Page 1 sur 3 123 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 61

Discussion: Les trois erreurs de la Reine

  1. #1
    Cristal Invités
    Bonjour ! Je suis une écrivain amateure et j'aimerais savoir ce que vous pensez de ce que j'écris? Voici le prologue d'un roman. Merci d'avance de prendre la peine de le lire ! vous pouvez laissez des commentaires, mm ceux qui n'aiment pas pour me permettre de m'améliorer !

    Prologue

    - Majesté ! Majesté !
    Le jeune esclave, en livrée rouge, ne se soucia pas du lourd protocole exigé par la Reine pour entrer dans la salle du trône. Il savait que nul ne s’occuperait de le châtier après avoir entendu les nouvelles qu’il apportait.
    Tous se levèrent dans la grande pièce, nobles, courtisans et serviteurs en percevant ces mots prononcés avec si peu de respect.
    Un garde se mit en travers de sa voie, mais l’esclave, emporté par son élan et sa joie, le bouscula sans peine. Il prit moins d’une seconde pour s’agenouiller et se relever devant la Reine, assise sur son trône en or massif. À présent qu’il était en face de son Altesse royale, les mots qui se bousculaient il y avait peu dans sa tête souffraient pour sortir de sa bouche. Mais s’il ne parlait pas vite, il serait bientôt écartelé pour ce manque à l’étiquette. On ne tarissait pas d’éloges sur la cruauté de sa Majesté.
    - Ma Reine, commença-t-il, essoufflé, c’est la rébellion, la… révolution !
    En disant ces mots, il tenta de masquer son sourire. Si les rebelles réussissaient… le pays serait enfin délivré de cette dirigeante qui les gouvernait depuis trois ans déjà, avec une injustice et une inhumanité sans égales.
    Il leva la tête vers la Reine. Pas même la grossesse ne semblait la fatiguer. Elle ne fit que sourire un moment. La cour se taisait. Elle se leva.
    - C’est cet abruti de Fetzig qui dirige ce complot. La révolution n’ira pas loin avec lui.
    Sa phrase se terminait, tous les nobles saluèrent, comme l’imposaient les conventions. Loin d’agacer la Reine, cela l’amusait. Elle savait que ces riches seigneurs du royaume enduraient toutes ses règles ridicules pour obtenir un grain du pouvoir qu’ils n’auraient jamais.
    - Je vais m’en occuper, mais ne vous inquiétez pas, ce sera vite terminé.
    Nouveaux balancements de la salle. Elle s’avança énergiquement jusqu’aux portes puis s’arrêta avant de la franchir. Elle se retourna, pointant l’esclave du doigt.
    - Tuez-le.
    - De quelle façon, ma Reine ? s’enquit le chef de sa garde personnelle, un des rares à pouvoir lui adresser la parole sans autorisation particulière au préalable.
    - Rapidement, je n’aurai pas le temps de m’amuser aujourd’hui.
    Elle sortit, sous les petits saluts ennuyés de sa cour, murmurant à voix haute :
    - Fetzig, cher cousin, je vais cette fois m’assurer que tu ne reviennes jamais !

    Fetzig des Hauts Rocs parcourait les rangs de son armée, vérifiant la motivation de ses hommes d’un regard, rassurant certains avec une phrase, un petit discours emphatique. Ils lui souriaient, persuadés qu’avec lui, ils établiraient un système plus équitable, plus doux. Fetzig était sérieux d’apparence, mais il ne faisait que rire en lui-même. Il était si fier de duper tous ces gueux, et tous ces chevaliers.
    Sa stratégie était parfaite. Le peuple, et même les seigneurs le croyaient prêt à prendre les armes pour eux, et installer, une fois la Reine vaincue, un gouvernement des pauvres ! Quelle crédulité ! Tout continuerait comme avant, avec lui à la tête du royaume. Cela le réjouissait car il était seul à connaître sa trahison. Et rien, rien ! ne l’empêcherait de réaliser ces plans. Il avait choisi le moment unique quand la Reine serait la plus affaiblie, bien qu’elle ne le montrât pas : la fin de sa grossesse. Bien sûr, certains pouvaient penser qu’il agissait ainsi par pure vengeance : il avait autrefois été le concurrent direct de la Reine pour s’asseoir sur le trône magique de Roc, mais elle l’avait évincé d’une façon humiliante. Fetzig en ressentait encore un pincement au cœur. Pour pouvoir régner sur le royaume de Roc, il fallait être un descendant de la famille des Hauts-Rocs, la famille du premier roi, et être choisi parmi tous les autres prétendants à la couronne par le conseil de Roc. Les membres du conseil n’avaient pas voulu de Fetzig et avaient élu Mug-Kla. À présent ils étaient tous morts.
    Mais peu leur importait à ces gens qu’il veuille ou non se venger, il servait de toute façon leurs propres desseins.
    Son inspection se termina. Les hommes étaient nerveux, comme un troupeau de bêtes que l’on emmène à l’autel du sacrifice. Fetzig rentra dans sa tente, où plusieurs des chevaliers engagés discutaient, impatients eux aussi. Fetzig se sentait bien, heureux comme le serait le prêtre qui organise une offrande à un quelconque dieu, une offrande exigeant des morts. Il saisit le parchemin sur lequel était écrit le discours destiné à la Reine avant le début de la bataille. Il espérait secrètement que les soldats royaux rejoindraient le camp de la révolte pendant, voire même avant les combats.
    Il sortit à nouveau de la tente et regarda les remparts qui entouraient la ville. Il connaissait la capitale par cœur. Il connaissait toutes les entrées secrètes, ce qui allait enfin lui rendre service. Et quel service !
    Une fois encore, il se promena entre les rangs, à pied cette fois, plongé dans ses réflexions et ses certitudes. Il se rendit compte que toutes les conversations tournaient autour d’un même sujet, et que ce n’était pas l’attaque imminente.
    - Elle accouche dans combien de temps la Sorcière ?
    Il devina aisément que « la Sorcière » désignait la Reine. Cela la qualifiait bien ; elle interdisait toute forme de magie dans le pays excepté la sienne bien entendu.
    - Quinze jours, c’est ce qu’on dit. Impossible de savoir mieux.
    - Elle mourra dans l’accouchement ! fut prononcé avec une note d’espoir. Fetzig qualifia intérieurement celui qui avait dit ces mots d’imbécile. Si la Reine avait la moindre chance de mourir en couches, il aurait attendu un petit mois encore. Mais il savait très bien qu’elle était protégée par sa puissante magie, et qu’elle mourrait de tout sauf de mort naturelle.
    Les teintes du ciel viraient du bleu au rouge orangé. Il était temps d’attaquer. Chaque capitaine commandait mille hommes et prendrait un passage différent. Lui-même serait en retrait, évidemment.
    L’armée des rebelles se mit en marche. L’angoisse fit place au courage. La Reine, même avec toute sa magie, ne pourrait leur résister.
    Fetzig suivit le cinquième régiment, qui empruntait le souterrain sud, c’était le plus facile à traverser. Disons, le moins salissant. Le souterrain est, par exemple, passait par les égouts. Il avait dû l’utiliser, une fois, quand il s’était enfui en abandonnant la course au trône, ridiculisé dans l’esprit de chacun.
    Que c’était agréable de voir le symbole de sa maison, un loup, peint sur tous les chevaux, sur tous les boucliers, comme dans le temps où la famille des Hauts-Rocs dominait toutes les autres lignées. Il ignorait ce que murmuraient ses hommes, ils le traitaient de lâche d’être ainsi derrière. Ne doit-on pas tout sacrifier pour la liberté ? Après tout, peu lui importait ce que l’on disait sur lui. Il nourrissait leur rêve, était à deux doigts de le concrétiser, ils n’allaient pas le renverser maintenant.
    - Seigneur Fetzig ?
    - Qu’y a-t-il ?
    Il détestait qu’on le dérange quand il pensait.
    - Le capitaine vous demande de venir. Nous ne trouvons pas l’entrée du passage.
    Il avait oublié que le que le souterrain sud était caché et ne s’ouvrait qu’avec un mécanisme particulier. Sur les remparts, les soldats de la Reine leur lançaient flèches et pierres, sans grandes conséquences. D’ailleurs, ceux qui les envoyaient s’exécutaient avec peu de conviction, et hésitaient plutôt à leur ouvrir les portes de la ville.
    Fetzig repéra le rocher derrière lequel se cachait le mécanisme. Il l’actionna, et quelques secondes après, le millier d’hommes passait sous les murailles et entrait dans Rocbourg, avec l’intention de renverser la Reine.

    Mug-Kla des Hauts Rocs, souveraine du royaume de Roc, comptait à sa fenêtre le nombre de morts qui tombaient au cours de la bataille. Ce serait autant d’âmes à fournir à son allié, autant de corps qu’elle pourrait déverser dans la « Faille de l’Enfer », comme l’appelait le peuple. Elle caressa son ventre rond. Dommage que Fetzig n’ait pas attaqué un peu plus tard, son enfant serait ainsi né dans la guerre, ç’aurait été un bon présage. Elle haussa un sourcil en voyant Fetzig. Il essayait de s’installer dans une grange où il ne risquerait pas de prendre un mauvais coup. Les yeux de la Reine n’étaient plus des yeux humains. Ils voyaient autre chose que le monde tel qu’il était. Ils voyaient plus loin, plus profond. Elle sentait bien son enfant en elle. Elle pouvait dire s’il était mâle ou femelle, quels caractères il tenait d’elle-même.
    - Contemple, enfant, contemple à travers moi les réjouissances de la mort.
    Elle commençait à s’ennuyer. Elle en tua quelques-uns avec sa magie, de là où elle se tenait, par la simple force de son regard. Puis elle appela le chef de sa garde personnelle.
    - Vous m’avez mandé, ma Dame ? fit le barbu en s’agenouillant.
    - Oui, répondit-elle en veillant à ne pas lui dire de se relever. Envoie tes vingt meilleurs chevaliers, qu’ils finissent le travail. La population a eu la bonne idée de ne pas se mêler au combat pour aider Fetzig. Et que tes hommes me le ramènent vivant.
    Comme il ne partait pas, elle lui lança un « va ! » qu’il n’osa pas interpréter et il s’en alla exécuter ses ordres. Elle retourna à sa fenêtre, admirer le spectacle en souriant.

    Quand il eut comprit que c’était fini, Fetzig tenta aussitôt de s’enfuir. Les hommes levant encore son symbole tombaient les uns après les autres. Il ne doutait pas que la Reine usait de sa magie. Si seulement il possédait encore des hordes de mages à son service !
    Il se retrouva devant l’entrée du souterrain Est. Les égouts. Cela lui rappelait de mauvais souvenirs. Il savait cependant qu’il ne devait pas hésiter. Mug-Kla voudrait le torturer. Il se jeta dans les égouts de la capitale. À ce niveau, leur pays était très moderne.
    Il avança parmi les cadavres et la selle, tout en réfléchissant. Il n’abandonnait pas son grand projet et connaissait un autre moyen de le réaliser. Plus risqué, plus long. Mais c’était possible.
    Il s’emporta un instant, certain de réussir, trébucha contre un corps, et s’étala dans l’eau immonde des tunnels.
    Il sortit enfin, puant, sale, mais il avait déjà oublié sa récente défaite. Il ne prit pas le temps de se laver dans une rivière et s’engagea vers le sud-est, vers le pays voisin, vers les Knars.

    La Reine félicita ses soldats de l’éclatante victoire qu’ils avaient remportée. Elle savoura leur peur, pendant qu’elle parcourait leurs rangs. Ils craignaient une de ses sautes d’humeur et qu’elle choisisse l’un d’entre eux pour l’abattre sans raison. C’était le risque à accepter pour servir quelqu’un comme elle. Tout prouvait pourtant qu’elle était dans un jour de grande clémence, elle n’en avait puni aucun pour ne pas avoir ramené Fetzig. Elle avait un nombre suffisant de morts.
    Elle jeta un coup d’œil satisfait aux charrettes remplies de morts. On les avait déshabillés. Son allié n’avait que faire des vêtements. Elle ferait un grand feu avec ces restes de tissus. Sur la grand’ place de la capitale, devant les pauvres. Elle sourit à cette idée.
    Elle monta, sans aide, à cheval.
    - En route vers la Faille des Enfers !
    Bien que tous ici savaient qu’elle allait prononcer ces mots, chacun frissonna. La Faille des Enfers était une gigantesque crevasse, à deux jours de la capitale. Il n’y avait aucun village sur cette distance autour de cette cicatrice tellurique, et nul, hormis quelques braves et la Reine, n’osait s’en approcher. Mais celui présent ici qui hésiterait serait exécuté aussitôt. Dès qu’on s’approchait d’une centaine de pieds de la faille, on entendait des cris atroces, inhumains, qui fendaient les tympans et semblaient avoir creusé cette faille dans la terre par eux-mêmes. Aucun des soldats de la petite escorte de la Reine n’ignorait ce que leur souveraine voulait faire sur ce lieu maudit et avec tous ces cadavres.
    Moins d’une dizaine de personnes assista à leur départ. Quelques mères pleuraient leur fils décédé au combat. La Reine prenait tout, même les morts.
    Mug-Kla s’aperçut que, au fur et à mesure du voyage, son bébé s’agitait d’avantage. Etait-ce parce qu’il ressentait la présence proche de son père spirituel ? Ou tout simplement parce que la naissance arrivait, imminente ? Ça n’était pas important. Ce serait bien qu’il vienne à la vie au cours de la cérémonie. Cela ferait venir son puissant allié.
    Deux jours plus tard, la Reine et ses soldats étaient installés le long de la Faille. Les hommes étaient blancs, supportant avec difficulté les cris qui en sortaient.
    - Apportez la charrette ! ordonna la Reine, imperturbable.
    Avec difficulté, deux esclaves déplacèrent le convoi des cadavres jusqu’au bord du gouffre. Mais ils ne tremblaient pas parce que le chariot était lourd. Ils sentaient leur sang se glacer en eux, et la voix de la Reine leur parvint même à travers les cris.
    - Jetez les corps ! Un à un !
    Ils obéirent, parce qu’ils étaient esclaves, et parce que tous, excepté la Reine, désiraient s’éloigner de cet endroit au plus vite.
    Toutes les têtes suivaient chaque homme nu tomber dans le néant, et les hurlements s’intensifiaient dès qu’un autre anonyme s’ajoutait à la liste des damnés.
    Le chef des gardes, livide, détourna la tête devant ce spectacle à la fois fascinant, excitant et insupportable, pour poser son regard sur la Reine. Un sourire déformait son beau visage. Elle balançait la tête quand les esclaves, prêts à s’évanouir, lançaient un nouveau cadavre. Sa main droite caressait sans cesse son ventre rond.
    Elle plissa les yeux soudain, et il suivit immédiatement le regard de Mug-Kla afin de voir ce qui avait attiré son attention. Les esclaves avaient cessé leur triste besogne. La Faille des Enfers, au lieu de son noir impénétrable était à présent rougeoyante et une chaleur intense s’en dégageait. Un silence paniquant lui envahit les oreilles.
    - Partez ! hurla la Reine sur un ton hystérique. Partez tous ! Laissez-moi seule !
    Instantanément, ce fut la bousculade. Les soldats, sans ordre aucun, se mirent à courir, affolés de ces cris stridents si différents des précédents, et ravis en même temps de pouvoir s’enfuir. Bientôt, Mug-Kla fut tranquille face à la fosse et à la chaleur croissante. Seul le chef des gardes répugna à s’en aller, mais elle le rassura d’un signe de tête autoritaire.
    - Montre-toi, souffla-t-elle.
    Elle mit pied à terre.
    Enfin le sol s’ouvrit en un craquement de douleur pour laisser apparaître un homme à tête de taureau, avec quatre cornes et un anneau d’or autour du cou. Il mesurait environ treize pieds de haut, et son corps était caché par des flammes au moins aussi grandes.
    Mug-Kla sentit le bébé pousser un cri en elle. Le monstre la salua. Ses genoux ployèrent devant lui. Elle vit le bébé remonter dans sa gorge, puis elle le vomit aux pieds du Maître de la Mort. Celui-ci le saisit entre ses doigts immenses, afin de mieux l’observer.
    La femme se releva dès qu’elle s’en sentit capable.
    - Qui est le père ? demanda le Maître, et sa voix fit trembler les quelques arbres résistant encore au désert qui s’étendait autour de la Faille.
    - Il n’en a pas, répondit la Reine, avec toute l’assurance dont elle était capable.
    Le Maître regarda la petit. Il ignorait si elle disait ça parce qu’elle ne voulait pas qu’il sache, ou si elle l’avait réellement conçu seule. Elle en était capable.
    - Cet enfant est à toi, reprit-elle. Si tu me donnes ce que je veux.
    - Oui… j’en ai besoin. Je peux avoir toutes les femmes que je désire… Mais elles meurent avant de même concevoir leur petit. Et il me faut un héritier… Tu auras ce que tu réclames.
    Il se baissa et lui rendit le bébé. Elle lui jeta un coup d’œil interrogateur. Elle n’arrivait jamais à se contrôler face à lui. Elle pouvait bien paraître cruelle aux yeux des hommes, jamais elle ne le serait autant que lui.
    - Elève-le selon mes principes.
    Il retourna à l’intérieur de la Faille, mais lui lança quelques mots encore :
    - Merci pour les cadavres. Si tu peux m’en envoyer d’autres…
    Elle sourit et murmura : « je vous en enverrai ».
    Il disparut dans les flammes, qui peu à peu s’éteignirent. La Faille retrouva progressivement sa taille habituelle. La Reine conserva son sourire diabolique tout en caressant le crâne chauve du bébé. Elle agita la main au-dessus de sa tête et prononça en même temps un flot de paroles étranges. Une lueur rouge enveloppa un instant le petit.
    - Voilà, déclara Mug-Kla, tu es désormais intouchable par les flammes.
    Elle regarda de quel sexe était son enfant, réajusta sa couronne marquée d’un loup, le symbole de sa maison, puis monta en selle avec un sourire satisfait.

    Fetzig sortit de la forêt commune aux deux royaumes en trébuchant sur une racine. Ce fut ainsi qu’il franchit la frontière du pays Knar, voisin du Royaume de Roc. Il se précipita jusqu’au palais du conseil Knar, proche de la forêt, il lui suffisait de passer les portes de la capitale knare. Voyageant, se reposant à peine depuis un mois, il n’était pas dans un état tout à fait présentable, mais il se dit qu’il attirerait d’avantage ainsi leur attention.
    Déjà deux gardes l’arrêtèrent.
    - Holà ! Gueux ! Où vas-tu comme ça ?
    - Je viens du pays de Roc, soldats. Je suis ambassadeur.
    - Toi ? Ambassadeur ?
    Ils partirent d’un gros rire. Fetzig sentit le rouge lui envahir le visage. Les Knars étaient si vulgaires. D’autant qu’ils le comprenaient mieux qu’il ne les comprenait. C’était agaçant et surtout humiliant de se sentir ainsi inférieur. Il avait bien une preuve sur lui de sa classe et de sa noblesse, mais il hésitait à la révéler devant ces deux idiots.
    - Tu viens avec nous. Nous allons te montrer à notre Roy. Il pourra rire un peu.
    Sans bien savoir ce qu’ils lui voulaient, Fetzig suivit les deux gardes à l’intérieur du palais. Celui-ci était bien moins imposant que celui de Mug-Kla, mais ô combien plus confortable. Plus étendu sur le sol au lieu d’être en hauteur, des tapisseries à la place des armures, et du marbre ou du bois pour remplacer des pierres désagréables. Fetzig s’émerveilla devant ce luxe si réconfortant.
    Ils arrivèrent dans la salle du conseil, où le Roi, au centre, discutait sans manière avec sa femme et ses conseillers. Sans délicatesse, les soldats jetèrent Fetzig à ses pieds. Le Roi lui laissa un coup d’œil méprisant.
    - Que veux-tu miséreux ?
    - Majesté, mon nom est Fetzig des Hauts Rocs. J’étais le principal opposant à l’ascension de Mug-Kla, et si vous me voyez aujourd’hui dans cet état, c’est parce ce que j’ai échoué dans ma tentative de révolution. Aidez-moi à retrouver le trône ! Vous pourriez y trouver votre compte.
    Le Roi resta un moment à l’observer puis regarda ses conseillers.
    - Je vais vous donner de quoi vous vêtir, dit-il en rocquois avec un léger accent cependant, puis nous en reparlerons.
    Fetzig salua, puis se retira, guidé par un valet.

    Le lendemain, il fut invité au conseil. Il s’y rendit seul, intimidé. Aucun d’entre eux ne se leva pour l’accueillir. Il jeta un coup d’œil dans la salle circulaire. Il n’y avait pas uniquement le Roi et ses conseillers, mais aussi une demi-douzaine d’hommes vêtus de longues robes uniformes et de chapeaux pointus. La plupart d’entre eux portaient la barbe et ils n’étaient plus dans leur première jeunesse. Fetzig fréquentait autrefois cette caste, dans le royaume de Roc, des mages ou des druides, mais depuis l’avènement de la Reine, il leur était interdit de pratiquer leur art. Cette présence le mit mal à l’aise. Il ignorait quel était leur pouvoir chez les Knars.
    - Asseyez-vous, lui dit un conseiller.
    Il obéit en prenant place sur l’unique chaise vide autour de la table espérant avoir bien compris les quelques mots.
    - Nous ferons la guerre, dit le Roi sans autre préambule.
    Fetzig laissa un sourire se dessiner sur son visage.
    - Je vous promets que, une fois au pouvoir, j’engagerai des relations…
    - Mais la date n’est pas encore fixée, l’interrompit l’un des conseillers, ses yeux et son expression totalement dénués de gène.
    Interloqué, coupé dans son élan, Fetzig réussit cependant à se ressaisir :
    - Evidemment, le plus tôt sera le mieux, afin que mes hommes survivants soient encore pleins de rage de leur défaite…
    - Nous allons en décider maintenant, déclara un mage, sans prêter attention au regard furieux et ébahi de Fetzig qui commençait à regretter le protocole instauré par Mug-Kla.
    - Quand serons-nous dans une année favorable ? s’enquit le Roi.
    - Faites le noir dans la salle, ordonna un mage.
    Plusieurs valets tirèrent les lourds rideaux qui encadraient les fenêtres, et la pièce fut plongée dans l’obscurité. Fetzig se raidit. Il y avait bien longtemps, lui semblait-il, qu’il n’avait pas assisté à une séance de magie. Il sentait la peur l’entourer peu à peu.
    Celui qui semblait être le chef des mages fut soudain éclairé par une lumière qui sortait de ses propres mains. Il fit de grands gestes dans le vide, et une trace lumineuse suivait ses mouvements, de sorte qu’un signe apparut dans l’espace, devant les yeux de tous. Mais seuls ceux de Fetzig étaient exorbités de terreur et d’admiration.
    La lumière revint éclairer la salle du conseil.
    - Et bien ? dit le Roi.
    - Le futur ne me paraît pas agréable, Majesté. C’est vingt ans qu’espérer il nous faudra. La guerre ne devra pas éclater avant.
    Un conseiller se tourna vers Fetzig et lui traduisit les paroles du druide. Il ajouta.
    - Vous devrez rester dans notre pays durant ces vingt années avant que nous ne déclarions la guerre.
    Fetzig baissa les yeux. Que les Knars étaient stupides de suivre les visions d’un troupeau de fous ! « Le futur ne paraît pas agréable. » N’importe quoi. Mais ne s’était-il pas dit qu’il ferait n’importe quoi pour atteindre le trône. Même gâcher vingt ans de sa vie chez un peuple de barbares...

  2. #2
    Boddah Invités
    Erreur de tape:
    Il avait oublié que le que le souterrain*
    - Vous m’avez mandé
    :happy: (Ce n'est pas grave!! )
    wouahhhhh :hein:
    franchement, j'ai adoré, c'est plutôt délicat de ta part de faire un prologue de ce genre mais il est superbement fait!!
    ça manque peu être d'une légère pincée de description pour mieu connaitre l'endroit où on se trouve!!Et puis pour une fois que c'est pas une histoire entre bon et méchant, ça fait du bien!!
    je suis tout coeur avec toi pour la suite!!

    La Suite, La Suite!!! :notme:

  3. #3
    Cristal Invités
    merci pour ta réaction ! ça fait vraiment plaisir !!
    c vrai que j'ai un peu de mal avec les description :sad: meci de ce commentaire je vais pouvoir améliorer ça !!
    (je vais attendre de voir si il y a d'autres réactions avant de mettre la suite...)

  4. #4
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    C'est pas mal du tout, et ça commence bien, un révolution, rein que ça....
    Continue comme ça............ :rigoler:
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  5. #5
    Cristal Invités
    merci pour ces encouragements !
    je mets le chapitre 1
    bonne lecture
    ---------------
    Vingt ans plus tard…

    Chapitre 1

    En apparence seulement, les gens évitaient tous soigneusement la maison du mage, puisque la Reine n’aimait pas les mages. Et puis, ils avaient toujours eu peur de lui, dans cette petite ville de Rocahnya. Mais c’était tellement utile de s’offrir ses services de temps à autre ! Alors, les voisins de la haute maison à colombages rouges et blancs voyaient, parfois ou souvent, les gens frapper à sa porte puis y entrer après s’être assuré que personne ne les observait.
    Mme Hyom avait une fenêtre juste en face de la maison du mage. Ce jour-là, elle y était postée, un cahier dans une main et une plume dans l’autre. Elle était une des rares femmes, et une des rares tout simplement à savoir lire dans la ville. C’était ainsi qu’elle gagnait sa vie, en sachant lire. Elle se savait intelligente et volontaire. Peut-être avait-elle oublié qu’elle était curieuse.
    Sur son cahier étaient notés des groupes de chiffres, et quelques commentaires comme :
    « Vendredi seize : arrivée à la seconde chandelle du soir, et départ à la première moitié du matin. »
    Mme Hyom repéra, trois ans auparavant, un visiteur du mage qui revenait à intervalles réguliers. Décidée à mettre au jour ce mystère dans sa vie quotidienne à Rocahnya, elle s’installait désormais à chaque visite de cet inconnu. Si elle le démasquait, elle le dénoncerait en tant « qu’ami de magicien et sorcier probable », et elle serait riche.
    Sa seconde chandelle de la nuit s’éteignait. Le visiteur arrivait. Il frappa à la porte. Mme Hyom se tordit le cou en tentant d’apercevoir un visage sous la capuche, en vain.
    Le mage Seber alla ouvrir. Il savait bien qui c’était mais il avait si peur de tirer la porte… ! C’était une folle qu’il laissait là entrer dans sa maison.
    - Bonjour, mage.
    Il détestait sa voix. Trompeuse, sifflante, intense, horrible.
    Elle abaissa sa capuche et lui sourit. Ce n’était pas un sourire de bienveillance, ni de simple salut. Avec sa bouche longue et fine, elle ne pouvait que faire semblant, elle n’était qu’intéressée.
    - Je ne vais pouvoir vous accueillir longtemps, commença-t-il.
    - Vous dites ça à chaque fois !
    Elle enleva son manteau, toujours avec un sourire aux lèvres.
    Qu’elle était laide la tueuse à gages de Seber ! Sa peau se tendait contre son crâne, lui donnant l’air d’un squelette, elle avait un nez, si on appelait ça un nez… deux fentes, telle un serpent. Sa bouche, un trait long et vicieux, fendait le bas de son visage et ses yeux, d’un gris délavé et expressivement inexpressifs, adoptaient la même forme, s’étirant avec méchanceté de part et d’autre du nez jusqu’aux oreilles. Elle avait les cheveux sales, sans couleur nommable, qui s’emmêlaient en une étrange crinière autour de son visage.
    Elle était ni petite ni grande, maigre, et à première vue le mage ne l’aurait jamais cru capable de soulever l’épée qui pendait à son côté. Pourtant, combien de fois lui avait-elle rapporté le morceau d’un ennemi qu’il lui avait chargé de tuer à sa place ? Seber était important dans la confrérie désormais clandestine des mages. Il ne pouvait se permettre de trop se mouiller.
    - Voilà une des bagues de la comtesse, dit-elle après avoir sorti le bijou de sa poche. Il y a le blason des Rocs de Gorane gravé à l’intérieur.
    - Vous auriez pu le dérober à la femme du comte, fit Seber, se méfiant par principe, mais saisissant l’objet.
    - C’est vrai. Mais j’ai trouvé que c’était une preuve plus agréable que son cœur. Cependant, ajouta-t-elle, si vous l’exigez… Je l’ai sur moi.
    - Donnez-le-moi ! Je l’analyserai.
    - Chez les de Perrin, j’ai cru comprendre que ce n’était pas exactement la mort de la comtesse qu’ils souhaitaient, dit la jeune femme. Mais près tout, j’ai fait ce que vous m’aviez demandé…
    - J’ai choisi la solution la plus rapide, répondit précipitamment l’érudit. Et vous, Saura, mêlez-vous de ce qui vous regarde. Donnez-moi le cœur.
    Elle s’exécuta.
    - Vous pouvez partir, dit-il en lui tournant le dos.
    Saura sourit.
    - N’oubliez-vous pas quelque chose, mage ?
    Il la regarda. Bien sûr qu’il avait oublié, il avait fait exprès. Il croisa son regard. C’était trop simple de lire dans ses yeux. Il devait gagner du temps.
    D’une voix légèrement tremblante, il prit la parole :
    - Que souhaitez-vous ?
    - La magie, Seber, siffla-t-elle. Tu le sais. Je veux que tu me donnes les secrets de la magie.
    - La Reine interdit à tout autre qu’elle de pratiquer ou transmettre la magie.
    - La Reine interdit à tout autre qu’elle de tuer !
    Il se tut. Il prépara une incantation d’extrême recours, pour se débarrasser d’elle. Il n’ignorait pas qu’elle se vengerait s’il la laissait en vie. Mais il ne pouvait pas lui apprendre les bases de ce pouvoir. Elle n’en serait que plus dangereuse. Trop dangereuse.
    Elle fut plus rapide. Elle le transperça de part en part avec son épée. Puis elle essuya sa lame sur les vêtements du mage. Elle se pencha sur le corps, ouvrit la main de Seber et récupéra la bague.
    - La bague de la Comtesse de Roc de Gorane. J’effacerai l’inscription et j’en tirerai un bon prix.
    Elle remit son manteau, réinstalla sa capuche et sortit de la maison aux colombages blancs et rouges.

    La Reine rêva du Maître de la Mort. Il lui dit, dans le pays des songes, de venir le voir à la Faille, avec l’enfant.
    Le lendemain, elle partit, accompagnée de l’enfant qui alors avait atteint se dix-sept ans. Elle était enceinte à nouveau et destinait ce second petit à hériter de son royaume. C’était un « dernier recours », un « au cas où » elle échouerait dans son but.
    Elle sentait son honneur se défendre d’être ainsi convoquée, mais elle savait qu’elle ferait n’importe quoi pour atteindre ses rêves. Son rêve.
    Le Roi des Ténèbres les attendait. Il avait revêtu une forme humaine. Il ne désirait pas impressionner son prochain héritier. Enfin, pas trop.
    - Quel est ton nom, demanda-t-il en s’adressant à l’enfant de Mug-Kla.
    Il ne reçut aucune réponse, et vit le fils, ou était-ce la fille ? Lui-même n’aurait su le dire, il ne voyait pas une parcelle de son corps ni de son visage, hormis ses yeux. Le fils ou la fille de la Reine se tourna vers sa mère au lieu de répondre.
    - Mon enfant, dit celle-ci. Désormais ce sera au Seigneur des Enfers qu’il te faudra obéir.
    L’autre fixait la Faille, écoutait les cris qui s’en échappaient continuellement, sans broncher.
    - Je m’appelle Lur, lâcha-t-il (elle ?) enfin.
    La voix ne permit aucune identification. Ç’aurait pu être un jeune homme. La Reine sourit et lui caressa doucement la main.
    - Tiens, Lur, dit le Maître. Prend ce talisman. Mon père l’a forgé. Si tu en es digne, tu seras mon héritier.
    La Reine lança un regard furieux au Maître. Il n’avait jamais parlé de conditions. Cependant elle se tut, parce qu’elle n’allait pas tout gâcher à présent, parce qu’elle savait qu’elle l’avait éduqué pour être à la hauteur. Parce que le Maître avait besoin d’elle et de son enfant.
    Lur (prénom androgyne) se saisit du talisman. Simple en apparence : un disque fait d’or rouge, mais sur lequel étaient gravés plusieurs symboles, dont un taureau.
    - Tu en découvriras la signification à temps, dit le Maître. Retourne-le !
    Lur s’exécuta, sous les yeux observateurs de sa mère.
    - Ici est inscrit le prénom de mon héritier, fit le Roi des Enfers.
    - On me nommera ainsi quand je l’aurais mérité, déclara l’enfant de Mug-Kla.
    La Reine releva la tête et enfonça dangereusement son regard dans celui du Maître. Il hocha la tête. Elle venait de lui vendre son premier enfant. Elle caressa son ventre. Elle se réservait le second. Celui-là serait un garçon.

    Le comte Carlek de Roc de Gorane faisait les cent pas dans sa chambre.
    On venait de tuer la comtesse. Enfin, sa mère. C’est-à-dire l’ex comtesse. Il s’assit sur son lit et se prit la tête à deux mains. Il voulut démêler les choses dans son esprit. Sa mère, du temps de son vivant se maria à un comte. Elle enfanta d’un fils, lui-même.
    Le père de Carlek mourut lorsque l'enfant n’avait qu’une dizaine d’années, lui léguant alors le titre, le domaine et la fortune des de Gorane. La mère de Carlek conserva l’appellation de comtesse car si son fils mourait, ce serait elle qui hériterait de la seigneurie, et non la future femme de Carlek. Or, le comte de Roc de Gorane, Carlek, épousa une veuve qui avait déjà un fils. Le comte l’adopta sans hésiter.
    Il se concentra. Sa femme n’était pas comtesse, puisque c’était la mère de Carlek –le comte- qui possédait le titre. Il ne pouvait y avoir deux comtesses de Roc de Gorane à la fois. Mais dans ce cas, il ne se souvenait plus qui héritait de sa mère ou de son fils adoptif.
    Là n’était pas la question. Enfin, si, un peu. Mais la situation avait évolué depuis, car sa femme Hynria avait accouché cinq jours plus tôt d’un fils, alors que ni elle ni lui n’attendaient plus une joie si grande.
    On frappa à la porte. Il se leva avec un début de migraine. Carlek entendait les cris de la foule au dehors du château. Il ne croyait pas son fils coupable, –enfin pas son fils, celui d’Hynria, mais c’était tout comme.
    - On vous attend pour le procès, dit un serviteur derrière la porte.
    Le comte ouvrit et traversa les couloirs de son château sombre et humide jusqu’à l’entrée. Il sortit et marcha d’un pas précis pour atteindre le chêne de la seigneurie, symbole de justice.
    Gillem, le malheureux accusé, attendait impassible devant les yeux convaincus de tous. Carlek ne pouvait le défendre. Ce n’était pas ici son rôle, mais il souffrait d’entendre ses serfs huer un être aussi généreux que Gillem. De toute façon, ils avaient toujours rejeté sa Hynria. Ils la tenaient responsable de ce qu’il n’ait pas d’enfant, et maintenant pour la mère de l’assassin de l’ancienne comtesse. Le peuple connaissait la vieille femme depuis longtemps. Trop longtemps peut-être.
    Carlek s’assit à la place réservée au juge. Il n’osa pas croiser les yeux de son fil, même s’il savait que Gillem ne lui en voudrait pas. Pas dans quelques années, après avoir digéré cet affront. Carlek était seul face à sa conscience, qui elle-même hésitait à lui dire s’il agissait mal ou non.
    On put enfin écouter l’acte d’accusation :
    - Gillem, fils de Rog des FolRocs, et d’Hynria née Roc le Grand, la justice vous réclame de sang de la défunte Gaë, née…

    Fetzig se caressa le menton, lisse de tout poil. Il se sentait beau dans ses cinquante ans, et proche de voir son rêve se réaliser.
    Au début de son exil en pays Knar, il avait tenté par tous les moyens de fléchir la décision du conseil. Il ne désirait pas gâcher sa vie en une attente inutile. Puis il s’était fait à l’idée. Il maîtrisait de mieux en mieux les subtilités de la langue knare. Il avait même fini par en prendre l’accent. On lui avait confié un poste de général dans l’armée. Il avait pris son mal en patience.
    Il réalisa, dès le début de sa peine, que les Knars, à l’opposé des traditions rocquoises, était un peuple pacifique, mais pas pacifiste cependant.
    Il sortit de ses appartements. Il devait aller écouter le discours du Roi pour l’envoi à la guerre. Il allait se servir des croyances du peuple, les rumeurs disaient que la Reine du pays de Roc buvait du sang, mangeait de la chair humaine, et que, se lassant de son peuple, elle allait envahir Knar. Fetzig était bien le seul au gouvernement à donner foi à ces racontars. Mais pour le conseil, c’était un motif crédible et justifiable pour lancer la populace à la guerre.
    Les Knars étaient moins bien armés mais mieux entraînés que les soldats rocquois, ils étaient vingt fois plus nombreux et surtout, ils faisaient confiance à leurs chefs.
    Il rejoignit le conseil sur la terrasse du palais. Le Roi tenait son discours. Devant, l’écoutant, les officiers de l’armée knare, l’unique centaine de soldats professionnels, qui allaient diriger une grasse majorité de volontaires, et le reste recruté de force. Fetzig sourit. Roc, même avec la magie de Mug-Kla, ne pourrait résister devant ce nombre.
    - Ecoutez-moi, braves de Knar ! Le moment de terrasser la Sorcière est venu !
    Il avait pris des rides, le Roi de Knar. Fetzig se demandait s’il passerait la guerre. Ce n’était pas certain.
    - Prenez toutes vos armes pour sauver le pays ! Sus aux terres de Roc !
    Des cris de guerre montèrent de la petite foule quand un homme fendit les rangs en s’évanouissant aux pieds des marches du palais.

    Des cris montèrent de la foule en entendant une voix sur l’estrade demander des preuves, puis cessèrent quand on s’aperçut que c’était le comte qui avait prononcé ces mots. Gillem ne sourit pas. Il savait qu’il n’y avait aucune preuve. Tous ici le savaient, mais cela n’empêcherait personne d’exécuter la sentence.
    - Les preuves sont fournies par de nombreux témoignages, dit le conseiller de Carlek, son ami intime, qui lui aussi devait tenir son rôle, remplir son devoir avant tout.
    - Gillem ici présent a déclaré ne pas se soucier d’être déshérité en faveur de son demi-frère, âgé alors de deux jours. Gillem a ensuite affirmé regretter, je cite : « que sa mère n’ait aucune assurance au cas où », il a ensuite eu un rire gêné et, je cite à nouveau : « Il faudrait pour ça qu’elle soit comtesse. » Or vous savez que si dame Hynria veut reprendre le titre, elle doit attendre la mort de dame Gaë. Autrement dit, Gillem avait déjà préparé le meurtre de la défunte comtesse.
    Gillem poussa un soupir d’exaspération, que d’aucuns prirent pour du regret, et les huées redoublèrent de volume. Un cri brisa soudain la haine.
    - Regardez ! Au-dessus de Gillem !
    Tous les regards se tournèrent dans la direction indiquée, lui-même leva la tête. Un petit être pourvu d’ailes de libellules voletait à quelques pieds du sol.
    - C’est sa conscience ? hurla une femme.
    - Non ! rugit un homme. C’est une fée ! À moi la prime !
    Il s’élança en direction de l’estrade.
    - Trois mille pièces d’argent ! C’est pour moi ! cria un autre, et d’autres encore. Bientôt, ce fut la mêlée pour capturer la créature magique, pour laquelle la Reine offrait une somme considérable.
    Gillem vit son fauteuil renversé, et lui avec au milieu de la foule déchaînée pour atteindre la fée. On l’avait oublié. Il croisa le regard de son père, qui lui fit signe de le rejoindre au château. Nul ne se préoccupa de l’arrêter.
    Le comte le fit entrer.
    - Tiens ! prend tes armes, ce sac de provisions, et fuis avant qu’ils ne se souviennent de ton existence.
    - Carlek, dit Gillem, tout en saisissant les précieux objets, je reviendrai, je vous le jure. Je découvrirai qui est l’assassin. Dites-le à ma mère.
    - Oui ! Je le lui dirai ! Personne ici ne te croit coupable ! Mais va-t’en !
    - Je dois aller voir Kany. Me justifier à ses yeux !
    - Gillem ! Est-ce que tu m’écoutes ? Nous savons que tu n’as pas tué ma mère. Kany aussi ! De toute façon, le domaine des de Perrin est trop près de la frontière.
    Le comte, tout en parlant, l’entraînait vers la sortie de secours du château et l’obligeait à courir.
    - Et alors ? fit Gillem, entre deux respirations. Il était beaucoup plus calme que son père adoptif.
    Il ne veut pas qu’on s’aperçoive qu’il m’a aidé !
    - On dit que les Knars se préparent à la guerre. Ça devient dangereux. Les terres du père de Kany, le comte de Roc de Perrin, seront les premières attaquées. Les miennes en suivant, sans aucun doute.
    Gillem écouta Carlek le mettre en garde, sans en tenir compte. Il irait se justifier auprès de sa promise, puis il irait vagabonder quelques jours pour revenir ensuite sur les terres de Gorane et mener sa propre enquête au sujet de l’assassinat de sa grand-mère adoptive.
    - Au revoir, mon fils, dit Carlek après avoir ouvert le passage secret qu’entretenait tout château digne de ce nom.
    Gillem s’engouffra dans le souterrain.
    - Je reviendrai, dit le jeune homme en lui tournant le dos.
    Le comte actionna à nouveau le mécanisme, et la lourde dalle de pierre se referma derrière Gillem.

    Mug-Kla entra avec dignité dans la salle du trône. Elle avait réuni ses conseillers, dont elle n’écoutait que rarement les avis, pour discuter d’un sujet grave.
    - Les Knars nous ont déclaré la guerre, dit-elle après s’être assise sur le trône magique, symbole de sa légitime souveraineté. Qui peut me faire un rapport sur l’était de leur armée ?
    - Si l’on se lance demain… commença un petit homme maigre… Aaaargh !
    Il fut projeté contre le mur avec violence. Les yeux de la Reine fumaient. Elle ne prit pas la peine de rappeler qu’on ne parlait qu’avec sa permission.
    Un autre homme sortit du rang des conseillers, tous alignés contre le mur, face à elle.
    - Oui ? fit-elle avec encore de l’impatience dans la voix.
    - Si l’on se lance demain dans une guerre ouverte contre les Knars, ils seront à plus de vingt-cinq contre un. Autant dire que nous aurons d’avance perdu.
    Il y eut un instant de silence. Malgré la curiosité et l’attente, aucun n’osa jeter un coup d’œil sur la Reine.
    - De Roc de Piémont, allez envoyer quelqu’un espionner les Knars. Qu’il revienne me faire un rapport dans moins d’un mois.
    Le duc obéit et sortit de la salle, le regard à terre. Immédiatement, il se rendit dans sa chambre, si on pouvait appeler cette cellule une chambre, il envoya une lettre à son meilleur espion : Donostian de Fiin, lui confiant la mission de la part de la Reine.
    Il donna la lettre à un messager, puis s’assit lourdement sur son lit en espérant que Donostian ne faillirait pas, car ce serait lui, le duc, qui subirait la colère de la Reine.



  6. #6
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    Ouais, bien !!!!!!!!! :rigoler: :hein: Franchement c'est très bien, tu fais monter le suspens, c'est du grand art !!!
    La suite la suite la suite !!!!!!!!!!!!!!!!!! :boulot:
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  7. #7
    Boddah Invités
    :lunette: Oui en effet, il ya du suspence...
    Gillem...la guerre...ahhh tous ces fruits à la fois, hmmm c'est bon!!
    J'adore, il ya peu être quelques passages qui sont flou mais franchement dans l'ensemble c'est plutôt très bien fait!!courage pour la suite!!

    La suite, la suite!!
    :hein:

  8. #8
    Cristal Invités
    merci toujours pour les encouragements ! ! :happy:
    il y aura neuf chapitres en tout
    je mettrais le chapitre 2 demain

  9. #9
    Cristal Invités
    voilà le second chapitre pour mes 2 (fidèles? ) lecteurs !!!
    bonne lecture

    -------------
    Chapitre 2

    Fetzig vit aussitôt que cet homme venait de Roc. Il était plus brun, plus foncé, moins frêle en apparence que les Knars. Plus beau peut-être. Quoi qu’il en fut, Fetzig se précipita vers lui pour le retenir avant qu’il ne s’écroule sur le sol.
    Deux soldats, sur un signe du Roi, vinrent l’aider à le transporter à l’intérieur du palais, puis le monarque poursuivit son discours comme s’il ne s’était rien passé. Bientôt, la foule oublia l’accident. Mais Fetzig, dans des appartements libres, s’installa au chevet de l’inconnu pour attendre son réveil avec impatience.
    Celui-ci ouvrit les yeux deux jours plus tard. Il s’émerveilla tout d’abord de la richesse du décor, il crut être arrivé au paradis. Mais voyant la tête de Fetzig qui ne ressemblait en rien à celle d’un ange, il revint sur terre.
    - Qui êtes-vous ? demanda-t-il, méfiant, en se dressant sur ses coudes.
    - Je suis, avec toi, l’unique Rocquois de ce pays. Je suis Fetzig des Hauts-Rocs. Peut-être as-tu déjà entendu parler de moi, mon garçon.
    Il l’appelait ainsi car, en effet, il ne paraissait pas avoir plus de quinze ans, peut-être même avait-il moins d’années encore sur les épaules.
    - Non, monseigneur.
    Fetzig sourit.
    - Raconte-moi ton histoire, comment tu te nommes, comment tu es arrivé en pays knar.
    Il régnait un étrange silence hors de la petite chambre. L’armée était partie le matin même. Du grand conseil que Fetzig avait rencontré le jour de son arrivée, ne restaient au palais qu’un ou deux mages, un conseiller et le Roi. Tous les autres s’en étaient allés guerroyer.
    - Je m’appelle Eudes. Eudes de Rosine.
    - De Roc de Rosine, le reprit Fetzig.
    - Non, de Rosine parce que Rosine c’est ma mère.
    - Ah… continue, fit Fetzig, gêné d’avoir oublié cette habitude des campagnes rocquoises.
    - J’habite dans la forêt pas loin, qui est à moitié à Roc et à moitié à Knar. Un jour, j’ai vu un vieil homme, crâne rasé, barbe de trois jours, avec un…
    - Passe sur les détails, interrompit son interlocuteur avec un geste impatient de la main, s’il te plaît, ajouta-t-il.
    Le garçon ne poursuivit pas immédiatement, il essayait de faire un tri dans son esprit entre ce qui pouvait être un détail ou non, n’étant pas même certain de la signification du mot. Enfin, il reprit.
    - Il est passé devant ma maison. Il n’y a pas tant de monde qui passe devant chez moi, alors je l’ai suivi. Je croyais qu’il ne m’avait pas repéré. Il est allé au cœur de la forêt. Il avait l’air de très bien la connaître, alors que je ne l’avais jamais vu auparavant. Il est entré dans le plus grand chêne de la forêt…
    - Entré ! s’écria Fetzig, tu veux dire… à l’intérieur ?
    - Oui… une porte s’est ouverte. Je l’ai suivi à l’intérieur de l’arbre. Il a fini par me distancer. J’ai erré, après avoir descendu une échelle, dans des tunnels, puis j’ai fini par déboucher dans une immense salle où il y avait tant d’or que j’en ai été aveuglé.
    Fetzig ouvrit la bouche et oublia de la refermer, mais le garçon ne sembla le remarquer, tant il était plongé dans ses souvenirs. Il racontait l’aventure d’une voix monocorde.
    - Quand j’ai recouvré la vue, j’ai aperçu le vieil homme en train de parler avec six gnomes. Je savais à quoi ça ressemble un gnome, parce que dans les livres que ma mère m’a laissés quand elle est morte, il y avait des images.
    « Ils étaient assis sur le flanc d’une montagne d’or. Ils m’ont vite repéré. Les six gnomes se sont précipités vers moi, ils ont commencé à m’attaquer. Bien sûr, je me suis défendu, j’avais un bâton sur moi. Mais dès que j’en ai tué un, ils ont été pires encore, il y a eu un grand éclair, et je me suis évanoui .
    Il s’arrêta un instant pour reprendre sa respiration. Il se demanda pourquoi il racontait tout ça, car l’homme en face de lui ne paraissait plus l’écouter.
    En effet, Fetzig était déjà en train d’élaborer un plan pour récupérer cet or. Il demanderait à un mage de l’accompagner pour combattre les gnomes et…
    - Monsieur ? vous voulez connaître la suite ?
    Fetzig le dévisagea. Il devait être bien mal éduqué ce jeune homme pour lui poser une telle question. Peut-être était-il seulement stupide ? Puis Fetzig se dit qu’il aurait ainsi d’autres informations sur les pouvoirs des gnomes qui défendaient un tel trésor.
    - Vas-y, continue.
    Eudes lui rendit son regard. Il se sentait une antipathie grandissante pour cet homme, bien qu’il n’eût pas su expliquer pourquoi.
    - Je me suis réveillé. J’ai aussitôt tenté de m’enfuir, mais le vieil homme m’a retenu. Il m’a dit quelque chose comme :

    - Calme-toi Eudes, dit le mage d’une voix rassurante.
    Il ne put s’empêcher de sourire en voyant l’expression de terreur dans les yeux du garçon. Pourtant, la situation n’avait rien d’amusant. Eudes était bien endommagé.
    Eudes tenta aussitôt d’attraper son arme, mais elle était hors de portée. Le jeune homme se dressa d’un bond sur ses pieds.
    - Attends ! lui dit le vieil homme. Ecoute-moi avant de t’enfuir.
    Le jeune homme resta au même endroit, bien que prêt à courir au moindre geste brusque de la part du mage. Quelque chose dans sa voix, quelque chose d’un peu suppliant, le retenait encore.
    - J’aurais dû te prévenir. Par ma faute, les gnomes t’ont jeté un sort… regarde ton bras.
    Eudes souleva sa manche. Son avant-bras était recouvert d’une épaisse croûte noire, qui s’enfonçait dans sa chair. Il sentit un courant d’air froid pénétrer son cœur.
    - C’est un poison que les gnomes utilisent pour se défendre. Tu as devant toi un délai d’un an avant de mourir.
    Eudes vit des larmes dans les yeux du vieil homme en face de lui. Etait-ce bien un vieil homme? Il n’en était pas sûr. Peu lui importait. Il hurla, de rage et de chagrin. Il sortit de l’arbre, puis se mit à courir, courir sans s’arrêter. Il traversa sa forêt, passa la frontière sans s’en rendre compte, et courut à travers le pays Knar jusqu’à ce qu’il trouve la foule devant le palais du conseil, et tombe, épuisé, entre les mains de Fetzig.

    Fetzig se retint pour ne pas pousser un cri d’horreur quand le garçon lui montra la tache empoisonnée, mais il ne put empêcher une grimace de dégoût de venir se coller sur son visage.
    - C’est pas beau, hein ? fit Eudes.
    - Et… il y a un moyen de guérir ça ? s’enquit Fetzig.
    - Je ne sais pas. Je suis parti avant qu’on me donne plus d’informations.
    Fetzig sortit de la petite chambre, pour aller donner un ordre bien précis.
    - Qu’on rassemble tous les hommes restants du château ! Je les emmène en mission secrète !
    Et parmi ces hommes se trouvait Donostian.

    Saura entra par la porte de derrière, chez un bijoutier de sa connaissance dans LastRoc, qui menait une vie honnête d’un côté, et… beaucoup moins honnête de l’autre. Cela faisait plusieurs mois qu’elle venait vendre ses butins chez lui. Elle entra sans frapper, puis attendit un instant dans l’arrière-boutique avant de passer la tête du côté des ventes officielles.
    Jehan Le bijoutier l’aperçut aussitôt. Il soupira intérieurement, en pensant qu’il y aurait pu y avoir un client, un vrai.
    Il ne répondit pas.
    - C’est que je ne te ferais pas une visite de courtoisie, poursuivit-elle.
    Elle lui tendit la bague de la comtesse de Roc de Gorane. Il finit par sourire. Puis il se souvint de quelle façon elle avait sans doute obtenu ce petit objet si brillant, et son sourire s’effaça. C’était dur, parfois, de fréquenter tous ces voleurs, ces assassins. Ils proliféraient depuis l’ascension de la Reine au pouvoir. Qui était totalement honnête de nos jours ?
    Il examina la bague, tout en espérant que sa femme n’allait pas descendre à l’instant.
    Le bijoutier lui rendit la bague.
    - Qu’y a-t-il ? fit Saura sans la prendre et levant un sourcil. Pourquoi ne la gardes-tu pas ?
    - Il y a un nom gravé dedans ! Comment veux-tu que je la revende ! reprocha-t-il.
    - Ne me dis pas que tu ne peux pas l’effacer ? susurra-t-elle.
    - Sans éveiller les soupçons ? se défendit-il, Impossible !
    Il a lui fourra dans les mains.
    - Trouve un autre gland pour le faire, puis reviens me la vendre ensuite !
    Elle n’avait pas envie de le tuer, elle avait encore besoin de cet homme encore, et puis, ce n’était pas tous les jours qu’elle trouvait un orfèvre véreux avec de l’humour.
    - D’accord, Le bijoutier. Fais semblant d’être honnête encore un peu, je reviens bientôt.
    Elle partit. Il détestait sa façon de lui rappeler que lui aussi avait des confessions à faire, mais il devait bien avouer que, malgré sa laideur, il n’était pas insensible à certains charmes de Saura.
    Il la regarda s’éloigner dans les rues de LastRoc, il ignorait où précisément. Il se retourna enfin pour aller travailler. Au moment où Le bijoutier passa devant ses escaliers, une énorme caisse, pleine de ses œuvres, lui arracha la tête. La femme de Jehan fut jugée coupable de meurtre, mais ne fut pas condamnée, car on lui accorda l’excuse de l’adultère.

    Gillem arriva au château des Rocs de Perrin, où vivait sa fiancée, Kany. Il rencontra peu de monde sur le domaine ; tous étaient partis regarder la chasse du seigneur. Il se demanda comment les gens pouvaient être aussi insouciants si une guerre se préparait, puis il se dit que c’était tant mieux pour lui, au cas où l’histoire du meurtre de la comtesse avait déjà fait le tour du coin. Il espérait seulement que Kany n’était ni à la chasse ni au courant.
    Il connaissait les entrées secrètes du château, car Kany les lui avait montrées, mais les utiliser serait agir en coupable.
    Il agita la main afin de chasser un moustique qui l’ennuyait.
    - Hé ! s’écria l’insecte, c’est ainsi que tu me remercies de t’avoir aidé ?
    Gillem vit l'insecte grossir devant ses yeux et se métamorphoser en petite fée.
    - Qui es-tu ? demanda le jeune homme.
    - Cabel, des petites fées de Ghrem. Je suis, en quelque sorte, ton ange gardien.
    - Je ne crois pas aux anges.
    - Ça tombe bien, moi non plus.
    Il haussa les épaules et décida de prendre le passage qui menait directement à la chambre de Kany.
    Il ne dit rien quand il vit Cabel le suivre. La créature magique avait un corps de femme, mais réduit à trois pouces tout au plus. Les petites fées possédaient une paire d’ailes de libellule. Elles n’étaient pas connues pour leur intelligence, mais elles se faisaient autrefois apprécier par leur don, limité, de voyance.
    Gillem arriva sans être aperçu dans la pièce réservée à sa fiancée. La belle Kany était en train de dire au revoir à quelqu’un, appuyée sur la porte. Il attendit qu’elle la referme pour la saluer. Elle sursauta en l’apercevant, et le sourire rêveur qu’elle avait aux lèvres s’effaça d’un coup pour laisser place à un air étrangement coupable.
    - Gillem ? Qu’est-ce que tu fais ici ?
    Il vérifia que Cabel s’était cachée avant de répondre.
    - Tu sais, pour le procès ? dit-il, et, voyant qu’elle hochait la tête, ajouta : Je ne suis pas coupable !
    Il s’approcha d’elle. Kany eut un mouvement de recul avant de se lover, hésitante, dans les bras de Gillem.
    - Je le sais bien. Mais tu étais le mieux placé pour tuer. Il faut que je te dise… Mon père a déjà rompu nos fiançailles…
    Il la serra plus fort encore, et caressa son front, épilé très haut. Il tenta de l’embrasser mais elle se dégagea de lui.
    - Qu’est-ce qui t’arrive ? s’inquiéta-t-il.
    - Pars. Il ne faut pas que l’on te voie ici.
    Il acquiesça.
    - Tu as raison. Je voulais d’abord te certifier de mon innocence.
    Gillem se dirigea vers l’entrée du passage. Il y engouffra sa tête. Cabel l’attendait. Le jeune homme changea d’avis soudain et retourna voir Kany qui s’apprêtait à sortir de sa chambre.
    - Tu m’aimes ? lui demanda-t-il.
    - … Oui.
    Il n’essaya pas de l’embrasser. Il partit.
    La jeune fille retourna finalement à sa broderie laissée sur son lit avec un soupir. Puis un sourire satisfait modela ses lèvres.
    Gillem, toujours suivi de la petite fée, se dirigeait d’un bon pas vers les terres de Roc de Gorane. À nouveau, il prit soin de ne pas se faire remarquer. Il traversa le hameau qui était en contrebas de la colline, sur laquelle trônait le château. Il entra chez le gardien des clés, un homme de toute confiance, qu’il connaissait depuis son arrivée dans le cercle familial du comte.
    Cabel bien cachée dans une des grandes poches de son long manteau, il s’éclaircit la gorge afin d’attirer l’attention de l’homme qui était assis devant sa cheminée, en train de réfléchir.
    Le gardien des clés tourna vivement la tête. Ses yeux s’agrandirent de surprise et de joie.
    - Gillem ! Mon petit !
    - Bonjour, Jehan le Loyal.
    - J’étais là, à ton accusation. Je n’y ai pas cru une seconde ! Que fais-tu là, après avoir réussi à t’enfuir ? As-tu besoin de moi ?
    - Oui, s’il vous plaît. Je voudrais savoir si on est entré dans la chambre de ma grand-mère de puis le meurtre. Et qui possédait les clés de la pièce, si vous savez comment qui aurait pu entrer...
    - Calme-toi. Tu veux découvrir le meurtrier, c’est ça ? Suis-moi, je vais t’y conduire. Ton père adoptif est en réunion avec ses chevaliers, et une grande partie de ses serfs est à ta recherche. Ils ne se douteront pas que tu es dans l’antre du loup. Allons-y.
    Ils s’exécutèrent. Peu de temps après, Le loyal et Gillem franchissaient le seuil des appartements privés de la défunte comtesse de Roc de Gorane. Le gardien des clés, en silence, observa le jeune homme fouiller la pièce. Gillem retint soudain une exclamation, et se releva avec un objet dans la main. C’était un médaillon. Sans utilité apparente, juste un simple pendentif.
    - Peux-tu me répéter qui avait accès à cette chambre ?
    Les traces de sang n’avaient même pas été enlevées.
    - Si je me souviens bien, dit Jehan en s’asseyant sur le lit poussiéreux, seule ta grand-mère et sa suivante, et moi bien sûr, pouvaient entrer sans problème ici. Mais la suivante était chez sa mère le jour du meurtre. Elle m’avait rendu la clé. Et personne n’a pu entrer ici sans me demander d’ouvrir la porte. La comtesse fermait toujours de l’intérieur.
    - Il ne reste plus donc que l’hypothèse d’un agresseur étranger aux Rocs de Gorane. Il a dû passer par la fenêtre, avança Gillem.
    - Alors il ne nous reste que deux hypothèses : c’était un oiseau ou un serpent ! grimper le long des murs… de nuit !
    - De nuit ?
    - J’ai découvert le corps au petit matin. Mais si c’est un inconnu, quelle serait sa motivation ? On n’a apparemment rien volé.
    Gillem réfléchit un instant, contemplant le seul indice découvert. C’était une chaîne, simple. Le pendentif avait la forme d’un fin disque d’or, sur lequel était frappée l’image d’un loup. Il se souvint de ses leçons d’histoire de Roc. Le loup était l’emblème de la dynastie régnante, les Hauts-Rocs. Mais aucun des membres de cette grande famille ne pouvait être un vulgaire assassin. De plus, depuis que la Reine avait accédé au trône magique de Roc, aucun d’entre eux ne quittaient plus leur domaine, à l’ouest du pays. Ce loup devait représenter autre chose que leur blason.
    - Ça peut aussi être un assassin payé, fit Le loyal, l’interrompant au milieu de ses pensées, payé pour tuer feu Dame Gaë. Reste la motivation. Avait-elle des ennemis ? Avait-elle offensé quelqu’un ?
    - Ça m’étonnerait, c’était une vieille femme…
    Des cris retentirent à l’extérieur. Puis des bruits de galops de chevaux. Et l’odeur du feu monta jusqu’à leurs narines. Gillem et le gardien des clés se précipitèrent à la fenêtre.
    - Les Knars ! murmurèrent-ils.
    Ils restèrent un moment encore ainsi. Plusieurs centaines de soldats Knars venaient d’encercler le château. Gillem vit Carlek et ses hommes sortir de derrière les murs imposants. Le comte s’avança vers le chef de cet avant-goût des troupes knares.
    - Que voulez-vous ? s’enquit Carlek sans préambule.
    - Nous sommes ici pour renverser la sorcière que vous appelez Reine, répondit l’autre avec un lourd accent.
    - Les habitants du pays de Roc ne sont pas venus chez vous tuer ce mollusque que vous appelez Roi. Nous pouvons faire notre révolution seuls. Partez.
    - Si vous vous rendez immédiatement, nous ne vous ferons aucun mal. Nous sommes un peuple pacifique.
    - Pacifique, en effet ! se moqua Carlek.
    Ses hommes rirent avec lui.
    - Tant pis pour vous, reprit l’officier knar, Préparez-vous à mourir.
    Les hommes de Gorane rentrèrent dans le château et préparèrent les dispositifs de défense. Ils étaient bien peu nombreux à côté des Knars, mais s’ils arrivaient à tenir jusqu’au retour des paysans, ils auraient une chance de vaincre.
    - Il faut que j’aille aider mon père, fit Gillem.
    - Non ! lui souffla Cabel. N’y vas pas. Tu ne peux rien lui apporter, et ses hommes te croient un meurtrier. Tu ne ferais que le mettre dans une situation embarrassante. Concentre-toi plutôt sur celui qui a tué la comtesse.
    - Que dis-tu ? fit Jehan, pâle.
    - Rien. Je m’en vais. Je vais prendre le passage.
    Gillem fit ses adieux au gardien des clés, puis s’en alla par le souterrain qu’il avait déjà emprunté il y avait si peu de temps. Il avait le cœur lourd, se sentant lâche. Il s’attacha le pendentif du meurtrier autour du cou, puis l’enleva. C’était une mauvaise idée. Cabel s’installa sur son épaule droite. Ils se dirigèrent ainsi vers LastRoc, la ville la plus proche.

    La Reine accoucha de son second enfant, dix-sept ans après son premier. Ce fut un garçon, comme elle en avait décidé. C’était une journée ensoleillée du troisième mois estival. Mug-Kla choisit de le nommer Steban.
    Sa fille frappa à la porte. La Reine lui dit d’entrer. Elle ne l’appelait pas par son nouveau prénom, celui que le Maître lui avait proposé, pas encore.
    Lur ne souriait jamais. On ne lui avait pas appris à le faire. Elle vint s’installer à côté du lit de sa mère. Celle-ci avait donné le bébé à nourrice, pour quelques instants. Mug-Kla louchait sur le talisman de Lur. C’était un objet sacré, qui conférait de grands pouvoirs. Lur ne les utiliserait qu’une fois sacrée princesse des Enfers. Il serait facile à la Reine de le lui prendre entre-temps.
    - Lur, il n’y a pas la place pour toi et ton frère en même temps. Tu dois partir.
    - Oui.
    - Mais avant, donne-moi le talisman. Tu reviendras quand tu l’auras mérité.
    - Oui.
    Lur obéit, comme elle faisait depuis toujours. La Reine était fière de la façon dont elle l’avait modelée. À son image.
    La jeune fille salua sa mère puis sortit de la pièce. Elle n’avait aucun ressentiment de se faire chasser ainsi. Elle ne savait pas comment faire. Mais pour la première fois depuis dix-sept ans, un sentiment la saisit. Un doute, vicieux, profond. Que devait-elle faire pour mériter la confiance du Maître et regagner son talisman ? Elle n’avait qu’à tuer ? ça lui paraissait si simple. Tout le monde tuait, c’était naturel. Elle hésita à demander conseil à sa mère mais ne revint finalement pas sur ses pas.
    Lur quitta le royal château, quitta la capitale. En chemin, d’étranges réflexions lui vinrent à l’esprit. À plusieurs reprises, elle avait surpris sa mère s’infligeant des sacrifices, se privant de certaines « sucreries ». Mais la jeune fille ignorait que c’étaient des rituels nécessaires pour exécuter de grands sorts magiques. L’esprit, l’imaginaire de Lur ne pouvait rien créer en dehors de ce qu’on lui avait inculqué. Elle décida d’imiter sa mère. Pas en tuant car c’était trop… banal. Elle voulut résister à certaines tentations. Cependant, elle ignorait pour quelle durée, quand elle serait prévenue de son échec ou de sa réussite.
    Elle marchait depuis une journée, sans s’être reposée une fois. Elle était à plusieurs dizaines de milliers de pieds de Rocbourg, quand elle rencontra un groupe de comédiens. Quatre roulottes, gaiement colorées et peuplées croisèrent sa route. Une jeune fille, peut-être de son âge, aux cheveux aussi noirs que les siens, arrêta le véhicule qu’elle conduisait et en descendit. Les trois autres caravanes s’arrêtèrent à la suite.
    - Salut ! Tu es seul, où vas-tu ainsi ?
    Lur surprise par l’apparence que lui offrait la bohémienne, ne répondit pas aussitôt. Elle lui ressemblait. Beaucoup. Les mêmes yeux. La même bouche d’un rouge éclatant. La même taille fine.
    - Je ne sais pas encore.
    L’autre la dévisagea un moment. Il était impossible de ne pas se rendre compte de la ressemblance.
    - Tu… hésita-t-elle… veux rester avec nous un bout de voyage ?
    Une femme, âgée, sortit soudain sa tête à la fenêtre de la première roulotte.
    - Hé ! N’invite pas les gens comme ça …
    Elle s’arrêta en apercevant Lur.
    - Bon, d’accord.
    La jeune fille retourna à sa place, et saisit les rênes de cheval, puis, s’adressant à Lur, lui lança :
    - Tu viens ?
    Celle-ci hocha la tête, acceptant ainsi l’invitation. Elle entra dans la première maison sur roues, et fut accueillie avec chaleur. Pendant que la troupe reprenait la route vers l’est, elle s’installa au milieu d’enfants. Elle n’en avait jamais vu. Enfin, pas d’aussi près. Eux, la dévisageaient. Elle ressemblait tant à cette jeune fille si aimable et si gentille qu’ils connaissaient. Celle-ci devait être pareille.
    La grand-mère, en revanche, gardait une certaine réserve, et se contentait d’observer Lur en silence. Puis elle imagina quels numéros exceptionnels elle pourrait monter avec de telles jumelles. Un sourire lui vint aux lèvres. La gloire à nouveau ! La vieille se voyait déjà sur la place publique, présentant un spectacle des plus originaux.

  10. #10
    Date d'inscription
    March 2004
    Localisation
    Lille
    Messages
    231
    Que dire cristal? Tu connais déjà mon avis sur la qualité de ton travail, et pour cause... Fais leur donc découvrir la suite à ces néophytes de ton oeuvre...
    Le cimeterre d'Oan et son amulette
    Ma'arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête!
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  11. #11
    Cristal Invités
    :happy:
    (j'aime bien ta signature Oan :rigoler: )

    pas d'autres lecteurs ? :omg:

  12. #12
    Cristal Invités
    TOujours pas de nouveaux commentaires :heu:
    Je mets le chapitre 3 en espérant que cela va attirer du monde...

    Chapitre 3

    - Oyez, oyez, braves gens, cria la vieille.
    Les badauds s’agglutinaient autour de la scène qu’avaient montée les comédiens. L’ours, qui dansait devant, sur le parvis, ne les impressionnait pas. On avait fait une battue, peu de temps auparavant, pour l’un de ses frères. La peau était exhibée à l’entrée du village.
    Les bohémiens étaient très bien accueillis, quel que soit le lieu où ils s’arrêtaient. Les divertissements étaient bienvenus dans ce royaume de misère qu’avait créé al Reine. On était aussi pauvre qu’eux alors… quelle raison auraient-ils de nous voler ?
    - Observez bien cette magnifique jeune fille !
    Grand-mère avait un don pour attirer les gens. Peut-être était-ce sa voix grave qui produisait cet effet… Lur, au centre de l’estrade, fixait le sol. Il était encore temps pour elle de partir. En plusieurs semaines, elle ne s’était pas encore intégrée à la troupe voyageuse. Seule Arka, son sosie, l’appréciait vraiment, et avait même fait d’elle sa confidente. Lur avait déjà songé plusieurs fois à la tuer. Elle ne goûtait pas vraiment cette intimité à laquelle elle n’était pas habituée.
    Mais Lur ne s’enfuit pas. Elle préféra continuer le numéro et attendre de voir comment les événements allaient se succéder. Le Maître allait lui envoyer une épreuve, elle y croyait et s’accrochait à cette idée pour sortir de toute cette bonté et cette générosité qui la crispaient.
    La vieille comédienne avait monté son numéro de sorte qu’on ne l’accuse pas d’être une magicienne. Cependant, elle ne résista pas à lancer une boule de fumée, une de celles qu'elle fabriquait avec l’aide du peu de magie qui lui restait. Elle la jeta sur le plancher de la scène dès qu’elle vit que les spectateurs perdaient de leur attention. Le bruit du verre brisé et la fumée bleue surprirent tout le monde, et toutes les conversations cessèrent.
    Lur était à présent cachée sous l’estrade. Grâce à la fumée et à une discrète trappe placée sous ses pieds, elle avait disparu aux yeux de tous les profanes.
    - Ooooh !
    La fumée s’était dissipée. La foule, ébahie, découvrit la scène vide de « magnifique jeune fille ».
    - Hé ! s’écria quelqu’un loin du plateau, elle est là !
    Un passage s’ouvrit au milieu du public, laissant arriver Arka et un homme qui la tenait par le bras. Elle monta rejoindre Grand-mère. Habillée et coiffée à l’identique de Lur, il était impossible de les reconnaître l’une de l’autre.
    On applaudit. Le tour était impressionnant et nouveau. Puis on scanda :
    - Le truc ! Le truc !
    Avant l’arrivée de la Reine, quelques années avant la naissance d’Arka, Grand-mère les aurait consolés avec une belle phrase, les laissant dans le doute et le mystère, et ils s’en seraient contenté. Mais pour ne pas risquer le bûcher, elle devait révéler le tour.
    Elle croisa le regard d’Arka. Elle lui avait raconté l’âge d’or, d’abondance où les comédiens n’avait jamais besoin de se transformer en mendiants. La vieille hésita. Finalement, elle fit ouvrir la trappe, et Lur apparut de nouveau sur scène.
    Il applaudirent une fois encore. La future princesse des Enfers le supporta avec difficulté. Elle aurait pu s’enfuir, là.

    Donostian escortait Fetzig, il se tenait précisément à sa droite. L’espion n’avait toujours pas réalisé qu’il ne l’avait pas reconnu. Ils s’étaient pour tant côtoyés à une époque, même si Donostian avait vingt ans de moins que Fetzig. En revanche, ça ne l’étonnait pas que cet homme une fois puissant, mais faible, ait trahi hommes et patrie. Fetzig en lui-même n’était rien. Il n’était pas nécessaire de briller pour s’en rendre compte.
    Eudes de Rosine, un garçon d’une quinzaine d’années les suivait. Il observait sa forêt, reconnaissait ses arbres, saccagés par le passage de l’armée knare. Il ne souriait pas. Il était vêtu d’habits propres, dont une chemise à longues manches, pour cacher sa plaie.
    - Hé ! gamin ! fit Fetzig, se retournant soudain vers le jeune rocquois. On est encore loin ?
    Il n’ose opprimer que les plus faibles que lui pensa Donostian. Je ne suis pas plus honnête, mais je ne peux lui accorder que mon mépris
    - Non, répondit Eudes, de la tristesse dans la voix. C’est bientôt.
    Donostian n’oubliait pas le but de sa mission, rassembler le plus d’informations sur l’armée knare, et il se savait au mauvais endroit pour cela. Cependant, se dit-il, un trésor devait intéresser la Reine. Ce serait un bon moyen de s’élever au rang d’espion d’état, d’espion royal.
    Il partirait dès qu’ils seraient devant… c’était quoi déjà ? un arbre ? Toujours vérifier ses sources avant de les dévoiler à d’autres.
    Quand Eudes vit un renard mort sur le chemin, le corps évidemment transpercé d’une lame, il se mit à pleurer. Nul ne s’arrêta pour lui, il resta seul en retrait pendant que les autres avançaient. Il savait qu’ils ne pourraient aller bien loin sans lui. Il prit donc son temps pour faire son deuil, dès qu’il entendit Fetzig et sa compagnie s’arrêter.
    Le soleil devait être bien pressé ce jour-là, car il sembla à Fetzig qu’il était parti sans même qu’on s’en aperçoive. Mais peut-être était-ce la forêt, le feuillage de ces grands arbres qui se densifiait.
    - Nous y sommes, déclara enfin leur guide.
    Plusieurs soupirs de contentement s’échappèrent des bouches présentes. Il y avait celle d’un mage, celle d’un conseiller et quatre soldats dont l’un qui lui paraissait vaguement familier.
    Pourquoi est-ce que j’associe sa figure à Roc ? à la capitale ? C’est impossible, rumina Fetzig.
    Donostian était protégé par son physique, considéré comme repoussant dans son pays, mais qui n’était que banal en pays Knar : grand et maigre, avec des cheveux tels de la paille, De plus, il avait des yeux comme inanimés, qui lui faisaient paraître s’ennuyer sans cesse.
    L’arbre était impressionnant. C’était un grand chêne, son tronc atteignait un diamètre gigantesque, et sa cime dépassait de loin celle de ses confrères. L’ombre qu’il créait recouvrait un cercle de vingt pas.
    Eudes posa sa main sur le corps de l’arbre, comme il avait vu le vieil homme faire. Mais rien ne se passa. Le mage knar vint à son aide.
    - Reculez, fit-il dans sa langue.
    Eudes comprit et obéit.
    Le mage récita quelques formules compliquées. Le garçon –et Donostian non plus- ne put s’empêcher de regarder les alentours pour vérifier si personne ne les observait en train de pratiquer la magie. Fetzig s’y était habitué. Et puis, on était en pays conquis, ici. En revanche, il remarqua le geste inquiet de Donostian.
    Il est peut-être rocquois. Et si c’était un de mes hommes lorsque j’ai tenté de renverser Mug-Kla ? Il s’est exilé comme moi ? Non, je j’aurais vu avant.
    Le mage posa à nouveau sa main sur le tronc, et elle s’y enfonça. Il entra entier dans l’arbre, faisant à ses compagnons signe de le suivre. Les trois soldats knars et le conseiller s’exécutèrent. Mais Donostian hésitait à partir maintenant. Et :
    - Je n’y retourne pas, déclara Eudes, s’en allant.
    - Non ! l’intercepta Fetzig. On a besoin de toi pour sortir de cette forêt ! Tu viens !
    Donostian saisit l’occasion. Fetzig ne se méfiait pas, il le transperça de sa lame. Eudes poussa un cri.
    - Tais-toi ! fit l’espion, tu préfères quoi ? Que ce trésor aille aux knars ? ou avec moi, à Roc et à la Reine ? Surtout qu’elle saura te récompenser, alors que ce traître ne le fera certainement pas.
    - Etait-ce une raison de le tuer ! cria le jeune homme.
    - Il n’est pas mort, mais juste blessé.
    Donostian jeta un coup d’œil sur Fetzig. Celui-ci n’était pas en très bon état. Il tiendrait quelques minutes. Peu importait.
    - Tu viens ? demanda-t-il.
    Eudes n’hésita pas. Il secoua négativement la tête. Il voulait rentrer chez lui et sortir de cette histoire. Il partit sans un mot, et entendit Donostian partir de son côté. Sans qu’il sache pourquoi, Eudes sentit des larmes lui vernir les yeux. La vie en solitaire dans la forêt aurait du l’endurcir mais c’était peut-être l’isolement qui l’avait affaibli. Sa mère lui avait appris beaucoup de choses sur le monde extérieur à sa forêt, sur les humains, sur la Reine, sur les fées et les elfes. Il savait même lire, un peu. Les images des encyclopédies de sa mère avaient entretenu son éducation et son imaginaire.
    Une pensée unique lui occupait la tête. Il avait un sursis d’un an avant de mourir. Quoiqu’il fasse, il allait trépasser sous moins de trois cent soixante-cinq nuits. Que pouvait-il faire pour profiter au mieux de ce délai ? Rester ici ? ou découvrir tout ce qu’il pouvait découvrir en un an ?
    Eudes n’était pas capable de prendre de tels risques. Il préférait être assuré de sa tranquillité. Il continua donc son chemin vers sa cabane, presque joyeux à l’idée de la revoir. Jamais il ne s’en était autant éloigné.
    Eudes vit soudain une ombre passer devant lui. Ce n’était pas celle d’un animal. Il s’arrêta. Une odeur connue. Associée à un désagréable souvenir.
    Un gnome !
    Une vague de panique lui monta à la nuque. Puis il se rassura. Il ne serait pas surpris cette fois-ci. Et puis, il ne pouvait pas être empoisonné deux fois, non.
    Il ne bougea pas, il attendit. En observant les animaux, il avait appris à rester immobile des heures durant, guettant le moindre mouvement de l’adversaire, attendant que l’autre attaque le premier, dans une relaxation la plus complète.
    Sa patience porta ses fruits, le gnome se montra enfin, mais il n’agressa pas Eudes. Le vieil homme était derrière lui.
    - Bonjour, Eudes, dit-il. Je suis ravi de te revoir.
    Pas moi.
    - J’ai beaucoup de choses à t’enseigner, et nous avons peu de temps. Mais je sais que tu seras bientôt prêt à les écouter. Veux-tu ?
    - Qui êtes-vous ? demanda Eudes, avec une teinte de hargne dans la voix, le regard méfiant et fixé sur le gnome.
    - On m’appelle Merlin.

    Gillem arriva très fatigué à LastRoc, la grande ville la plus proche de la frontière. La nouvelle de l’invasion knare les avaient précédés lui et Cabel. La petite fée était une source intarissable de paroles. Il se demandait comment il avait fait pour ne pas être devenu fou jusqu’ici. Il avait tenté par tous les moyens de savoir pourquoi elle s’était ainsi attachée à lui, mais elle était soit très bonne comédienne, soit elle ignorait vraiment ce qui l’avait poussée à agir ainsi.
    Il pensait souvent à Kany. Il s’en voulait de l’avoir laissée aux mains des Knars. Ces sauvages l’auraient brutalisée, et il n’était pas là pour la défendre.
    D’un autre côté, il en voulait à sa jolie fiancée de ne pas avoir témoigné plus de joie de le voir, ni d'avantage de tristesse quand il partait. Son indifférence l’avait froissé en lui-même. Son amour-propre ne demandait qu’à se venger d’une façon ou d’une autre, et son amour préférait pardonner.
    - Oublie, lui disait Cabel. Elle est peut-être morte ou pire, à l’heure qu’il est.
    - Merci, ça me rassure.
    - De rien ! ajoutait-elle d’un ton enjoué, sans paraître mesurer ses mots.
    Ils entrèrent sans problème dans LastRoc. Les gardes prêtaient plus attention aux simples voyageurs, ils guettaient un signe de l’armée knare.
    - Tu connais une bonne auberge ? demanda Cabel.
    - Non. Je ne suis pas souvent sorti du domaine de Roc de Gorane.
    - T’es un provincial, quoi !
    - Tais-toi ! et cache-toi. Je n’ai vraiment pas envie d’être emprisonné pour « fréquentation de créature magique ».
    - D’accord.
    Elle s’installa dans l’une des grandes poches du manteau de Gillem et essaya de ne plus parler, de ne plus bouger. Car elle savait que non seulement Gillem serait arrêté et emporté nul ne savait où, mais elle serait capturée puis torturée, afin qu’elle dise où se cachait le reste des petites fées. On racontait ces séances, dans son peuple, l’histoire de petites fées qui s’étaient fait prendre. On leur avait d’abord arraché les ailes, puis on leur avait broyé les membres. Elles mouraient après une longue agonie, seules. Sans personne à qui parler.
    Gillem se dirigea vers les petites rues mal fréquentées. Son but premier était de retrouver l’assassin de sa grand-mère adoptive. Dans les tavernes louches remplies de la partie de la population de Roc qui profitait de système de la Reine, il trouverait, sinon le coupable, quelqu’un pour le renseigner sur le propriétaire du médaillon.
    Il en vit une qui l’attira un instant, mais il passa son chemin et s’arrêta devant la suivante : Le crâne percé. Sans qu’il trouve de raison, Kany lui vint à l’esprit, son beau visage flotta un instant dans sa tête, puis il entra.
    Gillem s’installa au comptoir. Le lieu était mal éclairé. Il ne pouvait voir que difficilement les visages des autres clients, de même pour celui du tavernier. Celui-ci s’approcha, nettoyant une chope. Seuls ses deux gros yeux globuleux étaient nettement visibles.
    - T’es nouveau ? fit-il sur un ton peu engageant.
    Ma barbe est peut-être trop bien taillée pour toi pensa le jeune homme. Il reprit, imperturbable néanmoins :
    - Une bière. Blonde.
    Il sentit le propriétaire le fixer. Il finit par aller chercher ce que Gillem venait de commander. Le jeune homme en profita pour sortir le pendentif de l’assassin de son sac. Il hésita un moment. Devait-il demander au tavernier s’il connaissait celui à qui l’objet appartenait, ou se placer au milieu de la salle et demander publiquement où se trouvait le propriétaire.
    Tout en buvant sa bière et gardant le précieux médaillon dans sa main, il réfléchit. Il sentit Cabel remuer au fond de sa poche.
    Il reposa sa pinte et se leva.
    Gillem alla se placer au milieu de la taverne. Il brandit le pendentif et parla de façon à se faire entendre de tous :
    - À qui appartient cet objet ?
    La plupart des têtes se tournèrent puis revinrent à leurs préoccupations premières. Certains n’avaient pas même daigné jeter un regard, habitués à ce genre d’interruptions. Mais ce ne fut pas pour autant un échec, car un homme se leva de sa table où il discutait avec quelques femmes.
    - Hé ! bonhomme ! Tu joues avec le feu ! Mais si tu y tiens, ce gri-gri appartient à la jeune femme au fond de la salle, là-bas.
    - Merci.
    Une jeune femme ? La maîtresse de l’assassin probablement.
    - Excusez-moi, fit-il en s’asseyant à la table de la jeune femme en question. Elle était en train de discuter avec deux hommes et deux femmes, et semblait égayer son public à l’aide d’anecdotes quelconques. Ceci vous appartient-il ?
    Gillem eut quelques difficultés à retenir une grimace en découvrant son visage. C’était une alliance entre un serpent et un squelette, et il y avait dans son regard un mélange de cruauté, qui reflétait l’esprit de ces deux créatures du diable. Elle ne s’en aperçut pas.
    - Oui, en effet. Merci.
    Gillem n’aimait pas ce sourire et ces yeux mauvais.
    - Je suis Gillem de Roc de Gorane. Savez-vous où j’ai trouvé ce médaillon.
    - Dans la chambre de ta grand-mère, morte assassinée ?
    Les quatre autres occupants de la table se mirent à rire.
    Deux catins et deux criminels pensa Gillem avec mépris. Il ne devait pas oublier dans quel genre de lieu il se trouvait.
    - Comment le savez-vous ? demanda-t-il avec une innocence à moitié feinte.
    Elle lança avec sarcasme un « devine ! » explicite, mais il mit quelques instants à comprendre. Il se leva. Il se força à la courtoisie de son éducation.
    - Je vous demande de m’accorder l’occasion de venger la défunte comtesse.
    Cette fois-ci, elle ne put s’empêcher de rire, entraînant l’hilarité de ses compagnons. Elle se leva et, sans s’occuper de Gillem, prit congé d’eux. Puis elle fit signe au jeune homme de la suivre et sortit en saluant l’aubergiste, mais sans le payer, ce qu’il s’empressa vite d’oublier.
    Une fois dehors, elle tendit la main à Gillem, même avec sa bonne volonté ne réussit pas à la serrer. Elle haussa les épaules.
    - Je m’appelle Saura. Qu’est-ce que tu fais si loin de chez toi ?
    Tout en parlant, elle commença à marcher –rapidement- dans les petites rues sales. Sans s’en rendre compte, Gillem se laissa entraîner. Il sentait Cabel s’impatienter au fond de sa poche.
    Il hésita à la vouvoyer.
    - Pourquoi as-tu tué ma grand-mère ?
    Elle sourit.
    - J’ai été payée pour.
    - Qui t’a payé ?
    - Il est mort.
    - Et pourquoi voulait-il la mort de la comtesse.
    - Si on te demande, tu diras que tu ne sais pas.
    Gillem ne sut pas définir si elle connaissait la raison ou non. Quoi qu’il en soit, il n’allait pas laisser ce crime impuni. Cependant, il n’eut pas le temps de s’en soucier, car ils arrivèrent devant un grand bâtiment, une grande maison, qui dominait toutes celles de la rue. Et Saura commençait à grimper sur le mur, telle un lézard. Elle réussit à entrer par la fenêtre du troisième étage.
    Cabel sortit enfin, et respira bruyamment.
    - Faudra que je pense à installer une aération ! s’exclama-t-elle. Qu’est-ce que tu attends pour la suivre.
    - Laisse tomber, Cabel ! Je vais attendre qu’elle sorte. Je ne sais pas ce qu’il y a dans cette maison.
    - T’es le seul idiot à ne pas savoir que c’est là que se réunissent en secret tous les mages !
    Gillem ne répondit pas, mais fit ce que lui avait conseillé Cabel. Il grimpa au mur et entra dans la maison par la fenêtre du troisième étage.
    C’était un grenier, un vieux grenier abandonné et délabré. Saura était là, allongé sur le plancher.
    - Que fais-tu ? murmura Gillem.
    Cabel était assise sur son épaule.
    - J’observe.
    Il s’allongea à son tour, ventre contre terre. Il s’aperçut qu’à travers les nombreux trous causés par les termites, il pouvait voir ce qui se passait à l’étage inférieur.
    Il voyait une immense pièce, occupée par une grande table, autour de laquelle étaient réunis une trentaine d’hommes et de femmes, habillés plus ou moins tous de la même façon.
    - Je déclare ce conseil secret des mages ouvert ! dit la plus âgée d’entre eux.
    - Très bien, murmura Saura. Pile à l’heure.

    La Reine fit entrer la jeune servante dans une des nombreuses pièces réservées aux punitions et aux châtiments. Celle-ci ne respectait pas la règle qui spécifiait la tonte des cheveux des esclaves travaillant au palais. Elle portait une longue mèche noire, unique, sur la gauche de son crâne rasé. Quel âge avait-elle ? Treize ans ? Quatorze ? Mug-Kla n’aurait jamais remarqué cette entorse, d’ailleurs très répandue, elle le savait, car il était rare que les esclaves aient le privilège de l’apercevoir, mais elle comptait bien sur la délation qui était un bon moyen pour eux de se venger. Ainsi un petit garçon était venu voir le chef des gardes, qui était le principal intermédiaire entre la souveraine et le personnel. Mug-Kla n’avait plus vraiment le temps de s’amuser à ce genre de choses avec la guerre qui avançait, mais elle aimait s’accorder un moment de détente avec son fils.
    Steban avait trois ans, et pourtant il était extraordinairement mûr ; ses pouvoirs magiques ne cessaient de croître de jour en jour, et il s’exprimait et réfléchissait comme un adulte.
    Il trônait au milieu de la pièce, sur un fauteuil sculpté à sa taille. Comme tous les membres de la famille des Hauts-Rocs, il pourrait prétendre s’asseoir sur le trône magique de Roc, à la mort de la Reine.
    La Reine conduisit la jeune fille jusqu’à ses pieds. Il n’était pas bel enfant comme Lur, Mug-Kla n’avait pu le modeler en son sein car il avait été conçu avec un père mortel. La première personne que la monarque ait jamais aimée, la seconde et dernière étant Steban.
    - Sais-tu pourquoi tu es ici ? demanda la Reine.
    - Parce que je me suis laissé pousser les cheveux ? risqua la servante.
    - Quel est ton nom ? demanda le prince.
    L’esclave hésita, ne sachant si elle devait obéir à ce petit garçon. Puis son regard croisa celui de la Reine, et elle comprit que ce gamin, ce bébé était une autorité.
    - Je suis Naïleen.
    Le petit se leva.
    - Tu dois être punie, Naïleen, dit-il.
    - Qu’allez vous me faire ? s’écria-t-elle, trop paniquée pour faire attention à ce qu’elle disait.
    - Ne t’inquiète pas, tu ne vas pas mourir ! fit Steban en levant lentement ses mains.
    Une aura de magie l’enveloppa puis des rayons jaillirent de ses doigts tels des éclairs et dansèrent autour de Naïleen. Elle se mit à pousser des cris de terreur, mais se tut rapidement. Elle devint muette, aveugle et sourde. Sa peau devint comme argentée, et ses cheveux noirs pâlirent jusqu’au blond doré. Son corps s’étala le long du sol, mou et incontrôlable.
    - Elle a l’air résistante, s’exclama le petit prince. Elle fournira beaucoup d’énergie, mais il faudra la surveiller !
    - Oui. Elle est très belle n’est-ce pas ? Je te laisse t’occuper de la faire partir, et rejoins-moi dans ma chambre ensuite. J’ai quelque chose d’important à te dire.
    Son fils partit par la porte qui rejoignait ses propres appartements.
    Elle lui avait appris ce sort de semi-métamorphose très tôt. C’était la base de la source de son pouvoir.
    La Reine se sentait malade. Le père de Steban lui manquait. Jamais elle n’avait autant haï un homme. En rêve, le Maître lui avait reproché ces sentiments. Il ne fallait avoir qu’un cœur vide ou dévoué pour bien le servir, la Reine ne l’ignorait pas. Il lui fallait trouver une solution, elle ne pouvait pas tout abandonner si proche de la consécration finale. Elle s’était enfin résolue à le tuer.
    Si je surmonte cette épreuve, je n’en serais que plus forte.
    Elle s’assit sur un fauteuil rembourré et confortable et attendit l’arrivée de Steban, qui ne tarda pas.
    - Que voulez-vous me dire, mère ? s’enquit-il après s’être installé, les jambes en tailleurs, sur le lit de sa mère.
    - Tu te souviens du cadeau de naissance que je t’ai offert ?
    - Les Soldats Noirs ? Bien sûr. Vous en avez besoin ? Ils n’ont échoué qu’une seule fois, quand je les avais envoyés tuer cette tueuse qui vous avait manqué de respect…
    - Peux-tu me les prêter ?
    Il maugréa.
    - Ce sont les miens !
    - Je te le demande comme un service, mon fils.
    Il réfléchit un instant. Sa mère serait ainsi sa débitrice.
    - Qui devront-ils tuer ?
    - Ton père.
    Elle le connaissait trop bien pour ne pas s’être attendue à cette question. Elle avait réussi à l’élever dans la haine de son géniteur. Il était moins facile à éduquer que Lur, qui, bien que faite de chair, était crée grâce à la magie.
    Une lueur de folie traversa les yeux de Steban.
    - Et ils me rapporteront sa tête !
    - Oui.
    - Alors, je te les prête.
    Elle se leva et l’embrassa sur le front.
    - Merci, mon fils. Va et envoie-les à sa poursuite.
    Dès qu’il fut parti par une porte, le chef des gardes arriva en coup de vent par une autre.
    - Majesté ! fit-il entre deux souffles après s’être agenouillé, ma Reine, les Knars marchent sur LastRoc !
    Mug-Kla le releva d’un geste, prit son manteau, et marcha d’un pas ferme vers les écuries du château.
    - Ma Reine ? Que faites-vous ? s’inquiéta le chef des gardes.
    - Que fait mon armée ? répondit-elle ?
    - Elle est écrasée, fit le chef des gardes en lui prenant vivement le bras et ainsi l’arrêtant.
    Il prenait un grand risque, mais il était si dévoué à la Reine qu’il devait lui faire réaliser l’ampleur de la catastrophe. Elle se dégagea et reprit sa route.
    - Explique-moi ! ordonna-t-elle d’un ton sec.
    Essoufflé, il tenta d’obéir.
    - Nous avons les meilleures armes, les meilleurs soldats, mais leur nombre est près de trente fois supérieur, et ils semblent plus motivés que nous !
    - L’espion Donostian est-il revenu ?
    - Pas encore. Il doit traverser l’armée knare.
    Ils atteignirent les écuries. La Reine commanda de seller son cheval, et un esclave s’exécuta. Elle n’eut pas un regard pour le visage soucieux du plus fidèle de ses serviteurs, quand il lui demanda où elle allait.
    - Je vais trouver une armée. Que le ministre de la guerre me remplace pendant les quelques jours durant lesquels je serais absente.
    - Bien, ma Reine.
    Elle partit, et lui monta donner ses instructions. En le regardant s’en aller, un esclave se demanda comment cet homme pouvait faire pour être amoureux d’une femme pareille.

  13. #13
    Torn le Noir Invités
    Eh ben si, un nouveau commentaire...

    Que dire ? Les mots me manquent...

    Sans déconner, tu as un sacré style d'écriture et tu sais maintenir le suspense sans etre lourdingue...A quand la suite ?

  14. #14
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Santes, Weppes du Nord
    Messages
    789
    hmmmmm c'est bon
    * la suite la suite *

  15. #15
    Boddah Invités
    :snif: arff , j'avais pas vu que tu avais posté la suite... :timide:
    enfin, mieu vaut tard que jamais!!

    je trouve très bizarre le passage des gnomes dans l'arbre, l'homme semble gentil mais les gnomes non...? peut être que plus tard j'aurais une explication où c'est que je n'ai pas bien suivit? :timide:

    Edit: ça doit avoir rapport avec le gnome qui vient à la rencontre de gillem dans le chap3...enfin on vera dans le chap4, on en saura davantage!!!

    Elle lui tendit la bague de la comtesse de Roc de Gorane. Il finit par sourire. Puis il se souvint de quelle façon elle avait sans doute obtenu ce petit objet si brillant, et son sourire s’effaça. C’était dur, parfois, de fréquenter tous ces voleurs, ces assassins. Ils proliféraient depuis l’ascension de la Reine au pouvoir. Qui était totalement honnête de nos jours ?
    Il examina la bague, tout en espérant que sa femme n’allait pas descendre à l’instant.
    Le bijoutier lui rendit la bague
    arfff je trouve qu'il ya trop de "bagues" dans ce passage...

    voilà pour le chapitre 2, de ce que j'ai pu relever(juste une répétition de "bague"), donc pratiquement rien , enfin je ne suis pas non plus une référence mais en tout cas j'adore beaucoup ce chapitre!!!Tu as une écriture très soigné et je prend beaucoup plaisir à te lire, je ne m'ennuie pas du tout!!!un vrai délice!!!
    aller je me lance au chapitre suivant qui n'attend que ça!!

    - On m’appelle Merlin.
    mdrrr, le petit clin d'oeil!!

    wouahhhhh super chapitre!!!! vraiment plein d'émotion et de vie!!!et un dur suspence!!*la suite la suite*
    vraiment bonne ton histoire!! merci de nous en faire profiter!!

  16. #16
    Cristal Invités
    cette histoire est en fait un roman que j'ai envoyé à deux éditeurs qui l'ont refusée et je voulais voir si ça plairait quand mm à quelques habitués de la fantasy... je peux comme ça en faire profiter qqes personnes
    alors merci pour ces commentaires ! ça fait vraiment plaisir ! :happy:

    (merci Tock pour repérer les erreurs que je n'ai pas vues :blush: )

    edit : chap 4 pour ce soir

  17. #17
    Cristal Invités
    je me réponds à moi-même et voici mon chapitre 4 :

    -----------
    Chapitre 4

    Merlin, Eudes et le gnome entrèrent sans difficultés dans LastRoc. Le mage avait recouvert Nnô d’un sort d’invisibilité afin qu’il ne soit pas livré aux autorités, si jamais il en restait dans la ville.
    Il ne revenait toujours pas de la difficulté qu’il avait eu à convaincre Eudes de le suivre. Il avait même cru devoir recourir à la magie, au moins pour un temps. Mais cette volonté était un bon signe.
    Depuis le début de leur rencontre, le garçon n’avait pas dit un mot. Il gardait les sourcils froncés et un œil surveillant le gnome, puis un moment paniqué quand il l’avait vu disparaître, il était à présent plus calme, mais toujours renfrogné.
    - Allez, viens petit ! Je vais te payer un verre.
    - Je n’aime pas que vous m’appeliez « petit ». Et si je dois vous vouvoyer, je veux que vous faites pareil !
    - Quelle faute de langage ! railla la voix de Nnô dans la rue.
    Un passant se retourna, mais ne fit aucun commentaire.
    - Personne ne te force à me vouvoyer, et je trouverai même agréable que tu me tutoies. Quant à toi, Nnô, je pense qu’il vaudrait mieux que tu te taises, le temps qu’on quitte la ville.
    - Où allons-nous, au fait ? demanda Eudes.
    - Dans une auberge, boire un verre de Thrace.
    - Non ! pas maintenant, mais au final, où m’emmenez-vous ?
    - Chez la Reine, bien sûr !
    Il s’arrêta d’un coup, déconcerté.
    - Pourquoi ? Vous m’avez dit que vous m’emmeniez vers « une grande destinée » !
    - Si tu connais déjà la réponse, pourquoi as-tu posé la question ? fit Merlin.
    Dépassé par ce raisonnement qu’il ne comprenait pas, Eudes reprit la marche en leur emboîtant le pas, regardant le sol, bouche ouverte et profondément concentré.
    Merlin sourit, puis se dit qu’il n’avait que peu de temps pour l’éduquer. Tous ses plans se retrouvaient hors d’atteinte, et c’était dû à l’invasion des Knars. Le mage ne doutait pas une seule seconde de la réaction qui allait être celle de la Reine. Et il l’appréhendait. Elle aurait usé son peuple jusqu’au bout.
    - Elle n’aurait jamais du être Reine, Merlin.
    - Je te défends de lire dans mes pensées, Nnô.
    - Je ne répondrai pas, mais voici une auberge.
    Eudes entrait dans une petite taverne, coincée entre deux maisons, appelée La bonne chope. Merlin haussa les épaules et le suivit.
    Il y régnait une ambiance agréable, enfumée. On venait dans ce lieu en famille ou en bonne compagnie, et malgré ce qu’indiquait l’enseigne, les clients buvaient de tout sauf de la bière.
    Ils s’installèrent à une table de quatre places, le gnome invisible s’assit à leurs côtés.
    - Bonjour, que désirez-vous ? s’enquit le tavernier.
    Eudes, peu habitué aux auberges ne répondit pas immédiatement, et le vieil homme commanda à sa place.
    - Deux gobelets de Thrace, s’il vous plaît. Et avez-vous une chambre pour deux libre ? Pour une nuit ?
    - Je suis sincèrement navré, mais c’est non pour vos deux demandes. Je ne sers pas de Thrace, et toutes mes chambres sont occupées. C’est à cause des premiers réfugiés de l’invasion. Il y en peu pour l’instant, mais ils prennent de la place !
    - Très bien… Ça sera deux bières alors.
    - D’accord ! fit l’aubergiste en retournant derrière son comptoir.
    Dès qu’il se fut éloigné, un homme se précipita sur la chaise aux côtés de Merlin, et Nnô sauta sur les genoux d’Eudes, de peur de se faire écraser la tête.
    - Myrdinn ! Myrdinn ! Vous êtes là !
    - Cerdan, quel plaisir de te voir ! Par quel heureux hasard es-tu là ?
    - Votre humour ne m’a jamais fait rire, Myrdinn.
    Eudes ouvrit la bouche pour protester. Ce mage lui mentait depuis le début. Pourquoi ne lui avait-il pas révélé son véritable nom ? Mais un coup de tête dans le ventre le força à reprendre sa respiration et à se taire.
    - Vous êtes ici pour la grande confrérie, n’est-ce pas ? reprit Cerdan.
    Eudes n’aimait pas ce gros homme chauve mais barbu, gesticulant, transpirant et postillonnant sur Merlin –Myrdinn.
    - Non, répondit Merlin.
    - Mais savez-vous au moins ce que la Reine s’apprête à faire ?
    Le tuteur d’Eudes partit alors d’un grand rire, et le garçon sentit Nnô se trémousser sur ses genoux. La phrase de Cerdan lui avait paru plus inquiétante qu’amusante, mais il ne dit rien.
    - Bien sûr que je le sais, Cerdan !
    - Alors pourquoi ne venez-vous pas ?
    - Ce n’est pas cette petite réunion secrète qui va l’en empêcher, j’ai quelque chose de plus important et de plus utile à faire.
    - Ce garçon ?
    Il se regardèrent longuement, puis Cerdan se leva, salua Merlin, Eudes, et partit.
    Le propriétaire de l’auberge apporta les bières. Eudes, des la mousse plein les joues, ne dit pas un mot, il tentait d’analyser ce qui venait de rentrer dans sa mémoire. Il voulait savoir qu’est-ce qui, en lui, avait étonné Cerdan. Il sentit le gnome qui tirait sur son gilet.
    - Essuie-toi ! murmurait Nnô.
    Bien qu’étonné, le jeune homme passa sa main sur son visage. Merlin sourit. Eudes hésita à lui demander pourquoi il lui avait menti, mais se tut.
    - Allez ! fit le mage au bout d’une heure. La pause est terminée. Reprenons la route !
    Il se leva, alla régler les boissons, puis sortit, Eudes et Nnô, toujours invisible, à sa suite.
    Ils traversaient tranquillement LastRoc, quand Nnô poussa soudain Merlin et Eudes dans une petite ruelle sombre annexe à la rue principale.
    - Regarde qui passe ! dit-il au vieil homme.
    Eudes, bien que non-concerné, observa lui aussi. Mais tout ce qu’il vit fut deux passants, une jeune femme à visage de serpent, et un jeune homme avec un long manteau virevoltant autour de lui, tous deux armés. D’ailleurs, la femme fit un clin d’œil destiné à Merlin, mais son compagnon ne se rendit compte de rien.
    - Saura ! fit le mage en retournant dans la rue principale. Elle n’est pas ici pour moi.
    - Elle va espionner la confrérie ! s’écria Nnô. Il faut les prévenir.
    - Parle moins fort, je t’en prie ! Tu veux te faire attraper ?
    Il reprit la route, mais sans poursuivre cette Saura. Eudes les écoutait en silence, des milliers de questions lui venaient à l’esprit, lui torturaient la langue, mais il n’osait pas ouvrir la bouche.
    - Peu importe que Saura écoute ce qui se dise à cette réunion de mollusques inactifs, reprit Merlin. Cela ne lui sera d’aucune utilité.
    - À ton avis, qui était le jeune homme avec elle ?
    - Quelqu’un qui ferait mieux de faire attention à lui s’il veut vivre vieux.
    Quand la nuit tomba, ils étaient sortis de LastRoc, et déjà loin vers l’Ouest, vers la capitale. Nnô était visible à nouveau, et Merlin avait créé un feu autour duquel ils étaient tous les trois assis. Avec l’obscurité, les langues se délièrent, en particulier celle d’Eudes.
    - Mage, quel est votre nom ?
    - Ne te l’ai-je pas déjà donné ?
    - Si, Merlin, mais votre ami à l’auberge vous appelé d’une autre façon, Myrdinn.
    - Comment t’appelles-tu ? fit Merlin.
    Interloqué par cette question soudaine et absurde, Eudes mit quelques instants à répondre.
    - Je m’appelle Eudes ! ?
    - Et comment t’appelait ta mère ?
    - … le Fier, elle m’appelait.
    - Je pense que tu as compris, le Fier.
    Eudes se tut. Merlin avait plusieurs noms, ou surnoms. Comment n’y avait-il pas pensé avant ? Une bouffée de ridicule lui monta aux joues. Il se sentait stupide, écrasé et rampant devant l’intelligence immense que lui opposait le magicien en face de lui.
    Le feu leur éclairait le visage, et Eudes vit celui, souriant, de Merlin et celui, inquiet du gnome.
    - Merlin, dit ce dernier, ne faudrait-il pas commencer à lui apprendre… ?
    - Pas tout de suite, Nnô, pas tout de suite.
    Ils parlent de moi comme si je n’étais pas là. Combien de temps vais-je les laisser faire ?

    Lur se réveilla avec le soleil, dans la roulotte qu’elle partageait avec Arka depuis trois ans. Chaque matin, elle se demandait pourquoi elle était ici. Le Maître ne lui avait toujours pas fait signe, mais le temps ne signifiait rien pour elle. Lur était prête à attendre toute sa vie pour le rejoindre et partager son trône.
    Elle sortit de l’habitation et s’étira. La rosée mouillait tout, et elle sentit l’humidité s’étendre sur ses pieds nus. Elle frissonna, puis rentra s’habiller à l’intérieur de la roulotte.
    - Lur ? fit Arka, ouvrant ses yeux avec difficulté. Déjà debout !
    - Oui.
    Arka sourit. Elle s’était habituée, en trois années, au mutisme de son sosie. Aucune n’avait beaucoup changé, ni évolué. La seule différence qu’un observateur pouvait remarquer, était la froideur et l’indifférence croissantes de l’une, opposée à la gaieté et l’insouciance constante de l’autre.
    La Grand-mère, sur son lit d’agonie, avait dit à Arka de se méfier d’avantage de celle qui, après tout, n’était qu’une inconnue recueillie par la troupe.
    - Tu sors ? demanda Arka alors qu’elle se levait à son tour.
    - Oui.
    Lur, malgré sa patience, ne pouvait résister à l’envie de revoir le lieu où elle avait passé ses dix-sept premières années d’existence. Elle n’était jamais sortie du palais, et lors de son départ n’avait pas pu explorer Rocbourg, mais ce n’était pas la curiosité qui la poussait vers son paysage d’enfance. C’était plutôt une certaine nostalgie.
    - Tu vas visiter la capitale ? Attends, je viens avec toi. La dernière fois que la caravane est passée par ici, j’avais neuf ans ! T’imagine si je me souviens de quelque chose ! Et il ne faudra pas trop s’approcher du château royal, hein ! Il paraît que ça peut être dangereux !
    - Oui.
    Lur n’avait jamais supporté cette bavarde qui, en revanche, s’était attachée à elle dès leur première rencontre. Dès qu’Arka fut vêtue, elle sortirent de leur roulotte, et s’éloignèrent du campement pour rentrer dans la ville. Elles croisèrent entre-temps un de leurs collègues et amis, qui était l’amant d’Arka. Celle-ci avait des liaisons amoureuses fréquentes mais durables, alors que Lur ne connaissait que les amours d’une nuit, qu’elle exécutait pour ne pas paraître suspecte aux yeux du monde mortel, et dont elle ne tirait aucun plaisir.
    Elles franchirent la porte nord des murailles de Rocbourg et pénétrèrent dans les quartiers pauvres de la ville. La plupart des habitants étaient nécessiteux, mais ceux vivants dans ce petit faubourg l’étaient d’avantage encore. Pourtant, ils avaient été très peu à répondre à la mobilisation de Fetzig, vingt ans auparavant. Mais cela, en passant à côté des toiles et des piquets qui servaient de maison, Lur et Arka l’ignoraient.
    - Qu’est-ce que tu veux voir ? demanda Arka quand elles dépassèrent les premières constructions de bois et de pierre.
    - Comme tu veux, répondit Lur, regardant ailleurs.
    - Très bien, alors trouvons-nous une petite auberge où nous pourrons nous présenter ce soir.
    Elles poussèrent la porte de chez Ellie. Une bonne dame les accueillit chaleureusement.
    - Bonjour les filles ! Entrez, entrez, installez-nous ! Que vous vous ressemblez ! Vous êtes sœurs ?
    Avec un sourire de la part d’Arka, mais sans réponse, elles allèrent s’asseoir. Aussitôt, la femme envoya une jolie serveuse s’occuper d’elles.
    Lur observa la clientèle, exclusivement féminine. Elle s’était entraînée à vivre en société avec les comédiens, cependant ce brutal contact humain dans un lieu clos l’inquiétait malgré elle. On les regardait, sa jumelle et elle. Lur avait envie de tuer tous les yeux posés sur elle.
    - Et pour vous ? Mademoiselle ? Que prenez-vous ?
    - … Rien !
    Arka regarda son amie avec un sourire mi-amusé, mi-agacé.
    - Je me demande si tu as jamais appris à parler !
    La serveuse apporta le Lpurr d’Arka.
    - Que penses-tu de cet endroit pour un petit spectacle ?
    - Regarde le public, commenta Lur.
    - Que des femmes ? Peu importe. On fera en conséquence.
    Elle sirota ensuite son Lpurr en silence, lassée de monologuer.
    Après, chez Ellie, elles se promenèrent vers le centre de la ville, où elles débouchèrent sur la place principale. Elles s’assirent sur la marelle du puits afin de se reposer un peu.
    - Il faudra penser à venir jouer ici aussi, dit Arka. Il y a de la place pour installer notre estrade, et aussi pour une petite foule.
    - Oui.

    - Prête à rentrer aux roulottes ?
    Lur acquiesça avec un geste de la tête, et elles se mirent en route.
    Elles atteignirent le campement des bohémiens près d’une heure et demie plus tard. Elles furent accueillies par une douzaine d’enfants qui adoraient Arka, mais redoutaient Lur. Celle-ci entendit quelqu’un crier son nom.
    - Lur ! Lur ! Tu viens ? Faut répéter le numéro de lancers de couteaux ! T’es attendue !
    - À tout à l’heure, lui lança Arka pendant qu’elle s’éloignait.
    Lur, depuis trois ans, résistait à l’envie de tuer tous ceux qui lui donnaient des ordres, qui la traitaient comme leur égale, qui s’approchaient trop près d’elle. Elle voulait mettre le feu à la caravane, puis rejoindre le Seigneur des Enfers, pour toujours.
    Elle rejoignit le père d’Arka derrière l’une des roulottes, c’était leur lieu d’entraînement. Elle n’en avait pas besoin, mais cela le rassurait car, le jour du spectacle, c’était lui qui était à la place du mannequin, entre les lames.
    Il devait avoir une cinquantaine d’années, et avait les cheveux aussi noirs que ceux de sa fille. Il était en train de placer la poupée contre le bois de la maison-voyageuse quand il l’aperçut.
    - Ah ! Te voilà. Voici tes couteaux. Attends que je me pousse et vas-y.
    Il ne sentit pas le regard noir de Lur contre son dos.
    Elle plongea la main à l’intérieur du sac dans lequel étaient rangées les armes. Elle en retira cinq. Les poignards bien en main entre ses doigts, elle se plaça dos à sa cible.
    - Allez ! s’impatienta le père de son sosie.
    Elle se tourna d’un coup et lança les cinq couteaux en même temps. Ils se plantèrent en un alignement parfait, le premier entre les deux yeux, le second au milieu de la gorge, et ensuite sur le poitrail, le nombril puis à l’emplacement du sexe. Quand elle habitait au palais, Mug-Kla l’autorisait à faire cela sur de véritables êtres humains, vivants. Et il y avait du sang partout.
    - À quoi tu t’amuses ? demanda son partenaire d’un ton calme.
    Sans répondre, elle lança à nouveaux cinq couteaux.

    Gillem s’accroupit près de Saura et jeta un œil par le trou du plancher. La réunion commençait. Il y avait une trentaine de mages autour de la table, plus ou moins habillés comme des Rocquois ordinaires, ils étaient nerveux et impatients. Gillem savait que, malgré la répression de la Reine, ils étaient toujours influents. Son père adoptif parlait régulièrement des décisions du conseil secret des mages. Il assistait donc à présent à un rassemblement important pour l’avenir du pays ?
    - Frères et sœurs, confrères et consœurs ! fit la plus âgée des mages, levant les mains pour réclamer le silence. Nous dédions cette assemblée à Seber, un grand mage. Il est mort assassiné.
    Quelques chuchotements l’interrompirent, mais elle reprit.
    - Observons une minute de silence en son honneur.
    Ils s’exécutèrent. Puis la réunion débuta réellement. La magicienne commença :
    - J’irai droit au but. Nous sommes ici pour décider à qui apporter notre soutien. Nous sommes les plus puissants mages du royaume, c’est à nous de choisir.
    - Myrdinn n’est pas ici ?
    - Je l’ai rencontré, lança un gros homme chauve, mais il n’a pas voulu venir.
    Des exclamations, indignées ou déçues s’élevèrent.
    - Mais, poursuivit rapidement le même mage, il a trouvé l’héritier, et il s’en occupe.
    Un murmure excité suivit le « Ah » d’étonnement et de soulagement. Gillem s’agita un peu, intrigué par ces mystères de sorciers. Il avait souvent entendu ces légendes sur l’Elu, appelé l’ange-roc, c’était normal en tant que fils, même adopté, de Seigneur, en tant que membre de la société rocquoise. Qui n’avait jamais savouré ces discussions de coin du feu ? Mais qui croyait à ces contes ? Les mages, apparemment.
    - Bien, dit la vieille magicienne, que Cabel appelait Vol, mettant fin aux chuchotements. C’est une très bonne nouvelle, et nous en tiendrons compte. Place aux débats à présent. Qui est prêt à aider les Knars pour renverser la Reine ?
    Gillem sentit Saura tressaillir. Il ne savait trop que penser. Qui qu’il résulte de cette assemblée, il ne désirait que prouver son innocence. Se mêler des affaires qui feront l’histoire de Roc ne l’intéressaient pas, il s’enfermait dans son égoïsme. Il ne doutait pas de devoir, pour arriver à ses fins, arracher des aveux de Saura et donc l’affronter, mais cela ne l’inquiétait pas outre mesure.
    De violentes protestations retentirent, et bientôt le calme si difficile à obtenir disparut pour laisser place à un vacarme chaotique. Vol éleva sa vieille voix rêche et tremblante afin de se faire entendre.
    - Quand même !
    Le rouge envahissait petit à petit son visage de pomme trop mûre. Gillem esquissa un sourire amusé, mais inquiet. Il lui semblait entendre des cris de guerre. Les Knars avançaient lentement, du fait de leur nombre, pourtant l’image du château de Kany, en flammes, s’imposait à ses yeux, provoquant une terreur sourde en lui-même. Sa concentration s’envola un instant, puis revint quand un second mage prit la parole :
    - Si nous aidons les Knars, et qu’ils remportent cette guerre, ils ne s’en iront pas si facilement. Adieu l’indépendance de Roc !
    - Mais ce sera le retour de la prospérité ! La nôtre et celle du royaume ! Nous pourrons à nouveau former des élèves, le commerce avec Falaise et Ferrons reprendra !
    - Quoi qu’il en soit, il est tout à fait improbable que les Knars remportent cette guerre si la Reine…
    - C’est pour cette raison que les Knars nécessiteront notre appui !
    - Ne sous-estimons pas leur armée ! ni leurs magiciens !
    Un court silence suivit ces conseils. Puis Vol proposa ensuite la seconde alternative qui leur était offerte.
    - Nous pouvons aussi nous ranger du côté de Mug-Kla, peut-être nous en sera-t-elle reconnaissante.
    - Ne soyez pas aussi naïve ! s’exclama une magicienne.
    - Mais combien de temps Myrdinn mettra-t-il pour former l’héritier, l’ange-roc ? S’il pouvait le faire avant la fin de cette guerre, tout serait réglé avant que nous n’ayons à intercéder !
    - Oui ! Restons neutres ! s’écria un autre en se levant de sa chaise.
    - Nous n’allons quand même pas nous tourner les pouces sans rien faire ?
    - Et pourquoi pas ? Depuis vingt-trois ans nous économisons le peu d’énergie magique que la Reine nous a abandonnée. Personnellement, il ne me reste presque plus rien… avoua un druide.
    Gillem sentit tout à coup sa jambe s’enfoncer, accompagné d’un grand craquement. Une planche cédait sous son poids. Cabel vola à toute vitesse vers la fenêtre, lui criant de s’enfuir, mais il ne voulait pas laisser Saura disparaître de son champ de vision. Les mages se levèrent tous dans la seconde qui suivit.
    - Il y a un espion au-dessus ! s’exclama Vol.
    Aussitôt, trois mages sortirent de la pièce. Saura se dressa d’un bond sur ses pieds. Elle grimpa rapidement aux poutres et s’installa ainsi dans la charpente. Gillem la suivit, mais elle le repoussa d’un violent coup de pied, et il s’étala sur le sol. Il tenta de se remettre debout, mais il se sentit paralysé. Les mages étaient déjà arrivés au grenier et l’immobilisèrent grâce à la magie qui leur restait, de ce que la Reine leur avait arraché une vingtaine d’années auparavant. Cabel voletait autour de lui, impuissante. Un des mages l’attrapa, elle poussa un petit cri, puis se tut.
    Bien perchée, Saura observa la scène sans un mouvement qui puisse trahir sa présence, et ils redescendirent, emmenant leurs deux prisonniers devant le conseil. Elle préféra s’en aller avant que Gillem ne la dénonce. De toute façon, elle en avait assez entendu, ou tout du moins appris quelques renseignements : les mages ne pouvaient rien faire, ils étaient trop divisés, indécis et surtout impuissants. Elle savait que Mug-Kla projetait une riposte de grande envergure contre les Knars, mais Saura ignorait laquelle. Cependant, elle connaissait un moyen, si elle marchait d’un assez bon pas, de l’empêcher de nuire. Saura avait découvert la source principale de la magie de la Reine, et comptait bien l’empêcher de fonctionner.
    Gillem se vit asseoir en face de Vol. Il n’était toujours pas maître de ses mouvements. Cabel, étouffée dans la main d’un mage, lui lançait de grands regards désespérés.
    - Qui es-tu ? lui demanda la porte-parole des sorciers.
    Il sentit l’étau qui lui emprisonnait le corps se relâcher un peu. Tous les regardaient et se taisaient. Il voulut se redresser, mais cela lui était interdit.
    - Je ne suis pas un espion de la Reine. Mon nom est Gillem de Roc de Gorane.
    - Nous n’avons pas de temps à perdre avec lui, Vol, dit le gros mage chauve. Livrons-le aux soldats de Mug-Kla sous un faux prétexte. Ils le prendront sans poser de questions, et l’emmèneront sans jugement.
    Gillem savait que, dans le climat de délation qui régnait dans Roc, beaucoup de personnes se faisaient arrêter sans motif, puis disparaissaient nul ne savait où.
    Incapable de se défendre, il atterrit dans les prisons de LastRoc, où il resta deux jours, avec Cabel qui prit sa forme de moustique afin de se cacher. Le second soir, quand il mangeait sa soupe à l’eau, il s’endormit subitement pour se réveiller après une durée de temps qui lui était inconnue, dans le noir le plus complet.
    - Cabel ?
    - Oui ?
    - Tu peux faire de la lumière ?
    Elle répondit en illuminant soudain le lieu où ils se trouvaient. La petite fée irradiait d’une lumière blanche, vive, qui força Gillem à fermer les yeux quelques instants. Il entendit quelques bruits, grognements ou soupirs, humains. Quand il vit à nouveau, il s’aperçut qu’il était dans une pièce circulaire, entourée de murs de pierre, très haute de plafond. Mais il n’était pas seul dans ce fond de puits, d’autres hommes, de son âge ou plus pour la plupart, rarement moins, croupissaient dans le même état d’hébétude que lui. Il reconnut celui à sa droite, il venait lui aussi des trous de LastRoc.
    Son regard atterrit au centre de la pièce. Il y avait un pain. Curieusement, aucun des autres n’était tombé dessus, dans le noir. Gillem s’avança pour le saisir, mais il se rendit aussitôt compte qu’une chaîne le rattachait au mur. Il regarda le croûton, puis se dit que ça devait être un supplice imaginé par la Reine. Tous les autres prisonniers étaient attachés, contre le mur, comme lui.
    - Bon, on peut dormir maintenant ? cria l’un d’eux, grand, barbu, roux, carré d’épaules et l’air peu engageant.
    - Qu’est-ce qu’on fait ici ? lui répondit Gillem. Pourquoi nous a-t-on transféré d’une prison à celle-ci ?
    - Ici, on travaille, lui lança le barbu, on travaille pour fournir de l’énergie magique à la Reine. Maintenant, éteint ton ver luisant !
    Cabel retrouva d’un coup sa forme habituelle et répondit à l’insulte en brillant avec plus d’intensité encore. Gillem ne lui demanda d'arrêter qu'après avoir repéré la porte, située à dix pieds au-dessus du sol.

  18. #18
    Boddah Invités
    Il y en peu pour l’instant, mais ils prennent de la place!*
    petit oublie... :snif:

    - Peu importe que Saura écoute ce qui se dise à cette réunion de mollusques inactifs, reprit Merlin. Ça ne lui sera d’aucune utilité.
    juste comme ça, après tu en fais ce que tu veux!! j'aurais dit:
    -peu importe que saura écoute ce qui se dit à cette réunion de mollusques inactifs, reprit merlin. Cela ne lui sera d'aucune utilité.
    Car "ça" fait trop barbare pour un mage de son rang...je pense que qu'il faut que ses dialogues soivent très pointues pour donner de son ampleur, non?
    Une bouffée de ridicule lui monta aux joues. Il se sentait stupide, écrasé et rampant devant l’intelligence immense que lui opposait le magicien en face de lui.
    ce qui confirme que le mage doit avoir une certaine prestance dans ses paroles!!

    Pour Lur:
    était la froideur et l’indifférence croissantes de l’une
    C’était plutôt une certaine nostalgie.*
    Aurait-elle alors des sentiments cachés? :heu:

    sinon que du bon!! (juste quelques erreurs de frappes, enfin c'est pas trop important!!)donc *la suite, la suite*

  19. #19
    Cristal Invités
    merci tock pour ton avis
    j'ai modifié le passage selon ton avis en effet c'est mieux !

  20. #20
    Boddah Invités
    Bah de rien!!
    tant qu'à lire ce que tu écris autant te donner un avis qui peut servir!!
    après comme c'est ton oeuvre, c'est à toi de voir si ça peut l'améliorer ou pas!!
    sinon à quand la suite ma petite Cristal?

  21. #21
    Cristal Invités
    lol c'est justement pour l'améliorer que je met cette histoire ici et tes commentaires sont bien utiles et encourageants!
    je vais peut-être attendre la fin du week-end pour mettre le chapitre 5

  22. #22
    Cristal Invités
    finalement je mets le chapitre 5 un peu plus tôt que prévu, pr que ceux qui porfitent du dimanche pour passer leur journée dans les forums puissent le lire

    ------------------------
    Chapitre 5

    Mug-Kla arriva devant la Faille, le troisième jour qui suivait son départ de Rocbourg. Dès qu’elle mit pied à terre, elle invoqua le Maître, qui se montra au milieu de flammes aussi hautes que lui. Il avait pris son apparence de Minotaure et rien dans la mémoire de la Reine, n’était plus impressionnant que sa présence. Cependant, elle le savait son débiteur, et elle parla donc la première, usant de tout son charme, de sa puissance et de sa ruse.
    - Seigneur des Enfers, je suis dans le besoin. Lur est prête…
    - Lur n’est plus son nom.
    La Reine se tut un instant, déconcertée par cette remarque. Le nouveau nom donné par le maître à sa fille était inscrit sur le médaillon qui l’accompagnait. Mais elle ne pouvait pas le consulter. Les trois syllabes résonnèrent soudain dans son esprit, et elle les prononça mécaniquement.
    - Aestania. Voici trois ans qu’elle patiente. Elle est prête à recevoir une partie de ton autorité.
    Elle marqua une pause pour vérifier s’il l’écoutait réellement. Puis continua :
    - Mon pays est envahi, et j’ai donc besoin d’une armée pour le défendre. Tu peux me la fournir.
    - Où est mon intérêt ?
    - Aestania en prendra le commandement. Ça la renforcera pour monter sur le trône de ton empire ensuite…
    - C’est tout ?
    - Ça suffira.
    Mug-Kla se savait en train de jouer une carte risquée, mais ne craignait pas les conséquences. Elle ne pouvait pas perdre.
    - D’accord.
    Le Maître disparut d’un coup à l’intérieur du gouffre. Dès que la dernière flamme eut disparu, l’obscurité envahit le ciel, et Mug-Kla attendit que, un à un, les morts sortent du ventre de la Terre. Les horribles cris cessèrent peu à peu. Puis leur Roi se présenta de nouveau à elle.
    - Voici mon armée. Ils n’obéiront qu’à Aestania. Et jusqu’à ce qu’ils la trouvent, ils seront incontrôlables.
    Elle acquiesça, et regarda l’armée des morts s’en aller, désordonnée, pour dévaster son peuple à la recherche de leur chef.
    Ensuite elle monta en selle et galopa vers Rocbourg.

    Saura s’arrêta de marcher quand le noir la surprit. Elle ignorait le pourquoi de cette nuit prématurée.
    Tous les mages de Roc, où qu’ils fussent cachés, s’affaissèrent soudain dès qu’il aperçurent la couleur sombre du ciel. La Reine venait perpétrer l’acte barbare dont ils n’avaient jamais douté qu’elle accomplirait. Ils l’avaient prévu.
    Eudes eut beau demander, quémander des explications à Merlin et Nnô, qui évidemment savaient d’où venait cette obscurité soudaine, il n’obtint rien et continua à avancer en silence.
    Les magiciens qui travaillaient dans l’armée knare se réunirent immédiatement afin d’analyser l’événement.
    Lur ressentit l’appel du Maître. Il avait besoin d’elle. Elle se leva. Arka, à ses côtés divertissait les enfants en leur contant des histoires de bohème. Elle dut s’interrompre dès qu’ils crièrent leur angoisse. Elle tentait, en vain, de les rassurer, quand le soleil reparut. Mais Lur n’était plus là.
    Arka l’attendit un moment. Elle s’inquiéta trois jours durant, guettant son retour. Cependant, lorsque l’avant-garde de l’armée des morts pointa à l’horizon, elle alla, avec tout le reste de la troupe, s’enfermer dans Rocbourg. L’esprit occupé par cette vision de chaos, au milieu de la foule paniquée, elle se mit à chercher son sosie dans la ville.

    Eudes ne pouvait plus penser à rien d’autre qu’à ses pieds. Il marchait depuis une éternité déjà, lui semblait-il. Depuis le lever du soleil en réalité.
    Cette fois-ci, cependant, il possédait une indication. Ils se dirigeaient tous les trois vers « Le Lac du Destin ». Après l’avoir atteint, et seulement après cette étape, il aurait droit à toutes les réponses, « mais pas à toutes les questions », avait mystérieusement ajouté Merlin.
    La douleur et la fatigue l’empêchaient de se concentrer, et son regard oscillait constamment entre le paysage boisé et son bras, que le poison rongeait jour après jour. Il se souvenait de Merlin lui révélant « tu as un an pour vivre ». Si quelqu’un pouvait le sauver de la mort rapide qui l’attendait, c’était le mage. Ou Nnô, car il n’oubliait pas les gnomes qui lui avaient jeté ce sort. Malheureusement, aucun de ses deux compagnons de route ne paraissait réellement préoccupé par son problème.
    - Dans combien de temps serons-nous au Lac du Destin ? demanda-t-il, tout son corps suppliant de cesser cette torture infligée à ses pieds.
    - Pas tout de suite, répondit Nnô.
    - Quand va-t-on faire une pause ? enchaîna Eudes.
    Pressentant la suite de la discussion, aucun de ses deux guides ne lui répondit. Un instant, il hésita à s’arrêter, à ne plus les suivre. Mais depuis qu’il avait posé un pied hors de sa forêt maternelle, trop d’interrogations le bouleversaient. Et retourner à sa solitude primaire n’y répondrait pas.
    Par exemple, qui, sauf un mage, pourrait connaître la raison de la grande obscurité qui l’avait tant effrayé ? Et qui le guérirait du mal qui, il le sentait, l’affaiblissait peu à peu ?
    Une fois de plus, Eudes avait entendu, le soir, le gnome et Merlin débattre à ce propos :
    - Toi et les autres avez réagi trop impulsivement ! s’énerva Merlin. Qu’adviendra-t-il s’il meurt ?
    - Tu ne parles plus avec sagesse, Myrdinn ! s’écria Nnô. Il est trop tard pour regretter. Et puis… tu sais qui peut enlever notre venin. Nous n’avons qu’à lui rendre visite !
    - Nnô… Nous n’avons pas de temps !
    - Alors cesse d’en parler, magicien ! C’est à toi de faire un choix !
    Et Merlin s’était mis à pleurer.
    L’esprit d’Eudes semblait s’être ouvert, éveillé. Sa rencontre avec Merlin l’avait ouvert sur le reste du monde. Son intelligence lui paraissait-il, s’en était retrouvée décuplée. Il avait compris qu’il avait un rôle à jouer. D’un côté, déjà, la peur de ne pas réussir ; que savait-il faire ? Rien à son avis. De l’autre, grandir, mûrir, être utile ; on avait besoin de lui.
    Ses jambes étaient lourdes. La faim se manifesta. Il ne trouvait plus aucune source d’énergie où puiser pour avancer. Ses cheveux gras tombaient dans son cou, il réclama un peu d’eau, pour continuer.
    Pourquoi est-ce qu’ils m’infligent ce supplice ?
    Merlin et Nnô marchaient d’une allure vive, et plus le temps passait, plus ils creusaient l’écart d’avec Eudes.
    Quand le soleil fut à la moitié de sa course décroissante, ils s’arrêtèrent. Sans faire un pas de plus, Eudes s’écroula au sol.
    Après réflexion, il se redressa sur ses coudes. Pour exiger des explications.
    - Qu’est-ce qui vous a pris de ma faire transpirer ainsi ? Je ne suis ni un mage, ni une créature magique. Je croyais que vous deviez me ménager !
    Nnô eut un rire forcé. Lui et le plus puissant des mages portaient la tête basse. Sans en comprendre la raison, Eudes sut que ce n’était pas par remords.
    - Expliquez-moi ! J’existe ! Vous n’êtes pas les seuls êtres vivants ici ! cria-t-il.
    Nnô tourna soudain son regard vers lui, et la croûte noire sur son bras lança à travers tout son corps une couleur inconcevable. Merlin se jeta sur le gnome avec une vivacité dont le garçon ne l’aurait jamais cru capable. Le vieil homme et la créature se battirent dans un combat étrangement inégal, et Eudes les observa sans bouger, sans intervenir.
    Le combat cessa vite, et un autre échange, tout aussi étrange et aussi intense lui succéda. Ils ne disaient rien, mais leurs regards se battaient pour eux. Soudain, Merlin fit un grand geste du bras, l’ouvrant sur le côté d’un coup, et une force invisible propulsa le gnome cent pieds plus loin.
    La douleur qui traversait Eudes se calma. Mais quand il regarda son bras, toute une partie de la chair avait disparu comme si un loup l’avait choisi comme repas, et la croûte noire recouvrait le membre entier, de l’épaule jusqu’à la moitié de la main. Aucune trace de sang n’était visible, l’os avait disparu avec la chair, mais il voyait les extrémités qui dépassaient, celle du poignet à peine encore retenue par les tendons.
    Paniqué, écœuré, n’ayant même plus la force de se demander « pourquoi », Eudes alla vomir un peu plus loin. Puis il revint s’installer auprès du feu que Merlin avait créé. Avant de s’endormir, le ventre creux, malgré la lumière encore persistante, il hésita à remercier le mage.
    Il m’a fait souffrir toute la journée. Il rembourse une partie de sa dette.
    Et le sommeil, lui faisant oublier ses doutes et ses douleurs, le submergea. Il ne fut pas pour autant reposant, car bientôt plusieurs rêves l’assaillirent.
    Il vit tout d’abord des soldats. Ils étaient vêtus de noir. Ils poursuivaient quelqu’un. Ils ne parlaient pas, mais Eudes savait qu’ils communiquaient entre eux. Et ils communiquaient avec quelqu’un d’autre aussi. Une personne cachée, plus loin, leur chef. Eudes devait découvrir qui les dirigeait, et surtout qui ils chassaient. Car leur proie était liée à lui. Il ignorait encore de quelle façon, mais ils accompliraient une partie de leur destin ensemble. Un grand destin.
    Effrayé, dans son inconscient, par ces soldats noirs, il s’enfuit de la scène et déboucha dans une charrette, recouverte d’un toit de toile, tirée par un cheval qui avançait lentement. En face de lui, un vide, immense, qui l’attirait et le répugnait à la fois. On lui demandait de se décider entre « ici ou là-bas ». Mais pour ne pas avoir à choisir, il s’enfuit de nouveau. Il atterrit sur une femme. Cette femme, il l’avait déjà vue, dans LastRoc. Elle parut aussi étonnée que lui de l’apercevoir.
    - Que fais-tu dans mon rêve ? dit-elle d’un ton agressif.
    - Je pourrais te renvoyer la question, Saura.
    Quelqu’un d’autre avait répondu à sa place, mais en parlant par sa bouche. Il savait à présent qu’il avait besoin de cette femme pour accomplir son destin. Mais il ne savait pas ce que ce dernier lui réservait comme avenir.
    - Peut-être… Tu es l’Elu, n’est-ce pas ? l’ange-roc ?demanda Saura. Nos chemins se ressemblent.
    - Je n’en suis pas certain. En revanche, je sais qu’ils sont parallèles.
    Encore une fois, Eudes n’avait pas parlé volontairement. Il ne faisait pas confiance à cet être inconnu qui l’habitait, bien qu’il ne doutât pas que cette scène fut un rêve.
    - Tu sais beaucoup de choses, Elu… Moi aussi. Concluons un marché. La même vengeance envers la Reine nous habite. Je te propose de tuer Mug-Kla, pendant que je m’occuperai de sa fille. Qu’en penses-tu ?
    - Cela va m’aider dans ma tâche, qui est d’éliminer la Reine. Je suis d’accord, bien que je ne voie pas ce que tu y gagnes…
    - Je prendrai le trône laissé vacant par Mug-Kla.
    - Le trône me revient ! s’exclama l’inconnu utilisant Eudes.
    - Jamais je ne te le laisserai ! cracha Saura. Comment feras-tu pour y monter ? C’est un trône magique, laisse-moi te le rappeler ! Il faut faire partie de la famille des Hauts-Rocs, et être élu par le conseil de Roc pour pouvoir être accepté par le trône !
    Eudes avait envie de s’enfuir encore une fois, mais celui qui vivait dans son corps ne voulait pas s’en aller. De toute façon, Eudes ignorait comment partir, il était dans un rêve, et ne pouvait diriger la manière dont se déroulaient les événements.
    - Je suis en train de me réveiller, constata Saura après un instant de silence absolu, mais nous nous reverrons. En attendant de nous disputer le trône, n’oublie pas de remplir ta part du marché.
    - Toi de même.
    Merlin, devant lui, conversait avec Nnô comme s’il ne s’était rien passé la veille.
    Eudes avait dormi longtemps. Il se sentait reposé, mais la faim lui tordait le ventre. Avant qu’il ne prononce une plainte, Merlin lui lança un morceau de viande séchée, dans lequel il s’empressa de mordre.
    Comme un chien, pensa-t-il.
    Un filet de honte s’étendit en lui, en partant de sa nuque, puis transperça son cœur jusqu’à ses pieds.
    Il y avait des chiens errants dans sa forêt. Ils tournaient autour de sa cabane, sentant une chaleur humaine, et il leur lançait des restes de ses chasses comme venait de faire le mage.
    Eudes n’était pas habitué à la vie en société. Il savait que d’autres humains existaient, parce que sa mère le lui avait rappelé avant de mourir, quand il avait huit ans.
    Le rêve de la veille lui revint soudain en mémoire. Il décida de dissimuler le dialogue avec la jeune femme. Que diraient le mage et le gnome, s’il leur avouait qu’une créature vivant à l’intérieur de lui-même pouvait soudain parler à sa place ?
    - Vous savez que nous sommes poursuivis ? risqua-t-il.
    - Oui.
    Donc son rêve lui avait envoyé un message. La première scène s’avérait être prémonitoire. Qu’en était-il des autres images ?
    - Et vous savez qui ces soldats poursuivent ? Et pourquoi ?
    - Les soldats ! murmura Merlin, elle a envoyé les soldats noirs !
    Nnô et Eudes le fixèrent avec curiosité, et avec peur aussi. Si Merlin tremblait devant ces inconnus, cela signifiait qu’ils n’étaient pas n’importe qui.
    - En route ! fit Merlin. Ne traînons pas.
    Il ne consentit à parler qu’après avoir quitté leur campement.
    - Tout d’abord, dit-il, de quelle façon as-tu su qu’on nous chassait ?
    - Je les ai vus en rêve, expliqua Eudes.
    Nnô émit un couinement qui ressemblait, selon le jeune homme, à un cri de satisfaction étouffé. Essayant de ne pas en tenir compte, Eudes questionna le mage à leur sujet.
    - Qui poursuivent-ils ? Qui les envoie ? Vous effraient-ils réellement ?
    Merlin regarda le gnome, qui eut un mouvement d’épaules. Le vieil homme parut décider de se taire. Une pulsion de violence parcourut Eudes. Mais le gnome l’effrayait. Il regarda la chair rongée de son bras, et tenta de ménager ses paroles.
    - Est-ce vous qu’ils cherchent, Merlin ? Ou moi ? Si l’on atteint le Lac avant qu’ils nous rattrapent, serons-nous saufs ?
    - Tu commences à réfléchir, lança Nnô de sa voix nasillarde.
    - Tu ne vas pas t’en plaindre, j’espère ! répliqua Eudes, mais il mangea la fin de sa phrase avec la soudaine peur d’énerver le gnome.
    Celui-ci lui jeta un regard mauvais, cependant il se contenta de déclarer qu’il était temps.
    Comme Merlin ne répondait toujours pas, plongé dans ses pensées et un drôle de rictus aux lèvres, Eudes tenta d’aborder un autre sujet.
    - Dans combien de temps arriverons-nous au Lac du Destin ?
    - Demain soir.
    Puis Eudes se tut. Il continua à avancer, malgré le déséquilibre que lui causait son bras droit.

    Arka n’eut pas le temps de fouiller deux rues que les soldats de l’armée des morts détruisirent l’enceinte de la ville et commencèrent les ravages. Elle ne put que courir, au milieu de la foule, courir pour s’enfuir. Mais elle ne se sentait pas diriger ses mouvements, elle ne pouvait que se laisser faire au milieu des autres. Elle quitta de cette façon le quartier pauvre, le bidonville de Rocbourg, mais un point de côté se fit sentir, et l’air se raréfia. Au bout des quelques minutes d’essoufflement, elle finit par atteindre l’étouffement, mais à l’instant où elle se sentit défaillir, la foule déboucha sur la grand' place de Rocbourg. Elle eut le temps de se réfugier sur le seuil d’une maison avant qu’un autre flot de personnes n’arrive.
    Arka, tout en reprenant sa respiration, observait et écoutait. Des cris retentissaient déjà, des cris d’hommes, de femmes, qui pleuraient ou qui se battaient, mais aussi des cris qu’elle n’avait jamais entendus auparavant, des cris de morts.
    Elle vérifia si sa dague était toujours bien accrochée dans son dos. Elle s’en servait beaucoup moins bien que Lur, cependant elle savait l’utiliser.
    Deux hommes armés passèrent devant elle dans le sens de l’exode. Arka entendit une bribe de leur conversation.
    - Si ces zombies sont à la solde des Knars, nous sommes perdus.
    - S’ils peuvent tuer la Reine, répondit l’autre, nous sommes sauvés.
    Même s’ils peuvent tuer la Reine, pensa la comédienne, dans quel état se relèvera Roc ensuite ?
    Elle saisit un autre dialogue, deux femmes cette fois-ci :
    - J’ai vu mon fils !
    - Mais… Il était…
    - Je l’ai vu parmi les zombies !
    Et la femme fondit en larmes, qu’Arka ne sut distinguer entre l’horreur ou la surprise. Soudain, Arka aperçut Lur parmi la foule. Elle allait à contre-courant. Arka cria afin de se faire remarquer, mais ce fut d’une inutilité totale. Elle se jeta donc au milieu des gens, à nouveau, seulement elle dut avancer dans le sens inverse de la fuite. La seule chose qui comptait pour elle était de ne pas perdre sa jumelle de vue.
    C’était presque de l’amour que la bohémienne éprouvait envers Lur. Cette froideur antipathique qui émanait d’elle l’attirait. Depuis le premier regard. Arka se rendait compte que Lur portait un secret en elle, et plusieurs fois elle avait tenté de l’en libérer, autant par curiosité que par amitié. Arka essaya plusieurs fois aussi de lui apprendre à sourire, à être agréable, peine perdue. Mais elle continua cependant de l’aimer, elle passait la plupart de son temps avec elle, délaissant ses autres amies, lui confiant ses désirs les plus intimes. Jamais Lur ne l’aima en retour, mais jamais non plus ne la repoussa-t-elle. Alors Arka persévéra. Jusqu’à cette disparition soudaine, qu’elle ne comprit pas, et qui lui permit de se rendre compte qu’elle n’avait pas réussi à comprendre son sosie. Mais cette apparition tout aussi imprévue lui fit oublier ses légères remises en question.
    Elle avait des difficultés à avancer, à se glisser entre les Rocquois alors que Lur progressait toujours aussi vite. Arka hurla son nom encore une fois, en vain. Elle poussa une femme qui courait en hurlant sa peur, afin de pouvoir rattraper Lur.
    Elles atteignirent le quartier pauvre, où les morts dévastaient tout, quelques cadavres jonchaient le sol, mais il y avait peu de victimes apparemment, les dégâts semblant surtout matériels. Il n’y avait plus personne dans les rues, tous avaient déserté leurs « maisons ».
    Quand un premier mort-vivant vit Lur, il poussa un long cri perçant, puis s’agenouilla devant elle.
    Cachée au coin d’une rue, Arka observa le tableau. Les soldats du chaos accouraient tous et bientôt, la rue dans laquelle elles se tenaient seules quelques instants plus tôt se retrouva remplie de cadavres debout, avec des bouts de peau ça et là, quelques os encore attachés entre eux, ou plutôt, rattachés pour l’occasion par la plus puissante magie du Royaume. Ces cadavres étaient tous à genoux devant Lur, et, faisant abstraction des bruits de foules cent cinquante toises plus loin, un étrange silence faisait loi. Alors le premier mort rencontré prit la parole ;
    - Nous vous cherchions, princesse Aestania.
    - Oui ! répondit « Lur » ? d’une voix qu’Arka ne lui avait jamais entendue. Je suis votre Princesse et je vous commande désormais. Nous allons marcher à la rencontre des Knars, et les tuer tous jusqu’au dernier ! Quand ma mission sera accomplie, je vous guiderai aux Enfers où je régnerai sur vous !
    De longs hurlements, atroces, transpercèrent l’atmosphère. Puis l’armée du Chaos, sous la direction d’Aestania, partit vers l’Ouest vers la frontière knare. Les morts déboulaient dans les ruelles, traversaient, ou passaient par-dessus les maisons, saccageaient tout ce qui leur passait sous la main, mais ils étaient en route.
    Quand le dernier d’entre eux fut parti, Arka laissa éclater les sanglots qu’elle refoulait dans sa gorge. La personne qu’elle estimait le plus dans sa courte vie était la cruauté personnifiée, la souveraine des morts-vivants…
    Et si elle pensait œuvrer pour le bien ? Il faut que je la retrouve. Que je lui parle.
    Elle essuya ses joues, mais d’autres larmes couvrirent sa main. Elle fit un pas à découvert, dans la rue principale du quartier pauvre, mais elle aperçut un cavalier, sui venait d’entrer dans la ville en passant par-dessus les ruines des remparts, détruits antérieurement par les membres de l’armée du Chaos. Avant qu’elle put réagir, le cavalier –c’était en réalité une cavalière- était devant elle.
    La femme devait avoir dépassé sa quarantaine, elle était d’un physique indifférent, peu remarquable, mais avec la peau typiquement foncée des habitants de Roc. Et elle dévisageait Arka avec une surprise et une colère non dissimulées. Elle mit pied à terre.
    - Qui es-tu ! demanda-t-elle. Quel est ton nom ?
    - Je… Arka… Lur… je ne sais plus… répondit Arka, sentant une force l’encercler, et qu’elle préférait ne pas contrarier.

    La Reine hésita à foudroyer cette fille sur-le-champ. Mais elle ne pouvait pas se le permettre, si jamais c’était réellement Lur. Mais si Lur était la jeune femme blêmissante à ses pieds, qui venait de prendre le contrôle de l’armée du Chaos ?
    - Tu me reconnais ? demanda Mug-Kla.
    - Non… je devrais ?
    Comment Lur aurait-elle pu perdre la mémoire ? Il n’y a eu aucune erreur dans son éducation !
    La reine sentit une goutte de sueur à sa tempe. Sans Lur, comment atteindre son but ? Tout devait être accompli cette année, pas plus tard. À moins qu’elle n’arrive à tromper le Maître.
    Mais si cette fille n’est pas Lur, alors tout va bien.
    Cependant, la Reine avait étudié la magie trop longtemps pour ne pas prendre en compte un signe tel que cette ressemblance. Elle pouvait toujours emmener la fille au palais et lui faire boire des potions de vérité qui, si elle était Lur, lui feront retrouver la mémoire.
    Elle pouvait bien lui passer ce médaillon offert par le Maître à Lur trois ans plus tôt, et voir si jamais une réaction magique se produisait. Mais elle-même n’avait jamais réussi à en tirer quelque chose, pas même une source d’énergie. Alors…
    - Excusez-moi, fit soudain l’inconnue qui était peut-être sa fille, je peux vous emprunter votre cheval ?
    - Tais-toi, idiote ! Tu viens avec moi !

    Arka réagit aussitôt. Elle avait grandi dans le monde des troupes ambulantes, agréable, certes, mais rempli de coups bas, de concurrence et de jalousies. Elle sauta en selle et lança le cheval au galop.
    Du moins, elle en eut l’impression, car en réalité la Reine contrôlait son esprit. Arka était bien à cheval, mais elle ne bougeait pas d’un pouce. Seules les images que la Reine lui envoyait lui faisaient croire qu’elle était déjà loin.
    Pendant qu’elle la contrôlait, Mug-Kla réfléchissait. Elle pouvait, grâce à la voyance de Steban, s’assurer de qui commandait l’armée du Chaos. Si c’était bien Aestania, alors, que lui importait cette fille ? Il serait bien temps de s’en occuper après son triomphe. Et si Lur se trouvait à ses côtés en ce moment, alors il lui faudrait au plus vite élaborer un nouveau plan, et alors sa fille ne lui était plus d’aucune utilité.
    Mug-Kla relâcha alors Arka, qui s’étonna quelque peu de passer une seconde fois par le même chemin, mais ne s’en inquiéta pas outre mesure. La Reine lui fit cadeau du cheval, puis remonta à pied dans son château.

    Le chef des gardes l’accueillit. Elle lui ordonna d’envoyer des soldats ramasser les corps fraîchement privés de vie dans la ville et d’aller les jeter ensuite dans la Faille.
    - Faut-il réunir la cour, Majesté ?
    - Inutile. Une armée est en route pour massacrer les Knars. Nous pouvons considérer la guerre comme terminée.
    À moins qu’Aestania ne soit pas aux commandes.
    Le chef des gardes ne put s’empêcher de se demander s’il ne valait pas mieux le passage des Knars que celui de cette armée soit disant salvatrice. Et il avait cru pouvoir se voir confier le commandement des nouvelles troupes ramenées par la Reine. Sa déception était sans égale.
    - Je dois m’entretenir avec mon fil. Que personne ne nous dérange.
    - Je vais faire passer le message aux domestiques, ma Reine.
    Il aimait bien son rôle qui ressemblait à celui d’un maître d’hôtel. Il se sentait utile et digne de confiance.
    Ils se séparèrent. Mug-Kla entra quelques minutes plus tard dans la chambre de Steban.
    Celui-ci était en transe. Installé dans son trône personnel, destiné à le faire patienter, ses mains agrippaient les accoudoirs, ses cheveux électrisés flottaient autour de son visage, et l’on ne voyait que le blanc pur de ses yeux.
    Mug-Kla attendit, émue devant un pouvoir déjà si énorme, qu’il revienne dans la réalité.
    Soudain, ses yeux se retrouvèrent dans leurs orbites pour reprendre une position plus naturelle.
    - Mère, dit-il. Je viens de contacter les soldats noirs. Ils sont proches de leur but.
    - Bien.

    Dame Nature n’avait offert à Saura ni la beauté ni l’imagination. Mais la chance lui avait accordé un sens de l’équilibre hors du commun, et elle avait hérité de son père une grande intelligence. C’était avec ces deux avantages qu’elle comptait priver la Reine de son pouvoir.
    Saura venait d’apercevoir le haut du phare d’Idisk. Elle avait d’abord porté ses soupçons sur ce lieu car elle s’était demandé quelle pouvait être l’utilité d’une tour au milieu d’un espace naturel jamais souillé tel que celui où elle se trouvait. On l’appelait le champ des collines, pour les vallonnements qui parcouraient la plaine. Elle commençait d’ailleurs à sentir ses muscles se tendre, à force de monter et de descendre.
    Elle avait donc observé ce phare, qui n’avait de phare que la lumière brillant à intervalles irréguliers à son sommet, car il n’était proche d’aucune mer et ne guidait donc aucun navire.
    Or, la lumière qu’émettait cette tour n’était pas, soupçonnait Saura, une lumière ordinaire. Ses sombres activités se devaient de faire partie d’un réseau d’espionnage, où toutes les informations, tous les événements des plus importants aux plus anodins, circulaient entre ses membres. Saura avait ainsi pu constater que toutes les fois où le phare illuminait les environs, correspondaient à l’utilisation de la magie, mais pas par n’importe qui, par la Reine uniquement. Mais un événement récent renversait en partie sa théorie. Quand l’obscurité avait recouvert le ciel, rien n’avait brillé dans le champ des collines, alors que pour une action magique de cette ampleur, la Reine avait forcément eu besoin d’une source d’énergie.
    Cela pouvait signifier deux choses, pensa Saura, l’une, qu’elle s’était trompée de part en part, mais dans ce cas, à quoi servait le phare d’Idisk ? l’autre, que la Reine n’était pas à l’origine de cette nuit en plein jour. Là se trouvait une interrogation plus importante : qui possédait alors un tel pouvoir ? Merlin ? S’il était le seul mage que la Reine n’avait pas réussi à priver de ses pouvoirs, il n’était pas Mug-Kla pour autant. L’Elu ? dont on entendait tant parler depuis peu ? Quoi qu’il en soit, elle désirait faire cesser les activités de cette tour.
    Ce n’était pas que le chaos instauré par la Reine ne lui profitait pas, non, bien au contraire. Sa profession était en plein essor et bénéficiait d’une bonne situation. Mais pour avoir rencontré Mug-Kla, saura savait qu’il n’était que trop temps de limiter son pouvoir.
    Et elle ferait n’importe quoi pour arrêter Mug-Kla. Tous les principes de Saura reposaient sur la vengeance. Sa vengeance.
    Il lui fallut deux heures encore pour arriver au pied du phare.
    Saura observa l’édifice. C’était inutile de vouloir y grimper : l’Idisk faisait près de cent pieds de haut, et les murs construits d’une pierre lisse n’allaient pas l’aider. De plus, il n’y avait aucune fenêtre.
    La meilleure stratégie consistait donc à attendre que les portes s’ouvrissent pour laisser passer quelqu’un, puis s'y engouffrer.
    Saura attendit une journée, tapie au pied de la tour. Elle eut ainsi le temps de réfléchir tranquillement à ce rêve qu’elle avait fait l’autre nuit. Elle ne se souvenait que rarement de ses rêves, et lorsque cela arrivait, elle ne faisait que des cauchemars : elle voyait les gens qu’elle avait tués, ses parents et son frère morts. Mais celui-ci représentait une rencontre avec l’Elu.
    Elle tiendrait sa part du contrat. D’après les renseignements que Donostian, un espion jouant double jeu au palais, lui avait fourni, la Reine avait placé beaucoup d’espoirs dans sa fille, Lur. Les espoirs que son destin lui offrait.
    L’occasion d’entrer dans le phare ne se présenta qu’en début d’après-midi. Saura entendit un galop de chevaux, des crissements de roues, et des voix d’hommes. Elle craignit d’abord une poignée d’éclaireurs knars. Puis elle se dit que si les envahisseurs se chargeaient de détruire le phare, c’étaient toujours des risques en moins pour elle. Mais comme elle vit une charrette, bâchée, arriver entre les collines, dirigée par deux soldats de la Reine, elle abandonna cet espoir.
    La charrette n’entra pas à l’intérieur de l’Idisk. Les gardes commencèrent à décharger leur cargaison, qui était constituée d’hommes dans la force de l’âge, tous assommés, incapables de réagir, mais vivants. C’était donc ici qu’atterrissaient tous les disparus recensés dans Roc. Les parents de victimes pouvaient toujours se plaindre, jamais ils ne reverraient leurs proches.
    Mais peu lui importait. Elle tua les deux soldats et entra dans le phare. Elle s’étonna qu’il n’y ait personne pour les accueillir. Tout ce qu’elle vit dans la salle d’entrée fut deux escaliers, un montant, l’autre descendant dans les entrailles de la Terre. La lumière qui éclairait le phare était une lumière bleutée, qui n’était certainement pas naturelle. Cela l’intriguait qu’une dépense de magie soit faite dans un tel lieu.
    Une voix rompit l’étrange silence qui régnait. Elle venait de la gauche de Saura, où celle-ci aperçut un trou dans le mur, juste assez grand pour accueillir un homme. Elle y plongea la tête et ne vit pas de fond.
    - C’est tout ce que vous avez ? cria la voix, masculine. Un seul ?
    - Ça arrive ! répondit Saura. ‘Y en a un qui a du mal à passer !
    - D’accord, mais dépêchez-vous !
    Elle se dépêcha de monter les escaliers.

  23. #23
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    Ouais, très bien ! Je comprends pas trop pourquoi les éditeurs ont refusé... :sad:
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  24. #24
    Cristal Invités
    peut-être parce que ce n'est pas encore assez bien ?! :lunette: :notme2: en tt cas merci d'avoir pris la peine de lire :happy:

  25. #25
    Sharku Invités
    Purée elle claque ton histoire t'as pas une suite.Vraiment un travail de proffesionnel.moi aussi je comprends pas le refus de l'editeur. :sad:

  26. #26
    Cristal Invités
    merci pour les compliments :blush: :happy: c'est vraiment sympa ! mais on est jamais ds la tête des éditeurs...

  27. #27
    Boddah Invités
    Eudes eut beau demander, quémander des explications à Merlin et Nnô
    Gniiii? :8: :timide:

    - Je dois m’entretenir avec mon fil
    petit oublie!!

    laisser passer quelqu’un, puis s’engouffrer dans le phare
    Pour éviter une trop lourde utilisation de "phare" j'aurais plutôt dit:
    puis s'engouffrer dedans non? :lunette:

    c'est clair, je trouve que tu utilises un tant soit trop "phare"!!

    Mise à part ça, la même qualité de texte, est présente, et c'est vraiment toujours un plaisir de lire et de se plonger dans ton histoire!!! j'adore!!!
    *la suite, la suite* :happy:


  28. #28
    Cristal Invités
    j'ai modifié la répétition de "phare" c'est vrai que c'était un peu lourd mais j'ai mis "puis s'y engouffrer" en tt cas merci :happy: !!
    voilà le chapitre 6 !! c'ets mon chapitre préféré alors bonne lecture (j'espère ! )
    --------------
    Chapitre 6

    Gillem entendit un petit cliquetis le réveiller. Il ouvrit les yeux mais la lumière le força à les refermer. La porte qu’il avait remarquée la veille était grande ouverte, et une échelle reliait la prison à l’extérieur. Deux hommes défaisaient les menottes aux pieds de ses compagnons de cellule. Cabel se cacha aussitôt.
    - Allez ! debout ! Les anciens, vous montrez aux nouveaux le fonctionnement de la maison !
    Gillem ne put s’empêcher de remarquer que certains étaient morts durant la nuit.
    Voyant que nul ne touchait au quignon de pain, il s’en approcha, mais le baraqué de la veille l’en détourna d’un coup dans les côtes.
    - Va revoir tes bonnes manières ! réagit Gillem, encouragé par Cabel.
    - Excuse-toi, répondit l’homme. Regarde plutôt.
    Celui que Gillem avait rencontré dans les cages de LastRoc venait de se comporter exactement comme lui, mais, faute d’obstacles, s’était saisi de la miche.
    Immédiatement, l’un des deux hommes sortit un fouet et commença à le battre à mort. Gillem se garda bien d’intervenir. S’il fallait organiser une révolution, ça serait plus tard.
    - Merci, fit-il à son protecteur. Je me nomme Gillem.
    Inutile d’ajouter mon nom complet. Il se méfierait de moi. Le peuple n’aime pas les seigneurs qui descendent à leur niveau, c’est connu. Ils en profitent pour se venger des affronts subis.
    - Et moi Kayeo de Marthe. Mets-toi dans le rang.
    Gillem obéit et s’installa dans la file organisée pour grimper à l’échelle et sortir de ce trou. Le gourmand se traînait devant lui, saignant de tout son corps. Le jeune homme l’aida à monter, voulant se faire pardonner sa lâcheté. Il pensa à Kany, qui le croyait coupable, qui était peut-être morte à cette heure. Il se jura de vite sortir de ce lieu, quel qu’il fut. Ne serait-ce que pour punir Saura.
    Ils débouchèrent dans une gigantesque pièce circulaire, éclairée par une lumière irréellement bleue. Il y avait des portes vers le fond, gardées par deux soldats, un trou rectangulaire sur le côté, un escalier montant qui se séparait en deux, et un descendant. Elle était occupée par des centaines d’hommes, d’âge jeune ou mûr, certains résignés, tel celui qui lui avait épargné le fouet, les autres, ébahis, comme lui. Le décor était dune sobriété impeccable.
    - Ici, c’est la salle de rassemblement, lui dit Kayeo, élevant la voix pour se faire entendre dans le bruit des conversations. On va bientôt assigner les tâches de la journée.
    Gillem sentit une inquiétude monter en lui contre sa volonté. Il réussit à entendre la voix de Cabel lui chuchoter « demande lui s’il a l’intention de se rebeller. » Il s’exécuta, mais Kayeo lui intima le silence. L’une des sentinelles montait quelques marches des escaliers ascendants. Il le va les mains et tous se turent.
    - Bien. Nous n’avons pas de temps à perdre. Geôle un, aux machines, geôle deux,
    - C’est nous, glissa Kayeo à son oreille.
    - … au nettoyage des magiciennes.
    Kayeo respira.
    - On va pouvoir discuter sérieusement, là-bas. C’est la salle la plus reposante du phare.
    - Le phare ? s’étonna Gillem.
    - Silence ! aboya le garde.
    Il continua de distribuer les activités dans le calme le plus total. Puis tous ces hommes montèrent les escaliers, prenant à gauche ou à droite selon la salle où ils avaient été assignés.
    Gillem et les autres prisonniers de la seconde geôle empruntèrent celui de gauche. Il sentait Cabel remuer et s’étouffer dans sa poche. Il savait qu’il devrait la faire sortir à l’air libre un moment où un autre.
    Malheureusement, il n’apercevait aucune fenêtre aucune fenêtre au fur et à mesure de son ascension. Il se demanda comment l’air circulait. Il se rendit vite compte qu’il était dans un bâtiment de forme circulaire, les escaliers en colimaçon le lui prouvaient. À chaque étage, un groupe d’hommes entrait dans un lieu inconnu par une petite porte en bois. Gillem tentait bien d’apercevoir ce qui se passait par l’entrebâillement à l’intérieur, mais il y avait bien trop de monde. Les seuls renseignements qu’il possédait étaient les bribes de phrase que Kayeo de Marthe concédait à lui lâcher.
    - Là c’est la salle des machines.
    - Retiens bien : second étage, la salle de la roue.
    Jusqu’au dernier, la dernière pièce avant le sommet interdit aux prisonniers et mêmes aux gardes, la salle des magiciennes.
    Un de leurs geôliers leur ouvrit la porte, puis la referma derrière eux, à clé. Gillem entra le premier dans une vaste salle circulaire, ressemblant étrangement à leurs cachots, avec d’avantage de confort. À la place de la trentaine d’hommes prisonniers, se trouvaient une quinzaine de femmes, elles aussi attachées aux murs, de marbre turquoise cette fois-ci, mais pas par des chaînes. Des tubes d’une matière inconnue étaient plantés dans leur dos, entre les omoplates, et s’enfonçait à l’autre bout dans le mur. Ils pompaient en permanence, car un mouvement de va-et-vient les parcourait sans cesse.
    Les femmes, ou plutôt jeunes filles car Gillem n’en donnait à aucune plus de vingt ans, étaient à moitié dévêtues.
    Cabel sortit soudain de sa poche, se deux paires d’ailes de libellules se frottant les unes contre les autres en un bruissement irritant. Gillem ne chercha plus à la cacher. Tous les hommes ici présent l’avaient vue la veille, et ils savaient bien qu’il ne leur serait d’aucune utilité de la capturer, et les femmes, dépourvues de pupilles, ne réagirent pas à son apparition.
    - Au travail ! déclara un des hommes les plus âgés du lot.
    - Pourquoi ? s’insurgea celui qui s’était fait fouetter. Il n’y a personne pour nous surveiller !
    - Tu tiens à te faire frapper encore ? lui répliqua le premier à avoir pris la parole.
    - Pourquoi ne nous révoltons-nous pas ? s’exclama Gillem, sa voix plus forte que celle des deux autres. Les soldats de la Reine ne sont pas plus de vingt, facilement ! Il doit être simple de s’enfuir ! Pendant le rassemblement par exemple ! Il suffit de passer le mot aux autres prisonniers !
    Un silence gêné suivit ces mots.
    - Ne me dites pas qu’aucun d’entre vous n’y a pensé ? poursuivit-il, encouragé par Cabel.
    - Tais-toi ! ordonna Kayeo d’un ton sans réplique. Tu ne sais pas de quoi tu parles. Observe-moi puis mets-toi au travail !
    Imité par d’autres, puis par tous, le grand roux s’approcha d’une des femmes. Elle avait des reflets argentés sur la peau, et ses cheveux étaient blonds, ce qui était très rare dans le royaume de Roc. Gillem se souvint que Kany avait les cheveux blonds, et bouclés, qui se détachaient si bien sur sa peau foncée.
    Répétant les gestes de Kayeo, il commença par détacher le tube du dos de la femme, laissant place à un trou. Il pouvait voir la chair, les os, le sang, les reins. Mais elle n’émit pas un son. Elle était vivante, pourtant, il la voyait respirer.
    - Tu sais d’où elle viennent ? demanda-t-il au grand roux, qui venait d’en « délivrer » une seconde.
    - Aucune idée, fit celui-ci. Ça fait peut-être cinq ans que je suis ici. Seules deux ou trois ont été remplacées, mais personne ne sait de quelle façon. Celle-là est arrivée il y a peu, six, sept jours environ. Regarde : elle est encore un peu humaine, elle babille encore. Toutes les autres salles qu’on a passées, tout ce qu’il y a à l’intérieur, c’est fait pour les pomper, pour entretenir les tubes. Ici, tout ce qu’on a à faire c’est les nourrir.
    - Les nourrir ? avec quoi ?
    - Attends, il faut d’abord enlever tous les tuyaux.
    Il retourna s’en occuper. Gillem allait le suivre, quand il sentit Cabel le pincer.
    - Hé ! T’as intérêt à trouver un moyen de nous faire sortir d’ici ! Je ne tiens pas à rester esclave toute ma vie !
    - Ce n’est pas toi qui travailles, que je sache ? répliqua-t-il agacé.
    Elle se renfrogna.
    - D’accord, je vais faire quelque chose. Je vais aller chercher la porte de sortie.
    La petite fée se métamorphosa aussitôt en moustique, et Gillem la vit se glisser facilement sous la porte qui donnait sur les escaliers en colimaçon.
    Rapidement, toutes les femmes argentées furent libres du mur. Alors, Gillem entendit un bruit de coulissement suivi d’un léger grincement. Il leva la tête et vit un grand panier, accroché à une corde elle-même certainement disposée dans une poulie, descendre d’une trappe dans le plafond. Il s’étonna que ce lieu, qui, selon Kayeo de Marthe, produisait de l’énergie magique, ne fonctionnât qu’avec des outils mécaniques.
    Le panier atteignit le centre de la pièce. Un homme enleva le crochet qui le retenait à la corde et celle-ci remonta dans la trappe qui se ferma avec un bruit sourd. Gillem jeta un coup d’œil à l’intérieur. Il était rempli de bouteilles en verre, qui contenaient une substance liquide d’une étrange couleur. Gillem fut déçu de voir que rien n’était prévu pour leur propre repas, la faim courait le long de ses jambes et remontait en boule dans son estomac vide.
    - Bien, fit Kayeo. Il y a une bouteille pour deux femmes. Les nouveaux, il faut y aller très délicatement pour leur ouvrir la bouche. Si on est trop brusque, elle crient et ça ramène les soldats. Travaillez par paires s’il le faut.
    Gillem se demanda comment un homme aussi carré et brutal pouvait prononcer le mot « délicatesse », mais il décida de l’observer afin de ne pas faire crier l’une des femmes. Les coups de fouet ne le tentaient pas.
    Se sentant examiné, Kayeo tourna la tête, aperçut Gillem, et lui fit signe de s’approcher. Gillem, du haut de ses vingt-deux ans, sentit sa fierté se rebeller, mais obéit.
    - Regarde, tu prends le bout des mâchoires d’une main, après avoir enlevé le bouchon de la bouteille. Tu veux essayer ?
    Il parlait d’une voix étrangement douce. Gillem n’avait jamais supporté les personnes avec un caractère changeant, comme celui de sa grand-mère, mais il en comprit ici la raison et se força à la tolérance. Il s’accroupit auprès de Kayeo, et lui posa une main sur l’épaule.
    - Réveille-toi ! Je ne suis pas ton fils. J’apprécie ton aide, mais ne me considère pas comme ton enfant !
    L’autre baissa la tête.
    - J’ai raison, n’est-ce pas ? reprit Gillem.
    - Oui, j’ai laissé un fils derrière moi. J’ai atterri dans les prisons de VifRoc, parce que j’étais soûl. Je suis parti juste avant son initiation… Il doit avoir ton âge à présent. Il est peut-être marié…
    Gillem réfléchissait à quelques mots de consolation quand Cabel arriva en trombe sur son épaule en criant :
    - Gillem ! Gillem ! Devine qui j’ai vu ! Devine qui j’ai vu !
    Ne lui laissant pas le temps de répondre, parlant et se transformant en même temps, elle continua :
    - J’ai vu Saura !

    Saura ouvrit une porte, l’épée à la main, méfiante, et faillit basculer la tête la première dans l’un des cachots, mais elle se rattrapa à la poignée.
    Elle avait encore le temps de faire demi-tour, chercher ses amis de la guilde des assassins et prendre d’assaut le phare. Cependant, elle avait toujours su jouer en finesse.
    Mais ce qui la décida fut l’apparition de Cabel au détour d’une marche, dans l’escalier de droite. Saura lança son bras décharné pour l’attraper, mais la petite fée, à nouveau sous as forme de moustique, fut plus rapide.
    Elle n’eut pas besoin de réfléchir pour comprendre la raison de sa présence ici. Il était évident que les mages avaient livré Gillem aux soldats de la Reine, et que ceux-ci l’avaient amené ici. Et Cabel l’avait suivi.
    Saura ne cessa de grimper. Elle vit les portes menant aux différentes salles du phare, mais ne prit pas le temps de les ouvrir. Seul le sommet l’intéressait. Elle ne rencontra que trois gardes, en tua un et assomma les deux autres.
    Les escaliers débouchaient sur une petite porte bleue. Elle l’ouvrit avec difficulté, le temps ayant usé les gonds, le vent luttant contre le bois, à l’extérieur. Saura posa pied sur l’aire du phare. Au centre de celle-ci, parfaitement circulaire, trônait une gigantesque boule de verre, assise sur un piédestal haut de quatre pieds. Saura s’en approcha prudemment. Le vent soufflait fort, et malgré les remparts qui encerclaient l’aire, elle se sentait prête à s’envoler.
    Des éclairs semblaient prisonniers de la boule : des rayons d’énergie la traversaient de part en part et rebondissaient sur les parois.
    Saisissant son épée à deux mains, Saura l’abattit sur la boule de verre qui éclata. Les morceaux volèrent dans tous les sens, portés par l’énergie à présent libérée, et Saura dut se protéger de ses bras pour ne pas en recevoir un dans l’œil. Un sentiment de satisfaction et de victoire la ravit, elle imaginait sans peine le visage de la Reine. Mais quand elle releva la tête, des éclats de verre constellaient bien se vêtements et traînaient partout sur l’aire, mais l’immense boule était intacte, toujours parcourue d’éclairs. Elle posa un doigt dessus afin de vérifier si elle n’était pas victime d’une hallucination. Le verre était chaud, et quand sa peau fut en contact avec le verre, tous les rayons se dirigèrent vers la surface de contact, faisant, en se déplaçant, trembler les parois de la boule.
    À nouveau, elle abattit son arme sur la réserve d’énergie, et à nouveau le verre vola en éclats, pour se reconstituer encore, miraculeusement.
    Saura n’usa pas ses forces dans une nouvelle tentative. Il n’était pas difficile de comprendre que la sphère était protégée par un sortilège, et que tout effort serait vain pour tenter d’atteindre la Reine par cette voie.
    Elle s’étonna que le bruit n’ait ameuté personne, mais quand elle ouvrit la porte donnant sur l’intérieur, avec l’intention de redescendre les escaliers et de repartir sans se faire remarquer davantage, elle découvrit dix soldats de la Reine prêts à la démembrer et qui, une fois la porte ouverte, n’hésitèrent plus à pénétrer dans l’aire interdite.
    Le premier qui se lança sur elle était armée d’une épée courte et d’un bouclier de bois. Saura savait que si elle ne voulait pas se retrouver seule contre dix, elle devait l’obliger à se battre près de la porte, car les soldats ne pouvaient la franchir qu’un à un.
    Son épée longue la contraignait à des mouvements lents, mais renforçait sa force de frappe, qui était naturellement diminuée par sa condition de femme.
    Elle passa à l’assaut. Elle tenta plusieurs coups d’estoc, qui furent parés. Elle évita une tentative pour lui blesser la jambe. Elle était obligée de garder une certaine distance avec son adversaire, pour conserver les avantages de l’épée longue. Mais cela permit à un second, puis un troisième soldat d’entrer dans l’enceinte du sommet. Elle changea alors de stratégie. Elle recula, tout en parant les coups. Jusqu’à être dos aux remparts –dos au vide.
    Ils étaient quatre face à elle, et d’autres arrivaient. Son premier ennemi se rua sur elle, et Saura profita de cette précipitation. Plaquée contre le mur, elle esquiva rapidement. Tendant sa jambe là où elle se trouvait une demi-seconde plus tôt, elle fit trébucher le soldat. Qui se retrouva dans le vide, et s’écroula dans un sordide craquement d’os au pied de l’Idisk.
    Mais Saura n’eut pas le temps d’écouter ce sinistre bruit. Déjà, un autre l’attaquait. Saura enchaînait les gardes, parant un coup à gauche, en pendante, un autre à droite, en médiane. Elle savait que se défendre et ne pas contre-attaquer l’empêcherait de vaincre.
    Un soldat moustachu se lança avec son épée sur elle. Saura coinça l’arme ennemie vers le sol grâce à son épée. Passant sa jambe derrière celle de son adversaire, elle le força à trébucher en lui assenant un coup de poing dans la joue gauche. L’autre s’étala violemment à terre. Il entraîna dans sa chute une autre des sentinelles. Saura ne resta pas sur cette maigre victoire et para aussitôt une autre agression.
    Saisissant son courage avec elle, elle décida de passer une seconde fois à l’offensive. Elle se fraya un passage sur sa gauche, et réussit à décapiter les deux qu’elle avait mis au sol.
    Saura sentait la panique arriver. Elle commençait à ne plus réfléchir à ses gestes. Elle fit un effort pour se calmer et se contrôler. Elle porta deux coups d’estoc à l’un de ses opposants et réussit à le désarmer. Elle eut à peine le temps de lancer l’arme de l’autre côté des murs ; un garde l’assaillait sur sa droite. Usant de son agilité, elle fit plusieurs bonds en arrière. Elle s’éloigna ainsi de la zone de combat et fit ainsi face à tous ses adversaires. Un seul l’empêchait de s’enfuir, il était posé devant la petite porte.
    Alors qu’elle paraît avec difficulté une agression au poignard, elle jeta un coup d’œil aux parois du phare. Il lui était impossible de se laisser glisser le long des murs. Mais une idée lui vint pour échapper aux soldats de la Reine.
    Saura grimpa d’un coup sur le rebord des remparts. Elle évita une attaque portée à ses jambes. Puis se propulsa d’un coup de pied derrière ses adversaires, et se retrouva face à celui qui gardait la porte. Il était grand et robuste. Et il était protégé par une armure. Mais comme il refusait de bouger de sa place, il perdit aisément ; Saura porta un coup à l’unique endroit à découvert : ses aisselles. Elle eut le temps de s’engouffrer dans les escaliers avant que son corps ne tombe en travers de la porte. Ça ralentirait les six soldats restants.
    Elle était étonnée qu’ils ne fussent qu’une dizaine à garder un lieu si important.
    Saura voulut ouvrir la première porte qu’elle aperçut afin de se réfugier dans la pièce qu’elle gardait. Mais elle était fermée. Comme les soldats arrivaient, elle brisa la serrure à l’aide de son épée, et entra. Elle espérait vivement qu’il y avait une autre issue. Comptant sur la chance, elle claqua la porte, mais dès qu’elle se retourna, elle vit Gillem, Cabel, Kayeo et leurs compagnons, et surtout elle vit les filles d’argent et leurs tuyaux suspendus.
    Elle comprit alors immédiatement que la balle de verre n’était que le lieu de stockage de la magie et que ces jeunes filles en étaient la source. Si elle désirait affaiblir la Reine, il ne lui restait plus qu’une chose à faire. Avant que la trentaine d’hommes puissent réagir, portant son épée à bout de bras et en suivant la forme circulaire de la salle, elle les décapita toutes. La dernière tête tomba quand les gardes entrèrent et Gillem, désarmé, se jeta sur elle.
    - Tu es complètement folle ! cria-t-il.
    Kayeo de Marthe n’osa pas bouger tout de suite. Il avait la moitié du visage recouvert du sang glacé d’une des filles, et le liquide collait sa paupière sur son œil, l’empêchant de voir. Puis il se lança à l’attaque à son tour, mais pas sur Saura, sur les gardes. La plupart de ses compagnons l’imitèrent, les autres s’enfuirent, partirent délivrer ceux qui étaient dans les étages inférieurs, ou demeurèrent immobiles.
    Saura réussit à sortir de la mêlée, blessée au bras, mais toujours avec son épée. Elle décida de suivre le second groupe d’hommes et de fuir. Mais comme elle descendait les premières marches, Cabel s’écria :
    - Gillem ! Elle s’en va !
    Le jeune homme, qui avait reçu plusieurs mauvais coups, réagit à l’instant et poursuivit la tueuse. Il faillit glisser dans le sang et s’étaler à terre, mais il se rattrapa.
    Ils sortirent côte à côte du phare d’Idisk, sous un ciel orageux.
    - Cette fois-ci, tu te battras contre moi ! rugit Gillem, sans même reprendre son souffle, tu as trop de sang sur les mains pour que personne ne venge tes victimes !
    - Arrête de dire n’importe quoi ! répondit Saura avec indifférence. Je viens de te tirer de cette prison !
    - C’est par ta faute que j’y étais ! lui rappela-t-il.
    - Tais-toi, ou je te tue.
    - Pourquoi as-tu assassiné la comtesse de Gorane ?
    - Cesse de poser la question : tu n’aimeras pas la réponse.
    - Réponds ! fit Cabel.
    Ils la regardèrent tous deux, Gillem appréciant malgré lui son intervention, Saura étonnée que cette libellule osât lui parler ainsi. Finalement, cédant sur le principe, elle consentit à leur fournir une indication.
    - C’était sur la commande des Rocs de Perrin.
    - Mais pourquoi ! glapit Gillem ébahi.
    Il ne se posait plus la question qu’à lui-même. Saura cessa de parler et continua à marcher, le jeune homme et la petite fée à ses côtés, en direction de VifRoc.

    Le cheval d’Arka –celui de la Reine- galopa à travers la forêt de Rocbourg à une vitesse étonnante. Arka l’ignorait, mais la Reine avait ensorcelé sa monture d’un sort, léger et utile, décuplant l’endurance et la force de l’animal. Cela aussi, Arka l’ignorait, mais autrefois –avant la Reine- il était fréquent de payer un mage afin qu’il multiplie les capacités d’un cheval de course, ou utilisé pour transporter des messages d’un bout à l’autre de Roc.
    Le contrôlant mal, elle avait réussi à se tromper de chemin, et avec sa rapidité, elle n’avait pas réussi à rattraper l’armée du chaos. Elle se doutait qu’elle l’avait dépassée, mais elle répugnait à faire demi-tour. Elle s’était perdue.
    Voilà la nuit qui arrive. Qu’est-ce que je vais faire ?
    Sa famille et ses amis lui manquaient injustement. Elle les avait quittés sans réfléchir, et Lur n’était pas là pour combler leur absence. C’était une des raisons pour lesquelles elle se devait de la rejoindre. Son sosie.
    Elle ralentit son cheval, à la fois pour se reposer elle, et lui, car elle sentait la fatigue les gagner. Les arbres tendaient leurs millions d’émeraudes au vent, en ce milieu de printemps, et empêchaient toute lumière céleste de l’atteindre. Cependant, au début de la nuit, une lueur vint l’éclairer, l’aveugler même. Elle était accompagnée d’une voix.
    - Qui es-tu, étrangère ? demanda une femme d’un ton empli de noblesse.
    - Je suis Arka la douce, répondit Arka avec peur. Et toi ? Qui es-tu ?
    Une forme faite de lumière s’approcha d’elle. C’était bien une femme, et Arka se rendit compte que c’était sa robe qui reflétait la lumière des étoiles. Aux yeux d’Arka, une chose seule ternissait la beauté de cette dame, les cercles grisâtres qui entouraient ses yeux, trahissant une fatigue cumulée.
    - Je suis la Reine du peuple elfe. Enfin… ce qu’il en subsiste après que Mug-Kla l’ait massacré. Mon nom est Moïra Henekhanon, ce qui signifie « noblesse de Roc » en ancien rocquois.
    - Combien d’entre vous reste-t-il ? s’enquit Arka, mettant pied à terre.
    - Un millier, à peine.
    Arka laissa échapper un petit cri d’effroi. Son père lui racontait qu’ils étaient autrefois plus d’un million, on pouvait en rencontrer dans toutes les campagnes de Roc. L’un d’entre eux avait même fait partie de la troupe, avant de s’être fait tuer…
    - Remonte sur ton cheval, dit Moïra en lui prenant le bras. Et continue ta roue vers le sud-est. Tu verras des hommes en train de se battre, près d’un lac à la sortie de la forêt. Vas-y.
    - Mais je dois rattraper quelqu’un…
    - Plonge ton visage dans le lac. Tu y trouveras des questions, des doutes… et des réponses. Mais fais attention de ne pas y rester trop longtemps, ça serait dangereux.
    - Nous nous reverrons ? demanda Arka.
    - Nous nous reverrons.
    Puis la jeune fille lança son cheval dans la direction indiquée par la Reine.
    Elle espéra ne pas se perdre, car elle voyait l’orée de la forêt s’approcher, mais aucun lac apparaître.
    Mais quelques minutes après avoir quitté la protection des arbres, elle aperçut ce lac. Elle se laissa glisser à terre, et dessella sa monture, posa ses affaires sous un buisson. L’animal resta sagement à cet endroit, pacageant l’herbe haute, pendant qu’Arka avançait doucement vers le lac.
    Comme le lui avait dit Moïra, des hommes étaient en train de se battre de l’autre côté du lagon.
    Et si elle m’avait envoyée pour les aider ?
    Mais elle ne savait pas à quel camp venir en aide : ils étaient apparemment six hommes en noir contre un vieil homme, un garçon et une créature magique.
    La peur l’empêcha d’intervenir. Elle se demandait ce qu’une jeune fille comme elle pouvait faire. Elle préféra se tapir sur la rive du lac, et plonger sa tête dans l’eau froide.

    Eudes, Merlin et Nnô couraient à présent. La menace des soldats noirs se faisait de plus en plus pressante. Eudes ignorait ce qu’il allait découvrir dans le Lac du Destin, mais il tremblait que les envoyés de la Reine ne le tuent avant. Pourtant, au fur et à mesure qu’il s’approchait de son but, il était persuadé que ces soldats n’étaient pas à leur poursuite pour l’assassiner. C’était Merlin qu’ils traquaient. Malheureusement, il ne savait pas pourquoi.
    Les soldats noirs furent les plus rapides. Dans les hautes herbes qui bordaient la rive, ils se mirent en travers du trio et du lac.
    - Rends-toi, Myrdinn ! cria le plus grand d’entre eux.
    Sa voix était douloureuse, dans le silence de la nuit.
    - Tu ne pourras jamais nous vaincre ! fit un autre.
    - J’ai cependant entendu dire que vous vous étiez rendus à six contre une !railla Nnô.
    Le grand soldat fondit sur lui, mais le gnome l’évita prestement, avec toujours ce sourire sur son visage.
    - Qu’est-ce qu’on fait ? demanda le troisième soldat qui pointait Eudes. On le tue aussi ?
    - Inutile. Concentrons-nous sur Myrdinn.
    Ils chargèrent. Merlin savait qu’il ne tiendrait pas longtemps. Les soldats noirs étaient hermétiques à toute attaque magique. Lui-même n’avait que son bâton d’énergie pour défense. Nnô possédait la magie des gnomes, tout aussi inefficace, et Eudes son gourdin. Il s’en servait bien, mais seul contre six… ! Sans aide, il ne survivrait pas. Déjà, quatre soldats étaient sur Merlin. Ils semblaient s’amuser et n’utilisaient pas tout leur pouvoir. Les deux restants étaient tenus en retrait par Eudes. Nnô, quant à lui scrutait les environs à la recherche désespérée d’une aide, quelle qu’elle fut. Sa vue lui permettait de percer l’obscurité. Il aperçut ainsi une jeune femme qui tentait de se cacher, avant qu’il ne soit projeté au sol par un violent coup de pied.
    Merlin avait encore des difficultés à se rendre compte que Mug-Kla avait envoyé ses meilleurs assassins pour le tuer. Il avait cru réussir à l’apprivoiser. Mais il n’avait jamais voulu lui offrir un enfant. À présent, il doutait si elle s’était servi de lui ou si elle l’avait aimé. Elle-même devait soupçonner ce comportement de son côté.
    L’épée d’un des soldats noirs avait tranché la massue d’Eudes, et il se retrouva désarmé face aux deux géants. Il jeta un œil aux eaux paisibles du lac. Le goût de l’échec se mêlait amèrement à celui de son sang. Il se demanda comment les étoiles pouvaient les témoins impassibles d’une telle injustice.
    Soudain, alors que le plus massif d’entre eux s’apprêtait à porter un coup fatal à Merlin, celui qui semblait les diriger aboya un ordre dans une langue étrange, qui força son acolyte à s’arrêter dans son élan. Leurs six visages, à la peau sombre comme celle des Rocquois, furent délaissés de toute expression, leurs traits se détendirent, et les pupilles fuirent leurs orbites laissant à leur place le blanc des yeux.
    Merlin se releva. Il ne voulut pas savoir ce qui leur arrivait, il savait qu’à cet instant ils étaient vulnérables à sa magie. Il tendit son bras qui portait son bâton, et son corps fut recouvert d’une aura de flammes. Elle se divisa en six branches distinctes qui allèrent envelopper chacun des soldats noirs, et les réduire au néant.
    Le mage abaissa son bras. Son visage était serein. Mais il soupçonnait que les soldats noirs avaient été rendus si fragiles parce que Steban était en position de faiblesse. Il ignorait encore pourquoi. Cependant, son cœur se contracta en pensant que le prince était en danger.
    Son regard se posa sur Eudes. Il se blâma car il n’arrivait pas en ce moment, à se trouver de l’affection pour le jeune homme inutile.
    Mais tout va bientôt changer, pensa le mage.
    - Que s’est il passé ? s’étonna Nnô.
    C’était la première fois qu’il s’exprimait sans son indifférence, feinte ou réelle, habituelle, et Merlin s’entendit lui répondre sans mystère que la Reine avait perdu le contrôle de ses soldats, ce qui lui avait permis de les éliminer. Le mage s’inquiétait de n’avoir eu aucun scrupule à les tuer.
    Où est-ce que je m’emmène ? Dans quel genre de guerre ?
    - Tu ne sais pas ce qui a pu causer ça ? l’interrompit à nouveau le gnome.
    Il secoua la tête, et regarda l’adolescent qui ne disait rien.
    Eudes ne prit pas la peine de poser des questions dont il savait fort bien qu’il n’obtiendrait aucune réponse. Il se dirigea simplement vers le lac, retira ses bottes, et s’accroupit sur la rive.
    Mais comme l’aube montrait ses premières rougeurs, il aperçut une jeune fille qui, contournant le lac, s’approchait d’eux.

  29. #29
    Boddah Invités
    wouahhhhhhhh deux chapitres en une journée, c'est la fête!!!!

    il n’apercevait aucune fenêtre aucune fenêtre
    :happy: un de trop!!

    se deux paires d’ailes de libellules
    petit oublie!!"ses"

    Il se demanda comment les étoiles pouvaient les témoins impassibles d’une telle injustice.
    petit oublie!! "être"

    rahhhhhhhhhh je veux savoir la suite.... :snif:
    On arrive au point crucial de ton histoire, tout bascule, tout se transforme, toute genre d'alliance prend forme, tout le suspence est là!!!Prêt à exploser!!!
    :love:

  30. #30
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Santes, Weppes du Nord
    Messages
    789
    euh je vais tout relire parce que je lis trop d'histoire en même temps, me souviens plus du début erf !

    [après avoir tout relu]

    yay yay la suite !!!

Page 1 sur 3 123 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Lieu] Le Pont des trois Sires
    Par Kasumi dans le forum La Côte de la Lumière
    Réponses: 432
    Dernier message: 18/06/2015, 14h02
  2. [CFA] la suite de la Guerre de la Reine Araignée?
    Par Odea dans le forum Le cabinet littéraire et B.D.
    Réponses: 3
    Dernier message: 16/10/2008, 00h58
  3. « Mon nom est Ange et Reine en Exil. »
    Par Elzen dans le forum Les Annales du RP
    Réponses: 2
    Dernier message: 17/02/2008, 02h57
  4. [BUG] Trois petits bugs
    Par lerikske dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 19
    Dernier message: 25/06/2007, 21h22
  5. [Parodie]Les Aventures des Trois Frères
    Par Lerne de Hydre dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 0
    Dernier message: 16/10/2006, 13h57

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236