Page 2 sur 3 PremièrePremière 123 DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 61

Discussion: Les trois erreurs de la Reine

  1. #31
    Sharku Invités
    J'appelle sa de la balade c'est un chef d'oeuvre.
    La suite!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! :hein:

  2. #32
    Cristal Invités
    merci !!! :happy: suite dans la semaine j'attend de voir s'il y aura d'autres commentaires

  3. #33
    Boddah Invités
    arfff on s'en fou des autres.... :notme2:

    *je deconnnnnnnneeeeuuuuuuuuuhhhhhhhhhh* :happy:
    *je sors... :notme: *

  4. #34
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Santes, Weppes du Nord
    Messages
    789
    oui oui oui on veut la suite !!!!
    :hein:

  5. #35
    Cristal Invités
    :rigoler: vous n'aurez pas à attendre longtemps, juste jusqu'à ce week-end ! :rigoler:

  6. #36
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    Par pitié la suite !!!! Sinon... :fouet: Arf non je peux pas je suis Lumenien :sad:
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  7. #37
    Cristal Invités
    :ninja: ok ok je me rends :rigoler: mais ya intérêt à ce qu'il y ait plein de commentaires :fouet: :notme2: :rigoler:

    ------------

    Chapitre 7

    Arka tenta d’ignorer la bataille, et plongea sa tête sous l’eau, tout en essayant de ne pas trop mouiller ses beaux cheveux noirs. Les yeux fermés, elle attendit que quelque chose se passe, mais rien ne vint déranger le silence. Elle dut remonter sa tête à la surface et respirer. La Reine elfe se serait-elle moquée ? Arka ne pouvait pas croire cela. Elle prit une grande bouffée d’air et s’immergea à nouveau. Elle essaya de formuler la question qui lui tenait le plus à cœur.
    - Qui est Lur ?
    Une voix lui répondit, une voix caverneuse et omniprésente, qui résonna d’avantage dans son esprit qu’à ses oreilles.
    - Qui es-tu ?
    Arka, naïve ou confiante, se présenta sans hésiter, même si elle n’apercevait pas son interlocuteur.
    - Je suis Arka la Douce, fille de…
    L’air lui manqua soudain. Elle se força à sortir aussitôt de l’eau. Elle se souvint que Moïra l’avait mise en garde contre les dangers du lac. Elle n’avait pas réalisé qu’elle ne respirait presque plus. La voix l’avait envoûtée. Elle savait qu’il n’était pas raisonnable de retourner l’interroger si elle ne se contrôlait pas d’avantage. Mais la curiosité était sa plus grande force. Elle plongea une troisième fois son visage.
    - Je suis Arka la Douce, dit-elle immédiatement. Qui est Lur ?
    - Arka, ne sois pas impatiente. Je vais tout te dire.
    Les premiers traits d’un visage se dessinèrent dans les eaux sombres. C’étaient ceux d’un homme, transparent tel un fantôme, qui ensorcelèrent Arka au premier coup d’œil.
    - Lur est la fille de Mug-Kla, continua-t-il avec un sourire qui apparaissait petit à petit. À sa naissance, Mug-Kla l’a consacrée au Roi des Enfers.
    - Pourquoi ?
    - Ils ont fait un marché, eux, les deux plus puissants de ce monde. Lur sera l’héritière du Roi des Enfers.
    - Et qu’y gagne la Reine ?
    - Quelque chose que lui seul peut lui donner, quelque chose qu’il ne faut pas qu’elle obtienne, c’est…
    - C’est… ?
    Elle retira sa tête de l’eau, à demi asphyxiée. Arka bénit ses derniers réflexes de survie. Cet homme, à la fois maléfique et enchanteur, la fascinait. Elle devait savoir. Etait-il possible de sauver Lur ? Arka voulait y croire. Mais si elle y retournait une fois encore, elle serait capable d’y mourir. Elle se dit que le risque en valait la peine.
    - Que peut-on faire pour sauver Lur ? demanda-t-elle une fois sous l’eau.
    - Mais Lur ne désire pas être « sauvée » ! Elle est parfaitement consentante dans sa mission !
    Sans lui laisser le temps de se remettre du choc, l’homme transparent lui intima de rejoindre « l’Elu ». Arka avait bien sûr entendu parler de celui qui, selon la prophétie, serait le meilleur roi de Roc après avoir renversé le dernier tyran.
    - Où est-il ? murmura-t-elle.
    - De l’autre côté du lac.
    Quand elle se fut entièrement allongée dans l’herbe, elle se décida à réfléchir. Elle ne s’y résignait que rarement. Elle pensait que réfléchir empêche de profiter de l’instant présent. Arka ne savait si elle devait suivre une seconde fois un conseil qui l’éloignait de Lur. Mais Lur était une traîtresse, et aider l’Elu à renverser la Reine était important.
    Lur n’est pas une traîtresse ! Elle n’a jamais prêté de serments à qui que ce soit. La Reine est sa mère…
    Ces pensées étaient fausses, Arka en était consciente. Lur était assez grande pour décider de ses actes, sans suivre les ordres de sa mère. Si Lur obéissait, c’est qu’elle était d’accord.
    Elle sentit qu’il était inutile de retourner poser des questions à l’homme du lac. Il ne ferait que lui répéter de se joindre à l’élu. Cependant, elle brûlait, et appréhendait, de découvrir ce que la Reine ne devait obtenir.
    Probablement une arme puissante. Ou une nouvelle forme de magie.
    Elle se mit sur ses pieds et alla chercher son cheval qui l’attendait tranquillement, caché. Elle le saisit par la bride et s’avança vers le garçon, le vieil homme et le gnome, de l’autre côté du lac.
    Eudes se releva, impatient et légèrement agacé, pour l’accueillir. Cette fille désirait certainement leur parler. Il n’avait jamais vu qu’une femme, sa mère. Il ne pouvait dire si elle était belle, il ne s’en souvenait plus, et n’avait pas eu de repère pour se prononcer. Mais il voulait le croire. Il chercha dans son passé des scènes qui auraient pu le prévenir de son destin. Tout paraissait s’effacer au profit des quelques dernières semaines.
    La jeune fille le saisit par le bon bras. Elle retint une grimace en apercevant l’autre.
    - Tu es l’Elu ?
    Il se dégagea.
    - C’est ce qu’on m’a dit, à demi-mot certainement. Mais c’est ainsi que je l’ai compris.
    - Je… veux t’aider dans ta tâche.
    - J’ignore encore en quoi elle consiste, souffla-t-il.
    - Tu vas le savoir ! intervint brutalement Nnô. Dès que tu auras plongé ton visage dans le Lac !
    - Ne fais pas ça ! cria Arka sur un ton hystérique. C’est dangereux ! J’ai risqué de m’y noyer. Et la seule réponse que j’aie trouvée à mes inquiétudes fut de venir te voir.
    » Je suis Arka la Douce. Selon l’esprit du Lac, tu es celui qui tuera la Reine. Mais il faut le faire avant qu’elle n’obtienne sa part du pacte qu’elle a passé avec le Roi des Enfers.
    Si elle n’a pas ce qu’elle désire, elle ne livrera pas Lur, qui sera sauvée, malgré elle, pensa-t-elle.
    - Nous savons déjà tout ça, grommela le gnome.
    - Très bien, fit Eudes. Mais je ne risque pas de me noyer, en restant la tête sous l’eau ? Je ne suis plus très motivé… !
    - Si tu es l’ange-roc, il ne t’arrivera rien, déclara Merlin, puis il ajouta, voyant Eudes réagir : Si tu ne l’es pas, tu seras conscient que tu es en train de t’asphyxier, ne t’inquiète pas.
    - Alors, ne perdons pas plus de temps, dit le gnome, qui poussa le jeune homme dans l’eau. Ce dernier enleva sa chemise et s’agenouilla. L’eau l’aidait à porter son bras endommagé, lui procurant des sensations reposantes. Il immergea ensuite sa tête.
    - Asseyons-nous, dit calmement Merlin. Ça va prendre un peu de temps.

    Tout ce qui environnait Eudes de Rosine disparut de son champ de vision, pour laisser place au néant. Il tomba dans un puits noir, chutant interminablement dans ce qui lui parut sans fond, avec un sentiment d’appréhension, mais aussi de joie pure. Eudes ne se demandait pas ce qui l’attendait au bout, il ne doutait que ce serait un étrange bonheur.
    Soudain, il vit de la lumière briller au bout de l’abysse. Une lumière qui vint illuminer son cœur et son âme. Il battit des bras et des jambes afin de l’atteindre plus vite. Enfin, il pénétra dans la lumière, communia avec elle, et elle lui chanta un mystérieux poème d’amour, qui résonna en lui comme une prophétie :

    Ma source et mon droit
    Mon vœu et mon malheur
    Mon silence et ma raison
    Ma peur, ma différence
    Mon inconnu et ma tyrannie
    Mon désespoir et mon envol
    Mon calme et mon dégoût
    Mon abri, ma défaite
    Mon audace et ma genèse
    Mon égal et mon chemin
    Mon indigne et mes ténèbres
    ce que je sais, ce que je suis
    ce que je perds, ce que j’écris

    Marin et chasseur,
    Au-delà du cristal
    Accomplis, assassine,
    Pour l’empire qui s’installe.

    Il lui sembla reconnaître la voix. Elle était encore lointaine. D’ailleurs, elle semblait remonter à très loin dans ses souvenirs. C’était le premier son qu’il avait jamais entendu.
    Sa mère baignait au centre de cette merveilleuse lumière. Eudes, bien que flottant dans un état d’inconscience, se révolta à l’idée qu’il écoutait un mort, mais ressentit la joie qu’il éprouvait se décupler.
    - Eudes, dit-elle en écartant les bras pour l’accueillir, viens, nous n’avons pas beaucoup de temps.
    - Du temps ? Pourquoi faire ? J’aimerais rester avec toi !
    Il n’osait pas prononcer son nom, qu’il n’avait plus chuchoté depuis des années, si longues lui paraissait-il, remplies de son absence. Mais il ne pensait pas à ces amers souvenirs de mort, il n’était plus lié à sa conscience. Son âme était transpercée d’un amour ineffable.
    - Tu aurais déjà oublié ton devoir ? lui demanda sa mère d’un ton à la fois amusé et plein de reproche.
    - Quel devoir ? Tout m’est caché.
    - Ne t’en fais pas. Dès que tu te réveilleras, tu sauras tout. Mais je veux t’avertir personnellement : sache que Merlin, au moment de tuer la Reine, hésitera. Méfie-toi de sa réaction face à la Reine.
    - Oui…
    - Donne-moi la main, Eudes. Puis tu t’en iras.
    Il obéit. Quand elle lui saisit son poignet, tout la lumière qui les entourait pénétra dans le corps du jeune homme. Aussitôt, son sang parut exploser en ses veines pour laisser la place à une nouvelle force, surnaturelle.
    Il vit ensuite qu’il remontait vers la surface du lac. Autour de lui, des visages inconnus lui souriaient. Il savait que c’étaient ses ancêtres.
    Tout d’un coup, il en aperçut un qu’il pouvait identifier.
    - Fetzig ! Que faites-vous… ici !
    - À ton avis ? Je suis mort, je fais partie de ta famille, donc je suis là !
    - De ma famille ? Qu’est-ce que…
    - Je suis ton père, abruti ! Et ta mère était servante au palais knar !
    Puis il se réveilla sur ces amères révélations. Arka la Douce, Merlin et Nnô étaient avec lui. Il savait tout.
    Il savait que celui qui dormait en lui était à présent réveillé, et lui dictait ses pensées, ses actes et ses paroles.
    Il savait qu’Arka était le sosie de Lur, la fille de la Reine. Il explora tous les moyens d’utiliser cette ressemblance. Contre la Reine. Car c’était désormais le seul but qu’il poursuivrait : vaincre la Reine. « Assassine », lui avait dit la prophétie.
    Il savait que Merlin aimait Mug-Kla, qu’ils avaient eu un fils, et que c’était sans grande volonté qu’il l’aidait, le mage n’espérait que revoir la Reine.
    Eudes savait que Nnô était justement envoyé par son peuple pour surveiller Merlin. Les gnomes avaient le pouvoir de déchiffrer les prophéties.
    Il voyait aussi où se tenait l’armée knare, après LastRoc, celle des morts-vivants, qui avançait plus vite, dans le domaine des Hauts-Rocs. Une idée lui vint aussitôt.
    La Reine était en était de faiblesse. Eudes devait en profiter tant que ça durait.

    Mug-Kla ressentit la mort de chacune des filles d’argent résonner en elle-même. La magie qui coulait en elle s’évapora au fur et à mesure qu’elles mouraient. Ce qui allait plutôt vite. Elle était, par chance, dans sa salle de magie, où elle put puiser de l’énergie et se ressaisir rapidement. Le coup qui venait de lui être porté ne l’avait pas atteinte aussi bien que l’espéraient ses adversaires. Son adversaire en l’occurrence.
    Saura est assez intelligente pour avoir fait tomber le phare seule. Si seulement je l’avais tuée pendant qu’elle était encore petite. Les chocs que je lui ai infligés n’étaient pas suffisants !
    À présent, elle devrait retrouver Steban sur-le-champ. Lui aussi était lié aux filles d’argent. Mais son jeune corps n’allais pas supporter leur mort aussi bien que le sien. Elle se précipita dans les couloirs du château, à la recherche de son fils.
    Elle rencontra le chef des gardes.
    - Faites fouiller le château, lui ordonna-t-elle. Dès que vous verrez quelqu’un, dites-lui de chercher Steban ! Il faut le trouver. IMMEDIATEMENT ! Dites-lui de surtout ne toucher personne ! Et amenez-le moi dans mes appartements.
    Il obéit aussitôt. Mug-Kla, certaine que ses ordres seraient exécutés, marcha tranquillement jusqu’à sa chambre, préparer sa revanche sur Saura.

    * * *

    Steban errait dans les couloirs. Il réfléchissait à ce que sa mère lui avait révélé le matin même, une armée invincible allait massacrer les Knars. Une pointe de jalousie s’éveilla en lui, en pensant que ce n’était pas lui qui dirigeait l’armée du chaos. Sa mère savait pourtant que tuer lui faisait plaisir.
    Du haut de ses trois ans, il pensait souvent à assassiner la Reine et à prendre sa place. Mais il se savait trop faible encore.
    Pour se distraire, il se concentra sur ses soldats noirs. Il réalisa avec joie qu’ils étaient en train de se battre contre Merlin. Steban leur ordonna de faire durer la bataille. Le jeune prince s’assit dans un couloir, et observa la lente défaite de son père.
    Soudain, la vision se brouilla. Il perdit contact avec les six soldats. Il eut l’impression de recevoir une quinzaine de coups, qui l’atteignirent au cœur et le forcèrent à se mettre à genoux. À chaque atteinte, il lui sembla qu’une partie de son corps disparaissait. Quand il ouvrit les yeux à nouveau, son corps était une forme instable, sans contour précis. Ses doigts s’épaississaient ou rétrécissaient à un rythme irrégulier, ses pieds le supportaient à peine. Steban voulut s’appuyer contre le mur, mais son bras s’y engouffra. Il le retira prestement.
    Ignorant ce qui causait ce phénomène, il ne savait donc pas comment s’en protéger. Il courut vers la chambre de la Reine, chercher l’aide de sa mère. Au détour d’un couloir, il bouscula Donostian, qui le cherchait à la demande du chef des gardes.
    Le corps de Steban se dilua dans celui de l’espion. Ce dernier poussa un cri de douleur et d’incompréhension, pour sombrer dans l’inconscience. Le jeune prince résista un peu plus longtemps, assez pour sentir son esprit et sa mémoire se mélanger à ceux de Donostian.
    Ce fut le chef des gardes qui retrouva le nouvel être issu de la fusion, évanoui, et le transporta jusque chez la Reine.
    Mug-Kla se rendit aussitôt compte de ce qui s’était passé. Elle n’avait pas agi assez rapidement pour l’éviter. Elle ne s’était pas sentie aussi en colère depuis longtemps. Steban ne lui était plus d’aucune utilité à présent, elle ne pouvait faire de cette créature son héritier potentiel.
    La Reine allait ordonner au chef des gardes de le faire tuer pendant qu’il dormait encore, quand elle sut enfin de quelle manière profiter de la puissance de la créature.
    - Stebastian, murmura-t-elle à son oreille. Réveille-toi !
    Il ouvrit les yeux. Elle congédia le chef des gardes d’un signe de la tête.
    - Où suis-je ? demanda Stebastian, se relevant à demi.
    - Au palais. Tu te souviens de ce qui s’est passé ?
    - Un peu… hésita-t-il.
    - Tu te rappelles alors que je suis ta maîtresse et que je te commande. Tu feras tout ce que je te dirais, et tu n’accompliras rien d’autre que ce que je t’ordonnerais, déclara Mug-Kla, récitant une formule d’hypnose, puisant la magie dans ses dernières ressources.
    - Oui. Je suis prêt.
    - Va, trouve Saura, et tue-la. Elle se dirige en ce moment vers VifRoc. Tue aussi tout ce qui tenterait de la protéger.
    Stebastian s’en alla, et laissa la Reine seule.
    Mug-Kla savait que l’heure de son avènement approchait. Après la bataille entre l’armée du Chaos et les Knars, elle n’aurait plus qu’à conduire Aestania à la Faille, le reste ne serait plus que formalités.
    Quand Stebastian aura tué Saura, si celle-ci ne s’en sort pas de justesse une fois encore, je l’enverrai tuer le sosie d’Aestania que j’ai rencontré. Au cas où elle poserait problème. Il ne restera plus que Merlin. Mais il ne sera plus d’aucune importance après le couronnement de Lur. Il ne pourra plus rien faire.
    Mug-Kla se leva, et partit à la recherche de jeunes filles susceptibles de lui fournir de l’énergie. Ce genre de pestes dynamiques et curieuses grouillaient parmi les servantes du palais. La Reine descendit aux cuisines. Elle choisit trois gamines d’environ douze ans, et une autre, un peu plus âgée. Elle leur fit signe de la suivre, ce qu’elle firent, terrorisées. Mug-Kla rit en pensant qu’en ce moment même, elle ne pouvait pas tuer l’une de ces filles.
    La Reine, accompagnée des trois enfants, marcha dans les couloirs glacials de son palais, jusqu’à des escaliers en colimaçon qui montaient à travers l’unique tour. Elle gravit les marches, et entra dans une grande pièce, sous le toit, la salle de magie. Elle passa devant une immense table en bois de chêne, et se dirigea vers une petite bibliothèque, sur la gauche de la salle. Elle en sortit un grimoire, âgé mais bien entretenu, et le posa sur la table. Elle chercha une page dont elle connaissait visiblement déjà l’emplacement. Récitant une formule elle réussit à transformer la première fille en source d’énergie. Mug-Kla la brancha aussitôt, à l’endroit prévu, au fond de la pièce. Elle ne comptait pas les envoyer au phare d’Idisk, celui-ci étant à présent découvert.
    Dès que la première commença à donner son énergie, Mug-Kla se sentit mieux. Elle métamorphosa les deux suivantes sans difficulté. Puis elle s’assit, soulagée d’avoir surmonté cette épreuve, bien qu’elle sut que ce n’était qu’un petit obstacle.
    Elle éprouva quelque déception à la pensée qu’elle ne reverrait plus Steban. Elle s’était attachée à lui. Son fils avait fait partie des rares personnes qu’elle avait aimées, car, autrefois, durant la course au trône à la mort de son oncle, elle tua ses parents et réussit à faire passer son crime pour un accident. Elle évinça ses autres concurrents dans l’ombre, excepté Fetzig, qu’elle humilia publiquement. Cela suffit pour enlever toute la crédibilité de son cousin, qui n’en avait déjà que peu.
    Comme elle fut la dernière prétendante qui subsistait dans la course, elle fut élue Reine de Roc à l’unanimité par le Conseil des rocquois. Or, plus la majorité à avoir voté « pour » était importante, plus le trône magique donnait de pouvoir. Dès qu’elle s’y installa, elle supprima ce Conseil ridicule qui limitait sa domination sur Roc. Puis elle fit assassiner les derniers membres de la famille qui pourraient vouloir prendre sa place un jour, dont son frère de cinq ans. Cependant, elle épargna sa sœur, qui était plus jeune qu’elle d’une dizaine d’années, à cause d’une certaine pitié que Mug-Kla ne s’expliquait toujours pas. Puis, elle lui infligea un violent traumatisme qui, elle avait espéré, la dissuaderait du trône à jamais.
    Mug-Kla serra les poings. Elle s’en rendait compte à présent, mais trop tard, elle aurait dû la tuer dès le premier jour. Sa sœur vivait désormais avec une vengeance inassouvie dans le cœur, et la Reine savait bien que c’était une menace. Cependant, ce n’avait été qu’une petite menace, jusqu’à aujourd’hui.
    La Reine ne désirait pas attendre la fin de cette guerre passivement, sans agir. Elle imagina attirer Merlin dans un duel, qui les opposerait seuls face à face. C’était risqué, car le mage possédait la puissance nécessaire pour ôter la magie qui coulait dans les veines de Mug-Kla. Elle frémit en pensant que le mage en avait eu l’occasion, une occasion exceptionnelle, et qu’il l’avait manquée.
    C’est valable pour moi aussi.
    Elle sourit à ces souvenirs. L’idée du danger l’avait toujours excitée. Tant qu’elle était assurée de sortir vainqueur.
    Elle se leva, puis se rassit brusquement, les yeux fermés. La magie l’avertissait d’un danger, c’était un sixième sens qui venait de la prévenir d’une menace autrement plus inquiétante que Merlin, ou même perdre cette guerre. Quelqu’un qui l’agresserait directement.
    La Reine passa en revue toutes les informations dont elle disposait dans son esprit encore brumeux de la chute d’énergie. Rien ne lui parut comparable à son pressentiment. Elle jeta un œil du côté des soldats noirs. Elle ne s’attendait pas à grand-chose ; comme prévu, Merlin avait sauté sur l’opportunité de les supprimer lors de la fusion de Steban et Donostian.
    Elle abandonna l’idée de défier Merlin. Ce nouveau danger méritait qu’elle s’organise pour l’accueillir. Car il bougeait, Mug-Kla le savait ! Et elle savait aussi où est-ce qu’elle le recevrait : ici même, dans la salle de magie.
    Elle réajusta sa couronne, où était gravé un loup, symbole des Hauts-Rocs.
    Sa vie était son bien le plus précieux. Une fois ce trésor en sécurité, plus rien ne pourrait arrêter la Reine.

    Gillem, Cabel et Saura arrivèrent à VifRoc, dans une ville en pleine effervescence. Tout indiquait que la bataille entre les Knars et l’armée du Chaos allait se dérouler dans la plaine de l’Entre-deux, à l’Ouest de la ville, le long du fleuve rouge. Les habitants fuyaient la cité, pour se réfugier derrière la frontière de Falaise, à moins d’une journée de marche.
    Les grands seigneurs de l’est du pays, mais aussi ceux de LastRoc, envahis par les Knars, arrivaient tous à VifRoc qui était la seconde ville du royaume. Gillem craignait d’être reconnu, mais il doutait que quelqu’un ait le temps d’ouvrir un nouveau procès afin de le juger. À moins qu’ils n’aient besoin de passer leur désespoir et leur peur sur quelqu’un…
    Les plus riches posaient leurs caravanes au milieu de larges rues, et y dormaient faute de trouver des chambres libres dans les auberges. Gillem reconnut le blason des Rocs de Gorane sur l’une d’entre elles. Il n’osa pas se montrer, cependant il réussit à apercevoir sa mère. Son cœur fit un bond à sa vue, puis sursauta une seconde fois quand il réalisa que Carlek était absent. Gillem s’en inquiéta, un peu. Mais s’il était mort au combat, il savait que c’était ainsi que son père adoptif l’aurait désiré.
    Comme il se laissait diriger par Saura, ils errèrent inévitablement jusque dans les ruelles mal fréquentées, délaissées de tout entretien, où chaque rencontre était une menace. Gillem ne savait pas quand est-ce qu’il défierait la tueuse, ni, surtout, quand est-ce qu’elle accepterait de se battre contre lui. Il commençait à ne plus s’en soucier réellement, voir sa mère lui avait mis une autre idée en tête : retrouver Kany. Etait-elle ici, elle aussi ? Un plan germa dans son esprit fatigué, s’il pouvait traîner Saura jusque devant Kany, lui extirper des confessions et s’innocenter aux yeux de sa belle. Puis, partir avec elle, partir dans le royaume de Falaise en attendant la fin de la guerre…
    Il fit part de ses pensées à Cabel, la petite fée qui, perchée sur son épaule, dodelinait de la tête en s’endormant. Elle lui répondit d’une voix légèrement empâtée :
    - Tu rêves, comme toujours. Tu espères vraiment que Saura va te suivre et tout raconter aux de Perrin !
    - Je vais la forcer, marmonna Gillem.
    - Mais oui ! fit Cabel avec un sourire. Ce n’est qu’une femme, c’est ça ? Ne pense même pas essayer… Ecoute-moi, tu ne connais pas sa réputation. Je suis même étonnée qu’elle ne t’ait pas encore tuée, avec toutes les questions que tu lui as posées. Fais ce que je te dis. J’ai toujours voulu ton bien, non ?
    - C’est vrai, grinça-t-il entre ses dents. Mais je ne sais toujours pas pourquoi.
    Il accéléra son rythme pour se trouver au niveau de Saura. Il lui saisit le bras pour la forcer à s’arrêter. Elle ferma un instant les yeux, comme pour conserver son calme.
    - Qu’est-ce que tu veux ? lui demanda-t-elle du ton le plus doucereux dont elle était capable.
    - Tu sais où sont les Rocs de Perrin ?
    - Pas encore. Je peux savoir ça tout de suite.
    Elle laissa un court silence, et reprit :
    - Si tu me lâches le bras.
    À peine avait-il desserré son étreinte qu’aussitôt elle interpella un homme qui arrivait de la direction opposée.
    - Hé ! Janus ! Comment vas-tu ?
    L’homme, grand et maigre, releva la tête et laissa apparaître un visage défiguré par une longue cicatrice qui partait du haut du front jusqu’au coin de son sourire, évidemment adressé à Saura.
    - Ma foi… plutôt bien ! Les affaires sont en parfaite santé ! Les miennes en tout cas… Tu as besoin de quelque chose ?
    Elle rangea son médaillon, frappé d’un loup, qui pendait sur son col pour le ranger à l’intérieur de sa chemise.
    - Oui, un renseignement, je sais que c’est ta spécialité. Où est la famille des Rocs de Perrin ?
    La bouche de Cabel s’ouvrit et se referma. La petite fée était prodigieusement étonnée que Saura accédât ainsi à la requête de Gillem.
    - Quel est leur blason ? demanda Janus, réfléchissant.
    - Un taureau chevauché par une vestale, répondit aussitôt la jeune femme.
    - Ah ! s’exclama l’homme –un criminel, pensa Gillem- oui ! oui, je vois très bien ! Ils ne se sont pas battus, ils ont fui. Il reste donc toute la famille : le vieux, le père, la mère, leur fille aînée et son fiancé…
    - Son fiancé ! l’interrompit Gillem, incrédule. Vous devez vous tromper !
    - Tais-toi, lui ordonna Saura.
    - Et la fille cadette. Ils ont arrêté leur caravane derrière le palais d’été. Tu n’as pas besoin de moi pour y aller ?
    - Non. Merci, Janus !
    - Au plaisir !
    Il continua son chemin, et Saura, Gillem et Cabel empruntèrent une rue perpendiculaire. Saura les conduisit à travers le dédale de ruelles jusque derrière un énorme bâtiment, que Gillem devina être la seconde résidence des rois de Roc, quoique depuis près d’un quart de siècle, personne n’y eût jamais mis les pieds.
    Trois caravanes y campaient, comme pour chercher une protection des restes de la lignée des Hauts-Rocs, à l’ombre de ces murs royaux. Gillem repéra rapidement celle des Rocs de Perrin. Il allait se lancer à la rencontre de sa fiancée, quand Saura le retint fermement par le bras.
    - Toi, tu ne bouges pas. Tu vas rester tranquillement ici, dans l’ombre, d’accord. Tu as voulu les réponses, Gillem, tu vas les avoir. Mais elles ne seront pas celles auxquelles tu t’attends. Ne bouge pas, tu m’as bien comprise. Et quoi qu’il arrive, ne t’inquiète pas, je ne ferai pas de mal à Kany.
    Gillem ne put qu’acquiescer. Saura tourna son visage reptilien vers la roulotte des de Perrin, tira un long poignard de sa botte, et s’avança vers une ombre, que Gillem distingua rapidement comme étant Kany. Cabel retint son souffle.
    Saura se tenait dans l’ombre. Elle jeta la capuche de son manteau sur sa tête, et émit des sifflements destinés à attirer l’attention de Kany.
    Celle-ci tourna la tête et s’avança de quelques pas.
    - Qui êtes-vous ? demanda-t-elle, à la fois inquiète et intriguée.
    Saura recula, regarda à droite et à gauche comme pour vérifier s’il n’y avait personne pour les écouter, tout en conservant une main derrière son dos –celle qui tenait la dague- et de l’autre elle faisait signe à Kany de s’approcher.
    - Que me voulez-vous ? demanda Kany, qui, sans s’en rendre compte, agissait exactement comme Saura l’entendait.
    N’avance plus ! pensa Gillem. N’avance plus !
    Mais il voulait savoir ce que Saura avait en tête. Cette dernière poursuivit son petit jeu jusqu’à ce que les deux femmes soient juste à côté de lui, et que Kany soit juste devant la tueuse à gages.
    Kany paraissait mille fois plus belle, placée ainsi près de Saura ; plus grande, plus blanche, plus rayonnante de vie qu’à l’ordinaire. Cependant, sa bouche se tordit pour créer une laide grimace de surprise lorsque Saura abaissa sa capuche.
    - Vous ! s’écria-t-elle.
    Avant qu’elle n’émette un autre son, celle qui lui faisait face plaça son arme contre sa gorge, d’un geste si rapide que Gillem ne put le voir. Le jeune homme se raidit, mais se souvint de la promesse de Saura, et décida de lui faire confiance, pour l’instant.
    - Et oui, moi. Je suis, comme qui dirait, ta mauvaise conscience, n’est-ce pas, Kany ?
    - Qu’est-ce que vous voulez ? De l’argent ?
    - Voyons… l’argent viendra après. Pour l’instant, je veux que tu me racontes une jolie histoire, tu sais bien, celle de la fille qui n’était plus amoureuse de son fiancé, qui ne pouvait plus le voir et qui voulait s’en débarrasser honnêtement ?
    - P…pourquoi remuer le couteau dans la plaie ? V…vous connaissez cette histoire, vous y avez joué un rôle… Je ne comprends pas… à quoi vous jouez !
    - Ça tombe bien, je ne veux pas que tu comprennes, Kany, siffla Saura. Bien, puisque tu n’as pas envie de me raconter cette jolie histoire, je vais utiliser une autre méthode. Ton fiancé est là ?
    - Grek ? Oui, pourquoi ?
    Le cœur de Gillem fit un bond. L’avait-elle donc remplacé si vite ?
    Les yeux de Kany ne pouvaient se détacher du couteau allongé contre sa gorge. Elle sentait la poigne intraitable de Saura lui serrer le bras. Elle ferma les yeux et se risqua à déglutir.
    - Appelle-le, ordonna Saura.
    - Grek ! obéit Kany sans hésiter. Grek, peux-tu venir s’il-te-plaît ?
    Gillem commençait à comprendre. Mais l’explication lui semblait trop monstrueuse, il refusait d’y croire. Cabel, elle, n’avait bien sûr aucune idée de ce qui se passait, mais était profondément étonnée, et se tenait à présent assise sur le sac du jeune homme, une main sur la bouche.
    Un beau jeune homme arriva. À chacun de ses pas, sa cape brodée de fils d’or formant les motifs de son blason se balançait. Son visage avenant souriait en entendant la voix de Kany. Mais ses traits se crispèrent en un masque difforme quand il aperçut qu’elle était sous la menace d’un poignard.
    - Ne bouge pas, ou je l’égorge, lui lança Saura quand il se fut suffisamment approché à son goût. Sais-tu à quoi tu dois ta place dans le lit de Kany, Grek ?
    Grek regarda autour de lui, puis s’aperçut qu’il n’y avait personne pour lui venir en aide. Il se décida alors à répondre.
    - Oui, Kany était autrefois fiancée à un de Gorane. Mais il a tué sa grand-mère, donc le père de Kany a annulé leur engagement...
    - Est-ce exact, Kany ? l’interrompit Saura en exerçant une légère pression sur le couteau.
    - Oui.
    Quelques gouttes de sang tachèrent sa robe, mais Gillem ne songea plus à réagir. Il attendait la confession de Kany.
    - Non, non ! cria précipitamment la jeune femme. Gillem de Gorane n’a pas tué sa grand-mère. C’est…c’est elle. J’en avais assez de Gillem. Je ne l’aimais plus. Et quand Hynria de Gorane a eu son second fils, mon père a pris peur, il craignait que Gillem ne soit déshérité en faveur de son demi-frère. Mon père et moi avons donc contacté un mage –elle vérifia que personne d’autre que Grek et Saura ne l’avaient entendue- afin qu’il nous débarrasse de nos obligations envers Gillem. Le mage a fait appel à ses services, dit-elle ne montrant Saura. Elle a tué la comtesse, tout en faisant croire que c’était Gillem le responsable. Elle a réussi, tous y ont cru ! Comme ça, j’ai pu rompre facilement d’avec Gillem, nul ne s’est étonné ou n’a protesté !
    Kany se mit à pleurer, mais Gillem n’éprouva plus aucune pitié envers elle. Apparemment, Grek non plus, car il tourna le dos à sa fiancée, et s’en alla sans un mot dans les rues de VifRoc.
    - Pourquoi avez-vous fait ça ? sanglota Kany comme Saura la relâchait.
    Saura rangea tranquillement sa dague dans sa botte, puis se redressa et répondit d’un ton choisi pour enfoncer un autre genre de couteau à l’intérieur de la plaie béante que lui offrait Kany :
    - Gillem avait envie de te revoir. Mais j’ai pensé qu’il préférerait d’abord entendre ta petite histoire… Remercie-moi, je t’ai épargné la peine d’inventer de nouveaux mensonges.
    Kany tomba à ses pieds, évanouie. Saura enjamba son corps, sans oublier de prendre tout ce que la jeune femme avait comme objets de valeur sur elle, et rejoignit Gillem. La petite fée suivit la tueuse du regard, le visage admiratif.
    - Pourquoi as-tu fait ça ? demanda froidement Gillem, encore sous le choc de la trahison de Kany.
    - Pour que tu me laisses en paix.
    - Mais tu aurais pu le tuer avant, fit Cabel. Pourquoi ne pas l’avoir fait ?
    - « À deux, la route est moins longue », comme dit le proverbe. Je te laisse. J’ai à faire.
    - Attends. Tu dois m’expliquer… dit-il. Je n’ai plus à me venger, à présent. Enfin, pas de toi. Mais tu restes une meurtrière cruelle et sans scrupules.
    Cabel crut qu’il était allé trop loin. Elle voleta jusqu’à se placer entre eux deux, mais Gillem la saisit d’un geste disgracieux et la fourra dans sa poche.
    - Pourquoi ? reprit-il. Qu’est-ce qui t’a poussé à devenir… ce que tu es ?
    Elle se rapprocha dangereusement de lui. Cabel remua dans sa poche, mais il la tint fermement.
    - Ma sœur a tué mes parents et mon petit frère devant mes yeux lorsque j’avais sept ans. Elle m’a épargnée. J’ai grandi comme une noix vide, j’avais un corps mais l’esprit embaumé dans une torpeur perpétuelle. Mais vers mes quinze ans, j’ai commencé à me réveiller. J’étais… d’une extraordinaire beauté, et je possédais un véritable charisme, et ma sœur, voyant en moi une menace, a voulu me faire taire à jamais.
    - Ta sœur… murmura Gillem pensif.
    - Ma sœur m’a volé ma beauté et m’a laissé le corps et le visage décharnés que tu vois à présent. Mais au lieu de me laisser dépérir à nouveau comme elle l’espérait, j’ai cette fois réagi. J’ai attendu le moment pour ma vengeance.
    - Mais, fit Cabel qui sortit de l’étreinte de Gillem au prix d’un effort surhumain et en lui lançant un regard noir au passage, voler la beauté de quelqu’un nécessite un sort puissant ! Et à qui ta sœur a-t-elle donné la tienne ? ta beauté… ton ancienne beauté n’est pas restée en l’air…
    - C’est vrai, répondit Saura, qui chercha dans se souvenirs l’image du receveur. Je crois que ma sœur a transféré ma beauté dans un oiseau. Celui-ci est alors devenu à moitié femme. Je ne l’ai vue qu’une fois, puis elle s’est envolée vers le sud, de l’autre côté de la mer.
    - Je m’en rappelle, fit Cabel. J’habitais sur la côte. Moi et ma famille avons vu passer cette femme-oiseau. C’était une étrange vision. Un mauvais présage…
    Gillem, qui ne comprenait rien à leurs histoires de magie, les interrompit en gesticulant.
    - Mais, Saura ! ta sœur ne peut être que la Reine !
    - C’est exact, fit-elle ne leur emboîtant le pas. À présent, je me permets de vous faire remarquer qu’une bataille va bientôt se dérouler, et j’ai l’intention d’y jouer un rôle. Bien entendu, ajouta-t-elle avec son sourire venimeux, vous pouvez tenter votre chance, vous aussi…



  8. #38
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Santes, Weppes du Nord
    Messages
    789
    waaaah Excellent !!!! :rigoler:
    c'est quand la suiiiiiiiiite ????

  9. #39
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    *même chose que Jenrathy*
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  10. #40
    Sharku Invités
    La suite s'il te plait. :notme:
    Allllllllllllllllllllleeeeeeeeeeeeeezzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

  11. #41
    Cristal Invités
    bon... pas de nouveaux commentaires pendant le week-end :sad: je mets quand mm le chapitre 8 pour ceux qui réclament attention c'est bientôt la fin :omg: , après celui-là, il n'y a plus qu'un chapitre !

    -------------------

    Chapitre 8

    Eudes entraîna Merlin, Nnô et Arka dans la forêt de Rocbourg. Son idée soudaine se déplaçait dans chaque recoin de son esprit, il l’observait sous tous les angles pour en découvrir une faille. Il se détendit légèrement quand il fut certain qu’il n’en existait pas. Il ne ferait pas les mêmes erreurs que son ennemie.
    - Arka, demanda-t-il d’un ton pressé, c’était bien par ici que tu as rencontré la reine elfe ?
    Surprise pas la question, Arka ne répondit pas immédiatement, mais finit par acquiescer. Et elle ajouta, méfiante :
    - Comment sais-tu que je l’ai vue ?
    - Je suis l’Elu, répondit Eudes.
    Nnô, au lieu de s’énerver de la nouvelle attitude du jeune homme, de sa présomption insolente, était baigné d’une gaieté surprenante. En quelques secondes, son estime pour Eudes avait effectué une rapide ascension.
    Eudes cessa soudain d’avancer. Merlin allait lui demander ce qu’il avait en tête, quand le mage aperçut une lance pointée vers lui. Merlin leva la tête. Ce n’était pas qu’une lance, mais vingt, qui les encerclaient tous les quatre.
    Une dame elfe, blonde, les yeux tels des étoiles, les rejoignit au centre du cercle. Merlin s’approcha d’elle, prêt à engager diplomatiquement une discussion. Mais Eudes le devança d’un pas, et aux premières paroles qu’il prononça, Merlin s’avoua enfin qu’Eudes était l’ange-roc, bien qu’il n’en eut jamais douté.
    - Salut à toi, Moïra Henekhanon, Reine parmi les elfes, dit Eudes ne levant la paume gauche au niveau de son visage.
    - Salut à toi, Eudes de Rosine, ange-roc, Elu parmi les tiens, répondit l’elfe en le saluant de la même manière. Salut à toi, Myrddin, ajouta-t-elle, puis elle revint à Eudes. Pour quelle raison es-tu ici ? Tu marches sur le territoire de mon peuple !
    Arka s’étonna du ton sec que la Reine elfe employait. Elle avait été si douce avec elle ! Pourquoi Moïra agissait-elle ainsi envers l’Elu ? La jeune femme regrettait de s’être enrôlée auprès de lui. Sa famille, ses amis, et surtout Lur, lui manquaient cruellement. Et ces armes pointées sur elle n’étaient pas pour la rassurer.
    - Je viens offrir à ton peuple une chance de se libérer ! Je désire parler devant l’Assemblée.
    - L’Assemblée ! s’écria Moïra, à présent furieuse. As-tu compris à qui tu parles ! Ou ne fais-tu que réciter une leçon apprise ? dit-elle après avoir jeté un coup d’œil étincelant vers Merlin.
    - Je désire parler devant l’Assemblée, répéta Eudes, d’un ton qui parut extraordinairement calme, près de la colère de Moïra.
    À ce mot, les lances des elfes s’abaissèrent. Ils ne paraissaient pas offensés, remarqua Arka, pas de la même façon que leur Reine. Il semblaient plutôt surpris. Elle se pencha vers Nnô, pendant que les elfes, Moïra et Eudes à leur tête, les escortaient vers un lieu inconnu d’elle :
    - Qu’est-ce que c’est, l’Assemblée ? demanda-t-elle.
    - Eudes a réclamé le droit de parler devant l’Assemblée, c’est-à-dire qu’il va parler devant le peuple elfe, expliqua le gnome. Pendant qu’il parlera, Eudes sera investi des pouvoirs de la Reine ; il sera écouté, il aura l’autorité sur les sages et, surtout, les conseillers de la Reine défendront sa position. Quand à Moïra, elle ne sera plus qu’une elfe ordinaire, durant cette Assemblée.
    - Pourquoi était-elle tellement… fâchée ? On aurait dit que l’Elu avait porté atteinte à son honneur.
    - C’est ce qu’il a fait. En se substituant ainsi à elle, même pour quelques heures, il veut dire qu’il ne la considère pas comme capable de prendre une bonne décision pour son peuple, et qu’il n’a pas besoin d’elle pour soumettre une action d’importance comme il s’apprête à le faire.
    - Et… j’imagine que ce n’est pas sans danger, fit Arka d’un ton moins indifférent qu’elle ne l’aurait voulu.
    - Bien sûr ! s’exclama Nnô. Eudes, si ce qu’il va proposer n’est pas accepté par les elfes, sera tué pour avoir insulté la Reine d’une telle façon ! Il doit être bien sûr de lui…
    Arka baissa la tête, et le gnome se désintéressa d’elle. Elle s’approcha alors de Merlin, qui ruminait de mauvaises pensées, dont elle ne voulait pas en connaître un fragment, tant il paraissait énervé. La jeune femme se sécurisa dans son aura protectrice et ne dit plus un mot jusqu’à ce qu’ils arrivent au village des elfes.
    Elle n’eut pas le temps d’observer les maisons qui se confondaient avec la nature environnante, car la troupe se dirigea vers une grande clairière, où les elfes firent asseoir les quatre étrangers, puis repartirent sans un mot.
    Eudes s’assit bruyamment dans l’herbe.
    - Ils vont aller chercher les sages, dit-il. Mais j’espère que tous les elfes seront là.
    - Ils ne sont plus qu’un millier, murmura Arka.
    Comme aucun d’entre eux ne faisait de commentaire, elle posa une question, qui resta suspendue entre deux lèvres un instant :
    - Si l’Elu est approuvé par les elfes, qu’adviendra-t-il de Moïra ?
    - Les rares fois où j’ai assisté à une Assemblée, c’est toujours la Reine qui a « gagné », répondit Merlin, tout en regardant Eudes.
    - Mais la Reine des elfes n’est pas nécessairement contre celui qui demanda l’Assemblée ? s’enquit Arka. Je veux dire… si ce que l’ange-roc propose est une bonne idée… elle pourrait être d’accord avec lui !
    - Ce n’est pas si simple, dit Merlin. Elle a son honneur à défendre…
    La clairière commençait à se remplir. Les elfes s’asseyaient de part et d’autre, plus ou moins près des quatre étrangers. On aurait dit qu’ils venaient au théâtre, Arka connaissait bien cette ambiance ; discussions entre amis, reconnaissance des membres d’une même famille, rumeurs et ragots.
    Mais, songea-t-elle, ceux qui sont présents ne sont pas qu’un échantillon de la population. C’est tout le peuple elfe que je vois ici !
    Certains d’entre eux, une dizaine peut-être, étaient vêtus de longues toges d’un rouge voyant. Arka aperçut Moïra qui avait délaissé sa robe blanche pour cet habit écarlate. Elle s’assit tranquillement au milieu de son peuple, et un masque de quiétude déguisait son visage.
    Eudes se leva, et lui, en revanche, ne semblait plus aussi calme. Quelques elfes installèrent une estrade, et sic autres, en toge bleue, s’y assirent. Eudes les rejoignit et s’assit en tailleur, au centre de l’estrade, en attendant que tous les elfes soient assis et silencieux.
    Arka, Merlin et Nnô étaient aux premiers rangs. Un des elfes qui portaient la toge rouge vint se poser derrière Merlin.
    - Salut à toi, Myrddin, dit-il. Je suis le sage Kymnell Han. Moïra Henekhanon m’a demandé de t’offrir la robe des sages.
    L’elfe lui tendit une longue cape rouge. Avec élégance, Merlin enleva la sienne, maculée de boue –et de sang- et revêtit celle que lui envoyait la Reine des elfes. Ainsi, il pourrait parler et serait écouté comme un sage elfe.
    - Kymnell, fit Merlin pour attirer l’attention du sage, pourquoi Moïra est-elle habillée ainsi ?
    - Ignorais-tu qu’avant d’être reine, Moïra faisait partie des sages ? Nous lui avons rendu cette fonction, le temps de l’Assemblée.
    - Elle me semble bien jeune pour avoir été élue…
    - Heureux fou qui espère estimer l’âge d’un elfe, sourit Kymnell. Moïra est la plus âgée d’entre nous, ajouta-t-il sur le ton de la confidence.
    Les conversations se calmèrent peu à peu. Quand le silence fut complet, Eudes se leva enfin et, inconsciemment, chacun retint sa respiration. Seul Merlin, à qui le rouge n’allait pas du tout, ne faisait pas attention à ce qui se passait autour de lui, il était plongé dans d’obscures réflexions.
    Eudes ne parla pas immédiatement. Il balaya d’abord la petite foule du regard, captant les yeux de tous.
    - Peuple elfe ! Je suis l’Elu de Roc. Voilà près d’un quart de siècle que vous moisissez ici, prisonniers de cette forêt ! La Reine Mug-Kla vous a condamnés sur ce morceau de terre. Pourquoi n’avez-vous pas réagi ? Pourquoi vous êtes-vous laissés massacrer ?
    Des murmures mécontents fusèrent. Kymnell Han se leva.
    - Mug-Kla possède une magie bien trop puissante pour la nôtre. Elle a exterminé tout ce qui avait rapport à la magie, afin de la réserver à son seul usage. Nous ne pouvions pas lutter ! N’accuse pas les elfes de leur condition, Elu !
    - Je ne vous accuse pas, répondit Eudes. Mais je le ferai si vous ne saisissez pas l’occasion qui vous tend les bras. Mug-Kla est faible, plus pour longtemps. La bataille qui joue son avenir va bientôt avoir lieu.
    - Explique-toi, lui conseilla Merlin.
    Eudes pensa un instant dédaigner sa remarque. Cependant, il ne put s’empêcher de constater que les elfes estimaient beaucoup Merlin. Il développa donc sa dernière phrase.
    - L’armée du Chaos est dirigée par Aestania, la fille de la Reine. Elle est destinée à rejoindre le Maître des Enfers. Celui-ci, en échange, donnera à la Reine ce dont elle a besoin pour conquérir les sept Royaumes entiers… j’ignore encore ce que c’est. Mais, pour l’en empêcher, la première solution est de faire en sorte que l’armée du Chaos perde la bataille contre les Knars. Ainsi, le Maître rejettera Aestania, et ne donnera rien à la Reine.
    - C’est ridicule ! lança un sage. Tu sais bien qu’on ne peut pas tuer les morts-vivants.
    - Ecoutez l’autre solution ! plaida l’un des conseillers, habillés de bleu, qui leva les mains en signe d’apaisement.
    - L’autre solution, reprit Eudes après avoir remercié son défenseur du regard, est de tuer Aestania. En ce moment même, quelqu’un est en route pour le faire. Et c’est là que j’ai besoin de votre intervention. Je veux que vous gagniez du temps pour celui qui doit tuer Aestania. Il faut faire durer la bataille le plus longtemps possible, retarder la victoire des morts-vivants. Pour qu’Aestania meure avant la fin de cette guerre.
    Moïra se leva d’un bond. Ce mouvement permit au cri d’Arka de ne pas être remarqué.
    - C’est ridicule ! C’est certainement une bonne idée, mais c’est ridicule de demander ce service aux elfes ! Regarde, dit-elle d’une voix amère, nous somme un millier ! Dont pas même les deux tiers peuvent se battre !
    Eudes se redressa. Il la trouvait très belle, ainsi en colère, et avec sa robe rouge. Cet étrange sentiment, mêlé de désir et de fierté était nouveau pour lui.
    - Moïra Henekhanon, tu es la Reine des elfes. Ce titre te permets d’être écoutée de toutes les créatures magiques. Les gnomes répondront à ton appel, dit-il en lançant à Nnô un regard explicite. Et, je l’espère, les petites fées, les grandes fées…
    - Elles ne sont plus que trois ! protesta Moïra, sentant ses arguments s’enfuir dans le néant.
    - … mais aussi tous les mages de Roc qui, bien entendu, lanceront leurs dernières forces dans cette bataille, poursuivit Eudes sans tenir compte de son interruption. Il faut les contacter dès aujourd’hui. La bataille commencera dans trois jours, à midi, sur la plaine de l’Entre-deux. Ils devraient tous avoir le temps d’arriver. Si tu fais le nécessaire, bien sûr, conclut-il avec une note de politesse.
    Moïra resta bouche bée quelques secondes, toujours debout, et tous la regardaient. Tous sauf Merlin qui réfléchissait encore, un étrange sourire aux lèvres, et Nnô, qui observait Merlin, l’air méfiant.
    - Et toi, l’Elu ? reprit finalement Moïra. Que vas-tu faire ? Te tourner les pouces pendant que nous jouons nos vies ?
    Elle tentait l’ironie, mais elle savait qu’Eudes avait gagné. Le plan du jeune homme était infaillible, si elle se dépêchait de contacter les créatures magiques du royaume. Et si, évidemment, celui qui devait tuer Aestania n’échouait pas. La reine des elfes n’aimait pas penser que l’avenir reposait sur le combat d’un inconnu.
    - Moi ? répéta Eudes sur le ton du défi, moi, je vais tuer la Reine.
    Un rictus de haine déforma son visage. Cela fit lever les sourcils de Merlin.
    Il était si timide avant, pensa le mage. Mais il a hérité de l’unique qualité de son père. La patience.
    Les six conseillers en toge bleue se levèrent.
    - Peuple elfe ! Acceptez-vous de vous battre ? Pour votre liberté et contre la Reine ? demanda l’un d’entre eux.
    Un grand « oui » surgit de la petite foule.
    - Bien. Alors l’Assemblée est terminée. Préparez-vous à partir en guerre.
    L’Assemblée se dispersa. Ne restèrent dans la clairière que la Reine des elfes, Eudes, Merlin, Nnô et Arka.
    - Je vais envoyer des messages télépathiques aux chefs des peuples que tu as évoqués, ainsi qu’aux mages, dit Moïra, s’adressant à Eudes. J’imagine que tu ne restes pas ?
    - Non, fit Eudes. Je dois être chez Mug-Kla au moment de la bataille, afin de l’en distraire. Si jamais elle utilise sa magie pour aider l’armée du Chaos, vous n’aurez aucune chance. Mais d’abord, je dois te demander un service.
    - Lequel ? s’enquit Moïra, se rapprochant de lui.
    - Mon bras… j’ai été infecté par le venin des gnomes… Peux-tu le guérir ?
    Il lui présenta son membre à demi mutilé. Elle n’eut aucun mouvement de recul, et son visage ne montra aucun dégoût, ce dont Eudes lui fut reconnaissant.
    - Ta blessure est très grave… Mais je ne peux rien faire, dit Moïra. Rien. Ce n’est pas moi qui ai le pouvoir de guérir les morsures de gnomes,
    - Qui, alors ?
    Elle secoua la tête, l’air sincèrement désolée.
    - Je l’ignore.
    Eudes ne témoigna aucun désarroi. Il appela Arka.
    - Je vais voir besoin de toi. Tu m’accompagnes jusqu’à Rocbourg.
    - Nous venons aussi, Nnô et moi, déclara Merlin. Moïra, avez-vous des chevaux ensorcelés ?
    - Oui. Prenez-les, ils sont là.
    Il acceptèrent l’offre, et, après avoir salué la reine des elfes, s’en furent tous les quatre vers Rocbourg.

    Les morts-vivants grouillaient derrière Aestania. Ils étaient impatients de se lancer à l’attaque des premiers rangs knars. Ceux-ci étaient déjà prêts à s’enfuir.
    Aestania fendit ses rangs jusqu’à l’arrière-garde. Elle ne voulait pas se mettre en première ligne, c’était trop dangereux. Elle avait le cœur léger, car elle ne doutait pas de la victoire. Ses troupes étaient invincibles. Les Knars ne pouvaient pas tuer ce qui était déjà mort.
    Elle n’avait pas élaboré de stratégie. La veille, sa mère lui était apparue, en rêve.
    « Aestania, demain, tu vas combattre l’ennemi, l’envahisseur qui se dit purificateur. Ecoute bien ce que je vais te dire, et tu appliqueras ces instructions à la lettre.
    - Oui.
    - Dans la plaine de l’Entre-deux, les Knars ne pourront bénéficier de leur expérience militaire. Pas de colline, pas de forêt, pas de boue où s’enliser. Rien que les Knars puissent utiliser contre ton armée.
    - Oui.
    - Lorsque tu auras donné le signal de l’attaque, tu iras dans l’unique maison de la plaine. Ne livre aucun combat, et restes-y tranquille jusqu’à ton triomphe. J’aiderai ton armée de ma magie, afin d’accélérer la victoire. Tu as compris ?
    - Oui. »
    Aestania, arrivée de l’autre côté de son armée, le côté sûr, hurla l’ordre d’attaquer. Aussitôt, les zombies s’élancèrent sur des Knars tétanisés par la vision d’horreur qui s’imposait à leurs yeux. Leurs mages et leurs officiers leur avaient dit que les Rocquois ne possédaient aucune magie, par conséquent, la victoire se devait d’être facile. Ils ne se sentaient pas le courage d’affronter une armée dont ils ne pouvaient tuer les soldats.
    L’avant-garde knare se bousculait pour faire demi-tour, quand les premiers morts-vivants frappèrent. Le choc des deux armées ne fut pas violent. Un observateur placé plus au loin aurait pu constater qu’elles se déplaçaient toutes deux dans le même sens.
    Soudain, au sud, parurent une centaine de cavaliers elfes, suivis par le double de fantassins. Et derrière eux encore, des mages, et après ceux-là, des créatures magiques, et d’autres encore, qui fendirent les rangs de l’armée du Chaos, provoquant une étrange fureur parmi eux.
    Remis de leur première stupeur, et assurés que les nouveaux venus étaient bien des alliés inattendus, les knars se jetèrent alors pleinement dans la bataille.
    Aestania vit l’arrivée des elfes et de leur suite. Mais elle n’intervint pas, et savait que son armée surpassait toujours ses adversaires, sinon au nombre, du moins à la force. Elle partit s’installer à l’intérieur de la grange, comme la Reine le lui avait ordonné. Elle s’assit sur une botte de foin –la grange en était pleine- et attendit.
    Moïra Henekhanon, à cheval, se rendait compte qu’elle avait été manipulée par Eudes, et il était trop tard pour faire marche arrière. En acceptant le plan de l’ange-roc, elle s’était sacrifiée, et son peuple avec elle. Les elfes devaient s’immoler pour le royaume de Roc. Car comment pouvaient-ils survivre à cette bataille ? Ils n’étaient pas là pour gagner. Elle n’ignorait pas à quel destin elle était condamnée.
    Moïra préféra concentrer ses forces à sa survie, plutôt qu’à de vains regrets. Le sang d’un adversaire, qu’elle tuait pour la troisième fois, lui éclaboussa la moitié gauche du visage et elle ressembla alors à la déesse de la Création, la déesse des elfes, à la fois pure et sanguinaire, sombre vierge, dont on ne sut jamais si elle était amie ou ennemie.
    La Reine des elfes, entre deux coups de lance, chercha Aestania des yeux, mais la fille de Mug-Kla n’était nulle part sur le champ de bataille.
    Combien de temps encore va-t-il falloir tenir ? Seule sa mort peut nous sauver.

    Saura était nerveuse en arrivant sur la plaine de l’Entre-deux. La bataille, plus loin, avait déjà commencé.
    - Voilà, fit-elle à Gillem et Cabel, allez-vous battre si vous le souhaitez. J’ai un autre combat à livrer.
    - Attends, la retint Gillem comme elle partait vers une grange isolée, tu as remarqué qu’on était suivi ? Depuis qu’on est entré dans VifRoc, en fait. Un type étrange… dangereux, je pense, et il gagne du terrain sur nous.
    - Bien sûr que je l’ai vu. Je ne sais pas ce qu’il veut .
    - Tu vas avoir un duel déjà assez difficile à livrer. Je veux t’aider. Si celui-ci s’en mêle, on sera à un contre un.
    - Je doutes que tu tiennes longtemps contre cet homme, dit Saura en reprenant sa route.
    - Ne me sous-estime pas ! s’écria Gillem.
    Saura haussa les épaules, sans répondre. Il la suivit. Ils atteignirent l’habitation. Derrière eux, Stebastian arrivait, n’apportant avec lui qu’une pensée, tuer Saura, comme la Reine le lui avait ordonné. Saura entra dans la grange, laissant Gillem et Cabel à la porte, afin qu’ils arrêtent Stebastian, ainsi qu’ils en avaient exprimé le souhait. Elle trouva Aestania allongée sur la paille. On aurait pu la croire morte, immobile comme elle était, car elle avait les yeux ouverts fixant un point invisible, mais sa main était crispée sur son épée. Saura fit un pas vers elle.
    Aestania se releva. Debout, elle dominait Saura d’une tête. Celle-ci dégaina.
    - Je ne vais pas me battre, déclara la fille de la Reine.
    - Très bien. Tu seras d’autant plus facile à tuer, dit Saura en se lançant à l’assaut.
    Elle tenta deux coups d’estoc, qui furent esquivés.
    - Je ne te laisserai pas m’éliminer facilement, qui que tu sois, dit Aestania, qui enchaîna un contre et un appel.
    - Ma pauvre nièce ! Il semble que Mug-Kla a oublié de te doter de l’intelligence lorsqu’elle t’a créé. Car tu n’es qu’un de ses monstres ! Une monnaie d’échange !
    - Tu ne parleras pas ainsi de la Reine ! s’emporta Aestania.
    Sa colère, celle qu’elle n’avait jamais connue, montait en elle. Elle associa plusieurs coups de taille, que Saura ne contra que difficilement. Le défi s’avérait plus dangereux que la tueuse à gages ne l’avait imaginé. Elle entendait le choc des armes dans son dos, et s’inquiétait malgré elle pour Gillem. Saura ignorait ce qui avait poussé le jeune homme à l’aider.
    - Tu es distraite, chère tante ! s’exclama Aestania après avoir manqué de séparer le bras de Saura du reste de son corps.
    - Tiens, tu te réveilles ? Peut-être qu’il est temps de t’apprendre la leçon du niveau supérieur ?
    Saura savait qu’aucune rodomontade ne pourrait l’aider. Si elle continuait à se battre contre Aestania, elle mourrait. Elle n’aurait plus qu’à attendre Aestania en Enfer, où celle-ci viendrait régner pour une bonne partie de l’éternité.
    Je ne vais pas davantage survivre contre elle que je ne l’aurais fait contre cinquante soldats de la Reine. Mais puisque la force ne suffit pas, employons l’intelligence.
    Saura risqua un coup d’œil derrière elle. Gillem ne faisait pas le poids. Plus loin, dans la bataille, aucune des deux armées ne paraissait vouloir prendre le dessus.
    Aestania profita de cette inattention pour porter un puissant coup d’estoc et Saura, déséquilibrée en l’esquivant, tomba à terre. Elle roula sur le côté afin d’éviter une attaque qui visait à lui transpercer le cœur, puis sauta immédiatement sur ses pieds.
    Aestania était infatigable. Saura n’avait pas le temps de se concentrer pour exécuter l’idée qui venait de germer dans son esprit.
    Stebastian, mu par une force surnaturelle, affaiblissait Gillem grâce à de grands mouvements circulaires, emprisonnant le jeune homme et l’empêchant de contre-attaquer efficacement. Celui-ci en venait à penser qu’il aurait eu plus d’atouts pour sa survie s’il s’était engagé dans la bataille contre l’armée du Chaos.
    Soudain, Gillem entendit Saura lui crier :
    - Emmène ton « ami » dans la grange ! Active !
    Gillem tenta de diriger son combat à l’intérieur de la maison. Il vit Saura pousser Aestania dans les bottes de foins, tenter de l’étouffer sous la paille, puis elle tendit son bras en murmurant des mots qu’il ne put identifier. Une boule de feu jaillit de la paume de Saura, incendiant tout le décor en une seconde.
    - Sortez ! cria Cabel. Vite !
    Saura était déjà hors de la grange enflammée, mais Gillem voulut s’assurer que Stebastian y resterait, et réussit à le pousser violemment au cœur des flammes, avant de s’en échapper lui-même, de justesse.
    - Je croyais que tu ne pouvais pas faire de magie ? s’étonna-t-il.
    - C’est tout ce que mes parents ont eu le temps de m’apprendre… Je fais partie des Hauts-Rocs. La magie coule dans mes veines… Allons-nous-en à présent. Il faut que je trouve un cheval… Mais… pourquoi les morts-vivants continuent-ils à se battre ? Ils auraient dû… C’est…
    - Attendez ! fit Cabel comme ils tournaient le dos à l’incendie. Elle… est encore vivante… !
    - Quoi ! s’écria Saura en se retournant. Impossible !
    Aestania sortait de la maison, et on aurait pu croire qu’elle revenait d’un spectacle particulièrement plaisant, car elle souriait, si ses vêtements n’avaient pas à moitié disparu, et si la lame de son épée n’était pas plus rouge que les yeux du Maître des Enfers.
    - Rien n’est impossible à la Reine ! dit Aestania.
    Elle se lança à l’attaque. Les chocs des armes des deux jeunes femmes provoquaient des étincelles. Saura voulut porter deux coups d’estoc, mais la fatigue se faisait sentir, alors qu’Aestania était toujours aussi solide.
    - Gillem ! Qu’est-ce que tu fais ! Viens m’aider !
    Aestania résista plus longtemps à leurs assauts combinés que Saura ne l’aurait voulu. Puis, enfin, elle réussit à lui transpercer le cœur.
    Aussitôt, l’armée du Chaos disparut. Les morts-vivants s’évaporaient les uns après les autres, comme happés par une force invisible. Du côté des vainqueurs surgit un immense cri de victoire.
    Gillem cracha aux pieds du cadavre.
    - Elle a rendu son âme à celui à qui elle appartenait, commenta Saura.
    Ils restèrent silencieux quelques secondes, puis elle se mit en route vers l’armée des elfes et des Knars.
    - Où pars-tu ? Rentrons plutôt à VifRoc.
    - J’ai besoin d’un cheval.
    - Pour faire quoi ? Pour aller où ! s’exclama Gillem. Tu es vengée, à présent ! D’après ce que tu m’as dit, tu devais tuer cette fille pour empêcher la Reine de…
    - Il me reste une chose à faire encore ! l’interrompit Saura.
    - Laquelle ?
    - Prendre le trône.
    - Je viens avec toi.

  12. #42
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Santes, Weppes du Nord
    Messages
    789
    waouuuh surpuissant la bataille ^_^
    le dernier chapitre je vais en manger mon clavier d'impatience :hein:

  13. #43
    Cristal Invités
    :happy: merciiii ! les batailles c le + dur à faire pour moi! :happy:

  14. #44
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    :happy: merciiii ! Les batailles c le + dur à faire pour moi! :happy:
    On a pas l'impression ! :lunette: Au boulot, on veut la suite !
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  15. #45
    Sharku Invités
    ça fait combien de temps que tu fais ça???
    La suite s'il te plait!!!

  16. #46
    Cristal Invités
    ça fait combien de temps que tu fais ça???
    que j'écris ? j'écris depuis que j'ai 8 ans :notme:
    pr la suite je vais attendre qques jours encore avant de la mettre. après tout c'est le dernier chapitre, je v peut-être faire durer un peu le suspsense :notme2:

  17. #47
    Boddah Invités
    Chap.7:

    Cependant, elle épargna sa sœur, qui était plus jeune qu’elle d’une dizaine d’années, à cause d’une certaine pitié que Mug-Kla ne s’expliquait toujours pas. Puis, elle lui infligea un violent traumatisme qui, elle avait espéré, la dissuaderait du trône à jamais.
    ahaha on sait enfin pourquoi saura veut à tout prit accéder au trône, et pourquoi elle dit que le trône lui revient...
    cool cool, je me replonge dans la suite...

    arff ce chapitre est des plus interessant!! les persos prennent d'autre visage, comme saura, je l'apprécie de plus en plus... :love: (ce qui doit être le but!! )
    elle a le caractere hautain, mais franc...enfin c'est un genre de perso que j'affectionne beaucoup!!!
    superbe chapitre, je me lance immédiatemment dans le suivant!!

    Chap.8:

    wouahhh, j'adore le moment de l'assemblée, un beau moment!!

    Gillem ! Qu’est-ce que tu fais ! Viens m’aider !
    Aestania résista plus longtemps à leurs assauts combinés que Saura ne l’aurait voulu. Puis, enfin, elle réussit à lui transpercer le cœur.
    je trouve que tu te débarasses un peu trop facilement de ce combat, tu voulais surement en finir au plus vite, mais comme tu le montrais aestania n'est pas n'importe qui...

    enfin mise à part ça, je trouve ces deux chapitres vraiment excellent et j'ai hâte de connaitre la fin de ton roman!!
    ----------------------
    que j'écris ? j'écris depuis que j'ai 8 ans
    gniiiiiiiiiiiiiiiiiiii :hein:
    purée...ça fait un moment, tu as quel âge? *et dire que ça ne fait que quelques mois que j'écris un peu... :timide:

  18. #48
    Cristal Invités
    merci pour ce commentaire!!! :happy:
    je trouve que tu te débarasses un peu trop facilement de ce combat, tu voulais surement en finir au plus vite,
    bah c comme je disais, j'ai un peu de mal avec les combats, et je savais pas vraiment comment terminer celui-là... fallait bien que saura finisse par gagner !
    d'ailleurs ça me fait plaisir que tu apprécie ce perso, c'est celui que je préfère !

    tu as quel âge?
    c pas une question qu'on pose à une dame :eye: :rigoler: j'ai 17 ans ! et j'écris, j'écris... jusqu'au jour où je me ferai publier !

  19. #49
    Boddah Invités
    c pas une question qu'on pose à une dame :eye:** :rigoler:* j'ai 17 ans ! et j'écris, j'écris... jusqu'au jour où je me ferai publier !*
    et bien, je te le dis sincérement, tu as du talent et j'espère qu'un jour, tu te feras publier et reconnaitre...je pense que tu dois juste affiner certains points mais sinon, par exemple ce roman, ben c'est vraiment prenant, je m'en lasse pas et je suis bien accroché!! :happy:

    d'ailleurs ça me fait plaisir que tu apprécie ce perso, c'est celui que je préfère !
    ben je dois dire, que c'est aussi celui que je préfère. Elle prend beaucoup d'ampleur, et elle évolue constamment dans le roman, et puis ce caractère n'est pas donné à n'importe qui... :love: j'adore ce genre de femme... :blush:

    merci pour ce commentaire!!!
    de rien...

    Edit: et quand tu te feras publier, j'aimerais être le premier à acheter ton bouquin, alors si tu pourrais repasser ici, pour me prevenir...ça serait cool... :notme: lol

  20. #50
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Santes, Weppes du Nord
    Messages
    789
    après on pourra dire à nos enfants : "tu vois ce livre, j'ai été le premier à le lire, et je connais l'auteur" quand Cristal sera la prochaine "RA Salvatore" ça le fera

  21. #51
    Cristal Invités
    après on pourra dire à nos enfants : "tu vois ce livre, j'ai été le premier à le lire, et je connais l'auteur" quand Cristal sera la prochaine "RA Salvatore" ça le fera*
    :rigoler: :rigoler: :rigoler:

    le jour ou je serais publiée jespère qu'on sera plus toute la journée à traîner sur des forums

    et puis ce caractère n'est pas donné à n'importe qui...* j'adore ce genre de femme...*
    c'est une tueuse à gages quand même

  22. #52
    Boddah Invités
    :happy: alors à quand la fin de ton roman? :snif: :hein:

  23. #53
    Cristal Invités
    :snif: c le dernier chapitre... dans quelques jours je n'aurais plus de commentaires... :sad: mais bon ça fait cinq jours que je fais poirauter mes 4 lecteurs ( :love: ) alors voici la fin de l'histoire j'espère qu'elle vous plaira

    ----------------

    Chapitre 9

    Eudes, Merlin, Nnô et Arka entrèrent dans Rocbourg par la brèche qu’avait ouverte l’armée du Chaos dans les remparts. Rocbourg était une grande ville, autrefois, mais elle leur donna l’impression d’un désert. La plupart des habitants avaient fui, et ceux restés sur place tremblaient à l’intérieur de leurs maisons.
    Les quatre cavaliers atteignirent donc le palais de la Reine sans difficulté.
    - Pourquoi as-tu besoin de moi ? demanda Arka à l’Elu, au moment d’entrer.
    - Pardon ? fit-il comme s’il venait à peine de se rendre compte de sa présence. Ah, oui. Tu vas être mon passe-partout. Parle et agis comme la fille de la Reine, et j’irai jusqu’à elle sans problème. Tu l’as assez fréquentée pour pouvoir l’imiter. C’est le moment de montrer tes talents de comédienne.
    - La fille de la Reine… murmura Arka. Lur… enfin, Aestania, je veux dire. Est-ce qu’elle va vraiment mourir ?
    Merlin posa sa main sur l’épaule de la jeune fille.
    - Oui. Lur ne peut être sauvée. Fais ce que Eudes te demande, je t’en prie, dit le vieillard.
    - Il a bien cinq hivers de moins que moi, dit Arka. Et je devrais lui obéir ?
    - L’ange-roc est intemporel. Mais rappelle-toi que tu as promis de l’aider.
    Arka acquiesça. Eudes n’avait pas entendu leur petite conversation. Il lui ordonna de frapper à la porte, qui n’était gardée d’aucun soldat. Elle s’exécuta. Un domestique vint vérifier l’identité de l’importun, salua en la voyant, et ouvrit grand la porte. Nnô entra après elle, puis le mage et enfin Eudes.
    Ils traversèrent plusieurs des longs couloirs sombres du château. Ils ouvraient chaque porte qu’ils voyaient, espérant trouver la Reine de l’autre côté. Mais ils ne la rencontrèrent pas, ni elle ni aucun autre, jusqu’à ce qu’ils ne trouvent la chambre du chef des gardes, ou lui-même était assis à son bureau. Ils entrèrent.
    Il se leva et salua lorsqu’il aperçut Arka, mais son attitude instable trahissait sa méfiance.
    - Mademoiselle ! J’avais cru comprendre que vous étiez en mission pour sa Majesté… elle ne m’a pas prévenu de votre retour.
    - Cette affaire dépasse vos compétences, dit Arka d’un ton sec, tel qu’elle avait entendu Lur le prononcer. Conduisez-nous à la Reine.
    - Je vais appeler un domestique pour le faire. Mais je préférerais que vos compagnons restent avec moi… Un gnome ! Pourquoi ne l’avez-vous pas tué ? Il fait partie de la liste de créatures à éliminer…
    - Taisez-vous ! Faites ce que je vous dis, et ne songez pas à retenir mes invités.
    Le chef des gardes hésitait. Il ne se souvenait pas de telles manières chez Lur. D’ordinaire, selon son souvenir, les rares fois où il la rencontrait, elle se contentait de lui lancer des regards noirs pour lui intimer l’ordre de se taire. Son voyage à l’extérieur l’aurait-elle tant changée ? Conduire un mage et un gnome à travers le palais était contraire à tous les principes de la souveraine. Cependant, déplaire à Lur signifiait déplaire à la Reine. Et cela, il ne pouvait se le permettre.
    - Mademoiselle, je ne crois pas que ce soit possible.
    Eudes jugea qu’il était temps pour lui d’intervenir. Il s’approcha de deux pas du chef des gardes. Celui-ci n’eut pas le temps de dégainer, Eudes l’avait déjà étranglé d’une main.
    - Nous nous passerons de ses services, déclara l’Elu.
    Merlin hocha la tête, et Nnô leur emboîta le pas dans le couloir. Mais Arka, qui avait à présent plus peur d’Eudes que de la Reine, n’osait plus bouger. Exaspéré, Eudes se retourna vers elle. Toute son innocence et sa puérilité avaient disparu de ses traits. Merlin crut un instant qu’il allait la tuer. Le mage s’effrayait de la créature qu’il avait révélée au grand jour. Eudes ne pensait qu’à sa mission, et ceux qui lui faisaient obstacle, c’est-à-dire qui ne l’aidaient pas, mouraient d’une façon ou d’une autre.
    Mais c’est peut-être de ça qu’avait besoin Roc, pensa le mage.
    - J’ai besoin de toi, Arka, dit Eudes d’une voix contrainte. Tu dois m’aider. Si tu ne m’aides pas, tu n’auras aucune chance de retrouver ta famille, tes amis. Quand j’aurais tué Mug-Kla, je pourrais les faire chercher…
    Arka oublia sa peur quelques secondes, mais ne put s’empêcher de penser à Lur. Elle se la remémorait, telle un miroir vivant, et sentit qu’en contribuant à sa perte, elle ne faisait que se suicider.
    Mais Arka n’était pas assez forte pour s’opposer à Eudes, et il le savait. Elle fit donc ce qu’il lui demandait et reprit la tête de leur petit groupe.

    La Reine était assise au centre de sa salle de magie. Elle fermait les yeux afin d’observer le combat qui venait de commencer sur la plaine de l’Entre-deux.
    Lur, enfin, Aestania, lui avait obéi. Le Maître des Enfers croyait avoir la jeune fille à son service, depuis qu’il lui avait offert ce médaillon, trois ans auparavant, mais Mug-Kla avait ensorcelé le pendentif. Cela lui permettait de contrôler sa fille jusqu’à ce que celle-ci ne parte dans la Faille. Tenter de doubler le Maître était dangereux, cependant, les bénéfices dépassèrent ce qu’elle espérait. Ce médaillon lui assurait le triomphe car au lieu de voir Aestania s’engager corps et âme dans la bataille pour assurer son autorité sur ses futurs sujets comme l’aurait voulu le Maître, la princesse était en sécurité, non loin du combat.
    Soudain, elle crut apercevoir un groupe de cavaliers –des elfes ?- arriver vers le champ de bataille, mais un bruit la déconcentra, et la vision s’estompa pour laisser devant ses yeux le décor de sa salle de magie. Elle leva la tête pour voir qui avait osé la déranger. C’était…
    - Lur !
    La Reine se leva, mais la peur la força à se rasseoir brutalement. Il ne lui fallut ensuite qu’une seconde pour se souvenir que sa fille avait un sosie.
    Mug-Kla se mit debout une nouvelle fois, le visage glacé. La jeune fille ne face d’elle quitta son expression neutre, presque souriante, pour se montrer telle qu’elle était, terrifiée.
    - Nous nous sommes déjà rencontrées… n’est-ce pas ? fit la Reine en s’approchant lentement d’elle.
    L’autre recula de quelques pas, muette, prête à s’enfuir, mais elle rencontra la grande table où la Reine préparait ses potions, et n’osa plus bouger.
    - Allons… tu n’es pas venue ici pour rien… tu voulais me dire quelque chose, avant de mourir... Tu m’as ramené mon cheval ? Je t’ai déjà épargné lors de notre première entrevue… tu n’espérais pas m’échapper une seconde fois, si ? je sais très bien ce que je vais faire de toi.
    - Elle ne mourra pas.
    - Merlin ?
    Merlin entrait tranquillement dans la salle de magie. Il ne souriait pas, il ne voulait pas montrer combien il était heureux de la revoir. Il vit les yeux de Mug-Kla briller lorsqu’il prononça ces quelques mots, mais si elle fut enchantée de le retrouver, aucun autre signe ne lui permit de s’en rendre compte.
    - C’est grâce à cette gamine que tu as pu entrer… fit Mug-Kla. Cependant, tu n’es pas la menace dont j’ai été avertie.
    - Tu as commis trois erreurs, Mug-Kla, déclara Merlin, trois erreurs qui te seront fatales.
    - De quoi parles-tu ? Tais-toi, et que le meilleur gagne ! dit-elle, prête à se jeter sur lui.
    - La première, poursuivit Merlin, imperturbable, est d’avoir détruit les pouvoirs des mages. Tu aurais dû t’allier à eux, sachant de quelle façon le pouvoir les attire.
    - Vieil hibou, tu essaies de gagner du temps ! Raconte l’histoire qu’il te plaira de débiter, cela ne m’empêchera pas de te vaincre ! En attendant…
    Elle pointa un index vers Arka, et en jaillit un rayon de feu. La jeune fille crut que sa dernière heure avait sonné, quand Merlin étendit son bâton vers elle, en prononçant une formule. Le rayon fut absorbé par un bouclier, apparu juste à temps pour protéger Arka.
    - S’il-te-plaît, écoute-moi, plaida Merlin.
    Quelque chose dans sa voix, quelque chose d’un peu suppliant, contraignit la Reine à le laisser parler.
    « Ta seconde erreur fut de ne pas prendre Saura plus au sérieux : elle t’empêchera d’atteindre ton but. Je me suis longtemps douté que vous étiez liées toutes les deux. Je n’ai pas encore découvert par quoi.
    - Je te le dirai avant que tu ne meures, c’est promis. Mais sache que je ne crains pas les mages, quant à Saura, je m’en suis occupée. Alors, quelle a été ma troisième erreur ?
    - Tu n’as pas fait attention aux vieilles légendes, je parle surtout de celle faisant allusion à…
    - L’ange-roc ? lança la Reine d’un ton méprisant. Tu es venu me parler de ça ! Je ne crois pas à ces histoires !
    - Tu devrais, fit une voix inconnue, celle d’un garçon finissant de muer.
    Eudes entra dans la salle, suivi de Nnô. Son bras déchiqueté pendait sur le côté, mais l’autre main tenait fermement une épée, celle du chef des gardes.
    - Je suis l’Elu, l’ange-roc, dit-il en guise de présentation, et tout ce que tu dois savoir, c’est que tu vas mourir.
    - Mourir ? ! s’exclama la Reine en riant. Moi, mourir ? Bientôt, et ce n’est plus qu’une affaire d’heures, je serais immortelle !
    - C’était donc ça, murmura Eudes. Le Maître va t’offrir l’immortalité…
    - Oui. Mais je vais t’envoyer en Enfer d’abord ! s’écria-t-elle. Merlin, sors d’ici. Je m’occuperai de toi ensuite !
    Merlin hésita à lui obéir. Il ne savait pas à qui donner son aide. La raison et les sentiments oscillaient au bord du cœur du mage. Il pouvait s’en aller, mais cela revenait à s’enfuir devant le combat le plus important de sa vie. Et puis, laisser Mug-Kla face à ce monstre… mais abandonner Eudes aux griffes de cette sorcière… Il ne pouvait se résoudre à choisir.
    - Merlin, partez, fit Eudes. Je ne veux pas courir le risque que vous l’aidiez.
    - Emmenons Arka, dit Nnô.
    Le mage les laissa donc choisir pour lui, et il sortit de la pièce, avec la jeune fille et le gnome, laissant la Reine et l’Elu face à face.
    La Reine tendit ses deux bras vers le garçon, en marmonnant des formules à toute vitesse, et expédia vers lui deux énormes boules de feu, mais il fut plus rapide encore et les esquiva.
    L’attaque de la Reine fit exploser la moitié de la salle de magie. Elle espéra secrètement que Merlin avait eu le temps de s’abriter.
    Les deux adversaires étaient chacun d’un côté de la table renversée. Le plafond leur tombait dessus morceau par morceau. Ils se jaugeaient du regard.
    Soudain, le bras valide de l’Elu, celui qui tenait l’épée, s’allongea et traversa ainsi l’espace qui les séparait. La Reine évita plusieurs attaques à de l’épée, puis, d’un coup d’index, lança un rayon sur l’arme. Celle-ci devint brusquement brûlante. Eudes fut forcé de la lâcher. Il tenta ensuite de saisir la Reine à la gorge, mais elle créa, à l’aide d’une formule, un bouclier comme celui que Merlin avait utilisé pour protéger Arka, et il ne put la toucher.
    Eudes ramena son bras à sa taille normale. Grâce à ses dons d’Elu, il pouvait prévoir quelques-unes des attaques de la Reine. Celle-ci venait de tendre les bras vers le ciel, qu’on apercevait au travers du plafond démoli. Elle voulait évidemment lancer une puissante incantation. Mais pendant qu’elle la préparait, la Reine était vulnérable.
    L’ange-roc était prêt à la tuer de ses mains. Il voulut la frapper au visage, mais, une fois encore, le bouclier l’arrêta. Il tenta alors de détruire le bouclier, mais sa force physique, bien que décuplée par son statut d’Elu, ne pouvait rien contre la magie. La Reine put donc achever son incantation à l’abri.
    Une lumière bleue enveloppa Mug-Kla. Elle poussa un grand cri. Eudes ferma instinctivement les yeux.
    Quand il les rouvrit un demi-seconde plus tard, les deux adversaires n’étaient plus dans la salle de magie. Il regarda autour de lui : ils se trouvaient dans un désert, le désert des Opales, en pays knar.
    - Pourquoi nous as-tu amenés ici ? demanda-t-il.
    - Nous y serons plus à l’aise, répondit la Reine.
    - C’est vrai.
    En réalité, ici, je ne pourrais plus demander l’aide de Merlin en cas de besoin, pensa le jeune homme.
    Elle avait tenté de le déstabiliser. Il n’allait pas la laisser faire sans réagir.
    Eudes ferma à nouveau les yeux, mais cette fois-ci, c’était pour faire appel à la magie qu’il possédait. La Reine l’observa, immobile. Elle n’était nullement effrayée par ce gamin, qui, pensait-elle, n’était qu’un hors d’œuvre avant le véritable duel, contre Merlin. Il l’avait certes surprise lorsqu’il avait allongé son bras, mais elle était certaine de sortir vainqueure de ce combat sans grand intérêt à ses yeux. Elle attendait de voir quel sort il s’apprêtait à jeter, mais elle n’avait aucun doute de pouvoir le contrer aisément.
    Cependant, elle regretta de n’être pas intervenue plus tôt.
    L’Elu s’était dédoublé. Les deux garçons, dotés des mêmes capacités surhumaines, se lancèrent à l’assaut. La Reine ne les repoussa que difficilement, en s’entourant d’un cercle de hautes flammes afin de les tenir à distance.
    - Vous voulez jouer à ce jeu-là ? leur jeta-t-elle. J’accepte les règles. Je vais moi aussi invoquer un allié.
    Les deux Eudes ne purent que la laisser faire. Elle récita une formule et bientôt, un monstre descendit du ciel.
    C’était une femme-oiseau, haute de près de dix pieds, avec des serres aussi grandes que le visage d’Eudes. Son corps hybride était recouvert d’une armure de bronze, et ses grandes ailes brunes faisaient virevolter le sable autour d’elle. Son bec s’ouvrit et elle émit un cri perçant, puis, s’étant ainsi présentée, elle passa à l’offensive.
    Elle faisait de grands gestes, déchirant l’air de ses griffes, mais ne toucha aucune de ses deux cibles. La Reine observait le combat tranquillement, toujours protégée par les flammes.
    L’un des garçons réussit à grimper sur le dos de la créature, encouragé par sa réplique. La bête s’envola haut dans le ciel sans nuage, et s’agita dans tous les sens afin de le faire chuter. Mais Eudes lui serrait le cou, et, sous la menace de l’étrangler, réussit à la dompter. Il put ainsi s’introduire à l’intérieur du mur de défense de la Reine. Son acolyte criait déjà victoire, mais il disparut d’un claquement de doigt de l’Elu, car ce n’était que la copie du véritable ange-roc. La Reine, furieuse qu’il ait pu percer sa protection, projeta plusieurs boules de feu de ses paumes. Mais au lieu de détruire l’ange-roc comme elle l’avait prévu, les deux sphères enflammées atteignirent le monstre des airs, qui disparut en ne laissant que des cendres pour trace de son passage.
    - Nous revoici face à face, Mug-Kla, dit Eudes.
    - En effet. Tu trompes les apparences, sais-tu ? Tu es beaucoup plus doué que tu en as l’air. Qui es-tu ? Ou plutôt, qui étais-tu avant d’être l’ange-roc ?
    - J’étais ton neveu.
    - Le fils de Saura ? s’étonna la Reine, sans vraiment croire à ce qu’elle disait.
    - Non, j’étais un neveu plus éloigné. Le fils de Fetzig.
    - Ah… Fetzig… J’aurais peut-être dû le tuer, lui aussi.
    - Tu n’en serais pas là.
    - Toi non plus, répliqua-t-elle.
    Ils restèrent figés un instant, s’examinant du regard. L’un d’entre eux allait mourir.
    Si Eudes ne se dépêche pas, il n’aura bientôt plus aucune chance de victoire, pensa la Reine.
    Elle ne pense plus à vérifier le cours de la bataille sur la plaine de l’Entre-deux, pensa l’Elu, il faut que je la tue, rapidement.
    Il l’attaqua si vite, qu’elle n’eut pas le temps de créer son bouclier. Il lui assena un puissant coup au visage. Le nez de la Reine se broya sous le choc. La douleur la plia en deux, mais Eudes lui laissa –involontairement-, un délai suffisamment long pour qu’elle se redresse, une main sur ce qui lui avait servi de nez, derrière laquelle le sang coulait à flots, et projette sur lui un rayon bleuté. Celui-ci atteignit sa jambe. Aussitôt, le membre se recouvrit de glace, et Eudes se retrouva incapable de bouger.
    La Reine s’approcha de lui, respirant avec difficulté.
    - Alors ? pris au piège ?
    Elle parlait doucement, afin d’économiser son souffle.
    - Tu as voulu te mesurer à moi, sombre rêveur… La dernière image que tu emporteras en Enfer sera celle de mon triomphe…
    Elle s’interrompit au milieu de sa phrase. Certaine de la victoire, elle avait perdu toute attention. Eudes avait profité de ce qu’elle se rapprochait pour allonger son bras et la saisir à la gorge.
    - Adieu… souffla-t-il.
    Elle mourut rapidement. Aussitôt, la jambe d’Eudes se libéra, et il revint dans la salle de magie, portant toujours la défunte reine à bout de bras. Merlin et Nnô étaient là, assis à terre, ils les attendaient. Nnô éclata de joie quand il vit Eudes revenir, mais Merlin baissa la tête. Le destin avait tranché à sa place entre ses deux sentiments. Il se leva.
    - Félicitations, Eudes. Je suis fier de toi.
    L’Elu posa le corps de la Reine sur la table, que le mage et le gnome avaient redressé. Il aperçut Arka, qui, elle, attendait dans les escaliers, hors de la pièce. Elle avait refusé d’entrer une seconde fois dans ce lieu maudit.
    - Quand vais-je pouvoir monter sur le trône magique de Roc ? demanda brutalement Eudes.
    - Dès que j’aurai formé un nouveau conseil de Roc qui pourra t’élire. Après, nous pourrons chasser les Knars…
    - Quand ? coupa le jeune homme.
    - Au mieux, je peux te promettre une semaine.
    - C’est trop ! cria-t-il.
    Merlin se tut. Il était évident que l’ange-roc était exténué. Merlin tenta de retrouver dans ses souvenirs un lieu où l’Elu pourrait dormir convenablement.
    - La cérémonie du couronnement aura lieu dans trois jours, déclara Eudes. À présent, je vais aller visiter mon palais.

    * * *

    - Est-ce que je reviendrai un jour ? se demanda Eudes. Merlin connaissait-il l’existence de cet être… l’ange-roc ? S’il m’avait prévenu, je n’aurais pas plongé ma tête dans le lac du Destin. Mais je crois que je suis encore en train de rêver…
    - Non, petit, tu ne rêves pas, lui dit Eudes. Mais tu devrais admettre une bonne fois pour toutes ma présence. Je ne suis personne d’autre que toi-même.
    - Et bien, je voudrais que tu t’en ailles.
    - Voyons, je vais être le Roi de Roc ! Et tu voudrais que je parte !
    - C’est vrai, tu vas être roi, mais pour combien de temps ?
    - Pardon ? Que veux-tu dire ? s’inquiéta l’Elu.
    - Pour combien de temps…
    - Je forcerai bien Moïra à me guérir ! Je sais qu’elle le peut. Je n’aurai qu’à la menacer de détruire son peuple. Je peux tout faire, à présent !
    - Tu es l’Elu ! s’exclama Eudes indigné de voir que le héros de se légendes se révélait être aussi abject, de plus quelqu’un qu’il portait en lui-même. Le garçon ne comprenait pas pourquoi il ne s’était pas rendu compte plus tôt que ces qualités et ces défauts sommeillaient dans son cœur.
    - L’Elu ! L’Elu de qui ? d’une foule de paysans ? Je vais être le roi, et rien d’autre ! Le roi, et j’aurai tout pouvoir. Je peux laisser vivre ou tuer à volonté !
    - Tu ressembles à la Reine…
    - Pourquoi pas ? fit l’ange-roc avec désinvolture. Nous sommes de la même famille après tout.
    - Non, elle est de ma famille, répliqua Eudes, enhardi par la colère. Et tu l’as tuée… Je ne l’aurai pas tué. Tu es cruel. Ton pouvoir m’a été donné pour rendre justice. Au départ, tu n’étais pas ainsi, tu recherchais la liberté des rocquois. Pourquoi te comportes-tu comme… comme une bête ? Comme un monstre ?
    - Mais voyons, petit frère, tu ne veux toujours pas ouvrir les yeux ? Je suis un monstre ! Et c’est tout ce que tu trouveras sur cette terre. Je suis plus qu’un homme, mais moins qu’un ange. Tu peux me considérer comme un diable si tu le souhaites. Je sais bien ce que tu penses, j’entends ton esprit résonner dans le mien. Malheureusement pour toi, je dirige ce corps, ses mouvements et ces actions. Tu ne parleras plus jamais par ta bouche, et tu ne verras plus autrement que par mes yeux. Alors cesse de contester tout ce que je fais, car tout ce que je fais, c’est pour notre bien commun. Je suis certain que tu n’oseras plus protester quand je serais sur le trône de Roc.
    - Tu es infâme. Je te méprise. Tu n’aurais jamais dû être l’Elu.
    - Moi seul avait assez de volonté pour tuer la Reine, dit l’ange-roc. Et c’est moi qui l’ai supprimée. N’oublies pas ça.
    - Je ne veux plus jamais te parler, murmura Eudes. Je ne veux plus jamais t’entendre.
    - À ta guise, petit frère, mais je crains que tu n’aies pas vraiment le choix…

    * * *

    Merlin réussit à trouver de nouveaux représentants au conseil de Roc dans les délais imposés par l’Elu. Le mage, qui avait été promu au rang de ministre du royaume, s’adonnait à ses nouvelles tâches avec un enthousiasme quelque peu acide. Il tentait d’oublier sa tristesse dans l’activité, mais cette méthode ne réussit qu’à faire apparaître d’énormes cernes très rapidement autour de ses yeux gris. Alors qu’il était autrefois posé et calme, les serviteurs du château le croisaient sans cesse dans les couloirs, marchant d’un pas impatient.
    Arka s’inquiétait pour Merlin, mais Eudes était ravi de cette ardeur. Durant les trois jours qui espacèrent la mort de Mug-Kla et la date annoncée du sacre, le futur souverain de Roc reçut beaucoup de gens, les représentants des marchands, des artisans, des paysans. Il attendait particulièrement la venue de Moïra Henekhanon, qui n’était pas encore arrivée du champ de bataille. Les chefs Knars devaient venir aussi, afin de négocier le renvoi de leur armée dans la paix. Pendant ce temps, Nnô suivait l’Elu partout, lui donnant des conseils, vantant sans cesse ses qualités, mais Eudes ne l’écoutait que d’une oreille et le repoussait le plus souvent.
    Enfin, le troisième jour après la mort de Mug-Kla, Merlin réunit le conseil de Roc dans la salle du trône. Eudes paraissait serein, mais en lui-même, il tremblait de pouvoir enfin s’asseoir sur le fauteuil royal.
    Le chef du conseil, le ministre, dirigeait la cérémonie. Appuyé sur son bâton, Merlin déploya un long rouleau de parchemin, qui indiquait comment procéder pour que l’Elu puisse prendre le pouvoir.
    Beaucoup de rocquois avaient désiré être présents à cet événement, et l’immense salle du trône était bondée. Il revenait des groupes de gens tous les jours dans Rocbourg, et la ville était d’humeur joyeuse. Devant les portes du palais, une foule attendait que le Roi vint prononcer un discours, et le murmure des conversations empêchait au silence qui baignait d’ordinaire ce genre de circonstances de s’installer.
    - Que chacun des douze conseillers s’avance, et pose une main sur le trône, ordonna le mage, et lui-même fit ce qu’il demandait. Après moi, répétez ces paroles : « je déclare que Eudes de Rosine des Hauts-Rocs est apte à diriger le royaume de Roc, et je le choisis pour régner jusqu’à sa mort ».
    Ils lui obéirent.
    - À présent, si quelqu’un ici présent, qui ne fait pas partie du conseil, désire s’opposer à ce que l’Elu monte sur le trône, qu’il crie « je m’y oppose ».
    La foule ne broncha pas.

    - Ne désespère pas ! Il est peut-être encore temps !
    - Tais-toi, fit Saura en mettant pied à terre.
    Une foule attendait aux portes du palais royal, les badauds espéraient apercevoir l’Elu, le sauveur de Roc, le futur Roi. Saura et Gillem eurent de la peine à atteindre la porte, et entrèrent à l’intérieur du château plus difficilement encore : Trois gardes leur interdisaient le passage. Ce fut grâce à Cabel qu’ils réussirent à se faufiler dans le palais, car la petite fée se métamorphosa en insecte et les soldats, tentant de l’arrêter, délaissèrent leur poste.
    Les souvenirs d’enfance de Saura étaient vagues, mais la foule, qui avait profité de l’absence d’obstacle pour envahir le château, derrière elle, fit preuve d’imagination. La jeune femme et Gillem trouvèrent ainsi rapidement la salle du trône, suivis de centaines de rocquois.
    - Je m’oppose à ce que Eudes monte sur le trône ! hurla-t-elle.
    La voix rauque de Saura imposa le silence à tous. La foule déjà présente dans la salle la laissa passer jusqu’au centre, où se tenaient Eudes, Merlin, et les conseillers. Gillem ne la suivit pas.
    - Quelle raison invoques-tu pour entraver mon accession au trône ? s’enquit Eudes sur un ton ironique.
    - Je suis Saura des Hauts-Rocs. Je suis la sœur de Mug-Kla. Par conséquent, je réclame le trône magique de Roc.
    - As-tu des preuves assurant de ton identité ? demanda l’un des conseillers.
    Elle lui jeta son médaillon, gravé du loup des Hauts-Rocs, dans les mains. Les douze vinrent l’observer, et conclurent qu’il était authentique.
    - Comprends bien, reprit le même homme en lui rendant le pendentif, que l’ange-roc peut se permettre des prétentions plus hautes sur le trône que toi. C’est lui qui a délivré le royaume du tyran. Sans lui, elle serait à présent immortelle…
    - Sans moi, l’interrompit Saura, provoquant à la fois l’indignation et l’admiration dans la foule, elle serait immortelle. J’ai tué sa fille.
    Ces mots provoquèrent des conversations parmi les spectateurs. À nouveau, on demanda à Saura de démontrer ce qu’elle avançait, et cette fois-ci, elle demanda à Gillem et Cabel de témoigner. Eudes, voyant ses conseillers perplexes, décida d’intervenir.
    - Regarde-toi, Saura ! Comment espères-tu convaincre les Rocquois de te suivre ? Personne ne peut te regarder en face ! De plus, tu l’as dit toi-même, tu es la sœur de la Reine ! Qui sait si tu ne deviendras pas comme elle ?
    Le public murmura son approbation, mais Saura ne parut aucunement troublée. Au contraire, elle poursuivit avec plus d’assurance, si c’était possible :
    - Et toi, Eudes ? Il semblerait que tu aies oublié d’informer tes conseillers d’un détail capital… Celui que tu vas mourir dans quelques mois !
    Elle cria presque ces derniers mots, ravie de voir le sourire qui siégeait sur le visage de l’Elu disparaître au fur et à mesure qu’elle parlait.
    - De… de quoi parles-tu ? articula Eudes, livide, sentant la victoire lui échapper.
    - Soulève ta manche droite, et ne me dis pas que tu avais oublié…
    Tous les visages tournés vers lui, Eudes ne put que faire ce qu’elle ordonnait. Ses conseillers et les rocquois découvrirent alors la blessure causée par les gnomes. La croûte noire le rongeait jusqu’à l’épaule. Le jour où elle atteindrait son cœur, il mourrait aussitôt.
    Merlin baissait la tête. Plusieurs personnes dans la salle durent aller se vider de leur dégoût. Arka ferma les yeux, et Saura laissa un sourire triomphant éclater sur son visage. Son regard et celui de l’Elu se croisèrent.
    Ils se jetèrent l’un sur l’autre, et commencèrent à se battre, à main nues.
    Saura était beaucoup plus agile que lui et savait utiliser les avantages que lui offrait un adversaire manchot, mais Eudes était bien plus fort et les dons de l’ange-roc lui assuraient une certaine supériorité, particulièrement sa vitesse qu’il utilisait sans gêne. Alors que la jeune femme voulait le frapper du pied au visage, il lui attrapa vivement la jambe, et la fit tourner autour de lui. Elle se libéra d’elle-même, en lui enfonçant son coude dans le bras. Elle bondit sur lui, ses longs doigts maigres recroquevillés comme des griffes tendus en avant.
    Les regards se détournèrent, horrifiés par tant de haine, mais nul ne quitta la salle, et personne n’osa intervenir. Le dénouement de ce combat désignerait le prochain souverain du royaume.
    Saura se retrouva à terre, un œil poché et les lèvres fendues, tandis qu’Eudes avait une oreille déchirée. Il lui assena un grand coup de poing dans l’épaule, et un craquement sordide indiqua à tous les spectateurs qu’il lui avait fracturé l’os. Elle voulut riposter, mais la douleur lui empêcha tout mouvement.
    En lui-même, Eudes ricanait aussi fort qu’il le pouvait. Il ne devait pas rire ouvertement, il savait qu’un Roi de Roc ne se comportait pas ainsi. Il voulut prononcer une phrase mémorable pour la chasser, trouver quelques mots à dire d’un ton majestueux afin de sceller cette victoire à jamais dans les légendes du royaume. Mais il ne put que lui cracher :
    - Vas-t’en ! Ne remets plus jamais les pieds dans ce palais. Ne reviens plus jamais dans Roc !
    Saura se pinça les lèvres, et se mit debout avec difficulté ; elle se doutait que nul ne viendrait l’aider à se relever. Mais ils allaient tous payer leur choix, elle voyait bien que l’ange-roc avait hérité du mauvais sang de la dynastie des Hauts-Rocs. La jeune femme savait qu’elle reviendrait, et pour incarner à la fois sa vengeance et la liberté. Cette liberté tant attendue par le royaume, dont Eudes faisait miroiter une parodie devant le peuple en ce moment même.

    Elle partit sans un mot.

    La foule acclama alors son nouveau roi.

    Arka espéra qu’il tiendrait ses promesses envers elle.

    Seul Merlin accorda un dernier regard à Saura.

    Quant à Gillem, il la suivit.

    THE END

    [PS : il n'y a pas de suite prévue]

  24. #54
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    [PS : il n'y a pas de suite prévue]
    Et ben tu as interêt d'en prévoir une !
    C'est génial !
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  25. #55
    Boddah Invités
    voilà un beau combat!!! [Celui entre Eudes et la reine]
    tu vois, tu aurais du faire comme ça pour le combat entre saura et aestania... :notme: (lol)


    [PS : il n'y a pas de suite prévue]
    :snif: arff c'est bien domage.... :snif:
    la fin nous laisse vraiment sur notre faim...moi qui voulait tellement que saura( :snif: )gagne...

    en tout cas, je te le dis, j'ai adoré ton roman, à aucun moment je me suis ennuyé!! vraiment excellent!!

    ps: j'espère que tu vas pas nous quitter après ce roman?!... :snif:

  26. #56
    Cristal Invités
    C'est génial !* *
    vraiment excellent!!
    :happy: :happy: :happy: :happy: :happy: :blush:

    merci beaucoup !
    ça me fait plaisir que ça vous plaise !

    ps: j'espère que tu vas pas nous quitter après ce roman?!...*
    bah je viendrai voir ce que tu écris

    sinon je viens de terminer un nouveau roman en solo et Oan et moi on écrit un roman à 4 mains...

    pour le roman en solo vous le verrez ici que si il est refusé par les quatre cinq éditeurs à qui je compte l'envoyer et comme je n'aurai les réponses que dans neuf à dix mois environ... c'est pas pour tout de suite !! (mais si il est publié vous aurez qu'à acheter le livre :rigoler: )

    pour le roman à 4 mains fo aller sur le site qu'a fait Oan pour voir des extraits...

    voilà

  27. #57
    Boddah Invités
    merci beaucoup !
    ça me fait plaisir que ça vous plaise !
    et moi ça me fait plaisir que ça te fasse plaisir que ça nous plaise... :..:

    bah je viendrai voir ce que tu écris
    oui enfin ça ne sera plus pareil... :snif:
    et puis vu à la vitesse où j'écris, je vais pas te voir souvent... :notme: :notme2: :eye:

    en tout cas, je te le dis sincérement, ça m'a fait plaisir de te connaitre!!
    et j'espère que si tu es publié, tu nous préviendras!!*je sais je radote... :blush: *

  28. #58
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Santes, Weppes du Nord
    Messages
    789
    waaah je viens de voir seulement ce soir que le dernier chapitre etait en ligne !!
    c'est excellent ! j'ai bien aimé la fin, mais beaucoup de questions restent sans réponses, ce qui implique une suite
    Que va faire Saura après son départ ?
    Le "vrai" Eudes va t'il reprendre le dessus sur son coté obscur de l'élu ?
    Merlin va t-il rester avec Eudes ?
    Que devient Arka ?
    Est-ce que Gillem est amoureux de Saura ?
    Peut-être un hypothetique retour de Lur des enfers ?
    waaaah je veux la suite !!!! :hein:

  29. #59
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    Bonjour Cristal,
    j'ai lu ton mini roman et je dois dire qu'il y a de l'idée. Je reste cependant fort sur ma faim en ce qui concerne le style général qui se focalise sur des descriptions trop sommaires des actions. Il se passe beaucoup de choses en très peu de temps et on est sans cesse catapulté sans avoir le temps de contempler les personnages et leurs décors.
    Bref, il manque un peu de profondeur. Désolé si je parais abrupt mais tu demandes des avis sincères et je te donne le mien en espérant qu'il ne t'encourage qu'à une seule chose : te replonger dans ton écrit pour l'améliorer. Car dans l'état actuel des choses, les éditeurs auraient en effet beaucoup de mal à l'accepter.
    N'hésite donc pas à nuancer ton tableau, les sentiments, à suggérer davantage plutôt que dire en mots trop courts des émotions plus profondes. Sinon, cela devient très vite caricatural (le pauvre malheureux sensible qui devient soudain héros du monde et qui risque de devenir un monstre à son tour, ce qui en soi est une TRES bonne idée de ton roman, contre la reine méchante et son fils, une vraie abomination. Lur tire encore son épingle du jeu en fille insensible à tout...).
    Voilà. Dis-moi quoi.


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  30. #60
    Cristal Invités
    en tout cas, je te le dis sincérement, ça m'a fait plaisir de te connaitre!!*
    et j'espère que si tu es publié, tu nous préviendras!!*je sais je radote...* *
    on peut tjrs rester en contact en tt cas c promis je préviendrai !

    c'est excellent ! j'ai bien aimé la fin, mais beaucoup de questions restent sans réponses, ce qui implique une suite*
    j'y ai pensé mais bon, je suis déjà partie sur autre chose... mais merci pour tes compliments :happy: :happy:

    Bref, il manque un peu de profondeur. Désolé si je parais abrupt mais tu demandes des avis sincères et je te donne le mien en espérant qu'il ne t'encourage qu'à une seule chose : te replonger dans ton écrit pour l'améliorer.
    merci beaucoup déjà de l'avoir lu et merci pour la critique je sais que j'en ai besoin ! :blush: j'enregistre bien tes remarques !


Page 2 sur 3 PremièrePremière 123 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Lieu] Le Pont des trois Sires
    Par Kasumi dans le forum La Côte de la Lumière
    Réponses: 432
    Dernier message: 18/06/2015, 14h02
  2. [CFA] la suite de la Guerre de la Reine Araignée?
    Par Odea dans le forum Le cabinet littéraire et B.D.
    Réponses: 3
    Dernier message: 16/10/2008, 00h58
  3. « Mon nom est Ange et Reine en Exil. »
    Par Elzen dans le forum Les Annales du RP
    Réponses: 2
    Dernier message: 17/02/2008, 02h57
  4. [BUG] Trois petits bugs
    Par lerikske dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 19
    Dernier message: 25/06/2007, 21h22
  5. [Parodie]Les Aventures des Trois Frères
    Par Lerne de Hydre dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 0
    Dernier message: 16/10/2006, 13h57

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231