Affichage des résultats 1 à 12 sur 12

Discussion: Drangrist l'infâme

  1. #1
    Eldora Invités
    [u]PREFACE


    Keldaran, soldat à la retraite, pêchait la truite dans la rivière qui bordait ses demeures, quand il vit, sur l’autre rive une créature de forme humaine sortir de la forêt. Elle était vêtue de vert, et portait un paquet dans ses bras.

    La créature, que Keldaran avait reconnu être une elfe, se jetait dans le fleuve quand, au même moment, une flèche se fichait en travers de sa gorge. Une multitude d’ombres sortirent de la forêt, sur les traces de l’elfe. La plus petite de ces ombres s’approcha du cadavre ensanglanté qui flottait à la surface de l’eau, et s’empara de l’objet que sa victime portait dans ses bras.

    La bête qui s'était avancée, contrairement au autres créature de la horde, portait une armure et de nombreuses armes attachées autour de son ceinturon. C'est se détaille qui fit penser au viel homme qu'il devait être le chef du groupe. Il portait aussi un arc, si bien que l’on pouvait supposer que c’était lui qui était le responsable du meurtre de la jeune elfe.

    Keldaran, jusqu’alors tétanisé par la rapidité de l’incident, sortit enfin de sa torpeur, et une soudaine rage le submergea contre ces monstres qui avait assassiné aussi lâchement une aussi belle et innocente créature.

    Il sortit l’arme qu’il portait de son fourreau, que par sa formation militaire il avait toujours sur lui, et il s’avança vers la horde d’ombre.

    Le chef porta son regard globuleux sur lui, et une grimace ironique et méchante s’épanouit sur son visage informe :

    - Je suis Gzargtztug Bguurtsiptz, Meneur de la horde sombre des Gnolls Berserker, glapit le petit Gnoll en répendant des flots de bave gluante à chacune de ses paroles, auras-tu le courage de t’opposer à ma volonté ?

    Le vieux guerrier connaissait bien cette race de Gnoll et savait que le petit Berserker se vanterait jusqu’à ce que Keldaran l’attaque…ou fuie.

    Le soldat décida donc de charger sans plus attendre. Gzargtztug, voyant Keldaran approcher à grande vitesse, décrocha le morgenster qu’il avait passé dans sa ceinture et prit position sur la rive. Keldaran sut alors qu’il ne pourrait pas arriver à moins de deux mètres de la bête, sans que celle-ci ne le balaie comme un vulgaire Kobold.

    Or donc, Keldaran jeta son épée de toute la force que ses muscles vieillis pouvaient encore lui fournir vers le chef de la horde. Celui-ci, pris par surprise, n’eut pas le temps d’esquiver et reçut la lame de plein fouet, et celle-ci lui transperça l’épaule.

    La horde, qui jusqu’alors avait pensée son chef largement capable de faire face à un vieillard humain, et le voyant finalement en mauvaise posture, se jeta sur Keldaran. Mais leurs hésitations lui avait tout de même laissé le temps de rejoindre le Gnoll blessé et il avait récupéré son épée.

    Le premier cou de Gnoll qui fut à porter de la lame fut tranché net.

    Le groupe d’assaillant hésita, puis, voyant que le vieil homme, en plus de sa propre épée, avait récupéré le morgenster de leur chef et qu’il n’était pas près à se laisser faire, il prit la fuite en emportant le corps meurtri de leur chef.

    Le vieux soldat, qui avait été bien plus épuisé par le combat que l’avait cru les Gnolls Berserker, les laissa fuir en soufflant. S’ils l’avaient vraiment voulu, ils auraient pu écraser Keldaran.

    Une fois la dernière créature disparue dans l’ombre des arbres, Keldaran se souvint de l’objet que le chef des Gnolls avait arraché au cadavre de la jeune elfe. Ces monstres stupides l’avaient oublié dans le feu de l’action.

    Quand Keldaran prit l’objet dans son poing, il fut étonné de sentir quelque chose de mou sous ses doigts bruts.

    Et quelle ne fut pas sa surprise de reconnaître une créature humanoïde emballée dans ce paquet.

    Un bébé !

    (à suivre)

  2. #2
    sir julien Invités
    Tu veus que je te dise mon avis... C'est super !

  3. #3
    Eldora Invités
    Comme se texte est mon premier écrit, il y a surement beaucoup de chose qui ne vont pas.
    Donc, si les experts pouvait me donné leurs avis, cela me permettrai surement d'ameliorer mon écritures.
    Je suis ouverte à toutes les remarques, merci.

    Edit: merci de m'avoir prévenue pour les participes Luthien. Je pense les avoirs corigé tous maintenant. :notme:

  4. #4
    Luthien Invités
    C'est sympa, en plus, l'action commence très vite. Par contre, un gros effort à faire du coté de l'orthographe, notemment dans les participes passés.
    Bon courage.

    Luthien

  5. #5
    Eldora Invités
    CHAPITRE 1: OU L'ON APPREND CE QUE PENSAIT KRISS DE KORAN.</span>

    Il le haïssait ! Pour Koran, seul la force, la résistance et le maniement des armes pouvaient êtres dignes d’admiration. Mais Kriss n’avait aucunes de ces vertus : il en avait tellement d’autres. Et il ne comprenait pas en quoi ces propres qualités ne pouvaient pas êtres respecter au même titre que celle de Koran.

    Un jour, kriss avait réussit à passer les protections de l’école de magie. Il y était entré et avait ouvert le « coffre fort ». Ce coffre était réputé dans toute la région pour être inviolable.

    Mais Kriss avait un talant particulier.

    Il avait conté son exploit à Christine, et celle-ci, dont la charmante, mais parfois gênante, naïveté était encore plus grande que la beauté, avait tout raconté à Koran.

    Koran était entré dans la chambre de Kriss en trombe et lui avait dit en fusillant du regard :

    - Alors longues oreilles ! Que crois-tu que je viens d’apprendre à l’instant ?

    Kriss avait immédiatement séré les points. Il se moquait bien de ce que Koran avait bien pu apprendre ou non. Mais ce stupide homme n’avait pas le droit de l’insulter de "longues oreilles".

    Il était vrai que Kriss avait les oreilles inexplicablement longues et pointues comparées à ses congénères. Et il avait bien d’autres particularités connues de lui seule. Il n’aurait pu dire pourquoi il avait été doté de tels dons, mais ce dont il était sure, c’était que cela dérangé les gens, et mettait son père mal à l’aise quand il voulait en parlé avec lui.

    Koran savait tout cela, et c’était intentionnellement qu’il avait appelé Kriss pas ce surnom.

    - Tu vas rendre immédiatement ce que tu as volé à l’école de magie.

    - Je ne voie pas de quoi tu parle.

    Koran s’approcha d’un pas lourd de Kriss. Il avait revêtu sa besantine : Sans doute voulait-il paraître plus imposant qu’il ne l’était déjà !

    - Christine m’a tout raconté. Elle au moins a le sens des responsabilités.

    Même si j’avais véritablement braqué l’école de magie, à quoi cela m’aurait-il servi de voler quoi que ce soit ? Nous avons tout ce dont nous avons besoin ici.

    Koran, qui n’avait pas l’habitude de suivre une conversation sérieuse plus de quelques secondes, se jeta sur Kriss. La lutte ne dura que quelques instants, car Koran avait une force de bœuf, et il s’entraînait chaque jours aux arts du combat.

    Koran tira kriss par l’oreille et lui dit en ricanant :

    - Maintenant, tu vas me suivre jusqu’à l’école de magie, et tu vas leur dire ou tu as caché ton butin.

    Malgré la douleur, Kriss réussit à grommeler :

    - Pauvre imbécile ! On peut y aller si tu tiens tellement à te rendre ridicule. Mais lâche-moi !

    Koran ne voulut pas le lâcher, et une fois qu’ils furent arrivés devant le porche de l’école, Kriss était au bord de l’épuisement : Il avait du faire tout le trajet courbé sous le point de Koran, et il avait l’oreille en feu.

    Quand ils eurent en face d’eux la personne du Directeur, et que Koran, lui eut expliqué la situation, le chef d’établissement éclata de rire.

    - Mon pauvre monsieur, vous pouvez me croire, si l’école avait été cambriolée, je serais au courant. Et je peux vous assurer qu’elle ne l’a pas été !

    Depuis, Koran n’avait plus jamais cru Christine quand elle lui narrait les exploits de "Kriss l’habile".

    Mais Kriss lui-même, n’en avait pas ressenti l’événement comme une humiliation.
    Et c’est pour cela, et plus encore, que Kriss haïssait Koran.

    <span style=\'color:gray\'>(toutjours à suivre)

  6. #6
    Date d'inscription
    September 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages
    1 066
    Si j'ai bien compris, Kriss est le bébé du prologue... Ca fait une sacrée ellipse ! Mais en même temps, c'est normal.
    Encore quelques pitites erreurs... Mais le fond est bon, j'attends vite l'approfondissement
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  7. #7
    Eldora Invités
    Merci Kerdän . Pourais-tu m'expliquer brievement mes erreurs les plus flagrantes? Je pourais surement les corrigés (sauf si des erreurs d'orthographe, la c pas la peine de te déranger pour sa, j'ai un amis qui va m'aider à les corrigés d'ici peu )

    Merci

  8. #8
    Leste-Plume Invités
    Avant de commencer la critique de ce début assez intéressant j'aurais une remarque technique "LAISSE TOMBER LES COULEURS STP" ça tue la rétine :angry: . C'est à toi de faire en sorte que le lecteur sache à tout moment qui parle sans avoir à changer de couleur avec l'interlocuteur.

    Ok. Je voudrais attirer ton attention sur le fait que TU connais Drangrist l'infâme. Je suppose qu'il s'agit d'un mauvais garçon mais à ce moment du récit tu es la seule à le savoir (je suppose que tu es une demoiselle ). Donc le paradoxe du début héroïque est logique pour toi mais pas pour le lecteur. Et puis de la manière dont tu présentes les choses on s'attend à ce que tu passes directement à l'histoire de ce Drangrist, or ce n'est pas le cas. Evite alors de citer un personnage dont tu ne parleras pas avant X pages sauf si tu fais directement le lien avec les évènements que tu racontes.

    , pêchait la truite dans la rivière qui bordait sa demeure
    quand, soudain, une flèche se ficha en travers de sa gorge



    Passe au passé simple lorsque tu décris une action dans l'instantané.

    et s’empara de l’objet que la malheureuse victime portait encore dans ses bras.
    La bête qui s'était avancée, et qui semblait être le chef du groupe
    Plus haut tu dis que c'est le plus petit qui s'avance. C'est peu habituel que le nabot d'un groupe sois identifié comme le chef non?

    La bête qui s'était avancée, et qui semblait être le chef du groupe, portait un arc, sans doute l'arme qui avait servi à abattre la jeune elfe.
    Keldaran, jusqu’alors tétanisé par la rapidité de l’incident, sortit enfin de sa torpeur. Il fut submergé par une rage soudaine* contre ces monstres qui avaient lâchement assassiné une aussi magnifique créature
    Laisse tomber la suite de ce paragraphe. Ca n'a rien à faire dans l'action.

    Il saisit son fourreau et en sortit l'épée que son expérience militaire lui conseillait de toujours garder à portée de main
    il s’avança vers la horde d’ombre.
    Ce ne sont plus des ombres depuis qu'ils sont sortis de la forêt!

    Je suis Gzargtztug Bguurtsiptz, ... serais-tu assez fou pour t'opposer à moi?
    Remarque, je ne sais pas à quoi devrait ressembler le language des gnolls mais celui-là y cause vachement bien! c'est un gnoll bac+4 :rigoler: . Tu devrais lui écrire un dialogue plus conforme à sa race.

    Keldaran jeta donc son épée vers le chef de la horde avec toute la force que ses vieux muscles pouvaient encore lui fournir. Le monstre, pris par surprise, n’eut pas le temps d’esquiver la lame qui lui transperça l’épaule.
    La horde était jusqu’alors restée immobile. Ces créatures bestiales avaient sans doute pensé que leur meneur ne ferait qu'une bouchée du vieillard humain. Mais, voyant finalement leur chef en mauvaise posture, ils se jetèrent sur Keldaran. Ce dernier eut néanmoins le temps de rejoindre le Gnoll blessé et de récupérer son épée.

    Le cou du premier Gnoll qui fut à portée de la lame fut tranché net.

    Le groupe d’assaillants hésita en voyant que leur adversaire avait également récupéré le morgenster de leur chef.* Le vieil homme ne semblait pas prêt à se laisser tuer aussi facilement aussi préfèrèrent-ils prendre la fuite en emportant le corps meurtri de leur meneur.
    Le vieux soldat, qui avait été bien plus épuisé par le combat que l’avait cru les Gnolls Berserker, les laissa fuir en soufflant. S’ils l’avaient vraiment voulu, ils auraient pu écraser Keldaran.
    Quel combat? Il n'y a eu que deux coups échangés. Tu devrais juste dire que le vieil homme préfère les laisser partir plutôt que de s'épuiser dans une dangereuse course poursuite à travers la forêt.

    Quand Keldaran se saisit de l’objet, il fut étonné de sentir quelque chose de mou s'agiter sous sa paume calleuse

    Il déballa fébrilement le mystérieux paquet et quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il constata qu'il tenait entre ses mains... un bébé!


    Je ne suis pas un professionnel de l'écriture. Je te propose juste des changements qui me semblent apporter plus de fluidité à ton récit. C'est à titre d'exemple, tu peux parfaitement passer à côté . Quoi qu'il en soit, je trouve ta mise en scène excellente, ça fait très scène de film d'action. Courage pour la suite.

    ps: quand j'aurai un moment, je jetterai un coup d'oeil au chap1.






  9. #9
    Eldora Invités
    Merci pour tout ces conseils Leste-Plume .

    Je pense avoir reglé les petits problème technique que tu à soulever (plus de couleurs promis ).

    Pour ce qui est des porblèmes de sens, je m'y attelerais dès que j'aurais un moment. J'ai suprimé la partie ou je parle du paradoxe, il me semblait intérréssant mais c'est vrai que dans la mesure ou je suis la seule à connaître la fin (à peu près) cela n'a aucun sens pour le lecteur.

    Par contre pour le nabot Gnoll, je ne suis pas sure d'avoir compris ce que tu voulais dire. Tu veut réelement dire qu'un Petit Gnoll est trop généralement le chef du groupe, ou plutôt que c'était inhabituel?

    Merci encore!! Et je serait ravi que tu me donne ton avis sur le premier chapitre (d'ailleur j'en profite pour dire que si j'ai découper le debut comme cela, c'est peu probable que je garde le système des chapitres pour la suite)

  10. #10
    Leste-Plume Invités
    Pour en revenir à la question sur le gnoll, tu écris que la créature semble être le chef de la meute. S'il était le plus balèze du groupe ce serait logique qu'un observateur extérieur ait cette impression. Mais comme c'est le plus petit il faut que tu expliques pourquoi il donne l'impression d'être le chef alors qu'il est en apparence le plus faible.

    Voici mes impressions sur le chapitre1 qui semble être un chapitre de présentation du héros si j'ai bien compris.

    Quand tu écris :
    Un jour, kriss avait réussit à passer les protections de l’école de magie...
    On se trouve dans le passé du récit. Or dans la suite tu décris les évènements comme si on était revenu au présent. L'usage voudrait que tu restes dans le passé et que tu utilises le plus-que-parfait pour narrer les évènements. Cela dit cette manière de faire est lourde et peu agréable pour le lecteur. Voici ce que je te suggère. Kriss est en train de repenser à "son exploit" quand soudain la porte s'ouvre brutalement pour laisser apparaître un Koran furieux. Toute la suite sera au présent du récit et ton texte sera plus vivant.

    A mon avis ce chapitre est très incomplet dans le sens où il manque pas mal d'éléments importants pour donner un peu de profondeur à ton personnage. On ne sait pas encore qui il est et tu commences par "un jour il réussit à..." Qui est-il, un voleur? Si non quelle est sa motivation puisqu'il ne manque de rien? L'ennui, le goût du risque.

    Où se trouve-t-on? Dans une académie, un pensionnat etc...?

    Te semble-t-il plausible que Kriss ne sache pas qu'il est un elfe? Pourquoi son père adoptif lui aurait caché ses origines? Pourquoi Keldaran serait mal à l'aise de parler de cela? Il a sauvé ce bébé de manière héroïque, le préservant d'une mort certaine. Pourquoi lui faire croire qu'il est son fils et ... un humain de surcroit alors que physiquement il est différent.

    Il serait plus logique qu'il soit reconnu pour ce qu'il est réellement. Et en plus cela donnerait une nouvelle dimension à l'animosité de Koran : un racisme anti-elfe par exemple!

    La chute de ton texte laisse le lecteur sur sa faim. Le directeur ignore-til que l'école a été cambriolée? Dans ce cas il est plutôt nul pour un directeur. Ou alors il le sait mais il a sciemment voulu couvrir Kriss. Dans ce cas tu devrais décrire l'étonnement intérieur de Kriss et son interrogation sur l'attitude du directeur.

    Mais bon il y a de toute manière un problème de crédibilité dans toute cette affaire. Je résume, Koran est furibard il traîne son "camarade" jusque chez le diro et il dérange ce personnage haut placé juste parceque une copine lui a dit que Kriss lui avait raconté que... C'est un peu léger tu ne crois pas? Peut-être devrais-tu présenter les choses de la manière suivante : un objet de valeur à été dérobé à l'école de magie, tout le monde est au courant et on recherche activement le coupable. Koran apprend que c'est Kriss le responsable et le traîne devant les autorités.

    Je n'ai pas corrigé l'ortho ni les tournures et je ne le ferai que si tu en exprimes le besoin.

    La suite bientôt j'espère

  11. #11
    Eldora Invités
    Au vue de toute les annomalies que tu as déniché dans mon texte, Leste-plume, j'ai réalisé que le texte ne s'engager pas de la bonne manière.

    J'ai donc tenté une autre approche, vous pourrez me dire si c'est mieux .

    DRANGRIST L'INFÂME - PARTIE PREMIERE.

    Jusqu’alors, le vent avait soufflé, produisant dans les feuillages un agréable bruissement.
    Le temps lui même semblait retenir son souffle à présent, il n’y avait pas un murmure dans les demeures de Keldaran.

    Mais tous n’avait pas sombrés dans le sommeil en cette nuit ou la Lune jouait avec les nuages un jeu bien insolite : celui d’offrir à la Terre sa soeur le moins de lumière possible.
    Une ombre indéchiffrable se profila sur la cloison qui séparait le couloir de la chambre. Une main vint se poser, sans bruit, sur la poigné de la porte qui donnait accès à cette dernière et la fit pivoter. Quand l’interstice entre le bois de la porte et le mur fut suffisamment large, l’ombre s’introduisit avec grâce dans la chambre.
    La fenêtre était ouverte, laissant le doux parfum du printemps s’épanouir dans la pièce. Le vent avait repris quelque peu sa discrète mélodie. Aucun autre bruit ne venait percer la lourdeur du silence nocturne.

    Kriss resta interdit devant la splendeur muette que lui offrait la vision de Christine endormie.
    Dans la chaleur de cette fin d’Avril, elle avait rejeté le drap de soie blanche qui ne lui recouvrait plus maintenant que les jambes. Jambes qu’elle avait si fine ! Elle ne portait sur elle qu’un court chemisier dont la couleur n’aurait pu être identifié précisément à la défaveur de l’obscurité, mais qui était indéniablement clair.

    Un rayon de la lune, aussi imprévisible qu’inopiné, et qui avait réussie à percer les stratus, vint soudain illuminer les traits de la belle, faisant étinceler de milles feux les beaux yeux de l’endormie. La lumière tamisée faisait ressortir étrangement la pâleur de Christine, mais il n’aurait pu dire s’il en était émerveillé ou gêné. Elle affichait un infime sourire figé. Peut êtres s’était-elle assoupit sur une pensée heureuse ... ?

    Il avait toujours affirmé que Christine était d’une rare beauté et qu’elle n’avait pas son égal à des lieux à la ronde. Sa chevelure d’un noir profond ondulait si magnifiquement au soleil dès qu’elle bougeait la tête, présentant à ses yeux des myriades de nuances colorées que les plus grands peintres n’aurait pu reproduire avec suffisamment de fidélité ! Et son sourire quand elle tournait vers lui son ravissant minois pour voir si il ne s’ennuyait pas trop lors de ces réceptions ou personne d’autre ne daignait le remarquer. Et sa voix tellement envoûtante et charmeuse lorsqu’elle suppliait Koran de le laisser en paix.

    Mais c’était sa sœur…

    Et elle avait déjà repousser tant de fois ces avances, ces suppliques même. A contre coeur il le savait, mais Christine était parfois si têtu quand il s’agissait de moral. Elle ne céderait pas, et ce, malgré ces propres sentiments.

    Alors il venait là ! Tous les soirs. Il ne dormait pas. Le seul vu de Christine suffisait à son repos.

    Une pensée fugitive vint à percer jusqu’à la surface de son conscient. Il tenta en vain de la rejeter vers l'abîme de son esprit torturé. Après tout ! Depuis le temps qu’il venait ici, cela n’était-il pas devenu inévitable ? Ne savait-il pas depuis le début que cela finirait ainsi ?
    Il sentit une douleur sourde monter dans son entrejambe. Le court de ses réflexions fut comme figé.

    Sans même s’en apercevoir, il s’approcha du lit à baldaquin.

    C’est alors que la logique sournoise qui animait parfois ses actes, pris le relais.
    Il su à l’instant tout ce qui allait se dérouler, point par point. Son subconscient avait déjà revisité la scène des centaines de fois.

    ........................................................................................................................

    Quand il réintégra sa propre chambre, il s’affala sur le lit, épuisé.

    Il avait encore du mal a réalisé ce qu’il venait de faire. Et il ne savait pas non plus ce qu’il ferait le lendemain. Christie raconterait peut être tout à leur père. Mais il en doutait, car elle savait pertinemment que si elle faisait cela, Keldaran le tuerait. Et malgré tout, elle l’aimait trop pour le condamner.

    Il l’avait sentie se décrisper petit à petit, pendant qu’il la violait. Peut être était ce dû à son imagination ? Ou peut-êtres avait-elle était tellement bouleversée qu’elle en avait perdu la sensation de son corps ? Mais il était en fin de compte intimement persuadé qu’elle avait fini par prendre plaisir à l’acte. Même inconsciemment.

    Et cet ultime baisé ? N’avait-elle pas comme lui pressé sa bouche contre la sienne ? *Il n’avait eut nul besoin d’aller chercher la langue de Christie, elle était venue d’elle-même. *

    Il l’avait violée. Et il avait aimé l’acte en lui-même. Mais ce dont il se souviendrait, s’il devait un jour oublier le reste, se serait ce baisé.

    C’est donc avec le goût des lèvres de Christine qu’il s’endormit finalement.

  12. #12
    Leste-Plume Invités
    Je suis agréablement surpris . Le ton employé ici est moins naïf, plus mature. Espérons que tu sauras maintenir le style dans la suite.

    Si ceci constitue le tout début du roman n'oublie pas que Keldaran et Koran tout comme l'origine de Kriss sont inconnus du lecteur. La référence à des persos inconnus risque d'être déroutante.

    J'attends de lire la suite avant de critiquer plus en profondeur. Mais c'est déjà très bien .

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231