Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 41

Discussion: Les Sillages

  1. #1
    Cristal Invités
    voilà un premier chapitre ! avis et critiques sont bienvenues ! bonne lecture

    CHAPITRE 1 : LYS


    L
    e fleuve Indécent traversait la capitale de part en part, couleur terre, coupant la ville en deux parties égales. Il était utilisé comme décharge commune à tous, et malgré un vieux système d’égouts, il était constamment sale, et des formes repoussantes flottaient à sa surface.
    Certains animaux tentaient d’y boire car il y avait peu d’autres sources d’eau, mais mouraient peu après, empoisonnés par les déchets des hommes.
    La capitale du royaume de Philas, Lys, était très peuplée. Elle regroupait quasiment toute la population du pays, car hommes et femmes désertaient les campagnes où il était très difficile de survivre. Ils croyaient, à tort, que l’existence dans l’unique ville du royaume serait plus aisée, et quittaient leurs belles maisons aux toits de chaume, pour des cabanes branlantes à la périphérie de Lys, aux abords du fleuve.
    Le climat chaud et sec qui sévissait dans tout Philas permettait aux relents du fleuve de s’étendre sur quasiment toute la ville, créant une atmosphère fétide, et presque irrespirable pour tout étranger ; les habitants de Lys s’y étaient habitués au fur et à mesure. Mais il n’y avait que peu d’étrangers s’aventurant à Philas, ainsi, personne ne se plaignait au roi. D’ailleurs, personne n’aurait osé réclamer quoi que ce fut au roi, de peur d’y laisser ses cheveux.
    Le fleuve Indécent conduisait donc tranquillement son chargement d’immondices jusqu’aux égouts, sans que personne ne tente de l’en empêcher. Le bruit de l’eau se déversant dans les gigantesques canaux sinueux, sous la ville, arrangeait cependant certains Philois et Philoises : La résistance contre le régime du roi s’organisait minutieusement dans ces souterrains depuis près de trois ans, sous l’influence de la fille du roi elle-même.
    La princesse, unique héritière du trône, Shade, avait les cheveux les plus longs que les résistants aient jamais vu. C’était une femme volontaire, qui ne connaissait pas de demi-mesure. Ses sentiments étaient entiers et elle était convaincue que ce qu’elle entreprenait était juste. Son rôle principal dans la rébellion était d’envoyer des propositions aux gouvernements étrangers susceptibles d’être intéressés par leur combat, ce qu’elle pouvait faire grâce à son importance politique en tant qu’héritière de Philas.
    Elle était étrangement secondée dans sa tache par une Mèche Solitaire, autrement dit une mendiante, appelée Chelsea. Celle-ci cachait sa calvitie sous une grande kippa colorée, dont dépassait son unique cheveu, une jolie boucle blonde. Cette boucle était devenue le symbole de la résistance. Chelsea, qui était une grande meneuse d’hommes –et de femmes- mettait de son côté tout en œuvre pour limiter la pauvreté et les maladies dans la capitale. Elle était le ralliement des résistants, celle qu’ils avaient envie d’écouter et de suivre.
    Les actions menées par Shade, Chelsea et leurs partisans visaient à sortir le royaume de la misère qui présidait au quotidien des deux tiers de la population. Elle s’était largement développée depuis l’arrivée du roi Ponz, le père de Shade, au pouvoir. À cette grande cause se ralliaient chaque jour davantage de sujets du royaume, et venant de toutes les classes sociales : beaucoup de Mèches Solitaires, des paysans avec leur coiffure fine, des bourgeois aux cheveux coupés en longs carrés, un autre noble dont les cheveux descendaient jusqu’au bas du dos, quelques artisans qui avaient la coupe au bol. Tous espéraient voir les classes sociales se rapprocher, se mêler, et cela ne pouvait se faire que lorsqu’on abolirait la magie courant dans le corps des Philois : celle de leurs cheveux.
    Mais pour cela, il fallait des mages et aucun ne vivait dans le royaume de Philas. Les rois et leurs nobles avaient vite compris leur intérêt dans les chevelures ensorcelées. Ainsi les écoles de magies étaient détruites depuis des siècles et aucun mage n’avait le droit de passer la frontière sans une autorisation royale.
    Ce jour-là, Shade avait réuni la centaine de résistants dans leur lieu de réunion habituel, les égouts, pour leur lire une lettre en provenance de Lomm, l’état le plus au nord des Contrées étrangères.
    Chelsea, debout à côté de Shade sur une grande caisse de bois, demanda le silence à la petite foule. Shade avait sorti le parchemin arrivé le matin même. La princesse, avec ses longs cheveux –jusqu’aux pieds- bruns et son visage anguleux, ne manquait pas de charisme, mais à ce niveau-là, Chelsea était toujours la meilleure. La Mèche Solitaire, malgré son apparente timidité, attirait naturellement la sympathie du public, c’était pour cette raison que Shade ne pouvait se passer d’elle. Mais une certaine amitié était née entre les deux jeunes femmes.
    Shade s’éclaircit la voix et commença son discours.
    - Vous n’avez pas oublié que tous les assassins que j’ai employés pour tuer Ponz ont échoué et ont eu les cheveux rasés… fit la jeune femme d’une voix distincte. J’ai donc demandé au Gouverneur Gonun de nous envoyer des mercenaires car les Lommois sont réputés pour être les meilleurs guerriers du royaume.
    - Mais pourquoi nous aiderait-il ? lança quelqu’un dans l’auditoire. Nos problèmes n’intéressent pas le reste des Sillages !
    - Détrompez-vous, répondit la princesse en fixant celui qui l’avait interrompu. Nos mines d’argent intéressent énormément Gonun. Bien entendu, Ponz n’exploite pas ces richesses, ou pour son propre intérêt seulement… Et j’ai promis à Gonun que lorsque je serais sur le trône, le commerce pourra reprendre… Bref, j’ai ici la réponse du Gouverneur Lommois, et j’ai attendu d’être avec vous pour la lire. J’ignore encore si sa réponse est positive ou non. Cette lettre pourrait changer beaucoup de choses…

    Un cavalier entra dans la capitale. Il se rendait au palais, mais celui-ci était au sud de Lys, et le jeune diplomate arrivait par le nord. Il devait donc passer par les quartiers périphériques de la ville, ce qui plut ni à son odorat délicat, ni à celui des naseaux de Franchise, son cheval. De plus, ceux qui habitaient ces baraquements voyaient très rarement des chevaux, et encore moins montés par un homme aux cheveux courts, attachés par un catogan.
    Le jeune homme connaissait bien les mœurs de Philas, c’était essentiel en tant que diplomate. Il avait accepté cette mission auprès de Ponz, car la magie des cheveux Philois l’avait toujours intrigué. Il savait que, selon la classe sociale, leurs cheveux ne dépassaient pas une certaine longueur. À partir de l’âge adulte, ils ne poussaient plus. Il était impossible de les couper autrement qu’avec des outils magiques, que les Philois appelaient les Grands Outils –car ils repoussaient sans cela à l’identique en quelques chandelles. Seuls les juges et le roi en possédaient. D’ailleurs, le roi de Philas était appelé le Grand Coiffeur, car son verdict était considéré comme supérieur à celui de tous ses sujets.
    Le cavalier qui montait Franchise savait aussi que, si on ne pouvait couper les cheveux des Philois qu’à l’aide des Grands Outils, il n’était possible de les rallonger qu’avec des greffes magiques. De même, seuls les juges et le roi pouvaient pratiquer.
    Tous les badauds, avides de distraction et de mystère, qui le regardaient, avaient des cheveux qui couvraient rarement les oreilles. Le jeune diplomate ne cessait de se répéter combien ce pays était étrange.
    Franchise, énervé par tous ces gens qui tentaient de le caresser, manqua de se cabrer. Le jeune homme resserra son emprise sur les rênes. Ce cheval était difficile à contrôler, il l’avait réalisé à ses dépens au cours de son voyage.
    Le jeune homme soupira en pensant au destin de ces pauvres gens. Les personnes aux cheveux aussi courts, voire rasés, n’avaient aucune place dans la société de Philas. Ils ne pouvaient pas trouver de travail, nul ne voulait venir les soigner, et à moins d’accomplir une action héroïque, ils n’avaient aucun espoir qu’on leur greffe un jour des cheveux. Le cœur pourtant endurci du diplomate se serra un instant de pitié.
    Il quitta enfin les quartiers pauvres de Lys pour entrer dans les petites rues sales et encombrées de la ville. Le jeune homme comprenait pourquoi peu de Philois se promenaient à cheval dans la capitale, sa propre monture, pourtant adroite et exercée, peinait à progresser. Il était soulagé d’avoir choisi d’arriver à une chandelle aussi tardive, personne ne traînait dans les rues, il n’aurait jamais pu atteindre le palais sans cela.
    La puanteur qui venait du fleuve était telle que le diplomate se retint avec peine de prendre une pince à linge oubliée sur les fils qui traversaient les rues d’un mur à l’autre. Il se dit que, pendant la journée, cela devait être un festival de couleurs, avec tous les habits mis à sécher au-dessus des têtes.
    Il mit pied à terre, et avança en guidant son cheval, le tenant fermement par la bride. Il arriva sur les quais, mais, ne voyant pas de pont, fut légèrement démoralisé d’être enfin si près du but, et de ne pas pouvoir l’atteindre. On aurait dit que tout était fait pour décourager les étrangers de s’aventurer dans Philas !
    Il longea les quais, qui étaient plus spacieux que les étroites rues de la ville, à la recherche d’un endroit où traverser.
    Soudain, le jeune homme s’arrêta, il ressentait une présence dans son dos. Il lâcha les rênes de Franchise, en espérant que celui-ci ne fuirait pas, dégaina son épée, et se retourna.
    Les cinq voleurs qui le suivaient depuis un moment s’arrêtèrent aussi, surpris qu’il se soit rendu compte de leur présence. Ils croyaient pourtant avoir été discrets. Ils furent tout autant étonnés de voir que l’épée de leur future victime était parcourue d’étincelles bleues. Mais ils n’étaient pas assez éduqués pour savoir ce que cela signifiait : le jeune homme était un mage, plus précisément un Epéiste, et venait certainement du royaume de Disparate, loin au Nord.
    - Donne-nous ton argent, et on te laissera partir sans dommages, gamin, menaça celui qui était probablement le chef de la bande.
    C’était un homme d’une quarantaine d’années, pas très grand, barbu. C’était une Mèche Solitaire. Il avait d’impressionnant yeux verts.
    Les cheveux de ses acolytes étaient attachés, symbole de leur choix de vie, le banditisme.
    - Certainement pas, répondit le jeune diplomate.
    Il les prit au dépourvu en attaquant le premier. À Philas, personne n’osait se battre seul contre cinq… les gens tenaient trop à leur misérable vie pour cela. Les voleurs se rendirent cependant rapidement compte qu’être plus nombreux ne suffisait pas forcément pour remporter un combat. Le jeune homme, avec sa science de l’épée et son agilité hors norme, les dominait complètement, d’autant plus que son épée lançait des rayons bleus, brûlant la peau de ses adversaires.
    Franchise regardait son propriétaire se battre, et attendait un peu plus loin, sans vouloir se mêler au combat. Le diplomate avait déjà tué deux de ses ennemis, dont le chef aux yeux verts, quand un autre d’entre eux, en tentant de le désarmer, lui fit perdre l’équilibre. Le jeune homme resta une petite seconde vacillant sur le bord du quai, battant des bras. Puis tomba dans les eaux saumâtres du fleuve Indécent.
    - Franchise ! Va au palais ! Au château ! cria-t-il avant de se faire emporter par le courant.
    L’intelligent animal comprit l’ordre, et, comme à regret, tenta de trouver un bâtiment qui pourrait correspondre à un palais.
    Le jeune homme se débattait entre les ordures qui naviguaient en sa compagnie dans le fleuve. Son sens de l’hygiène révolté, il faisait davantage d’efforts pour éviter tout contact que pour s’accrocher aux murs du canal. Il se rendit compte qu’il allait être entraîné dans les égouts. Ce qui arriva.
    Sa tête heurta le fond des canaux, et il resta étourdi un instant. Il lui sembla entendre une voix de femme, pareille à celle d’un ange, bien qu’il eut davantage l’impression d’avoir atteint les enfers.
    - À la princesse héritière du royaume de Philas : l’état de Lomm ne peut malheureusement pas mettre de mercenaires à votre service. Ce serait trop dangereux pour nous, et pour vous. Mais sachez cependant que nous vous encourageons dans votre combat qui défend de nobles valeurs morales et humaines. Notre soutien vous est toujours acquis. Laissez-nous cependant vous donner un humble conseil : peut-être serait-il plus sage d’attendre quelques années, d’être mariée et de monter légalement sur le trône. Sincèrement vôtre, Gonun Nunog, Gouverneur de l’état de Lomm, des Contrées étrangères. »
    Des murmures indignés et étonnés suivirent la fin de la phrase. Le jeune homme était encore trop sonné pour avoir bien saisi ce qui se passait. Il essayait de se hisser sur l’un des trottoirs souterrains, mais son épée l’entraînait vers le fond, et son voyage dans le fleuve l’avait épuisé.
    L’angélique voix lança d’un ton serein : « Ils ne savent pas que je ne monterais sur le trône qu’aux bras d’un noble, dignement choisi par mon père pour sa cruauté et sa bêtise. Je ne peux pas attendre la mort de Ponz sans réagir… Le temps est compté. »
    Les autres approuvèrent. Puis un homme, ayant certainement aperçu un mouvement du diplomate dans son effort pour sortir du fleuve, cria :
    - Là-bas ! J’ai vu quelque chose bouger !
    Aussitôt, plusieurs personnes s’approchèrent du lieu où il se trouvait, et l’aidèrent à se hisser sur le trottoir, avant de le menacer d’un couteau sous la gorge.
    - Qui es-tu ? Que fais-tu ici ?

    Ponz observa la centaine d’hommes désignés pour cette mission spéciale. Le roi désirait mettre fin à cette « résistance » une fois pour toutes. Une poignée de ses sujets tentait de le renverser, et entendait pour cela éduquer les habitants de la capitale, les convaincre que les cheveux magiques formaient un système injuste et arbitraire. Il était tout à fait d’accord, étant le premier à s’en rendre compte, mais il était aussi le premier à qui cela profitait, car son statut ne pourrait ainsi jamais être remis en cause.
    Mais ces « rebelles » étaient tellement persuadés de la justesse de leur combat, qu’ils ne s’étaient pas aperçus que, depuis peu, un espion du palais avait réussi à s’infiltrer dans leurs rangs. C’était sa première réunion ce soir. Il avait communiqué à Ponz leur lieu de rassemblement quelques chandelles plus tôt.
    Ponz laissa un léger sourire filtrer son visage. Leur chef serait torturé et, bien entendu, ses cheveux rasés publiquement : l’humiliation absolue accompagnée d’une grande souffrance. Avoir les cheveux coupés était très douloureux… Tous les assassins qu’il avait tenté de lui envoyer avaient d’ailleurs subi ce traitement.
    Le roi ne comprenait pas qu’on veuille lui tenir tête. C’était une entreprise très risquée, pour des chances de réussite raisonnablement inexistantes. En réalité, seuls des mages auraient pu faire échouer tout sur ce quoi il avait bâti sa fortune : les cheveux des Philois.
    Cela faisait près de quarante ans qu’il était au pouvoir, et il lui restait encore une cinquantaine d’années à vivre. Car les Philois, malgré le climat insupportable de leur pays et leurs conditions de vies dégradantes, possédaient une espérance de vie étonnamment longue, qui intéressait les érudits de tous les royaumes. Ponz dirigeait son pays d’une main de fer, depuis qu’il avait perdu sa véritable main entre les bois d’un cerf, rencontré dans la Forêt des Novices, au sud du royaume. C’était cette même main qui caressait les concubines du palais, bien qu’il allait fêter ses soixante-dix ans dans quelques jours. Il ne pouvait pas rêver meilleur cadeau d’anniversaire que la fin des activités rebelles.
    - Ils sont dans les égouts, annonça-t-il à ses hommes, mais n’essayez pas d’y entrer, ils connaissent les dédales des couloirs par cœur, alors que vous vous y perdrez. Non, il faut les faire sortir, comme le chasseur fait fuir un lapin de son terrier. Ils vous tomberont dans les bras, vous n’aurez qu’à les ramasser. N’oubliez pas, je veux leur chef vivant. Bien. Allez-y.
    Sur cet bref discours, les soldats se mirent en route.

    Le jeune homme se releva, toujours sous la menace de l’arme. Il n’avait absolument pas affaire à des anges mais bien à des êtres humains. Il se demandait ce qu’ils faisaient là, tout autant qu’ils l’interrogeaient sur les raisons de sa présence en ce lieu.
    Une jeune fille, portant un étrange couvre-chef, dont dépassait une mielleuse boucle blonde, écarta les hommes grimaçants, et se posta devant lui. Elle ouvrit la bouche, mais recula finalement de quelques pas avant de parler, tant la puanteur qui couvrait le jeune diplomate était insoutenable.
    - Quel est ton nom, et que veux-tu ? demanda-t-elle.
    Avant de répondre, il ne put s’empêcher de remarquer qu’une petite lumière tournait autour de la jeune fille. Agacé, il suivait la lueur des yeux, et elle le remarqua.
    - Gemme, dit-elle doucement d’une voix marquée, arrête.
    La lumière se posa sur l’épaule de la Mèche Solitaire, et, à l’arrêt, se révéla comme étant une étrange créature, à moitié humaine, et l’autre moitié libellule, et cette femme-insecte avait de grands yeux violine qui fixaient le diplomate avec curiosité. Il reconnut cette créature, c’était une petite fée. Il avait cru savoir cependant qu’elles n’existaient que dans son propre pays…
    - Maintenant, réponds, rappela sa propriétaire avec cette voix posée, à laquelle il fut forcé d’obéir, interrompant ses réflexions. Il regrettait cependant de ne pas pouvoir entendre de nouveau la voix d’ange –à moins qu’il ne l’eut rêvée…
    - Non, je ne peux pas vous répondre, tant que je ne saurai pas où je suis, car révéler mon identité pourrait se retourner contre moi dans certaines circonstances.
    La mendiante parut un instant décontenancée par une telle phrase, comme si elle n’en comprenait pas bien le sens. Puis la voix d’ange vint interrompre sa stupeur.
    - Chelsea ! Alors, qu’est-ce qui se passe ?
    - Suivez-nous, dit la dénommée Chelsea.
    Il n’avait d’autre choix que de faire ce qu’elle ordonnait. Encadré par les quelques hommes venus le sortir de l’eau, il arriva dans une grande salle souterraine, entourée des canaux des égouts. La centaine de personnes présentes, debout devant une jeune femme montée sur une caisse en bois, tournèrent leurs regards dans sa direction.
    Chelsea lui attrapa le poignet, et vint le poster juste devant celle qui paraissait être la meneuse de cette assemblée. Il se demanda pourquoi il avait accepté la mission de son roi. Aucun émissaire de Disparate, le royaume des mages, n’était entré dans Philas depuis plusieurs décennies, même avant l’ascension de Ponz au pouvoir. C’était un pays fermé, qui ne commerçait qu’avec trois des cinq états des Contrées étrangères, Lomm, Avog et les Pays de l’Est. Le jeune homme planta ses yeux vert-de-gris dans ceux de la jeune femme en face de lui. Elle ne pouvait qu’appartenir à la haute noblesse, avec des cheveux aussi longs. Elle détourna la tête.
    - Vous pouvez vous disperser, lança-t-elle à son auditoire. Chelsea vous communiquera la date de la réunion suivante. Nous distribuerons les missions la prochaine fois. Maintenant, toi, dit-elle en s’adressant au jeune diplomate. Qui es-tu ?
    Le jeune homme ouvrit la bouche pour répondre, il se sentait navré d’être dans un état aussi lamentable, quand une voix, amplifiée par l’écho des souterrains, retentit, le coupant dans son élan.
    - Rebelles ! Les souterrains sont encerclés !
    La panique gagna rapidement les résistants, qui étaient en train d’atteindre les voies de sortie.
    Shade se tourna vivement vers Chelsea, comme pour lui demander comment agir. La mendiante la regarda d’un œil franc, réfléchissant. Elle se tourna d’abord vers le jeune homme.
    - Si tu ne veux pas que les gardes t’arrêtent, tu ferais mieux de partir.
    - Chelsea, fit Shade, agacée que la Mèche Solitaire ne lui ait pas immédiatement répondu, tu sais que les soldats ne vont pas faire de prisonniers, ils vont tuer sans se poser de questions ! Les seules personnes qu’ils voudront capturer seront… toi et moi…. les responsables.
    - Raison de plus pour nous enfuir dès maintenant, sans attendre.
    Gemme, la tache de lumière, bourdonnait autour de Chelsea, percevant la nervosité ambiante.
    - Si je puis me permettre, risqua le diplomate du ton le plus détaché dont il était capable, je pense que les soldats vont vous cueillir à la sortie… Il n’y aurait pas plutôt des issues... secrètes ? discrètes ?
    - Tu ne serais pas l’envoyé de Disparate qu’attend le roi ? demanda soudain la jeune femme aux cheveux longs.
    - Tais-toi ! coupa-t-il rageusement.
    Il comprenait qu’il avait débarqué dans le centre de la rébellion. N’avaient-ils pas pensé qu’il pouvait y avoir des espions du roi parmi eux ? Si jamais cette supposition s’avérait vraie, et que l’espion avait entendu les derniers mots de la princesse, jamais Ponz ne le recevrait ! Il n’avait jamais échoué dans ses missions en tant que diplomate. Ce n’était pas cette poignée d’insensés qui allait changer ça.
    Il regarda tout autour de lui, plusieurs chemins étaient possibles pour sortir d’ici. Mais il ne savait pas lequel lui donnerait le plus de chance de ne pas être confronté aux soldats.
    Chelsea vit son embarras. Elle lui prit le bras à nouveau.
    - Je sais par où il faut passer. Shade, tu nous accompagne ?
    - Non, je vais avec les autres. Personne n’est venu armé, sauf moi. Je dois aller essayer de sauver quelques-uns uns de nos compagnons.
    - Ne fais pas ça ! Si tu es capturée, c’en est fini de la résistance ! Sans toi… rien ne tient debout ! C’est toi qui as…
    - C’est bon, Chelsea. Je ne peux pas m’enfuir comme…
    « Comme une Mèche Solitaire », allait-elle dire. Mais elle respectait trop la mendiante pour pouvoir terminer sa phrase.
    Elle partit à la suite des autres rebelles, tout en sachant pertinemment que des soldats l’attendaient à l’air libre.
    Chelsea lança un regard désespéré au jeune inconnu. Lui aussi avait une épée. Il secoua la tête. Si Shade était assez imprudente pour se jeter dans la gueule du loup, il n’allait sûrement pas en faire autant. La Mèche Solitaire comprit son refus silencieux, et, accompagnés de la femme-insecte, ils empruntèrent un passage connu seulement de la mendiante.
    Ils retrouvèrent la surface, deux rues derrière le combat inégal entre les combattants de la résistance et les soldats du roi. Chelsea voulut aussitôt voir comment se déroulait la bataille, et le jeune homme la suivit, par curiosité. Il voulait voir de quelle façon la princesse –il avait reconnu le prénom de l’héritière- se débrouillait avec une épée.
    Shade avait attaché ses longs cheveux en chignon, comme une hors-la-loi, et maniait l’épée d’une manière surprenante. Elle attaquait peu, car elle voulait défendre les rebelles, mais elle était seule contre cent et la technique et la virtuosité ne lui suffisaient pas. Le jeune homme se demanda où elle avait pu apprendre à se battre ainsi, c’était peut-être dans les Contrées étrangères car là-bas les femmes étaient initiées aux combats de la même façon que les hommes.
    Shade tenait tête à quatre hommes à la fois, obligée de se protéger pour pouvoir porter secours aux autres ensuite. Ses compagnons s’étaient d’ailleurs pour la plupart enfuis dans l’obscurité ou gisaient à terre, parfois blessés, souvent morts. Les soldats se retournaient donc contre elle, et l’un d’eux lui cria, entre deux coups d’estoc :
    - Tu es le… la chef de cette bande ?
    Elle ne daigna pas répondre, et réussit à le tuer en lui tranchant la gorge. Mais pour un de tué, dix autres bondissaient sur elle.
    - Tu n’as pas honte de ne pas l’aider ! glissa Chelsea au diplomate avec reproche.
    - Ce serait du suicide, répondit-il froidement. Même si je n’avais pas des obligations envers mon souverain, je n’y serais allé pour rien au monde.
    Elle le foudroya des yeux, choquée par sa réponse, puis reporta son attention sur le combat, subjuguée. Si des flots de sang n’entachaient pas les protagonistes, elle se serait cru à un ballet. Shade tournoyait entre les soldats, fendant leurs rangs, brillante dans cette lutte sans espoir. Chelsea se surprit à penser que la princesse aurait dû se détacher les cheveux pour livrer ce combat.
    Mais Shade s’essoufflait. L’endurance avait toujours été son point faible. Un soldat la blessa soudain à l’œil droit. Elle poussa un cri et lâcha son arme sous la douleur. Elle tomba à genoux et porta les mains à ses yeux.
    Le diplomate dut faire un réel effort pour ne pas s’élancer à son secours. C’était trop tard. Mais si Shade ne s’était pas trompée, les soldats voulaient l’avoir vivante. Il ne devait pas s’inquiéter –enfin, pas trop.
    La princesse s’évanouit à la vue de son propre sang. Les soldats se regardèrent, étonnés d’une fin si rapide, puis l’un d’entre eux la prit dans ses bras pour la ramener au palais, pendant qu’un autre lui détachait les cheveux, afin d’avoir un indice sur son identité.
    Celui qui tenait Shade manqua de la laisser tomber. Ils se s’étaient attendus à tout sauf l’héritière du trône. Elle qui se tenait toujours derrière le roi, qui ne les saluait jamais lorsqu’elle les croisait dans la cour du palais, mais toujours resplendissante d’une beauté singulière.
    Ils hésitèrent un instant à l’amener jusqu’à Ponz. Malgré eux, ils ne voulaient pas qu’on lui fasse du mal. S’ils avaient su qui elle était, jamais ils ne l’auraient agressée.
    Le diplomate comprenait leurs sentiments. Ces brutes avaient donc un cœur. Mais il savait par expérience que la peur de la punition serait la plus forte. Il se tourna vers Chelsea.
    - Tu peux me guider jusqu’au palais royal ?
    Elle regarda, incertaine. Elle lui avait fait confiance au premier regard, et vivait par conséquent son inaction comme une trahison. Mais ces yeux vert-de-gris la poussèrent à accepter la proposition. Gemme, son amie de toujours, s’était accrochée à la boucle qui sortait de sa kippa, et regardait le jeune homme d’un air songeur. Chelsea s’imagina au bras de l’émissaire, loin, à Disparate.
    - C’est là ! s’exclama le jeune diplomate, en découvrant au coin d’une rue le gigantesque palais des rois de Philas.
    Il allait presque y courir, soulagé d’avoir enfin atteint sa destination, mais Chelsea le retint, pour la dernière fois sans doute.
    - Je ne peux pas m’approcher davantage, les Mèches Solitaires n’ont pas intérêt à être vues dans les environs du palais. Si tu en as l’occasion, envoie-moi un message pour me dire comment va Shade. Tu n’auras qu’à le donner à n’importe quelle Mèche Solitaire, tu demanderas « Chelsea la fée ».
    Le jeune homme n’avait aucune difficulté à comprendre ce surnom. Il voulut lui sourire, mais elle était déjà partie, et sa luciole avec elle. Il avança résolument vers le palais, pressé de pouvoir se laver, et dormir.
    Les hauts murs de pierre noire s’élevaient encore entre le jeune homme et son confort, mais les franchir ne serait qu’une formalité. Il interpella le garde de faction à la porte.
    - Laisse-moi passer. Je suis un envoyé du roi de Disparate, ton roi m’attend.
    - À cette chandelle-ci ? répondit le soldat. Ça m’étonnerait. D’ailleurs, je trouve que tu sens bien mauvais pour un ambassadeur !
    - J’ai été attaqué par des voleurs… ils m’ont poussé dans le fleuve. Si tu veux une preuve, regarde ma bague. C’est le sceau de Theiss Rick, roi de Disparate. Pousse-toi, à présent.
    Le garde ne put qu’obéir, et le jeune homme pénétra dans l’immense cour du château. Il passa devant une fontaine, qui montrait que ce palais était en réalité une petite ville, réservée aux nobles du pays, et qui était bien plus agréable que la véritable ville, de l’autre côté des murs. À cette chandelle-ci, tous dormaient, et il décida de trouver les écuries, où Franchise devait l’attendre, il se satisferait d’un lit de paille pour cette nuit. Il remarqua que les soldats venus anéantir les rêves de la résistance étaient déjà rentrés ; il en reconnut un qui dormait dans le déambulatoire qui cernait la cour.
    Il retrouva les écuries à l’odeur, bien que la sienne lui collât aux narines, et repéra son bel étalon bai, auprès duquel il s’allongea tranquillement.

    Elzear A’Lisandre infiltra le château facilement. Il n’avait qu’un but, tuer la princesse héritière de Philas, comme le lui avait ordonné son Maître. Elzear avait les traits fins, presque féminins, et un teint pâle à faire pleurer un mort. C’était pour sa discrétion et son savoir-faire sans égal que son Maître l’avait désigné pour cette mission très importante.
    Elzear venait des Terres Impitoyables, un pays glacial plus au nord encore que le royaume de Disparate, le pays le plus au nord des Sillages en réalité. Les Terres Impitoyables étaient dirigées par des mages –comme leur puissant voisin- qui avaient formé une école appelée les Mages Noirs. Cette magie très puissante réunissait les pouvoirs des trois écoles de Disparate, cependant elle nécessitait du sang pour son exécution … Elzear ne pouvait donc que difficilement utiliser la magie noire pour assassiner sa victime. Mais son Maître l’avait choisi sur d’autres critères que le contrôle de la magie.
    Elzear ignorait la raison exacte pour laquelle son Maître, le prochain ministre des Terres Impitoyables, l’avait envoyé tuer cette princesse, il ne faisait que deviner : Il savait que, depuis peu, toutes les écoles de magie des Sillages s’intéressaient au royaume de Philas à cause de leurs cheveux. Et la princesse voulait faire cesser cette magie… C’était une raison valable pour l’assassiner, aux yeux du mage noir.
    Elzear avait escaladé les murs du palais royal. Personne ne l’avait vu, que ce fut de l’extérieur ou de l’intérieur. Il vit une grande cour, et vérifia que tous ceux qui s’y tenaient étaient bien en train de dormir –à Philas, on pouvait aisément dormir dehors, car les températures inconfortables de la journée se rafraîchissaient légèrement la nuit. Il désirait repérer une cachette pratique pour attendre et y passer la journée. Elzear était patient, minutieux. Il préférait connaître sa cible, comme s’il était son amant, préférait frapper plus tard, mais en étant sûr de lui. C’était pour cette raison qu’il n’avait jamais échoué.
    Il voulut se déplacer pour s’installer dans l’abri qu’il s’était choisi, mais un homme entra dans la cour –par la porte.
    C’était un jeune homme, grand, bien bâti, et Elzear vit à ses cheveux attachés en catogan qu’il n’était pas du pays.
    Les yeux perçants du mage noir se portèrent attentivement sur l’épée qui pendait à la ceinture de l’étranger. Il reconnut aux signes gravés sur le manche que ce n’était pas une arme ordinaire… c’était celle d’un Epéiste ! Cet homme venait de Disparate. Elzear serra les dents. S’il ne faisait pas attention, le jeune Epéiste pourrait le repérer en un clin d’œil. Et sans la magie noire, Elzear ne ferait sûrement pas le poids.
    Elzear attendit longtemps après que l’Epéiste fut sorti de la cour pour enfin oser bouger. Il s’enveloppa dans sa cape, qui lui permettait de disparaître aux yeux de tous, et s’installa dans sa cachette. Cette cape était le cadeau de son Maître lui avait donné lors de la fin de ses études de mage noir.
    Il n’oubliait pas la princesse.
    Il fit le décompte des jours ; il ne lui en donnait pas plus de cinq.

  2. #2
    Date d'inscription
    September 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages
    1 066
    Avis et critiques ? LA SUITE !!!!

    1er bon point (à mes yeux) : originalité des éléments, comme les 'cheveux magiques' par exemple.
    2e bon point (mais c'est très relatif), le style et l'orthographe réellement corrects, chose que j'apprécie et que je croyais avoir perdu en voguant sur l'internet. (bien sûr, j'ai d'autres exemples, mais ils sont rares).

    A suivre, j'espère, vu que c'est le premier chapitre...
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  3. #3
    Cristal Invités
    merci beaucoup ! :happy:
    Vi, pour l'orthographe je fais attention, je corrige un maximum avant de mettre un texte sur internet ! (même si il ya des fautes qui peuvent m'avoir échappé... ) et pour le style, ben... c'est à chacun de juger

  4. #4
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    Cristal, je t'adore !!! Deuxième roman qui s'annonce déjà très bien. Original. Je n'ai pas de critiques négatives.

    Kerdän, je te conseille d'aller lire Les Trois Erreurs de la Reine, si ce n'est déjà fait. Le lien est dans la signature de Cristal.
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  5. #5
    Cristal Invités
    merki !!! :happy: (et un lecteur fidélisé, un ! looool :love: )

  6. #6
    Luthien Invités
    Très bien écrit, captivant et original. Si ça tiens dans la longueur, ça devrait tout à fait le faire. Je lirai la suite avec intérêt. Voir ce que les autres font, même si c'est différent est toujours très enrichissant.

    Luthien

  7. #7
    Date d'inscription
    September 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages
    1 066
    Je t'encourage vivement. J'espère que grâce à ma modeste participation on sera plus que les quatre fidèles des "trois erreurs", que soit dit en passant je n'ai que commencé, mais que je continuerai dès que j'aurai le temps.
    Ma lecture t'est acquise.
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  8. #8
    Cristal Invités
    merci beaucoup pour vos avis ! c'est toujours encourageant de savoir qu'on a quelques lecteurs!

    voilà le chapitre 2 :

    CHAPITRE 2 : Lié


    Shade ouvrit un œil. Elle se dressa sur ses coudes et observa tout autour d’elle ; sa vision était floue, trouble mais elle s’aperçut qu’elle était dans ses appartements. Quelqu’un à sa droite la força à se rallonger. La princesse dut tourner la tête pour se rendre compte que c’était un médecin. Elle se passa la main sur l’œil droit, pour tenter de comprendre pourquoi elle ne voyait rien de ce côté-là, mais le médecin l’arrêta dans son geste.
    - Ce n’est pas encore tout à fait cicatrisé, n’y touchez pas, Altesse.
    Elle ne supportait pas qu’on lui ordonne ce qu’elle devait faire, et tout particulièrement lorsqu’elle ne savait pas de quoi on parlait. Elle lança quelques mots acides au médecin, et voulut se lever d’un mouvement brusque, mais il l’en empêcha à nouveau.
    - Restez allongée encore un moment. Vous avez perdu beaucoup de sang. Vous ne pourrez vous lever que dans quelques chandelles, Altesse.
    Elle se résolut à lui obéir, il était vrai qu’elle était fatiguée. Mais elle ne pouvait s’endormir sous l’œil d’un personnage aussi désagréable.
    Shade se souvint soudain de ce qui lui était arrivé ; l’arrivée du diplomate pendant la réunion, le soldat criant dans les souterrains, la panique, la fuite, la bataille, le soldat qui lui avait… crevé l’œil.
    Immédiatement, elle porta la main à son œil droit. Elle n’avait plus rien à cet endroit, ni cils ni sourcils, et plus d’œil, mais à la place une cicatrice qui lui balafrait le visage du bas du front jusqu’au haut coin de sa lèvre.
    - N’y touchez pas, Altesse, répéta le médecin.
    - Apportez-moi un miroir, rétorqua-t-elle.
    Le médecin, habitué aux ordres, fit ce qu’elle demandait, et lui amena une petite glace dont le cadre était incrusté de petits diamants. Il ignorait tout des activités nocturnes de la princesse –seuls le roi, elle-même et la juge qui allait lui couper les cheveux pouvaient dire pourquoi il lui manquait à présent l’œil droit. Elle, en revanche, avait bien conscience du contraste existant entre ses idées de justice et son mode de vie ; même Chelsea, avec toute son imagination, n’aurait pu rêver un tel luxe.
    Elle tenta d’ignorer les diamants qui lui aveuglaient son œil restant et constata les dégâts : la cicatrice ne la défigurait pas tant qu’elle l’avait cru lorsqu'elle l'avait parcourue des doigts. Cela arrondissait ses traits durs, et son étincelant œil noir attirait d’autant plus l’admiration qu’il trônait désormais seul sur son visage. De même pour son sourcil fin et élancé. Mais cette physionomie sauvage contrastait avec ses longs cheveux bruns. Elle se voyait plutôt avec les cheveux courts d’une aventurière sans caste…
    - Va chercher Anh et dis-lui de venir me voir, dit Shade au guérisseur. Et quand elle sera là, sors de la pièce. Je t’appellerai si j’ai besoin de toi.
    Le médecin fut prêt à répliquer qu’il n’avait pas qu’elle qui nécessitait son attention, il ne voulut pas toutefois contrarier la princesse héritière. Si le fait qu’elle supportât votre présence n’était pas attrayant, être en disgrâce auprès de son Altesse n’était pas imaginable. Shade avait déjà envoyé plusieurs nobles en dépression nerveuse par ses remarques désobligeantes, venimeuses, qui arrivaient délibérément au mauvais moment, et qui pouvaient réduire en quelques jours une réputation durement acquise au cours du temps. Tout cela parce qu’ils lui déplaisaient.
    Le médecin salua et sortit des appartements de la princesse pour aller chercher Anh, la juge du palais.
    Shade savait que, si jamais elle réussissait à former une nouvelle rébellion, elle n’aurait plus jamais le charisme nécessaire pour mener une véritable révolution. Elle devrait s’appuyer davantage encore sur Chelsea, rester dans l’ombre, dicter les discours à la mendiante qui les répétait à sa manière. Mais tout cela dépendait de ce que Ponz allait faire d’elle.
    Shade espérait que, d’une certaine manière, son père serait fier de ce qu’elle avait accompli. Il voyait à présent ce dont elle était capable, elle était aussi entreprenante, volontaire que lui. Elle était prête à prendre le pouvoir, quitte à le tuer. Elle s’attendait presque à ce qu’il la félicite. D’un autre côté, elle était consciente qu’il la considérerait maintenant comme une menace… mais il n’avait pas d’autre héritier qu’elle. Elle se demanda si elle n’avait finalement pas fait tout ça que pour attirer l’attention de son père.
    Ponz ne s’était jamais intéressé Shade, unique fille de son épouse légitime –laquelle était morte des suites de l’accouchement. Il s’assurait seulement qu’elle était bien traitée et éduquée selon ses propres principes de cruauté et de désordre. Seulement, son absence avait empêché ces semences de se développer dans la conscience de Shade. Elle n’avait hérité de lui que son orgueil démesuré et son autorité naturelle.
    Le roi dirigeait l’état en fonction de ses envies de luxe. Il s’enfermait dans son château, n’accordait que peu d’attention au reste du royaume. Pour cette raison, Lys se dégradait de jour en jour, les maisons étaient parfois en ruine, et nul ne se préoccupait de les restaurer. En matière de politique extérieure, il n’admettait que de très rares contacts avec les autres pays des Sillages, mais faisait des exceptions pour le Gouverneur d’Avog. Ponz et lui étaient de très bons amis. Shade ignorait à quand remontait cette amitié, mais elle semblait très profonde. Le gouverneur d’Avog fournissait le palais en courtisanes, et c’était avec elles que le roi de Philas passait la plupart de son temps. De sorte qu’il avait des enfants un peu partout dans le palais, et dans le royaume. Mais Shade était la seule à pouvoir prétendre monter sur le trône.
    Anh entra, accompagnée justement par l’un des demi-frères de la princesse, un qui était né quelques jours après elle. Le roi s’était préoccupé du bien être de Tap-tap car il était le fils d’une de ses favorites. Il avait par conséquent bénéficié de la même nourrice que Shade, et la princesse lui portait une grande affection.
    Malheureusement, les enfants bâtards, qu’ils fussent de sang royal ou non, n’avaient pas les cheveux plus longs que ceux des paysans, et Tap-tap coiffait les siens en brosse. Anh, en tant que juge du palais, avait natté les siens en une tresse épaisse qui lui arrivait au-dessous des omoplates.
    - Bonjour, Altesse, dit-elle avec un sourire compatissant. Je suis ravie de voir que tu vas mieux… On ne pourra rien faire pour ton œil ?
    - Je suppose que non, ou le guérisseur aurait déjà essayé. Seule la magie pourrait…
    Elle se souvint qu’un homme avait troublé la dernière réunion des rebelles : un envoyé de Disparate… certainement un mage. Quoiqu’elle avait entendu dire que la population de non-mages augmentait étonnamment vite, dans ce royaume considéré comme le berceau de la magie.
    - Pourquoi voulais-tu me voir ? demanda Anh, interrompant le cours des pensées de la princesse.
    - Je veux savoir ce que mon père a décidé me concernant. Je sais qu’il ne va pas me faire raser la tête, il ne peut pas : je suis son héritière. Mais il ne va pas laisser mes cheveux intacts pour autant. T’a-t-il demandé une longueur particulière ?
    - Oui, répondit Anh tristement en s’asseyant sur le fauteuil laissé vide par le médecin, pendant que Tap-tap se posait sur le lit de sa sœur de lait, il veut te raccourcir la longueur de deux grades.
    - Deux grades ! s’exclama Tap-tap scandalisé.
    Shade grimaça aussi à l’idée de voir ses cheveux arriver au niveau de ses fessiers. Tap-tap avait le don de lui insuffler une certaine joie de vivre. Il l’apaisait, grâce à lui, elle oubliait de se prendre au sérieux.
    - Tu essaieras de ne pas trop mal m’arranger, fit Shade à Anh.
    - Bien sûr ! la rassura celle-ci. Tu sais, on m’appelle juge, mais en réalité je ne suis qu’un bourreau. Je ferais mon possible pour rendre ton châtiment moins dur. D’ailleurs, Ponz veut te faire subir autre chose que cette humiliation…
    - Je crois deviner… la devança Shade. La « robe des belles condamnées », n’est-ce pas ? Ça ne m’étonne pas. Il aime mettre les gens en cage.
    Tap-tap regarda les deux femmes d’un air inquisiteur. Il ignorait ce que pouvait être cette robe. Sa demi-sœur comprit sa question muette et entreprit de lui expliquer la fonction du vêtement : il était utilisé pour les femmes nobles ou de sang royal. Au lieu de les mettre en prison, on les forçait à mettre un vêtement dont les manches se rattachaient au corps de la robe. Ainsi, elles ne pouvaient plus bouger les bras et, privées de liberté, quelqu’un se chargeait de tout faire à leur place, les surveillant par la même occasion.
    - C’est une idée étrange… malsaine même, commenta Tap-tap, qui sentait le rouge lui monter aux joues. Il était indigné rien qu’en imaginant Shade prisonnière de cette façon.
    - Mais, reprit-il, une robe, c’est facile à déchirer, à couper… Je pourrai le faire sans que personne ne s’en aperçoive.
    - Attends de voir qui est-ce que le roi aura choisi comme chaperon pour la princesse ! fit Anh pour le mettre en garde. Tu sais, continua-t-elle en s’adressant à Shade, je pense que ton père est d’autant plus contrarié que ton procès se déroule juste le jour de sa fête d’anniversaire.
    - Je l’avais oubliée… murmura Shade en s’asseyant sur le bord de son lit.
    - Tu t’attendais à ce que le roi soit plus sévère ? demanda Tap-tap.
    - Je ne sais pas. Je pense qu’une justice équitable m’aurait punie plus durement encore. Une vraie justice n’aurait pas pris mon statut de princesse en compte. Il paraît qu’à Disparate, c’est ainsi que ça marche.
    - Pour une fois, je suis content de ne pas vivre dans un royaume libre… fit le fils bâtard d’un ton rêveur.
    Ils restèrent tous trois silencieux un moment. Anh déplorait que Shade ait perdu un œil, elle la trouvait si belle avant, fière et intouchable. Elle apparaissait maintenant à la fois plus fragile, mais aussi plus ombrageuse.
    Ce fut la princesse qui brisa le silence.
    - Tap-tap, tu sais qu’un émissaire des mages est arrivé hier soir ? Quand doit-il être reçu par Ponz ?
    - Bientôt… dans moins d’une chandelle je pense. Pourquoi ?
    - Tu lui diras de passer me voir après sa rencontre avec notre père, s’il te plaît.
    - D’accord.
    Il se pinça les lèvres brusquement, comme assailli par des pensées douloureuses.
    - Qu’as-tu ? demandèrent en même temps les deux femmes, en se jetant un coup d’œil complice.
    - Rien à vois avec ce dont nous parlions : j’ai découvert… enfin, j’ai surpris une conversation… C’était inquiétant. Vous savez bien sûr qui était roi avant Ponz…
    - Le roi Flesh, mon grand-père, pourquoi ? répondit rapidement Shade, qui ne voyait pas où il voulait en venir.
    - Et vous saviez que Ponz n’était pas son fils ?
    Sa question n’obtint pas réponse, et il n’en attendait d’ailleurs aucune.
    - N’importe quoi ! D’où vas-tu imaginer ça ? l’interrogea Shade. Bien sûr que Ponz ts le fils de Flesh Des dizaines de nobles encore vivants ont été témoins de sa naissance !
    - Je tiens ce que j’avance de la bouche même du roi…. que j’ai entendu au détour d’un couloir. Il était ivre, hier soir, il parlait à une courtisane. Elle n’a rien compris, elle était aussi éméchée que lui. Attends, ne m’interromps pas à chaque fois ! Il a dit mot pour mot, « Ils ont tous cru que j’étais le fils de Flesh… alors que je n’avais fait que prendre la place de ce fils… avant, je n’étais qu’un voyageur sans le sou ! mais j’ai fait une bonne rencontre ! » J’ai attendu d’en apprendre un peu plus, mais ils sont entrés dans les appartements de Ponz.
    Anh et Shade restèrent un instant abasourdies devant cette révélation. Mais la princesse s’en remit aisément.
    - Il était saoul ! Il disait n’importe quoi ! D’ailleurs, c’est impossible, cette histoire : de voyageur Ponz n’aurait pu devenir roi sans se faire greffer des cheveux, or aucun Greffier n’aurait pu lui en greffer autant !
    - S’il avait de l’argent, il pouvait acheter autant de cheveux que nécessaire, intervint Anh. Et un mage a le pouvoir de faire pousser les cheveux des Philois…
    - Et ressembler au fils de Flesh ? protesta violemment Shade. Les cheveux, pourquoi pas, mais lui ressembler ! Il ne suffisait pas à Ponz de tuer l’héritier, mais pour le remplacer, il devait bien avoir la même tête !
    - Encore les mages… marmonna Tap-tap, qui regrettait à présent d’avoir parlé et d’avoir mis sa demi-sœur dans un tel état.
    - Mais vous voyez des mages partout ! Il n’y a pas de mages à Philas ! s’écria Shade, qui se leva d’un bond et qui était maintenant tout à fait en colère. Tap, va parler à l’émissaire de Disparate pour moi, et vous, Anh, nous nous revoyons au procès !
    Ils s’en allèrent sans un mot, ils savaient qu’en ces moments-là, se taire était la meilleure solution.
    Shade s’allongea aussi brutalement sur son lit qu’elle s’en était levée. Cette histoire ne lui plaisait pas du tout. Elle signifiait qu’elle n’était pas l’héritière, qu’elle n’était pas de sang royal… Tap-tap se moquait, lui, de ces considérations. Il n’était jamais qu’un bâtard.
    Elle devait trouver un moyen d’en savoir davantage.

    L’envoyé du roi Disparate avait enfin pu se laver et s’habiller convenablement. Il soupira d’aise. Depuis la capitale de son royaume, Espoir, jusqu’à Lys, il avait voyagé plus de deux semaines à cheval, et en prenant le chemin le plus court. Il était habitué à ces longs trajets, sa jeunesse et son entraînement empêchaient les courbatures de l’assaillir, mais la fatigue se faisait ressentir quoi qu’il arrive.
    Ponz allait bientôt le recevoir, il n’avait pas le temps d’aller vérifier si Franchise était nourri convenablement. Il surveilla son allure dans l’immense glace ornant la chambre qui lui était prêtée. Il savait qu’il ne pourrait jamais dompter ses cheveux, mais ce n’était pas très important. Il était étranger, les Philois ne feraient aucune remarque sur la crinière blonde qui trônait sur son crâne. Il desserra légèrement son col, à la mode de Disparate. Il s’assura que sa ceinture tenait bien. Faire bonne impression dès le premier regard était important pour un ambassadeur.
    Il se répéta les paroles de Theiss, son souverain. Le jeune homme n’avait rien oublié, il le savait.
    Il se remémora son aventure de la veille. Une domestique lui avait appris quelques minutes plus tôt, pendant qu’il prenait son bain, que la princesse serait jugée aux alentours de midi. Elle avait aidé à soigner l’héritière et l’avait entendu de la bouche de Tap-tap.
    Le jeune homme ignorait qui était Tap-tap mais la jeune servante lui ayant aussi annoncé que l’anniversaire du roi se fêtait le soir même, il préféra s’imaginer à quoi pouvait bien ressembler cet homme si tristement célèbre. Il avait soixante-dix ans, mais pouvait régner encore un demi-siècle, il était âgé, mais plaisait encore aux femmes, il était lâche, mais tous le craignaient.
    Un majordome vint enfin le chercher pour l’introduire dans la salle du trône. Nerveux, le jeune homme décontracta ses membres encore fatigués. En traversant la cour pour rejoindre l’aile royale du palais, il crut ressentir une présence magique, presque maléfique. Mais il mit cette impression sur le compte de l’épuisement et continua son chemin sereinement.
    Il arriva enfin devant la double porte, le dernier obstacle avant l’accomplissement de sa mission pour Theiss. Le majordome entrouvrit l’une des portes et l’annonça en tant qu’émissaire, puis le fit entrer, et referma la porte derrière le jeune homme.
    Ponz était assis au fond d’un trône surélevé par rapport au sol, de l’autre côté de l’entrée de la salle. Celle-ci était gigantesque, telle une nef de cathédrale, et un tapis rouge guidait les visiteurs jusqu’où siégeait le roi. Le jeune homme suivit ce chemin couleur de sang, avec l’intention de s’arrêter à quelques pieds du roi, mais un des soldats l’arrêta à vingt pieds du trône. Le jeune homme remarqua qu’encore sept autres soldats étaient dans la pièce.
    - Présente-toi, ordonna Ponz.
    - Je suis Lié Artis d’Owoon, envoyé de sa majesté le roi Theiss Rick de Disparate. J’ai de sa part une proposition à vous délivrer.
    - Lié d’Owoon… répéta Ponz. Je t’écoute.
    Sans hésitation, Lié récita ce qu’il avait à dire. Le sens de ces paroles prenait une ampleur différente maintenant qu’elles étaient reçues par leur destinataire :
    - Le roi Theiss veut vous rappeler le marché qui vous lie. En vertu de votre engagement, mon souverain désire que vous laissiez un groupe de mage venir étudier la magie naturelle des Philois, et si les mages de Disparate trouvent assez de volontaires, les laisser fonder une école.
    Ponz l’interrompit.
    - Theiss Rick est un Vendangeur, n’est-ce pas ? demanda-t-il.
    - C’est exact.
    - Et tu es un Epéiste ?
    Etonné que ce roi puisse déchiffrer les runes Epéistes sur son arme, Lié ne répondit pas immédiatement, puis acquiesça.
    - Un Vendangeur aurait envoyé un ambassadeur Epéiste ? Cela me semble… étrange, anormal, déclara Ponz en détachant lentement les mots. Je croyais que les trois écoles de Disparate étaient en guerre ouverte pour le pouvoir…
    Comment dire au roi de Philas que Theiss avait pris Lié en telle amitié que, malgré la formation Epéiste du jeune diplomate, Theiss lui avait lui-même enseigné la magie des Vendanges… ? C’était un secret entre le roi de Disparate et le jeune homme. Lié ne pouvait révéler cela. Il décida de jouer sur la subtilité.
    - En réalité, sire, ce sont les Epéistes et les Narcissiques qui luttent pour le pouvoir. Les Vendangeurs sont pacifiques dans leurs principes… ils recherchent davantage l’unité des trois écoles.
    - Très bien.
    Ponz se tut, et Lié n’osa pas lui réclamer une réponse à son message.
    Enfin, le roi prit la parole :
    - Lié d’Owoon, je te laisse dix jours pour te reposer dans ce palais. Si l’un de mes soldats te rencontre passé ce délai, il t’abattra sur-le-champ. J’imagine que tu as compris la réponse à rendre à Theiss Rick : c’est non !
    Lié ne put s’empêcher de remarquer un ton suspicieux dans la voix de Ponz. Se pouvait-il qu’un espion parmi les résistants ait aperçu l’ambassadeur des mages ? Lié se convainquit que non, car Ponz ne l’aurait pas reçu dans ce cas.
    - Tu peux assister au procès de la princesse. Et tu es bien entendu invité à la fête, ce soir.
    Lié le salua d’un léger signe de la tête et, sans un mot, sortit de la salle. Aussitôt qu’il eut franchi les portes, un jeune homme qui devait avoir son âge lui bondit dessus.
    C’était certainement un domestique, car il avait les cheveux en brosse, ras au-dessus du crâne. Il était très grand, c’était presque un géant, avec une peau mate, mais en dépit de ses cheveux courts il n’était pas vêtu pauvrement. Lié, entraîné à cerner les traits de caractère principaux de ses interlocuteurs dès le premier coup d’œil, vit que le jeune homme lui faisant face était amoureux. Lié aurait pu savoir quelle était l’heureuse élue en utilisant ses pouvoirs de Vendangeur, mais il n’allait pas dépenser de l’énergie pour ça.
    - Tu es le diplomate de Disparate ? demanda précipitamment le jeune homme.
    - En effet, répondit calmement Lié.
    - Je suis Tap-tap.
    Lié se rendit compte que Tap-tap ressemblait étrangement à Ponz. Il ne mit pas longtemps à en déduire quel était le statut de Tap-tap dans le palais.
    - Enchanté. Que me veux-tu ?
    Lié voulait réfléchir à quel genre de marché Theiss pouvait avoir conclu avec un tyran tel que Ponz, et l’arrivée impromptue de Tap-tap l’agaçait.
    - La princesse veut te voir.
    Lié leva un sourcil. Shade ne l’avait donc pas oublié ?
    - Très bien. J’irai dans ses appartements dès que je me serai occupé de mon cheval.
    - Pardon ? s’exclama Tap-tap. Tu vas… faire passer ton cheval avant la princesse ? !
    Il ne comprenait pas qu’on puisse même l’imaginer. Lié ne manqua pas de noter sa réaction précipitée, et devina ainsi de qui Tap-tap était amoureux. Mais si l’hypothèse d’un fils adultérin du roi était juste, Shade et ce jeune homme étaient frère et sœur… cela expliquait la tristesse qui animait les yeux de Tap-tap.
    - Bien que je lui porte un profond respect, je ne peux pas aller voir l’héritière dès maintenant, dit Lié sans retenir un sourire amusé, j’irai la voir plus tard.
    - Plus tard, ça sera trop tard, grommela Tap-tap qui voyait bien la gaieté de l’étranger, elle va devoir se préparer pour sa condamnation.
    - Alors je…
    Il s’apprêtait à dire qu’il irait lui rendre visite après le procès, mais il était trop curieux de ce qu’elle pouvait lui vouloir pour remettre l’entrevue à plus tard. Lié se rendit compte que Tap-tap le jugeait du regard.
    L’Epéiste ressentit soudain fortement une présence magique dans le palais. Il se contracta. Un mage inconnu était un ennemi potentiel.
    - Est-ce qu’il y a un mage dans le palais, à part moi ? demanda-t-il à Tap-tap qui l’observait toujours.
    - Non, pas que je sache. Bon, tu veux que je te montre le chemin jusqu’aux appartements de la princesse ?
    - Pardon ? Euh... oui, s’il te plaît.
    Lié décida de se concentrer sur cette impression quand il en aurait le temps –et l’envie. Il savait qu’il ne devait pas prendre cela à la légère. Cependant, l’idée d’un mage clandestin dans le palais royal de Philas était tellement aberrante qu’il finit par se convaincre que ce n’était que la tension de la matinée qui faisait jouer son imagination.
    Il suivit le grand Tap-tap dans le dédale des couloirs. Ceux-ci étaient construits en pierre blanche, et richement décorés de tentures, de tableaux. Lié aperçut le portrait du père de Ponz, le roi Flesh. Il y avait peu d’artistes à Philas, car ils n’avaient pas le droit de s’exprimer réellement, hormis le peintre officiel de la couronne… qui ne pouvait que peindre des tableaux représentant sa Majesté.
    Quel marché Theiss a-t-il conclu ? Je suis certain que c’est une fraude… avec Ponz, il n’y a pas d’autre possibilité. Mais en quoi Ponz a-t-il eu besoin de l’aide d’un mage… du roi des mages ? … Theiss, qu’avez-vous fait ?
    Cette question l’obsédait. Il vit ne pas que Tap-tap s’était arrêté et le bouscula. Il s’excusa rapidement, et ouvrit la porte à laquelle son guide s’apprêtait à frapper avec délicatesse. Lié ne prêta pas attention à l’expression embarrassée et choquée de celui-ci, et entra.
    Il surprit Shade assise sur son lit en baldaquin, en train de se quereller avec le médecin, qui tentait désespérément de lui appliquer un baume sur l’œil droit. Enfin, ce qu’il en restait, c’est-à-dire une cicatrice. Le charme de sa voix disparaissait lorsqu’elle se mettait à crier, et Lié se demanda comment il avait pu être envoûté par cette… sorcière. Car c’était à quoi elle ressemblait, en agitant les mains dans tous les sens, menaçante, grinçante… mais vainqueure. Elle tourna aussitôt la tête dans la direction des deux jeunes hommes, et vit Tap-tap faire un signe disant qu’il ne contrôlait pas la situation. Elle le remercia d’un bref hochement de la tête, ils se comprenaient ainsi depuis toujours. Lorsqu’ils prenaient leurs leçons d’histoire ensemble, le précepteur les séparait et les installait chacun d’un côté de la salle de cours, ils n’avaient pas d’autre moyen de communication. Un furtif sourire éclaira le visage de la princesse à ce souvenir, mais elle revint rapidement sur terre, et congédia cruellement le guérisseur.
    - Sortez ! Je parlerai de votre comportement à votre femme ! Puisqu’on raconte qu’elle vous bat le soir, peut-être finirez-vous par comprendre !
    Il sortit de la chambre en courant presque, bien décidé à ne plus jamais revenir. Lié s’avança d’un pas vers la princesse. Celle-ci le foudroya du regard.
    - On ne vous a jamais appris à frapper, à vous ?
    Tap-tap, derrière le mage, l’approuva de la tête. Lié voulut un instant utiliser ses pouvoirs de Vendangeur sur l’héritière de Ponz pour lire ses pensées, mais se ravisa, et décida de jouer le jeu de l’hypocrisie. Il se devait d’user de ses talents diplomatiques.
    - J’étais pressé de vous revoir.
    - Vous n’êtes pas le seul dans ce palais à dire cela, mais cela n’empêche pas mes prétendants d’être polis, répliqua-t-elle, nullement démontée.
    - Pourquoi m’avez-vous fait chercher ? demanda-t-il afin de changer de sujet, sentant que ce terrain-là ne lui était pas propice.
    - Je veux savoir, commença-t-elle en se rapprochant des deux jeunes hommes, si vous êtes capable, grâce à la magie, de me rendre mon œil.
    Lié savait que ce n’était pas là la véritable raison de cet entretien, cependant il soupçonnait Shade d’atteindre ses buts de manière détournée. Il répondit que la seule magie qui pouvait régénérer des membres perdus était la magie noire, qu’il ne pratiquait pas.
    Elle retourna s’asseoir soudainement sur son lit, déçue par sa réponse. Shade imagina un instant atteindre la capitale des Terres Impitoyables, Vengeresse, dans ce pays où avaient été repoussés les redoutables mages noirs. Elle savait que ce n’était qu’un rêve, un espoir fou : la frontière des Terres Impitoyables était délimitée par un gigantesque fleuve, le Fleuve de Sang, et si jamais on arrivait à franchir ce dernier, il y avait encore derrière le terrible Désert d’Opale et ensuite, une chaîne de montagnes entourant la capitale. L’autre frontière du pays était bordée par la Mer des Incontinents. Prendre le bateau pour arriver jusqu’à Vengeresse, qui était une ville portuaire, était coûteux, et surtout dangereux. Les Terres Impitoyables étaient par conséquent un pays encore plus fermé de Philas, ses habitants n’en sortaient que très rarement, et on y rentrait plus exceptionnellement encore. Quant aux voyageurs ayant fait l’aller-retour, on les comptait sur les doigts d’une main pour toute la terre des Sillages.
    Lié s’avança vers elle, et ce mouvement la ramena à la réalité.
    - J’ai autre chose à te dire. Mais d’abord, comment t’appelles-tu ?
    Elle eut un sourire bienveillant, en se rappelant de la difficulté qu’elle avait eu pour obtenir l’identité de l’émissaire. Encouragé, Lié se présenta, comme il l’avait fait devant le roi de Philas. Shade sourit encore, et lui avoua enfin pourquoi elle désirait le rencontrer.
    - J’aimerais que tu ailles retrouver Chelsea. Tu lui diras que je suis en bon état, et tu lui feras un compte rendu du procès. N’oublie pas de lui dire de continuer à contacter de temps à autre les résistants, afin qu’ils ne nous oublient pas tout de suite, d’organiser dès qu’elle le pourra un rassemblement. Et, surtout, dis-lui de ne rien couper.
    - Ne rien couper ? s’étonna Lié.
    - Oui. Chelsea est la Mèche Solitaire de l’autre soir, tu te souviens ?
    Il n’aurait jamais pu oublier les angéliques remontrances, et le sourire si innocent de la mendiante. Il sentit un mouvement de Tap-tap dans son dos. Le fils bâtard du roi était étonné de la requête de sa sœur de lait. D’ordinaire, c’était lui qui faisait le messager entre le château et la ville. Il était naturellement au courant des activités secrètes de Shade, et faisait lui-même partie de la résistance. Il regrettait amèrement de ne pas avoir été là le soir où elle avait perdu son œil, il aurait voulu protéger sa demi-sœur de tous les dangers. Mais Ponz l’avait retenu pour l’entretenir de son avenir… qui par ailleurs n’était pas brillant, à cause de sa coupe de cheveux trop courte pour même faire de lui un artisan.
    Tap-tap chercha le regard de Shade, le trouva et lui demanda dans leur langage : « Pourquoi pas moi ? Lui, c’est un étranger, il ne connaît pas Lys, il ne sait pas comment s’y prendre, quelle idée as-tu derrière la tête ? » Et il garda pour lui la fin de sa pensée : « Je suis jaloux de ton intérêt pour ce mage. »
    Lié réfléchissait aussi à l’attitude de Shade ; Elle se croyait réellement seule au monde ! Ne songeait-elle jamais que les gens avaient autre chose à faire que d’obéir à ses ordres ? Cependant, il voulait revoir la petite mendiante, et accepter cette mission ne lui coûtait rien, s’il faisait attention à ne pas être repéré. Dans dix jours, il serait de nouveau sur la route, vers Espoir, la capitale de son royaume. Mais s’il désirait s’attirer, sinon la bienveillance, du moins l’attention de la princesse de Philas, il ne devait pas agir comme tous ceux que Shade connaissait. Il fallait sortir du lot. Le mage s’autorisa un sourire intérieur.
    - Pourquoi ferais-je ce que tu dis ?
    - Parce que je te le demande, répondit-elle en le fixant des yeux.
    - Cela ne me suffit pas, rétorqua-t-il.
    Elle n’était pas habituée à ce genre de confrontation. Personne ne s’opposait jamais à elle. Elle se doutait bien qu’il finirait par céder, il l’avait déjà prévu dès qu’il était entré dans cette pièce, mais il pouvait toujours s’échapper si elle n’utilisait pas les bons mots pour le retenir. Improviser amusait beaucoup Shade et, contre Lié, elle n’avait aucune de ses armes habituelles puisqu’il était étranger au palais. Elle ne connaissait pas encore ses points faibles, sa sensibilité. Elle sut que l’autorité n’aurait aucun effet sur le mage, qu’il fallait user d’autres phrases.
    Elle s’approcha de lui. Il n’était pas aussi grand que Tap-tap, et elle-même était d’une taille moyenne, mais il la dépassait presque d’une demi-tête. Elle sentait presque son souffle.
    - Voyons, Epéiste,
    Elle aussi déchiffrait les runes magiques. Lié s’étonna de l’érudition des Philois, alors qu’on lui présentait ce royaume comme fermé sur lui-même. Il se promit d’aller jeter un coup d’œil dans leur bibliothèque. Il y trouverait peut-être au passage le marché conclu entre Theiss et Ponz…
    - … ce n’est pas la princesse héritière de Philas qui te le demande, c’est Shade.
    Il la dévisagea. Se rendait-elle compte du ridicule de ses paroles ? Il voulut lui rire au nez, mais se dit que ce n’était pas vraiment le moment. Il préféra réitérer un « Ce n’est pas assez », pour voir. Dépitée, elle recula de quelques pas, alla ouvrir un tiroir dans l’une de ses nombreuses armoires, en sortit une bourse, et la lui lança. Il l’attrapa d’une main.
    - Voilà, siffla-t-elle, cela te satisfait-il ? Maintenant, n’oublie pas ce que je t’ai dis, et va-t’en !
    Lié se retira sans un mot, un sourire aux lèvres. Elle n’avait pas su comment réagir. Cela l’amusait beaucoup.
    Tap-tap le regarda partir, puis se précipita vers Shade.
    - Qu’est-ce qui t’a pris ? Pourquoi agis-tu comme un clown avec ce… ce bellâtre ? Tu aurais pu me demander, à moi ! Explique-moi !
    Elle le regarda durement. Tap-tap s’octroyait souvent certains privilèges, parce qu’ils avaient grandi ensemble. Cela ne la dérangeait pas la plupart du temps, mais il n’était pas assez subtil pour reconnaître les moments où elle se considérait bien au-dessus de lui.
    Shade n’eut pas le temps de lui répondre, une suivante aux cheveux légèrement plus longs que ceux du fils bâtard du roi entra en coup de vent dans les appartements de la princesse.
    - Altesse, appela-t-elle essoufflée, excusez-moi, le procès ! le procès va commencer ! sa Majesté vous réclame !
    Shade les congédia tous les deux, se changea rapidement, et sortit à son tour après avoir jeté un dernier coup d’œil dans le miroir.

  9. #9
    Luthien Invités
    L'intrigue se déroule bien, et les caractéristiques de l'univers de l'histoire se révèlent peu à peu, suffisemment à la fois pour que l'on comprenne et subtilemment afin d'éviter l'étouffement du lecteur...
    Le suspense est fort de par quoi se termine le chapitre.
    J'ai moins aimé la fin du chapitre mais c'est personnel, et de toute façon, le second chapitre dans son ensemble m'as parut mieux que le premier.
    Attend la suite.

    Luthien

  10. #10
    Date d'inscription
    September 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages
    1 066
    J'adôôre !

    Un petit point qui m'a gêné cependant, lors du passage des diamants,
    Originally posted by Cristal@lundi 25 octobre 2004, 11h07
    Elle tenta d’ignorer les diamants qui lui aveuglaient son œil restant et constata les dégâts
    J'aurais plus vu un "qui aveuglaient son oeil" ou "qui lui aveuglaient l'oeil", (quoique le 1 me paraît mieux) à cause d'une sorte de répétition dont j'ai oublié le nom...
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  11. #11
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  12. #12
    Cristal Invités
    Ca te rappelle quelque chose ???
    :rigoler: assez oui ! :rigoler:

    Elle tenta d’ignorer les diamants qui lui aveuglaient son œil restant et constata les dégâts
    c'est vrai que c'est assez mal tourné... en tout cas merci pour ton avis ! :fleur:

    snif ya plein de gens qui passent par mon topic mais qui laissent pas leur avis ! s'ils-vous plaît gentils forumeurs, postez un petit mot même si vous avez pas aimé ! merki !

  13. #13
    Cristal Invités
    :... je me réponds à moi-même pisqu'il n'y a pas de nouveaux lecteurs...
    donc voici le chap 3

    CHAPITRE 3 : LE PROCES


    Elzear A’Lisandre fut réveillé par le soleil. La lumière de l’astre perçait jusque dans sa cachette. Il entendit les bruits des occupants du château qui traversaient la cour, en cette heure matinale, ils étaient peu nombreux, mais il se concentrait sur les déplacements de l’un d’entre eux en particulier : le mage de Disparate.
    Cet Epéiste était le seul qui était en mesure de le repérer, et Elzear ne voulait pas que cela se produise. Du moins, pas avant qu’il n’ait rempli sa mission, car dès alors il pourrait fuir.
    Même dans son abri, Elzear s’était enveloppé de sa cape d’invisibilité, bien qu’elle lui tînt, car et il n’était pas certain que personne n’ouvre la porte de son refuge.
    Comme pour justifier ses inquiétudes, un géant de plus de six pieds et demi de haut, un soldat, s’approcha de sa cachette, Elzear le voyait par la fente de la porte. Il était barbu, un officier certainement, car une plume ornait son casque. Elzear ne put réfléchir longtemps à ce qu’il devait faire, car le soldat ouvrit brutalement la porte.
    Le mage noir retira sa cape pour se découvrir brusquement aux yeux du non-mage, portant trois couteaux aiguisés dans chaque main. Il enveloppa le capitaine dans sa cape avec lui, afin de le tuer sans que personne ne s’en rendît compte. Le grand soldat était un très bon combattant, l’un des meilleurs de Ponz, mais la surprise et la peur eurent raison de lui, Elzear lui trancha la gorge. L’assassin attendit que la cour se vide avant de relâcher le corps du géant, qui se faisait lourd.
    Le jeune homme sortit une petite fiole de sa besace, et la remplit du sang qui se répandait tranquillement sur le dallage du déambulatoire. Grâce à ce sang, il pourrait exécuter quelques sorts d’une puissance moyenne. Ou bien un seul puissant sortilège, mais cela lui paraissait moins judicieux. Il rangea le flacon dans son sac.
    Toujours dissimulé par sa cape, il s’accroupit près du corps ; il ne lui restait plus beaucoup de temps avant que quelqu’un ne le remarque. Elzear regarda le nom de sa victime : Aymeric. Sans aucun doute une brute épaisse sans cervelle.
    Bien qu’invisible, Elzear dut s’enfuir quand un attroupement se forma autour du cadavre d’Aymeric. Il n’était pas impalpable et risquait de se cogner contre quelqu’un.
    Il devait trouver une carte du palais afin de repérer les appartements de la princesse. La présence du mage de Disparate le dérangeait. Contre ses habitudes, il voulait terminer cette mission au plus vite, avant d’être découvert. Elzear se dit que la bibliothèque devait bien conserver un plan du château. Cette pièce n’était sûrement pas très fréquentée, il y serait tranquille. D’ailleurs, l’Epéiste n’aurait pas l’idée d’aller la visiter.
    Mais le mage noir ignorait totalement où se trouvait cette bibliothèque.
    Il tenta de repérer un érudit dans la foule, un conseiller du roi, quelqu’un qu’il pourrait suivre facilement, et qui entrerait bien à un moment ou à un autre dans la bibliothèque.
    Elzear trouva enfin ce qu’il cherchait. Un homme courbé, qui avait suspendu une plume d’oie à son oreille, et qui tentait vainement d’apercevoir la raison du rassemblement. Elzear glissa une main dans son sac, en sortit sa fiole de sang, ouvrit le bouchon, et commença à réciter à voix basse une formule. Une partie du sang s’évapora en une fumée rouge, dont les effluves remontèrent jusqu’aux narines du mage noir. Elzear inspira profondément.
    Le petit homme courbé se retourna soudain, le regard vide. Il se mit à marcher d’un pas d’automate, et Elzear A’Lisandre le suivit.

    Le soleil indiquait midi. Ponz vérifiait que tout était en ordre. Le procès allait se dérouler dans l’immense salle du trône, et le public, constitué uniquement de nobles aux longs cheveux, entrait par petits groupes dans l’immense pièce. La rumeur des motifs d’accusation avaient fait le tour du palais, et Ponz voulait que l’humiliation de Shade fut reconnue.
    Il n’éprouvait que peu de sentiments pour sa fille. Si elle lui avait ressemblé davantage, peut-être se serait-il découvert un peu d’affection pour elle. Mais elle ne lui obéissait pas, ne l’écoutait pas, Que lui importait une telle héritière ? Il la méprisait. Celui qui monterait sur le trône à sa mort ne serait pas la princesse, mais l’époux qu’il lui aurait choisi.
    Le roi de Philas secoua la tête. Son règne était loin d’être terminé.
    Il vit la juge du palais, Anh, entrer dans la salle à son tour. Il alla s’asseoir sur son trône pendant qu’elle venait s’installer sur le siège qui lui était réservé, à la droite du fauteuil royal.
    - Bonjour, Majesté, le salua-t-elle.
    - Bonjour, juge, fit-il d’une voix doucereuse. J’ai entendu dire que vous étiez aller rendre visite à la princesse ?
    Il se méfiait de cette juge qui, c’était évident, n’avait aucune envie de travailler directement sous ses ordres.
    - Nous nous sommes prises d’amitié, répondit évasivement Anh. Je voulais savoir comment elle se portait.
    - Où sont vos Grands Outils ? demanda Ponz qui comprit qu’il ne pourrait obtenir plus de renseignements de sa part. Vous ne les avez pas apportés ?
    - Majesté, pour couper les cheveux d’une personne de sang royal, il me faut les Grands Outils du roi ! rappela la juge.
    Ponz manqua de lâcher un juron. Il n’avait jamais réussi à perdre toutes ses mauvaises habitudes d’autrefois. Il avait complètement oublié cette loi. Et il ne pouvait décemment pas passer outre celle-là. Il voulut appeler son valet pour lui dire de courir chercher les Grands Outils dans ses appartements, mais Anh lui lança un regard afin lui rappeler que seuls le roi et ses héritiers pouvaient poser leurs mains sur ces Grands Outils.
    Il se leva en grimaçant. Il sortit par la porte derrière son trône. Les spectateurs remarquèrent son départ, et se demandèrent pourquoi il s’en allait. Anh pensa à les rassurer, c’était d’ailleurs ce qu’ils semblaient attendre, mais l’arrivée de Shade interrompit toute conversation.
    Elle était majestueuse, habillée d’une robe rouge qui mettait ses cheveux bruns et sa peau mate en valeur, et elle appréciait chaque regard tourné vers elle. Le silence ne dura cependant que peu de temps : la cour voulait savoir comment elle avait perdu son œil droit.
    Shade aperçut Tap-tap, qui dominait ses voisins d’une tête quasiment. Il lui sourit. Elle lui rendit son sourire, puis alla s’asseoir à côté d’Anh. Elle se tut un instant, puis demanda à la juge pourquoi le roi n’était pas encore là. Celle-ci lui expliqua la raison de son absence.
    Le regard dans le vide, Shade espérait que le procès n’allait pas durer trop longtemps. L’idée qu’on allait lui couper les cheveux la révulsait. Mais elle ne pouvait s’enfuir. Cela aurait signifié qu’elle renonçait au trône.
    Un frisson la parcourut. Elle dut s’avouer qu’elle avait peur.

    Chelsea jeta un coup d’œil dans le morceau de glace qui lui servait de miroir. Par la fenêtre sans vitre, elle avait une très belle vue du château et de ses hauts murs noirs. L’horizon se teintait de sang. Gemme s’était installée sur son épaule, et on apercevait ainsi qu’elle avait la forme d’un être humain, mais agrémenté de deux paires d’ailes de libellules. Elle ressemblait davantage à un insecte qu’à une créature merveilleuse.
    Chelsea enleva sa kippa, laissant une cascade de boucles blondes lui recouvrir le dos et les épaules, chassant ainsi Gemme qui fit plusieurs fois le tour de son visage pour manifester son mécontentement.
    Chelsea n’était pas une Mèche Solitaire. Elle le faisait croire par habitude. Petite, dans les rues sales et nauséabondes de Lys, les autres Mèches Solitaires la rejetaient à cause de ses longs cheveux. C’était devenu un automatisme de ranger sa chevelure rebelle sous un chapeau. Quelqu’un qui vivait dans la rue ne pouvait avoir une telle crinière. C’était contre nature. Ce n’était pas normal.
    Elle ne l’avait jamais montré à Shade. Chelsea savait que, à sa demande, la princesse aurait pu faire des recherches sur ses origines dans la bibliothèque du palais. Mais la mendiante tenait à découvrir l’identité de ses parents elle-même, seule.
    Chaque Mèche Solitaire de Philas possédait un but, un rêve, un secret, un espoir qui les faisait vivre tant bien que mal dans la ville. C’était ce qui leur permettait de survivre. Car ceux qui n’avaient qu’un cheveu n’avaient pas d’avenir dans ce royaume.
    Chelsea se demandait souvent ce qui l’avait poussé à ne pas se montrer au palais avec ses longs cheveux. Elle se disait qu’elle avait peur de cet inconnu qu’il représentait, cette prison, aussi. Shade en parlait souvent comme une prison.
    La mendiante se surprit à penser au jeune ambassadeur de Disparate –si Shade ne s’était pas trompée sur son identité. Si elle voulait le séduire, elle devrait lui révéler son secret. Elle se sentait prête à tout lui dire, à tout inventer pour lui. Elle priait secrètement pour qu’il accède à sa requête, et lui fasse passer un message. Pour montrer qu’il pensait à elle, lui aussi.
    Cette illusion lui rappela la chute de la rébellion de la veille. Des larmes lui vinrent aux yeux. Tous ses efforts, et surtout tous ses espoirs pour que le royaume devînt plus juste et équitable depuis trois ans s’étaient effondrés. En une nuit.
    Sans la magie des cheveux, elle n’aurait pas vu tant de ses amis se suicider sans qu’elle ne puisse intervenir. Elle n’aurait pas à supporter les regards dédaigneux, les insultes ou les coups de pieds, voire les propositions dégradantes de tous ces nobles aux longs cheveux.
    Cette caste éloignée dont elle pouvait faire partie à tout moment, rien qu’en ôtant sa kippa. Mais elle se sentait plus utile, là où elle se trouvait, dans son taudis, une maison abandonnée qui tombait en ruine, et qu’elle partageait avec trois autres Mèches Solitaires. Ici, elle était indispensable.
    Malgré cette conviction, elle rêvait souvent de ses parents. Elle imaginait son père en farouche opposant de Ponz, le seul qui osait l’affronter yeux dans les yeux. Et sa mère, tendre envers Shade, mais qui pouvait lui résister, gentiment, pour remplacer la reine morte longtemps auparavant.
    Et s’ils l’avaient abandonnée, c’était pour la protéger de Ponz, qui aurait pu se servir de l’enfant comme moyen de pression contre eux.
    Gemme la fixa de son regard transparent, comme pour lui dire que cette histoire ne tenait pas debout. Chelsea en était consciente, mais s’inventer des histoires, imaginer le monde tel qu’il devrait être lui permettait d’échapper à un quotidien par trop cruel.
    - Chelsea ! l’appela une voix féminine.
    - Je viens, fit la jolie blonde.
    Elle remit prestement sa kippa, engouffrant tous ses cheveux à l’intérieur, tout en laissant dépasser sa célèbre boucle, et rejoignit ses colocataires au rez-de-chaussée.
    Les marches de l’escalier manquaient de s’effondrer à chaque passage, et les quatre Mèches Solitaires qui occupaient la maison branlante cherchaient en vain un moyen de les réparer. Chelsea sentit craquer le bois sous ses pieds, c’était un bruit agréable bien que peu rassurant.
    - Qu’y a-t-il, Azouk ? demanda Chelsea de sa voix douce, avec Gemme assise sur sa kippa.
    - Gaël est malade, expliqua Azouk, paniquée. Regarde dans quel état il est. Il a de la fièvre. Attends ! Ecoute-le, il délire !
    Chelsea, le front barré par l’inquiétude, s’assit à genoux à la droite d’Azouk, au chevet de Gaël qui était allongé à même le sol. Les deux jeunes femmes se lancèrent un regard plein de détresse. Gaël enchaînait des propos incompréhensibles, et quand elles percevaient ne fut-ce une phrase, elle était dénuée de sens. Azouk glissa un bras sous la tête du jeune homme, et le serra contre sa poitrine.
    Chelsea la regarda faire, sans réagir. Gaël et Azouk étaient ses deux uniques amis qui avaient réussi à survivre dans l'enfer de Lys depuis l'enfance, tout comme elle. Les Mèches Solitaires ne vivaient d’ailleurs pas très vieux, en général. Mais leur quatrième compagnon, Donatien, avait quant à lui dépassé la quarantaine.
    Donatien n’était pas très grand, barbu, et possédait d’incroyables yeux verts. Il savait comment déjouer tous les obstacles qui se présentaient devant les Mèches Solitaires. Sauf la maladie. Personne ne savait réagir à cela. Car dans l’art de guérir, seul l’argent était maître.
    - Où est Donatien ? demanda Chelsea qui sentait les sanglots monter dans sa gorge.
    - Il est parti hier soir, tu sais bien. Il n’est pas encore revenu, dit Azouk en berçant Gaël. Je crois qu’il nous a abandonnés.
    - Ne dis pas ça, tenta de la rassurer son amie. Il ne nous aurait pas fait ça. Pas lui. Il faut qu’il se dépêche. Il sait se débrouiller pour trouver de l’argent dans les moments urgents.
    - C’est toujours urgent, Chelsea. Pourquoi restes-tu constamment optimiste ? Gaël va mourir, accepte-le !
    Azouk voulait crier, mais elle n’y arrivait pas, sa voix s’étouffait. Chelsea ne pouvait lui répondre qu’elle avait des cheveux presque aussi longs que ceux de la princesse, et qu’elle était persuadée que sa vie qui avait commencé dans la richesse ne pouvait que se terminer dans un même luxe.
    Mes cheveux ! Ce fut comme une illumination.
    Elle se releva et retira presque sa kippa dans un mouvement de triomphe. Gemme, excitée par sa soudaine agitation, tourbillonnait entre ses jambes.
    - Azouk, Azouk je t’en prie, écoute-moi !
    Mais la jeune femme à la boucle brune collait son crâne chauve contre celui du malade qui s’était endormi, et pleurait sans pouvoir penser à autre chose. Chelsea n’était jamais brutale d’ordinaire, mais dut la secouer pour se faire entendre.
    - Azouk, j’ai une idée. Maintiens Gaël en vie, tu comprends ? Utilise toutes nos provisions, tout ce que nous avons s’il le faut, mais tiens-le en vie ! Je vais revenir avec beaucoup d’argent ! De l’argent à en pleurer !
    L’autre la scrutait avec des yeux ronds, persuadée que Chelsea avait fini par perdre la raison à son tour. Azouk la regarda sortir de la maison en passant par-dessus le mur, du côté en ruine, puis posa délicatement Gaël sur le sol. Celui-ci respirait difficilement.
    Chelsea savait ce qui lui restait à faire.
    Elle enjambait rapidement les corps des ivres morts de la veille, zigzaguait à travers les draps suspendus au-dessus d’elle, même Gemme, papillonnante, la suivait péniblement.
    Son idée était simple. Elle se sacrifiait, enfin, elle sacrifiait ses rêves qui étaient la chose qui lui importait le plus après sa propre vie, pour sauver son ami. Et pas n’importe quel ami, c’était Gaël. D’ailleurs, sauver Gaël signifiait protéger Azouk par la même occasion. Chelsea se doutait que si le jeune homme succombait, son amie le suivrait aussitôt dans la mort.
    Ce sacrifice l’empêchait de retrouver ses parents, lui enlevait toute chance de séduire l’envoyé des mages dont elle ignorait encore le nom, mais elle n’hésiterait pas une seconde.
    Elle devait trouver un Greffier –un trafiquant de cheveux. Ce genre de personne ne posait pas de question, aucune. Le Greffier ne faisait qu’encaisser, les cheveux ou l’argent, et greffait clandestinement des cheveux à ceux qui avaient les moyens de se payer une telle opération. Les greffes clandestines étaient dangereuses, mais quels bénéfices lorsqu’elles étaient bien réalisées… !
    Elle déplora encore une fois l’absence de Donatien. Lui, au moins, aurait déniché un Greffier en quelques minutes. Chelsea se rappela soudain de l’échoppe du briquetier, dans la salle du fond officiait parfois un Greffier… Elle passa devant la petite boutique : c’était fermé.
    La panique la gagnait, Gaël ne devait pas mourir. Elle reprit sa course, sans savoir où elle allait. Le temps lui manquait.
    Gemme lui bourdonna quelques mots à l’oreille. Chelsea ne comprenait pas toujours ce que la femme-insecte tentait de lui dire, et cette fois-ci n’y parvint pas.
    - Tais-toi, s’il te plaît, lui intima-t-elle.
    Mais Gemme ne voulait pas cesser son petit vacarme. Chelsea était agacée, mais, incapable de violence, elle s’arrêta dans sa course pressante pour l’écouter attentivement. Gemme faisait à présent du sur place devant le joli nez de la mendiante, et, à force de gestes de ses petits bras, réussit à se faire comprendre.
    Elle tentait depuis tout ce temps de prévenir Chelsea : elles étaient suivies.

    Lié d’Owoon se glissa comme il put jusqu’à la droite de Tap-tap. Le géant aux cheveux courts avait choisi une très bonne place : Lié et lui apercevaient très bien le trône, et ainsi que centre de la grande salle. D’ailleurs, Tap-tap voyait très bien ce qui se passait autour de lui en toute occasion, où qu’il fut.
    Le jeune diplomate observait la princesse discuter avec celle qui allait lui couper les cheveux. Il entendait les conversations autour de lui, les nobles se demandaient ce que faisait sa Majesté. La main sur son épée magique, il décida d’utiliser ses pouvoirs de Vendangeur pour la première fois depuis son départ d’Espoir.
    Il s’éloigna de la réalité pour rejoindre les confins de son âme. Il s’y isola, afin de trouver tout d’abord ses propres pensées, puis ouvrit son esprit au monde extérieur. Il aimait cette première sensation de brouhaha, qui lui donnait l’impression d’être dans une auberge conviviale et réchauffée, et il surprenait tant de conversations intéressantes, animées, mais amicales. Puis il devait chasser, et c’était là aussi un sentiment étonnant, il pouvait défier n’importe quel animal sauvage, qui, malgré une résistance farouche, succomberait avec un sourire.
    Lié se mit en quête de renseignements. Il croyait que le retard de Ponz avait un lien avec le message de Theiss, ce message qui obsédait tant le jeune émissaire. Il découvrit cependant, en s’aventurant dans les secrets de la juge, qu’il n’y avait là qu’un manque d’organisation. Mais cette incident même lui fit soupçonner que Ponz n’était pas forcément celui qu’il prétendait être.
    Cette histoire ne le regardait pas, Lié commençait à s’en douter. Theiss était au courant. Theiss savait qui était réellement Ponz. Cela devait avoir un lien avec leur marché…
    Lié coupa le lien mental qui l’unissait avec la juge, il ne voulait pas dépenser trop d’énergie, et revint aux côtés de Tap-tap. Le fils du roi regardait depuis plusieurs secondes déjà le mage, se demandant ce que signifiait ce regard distant, vague.
    Tap-tap lisait le masque de sérénité de sa sœur. Lui aussi devenait de plus en plus nerveux au fur et à mesure que le temps s’écoulait. Il lui semblait que c’était ses cheveux à lui qu’on allait couper, bien qu’il n’en eut déjà que très peu.
    Tous ses amis se groupaient autour de lui, il était populaire dans le palais, et pas qu’auprès des femmes et des autres « bâtards » –qui étaient très nombreux. Quelques hommes aux cheveux longs le saluaient, et tentaient d’engager une conversation avec lui. Les nobles ne parlaient jamais d’ordinaire avec les personnes aux cheveux aussi courts, mais Tap-tap était ostensiblement l’un des favoris, un protégé du roi.
    Tap-tap n’écoutait cependant aucun d’entre eux, ni ses amis ni les intéressés. Il se désespérait de ne pas pouvoir être près de Shade, de ne pas pouvoir la réconforter. Lui seul savait exactement comment elle allait réagir, il savait tout ce qu’elle attendait de son père. Tout ce qu’elle perdait avec deux grades de cheveux.
    Elle était tellement belle.
    Shade entendit une porte claquer dans son dos. Ponz arrivait enfin. Il revint s’asseoir pesamment sur le trône comme si rien d’anormal ne s’était passé, avec, dans sa main gauche, la boîte des Grands Outils.
    Cette contenait une paire de Ciseaux et une Aiguille, chacun étant respectivement utilisés pour couper et greffer les cheveux.
    Le roi tendit la boîte à Anh, qui s’en saisit respectueusement.
    - Princesse héritière de Philas, Shade, dit le roi avec toute la solennité dont il était capable, placez-vous au centre de la pièce.
    Le silence se fit aussitôt dans la salle. Deux soldats s’avancèrent en même temps que la princesse, l’escortant.
    - Juge, dit Ponz, lisez l’acte d’accusation. Shade, selon la loi, vous pouvez tenter de vous défendre, mais j’ai autorité sur vos réponses.
    Shade connaissait cette mascarade de justice par cœur. Elle n’avait le droit à la parole que parce qu’elle était de sang royal. Mais se défendre n’était d’aucune utilité, tout ce qu’elle pourrait dire n’influencerait pas le cours du procès.
    Anh se leva, déroula un parchemin, et de sa voix forte proclama :
    - Princesse héritière de Philas, vous êtes accusée par le roi Ponz, qui le royaume etses sujets, de trafic de cheveux…
    - Je demanda à me défendre, l’interrompit Shade. Elle enchaîna sans attendre l’autorisation du roi : J’ai conduit un trafic de cheveux afin de permettre aux miséreux des faubourgs de trouver du travail ! Ils pourrissaient dans leurs taudis, sans espoir d’en sortir ! Grâce à moi, certains ont pu devenir artisans, ouvriers…
    - Objection refusée, clama Ponz.
    - Vous êtes également accusée de tentatives d’assassinat contre la personne de sa Majesté, reprit la juge.
    - C’est faux ! s’enflamma Shade. Je n’ai jamais personnellement essayé de tuer le roi !
    - Vous jouez sur les mots ! s’écria Ponz sur le même ton, reconnaissez-vous avoir envoyé des meurtriers pour attenter à ma vie ?
    - Non ! mentit la princesse.
    - Il est impossible de vous croire. Objection refusée, déclara son père en se renfonçant dans son trône.
    Shade se mordit les lèvres. Malgré elle, elle avait espéré voir son père montrer davantage de clémence. Elle était déçue par l’attitude de Ponz, elle voulait qu’il soit fier d’elle, qu’il la considère plus comme sa fille que comme une connaissance qu’on saluait par obligation dans les couloirs. Elle prenait conscience qu’elle n’avait pas agi dans le bon sens pour obtenir ce qu’elle désirait de lui.
    - Enfin, en voulant enlever la magie des cheveux, vous voulez dénaturer les Philois, dit Anh en achevant sa liste.
    - Il est temps que vous vous rendiez compte que la nature peut aussi commettre des aberrations, dit Shade. Elle s’est trompée en nous donnant ce prétendu privilège à travers nos cheveux. Je veux réparer cette injustice.
    - Taisez-vous, votre temps de parole est écoulé, trancha Ponz. Il est temps que justice soit rendue, et que la sentence tombe. Juge, faites votre travail.
    Anh, la voix légèrement tremblante, continua son terrible discours.
    - La rébellion que vous meniez est donc déclarée dangereuse pour le bien du royaume et de ses habitants, c’est pourquoi vous devez perdre deux grades de vos cheveux et porter la robe des belles condamnées, sous la garde d’un homme choisi par sa Majesté. Je vais moi-même vous couper les cheveux.
    Elle posa son parchemin sur sa chaise, se saisit dignement des Ciseaux dans la boîte des Grands Outils, et, devant les spectateurs fascinés, excités par le supplice, commença à sectionner les cheveux de la princesse.
    Shade ne réagissait pas, elle paraissait même insensible à la souffrance, malgré la violente douleur propagée dans tout son corps, provoque par la coupe de ses cheveux.
    Mais Shade ne criait pas, comme l’auraient espéré plusieurs personnes dans la salle. Tap-tap, lui, serrait les dents pour ne pas hurler à sa place. Lié avait entendu parler de cet étrange phénomène, qui semblait en fait naturel lorsqu’on apprenait l’existence de la magie des Philois, et méprisait en silence l’orgueil inépuisable de la princesse. Elle lui aurait paru plus humaine si elle s’était brusquement mise à pleurer.
    Enfin, Anh acheva sa sinistre tâche, et était quant à elle sur le bord des larmes. Elle maudissait sa lâcheté qui la poussait à agir ainsi contre son amie.
    - Vous allez à présent revêtir la robe des belles condamnées, bredouilla-t-elle. Qu’on apporte le paravent !
    Plusieurs servantes s’approchèrent d’Anh, de Shade et des deux soldats qui les encadraient, et apportèrent un morceau de toile qui, étant retenu par quatre longs bâtons formait un carré. Elles le passèrent par-dessus la princesse qui se retrouva ainsi cachée aux regards de tous. D’autres femmes suspendirent la célèbre robe en haut de l’isoloir, et Shade se changea au milieu d’un religieux silence.
    Pendant ce temps, on balaya les cheveux coupés.
    Quand on enleva la cabine, d’aucuns ne purent retenir des exclamations admiratives. La robe des belles condamnées était un très beau vêtement, qui suivait le moindre mouvement avec aisance, et qui aurait rendu élégantes les plus maladroites. Il laissait découvrir les épaules, qu’on eût pu qualifier de carrées, de la princesse, et on aurait dit que cette robe avait été crée pour elle. Mais Shade n’était pas libre de ses mouvements : les manches faisaient corps avec le reste du costume, elle ne pouvait donc quasiment pas bouger les bras.
    Ponz rompit le silence de sa voix nasillarde.
    - Vous serez surveillée par le capitaine Ayemric ! annonça-t-il.
    Des murmures parcoururent la salle. Aymeric était connu pour sa brutalité et sa force hors du commun.
    À cet instant, la double porte qui protégeait l’immense salle du trône s’ouvrit d’un coup, laissant entrer un très jeune messager. Ponz se leva, l’air furieux. Un soldat arrêta le gamin.
    - J’ai un message pour le roi ! J’ai un message pour le roi ! criait-il, ignorant tout du protocole.
    Sur un geste de Ponz, le garde lui permit de passer. Il courut en direction du trône, s’agenouilla en un mouvement brusque devant son souverain.
    - Que veux-tu ? demanda Ponz, irrité que la cérémonie fut troublée.
    - Le soldat Aymeric est mort, Majesté, annonça-t-il. Mort assassiné.
    Le visage de Shade s’éclaira d’un faible sourire. Elle avait une chance. Elle jeta un regard furtif vers Tap-tap. Aymeric était le seul dans le palais à pouvoir battre son demi-frère à la lutte. Ce n’était donc pas Tap-tap qui avait tué le capitaine de Ponz. Mais le fils bâtard du roi pourrait éventuellement vaincre le gardien qui allait être désigné pour remplacer Aymeric.
    Le visage tendu, Ponz réfléchissait. Il ne savait qui choisir pour succéder à Aymeric. Il regarda Tap-tap, l’un de ses nombreux fils, et la seule personne à Lys à qui il portait une sincère affection. Ponz n’ignorait pas la relation intime qui le liait à la princesse. Une idée, une idée atroce, obsédante, lui vint à l’esprit, et il ne put s’en débarrasser qu’en l’exécutant sur-le-champ.
    - Bien. C’est une regrettable nouvelle. Pour le remplacer auprès de l’héritière, je choisis donc…
    C’était prendre un grand risque, mais il voulait éprouver la loyauté de son fils, vérifier qui celui-ci allait choisir entre son père et sa sœur. Ponz ne se rendait pas compte de la démesure de son orgueil –cet orgueil qu’il avait légué à sa fille.
    - Je choisis Tap-tap !
    Anh, parcourue de tremblements de crainte qu’elle ne pouvait retenir, appela Tap-tap afin qu’il vienne s’agenouiller devant le roi, et lui promettre d’honorer la mission dont il était investi.
    Tap-tap ne comprenait pas à quel jeu Ponz s’amusait, et s’avança, courbé, sans savoir ce qui l’attendait réellement, sans vouloir le savoir. Il aurait souhaité que tout ceci ne fut qu’un cauchemar, mais il était malheureusement conscient de la réalité.
    Seuls Lié et Shade comprenaient ce qui se déroulait dans l’esprit du roi de Philas, et ils comprenaient tous deux les avantages qu’ils pourraient tirer de cette situation.
    Tap-tap obéit à l’ordre du juge, et se mit à genoux devant le trône.
    - Répond par « je le jure » à toutes mes phrases, si tu acceptes ma confiance , ordonna Ponz : Jures-tu d’empêcher la princesse de sortir du palais ?
    Le jeune homme ne prononça pas les terribles mots immédiatement. Il hésitait sur la conduite à tenir. Il pouvait jurer ce que Ponz lui demandait de jurer, et dans ce cas, s’il aidait la princesse, il serait banni à jamais de Lys. Il pouvait refuser de promettre, mais cela revenait au même, car nul ne pouvait décliner une proposition du roi. Il voulut jeter un coup d’œil à Shade, mais elle était derrière lui, et il ne pouvait pas tourner la tête sans que l’assemblée entière ne le remarque. Il avait un autre choix : obéir à Ponz, et interdire à Shade tout mouvement, tout contact, toute pensée…
    - Jures-tu d’empêcher la princesse de sortir du palais ? répéta le roi, agacé par son silence.
    - Je le jure, répondit faiblement Tap-tap.
    - Jures-tu d’empêcher quiconque de couper les manches de la robe des belles condamnées ?
    - Je le jure, fit Tap-tap plus imperceptiblement encore.
    - Jures-tu de ne pas m’éloigner de la princesse de plus de quatre pieds, afin de toujours la surveiller ? conclut Ponz.
    - Je le jure… dit le jeune homme, la voix brisée.
    Un court silence s’ensuivit. Lié ricanait intérieurement. L’erreur de Ponz était grossière. Comment pouvait-il croire que Tap-tap le préférait à sa demi-sœur ? Lié voyait toutes les perspectives qui s’offraient à lui. Le jeune Epéiste se dit qu’après sa visite à son cheval, puis à la bibliothèque, il pourrait tenter de trouver Chelsea, et appliquer le début du plan qui avait germé dans son esprit depuis qu’il avait atterri chez les résistants.
    Le procès était terminé, et la double porte s’ouvrit pour laisser se disperser la cour. Shade et Tap-tap se regardaient, ce dernier avait un air abattu. Il pensait l’avoir trahi, et ne comprenait pas l’air satisfait de sa sœur. Celle-ci était par ailleurs dans un état de grande fatigue, dû à la souffrance qu’elle avait surmontée.
    - Je vais aller me reposer, lui dit-elle.
    Il la suivit. Elle lança en partant un sourire encourageant à la juge, qui ne put faire de même.
    Lié les accompagna du regard puis sortit de la salle du trône à son tour. Il se dirigea d’un pas pressé vers les écuries. Il avait l’impression que son cheval était le seul être réfléchi sensé dans ce château. Philas… royaume de barbares… ?
    Il passa à travers les écuries sans accorder un regard aux habitants des stalles du palais, et se dirigea directement vers le fond de l’allée, tout en emplissant ses narines de cette odeur bien particulières aux équidés.
    Franchise le reconnut, mais fit semblant de ne pas le remarquer, afin de montrer son ressentiment d’avoir été oublié toute la matinée. L’intimité du voyage avait rendu l’étalon bai arrogant. Lié n’était pourtant pas son véritable maître, car Franchise appartenait à Juun, le grand frère de Lié.
    Lié entra dans le box de Franchise et commença à l’étriller. C’était une activité reposante et qui lui permettait de réfléchir. Il vérifia tout d’abord que l’étalon était bien traité, et avait de quoi manger. Tout était en ordre.
    - Tu es traité comme un roi, n’est-ce pas ? sourit-il.
    Franchise ne comprit pas ce qu’il lui disait mais ressentit le sarcasme des paroles. Ses oreilles se dressèrent vers l’arrière, il était vexé de ne pas pouvoir utiliser l’ironie lui aussi. Lié continua à l’étriller, bien que le cheval n’en eut plus réellement besoin, juste pour leur plaisir à tous deux.
    Lié n’avait aucun scrupule à tenter de découvrir les secrets de son souverain, mais en aurait davantage s’il devait un jour le trahir. Il lui manquait encore quelque chose pour pouvoir agir.
    Il observa l’œil sombre de Franchise. C’était un nom étrange pour un animal aussi imprévisible. Mais Juun avait un côté poétique et nostalgique que Lié ne partageait pas, n’avait jamais partagé d’ailleurs.
    Il se demanda quand est-ce qu’il aurait l’occasion de revoir la princesse. Il faudrait bien qu’il lui parle, qu’il la supporte, s’il voulait réussir.
    Son idée lui paraissait tellement folle. Il devait savoir si le message de Theiss à Ponz pouvait influencer ses desseins, avant de se lancer dans leur exécution.
    Lié quitta les écuries pour se diriger vers la bibliothèque du palais Philois. Il demanda son chemin, et y entra peu de temps après. C’était une grande salle circulaire, dont les grands murs étaient couverts de livres. S’y s’affairaient plusieurs hommes âgés, les érudits du roi certainement.
    Lié demanda poliment à l’un d’entre eux où est-ce qu’il pourrait trouver l’histoire de la dynastie des Mémoires Vivantes –celle à laquelle appartenaient Flesh, Ponz et Shade. Le vieil homme le guida jusqu’à une échelle, en grimpa quatre barreaux, attrapa un livre, puis redescendit et le tendit au jeune étranger. Celui-ci le remercia, alla s’installer à l’une des grandes tables qui se tenaient dans la bibliothèque, et commença sa lecture.
    L’Histoire des enfants des Mémoires Vivantes, du début de la dynastie jusqu’en 1467 après H.G. 1467 devait correspondre à la naissance de Shade, calcula Lié. Pour ce qui se passait ensuite, le tome devait être en cour d’écriture.
    Le mage parcourut le sommaire pour trouver la page où il pourrait examiner la biographie de Ponz, et quand est-ce qu’il avait rencontré Theiss.
    Lié lut la vie de Ponz, jusqu’à la naissance de sa fille légitime. Il n’était mentionné nulle part une quelconque entrevue avec le roi de Disparate. Le jeune homme n’était pas trop étonné. Philas était un royaume fermé, qui n’entretenait des liaisons commerciales qu’avec un ou deux états des contrées étrangères. Si Ponz et Theiss s’étaient parlé, ce n’était pas officiel.
    Mais Lié devait de toute façon repérer à quelle époque cela se situait, que ce fut officiel ou non, s’il voulait découvrir ce que Theiss avait offert au souverain de Philas. Lié sentait la curiosité et l’impatience le ronger. Il sentait que c’était important, plus important qu’il n’y pouvait paraître.
    Après avoir relu une seconde fois la biographie de Ponz, il repéra enfin un flottement, une période qui lui parut digne d’intérêt :
    Flesh était alors encore sur le trône, et Ponz était par conséquent encore l’héritier, un jeune homme. Lié calcula : Theiss n’était pas roi non plus, et même à peine entré dans la vie politique de Disparate. Il n’était qu’un jeune mage, un aventurier.
    Ponz était parti à la chasse, avec un groupe de nobles de ses amis. En s’acharnant à poursuivre un cerf, il les avait alors distancés. Ses compagnons avaient par la suite retrouvé le cerf, mais durent chercher le prince cinq jours durant. Pour le récupérer en grande forme. Mais avec un comportement étrange… inhabituel. Il ne retrouva ensuite jamais son ancien tempérament.
    Lié ferma l’épais livre d’un geste sec. Il avait très faim. C’était autre chose cependant qui l’avait forcé à se lever : il ressentait une présence magique. Un mage venait d’entrer dans la bibliothèque. Lié se dirigea vers lui, bien qu’il ne vit personne. Le mage était invisible. Il s’aperçut que plus il se rapprochait de ce mage, plus ce dernier s’éloignait.
    Il ne comprenait pas ce qu’un mage, qui de plus se cachait, venait faire ici. Theiss n’avait envoyé personne d’autre que lui. Un explorateur, peut-être ? Mais pourquoi se dissimuler dans ce cas ? Celui qui est masqué n’a point de bonnes intentions, songea-t-il, citant le proverbe. L’énervement le gagnait. Il ne pouvait pas agir avec tous ces érudits qui l’observaient, se demandant ce qu’il faisait. Il se figea. La présence était au seuil de la bibliothèque, mais l’homme invisible devait se douter que tant qu’il y aurait des non-mages à ses côtés, Lié ne pourrait pas l’attaquer.
    Elzear se tenait devant la porte d’entrée de la bibliothèque. À travers sa cape d’invisibilité, il regardait fixement l’Epéiste. Il savait que les mages Epéistes n’étaient pas aussi dangereux que les Narcissiques, et qu’un Vendangeur pouvait pénétrer dans son esprit, mais il n’en était pas moins terrorisé à l’idée d’un duel face à cet homme.
    Elzear n’était pas un bon mage, il était toujours le plus faible parmi ses amis et ses ennemis… Il n’avait pas prévu tomber sur un envoyé de Disparate. Il pouvait s’enfuir, mais il n’avait pas obtenu ce qu’il cherchait, et partir signifiait différer d’autant l’assassinat de la princesse. Cela, il ne le désirait pas.
    Le jeune assassin des Terres Impitoyables recula d’un pas encore. L’Epéiste s’avança et tendit la main pour saisir Elzear.
    Lié, après avoir tâtonné quelque peu, repéra le bras du mage et le lui agrippa avec fermeté. Il approcha sa tête de ce qu’il pensait être celle d’Elzear, mais ce dernier était beaucoup plus petit en réalité, il faisait cinq pieds de haut seulement, alors que Lié mesurait plus de cinq pieds et demi. L’Epéiste murmura donc dans le vide, d’une voix tendue par la menace :
    - Je ne peux agir ici, et j’ai à présent quelque chose à faire, mais sois certain que je ne vais pas t’oublier et que je m’occuperai de toi dès que j’en aurai l’occasion.
    Il se rendit ensuite dans les appartements qu’on lui avait attribués, où un repas chaud l’attendait. Lié n’oubliait pas qu’il devait aller trouver Chelsea mais il préféra se reposer un peu auparavant.

  14. #14
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    - Jures-tu de ne pas m’éloigner de la princesse de plus de quatre pieds, afin de toujours la surveiller ?
    Je pense que ce serait plutôt t'éloigner non ???

    Très bon chapitre, comme d'hab quoi...
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  15. #15
    Date d'inscription
    September 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages
    1 066
    Waouh !!! Ton histoire avance effectivement plus vite que la mienne. Mais c'est peut-être parce que mes chapitres ne font qu'une trentaine de lignes :notme2:...

    Mais néanmoins j'adôôre.
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  16. #16
    Luthien Invités
    Toujours aussi bien malgré deux trois petites erreurs comme celle mentionnée par Balrog. Hum... je me demande ce qui va se passer et donc j'attends, patiemment puisque l'impatience ne me permettra pas de faire accélérer les choses...

    Luthien

  17. #17
    Cristal Invités
    :happy: merki beaucoup pour vos avis !!! (et pour les corrections... :blush: désolée pour les fautes... elles m'ont échappé ! )

  18. #18
    Boddah Invités
    :8: roo j'ai du retard cristal...
    bon je m'y mettrais ce weekend, j'ai po le temps... :timide:
    j'éditerais ce poste pour donner mon avis sur ces trois premiers chapitres déjà...
    je sens que ça va être aussi captivant que le dernier...

    Premier chapitre:
    Très bonne amorce au debut, on comprend vite ce qui nous entoure avec la description de cette cité qui parait comme un élément clé de ton histoire!!

    et presque irrespirable pour tout étranger ; les habitants de Lys s’y étaient habitués au fur et à mesure. Mais il n’y avait que peu d’étrangers
    seul petit truc peut etre c'est deux fois étrangers, peut être mettre un autre mot à la place c'est comme tu le sens!!

    très belle intrigue, la magie dans les cheveux, on voit que c'est aussi un élément essentiel avec toutes les sortes de coiffures que tu décris!!

    "Lys" j'adore, ça me fait penser à la monarchie, c'est certainement voulu :happy:

    Il les prit au dépourvu en attaquant le premier. À Philas, personne n’osait se battre seul contre cinq… les gens tenaient trop à leur misérable vie pour cela. Les voleurs se rendirent cependant rapidement compte qu’être plus nombreux ne suffisait pas forcément pour remporter un combat. Le jeune homme, avec sa science de l’épée et son agilité hors norme, les dominait complètement, d’autant plus que son épée lançait des rayons bleus, brûlant la peau de ses adversaires.
    Franchise regardait son propriétaire se battre, et attendait un peu plus loin, sans vouloir se mêler au combat. Le diplomate avait déjà tué deux de ses ennemis, dont le chef aux yeux verts, quand un autre d’entre eux, en tentant de le désarmer, lui fit perdre l’équilibre. Le jeune homme resta une petite seconde vacillant sur le bord du quai, battant des bras. Puis tomba dans les eaux saumâtres du fleuve Indécent.
    lol c'est pas une critique mais les combats tu les aimes toujours pas on dirait!! on dirait que tu évites la véritable description, peut être de peur de t'emmeler, je sais pas...

    Sur cet bref discours, les soldats se mirent en route.
    petite faute de frappe... :eye:

    -bah voila le second combat, la resistance contre les soldats du roi est bien décrit, très bien même!!!

    roo l'idée est vraiment génial, l'intrigue très prenante comme avant!!tes descriptions sont toujours aussi précises, j'adore vraiment, tu as su avec ce premier chapitre à me convaincre pour lire la suite faut juste que tu fasse gaffe aux répétitions, tu utilises souvent "étranger, étrange, ange, ect" c'est pas bien grave c'est juste un détail mais bon quand le travail est super on s'attache aux petits détails... :happy:

  19. #19
    Cristal Invités
    roo j'ai du retard cristal...
    te presse pas !!! je surveille pas si tu vas bien tout lire ! lol ! enfin ça me fait plaisir de te revoir !

  20. #20
    Cristal Invités
    dites, les gens, vous allez rire... je ne peux pas vous mettre la suite ! je m'explique : j'ai envoyé ce roman à une maison d'édition. voyant qu'elle ne répondait pas au bout de plusieurs longs mois, je me suis dit que c'était mort, et j'ai donc mis les Sillages en ligne, pour avoir quand même quelques gentils lecteurs :love: ! (comme j'ai fait pour les Trois erreurs de la Reine en fait ) sauf que j'ai reçu une lettre ya pas longtemps disant que mon manuscrit était accepté au comité de lecture (j'ai aucune idée de ce que c'est par ailleurs ... :rigoler: ) donc voilà, ils m'enverront une lettre dans six mois pour dire si mon roman est accepté ou pas... donc je pense pas que ce soit une bonne idée de vous mettre la suite... :sad: désolée...
    enfin sauf si dans six mois mon bouquin est refusé ! :rigoler:

  21. #21
    Boddah Invités
    :snif: :snif: :snif:
    non cristallounette...enfin plutôt bravo pour ton roman!!! tu le mérites, j'espère qu'il sera accepté!!!
    mais bon t'es sur que tu puisses pas mettre la suite? :snif: t'as peur qu'on te prenne le roman? :heu:

    en tout cas, encore félicitation, si on se connaissait en vrai, je t'aurais offert un pot dans un bar!!!

  22. #22
    Date d'inscription
    September 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages
    1 066
    C'est une histoire de droits, je crois. Enfin, bon, un truc compliqué.

    et :snif: quand même parce que c'était bien parti, et attendre 6 mois pour savoir si on va le lire sur écran tout de suite ou sur papier encore plus tard, c'est looooong.
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  23. #23
    Luthien Invités
    Que dire...
    Enfin, il vaut mieux te souhaiter bonne chance.

    Luthien

  24. #24
    Cristal Invités
    merci pour les encouragements! euh... si vous le voulez vraiment pour les quelques-uns qui suivent je peux vous envoyer la suite par mp... je sais pas trop si je peux faire ça mais bon je vous fait confiance ! (j'espère que je suis pas en train de faire une connerie, là :rigoler: )

    si on se connaissait en vrai, je t'aurais offert un pot dans un bar!!!
    c vraiment dommage qu'on se connaisse pas en vrai ! :snif: :love:

  25. #25
    Boddah Invités
    c vraiment dommage qu'on se connaisse pas en vrai !
    :snif: :snif: :snif:
    vi...j'aimerais bien...*en train de revasser sur son clavier... :love: *

    au fait, pour rester un peu dans le sujet car après on va dire que la couronne n'est po un lieu de rencontre* :snif: * personnellement je veux bien la suite, mais par mp ça va être lourd je pense...si tu veux vraiment faire ça le mieux reste l'email ou la messagerie instantanée qui permet de s'envoyer des fichiers, mais bon delà à le faire c'est quand même un boulot supplémentaire!!
    puis de toute façon il faudra que je te recontacte, car j'aurais quelques conseils à te demander sur les éditeur justement, mais bon j'y suis po, loin de là... :happy:

    en tout cas, bravo, j'espère que la suite ne sera que du bon pour toi!!!

    *rahh pense encore au pot... :snif: *

  26. #26
    Luthien Invités
    si vous le voulez vraiment pour les quelques-uns qui suivent je peux vous envoyer la suite par mp...
    Il serait malhonnête de dire que cela ne m'intéresse pas, mais bon, si ça te pose le moindre problème...
    Sinon, il est vrai qu'il est plus judicieux d'utiliser les emails.

    Luthien

    Edit: 600 messages... comme tout passe vite.

  27. #27
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    Oui, en effet, un envoi par e-mail serait intéressant, mais on veux pas non plus te donner du boulot en plus.... :snif:

    et* :snif:* quand même parce que c'était bien parti, et attendre 6 mois pour savoir si on va le lire sur écran tout de suite ou sur papier encore plus tard, c'est looooong.
    :snif: :snif: :snif:
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  28. #28
    Cristal Invités
    Oui, en effet, un envoi par e-mail serait intéressant, mais on veux pas non plus te donner du boulot en plus....
    ba, le roman il est tout prêt, j'ai qu'à vous l'envoyer par fichier joint !
    aucun de mes amis n'aime la fantasy, donc je ne les force pas à lire mes romans, alors quand j'ai des lecteurs volontaires, comme vous :love: , j'essaye d'en profiter :rigoler: ceux qui veulent la suite et qui me font à peu près confiance vous n'avez qu'à m'envoyer un petit mp avec votre email et je fait ça tout de suite !:happy:

  29. #29
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    Bon, une impression, comme ça : tu passe trop vite sur les morts et sur les combats. Dommage.
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  30. #30
    Cristal Invités
    oui, je suis pas très douée pour décrire les combats, ni pour faire des effets pathétiques... mais j'y travaille !
    en tout cas merci de lire la suite ! :happy:

Page 1 sur 2 12 DernièreDernière

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231