Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Discussion: Le saphir de neige

  1. #1
    Date d'inscription
    March 2004
    Localisation
    Lille
    Messages
    231
    Bonjour à tous, voila un roman que je suis en train d'écrire, même si je l'ai perdu de vue depuis quelques temps... enfin, j'ai décidé de m'y remettre activement et vous propose donc le prologue: attention, le roman se déroule selon des régions, on suit l'aventure des personnages selon leur région d'origine. Merci d'avance pour vos avis!

    Sahria

    Le soleil brûlant détruisait lentement la peau tannée des hommes du désert. C’était un après midi suffocant, ou la chaleur étouffante de l’astre lumineux pouvait à tout moment détruire la moindre étincelle de vie présente dans la région. Les dunes immenses cachaient aux hommes mille dangers, et à chaque détour, derrière le moindre grain de sable volatile, l’on pouvait tomber sur une embuscade des Mah’ei, hommes - sables, habitants des sous-sol poussiéreux du désert.

    La caravane avançait nerveusement, guettant le moindre indice qui pourrait l’aider, dans sa recherche de l’itinéraire le plus sûr. Deux ou trois hommes, vêtus de bleu, devançaient le cortège de chameaux de quelques mètres. Armés de vulgaires cimeterres d’argent, ils patrouillaient consciencieusement autour de la piste, observant le sens du vent, le déplacement du sable et la direction des nuées concentriques de la poussière brunâtre.

    Le désert s’étendait loin au nord, et au sud, on ne lui connaissait pas de limite. Bien sur, il y avait certainement déjà eu quelques groupes de mercenaires, ou d’aventuriers un peu illuminés pour s’aventurer au delà de la rivière de sang , mais aucun d’entre eux n’avait jamais rapporté de nouvelle.

    Le cri résonna durant de longues minutes, et le hurlement strident qui suivit assura les hommes du danger. Un nuage épais, compact s’était élevé un peu au nord, et déjà les éclaireurs éperonnaient leurs montures assoiffées. Le sabre dégainé, les commerçant rassemblés continuèrent la difficile progression, fendant l’air de leurs armes, les yeux pleurant tant la chaleur rendait leur vision éprouvante.

    Arrivés au sommet de l’énorme dune, surplombant les alentours pour un court moment, ils fixaient l’horizon orangé, le temps que le désert assoiffé de conquête reprenne sa course. Le cri retentissait encore dans leur têtes quand les hommes aperçurent la massacre orgiaque qui s’offrait à eux, dans toute la splendeur des rayons profonds et pénétrants du soleil.

    Autour d’eux, le vent se leva, plus fort encore qu’avant. Le souffle sec blessait les visages, projetant les grains perforants de sable sur les joues creusées des voyageurs. Ils avaient du mal à laisser leurs yeux ouverts, et leurs paupières alourdies par l’épuisement du voyage menaçaient à chaque instant de se refermer. Le spectacle auquel ils assistèrent les réveilla immédiatement : devant eux, l’aboutissement de plusieurs siècles de croissance et de développement monstrueux se réveillait enfin, entraînant avec lui la vie de quiconque s’en approcherait.

    Il fut bien évidemment trop tard, et les hommes que l’on avait gracieusement payés pour prévenir ce genre de surprises n’avaient pas respecter leurs engagement, et étaient sûrement déjà morts. Il ne restait à la caravane qu’a prier, et espérer vainement que le monstre dans sa nonchalance brumeuse ne remarque pas leur présence, ce qui dans les régions désertes du Mah’ était impossible, du moins pour de simples voyageurs.


    Le cimeterre d'Oan et son amulette
    Ma'arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête!
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  2. #2
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Santes, Weppes du Nord
    Messages
    789
    hé ben tout ça me parait bien prometteur
    *la suite la suite*

  3. #3
    Cristal Invités
    même commentaire ! enfin, tu savais déjà que j'aime beaucoup ton style... g pas le temps maintenant de donner un avis + développé mais je le feré !

  4. #4
    Date d'inscription
    March 2004
    Localisation
    Lille
    Messages
    231
    Voilà la suite, j'espère que ca plaira aux gens qui ont lu!

    Scanavia</span>


    - Progressons plus vite compagnons ! Le vent se lève déjà à l’ouest, et si nous tardons trop sur ses rives glaciales, nous servirons bientôt de nourriture aux ours ! hurla Tuheur, dégageant difficilement de son fourreau son épée bloquée par le givre.
    - Ferme là compagnon ! Tu ne vois pas qu’on essaye de passer la rivière !
    - Taisez vous ami Goem, car si sur ce ton je vous reprenais à me parler, vous me verriez, enfin… , obligé de sauvagement vous trancher la tête, cria tout aussi fort Tuheur. Le vent lui soufflait dans le dos, en soulevant les pans de sa cape déchiquetée par les ronces des pinèdes qu’ils avaient parcourues. Maintenant suivez-moi, nous ne passerions pas la rivière de toute façon, reprit-il alors.

    Les flots tumultueux du torrent éclaboussaient la terre boueuse des rivages, et de petits rochers sautaient même sur les chemins parallèles. Le ciel, parsemé de couleur sombres, déchiré par les nuages rouges et violacés, laissait fortement présager un terrible orage. Car dans les contrées de Scanavia, le soleil dissimulé par les cumulus cotonneux était terrible signe, annonce de pluies dévastatrices. Pendant ce temps, de petits rongeurs longeaient en file le fleuve, et grimpaient un par un sur le chemin, en contre-haut, sortaient disciplinés des bois.

    Goem se retourna, son pied douloureux lui interdisait une marche soutenue, ainsi il traînait en arrière de ses deux compères, qui pressaient maintenant le pas. Le vent glacial et sec vint lui frapper le visage, l’aveuglant momentanément, alors qu’il courbait prudemment le dos.
    L’esquisse d’un sourire apparut sur ses lèvres gercées, aux petits morceaux de peau glacés pendouillant. La douleur insupportable de son pied allait en s’accentuant, et le froid polaire pénétrant insidieusement dans la fente profonde et saignante qui déchirait sa voûte plantaire, dévorant la chair endolorie et rongeant la peau séchée par les engelures.

    - Maître Goem, ce n’est point que votre la perte de votre personne nous importe exagérément, mais nous n’aimerions pas laisser derrière nous trente pour cent de notre travail. Déchargez vous de vos couvertures, et gardez l’or, vous marcherez plus aisément de la sorte, râla Tuheur.
    - Taisez vous vieux débris, s’époumona Goem, posant délicatement le pied sur les pierres les moins aiguës et tranchantes, ou prenez sur votre précieux dos le poids de mon chargement.
    - Je vous avez prévenu, répliqua le compagnon. Quelques mètres plus loin, il gravissait la pente rocailleuse à travers les pins et les arbrisseau conifères. Il nous aurait fallu garder les chevaux, avec votre pied gangrené… continua-t-il, le souffle coupé par l’effort.
    - Mon pied n’est pas gangrené, il est juste un peu abîmé !
    - Taisez vous jeune idiot, votre pied est maintenant gangrené, nous allons encore devoir vous trancher la jambe !
    - Taisez vous vieux fou ! Cette fois ci, je garde ma jambe, Imrel nous attend à une dizaines de miles, j’irai avec gangrène ou je n’irai pas !
    - Très bien, quand les rats s’abreuveront de votre pus, vous ne viendrez point pleurer, compagnon.
    - Très bien, maintenant, coupez- moi ce pied qu’on en finisse, hurla Goem, alors que Tuheur avait déjà son couteau en main et se retournait, un sourire sadique au coin des lèves.


    Etre unijambiste n’était pas une qualité, surtout en forêt, à dix miles de la cabane la plus proche, séparée par des montagnes hautes de plusieurs miles, des rivières quasi infranchissable et des chemins boueux et impraticables. Néanmoins, Goem avait une pratique de cet art exemplaire, héritage d’un vieux mendiant manchot et lui même unijambiste, qui vivait dans une des lointaines cités de l’est. Ce même mendigot avait, lui, apprit l’art des membres gangrenés chez un artisan magicien du Sahria qui soignait les dromadaires rachitiques du désert.
    Goem marchait donc sans difficulté, mieux qu’avec son pied pourri, jusqu'à la moelle. Et Tuheur pouvait désormais converser avec lui, car le troisième membre de cette expédition, dont le nom est fort peu connu, allait toujours en éclaireur, et les montagnes du nord elles mêmes n’auraient pas arrêté sa course de mercenaire aguerri et rodé aux contrées glaciales.

    - Encore une partie de votre prime qui s’envole au profit d’une jambe neuve , compagnon.
    - Oh, Tuheur, ne jouez pas à ce jeu avec moi. Seriez vous devenu sentimental au point de vous préoccuper de l’état de ma bourse ?
    - Cher Goem, tonna Tuheur feignant de s’énerver, c’est à dire que voyager avec un nécessiteux ne m’intéresse guère. Du moins aujourd’hui, car voyez vous …
    - … nous sommes des mercenaires de haute classe. Je sais vieux fou, vous sermonnez ceci lors de chacune de nos conversation. Je serais sourd, ou en un bien mauvais état de décomposition mentale si je n’avais pas encore compris ceci.
    - Taisez vous, voulez vous que j’applique à votre gorge le couteau qui servit votre pied ? Rassurez-vous, je n’ai pas laissé votre sang sale sécher, je ne risquerais ainsi aucunement de vous salir…
    - Tuheur, tuheur, s’énerva Goem, quelque peu exaspéré par le vieux mercenaire qui voyageait à ses côtés. Veuillez cesser vos menaces plus drôles qu’effrayantes, et regardez là-bas ! J’aperçois notre ami descendre des rochers qui encombrent le fleuve, nous devrions peut-être presser le rythme…

    Tuheur détourna aussitôt le regard, et put l’apercevoir dans l’ombre du soleil, s’avancer haletant, sous la protection des sapins enneigés. Attendant qu’il arrive à leur portée, Tuheur redressa le dos. Il en profita et chassa les petites moucherons qui s’assoupissaient sur son crâne chevelu.

    - Camarades, la passe est dégagée au nord, mais nous devrons nous méfier des brigands et de leurs loups des neiges. J’en ai vu quelques uns déjeuner et s’amuser avec une pucelle à un mile. Nous devrons soit les détourner, soit les délester de leurs bourses de voleurs.
    - Vous entendez cela Tuheur, votre maîtrise du couteau nous sera donc enfin utile, proféra perversement Goem en fixant d’un air entendu son compagnon.
    - Que vous êtes énervant cher ami, ne voulez donc pas reconnaître mon talent, tout le monde n’a pas loisir à boiter continuellement, et certain préfère s’exercer à l’art du combat…
    - Compagnons, arrêtez vos enfantillages, nous avons une douzaine de petits voyous à massacrer. Vous converserez près du feu, les montagnes offrent déjà quelques grottes dans les environs.
    - Bien, mais pressons, Imrel nous attend plus loin, et nous serons en retard si nous passons notre temps à pourchasser les maraudeurs.
    - Imrel peut bien attendre ! Ma jambe saigne encore, et vous voulez presser ! Non mais qu’est ce …
    - Arrêtez de vous plaindre, soupira Tuheur, Imrel a prétexté une importante manœuvre dans le sud, et les manœuvres dans le sud, croyez moi, ce n’est jamais de bon augure…
    - Ouais, c’est ça, en attendant, j’ai sur moi plusieurs bourses pleines d’or, et j’aimerais les dépenser, souffla Goem, tâtant ses cuisses pour vérifier que ses poches étaient intactes.
    - Nous ne sommes pas de simples mercenaires, Goem. Nous avons pour commanditaire l’homme le plus important des régions du nord, et vous venez encore me parler de vous délasser quelques temps !
    - En attendant, j’ai faim, et mon genoux s’émiette…

    Remis en route sur les conseils du jeune éclaireur, ils reprirent la route, affrontant le climat apocalyptique, en priant secrètement chacun de leur côté que l’orage et le blizzard ne s’abatte sur eux. S’éloignant du fleuve et des chemins boueux, ils s’enfoncèrent plus avant dans la forêt, rythmant leur marche du bruit de leurs souliers sur la pierraille sèche et graniteuse du sol. Quelques bêtes sauvages, de rares oiseaux, deux ou trois renards ou louveteaux croisèrent leur chemin, tandis que dans l’opaque étendue boisée qui s’offrait à eux à chaque instant, ils épiaient attentivement le moindre endroit surélevé, d’ou calculer leur progression depuis leur départ des collines longilignes du fleuve.


    <span style=\'color:gray\'>[PS: Si tu lis ça cristal, pourrais tu me contacter rapidement à propos de Ma'arevia j'ai des choses à te demander.]
    Le cimeterre d&#39;Oan et son amulette
    Ma&#39;arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête&#33;
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  5. #5
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages
    2 579
    et bien écoute Oan, je viens de tout lire et je trouve ça super, c'est bien écris, c'est agréable à lire, je trouve les disputes entre Goem et Tuheur très marrantes donc je veux la suite !!!!!!!!!!!
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  6. #6
    Date d'inscription
    March 2004
    Localisation
    Lille
    Messages
    231
    Content que ca plaise... merci!

    Sombremer</span>

    Bien au delà des mers, à l’est de tous les royaumes humains, des terres riches et prospères, un continent démesuré s’étendait, longeant l’océan infranchissable, jusqu’à presque toucher les terres de Scanavia au nord, et au sud, l’au delà du désert, uniquement séparé de ce monde par une étroite bande d’eau bouillonnante, et rarement traversée.

    La ville obscure de Sombremer s’élevait, solennelle. Les ressacs puissants fendaient l’air accablant de l’été, et l’écume rosâtre des flots s'amoncelait sur le rivage confiné. Des mouettes survolaient l’océan déchaîné, et leurs cris gagnaient les oreilles des combattants, bien qu’ils ne masquassent pas le tumulte sanguinaire et les exhortations guerrières qui résonneraient dans la citadelle.

    La cité était titanesque, cosmopolite et impérissable. De l’intérieur des terres naissaient d’ interminables avenues perpendiculaires qui quadrillaient la ville, pourpres et noires. Les maisons, villas, immeubles étaient tous élancés, hauts et à la façade propre , tandis qu’en regardant vers la mer, on percevait la tour de Margion, le marin thaumaturge qui traversa l’océan vers l’est pour s’échouer sur cette isthme, et y découvrir des tribus rustiques. La tour se dressait, tubulaire, polie et tourbillonnante, décorée de bas reliefs , d’un éclat ésotérique et mystique. A son sommet, une esplanade dallée de nacre et d’ambre abritait un autel de pierre. On y sacrifiait les enfants chétifs, trop maigres, les voleurs et les mendiants. On pouvait voir à sa base un escalier de granit rouge débuter, et en regardant vers l’ouest, toujours face à l’océan, on voyait cet escalier progresser, toujours plus haut, pour devenir peu à peu un rempart, les créneaux apparaissant plus loin, et le bastion d’une hauteur analogue à celle la tour de Margion était entièrement clos, uni, sans aucune autre ouverture que trois embrasures, vers l’est, l’ouest, et l’intérieur des terres, verrouillées par des herses de fer forgé.

    Les rues de la villes étaient noire de monde, non pas de badauds, jeunes aventuriers ou touristes, mais d’une armée gigantesque. Immobile, celle ci n’avait nulle part touché aux bâtiments de la cité, ni piller le moindre artisan ou commerçant. Des hommes, des créatures laides que l’on appelait là bas des Reilar, car leur visages marqués et aiguës rappelaient les têtes ovales des serpents Reils qui pullulaient dans la région. Le ciel était d’un bleu étincelant, limpide, et aucun nuage ne venait troubler ces cieux monochromes. Plusieurs régiments d’envahisseurs, tous recouverts d’une armure de cuir noirci, plein de lanières, chacun sa cape anthracite sur les épaules, affluaient encore à l’arrière, et s’installaient sur les falaises et pics montagneux qui parsemaient la ville. Du plus haut d’entre eux, on pouvait atteindre en visant bien le toit de la tour de Margion. Un silence mortel paralysait dans la cité, et la citadelle, accolée aux flots et protégées par d’innombrables remparts, sur plusieurs niveaux, était apparemment déserte.

    Reiz arpentait les couloirs du palais, les mains dans le dos, fixant sans cesse la ville basse. Les autres rois des royaumes humains côtiers se réunissaient dans la salle d’audience du roi Margion l’obscur, XIIème du nom, communément appelé Margion, uniquement, seul propriétaire vivant de la tour pionnière. Reiz ne supportait pas ces débats de stratégies, ces plans divers et variés, et les interminables petites querelles. Alors que le vent, pourtant inexistant en dehors, caressait les murs du couloir, percé par des arcs de cercles, Reiz continuait de se tourmenter, tendant parfois l’oreille pour percevoir le son grave et lent d’un éventuel cor. Il se décida enfin à rentrer dans la salle, voir si les autres souverains avaient enfin trouver une solution à leur problème. La situation était toutefois bien complexe, tragique même s’il n’avait été habitué à ces invasions à répétitions. Il était loin le temps ou, jeune encore et alors sans pouvoir, il se promenait dans les vergers frais de Jorgor, la capitale de son père, bercée par les litanies des moines.

    La nuit tombait, dehors, tranquillement, sans se soucier aucunement des troupes qui progressait à une vitesse presque imperceptible. Au milieu de chaque légion, on voyait un vide, carré, au milieu duquel se tenait un Reilar plus colossal que les autres, un étendard haut de plusieurs mètres. On pouvait alors admirer la multitude d’oriflamme et le nombre des armées n’en apparaissait que plus impressionnant encore. Au pied de la tour de Margion, les troupes armaient leurs engins de guerres divers, déversant à l’intérieur de l’huile, ou de la rocaille. Déjà, des Selars, cousins de sang des hommes serpents, sortaient leur lames recourbées, et les posaient à mêmes les cordes de ces machines, attendant le signal final. Leurs corps étaient assez terrifiants, contrairement aux humains de ses régions, ils étaient extrêmement tannés, presque marrons, et calleux. Ils paraissaient plus grands que les hommes d’une taille pourtant honorable, et leurs dos courbés, rompus par les poids qu’ils portaient, laissaient saillir des os pointus et acérés.

    Reiz rentra dans la salle, repoussant les deux lourdes portes en bois ébène, et adopta aussitôt une démarche digne de son rang, redressa la tête, dégageant une mèche de ses cheveux cuivrés. Il portait une longue cape d’un rouge éthéré, et sur son torse, une cuirasse légère, lisse au toucher mais non moins résistante. Son pantalon était juste coupé à sa taille, même si ses bottes d’un cuir noir, ciselées d’argent et de fer fondu, le faisaient un peu bouffer. Une ceinture de fer, avec au milieu une boucle d’airain lourde, était trop large, et tombait sur le haut de ses cuisses, en diagonale. Il toisa un instant les hauts dignitaires assis autour d’une interminable table ovale, et saisit le premier siège qu’il trouva, s’installant par hasard à côté de Margion lui même.

    - Vous pouvez reprendre messires, j’étais sorti prendre l’air quelques temps.
    - Il faut bien être fils de moine pour sortir badiner quand plusieurs milliers de monstres se massent dans ma cité, dit Margion, un sourire en coin, à la fois caustique et espiègle.
    - Sire, veuillez m’excuser. Reprenons je vous prie ; car comme vous le dîtes si bien vous même, le temps nous manque, reprit Reiz, sa voix adoptant un ton neutre, plat.
    - Le roi Anbor d’Anorie allait à présent résumer notre stratégie, reprit Margion, d’un calme tout aussi effarant.
    - Messieurs, mon idée est simple : la citadelle est organisée autour d’un bastion, de cinq remparts décroissants, de plusieurs pièces et salles annexes aux murs…
    - Je crois que nous connaissons tous ma demeure , messire, pressez, notre je une ami nous a déjà suffisamment retardé, intervint Margion, agitant la tête d’un air las et ennuyé.
    - Postons tous les hommes disponibles sur la première muraille. Nous verrons par la suite !

    Ils furent ininterrompues dans leur discussion par un cor qui retentit longuement, sans fin, jusqu’à ce que le monstre qui soufflât dedans meure d’asphyxie. Leurs visages se figèrent ; la bataille commençait trop tôt, beaucoup top tôt, et déjà, et vers la Tour, ils pouvaient apercevoir des créatures horribles, des monstres millénaires que jamais auparavant dans ces royaumes on n’avait osé imaginer. Non, finalement, ce ne serait pas si simple, de rester en vie ce matin là.


    Milles voix résonnèrent, comme un cantique ancien chanté par un peuple ; et les soldats de toutes les factions humaines de la cité se positionnèrent en rythme sur les murailles ; dispersées selon un schéma tactique fort habile et impressionnant. Le soleil se levait déjà à l’ouest, suivi de ces lunes bleutées et orangées, et l’astre illuminait les harnois d’argent des hommes, s’échouait sur les pointes de leurs lances et disparaissait selon un jeu de miroir complexe. Reiz se positionna sur la première muraille de la citadelle, et le flanc nord de ce donjon était occupé par l’autre moitié de ses troupes. Il passa à travers les rangs, donna quelques accolades pour réconforter ses soldats qui n’en avaient pourtant aucunement besoin, et vint se positionner sur un escalier en colimaçon, qui s’élevait tel un pont au dessus du vide et rejoignait le second rempart. Reiz entendit alors de puissants rugissement, et se tourna précipitamment, aussitôt, pour admirer l’envol des dragons, qui étendaient leurs ailes au dessus des murailles, cachant les soldats du soleil durant de longues secondes. Les dragons d’Almaza arrivaient en nombre, et battaient des ailes au dessus des cirrus matinaux, fendant l’air de leurs longs et puissants organes. Sur leurs dos, à l’extrémité de leurs nuques on pouvait apercevoir des Almazans, soldats d’élite du continent, formés dans les montagnes du nord, à l’abri des villes et fumées. Ces dragons constitueraient un atout non négligeable, et si les forces innombrables qui les attaquaient se souciaient peu de compter leurs morts, les dragons aideraient les forces coalisés à renverser la donne.

    Anbor d’Anorie se trouvait lui sur le flanc ouest, celui qui donnait sur la tour céleste de la cité, et ses soldats lourdement armés, revêtus d’harnois d’acier forgé et de bronze vert, avaient sortis leurs longues lances et les tenaient inclinées, prêtes à être lancée. Plus loin, presque à l’entrée de la cité, d’autre Reilars arrivaient en nombre, et la masse noire de créatures ne cessait d’augmenter. Margion se tenait sur le flanc est, et un vent nouveau fouettait ses étendards, levait les fanions des hommes pour les faire se claquer contre la pierre haute des remparts. Margion tenait son rempart d’une main de fer, et beuglait des ordres incompréhensibles, ordonnait à ses soldats de se positionner en deux rangs, épéistes à l’avant et archers à l’arrière, légèrement en retrait ; sur la partie basse du chemin de garde.

    Les dragons survolaient encore la citadelle, sans se déplacer, ils agitaient calmement leurs ailes pour se maintenir plus haut que la citadelle, et des rayons puissants de soleil se faufilaient entre leurs ailes et une myriade de petits rayons lumineux venait caresser les heaumes d’argent des soldats en contrebas. Soudain, un dragon plus gros, plus grands et doré s’éleva, obligeant les autres à le suivre, et le chef de ces troupes d’élites chuchota à sa monture quelques mots. Le dragon poussa un rugissement satisfait, et ouvrit grand sa gueule difforme pour laisser un torrent de flamme s’échouer sur les douves. Celles ci prirent alors feu, et de longues flammes rougeoyantes grimpèrent jusqu’au soldat, les dissimulant aux yeux des créatures massées à leurs pieds.
    Le cimeterre d&#39;Oan et son amulette
    Ma&#39;arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête&#33;
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

Discussions similaires

  1. [BAM] Je cherche l'icône du sort Nuée de boules de neige [IWD]
    Par deratiseur dans le forum Fichiers images
    Réponses: 0
    Dernier message: 05/01/2009, 21h03

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231