Page 2 sur 2 PremièrePremière 12
Affichage des résultats 31 à 41 sur 41

Discussion: Les Sillages

  1. #31
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    Bon. J'ai fini le livre, et je trouve la fin un peu trop floue, dans le sens où tu passes trop vite sur certains évennements. Nottament

    SPOILER

    la destruction de la source.
    Dommage. Sinon, le livre est, dans l'ensemble, interressant, justes quelques fautes de frappes (normal) et quelques nom légèrement bizarres... J'ai pris du plaisir à le lire. Bonne chance, j'espère qu'il sera publié.
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  2. #32
    Cristal Invités

    quelques nom légèrement bizarres
    je ne m'attendais pas trop à ce que tu dises ça :rigoler: mais t'as peut-être raison fodrait que je fasse plus attention à ça...


    je trouve la fin un peu trop floue
    oui, mes deux autres lecteurs (mes parents... qui ne connaissent rien à la fantasy) m'ont aussi fait cette remarque :omg: donc il faudra que je revoie sérieusement ce passage ! enfin, je suis déjà partie sur un autre roman, alors... peut-être si les Sillages est retenu !

    merci beaucoup de l'avoir lu jusqu'au bout ! je suis très flattée :happy: (sérieusement ! )

  3. #33
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    Nottament un personnage dont le nom est l'inverse du prénom (et inversement :happy: :..: )...
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  4. #34
    Leste-Plume Invités
    J'aurai grand plaisir à lire et commenter ce début de roman qui s'annonce prometteur. Mais avant je tiens à te féliciter pour la réponse que tu as reçue de l'éditeur. Passer en comité de lecture ne signifie pas que tu seras publiée à coup sûr mais c'est néanmoins une étape importante dont tu sortiras renforcée quoi qu'il arrive. Car même en cas de refus (ce que je ne souhaite évidemment pas mais tu te dois de t'y préparer) les arguments de l'éditeur t'aideront à progresser si tu prends la chose positivement.

    Je ne sais pas si cela vaut la peine de poster des critiques de ton roman car si ton manuscrit est accepté ce sont de vrais professionnels qui t'aideront à le travailler et à corriger les lacunes que j'ai pu voir ici et là.

    Cela dit si tu envisages de l'envoyer à d'autres éditeurs il ne serait pas inutile que des lecteurs bénévoles te donnent un feedback. Histoire que tu puisses proposer un texte plus abouti que ce que tu as posté ici. Au fait est-ce le même texte à la virgule près que tu as envoyé à la maison d'édition ou était-ce une version remaniée?

    Concernant la mise en ligne d'une suite je te conseille la prudence. Les habitués de ce forum sont sans doute des personnes dignes de confiance mais un forum est par défintion un lieu ou passe un peu "tout le monde". Mais tu pourrais continuer la correction en privé avec des personnes motivées. A toi de voir. Dans tous les cas, je te suggère de t'envoyer ton manuscrit par recommandé si ce n'est pas déjà fait.

    A bientôt

  5. #35
    Cristal Invités
    ( :happy: un nouveau lecteur (ou une nouvelle lectrice...? ) )
    j'ai envoyé exactement le même texte à l'édition qui l'a pris en comité de lecture, mais je l'ai relu depuis et je me rends compte qu'il y a toujours énormément de choses à changer... je pense que si cette maison le refuse, je ferai des modifications et je l'enverrai à une autre. De ce point de vue, tous les commentaires sont à prendre
    quant aux lecteurs bénévoles ils sont toujours les bienvenus

  6. #36
    Leste-Plume Invités
    Je posterai des remarques dans trois domaines :
    - La trame générale et la cohérence
    - le style et les tournures de phrases
    - l’orthographe.

    Chapitre 1 : La trame et les incohérences.

    J’ai un problème avec le fleuve indécent. Même une ville industrielle moderne n’arriverait pas à polluer un fleuve de la sorte et donc à fortiori encore moins une ville de type médiévale même si elle compte beaucoup d’habitants et qu’ils sont tous bien dégueulasses. Un fleuve c’est plutôt gros, je te conseille de changer en rivière. Et puis à moins que les Lyséens balancent des tonnes d’arsenic et de mercure il y a peu de chance que des déchets ordinaires puissent empoisonner et tuer toute la faune. Je ne suis pas un expert en travaux publics mais il me semble que ce sont les égouts qui se déversent dans le fleuve et non l’inverse.

    L’idée de magie liée aux cheveux est originale et je me joins aux félicitations de tes autres lecteurs. Cela dit tu présentes la chose de manière un peu abrupte au début. N’oublie pas que le lecteur ne sait rien de cette fameuse magie. On ne voit pas en quoi ce serait une malédiction pour le peuple de Philas. Soit tu présentes les choses de manière plus subtile avec l’intention de développer plus loin. Soit tu expliques dès le début de quoi il retourne : origine de cette magie, nature et effets sur les gens… Tu développes bien l’idée avec l’entrée du chevalier dans la capitale mais c’est un peu tard. Remarque il serait peut-être judicieux de faire passer l’entrée de diplomate au début du texte. Ce ne serait pas une mauvaise idée car l’arrivée d’un étranger en ville est toujours un bon prétexte pour la description d’une ville et de ses mœurs.

    Lorsque tu écris
    « Cette boucle était devenue le symbole de la résistance »
    tu parles de la boucle de Chelsea en particulier ou celle des Mèches solitaires en général ?
    Je préfère « Chelsea mettait tout en œuvre pour éradiquer ou éliminer la pauvreté plutôt que limiter.

    Tu écris :
    « Tous espéraient voir les classes sociales se rapprocher, se mêler, et cela ne pouvait se faire que lorsqu’on abolirait la magie courant dans le corps des Philois : celle de leurs cheveux. »
    A nouveau on ne voit pas le lien entre la magie et le rapprochement des classes sociales.

    Tu écris
    « Ce jour-là… »
    quel jour ? Tu n’as pas posé de point de départ temporel à ton récit. Alors tu ne peux pas commencer par « Ce jour-là ». Tu peux commencer par quelque chose du style. Quelque part dans les profondeurs sombres et nauséabondes des égouts, les résistants s’étaient rassemblés etc…

    A la fin du combat avec les bandits il y a certaines choses qui me semblent incohérentes.

    Le quai : le diplomate tombe du quai et est emporté par le courant. Un quai est en endroit qui doit permettre aux bateaux d’accoster pour charger/décharger des personnes/marchandises. C’est donc un endroit protégé où il n’y a pas de courant. Ok ? Je te suggère de le faire tomber d’un pont qui enjambe une rivière aux flots tumultueux par exemple. Mais même comme ça il y aura un problème de cohérence avec la suite car comme je te l’ai dit plus haut c’est l’égout qui se déverse dans le cours d’eau et non l’inverse. Il faudra imaginer sans doute autre chose pour faire aboutir notre diplomate dans les souterrains.

    Le cheval : un monde médiéval fantastique est par défaut un monde médiéval normal où tu expliques ce qu’il y a de magique/fantastique. Dans un monde normal un cheval ne va pas se balader dans une ville inconnue à la recherche d’un bâtiment ressemblant à un château. Ton canasson m’a fait penser au cheval de Lucky Luke le fameux Jolly Jumper qui reste dans son coin à se demander s’il va intervenir dans le combat pour sauver son maître. Soit tu prends une demi page pour expliquer en quoi Franchise est exceptionnel soit tu le fais réagir de manière plus normale. Exemple : le cheval s’enfuit lorsque son maître disparaît dans les flots. Il est retrouvé par un soldat qui reconnaît sur la selle les armoiries de Disparate. Pensant qu’il s’agit du cheval d’un personnage important, il le ramène au château.

    Je trouve que tu structures très bien les évènements mais leur déroulement est beaucoup trop rapide. Il ne faut pas abuser des coïncidences. Le diplomate tombe quasiment du quai au beau milieu d’une réunion de résistants qui soit dit en passant ne semblent pas si difficiles à trouver. Il a à peine prononcé un mot que déjà débarquent les soldats du roi etc… Tu dois un peu cultiver le suspense.

    On le sort de l’eau mais on ne le désarme pas ! Aucun résistant ne porte d’arme. C’est une résistance « peace and love » ?

    Chelsea lui dit :
    « Si tu ne veux pas que les gardes t’arrêtent, tu ferais mieux de partir. »
    Elle s’inquiète pour la sécurité d’un étranger dont elle ne sait rien et qui pourrait tout aussi bien être un mercenaire étranger engagé par le roi pour supprimer les chefs de la rébellion.

    Cela m’embête un peu que les résistants qui sont censés maîtriser leur monde souterrain s’enfuient comme des lapins apeurés et se jettent directement dans les bras des soldats. Surtout que Chelsea elle semble connaître des chemins pour s’en sortir. Pourquoi ne les guide-t-elle pas ? Drôle d’attitude pour une personne que tous respectent et admirent. D’une manière générale tes résistants ont l’air de gros amateurs. C’est un miracle que Ponz ne les ait pas liquidés plus tôt.

    L’élément qui me semble le plus invraisemblable dans ce chapitre est le fait que Ponz ignore que c’est sa propre fille qui est la tête de la rébellion. Un espion a infiltré la résistance et arrive à apprendre le lieu secret de la réunion mais ignore l’identité du chef, alors que tous les résistants semblent le savoir comme tu l’écris plus haut. En fait même un assassin étranger le fameux Elzear sait qui est à la tête de la rébellion mais pas le propre roi. Ca ne tient pas la route à mon avis. Pourquoi ne pas faire en sorte que Ponz soit bien au courant de qui est le chef des rebelles. Il envoie un escadron de soldats en leur précisant bien qu’ils ont intérêt à lui ramener sa chère petite vivante.

    Je trouve comique qu’un diplomate étranger mandaté par un roi arrive au château et ne se voit même pas offrir une chambre et un bain alors qu’il en a pourtant bien besoin. Non, notre bonhomme préfère s’installer dans la grange au milieu des crottes de cheval !

    Voilà, je m'attaquerai au style et à l'orthographe de ce premier chapitre dès que possible. Je ne sais pas si c'est utile que je critique le chapitre2 tant ce premier chapitre a besoin d'un remaniement important. A toi de voir si tu veux une première impression sur les autres chapitres ou si tu préfères retravailler celui-ci.

    ps : ne sois pas découragée par le nombre de critiques. Si je poste plus de critiques négatives que positives c'est parceque c'est ce qui t'aidera à progresser. Te balancer seulement des fleurs ne fera pas beaucoup avancer le schmilblik.

    A plus

  7. #37
    Cristal Invités
    merci beaucoup !!!
    merci infinement de prendre autant de temps pour me dire ce qui ne va pas ! tout ce que tu me dis m'aide énormément ! je vois que j'ai un gros travail qui m'attends, mais ce n'est pas pour me déplaire, vu que maintenant j'ai de bonnes pistes de départ !
    si ça ne te déranges pas (parce que j'imagine que tu as d'autres choses à faire... ) j'aimerais beaucoup que tu puisses faire de même avec les deux autres chapitres. mais je vais commencer dès maintenant à modifier le premier.

    encore mille fois merci !!! :love:

  8. #38
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    Par rapport au cheval, elle explique après ce qui est exeptionnel... A savoir que le cheval était au départ un humain.
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  9. #39
    Leste-Plume Invités
    J'ai parcouru le chapitre 2 et je te livre la suite de mes impressions sur la trame générale et la cohérence.

    Le récit reste assez bon mais il y a ici aussi quelques maladresses et précipitations qui gâchent quelque peu le plaisir.

    Un des problèmes récurrents dans ce chapitre concerne certaines transitions. Parfois tu es en train de décrire une scène physique (par exemple des personnages évoluent dans une pièce) puis sans crier gare, on se retrouve brusquement dans la tête d’un personnage pour explorer ses pensées.

    Morceau choisi

    Le médecin salua et sortit des appartements de la princesse pour aller chercher Anh, la juge du palais.
    Shade savait que, si jamais elle réussissait à former une nouvelle rébellion, elle n’aurait plus jamais le charisme nécessaire pour mener une véritable révolution.
    Le médecin ferme la porte et on est directement plongés dans le questionnement de Shade sur son avenir. Ca ne va pas, tu dois amener ce passage moins brusquement. Par exemple la princesse s’allonge sur son lit et essaye de remettre de l’ordre dans ses idées…

    Dans le paragraphe suivant :

    Le médecin, habitué aux ordres, fit ce qu’elle demandait, et lui amena une petite glace dont le cadre était incrusté de petits diamants. Il ignorait tout des activités nocturnes de la princesse –seuls le roi, elle-même et la juge qui allait lui couper les cheveux pouvaient dire pourquoi il lui manquait à présent l’œil droit. Elle, en revanche, avait bien conscience du contraste existant entre ses idées de justice et son mode de vie ; même Chelsea, avec toute son imagination, n’aurait pu rêver un tel luxe.
    J’ai relevé plusieurs petites maladresses. Pour commencer, il y a ce fameux problème de transition dont on vient de parler. Ensuite tu révèles déjà que la princesse va être jugée et tu décris même sa punition. Pourquoi ne pas entretenir le suspense ? Enfin il me semble peu vraisemblable que le médecin ne soit au courant de rien. On peut supposer que l’arrestation musclée de Shade a du faire le tour de la capitale.

    Fais attention à ne pas tomber dans l’excès de description de ton monde/décor. Par exemple entre la sortie du médecin et l’arrivée de la juge tu nous balances toute une série d’infos avec en vrac : des inquiétudes pour la survie de la rébellion, les rapports entre Shade et son père, la diplomatie du royaume et les « passes-temps » du roi. Je comprends que tu essayes de dépeindre ton décor et tes persos mais de cette manière le lecteur risque l’overdose. N’amène de l’info que quand c’est nécessaire, aère ta description et évite de mettre à la queue leu leu des infos qui ne sont pas liées entre elles.

    Malheureusement, les enfants bâtards, qu’ils fussent de sang royal ou non, n’avaient pas les cheveux plus longs que ceux des paysans, et Tap-tap coiffait les siens en brosse. Anh, en tant que juge du palais, avait natté les siens en une tresse épaisse qui lui arrivait au-dessous des omoplates.
    Je rappelle qu’à ce stade tu n’as toujours pas décris précisément ce qu’était la magie des cheveux et son implication sur la vie sociale du royaume. Certains expressions ne sont donc pas à leur place comme le « malheureusement » ou le « en tant que juge ». N’oublie pas qu’il n ‘y a que pour toi que tout est clair et limpide.


    On ne pourra rien faire pour ton œil ?
    - Je suppose que non, ou le guérisseur aurait déjà essayé. Seule la magie pourrait…
    Elle se souvint qu’un homme avait troublé la dernière réunion des rebelles : un envoyé de Disparate… certainement un mage. Quoiqu’elle avait entendu dire que la population de non-mages augmentait étonnamment vite, dans ce royaume considéré comme le berceau de la magie.
    Encore un autre exemple d’information pas du tout à sa place. On parle de l’œil de Shade et deux lignes plus bas on parle de la population d’un royaume étranger. Evite d’éparpiller des infos n’importe où dans ton texte.

    Je trouve dommage que tu casses autant le suspense. Lors de la discussion avec la juge on sait déjà à peu près tout de la punition : longueur des cheveux, robe etc… Tu enlèves ainsi au lecteur la surprise et la tension psychologique qu’il aurait pu ressentir lors du procès.

    - Et vous saviez que Ponz n’était pas son fils ?
    Désolé mais là je crois que c’est un peu râté. Non seulement le ton ne colle pas avec la révélation d’une telle info capitale mais en plus cela soulève pas mal d’incohérence. Je m’explique : les véritables origines de Ponz devraient être le secret le mieux gardé du royaume. On imagine mal l’imposteur aussi peu prudent. Car s’il était aussi imprudent le secret n’aurait pas été gardé si longtemps avec tout ce que cela implique au niveau de la loyauté de ses sujets. Là c’est trop gros comme ficelle, il faudra que tu prennes mieux soin de ton intrigue.

    Au sujet de la rencontre entre Lié et le roi. Le roi accorde-t-il des audiences sans savoir à qui ? C’est peu probable et donc l’ambassadeur n’a pas vraiment besoin de se présenter. Par contre il devrait témoigner plus de respect au roi. Il manque les formules de politesses etc… Le roi ignore-t-il les termes de son accord avec Disparate à tel point que l’ambassadeur doive les lui rappeler en détail ? C’est presque une insulte envers le roi. L’attitude de Ponz n’est pas crédible ni cohérente. Non seulement il refuse sans raison apparente de respecter son engagement avec Theiss mais en plus il menace de mort son ambassadeur. Lié quant à lui n’a pratiquement aucune réaction, ça donne ça :

    Lié : mon roi vous propose ceci…
    Ponz : c’est niet alors tu dégages ou t’es mort
    Lié : ok salut, on se voit à la ptite fête ?

    Et je caricature à peine . Sérieusement il faudra revoir cette scène en insistant sur les enjeux politiques et sur le duel psychologique entre le roi et l’ambassadeur étranger.

    Il y a quelque chose qui me chiffonne dans la rencontre Shade/Lié. La princesse ne sait rien du diplomate. Ils ont en tout et pour tout échangé cinq ou six répliques et elle lui confie une mission capitale pour la survie de la rébellion. Pourquoi faire confiance à un étranger dont elle ne connaît pas la loyauté alors que son frangin est la personne toute désigné pour cette mission ? Est-il pensable que le chef de la révolte sois si peu prudent ? Et puis le coup de la bourse pleine de pièces ne va pas du tout. Quelques lignes plus haut Lié était un diplomate envoyé par son pays pour une affaire de première importance. Et là on le retrouve dans le rôle d’un vil laquais acceptant un peu d’oseille pour participer à une révolte qui ne le concerne pas. Je pense qu tu devrais t’arrêter à la demande de Shade concernant la régénération de son œil.


    Mon impression générale sur ce chapitre est que le ton narratif ne colle pas avec la gravité des évènements relatés. On a une princesse rebelle qui a tenté de renverser son père qui se trouve être un roi cruel et injuste. Or on a l’impression que tu décris une journée normale au palais de Lys. La princesse est dans ses appartements où elle traite mesquinement le petit personnel. Elle discute sereinement de son procès avec son bourreau. Entre deux broutilles on apprend que le roi n’est pas le roi. Ce dernier est tranquillement en train de préparer son anniversaire… On dirait qu’il ne s’est rien passé de grave. La princesse a trahi le trône, ok on va la juger puis on ira tous bouffer du gâteau. :rigoler: Honnêtement j’ai pas trop accroché. Déjà il manque une scène capitale, c’est la confrontation entre la princesse traîtresse et son père. Tu devrais reprendre le tout de manière plus tragique en insistant sur la disgrâce de la princesse, sur la cruauté du châtiment. Même le bourreau a l’air d’une pauvre pomme alors que ce devrait être le personnage le plus sadique du royaume puisque l’exécutant d’un roi cruel.

    Allez courage pour la suite et ne sois pas découragée par le ton ironique de certaines de mes remarques, c’est mon style. Ton texte a du potentiel et c’est pourquoi je prends de temps pour la critique.

    A plus.



  10. #40
    Leste-Plume Invités
    Ma modeste contribution à la critique du dernier chapitre mis en ligne.

    Je trouve que tu as un certain talent pour la mise en scène. Ca n’est pas donné à tout le monde. En tous cas j’ai apprécié l’agencement des différentes séquences.

    Bon ça c’était pour le lancer de fleurs :fleur: , passons aux tomates pourries. :angry:

    Il y a un vrai travail de fond qui t’attend. J’ai parfois l’impression que tu prends tellement de soin à bien écrire ton texte que pour finir, tu ne fais même plus attention si ce que tu écris est cohérent et sensé.

    L’assassin

    Elzear est planqué où ? Un placard un débarras ? Le gars a passé la nuit juste planqué derrière une simple porte ! C’est pas super comme cachette. Et puis l’autre abruti de soldat, pourquoi se dirige-t-il vers la cachette ? Un bruit suspect l’a alerté, une intuition ? On a l’impression qu’il est juste là pour ouvrir une porte et se faire égorger.

    . L’assassin attendit que la cour se vide avant de relâcher le corps du géant, qui se faisait lourd.
    On est au milieu d’une cour tout d’un coup !

    Elzear regarda le nom de sa victime : Aymeric. Sans aucun doute une brute épaisse sans cervelle.
    Le soldat avait son nom tatoué sur le front ? Et puis quel rapport entre son nom et le fait qu’il soit un gros bœuf ?

    Il devait trouver une carte du palais afin de repérer les appartements de la princesse.
    Tout ce qu’on peut trouver dans les archives poussiéreuses c’est un plan de construction du château. Ce qui ne serait pas d’une grande utilité à notre assassin. Il n’y a aucune chance qu’il trouve une jolie carte en couleur avec une croix indiquant « chambre de la princesse Shade » comme dans un jeu vidéo. Et puis au lieu de se casser la tête à fouiller la biblio pourquoi n’utilise-t-il pas son guide-zombi pour le mener directement aux appartements princiers ? Je comprends que tu voulais faire rencontrer le diplomate et l’assassin à la biblio mais là c’est trop tiré par les cheveux.

    L’avant-procès
    Si elle lui avait ressemblé davantage, peut-être se serait-il découvert un peu d’affection pour elle. Mais elle ne lui obéissait pas, ne l’écoutait pas, Que lui importait une telle héritière ? Il la méprisait
    Le fait qu’elle ait essayé de le dégommer ne semble pas l’irriter outre mesure notre ami Ponz.

    Celui qui monterait sur le trône à sa mort ne serait pas la princesse, mais l’époux qu’il lui aurait choisi
    Là il va falloir que tu expliques les règles de succession au trône dans le royaume de Philas ! Si les héritières n’ont pas le droit d’accéder au trône, Shade devrait être au courrant. Dans ce cas pourquoi s’inquiète-t-elle ici : .
    Mais elle ne pouvait s’enfuir. Cela aurait signifié qu’elle renonçait au trône.
    Par contre si elle est prioritaire sur la liste, comment Ponz compte-t-il s’arranger pour qu’après sa mort ce soit un prince consort qui lui succède ?

    Il se méfiait de cette juge qui, c’était évident, n’avait aucune envie de travailler directement sous ses ordres.
    Te semble-t-il logique qu’il maintienne à un tel poste une personne non digne de confiance alors qu’elle est le bras armé de la justice royale et donc un fondement de son pouvoir ?

    Il n’avait jamais réussi à perdre toutes ses mauvaises habitudes d’autrefois.
    Quelles mauvaises habitudes ? Je te rappelle que le lecteur ne sait rien de Ponz ni de son passé caché.

    Elle était majestueuse, habillée d’une robe rouge qui mettait ses cheveux bruns et sa peau mate en valeur, et elle appréciait chaque regard tourné vers elle
    On est où ? Au grand bal du printemps ? Je pensais que Ponz s’arrangerait pour que l’accusée soit présentée dans une position humiliante.

    Le regard dans le vide, Shade espérait que le procès n’allait pas durer trop longtemps
    La pauvre, elle s'ennuie. Bravo pour la tension psychologique ! Penses-tu que le lecteur tremble pour l’héroïne ?

    Chelsea

    Chelsea enleva sa kippa, laissant une cascade…
    Si par kippa tu penses au petit couvre-chef que portent par exemple les juifs, je crois qu’il faudra être fortiche pour arriver à planquer là dessous autant de cheveux.

    Elle ne l’avait jamais montré à Shade. Chelsea savait que, à sa demande, la princesse aurait pu faire des recherches sur ses origines dans la bibliothèque du palais. Mais la mendiante tenait à découvrir l’identité de ses parents elle-même, seule.
    Si elle désire réellement connaître ses origines, je ne vois pas l’intérêt de continuer à enquêter dans la rue pendant des années alors que Shade aurait pu régler la question très rapidement. Ce n’est pas logique.

    Si elle voulait le séduire, elle devrait lui révéler son secret. Elle se sentait prête à tout lui dire, à tout inventer pour lui.
    Elle a à peine été en contact avec l’épéiste comment peut-elle éprouver des sentiments aussi forts ? Si tu veux développer une romance entre le mage et la mendiante ok mais fais-le de manière vraisemblable et plus subtilement.

    Malgré cette conviction, elle rêvait souvent de ses parents. Elle imaginait son père en farouche opposant de Ponz, le seul qui osait l’affronter yeux dans les yeux. Et sa mère, tendre envers Shade, mais qui pouvait lui résister, gentiment, pour remplacer la reine morte longtemps auparavant.
    Et s’ils l’avaient abandonnée, c’était pour la protéger de Ponz, qui aurait pu se servir de l’enfant comme moyen de pression contre eux.
    Je n’ai rien compris. Ou est la part de rêve et de réalité ?

    Il y a quelque chose qui me chiffonne dans l’histoire des greffiers et de la greffe des cheveux. Si j’ai bien saisi la majorité du peuple de Philas, le petit peuple dirons-nous, n’a pas ou très peu de cheveux. Les chevelures abondantes sont l’apanage de la minorité noble. Connais-tu la loi de l’offre et de la demande ? Lorsque l’offre est très limitée mais que la demande est importante, la valeur du produit en question s’envole. Or dans le cas qui nous occupe, la demande est énorme car tous les citoyens modestes et les mendiants aspirent à avoir des cheveux pour grimper dans l’échelle sociale. Or les cheveux sont une denrée plus que rare, surtout s’ils ne repoussent pas après la coupe. Cela signifie d’un point de vue économique que le prix d’un tel produit sera tellement prohibitif qu’il sera impossible d’en organiser un trafic de contrebande puisque personne parmi les pauvres ne pourra se les payer. En général on organise la contrebande d’un produit provenant de l’étranger et qui est soit interdit dans le pays en question ou bien soumis à un tel niveau de taxation que son prix devient prohibitif pour le consommateur de base. Prends l’exemple pour certains pays du trafic de cigarettes et d’alcool. Pour en revenir à notre histoire, on ne peut pas organiser de trafic de cheveux étrangers puisque ce sont ceux des Philois qui sont magiques. Donc j’ai du mal à imaginer comment les greffiers peuvent-ils être fournis en cheveux et en quantité suffisante que pour pouvoir alimenter un marché significatif. Tu me diras peut-être : j’écris de la fantasy et dans la fantasy on se fiche de la macro-économie ! Soit, dans ce cas oublie cette remarque et poursuivons notre critique.

    Le procès

    . Puis il devait chasser, et c’était là aussi un sentiment étonnant, il pouvait défier n’importe quel animal sauvage, qui, malgré une résistance farouche, succomberait avec un sourire.
    Non seulement je n’ai pas compris cette phrase mais en plus je ne saisis pas le rapport avec ce qu’il y a avant.

    . Mais cette incident même lui fit soupçonner que Ponz n’était pas forcément celui qu’il prétendait être
    .

    Fortiche le diplomate ! Le roi est deux minutes en retard et ça lui suffit pour conclure que c’est un imposteur. A nouveau tu dévoiles très maladroitement ton intrigue.

    A propos des Grands Outils du Roi, la juge fait remarquer que seul le roi peut les toucher. Plus bas elle reçoit les fameux ciseaux et s’en sert. Contradictoire non ? Et si elle avait le droit de les toucher, elle aurait pu aller les chercher. On imagine mal un roi devoir se coltiner une telle corvée s’il peut l’éviter.

    J’ai conduit un trafic de cheveux afin de permettre aux miséreux des faubourgs de trouver du travail !
    Donc finalement elle ne combattait pas ce système injuste, elle ne faisait que l’alimenter et l’ouvrir à plus de monde.

    .
    Malgré elle, elle avait espéré voir son père montrer davantage de clémence. Elle était déçue par l’attitude de Ponz, elle voulait qu’il soit fier d’elle, qu’il la considère plus comme sa fille que comme une connaissance qu’on saluait par obligation dans les couloirs
    J’ai du mal à imaginer qu’une fille entretenant de telles sentiments pour son père ait froidement essayé de le tuer. Soit Shade éprouve quelque chose pour Ponz et alors tu élimines la référence aux assassins. Soit elle le hait profondément et tu élimines cette partie sur ces sentiments. Sinon ça ne tient pas la route.

    Enfin, en voulant enlever la magie des cheveux, vous voulez dénaturer les Philois
    Je rappelle que
    1 : tu n’as toujours pas expliqué ce qu’était cette fameuse magie
    2 : on ne sait rien du rôle de Ponz dans cette magie
    3 : qu’a fait Shade pour combattre cette magie ? Juste plus haut on apprend au contraire qu’elle alimentait un trafic de cheveux.

    Tout ceci est assez confus et incohérent.

    Il regarda Tap-tap, l’un de ses nombreux fils, et la seule personne à Lys à qui il portait une sincère affection
    .

    Lorsque tu écris sois attentive au principe suivant : qui se ressemble s’assemble. Ponz est un être ignoble, s’il affectionne son fils c’est que ce dernier possède les mêmes « qualités » que lui. Or Tap-Tap ressemble beaucoup à Shade avec qui il partage les mêmes idéaux. Pourquoi le tyran aimerait le bâtard et pas sa fille légitime ? Une solution serait que Tap-tap cache bien son jeu et sois en apparence une véritable ordure. Mais dans ce cas Ponz ne doit pas être au courant de sa vie cachée.

    Franchise ne comprit pas ce qu’il lui disait mais ressentit le sarcasme des paroles. Ses oreilles se dressèrent vers l’arrière, il était vexé de ne pas pouvoir utiliser l’ironie lui aussi
    C’est un peu maladroit. Un cheval qui ne comprend pas les paroles mais qui sait ce que sont les vexations et l’ironie ?

    Lié n’avait aucun scrupule à tenter de découvrir les secrets de son souverain, mais en aurait davantage s’il devait un jour le trahir. Il lui manquait encore quelque chose pour pouvoir agir.
    C’est trop vague. De quoi parles-tu exactement ? Quels buts poursuit le diplomate ? Sa mission officielle est finie me semble-t-il.

    Ses compagnons avaient par la suite retrouvé le cerf, mais durent chercher le prince cinq jours durant. Pour le récupérer en grande forme. Mais avec un comportement étrange… inhabituel. Il ne retrouva ensuite jamais son ancien tempérament.
    Tu crois vraiment que ce genre de détails figurerait dans une biographie officielle ? Aucune chance ! Par contre tu pourrais faire en sorte que Lié reçoive cette confidence d’un témoin oculaire des évènements. Tu as voulu à tout prix faire se rencontrer le mage et l’assassin à la bibliothèque mais finalement ils n’avaient tout d’eux aucune raison de s’y trouver comme tu peux le constater.

    - Je ne peux agir ici, et j’ai à présent quelque chose à faire, mais sois certain que je ne vais pas t’oublier et que je m’occuperai de toi dès que j’en aurai l’occasion.
    Pourquoi ces menaces ? Lié n’est pas directement en danger et il ne sait rien de l’homme invisible. Son comportement n’est pas rationnel.


    Bon ben je crois que je vais en rester là. Comme tu peux le voir il y a encore pas mal de boulot. Si je puis me permettre un conseil tu ne devrais pas foncer tête baissée dans la réécriture de ton roman et plutôt faire une pause. Tu devrais commencer une rédaction plus synthétique, plus schématique. Essaye d’abord de bien cerner ton monde. Qu’est-ce que le royaume de Philas, qui sont ses voisins géographiques et quels rapports entretiennent-ils ? Qui est le peuple de Philas, de quoi vit-il ? Qui sont les personnages importants, quelle est leur position, leur motivation, leur psychologie. Ecris ton intrigue de manière schématique mais en précisant bien la chronologie. Qui fait quoi à quel moment. Lorsque tu auras fais tout ça et que ton intrigue sera cohérente et réglée comme du papier à musique alors seulement reprends la réécriture. Sinon tu risques de gaspiller toute ton énergie dans un travail qu’il te faudra recommencer encore et encore. Et finalement au bout c’est la fatigue et le découragement qui te guettent.

    Quant à moi, je reste à ta disposition.












  11. #41
    Cristal Invités
    well merci pour tout le temps que tu as dû passer là-dessus et pour tous ces conseils ! je pense que mon style s'est amélioré depuis que j'ai écrit ces premiers chapitres (enfin j'espère... ! ) donc je vais les revoir grâce à tes conseils et avec un peu plus de maturité ! je vois qu'il y a vraiment beaucoup de boulot... mais maintenant j'ai compris la démarche pour revoir aussi le reste du roman... !

    merci encore ! :fleur: :fleur:

Page 2 sur 2 PremièrePremière 12

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231