Affichage des résultats 1 à 13 sur 13

Discussion: Le Grand Mensonge / suite

  1. #1
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages
    1 258
    CHAPITRE II : TRAHISON


    Rapport du Marchal Jim Raynor sur Mar Sara aux forces confédérées de Tarsonis : Evacuation d'urgence

    Nous avons relevé dans la matinée une matière organique étrange qui se répandait au sol à quelques kilomètres à l'est de la ville où je me trouvais. Avec la milice locale je me suis rendu sur place et avons pris un échantillon de cette étrange gelée mauve.
    A 11h04, précisément, la balise de détresse s'est activée. La ville a été attaquée par de nombreuses créatures inconnues provenant de l'est. Facile à décrire, beaucoup moins à affronter, des montres avaient des faux à la place des membres, d'autres se servaient de leur queue pour tuer les Terrans présents. Ils ont été sans pitié et se sont attaqués à tout le monde, soldat comme habitants, les broyant et les transformant en viande hachée. Ils sont impitoyables ! Nous n'avons réussi qu'à en tuer quelques uns mais eux ont faire un massacre dans nos rangs. Parfois même ils surgissaient du sol ! Nous avons abandonné la ville et évacué le maximum de gens pour prendre la direction du refuge fortifié le plus proche.

    Il est 15h18, nous sommes en sécurité dans la zone retranchée. Demandons évacuation d'urgence.







    On pouvait désormais mettre un nom sur les extra-terrestres qui avaient fait leur apparition dans l'espace colonial terrestre et avaient détruit Chau Sara : les Protoss. On ne savait que peu de choses sur eux, sinon que leur technologie était bien plus avancée. De nombreux rapports émanant de Mar Sara, la colonie voisine de Chau Sara, faisaient mention de cette même masse gélatineuse que Lether avait vu, baptisée le creep, et même parfois de créatures extra-terrestres hostiles. En général, c'était les derniers rapports envoyés avant que les Confédérés ne perdent contact avec les villes en question. Le marshal Jim Raynor sur Mar Sara fut l'un des premiers à découvrir les monstres que l'on nommait désormais Zergs...

    A son arrivée sur Tarsonis, Lether avait laissé sa navette dans un spatioport. Sa rage passée - mais pas son chagrin -, Lether était résolu à s'engager chez les marines de la Confédération. Pour que personne ne vive ce qui lui était arrivé, pour venger sa famille, et pouvoir cracher sa haine à ces salauds de Protoss. Les baraquements, grands bâtiments de l'infanterie Terran, ne manquaient pas sur Tarsonis. C'était là que l'on "resocialisait" les criminels pour en faire de bon marines, grâce à des sortes de lavage de cerveau, mais c'était aussi là qu'on logeait, nourrissait et entraînait les marines. C'est toujours avec joie que les confédérés recrutaient des volontaires - extrêmements rares depuis quelques temps -. C'est ainsi que Lether Merhan troqua ses vêtements de pilotes contre la combinaison du marine 2ème classe, et tout l'équipement qui va avec. Ce n'était pas la première fois qu'il portait un fusil, il avait fait son service militaire quelques années plus tôt. On lui indiqua sa chambre, qu'il partageait avec un certain Stephan Gerry, un volontaire comme lui. Lether fut un peu plus rassuré, les resocialisés avaient bon être rendus inoffensifs, ils n'en restaient pas moins instables par moment et l'idée de se retrouver avec un de ces anciens criminels dans sa chambre ne le rassurait pas spécialement.
    Lether parcourut les longs couloir du baraquement à la recherche de l'emplacement qu'on lui avait indiqué, se référant aux quelques plans accrochés au mur à intervalles réguliers. Lorsqu'enfin il fut devant la bonne porte, il allait glisser la clé dans la serrure lorsque la porte s'ouvrit brutalement et qu'un terrible choc ne vienne le propulser au sol.

    - Oh pardon !

    Lether se releva, juste un peu sonné et fit face à son interlocuteur. Une masse de muscles haute comme une montagne se pencha sur lui, son visage carré avec un menton en avant se mettant en face du sien :

    - Ca va mon gars ?

    Lether balbutia un "oui oui", impressionné par le roc au cheveux courts et aux muscles saillants qui se tenait devant lui.

    - Euh, Stephan ?
    - Ouep mon gars, c'est bien moi. Désolé j'étais pressé et je suis sorti trop vite, tu es dans cette chambre aussi ?
    - Oui, Lether Merhan, fit-il, se caressant le front d'une main, tendant l'autre vers l'immense marine. Geste qu'il regretta aussitôt, la poigne de Stephan manquant de lui broyer la main.
    - Stephan Gerry, appelle moi Steph. T'es de la 2ème ?
    - Je crois que c'est ca, 2ème compagnie d'infanterie.
    - Tu es avec nous alors.
    - Nous ?

    Le marine n'eut pas le temps de répondre qu'on cria dans le couloir à son adresse :

    - Eh gonzesse ! Ca fait cinq minutes qu'on t'attends, tu fiches quoi ?

    Ils étaient quatre qui venaient d'apparaître au bout du couloir, dont une femme (encore eut-il fallût bien regarder, car au niveau de la carrure, elle n'avait rien à envier à ses compagnons) qui s'avançaient vers eux.

    - Je te présente Marco, "le frénétique", Skel, Anna, communément appelée la hyène et Pitbull, enfin Jimmy de son vrai nom. Et voici Lethy, il vient d'arriver.
    Le premier n'était pas très grand, ni très bien bâti, mais plusieurs cicatrices sur le corps témoignaient de sa longue expérience de soldat. Le deuxième avait une cigarette à la bouche, des yeux globuleux, maigre. Le sniper du groupe comme le précisa Steph. Anna avait un tatouage de dragon dans le cou et des yeux bridés. Ses cheveux tombaient dans son dos en une unique natte. Enfin le pitbull semblait bien porter son nom, c'était un grand noir qui semblait avoir été bâti dans le roc, les yeux injectés de sang, machant inlassablement un chewing-gum, l'air à peine aimable.

    - C'est pas vrai, fit Skel, on a de la bleusaille ? Il est avec nous demain ?
    - J'en sais rien, répondit Stephan, on l'emmène avec nous au briefing, le sergent nous dira. Tu sais te battre au moins ?

    Le service militaire durait longtemps dans la confédération, on lui remettrait une arme dans les mains que ses réflèxes reviendraient rapidement.

    - Oui…

    - Bon, on verra ca en temps voulu, on est déjà en retard pour le briefing.

    Le groupe parcourut les nombreux couloirs du baraquement avant d'entrer dans une salle qui sentait fort le cigare. Un type se tenait devant une carte, un cigare allumé au lèvre :

    - Vous êtes en retard, tas de nouilles.
    - Désolé Sergent, y a un bleu qui vient d'arriver.
    - Lether… souffla l'ancien pilote pour se présenter
    - Vous l'emmènerez avec vous demain, ce n'est pas une mission à haut risque et ce sera parfait pour le mettre en jambe. Le reste de la compagnie est en congé, vous avez de la chance, c'est vous qui avez été désigné.
    - Super… Ca consiste en quoi cette mission, sergent ? demanda la hyène.
    - Vous serez débarqué sur Mar Sara à ce point précis, fit le sergent en pointant du doigt un point sur la carte. C'est une place, au centre d'une ville avec laquelle nous avons perdu le contact. Nos navettes ne peuvent pas vous emmener plus loin, vous devrez donc emmener le colis à pied à ce point là, continua le sergent en montrant un nouveau point, cette fois dans un quartier est de la cité. Le colis est un radar, il permettra de repérer la présence ou non d'aliens et de les localiser très précisément dans un grand rayon, ce dont sont incapables nos senseurs placés à bord des satellites en orbite. Ce radar permettra d'amplifier leur signal, bref je vous épargne les détails techniques, puisque je les connais pas moi même. Il vous faudra l'activer dès que vous aurez posé un pied au sol.
    - Et après ? fit Stephan.
    - Après, vous rejoignez le point d'extraction, qui est le même que celui où vous aurez atterri. La navette retournera dans l'espace pendant votre mission et reviendra vous chercher. Le départ de Tarsonis est prévu à 8h30. Si tout se passe bien, vous serez de retour pour dîner. Des questions ?
    Le pitbull ouvrit la bouche pour la première fois depuis que Lether l'avait vu. C'est une voix grave et profonde qui en sortit.
    - Une. Si on voit ces saloperies…
    - Zergs, corrigea le sergent.
    - … on leur défonce la tronche ?
    - Vous avez carte blanche, le plus important est que le radar arrive à destination et soit enclenché une fois sur place seulement. Tenez vous prêts pour demain.

    Lether passa le reste de la journée à se familiariser de nouveau avec l'équipement de combat, la grande combinaison blindée et le fameux fusil Gauss 8mm. Comme il l'avait pressentit, ses automatismes revinrent vite. Il rejoignit sa chambre où Stephan dormait déjà pour reprendre des forces avant la mission de demain. Lether ne se sentait pas chez lui ici, dans l'armée. Il commençait déjà à regretter son choix.
    Dans quel monde était-il venu mettre les pieds…


    - Tenez vous prêt à sortir, fit le pilote de la navette.

    Elle vibrait beaucoup avec les feux de décélération et chacun se tenait bien aux barres prévues à cet effet. C’était Stephan qui dirigeait le groupe, il fut le premier à quitter la navette lorsque les portes s’ouvrirent. Une fois tout le monde débarqué, la navette reprit son envol provoquant un nuage de poussière qui aveugla quelques instants les marines. Lorsqu’il se dissipa, ce fut pour leur proposer une vision chaotique de leur environnement. De la ville partait de nombreux nuages de fumée qui s’élevaient haut dans le ciel parfaitement bleu de Mar Sara. Les bâtiments autours de la place étaient en ruine, et de nombreux corps jonchaient le sol. Le terme de corps n’étant pas approprié car pour beaucoup il s’agissait seulement de membres isolés ou de fractions de ce qui avait été autrefois des êtres humains.

    - Allez les filles, on a un boulot à faire, mieux vaut se dépêcher, ça a pas l’air très amical par ici.

    Il glissa une carte dans une fente de la boîte contenant le radar, puis tapa un code numérique. Un petit bruit électronique indiqua que le radar s’était bien mis en marche. Le groupe évoluait dans les rues de la cité, les sens en alerte, entièrement sur ses gardes, prêts à voir apparaître une créature de cauchemar à tout moment.
    La ville elle-même n’était que chaos, les véhicules étaient accidentés, il y avait beaucoup de sang sur les murs, avec toujours autant de corps épars. Mais aucun signe de combat, comme si cette attaque avait pris au dépourvu toute
    Cela faisait 45 minutes que le groupe évoluait dans cette cité fantôme, sans rencontrer âme qui vive, amie ou ennemie.

    - On y est. On déballe la marchandise.

    Anna s’approcha du colis, qu’elle ouvrit avec Stephan pour laisser apparaître un objet dont les trois têtes supérieures tournaient rapidement.

    - Etrange radar, fit-il.
    - T’en a déjà vu beaucoup des radars ?, lui balança Anna, ironiquement.
    - Quoi ? Tu remets en cause ma connaissance d’érudit des radars ? Ajouta-t-il en pointant un doigt réprobateur vers la Hyène. Cette dernière croisa les bras, restant de marbre.
    - Bon d’accord j’y connais rien. Ca a seulement une drôle de tronche, c’est tout.

    - On va peut-être pas traîner ici, c’est que je commence à avoir faim moi et il y a encore le retour, fit Skel.

    Le groupe reprit sa route en sens contraire, laissant derrière eux le colis. Le retour se passa sans encombre, exactement comme à l’aller. Aucun des membres du groupe ne capta le moindre bruit ou mouvement suspect.

    - C’est quoi cette mission bidon ? Y a des morts partout et y a pas un crétin à abattre, fit Pitbull.

    A la dernière bifurcation, ils se retrouvèrent devant la grande place où on les avait débarqué.

    - Il y a quelque chose qui cloche, fit Lether.
    - Quoi ? demanda Skel.
    - La navette n’est pas là… répondit Steph.
    - C’est quoi cette blague ?!
    - Ici Stephan Gerry, à vous plate-forme.
    La radio grésilla un peu avant d’avoir enfin une réponse.
    - Ici le général Duke, l’émetteur est-il en position ?
    - Exactement comme c’était demandé, et actif.
    - Parfait.
    - Où est la navette qui doit nous évacuer ?
    - Elle vous attends au point d’extraction, soldat.
    Les marines échangèrent des regards intrigués.
    - Nous sommes au point d’extraction, général.
    - Négatif soldat, nos relevés indiquent que vous êtes à 3 kilomètres au nord du point de ralliement.

    La hyène fouetta l’air de son bras.
    - Foutaises !

    - Général, je confirme, nous sommes au point d’évacuation. Nous n’attendons que la navette ! Qu’est-ce que ça veut dire ?!
    - Ca suffit soldat ! N’oubliez pas à qui vous vous adressez ! Rejoignez la navette le plus vite possible, 3 kilomètres au sud de votre position.

    Soudain, la lumière diminua, le soleil se voila… mais ce n’était ni des nuages, ni des volutes de fumées…
    - Nom de dieu…, lâcha Stephan.
    - Je commençais à me demander ce qu’ils foutaient, ajouta Pitbull en chargeant son arme.

    Ce qui empêchait de nombreux rayons de soleil de percer était un essaim, une nuée de monstres volants, des espèces de pieuvres gigantesques (Seigneur), des serpents à ailes (Mutalisks) et de nombreuses autres monstruosités plus horribles les unes que les autres…
    Une ombre furtive traversa la rue d’où ils venaient. Skel eut un mouvement extrêmement rapide, plaçant la lunette de son fusil en face de son œil.
    - Ils sont là.

    - Général ! On a de la visite ! Les Zergs sont partout dans le ciel, nécessité de nous évacuer d'urgence !
    - Négatif soldat, nos radars n'indiquent aucune présence hostile dans la région, vous faites erreur, reprenez votre route.

    La hyène tira une rafale dans un mur tout en hurlant :
    - Enfoiré d'officier ! Il nous raconte des conneries !
    - Caporal Gerry, faites la taire !
    - Non mon général, elle a raison, les Zergs sont partout !
    - Le radar que vous avez posé ne signale rien, il n'y a pas d'ennemis, soldat, cessez de vous faire des films !

    A une dizaine de mètres d’eux, cinq créatures membrées de faux sortirent du sol, et se jetèrent sur les marines… qui ouvrirent le feu immédiatement. Les monstres tombèrent morts, après de nombreuses salves encaissées par une carapace plus solide que les combinaisons blindées des marines.

    - On se casse ! hurla Stephan.

    Pour aller où ? Ils s’en fichaient, ils fuyaient ces monstres. Une nouvelle activité animait la ville, une activité entièrement hostile. Les cinq compagnons courraient sans savoir où ils allaient. Ils tiraient à vue sur tous les ennemis qu’ils croisaient. A un moment, Lether se risqua à jeter un œil en arrière. Ceci le renforça dans sa volonté de courrir le plus vite possible. Autant ils cherchaient les ennemis à combattre avant, autant maintenant ils étaient incapables de les compter. Ne pas s’arrêter…

    **********************

    Le capitaine Jim Raynor pénétra dans la salle de communication. A la tête inquiète de l'opérateur radio, les nouvelles ne devaient pas être bonnes. Jim Raynor parcourut le message écrit qu'il venait de recevoir par la confédération en réponse à leur SOS.

    - La menace est limitée, requête d'évacuation refusée. Restez où vous êtes.

    Jim transforma la feuille en une boulette de papier qu'il envoya contre le mur de colère.

    - Ils se moquent de nous ! Une "menace limitée" ?! C'est pas vrai, mais qu'est-ce que…

    Les sirènes retentirent, Jim se jeta dehors. Le refuge jusqu’alors assez calme s’anima tout d’un coup. Les marines de la milice montaient sur les remparts alors que d'autres s'engouffraient dans les bunkers aux deux seules voies d'accès terrestres. Jim se dirgea lui aussi sur un rempart, remontant à toute vitesse la rampe d'accès, une paire de jumelle dans la main. Il rejoignit ses marines qui se tenaient un genou au sol, en position de tir. Ses bras tombèrent le long de son corps, nul besoin de jumelles… Il n'y avait qu'une marée immense de Zergs à perte de vue qui venait se déchaîner sur eux. Les Zergs étaient partout, tant dans le ciel que sur la terre. Des créatures volantes lâchaient des hordes de monstres au sol avant de retourner dans les airs.
    En arrière plan, la ville qu’ils avaient dû abandonner n’étaient plus que l’ombre de cette nuée…
    L’opérateur radio apparut dans la cour principale de la forteresse :

    - Capitaine Raynor ! J’ai quelque chose !

    Et les marines firent feu. Il se mit à pleuvoir des balles mais bientôt les Zergs seraient assez proches pour attaquer leur défenses. Jim se dit qu’ils ne tiendraient pas une demi-heure. Il suivit l’opérateur radio dans la salle de communication.


    ****************************

    - SOS ! Je répète, SOS ! Ici le caporal Stephan Gerry ! Nous sommes poursuivis par des Zergs. Il ponctua sa phrase par une rafale qui mit à terre le « chien aux membres de faux » qui lui barrait la route. Nécessitons évacuation d’urgence, EVACUATION IMMEDIATE ! A quiconque entend ce message, avons besoin d'aide.

    Le groupe sortit enfin de la ville, ne cessant de courir, et se dirigea vers les collines environnantes.

    - Stimpack ! hurla Stephan.
    La douleur fut fulgurante, mais la drogue leur permit de courir beaucoup plus rapidement et de distancer un minimum leurs poursuivants. Exténués, ils s’arrêtèrent en haut d’une colline pour faire face aux monstres qui les suivaient. Les créatures sortaient de la cité par tous les côtés, et de nombreux gravissaient la pente du monticule où se tenaient les Terrans.

    Pitbull débloqua de son dos un deuxième fusil. Lorsqu’il se retourna, il brandit les deux fusils devant lui et massacra une rangée d’Hydralisks à lui tout seul.

    Les ennemis revenaient toujours plus nombreux, et ne laissaient aucun répit aux marines qui se défendaient tant bien que mal. Seuls les bruits de balle couvraient les cris des soldats. Pour Lether, c’était un cauchemar, sa première mission était une véritable horreur. Bientôt à court de chargeurs, ils finiraient par succomber sous le nombre. Il plaça deux grenades dans son fusil et les envoya dans les rangs Zergs. Elles explosèrent provoquant une gerbe de sang vert et de membres déchiquetés. Son regard était empli de terreur, et il tenait son arme en tremblant, bien que cela ne se voyait pas à cause des vibrations qu’elle provoquait lorsqu’il tirait. Les Zergs les atteignaient presque lorsqu’un bruit de moteur assourdissant les fit lever les yeux. Une dizaine de navette s’envolait vers l’espace tandis qu’un de ces vaisseaux descendait à grande vitesse vers eux. Les portes s’ouvrirent dès que la navette fut assez prêt du sol. Les marines s’y engouffrèrent et la navette n’attendant pas la fermeture des portes redécolla aussi sec, laissant les Zergs avec leur frustration. Cette fois-ci, ils n’auraient pas leur repas.
    Ils étaient nombreux à bord de la navette, des civils et des soldats.

    Stephan s’approchait du pilote et s’apprêtait à lancer un bon :

    - Bon dieu qu’est-ce que vous foutiez !

    Mais il s’abstint lorsqu’il vit le symbole sur l’épaule du pilote. Ainsi c'était les fils de Khoral…

    Un jeune homme assez dégarni et mal rasé s’approcha de Lether.

    - Est-ce que ça va ?

    Encore traumatisé par ce qui venait de se produire, il murmura un :

    - Je crois que oui.

    L’homme lui tendit la main :

    - Capitaine Jim Raynor, ancien Marshal de la région. Vous êtes ?
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  2. #2
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    C'est vachement bien... Mais le radar marche pas On attend la suite.

    pour vanger sa famille
    Il y a un e a la place du a
    Edit : premier à répondre !!!
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  3. #3
    Date d'inscription
    January 2003
    Localisation
    Oui.
    Messages
    847
    Le chapitre est assez lent à se mettre en place, mais une fois que le petit groupe a posé pied sur la planète, on est de suite immergé.

    Très bon chapitre, continue ! (C'est bête parcequ'on connait la fin : vont tous être déchiqueter... )

    PS : Bah quoi ? Faut bien que je vous laisse poster en premier au moins une fois, sinon vous allez arrêter la compétition... :eye:
    Lisez Hybris Glace ; on vous félicitera pour votre poil plus soyeux et votre QI moins haut.

  4. #4
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages
    1 258
    C'est normal que le début soit un peu lent, il faut poser un peu les bases pour pouvoir s'en servir pour la suite

    Originally posted by Filamp@mardi 13 juillet 2004, 20h39
    C'est bête parcequ'on connait la fin : vont tous être déchiqueter...
    Meuh non, comment pourrais-tu connaître la fin ?
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  5. #5
    Date d'inscription
    January 2003
    Localisation
    Oui.
    Messages
    847
    Originally posted by Ravestha+mardi 13 juillet 2004, 23h29--></div><table border='0' align='center' width='95%' cellpadding='3' cellspacing='1'><tr><td>QUOTE (Ravestha @ mardi 13 juillet 2004, 23h29)</td></tr><tr><td id='QUOTE'> C'est normal que le début soit un peu lent, il faut poser un peu les bases pour pouvoir s'en servir pour la suite

    [/b]

    Pour les néophytes au Starcraft, c'est encore plus lent...

    Filamp
    @mardi 13 juillet 2004, 20h39
    C'est bête parcequ'on connait la fin : vont tous être déchiqueter...

    Meuh non, comment pourrais-tu connaître la fin ?
    [/quote]

    Un vague impression...
    Lisez Hybris Glace ; on vous félicitera pour votre poil plus soyeux et votre QI moins haut.

  6. #6
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages
    1 258
    CHAPITRE III : LES SECRETS DE LA CONFEDERATION

    Lether regardait au travers des vitres de la navette qui venait de quitter l'athmosphère pour rejoindre le froid de l'espace. Lorsqu'ils émergèrent de la brume, quelle ne fut pas sa surprise de voir un grand nombre de vaisseaux confédérés autours de la planète. Une grosse partie de la flotte était là de toute évidence. Mais dans ce cas, qu'attendaient-ils pour agir contre les Zergs ?
    Les grands cuirassés restaient en orbite haute alors qu'une certaine agitation reignait autours d'eux. Les patrouilles d'ombres étaient nombreuses, et les convois de navettes ne cessaient de faire des allers-retours entre les vaisseaux de commandement et la surface. Le capitaine Raynor vint se placer à côté de Lether.

    - Les confédérés abandonnent la planète. Ils ont ordonné l'évacuation.
    - Pourquoi ne sont-ils pas venus vous chercher, les colons et vous ? s'indigna Lether.
    - Vous connaissez la confédération. Elle évacue son personnel et laisse la planète aux mains des Zergs. Nous n'avons trouvé de l'aide militaire qu'en la personne d'Arcturus Mengsk et ses Fils de Khoral. Je ne dois pas dire que j'approuve entièrement leur action, mais la confédération est allée trop loin, et sans les rebelles, nous serions déjà morts. Notre refuge a été submergé par les Zergs.

    Il y avait quelque chose de curieux dans ce qui se passait actuellement. La confédération jouait un jeu très étrange.

    Le pilote se retourna :

    - Une transmission pour le Capitaine Jim Raynor.

    Raynor se dirigea vers la cabine de pilotage de la navette, faisant un signe de la main pour inviter Lether à le suivre. Au moment de le rejoindre, une main agrippa son bras. C'était Stephan.

    - Tu sais tout ce que l'on raconte sur ces rebelles. Fais gaffe, on ne sait pas dans quoi on a mis les pieds...

    Lether se dégagea :

    - Ils ne m'ont pas abandonné, eux.

    Il suivit Jim qui s'apprêtait à établir le com-link. Le visage d'Arcturus Mengsk apparut sur l'écran.

    - Content de vous savoir en vie, capitaine. Comme vous avez dû le constater, les Confédérés quittent Mar Sara. Ce que vous ne savez pas, c'est que les Confédérés arrêtent toutes les milices locales sans opposer de résistance aux Zergs, qui sont en train de prendre possession de la planète.
    - Comment ça sans s'opposer aux Zergs ? s'écria Raynor.
    - C'est comme si la confédération voulait que Mar Sara tombe. Ecoutez, je vous propose un marché. Je peux me charger de libérer un nombre maximum de miliciens arrêtés par la confédération.
    - Et en échange ? fit Jim, quelque peu méfiant.
    - En échange, j'ai besoin que vous fassiez une dernière mission sur Mar Sara avant de partir. Il y a une installation qui renferme des disques de données de la plus haute importance. La zone est en pleine évacuation, vous profiterez du chaos généré pour vous infiltrer et dérober ces plans. Avec un petit commando, cela ne devrait pas être trop compliqué.

    Raynor soupira.

    - Bien, si cela peut sauver d'autres vies, je le ferai.
    - Je savais que je pouvais compter sur vous. On vous transmet les coordonnées de l'installation. Bonne chance Jim.
    Mengsk disparut de l'écran alors que le pilote manoeuvrait déjà pour replonger dans l'athmosphère de la planète. Lether se tourna vers Raynor :
    - Vous avez quelqu'un pour cette mission ?
    - Pas vraiment, la plupart de mes marines sont tombés en défendant le refuge. Il en reste quelques uns, mais ça ne sera pas suffisant.
    - Bien, on vient avec vous alors.
    Mais ce n'était pas Lether qui avait parlé, c'était la voix grave du caporal Stephan Gerry.
    - Les Fils de Khoral nous ont sauvé la vie, on a une dette, on va la rembourser. Bien que le fait de reposer les pieds sur cette planète ne provoque qu'un enthousiasme très limité chez moi...


    Le traffic était important, et leur navette passa totalement inaperçu au milieu des dizaines d'autres de la confédération. Comme l'avait dit Mengsk, c'était le chaos le plus total au sol. Les civils confédérés courraient dans tous les sens alors que les marines tentaient de rétablir un minimum d'ordre. La navette se posa doucement près de l'entrée, sans éveiller le moindre soupçon au milieu de la frénésie qui reignait. Les marines ne firent pas attention à elle, trop occupés à empêcher la confusion de devenir encore plus importante. C'était la débandade au sol, un civil se jeta sur un marine confédéré lui hurlant que les Zergs allaient arriver d'un instant à l'autre. Le soldat se dégagea et fit taire le civil d'un violent coup au visage.
    C'est au milieu de ce climat plein de tensions que le groupe s'approcha des grandes portes de l'installation. Il y avait Lether, Jim Raynor, Stephan, Anna, Pitbull, Skel, Marco et quatre miliciens sous les ordres des Jim.
    Lorsque le groupe s'approcha des portes, les deux marines qui gardaient l'entrée s'interposèrent... avant de mourir dans l'anonymat le plus total par une rafale tirée par le frénétique et une balle du fusil de Skel qui vint se loger dans la tête du deuxième. Les marines entrèrent dans l'installation, les portes se refermant derrière eux. Par opposition au chaos qui régnait dehors, l'intérieur du bâtiment semblait très calme. Le groupe commença à évoluer dans le grand couloir qui leur faisait face. Il faisait plus de quinze mètres de large, et le sol ainsi que les murs étaient entièrement en métal. L'endroit était extrêmement bien éclairé. Pas une âme en vue, apparament l'endroit avait déjà été quasiment évacué. Après quelques pas, une partie du mur se retourna pour faire apparaître quatre canons lance-roquettes. Une voix synthétique sembla sortir de nulle part :
    - Veuillez vous identifier et poser vos armes.
    Pour toute réponse, Pitbull lança plusieurs rafales sur les canons. Avant que l'artillerie n'explose, une roquette jaillit et vint s'exploser sur un milicien qui vola sur plusieurs mètres avant de s'écraser contre le mur et de retomber mort. L'explosion avait provoqué un trou béant dans sa combinaison blindée et sa visière lui avait éclaté au visage, le lui lacérant. La même voix synthétique reprit :

    - Alerte, intrus non-identifiés.
    - Ne trainons pas !, fit Raynor, jetant un dernier regard plein de chagrin sur le soldat.
    Le groupe se mit à courir avant de se retrouver nez-à-nez avec un groupe de marines confédérés au détour d'un couloir. L'un d'eux hurla aux autres :
    - Ce sont eux ! Enfoirés de rebelles ! Tuez les !
    Mais leurs adversaires ouvrirent le feu avant eux. Malgré la réaction rapide des hommes de Raynor, une balle vint perforer la combinaison de Lether au niveau de la cuisse sans rencontrer sa chair. Stephan n'eut pas la même chance puisqu'une balle vint le toucher au bras gauche. Le combat fut de courte durée et les confédérés furent bientôt éliminés. Conscients qu'il ne fallait pas perdre de temps, les soldats continuèrent d'évoluer au hasard des couloirs avant de se trouver devant une large porte, laquelle s'ouvrit toute seule lorsqu'ils furent à proximité. Des dizaines de confédérés s'affairaient sur les ordinateurs de la salle. Sous la menace des armes, ils eurent bientôt désactivé les défenses automatiques de l'installation. Ils obtinrent ainsi l'emplacement des disques de données qu'ils étaient venus chercher. Une fois ceci fait, ils détruisirent tout l'équipement informatique présent et ordonnèrent aux civils de quitter l'endroit immédiatement.
    Le groupe reprit sa route dans les locaux froids du bâtiment. Au détour d'un nième couloir, sur une large porte apparaissait un panneau indiquant une cellule d'isolement.
    - Il vaut mieux vérifier si nous ne laissons pas de prisonniers aux confédérés derrière nous, fit Jim Raynor, l'air déterminé. Ils peuvent être aussi monstrueux que les Zergs..
    D'un hochement de tête les autres l'approuvèrent. Le caporal Stephan Gerry grommela de façon imperceptible. Marco s'approcha du pavé numérique à côté de la porte et appuya sur un bouton. La porte s'ouvrit aussitôt, la destruction des ordinateurs avaient dû déverrouiller toutes les portes. La salle était plongée dans l'obscurité mais avait l'air assez spacieuse. Marco avança lentement dans la salle avant de s'arrêter net lorsqu'il marcha sur quelque chose de mou. Il dirigea sa lampe torche fixée sur l'arme sur le sol. C'était du sang et de la chair d'animaux... La lumière de la torche fit briller deux yeux dans l'ombre à quelques mètres plus loin. L'homme à la demi-douzaine de cicatrices n'eut que le temps de braquer sa lampe sur le zergling qui se jeta sur lui avant qu'il le coupe littéralement en deux. Immédiatement les autres firent feu sur le zergling qui s'effondra, la carapace criblée de la balle. Quatre autres zerglings émergèrent de l'obscurité mais furent abattus avant d'avoir pu atteindre un marine.
    Jim était partagée entre la peur et la colère. Il établit un com-link avec Mengsk :
    - Arcturus ! Ca veut dire quoi ces Zergs ici ?!
    - Ca veut dire que la confédération nous cache quelque chose, et que la présence des ces zergs dans les cage de la confédérations n'augurent rien de très bon. Pour être honnête, j'en avais déjà vu dans les enclos confédérés il y a plus d'un an. Il se pourrait même qu'ils en soient les créateurs.
    - La confédération aurait créé les Zergs ?! Vous imaginez ce que cela impliquerait ?
    - Mais les Zergs ne sont pas notre priorité, Capitaine Raynor ! Retrouvez les disques rapidement.
    La communication s'arrêta.
    - Ca sent mauvais tout ça... dit Stephan, rabaissant la visière de son casque. Très mauvais...

    Les soldats se retrouvèrent rapidement dans la salle contenant les disques de données, où deux marines confédérés leur opposèrent une très faible résistance. Jim eu bientôt en main les disques de données sous la forme d'un grand disque dur. Tous espéraient qu'ils tiendraient leur promesse... Connaissant à présent le chemin, ils repartirent bien plus vite qu'ils ne furent venus, et n'eurent à s'occuper du cas que de quelques flammeurs confédérés. En sortant du bâtiment, la situation ne s'était pas calmée, la navette de fils de Khoral étant même assaillie de civils implorant de les laisser entrer que la menace des fusils ne freinaient pas. Le groupe se fraya un chemin au milieu des désespérés et les portes ne s'ouvrirent que le temps de les laisser entrer. La prochaine destination était Antiga Prime, là-bas les attendait le chef des rebelles.

    Seul, Stephan Gerry regardait les vaisseaux confédérés quitter l'espace planétaire de Mar Sara à travers une petite vitre à l'arrière de la navette.

    13 heures après le départ de la navette, tous les vaisseaux confédérés avaient disparu. Les Protoss firent une nouvelle apparition, leurs énorme navires réitérant leur bombardement massif sur la planète, provoquant l'extinction de toute vie sur Mar Sara.
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  7. #7
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    Bizarre, le scénar ressemble étrangement à l'une des missions... :notme2: :notme: . Je ne sais plus c'est la combientième (vachement français) mais je reconnais. Et j'aprécie.

    Ca dort, dans le coin...
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  8. #8
    Date d'inscription
    January 2003
    Localisation
    Oui.
    Messages
    847
    Je poste pour t'encourager à continuer, car ne connaissant pas Starcraft, l'histoire n'en devient que plus poignante, et la suite est attendue.
    Si tu passes par là, au boulot !
    Lisez Hybris Glace ; on vous félicitera pour votre poil plus soyeux et votre QI moins haut.

  9. #9
    Date d'inscription
    September 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages
    1 066
    Un très bon travail
    J'apprécie plus que grandement, et j'ai vraiment beaucoup de plaisir à le lire. J'espère qu'une suite est prévue, parce qu'ayant fait Starcraft, je m'y retrouve complètement, et j'adore (et j'adhère :hein

    :fleur: pour un auteur qui vaut le coup
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  10. #10
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages
    1 258
    Je compte bien m'y remettre. J'ai pas mal de chantiers à terminer, celui là en fait partie
    Edit : Bouh que j'ai été long. Lancez moi des pierres
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  11. #11
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages
    1 258
    Chapitre IV : LES FILS DE KHORAL


    Le groupe de vaisseaux arriva sur la deuxième lune d’Antiga Prime où se trouvait une base secrète des Fils de Khoral. Cette lune autrefois largement habitée avait été réduite à un immense désert où l’atmosphère fragilisée et devenue moins épaisse ne permettait pas aux hommes non protégés une exposition prolongée au soleil qui brûlait la surface. Les séquelles de ce genre que laissaient derrières elles les guerres coloniales à coup de frappes nucléaires massives étaient nombreuses. C’est là, sur cette lune à l’environnement hostile, que se cachait celui qui était devenu l’ennemi numéro un de la confédération : Arcturus Mengsk.

    - J’espère qu’il pourra nous apporter des réponses, parce que notre petite excursion dans le complexe nous a fait voir des trucs pas clairs, dit Jim Raynor alors que la rampe de la navette s’abaissait pour faire descendre ses passagers.

    - La confédération n’a jamais été vraiment un modèle de transparence, fit remarquer Lether qui protégea ses yeux du soleil avec ses mains le temps qu’ils s’accoutument à la grande luminosité.

    Les compagnons de ce dernier ne disaient rien, encore troublés par tout ce qui venait de se dérouler. Mis à part Pitbull qui de toute façon ne parlait presque jamais, mâchant son éternel chewing-gum, le silence inhabituel du groupe témoignait du doute qui les dominait
    Le soleil était cuisant et la chaleur était telle que les formes n’étaient pas nettes à trente mètre devant soi. Ils observèrent les deux grandes tours de la façade de la base, dont une était bien abîmée. Encore le vestige d’une guerre éloignée. Le groupe patientait devant la grande bâtisse lorsqu’une femme émergea du bâtiment. Elle était grande, assez maigre, aux cheveux couleur cuivre, mais belle femme avec un visage fin. Elle portait une combinaison moulante verte qui reflétait avantageusement ses formes et un fusil était maintenu dans son dos en bandoulière par une lanière. Jim siffla pour manifester son approbation devant une telle apparition, provoquant le rire discret mais rauque de Pitbull. Malgré la distance qui les séparait, elle entendit le sifflement et tourna la tête vers lui, le foudroyant du regard. Des soldats la suivaient et après quelques gestes et paroles de la part de la femme, ils s’occupèrent des réfugiés pendant qu’elle se dirigeait vers eux. Lorsqu’elle fut arrivée, elle posa ses mains sur ses hanches dans une attitude nonchalante :

    - Arcturus veut vous voir. Avec ça, fit-elle en indiquant les disques que tenait l’ancien marshall.
    - Là où vous allez, je vais, fit Jim dans un grand sourire faussement niais. Il tendit sa main.

    Mais elle se retournait déjà, lui lançant au passage un nouveau regard noir. Le marshall haussa les épaules et, comme les autres, suivit la femme. Il ne put empêcher ses yeux de descendre le long de son corps jusqu’à…

    - Bon, on va mettre les choses aux claires, fit la femme qui s’était retournée rapidement avec un air menaçant et qui pointait à présent un doigt accusateur sous le menton de Jim. Je ne te connais pas…
    - Moi c’est Jim !
    - … tu ne me connais pas, continua-t-elle comme si elle n’avait pas été interrompue, et d’ailleurs c’est aussi bien comme ça. Je n’ai pas besoin d’avoir des pensées salaces qui me suivent dans mon dos…
    - Mais je n’ai rien dit ! s’exclama le marshall avec un air offusqué.

    Pour toute réponse, elle tapota sa tempe du bout de son index. A ce geste, il blêmit… elle lisait dans ses pensées, c’était un fantôme.

    - On peut continuer maintenant…

    Elle conduisit le groupe jusque dans le bureau de Mengsk dans un silence absolu. Les locaux n’avaient rien de vraiment charmants et l’architecture était sobre et simple, dans un pur souci fonctionnel. Il régnait dans le bâtiment une activité frénétique, les gens marchaient d’un pas rapide dans tous les sens. Ils traversèrent un couloir aux murs vitrés donnant sur les hangars : des marines, des flammeurs étaient en rang pour une inspection de troupes. Des techniciens s’affairaient autours des chars et des transports aériens afin de faire les derniers réglages et réparations avant… avant quoi ? Lether se doutait qu’il avait là devant lui une véritable armée d’invasion. Si le fantôme lut dans ses pensées les questions non formulées, elle n’en montra rien. Il connaissait la « publicité » que faisait la confédération sur cette organisation. Des terroristes qui ne pensaient qu’à perturber l’ordre instauré par la confédération, des ennemis de la paix qui cherchent à la déstabiliser en s’attaquant à des innocents. On prêtait beaucoup d’atrocités à ces Fils de Khoral. Lether se doutait qu’il y avait une part de mensonges dans toutes ces campagnes. Mais ce qu’il redoutait, c’était de découvrir quelle était la part de vérité.
    Au détour d’un autre couloir, Kerrigan leur indiqua une salle où étaient rangée plusieurs combinaisons de marines.

    - Vous pouvez quitter vos combinaisons ici. Je ne pense pas qu’Arcturus serait très heureux de vous voir débarquer dans son bureau avec vos grosses boites de conserves et puis de toute façon vous serez sans doute plus à l’aise sans elles dans nos locaux.

    Jim se retint d’émettre même en pensée l’idée de ce qu’il verrait si elle en faisait de même. Ils sortirent donc de leur combinaison. Le stimpack avait affaibli les organismes et il leur faudrait plus que quelques heures de sommeil pour récupérer. Ils arrivèrent enfin dans le bureau du chef des Fils de Khoral. Ce dernier se leva à leur approche. C’était un homme qui devait avoir la cinquantaine, bien bâti, au visage carré, portant un barbe et des cheveux gris.

    - Bonjour à tous, je suis Arcturus Mengsk et vous avez donc fait la connaissance de mon bras droit : Sarah Kerrigan. Vous avez peut-être déjà compris qu’elle était un peu… spéciale.

    Sarah Kerrigan fit un clin d’œil imperceptible à Jim qui ne put réprimer un frisson.

    - Je pense que vous êtes le marshall Jim Raynor. Je tiens d’abord à tous vous remercier d’avoir accepté de retourner sur la planète et de m’avoir apporté ces disques. Ils contiennent les plans d’armes qui seront plus que déterminants dans notre guerre contre la confédération. Vous avez tous fait preuve d’un grand courage en retournant sur la planète et…

    Jusque là resté derrière, Stephan s’avança pour se faire remarquer du commandant des rebelles.

    - Et si nous ne perdions pas de temps en paroles inutiles ? Suggéra Stephan, visiblement peu à l’aise devant le chef des Fils de Khoral.

    - Vous savez…, Arcturus marqua une pause.

    - Caporal Gerry

    - Caporal Gerry, ces « paroles inutiles » sont, de mon point de vue, aussi importante à un discours que les « ou » et les « et » à un phrase.

    - Alors épargnez-nous le discours, ajouta simplement le marine.

    - Vous devriez vous montrer un peu plus avenant, caporal. Mais puisque vous le souhaitez, je vais aller droit au but. Je compte bien détruire la confédération et découvrir quels secrets elle continue de cacher. Vous devez connaître la propagande peu amène que fait la confédération au sujet de notre organisation. J’espère que vous saurez voir au-delà et que vous comprendrez que vos intérêts sont là. La confédération mène un double jeu, les zergs que vous avez rencontrés durant votre mission en sont une preuve. J’avais déjà observé ces créatures dans les enclos confédérés il y a longtemps mais je ne les avais prises alors que pour des expériences ratées de manipulations génétiques sans suite. Nous devrions en savoir plus sous peu, je vous tiendrai informés. Ces disques que vous avez rapportés sont d’une importance cruciale dans notre combat contre l’oppression confédérée car ils contiennent des données de première importance sur certaines nouvelles armes confédérées.

    - Et maintenant ? Fit Jim.

    - Vous allez pouvoir vous reposer un peu.

    Stephan leva les bras au ciel, marmonnant en même temps que c’était trop d’honneur. Mengsk ne releva pas.

    - Nous savons à présent que la population d’Antiga Prime en a plus qu’assez de la présence confédérée et serait même au bord de la révolte. Dans quelques jours, la situation devrait commencer à dégénérer, notamment si nous leur filons un petit coup de main. Kerrigan pourra s’infiltrer dans le centre de commandement principal confédéré de la planète afin d’éliminer les principaux dirigeants. Cela fragilisera encore plus la confédération sur la planète. Malheureusement, cette dernière sent venir ce vent de révolte et a envoyé l’escadron alpha dirigé par le général Edmund Duke, un fumier sans scrupules.

    - Je l’ai déjà rencontré, souligna Lether, repensant à ce qui s’était passé sur Chau Sara.

    - Alors vous devez savoir de quoi je parle. Ce type ne fera aucun cadeau. Il sera là dans quelques heures et établira alors une base près des foyers potentiels d’insurrection. Je veux que votre équipe accompagne Kerrigan sur la planète et aide nos forces ainsi que les rebelles à repousser les forces confédérées, lorsque le moment sera venu.

    Stephan avait senti la chose venir, et la moutarde lui était montée au nez en même temps. Cette fois il ne se contint pas.

    - Attendez, là ! Nous venons juste de débarquer ici, devant un type dont on ne sait rien, dont on a entendu sur son organisation que du mal et il voudrait déjà que l’on se batte pour lui ?

    - Stephan…, commença Jim.

    - Non, gars ! Je sais bien qu’il nous a sans doute sauvé la vie, mais j’ai rempli ma dette en lui rapportant ces foutus disques. Je ne m’engagerai pas dans cette guerre dont je ne comprends pas les tenants et aboutissants. La confédération nous a trahi, mais je ne me battrai pas pour les Fils de Khoral !

    Sur ces paroles, le caporal se dirigea vers la sortie d’un pas rapide. Le reste du groupe ne sut pas quelle attitude adopter. Même Pitbull cessa de mâchouiller son chewing gum. Au moment de disparaître derrière la porte, il se tourna vers les autres, l’air sombre, et ajouta d’une voix grave :

    - Vous n’avez qu’à demander à Marco ce qu’il en pense.

    Sur ces paroles, il claqua la porte violemment.

    - Laissez-le aller, dit Arcturus. C’est une grosse désillusion pour lui, et pour vous aussi je crois. Vous devez être un peu perdus. Il y a beaucoup de victimes de l’influence de la confédération et c’est pour cela aussi que les Fils de Khoral se battent. Faites moi confiance, la confédération n’est qu’une immense machine à mensonges et les colonies se porteront bien mieux une fois cette organisation disparue. Avec le temps, vous et votre ami finirez par comprendre mon point de vue.

    - Je veux bien vous croire, fis-Jim. Mais il n’a pas entièrement tort. D’une part, un de ses compagnons d’arme est mort lors de cette récupération de disques. Moi-même j’ai perdu quelques camarades, et je pense que nous avons déjà payé un tribut lourd. D’autre part, nous avons vu votre armée en bas, vous n’allez pas me dire que vous n’avez pas dans vos rangs des personnes capables et compétentes pour mener ce type de mission ?

    - C’est une armée Jim, vous l’avez dit. Je manque de personnes capables de combattre en commando. En tant qu’ancien marshall des milices de Mar Sara, vous savez y faire en opération sur le terrain et en effectif restreint. Vous n’êtes pas mes uniques ressources, c’est certain, j’ai d’autres équipes mais elles sont actuellement indisponibles sur d’autres terrains ou… ou capturées par la confédération.

    - Alors j’imagine que vous ne vous attendez pas à les revoir…

    - Ou alors dans les rangs des marines confédérés, les lavages de cerveau de la resocialisation confédérée marchent à merveille. Ils savent y faire pour conditionner un esprit.

    - Ca ne change en rien que nous n’avons pas de raisons de vous suivre dans cette affaire. Sans parler que vous semblez avoir tendance à oublier rapidement les sacrifices que nous avons faits.

    C’est Anna qui avait parlé, croisant les bras d’un air contrarié.

    - Nous allons nous reposer, et nous aviserons ensuite. Mais ne soyez pas trop empressé à nous compter à bord de votre navire, Arcturus.

    - Si tel est votre choix, je le respecterai, fit Mengsk non sans regret. Mais connaissez-vous l’histoire des Fils de Khoral ? Je suppose que vous en avez entendu parler. Notre planète a été anéantie par les forces confédérées parce que nous ne voulions pas nous soumettre à leur régime totalitaire lorsqu’ils voulaient devenir maître des colonies. Des millions de vies ont disparu à cause de ces salauds ! Ce que vous voyez ici est une infime partie de la population, celle qui a eu la chance de survivre aux attaques, plus d’autres qui ont choisis de rejoindre notre cause. J’ai perdu tous mes proches, mes amis sur Khoral. Alors ne venez pas me parler de sacrifices ! J’ai relevé la tête après de nombreux jours de deuils et de déprime et j’ai décidé de me battre pour qu’il n’y ait plus jamais une autre Khoral. Il y aura toujours un prix à payer, mais si celui de la liberté de nos mondes requiert plusieurs morts alors je n’hésiterai pas un instant.

    Mengsk marqua une pause et le silence tomba. Skel contorsionnait ses doigts comme lui seul savait le faire. Il était soldat et il n’aimait pas avoir à assumer d’autres choix que celui de la cible à abattre. Toutes ces intrigues, ces vérités mêlées de mensonges, ces belles paroles, rien n’était clair et cela le dérangeait. Sur le terrain, les choses étaient si simples : on se battait et on mourrait, on était vivant ou mort, point, c’était binaire. La vérité d’une balle était autrement moins complexe à appréhender que celle de tous ces discours…

    - Quand à vous Jim, que faites-vous ?

    - Eh bien, je crois que peu haïssent la confédération comme je la hais et si je peux l'emmerder, je ne m’en priverai pas. Mais je veux que les choses soient claires, si je vous aide, cela ne fait pas pour autant de moi un Fils de Khoral. Je ne sais pas grand-chose sur votre organisation mais j’en connais suffisamment sur la confédération pour savoir qu’elle mérite un bon coup de pied au cul. J’en serai, pour cette fois au moins.

    - Vous m’en voyez heureux.

    Acturus ne fit rien pour dissimuler son sourire. Kerrigan en revanche, elle, semblait plutôt faire la grimace…

    Lether ne connaissait pas depuis suffisamment longtemps le groupe de Stephan pour s’être forgé une amitié. Malgré tout, il avait vécu déjà beaucoup de choses avec eux en un court laps de temps. Cela lui avait permis de se familiariser un peu avec eux bien que c’était Stephen qui s’était montré le plus accueillant avec lui. L’humeur joyeuse de son accueil lui semblait si loin aujourd’hui. Mengsk était un homme très charismatique, cela se voyait. Il dégageait de lui une prestance évidente et le respect que Kerrigan semblait lui vouer plaidait encore d’avantage pour lui. Il décida d’essayer d’en apprendre plus sur ses nouveaux hôtes.

    - Je veux bien piloter la navette qui nous transportera, mais je n’irai pas combattre. N’y voyez pas de la lâcheté, mais je ne suis pas encore prêt à faire feu sur un Terran.
    - Soit, si vous le souhaitez. Mais sachez que la confédération n’a jamais hésité, elle, à éliminer ses semblables. Bien, dans tous les cas, nous vous recontacterons pour la mission.


    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  12. #12
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    Arg, une semaine de retard !!! :..:

    Bon, le passage avec la madame qui lit dans les pensées m'a bien fait marrer.
    Par contre, je trouve que Jim Raynor se décide un peu vite, surtout après la douche froide qu'il vient de se prendre avec la miss...
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  13. #13
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages
    1 258
    J'ai mis à jour le texte avec plusieurs modifications suite aux différentes remarques que j'ai reçues. En espérant que ça paraisse plus cohérent
    Je ne suis qu'un novice dans l'écriture de fics Donc ne pas hésiter à faire des remarques
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

Discussions similaires

  1. Une suite pour Kim la Pirate
    Par Kasumi dans le forum Kim
    Réponses: 9
    Dernier message: 26/10/2010, 19h24
  2. Episode 5 : La suite de la suite du début
    Par Aloysius Kelsen dans le forum Arnaques Belges et Trahisons
    Réponses: 0
    Dernier message: 06/03/2005, 22h21
  3. Le Grand Mensonge / Chap I
    Par Ravestha dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 7
    Dernier message: 13/07/2004, 11h12
  4. [TDD] Suite des mines de Purskal
    Par Rhodan dans le forum Méga-mods : Big Picture, The Darkest Day, Shadow Over Soubar, Tortured Souls, Check The Bodies, Nev
    Réponses: 12
    Dernier message: 23/06/2004, 17h53
  5. Redemption suite
    Par joneleth dans le forum Idées
    Réponses: 15
    Dernier message: 07/01/2004, 23h02

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231