commencer. Je viens de décider d’adopter une narration à la troisième personne, un personnage masculin (Pourtant, j’ai beaucoup plus l’habitude de mettre en scène des femmes.) avec cependant des interventions d’un auteur-narrateur omniscient. Rien que du très classique. Allez, on tente ? 22H58. Mon poste crache le dernier album de Wuthering Heights raisonnablement fort… On tente. Cependant, je tiens à vous rappeler une dernière fois que je n’ai rien en tête concernant le contexte, et que cette « technique » de rédaction complètement anarchique, bah je l’emploie juste par curiosité. Par ailleurs, je vous en supplie, que personne n’assimile ceci au surréalisme, mouvement littéraire que j’ai en horreur. 23H10. Go.





    La ville puait. Les langoureuses effluves de pourriture que l’on commençait à percevoir des kilomètres à la ronde en s’y rendant avaient invariablement pour effet de faire remonter le dernier repas consommé. Imaginez les, ces effluves, par vagues, presque palpables, qui sortent progressivement de la ville, comme une espèce d’épidémie dont personne n’aurait su endiguer le flot. Et maintenant, il se sentait contaminé à son tour, comme s’il n’avait pas vécu assez de saloperies par le passé. Il se sentait souillé comme jamais, ou plutôt, comme une seule fois dans sa vie d’avant : Lors de la dernière guerre.

    Ses souvenirs ne remontaient pas très loin. Comment s’était-il retrouvé là-dedans, dans une armée pleine de visages anonymes qui ne comprenaient rien aux enjeux de la guerre ? Non, ils n’y comprenaient rien, tout comme lui. Pourquoi avait-il été entraîné dans cette histoire de fou ? Ç’en est une, d’histoire de fou. Suite à… Suite à quoi ? Vraiment, il était incapable d’y répondre. Sans doute sa mémoire avait-elle occulté pareils détails. Toujours est-il qu’il s’était retrouvé, prêt à affronter des créatures, dont le seul défaut serait certainement de se trouver en face de lui, alors que ses ordres étaient clairs. Il ne devait rien rester en travers du chemin des gentils.

    C’était son plus vieux souvenir : Le moment d’excitation qui précédait la bataille, les officiers braillant leurs fameux ordres. Ils étaient tous là, dans la plaine. Des milliers, des dizaines de milliers de visages. Gris. Tristes. Sans une lueur d’espoir. Il lui était impossible d’en voir le bout, à gauche comme à droite. L’adrénaline collective montait en chacun d’entre eux, y compris en lui. La bile aussi, lorsque venait à l’esprit le massacre qui se profilait réellement à l’horizon. Une belle fin offerte. Pour beaucoup, le rachat des fautes commises de leur vivant. Le pardon dans la mort, avaient dit les officiers. Est-ce qu’il était de ceux là, lui ? Était-il de ceux à qui on n’avait pas donné le choix ? Ou plutôt, un choix du genre « Soit vous crevez maintenant comme des clébards, soit vous crevez plus tard, en en emportant autant que possible avec vous, et avec la conscience tranquille » ? Possible. De toute façon, tout était oublié à présent. Il sentait bien qu’en dépit de tous les efforts qu’il fournirait pour s’en souvenir, ça ne reviendrait pas.

    Ils étaient donc là, alignés, dans la plaine, victimes du froid mordant et du cruel ciel bleu limpide, qui les narguait, épaulé dans cette courageuse tâche par un Soleil aveuglant, mais toujours incapable de réchauffer quoi que ce soit. Ni les corps, ni les coeurs. Plusieurs rangées, tout autour, chacune mesurant très certainement des kilomètres de long. Les officiers qui criaient en passant devant les rangs. Personne n’en pouvait plus. Certains se pissaient dessus, d’autres vomissaient. D’autres encore fixaient l’horizon, juste en face d’eux. Ils ne semblaient pas réaliser ce qui allait se passer. Ou bien étaient-ils les seuls à s’être rendu compte de l’horreur à laquelle ils allaient faire face ? Ça n’a pas grande importance. Lui, pendant ce temps là, observait ses compagnons d’infortune. Des gamins, des sales gueules, des femmes… Beaucoup de femmes, par rapport à d’habitude. A la fois beaucoup de femmes et un peu de tout.

    Quand soudain, ils les virent. Des petits points à l’horizon. Des créatures indicibles. Les obstacles à la victoire. Pas besoin de penser à ce pour quoi ils se battaient, lui et ceux qui l’entouraient. Ils avaient reçu des ordres. On n’entendait plus que des respirations paniquées dans les rangs, et le bruit du vomi remontant progressivement des profondeurs des tripes, puis s‘écoulant comme une fontaine de la bouche des plus fragiles. Eux aussi avaient l’air nombreux, en face. Des choses étranges se mouvant telle une masse organique, mais pas chaotique comme on pourrait l’imaginer. Non, c’était des choses organiques et organisées, inquiétantes.

    Nul ne sait qui chargea en premier. Il y avait encore une bonne distance entre leur armée et le flot fascinant qui se trouvait en face, pourtant. Peut-être que les deux camps se mirent à marcher en même temps, puis à trottiner, au fur et à mesure qu’ils se rapprochaient l’un de l’autre, puis à courir. Quand vint le choc.

    Il était dans les premiers rangs. Impossible de voir ce qu’il avait en face. C’était horrible, on aurait dit un tas de choses jamais vues jusque là, sans doute déformées par la rage.

    Les pauvres hères qui l’entouraient encore quelque secondes avant que les deux armées n’entrent en contact tombèrent comme des mouches. Il vit distinctement une femme au bras ne tenant que par un lambeau de peau, aspergeant de sang les autres hommes et femmes alentour. Et ce fût le déclic. Là, il se souvint. Oh pas de tout. Mais il se souvint du mal que le camp d’en face avait fait, de ce qu’il avait perpétré avant cette bataille. Il avait apporté des épidémies, et bien d’autres désastres. Tel une masse informe, il s’était répandu dans tout le pays, sauf qu’il l’avait fait méthodiquement, ce qui n’était pas pour rassurer. Il se souvint de ça, et soudain, la colère le pénétra. Il devait tuer, tuer, tuer, se débarrasser de ces monstres, quitte à y passer lui aussi. Autour de lui, tout le monde tombait, mais il ne se laisserait pas avoir aussi facilement que les autres. Lui avait compris. Il chercha donc un adversaire, et pris le temps de l’étudier, de le dévisager.

    Le monstre était encore plus horrible lorsqu’on se concentrait sur son aspect physique. C’était une espèce de singe. La même attitude fière, agressive, bestiale. Il hurlait, et bavait, sans se soucier de ce qui l’entourait. Sa peau rosâtre suintait d’un liquide qui avait l’apparence de l’eau. Des poils hirsutes ornaient son torse et ses quatre membres. C’était répugnant. Il avait repéré sa proie… Ou était-ce son chasseur ?
    "THIS IS NO CAVE." -- Han Solo

  2. #2
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    Lyon
    Messages
    492
    Voilà, je viens de terminer. Mouais, je suis pas très content de moi... Honnêtement. Mais après réflexion, c'est qu'une nouvelle faite en quelques heures, donc je trouve ça pas si mal, bordel de m*rde !

    J'trouve que j'ai réussi à faire assez fort dans le genre "Ouais, j'suis un blasé, je communique à grands coups de leçons de morale". C'est sans doute dans ma nature. Bon, faites moi part de vos avis, si ça vous dérange pas. J'en vois déjà deux qui sont plongés dedans, bande de coquinous.
    "THIS IS NO CAVE." -- Han Solo

  3. #3
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    dans le brouillard
    Messages
    27 393
    C'est mon genre. Pas vraiment le contenu, pas spécialement le contenu, plutôt.
    Mais le style. J'aime bien ce genre haché, vocabulaire recherché, images fortes, pas toujours de verbes dans les phrases, répétitions quand ça rythme le propos, alternance de longues phrases et de phrases très courtes. Je suis moins impressionnée par le coté vomi - hémoglobine, même s'il peut être parfois nécessaire (ici, trop de vomi, vraiment trop de vomi!).
    Mais j'aime beaucoup le fait d'être parachuté dans l'action et dans la tête du personnage, sans spécialement savoir qui il est (pas sûr qu'il le sache lui-même apparemment). Je trouve souvent qu'on en dit trop, qu'on ne laisse pas assez le temps à l'action de prendre sens par elle-même... En même temps, dans des écrits plus longs, c'est difficile de conjuguer le mystère et la compréhension du lecteur... Enfin, je m'égare, là.

    C'est pas très structuré comme critique, mais je trouve que pour un "écrit de la nuit", c'est vraiment bien. Les usagers de la technique de "l'exercice d'écriture quotidien obligatoire" savent qu'il en sort souvent n'importe quoi!
    Lathandre est le début du plaisir
    Et Luménis c'est par ...


    En RP : Albérich Megrall & Hubert de Maleval. La bio de l'un et la bio de l'autre...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

  4. #4
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    Lyon
    Messages
    492
    Bigre, ça fait vachement plaisir d'avoir un tel commentaire ! Merci bien...

    Concernant le style, ouais, je le trouve pas très original. Après tout, plein de gens écrivent comme ça, c'est très tendance, non ? Cela dit, c'est un truc que j'ai délibérément adopté, en âme et conscience, votre honneur.

    C'est vrai que ya beaucoup de vomi pour un si petit texte dont le sujet principal n'est précisment pas le vomi. En fait, c'était juste pour accentuer un peu le côté "La guerre, c'est mal, berk, bouh !", en plus de "L'homme, des fois, pfuih, quelle saloperie !".

    Quant au fait qu'on ne sache pas vraiment qui le personnage est... Paradoxalement, il se trouve que ça s'inscrit dans le cadre d'une meilleure identification à ce même personnage, puisque lui-même n'en sait pas long sur sa personne, ou plutôt sur son passé.

    Mouais, ta critique a beau ne pas être SUPER organisée (Bien que claire, et c'est le principal, à mon avis.), je pense qu'elle l'est plus que le texte ! De ce côté là, je suis pas bien satisfait de ce que j'ai fait. Je me demande si le lecteur risque pas de s'y perdre, ou de devoir revenir toutes les cinq secondes en arrière pour savoir de quoi il est question. L'accessibiltié est assez capitale, je pense, dans ce genre de truc tout bref, et sur ce point, je suis pas sûr d'avoir atteint mon objectif... M'enfin bon ! Content que t'aies aimé le, mh, "genre". Vraiment.
    "THIS IS NO CAVE." -- Han Solo

  5. #5
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    dans le brouillard
    Messages
    27 393
    Je ne pense pas que le lecteur ait besoin de revenir en arrière pour te suivre (du moins s'il est dans un état d'éveil "normal") (pour ce que ça veut dire... ).

    Je ne sais pas si c'est un style tant utilisé que ça. Ou bien peut-être est-il utilisé, mais rarement maîtrisé? S'il est "tendance", ça m'intéresse que tu me rencardes les auteurs correspondants, en tout cas...

    Bonne continuation dans ton écriture nocturne...
    Lathandre est le début du plaisir
    Et Luménis c'est par ...


    En RP : Albérich Megrall & Hubert de Maleval. La bio de l'un et la bio de l'autre...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

  6. #6
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 916
    Bon, ben je voulais donner mon avis, mais Sasquatch à déjà tout dit ! Le style est intéressant, bien mené et surtout il colle au personnage. Le récit se lit bien et ne nécessite pas de retour en arrière. Tu arrives bien à recréer l’atmosphère glauque d’une bataille, même si c’est vrai qu’il y a beaucoup de bile ! Enfin bref, c’est très positif tout ça !
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  7. #7
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    Lyon
    Messages
    492
    Woohoo ! Je m'attendais pas à des échos aussi élogieux... C'est des trucs que tu penses, ou bien non ?

    Je te vois mal répondre par la négative. Quoi qu'il en soit, MERCI... beaucoup. Ya rien de plus plaisant.

    P.S. : Moi, la bile, j'adore ça. J'y peux rien. Je suis fan absolu.
    "THIS IS NO CAVE." -- Han Solo

Discussions similaires

  1. essai fantastique
    Par centelm dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 6
    Dernier message: 21/04/2007, 01h58
  2. [essai de roman] Envolé
    Par Kaedyuma dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 3
    Dernier message: 31/05/2005, 22h09
  3. Essai de fonds d'écran
    Par Monstrapoil dans le forum ScreenShots Zone
    Réponses: 10
    Dernier message: 26/04/2005, 15h34

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236