Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

Discussion: Les Chroniques de Terre-morte

  1. #1
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages
    2 650
    Ben voilà en faisant le tri dans mon armoire je suis tombé sur un vieux truc que j'avais écris, alors je me suis dis : pourquoi pas le mettre là ?
    Il faut quand même préciser que j'ai eu à faire face à certaines contraintes pour écrire ça, notamment de taille... à l'origine certains passages étaient plus détaillés et les enchainements plus fluides mais j'ai dû raccourcir (c'était un devoir à rendre en fait au départ) et me plier à quelques exigeances de la prof. Mais bon ... ca reste entièrement écrit par moi Enfin bref .....

    Prologue

    Pendant longtemps, Gadia vécut sous la protection de sa déesse-mère Gaïa. Ce qui explique l’importance de la Nature et des forêts sur les différents continents. Gaïa avait en effet créé une planète qui tirait son essence de vie de celle de ses arbres géants. Seuls les animaux et quelques très rares elfes et elfes ailés avaient obtenu le privilège de vivre dans ce monde de paix. Mais d’autres divinités du panthéon contestèrent à Gaïa le droit de s’arroger ainsi un monde. Et nul ne sait trop comment cela se déroula, mais des hommes, des nains, des gnomes et même des orcs souillèrent finalement, par l’intermédiaire de ces dieux jaloux, la terre sacrée de Gadia. Ils se propagèrent comme la peste, répandant ainsi leurs croyances sacrilèges sur les continents, ce qui eut pour conséquence une augmentation de la population elfique, qui, se méfiant de ces nouveaux arrivants, voyait en eux une menace pour leur vie.
    Ainsi naquirent de nouvelles villes, apparurent de nouveaux cultes qui vinrent mettre un terme au monopole de la déesse Gaia. Finalement les humains et autres races vécurent en harmonie avec les elfes et huit royaumes naquirent : Axull (du nom du puissant prince qui le créa), le royaume d’Alménil, la petite province d’Elzemilde, et le royaume elfique de Sardessalar se partageaient le grand continent. Le glacier désertique du nord devint le territoire des chasseurs de Narshiboo, plus au sud un autre continent devint le territoire nanique des Monts de Kagrande et à l’extrême sud se trouvait le royaume de Walmorst. Enfin l’île volante d’Alméride siégeait au milieu des nuages à une altitude que seuls les elfes ailés pouvaient atteindre. Ce territoire qui occupait une place dans le ciel, le plus souvent à proximité, à l’est des terres de Narshiboo, leur était réservé. Pour limiter les discordes, Gaia donna à chacun des huit souverains un artéfact lui ayant appartenu. Ainsi les artéfacts se trouvaient en sécurité et permettaient aux loyaux souverains en place d’affirmer leur pouvoir. A sa grande satisfaction, la déesse Gaïa resta finalement la divinité principale de Gadia, sa grande bonté, et sa dévotion pour eux, lui ayant octroyé le respect de tous les gadéens.
    Mais la folie d’un seul homme avait ainsi réussi à faire sombrer l’équilibre –déjà fragile- de ce jadis si paisible petit monde qu’avait créé la déesse Gaïa. Un homme du nom d’Azard, venu d’un autre monde, et arrivé sur Gadia par ses propres moyens avait décidé de défier les dieux en faisant le rêve utopique de rendre les gadéens maîtres de leur propre destin, jusque là encore largement dépendant des diverses divinités régnantes. Pour ce faire, il créa un empire, éradiquant toute trace de vie végétale pour la remplacer par une autre forme de vie mécanique qui lui permis de procéder à des expériences désastreuses, engendrant des monstres, pour finalement élaborer les plans d’une machine qui lui permettrait de parvenir à ses fins. Afin de réaliser cette machine, Azard, qui avait besoin de certains artéfacts, n’hésita pas à user de sa technologie pour détruire la plupart des royaumes qui s’étaient opposés à son idée. Il s’en suivit ainsi une guerre extrêmement destructrice, annihilant toute forme de vie sur une petite partie de la planète désormais malade, et qui ôta la vie de milliers d’innocents et de soldats.
    Gadia était donc en pleine renaissance, se remettant peu à peu de ce drame, elle en portait encore les stigmates ; plaines « mortes » où plus rien ne poussait que de la terre brûlée, villes en ruines à certains points de la cartes et un empire de Mechazgrad devenu désert fantomatique maudit. Le tout faisant contraste avec l’autre partie de ce monde qui avait échappé au désastre, une nature souriante, des forêts gigantesques au milieu desquelles on trouvait parfois de sublimes villes de pierres blanches en pleine reconstruction, avec de beaux cours d’eau où s’écoule tranquillement une eau tantôt bleue, tantôt transparente.
    Ce monde est ainsi devenu chaotique : certaines villes ne souffrirent pas et s’enrichirent encore, d’autres sans être dans la misère, parvinrent à se reconstruire se contentant de vivre de leurs productions et d’autres encore sombrèrent dans la pauvreté la plus rudimentaire. Si bien qu’on trouvait parfois au milieu de tout ce mélange des cités qui étincelaient telles des émeraudes au milieu d’un tas de pièces en argent. Gadia restait une belle planète, mais elle avait sombré dans l’inégalité des excès, toutes choses y trouvait son contraire et ses habitants commençaient à vivre dans l’indifférence. La paix qui donnait l’impression d’être parvenue à reconquérir le monde n’était en réalité qu’illusoire.

    Les Chroniques de Gadia

    Cela faisait maintenant une semaine qu’Elien et son demi-frère Kei avaient quitté le foyer familial d’Adelsbrough et les terres de Narshiboo. Tous deux rêvaient de partir en quête d’aventure à travers le monde. Ils décidèrent pour cela de se rendre sur le grand continent et son plus riche royaume : Axul. Elien connaissait beaucoup de légendes touchant au grand continent, et il savait qu’il y trouverait de riches seigneurs prêts à payer généreusement de jeunes aventuriers pour les envoyer en quête d’objets fabuleux. De plus le Roi Axul V engageait des mercenaires pour débarrasser ses terres des monstres et démons qui y avaient trouvé refuge il y a quelques années et qui commençaient à lui poser problèmes.
    Après avoir vogué durant cinq jours sur la mer d’Ilnéride, séparant les terres de Narshiboo du Grand continent et ses 5 royaumes, les deux frères parvinrent enfin à Port-Agathe. Leur première étape pour ce long périple qu’ils s’étaient organisés avant d’atteindre la grande, la rayonnante, la céleste cité de Lutémis, la capitale du Royaume d’Axul. Sire Galdor, qui avait recueilli Elien alors que celui-ci n’était encore qu’un nourrisson, et qui l’avait élevé comme son propre fils, lui avait souvent parlé de cette cité qu’il avait traversé durant la grande crise. Pour lui Lutémis fut le rayon de lumière au milieu des ténèbres, son seul rêve au milieu des cauchemars car étant son seul bon souvenir d’une guerre à laquelle il avait participé et au cours de laquelle, s’il s’était certes distingué tant par ses qualités de guerrier que par son intelligence de stratège, –ce qui lui valu un poste de général des armées de l’alliance- il n’en avait pas moins été marqué par les horreurs dont il avait été un témoin privilégié.
    Le soleil entamant déjà sa course descendante lorsqu’ils débarquèrent, les deux jeunes aventuriers décidèrent de rester dans la grande cité pour y passer la nuit avant de reprendre la route. Quittant les docks, ils traversèrent le centre religieux, dédié –comme pratiquement tous les temples au Royaume d’Axul- à Miével, dieu de lumière et de justice et y furent émerveillés par la splendeur et la taille des bâtiments. C’est là que se situaient en effet les plus beaux édifices : de magnifiques palais, avec promenades suspendues qui traversaient les rues pour aller d’un temple à une bibliothèque, le tout bordé par de somptueux jardins avec des fontaines qui faisaient s’écouler une eau d’un bleu pur. Jamais les deux frères n’avaient eu l’occasion de se trouver dans un tel endroit, aussi grand et aussi riche. Il faut dire que c’était la première fois qu’ils quittaient les terres de Narshiboo. Kei fut surpris aussi de constater une présence en masse de soldats, et de soldats qui n’appartenaient visiblement pas au roi, leur emblème marquant leur appartenance à l’église miéviélite. Leur présence était d’ailleurs si imposante qu’elle le poussa à souffler :
    - Eh bien dis-donc, c’est drôlement bien surveillé le coin !
    - Oui, s’étonna à son tour Elien, je me demande ce qu’ils peuvent bien craindre
    Et alors qu’ils devisaient en déambulant tranquillement dans les grandes rues de la ville, leur attention fut attirée par un attroupement qui s’était formé par une altercation qui venait d’éclater. Un chef de garde s’en prenait à un vieil homme, pas très grand qui se distinguait par sa longue barbe blanche et qui portait des habits de clercs :
    - Sais-tu bien ce qu’il en coûte de se faire passer pour un clerc de Miével, vieil homme ?
    Pas moins de sept gardes en armes encerclaient le vieillard qui pourtant ne semblait même pas inquiet, celui-ci répondit alors tranquillement :
    - Oui je sais que ce n’est pas conseillé mais si…
    Et il n’eut pas le temps de finir sa phrase que le chef de garde le coupait :
    - Et tu oses contester la loi de notre Eglise ? s’emporta-t-il avant d’ordonner à ses
    hommes de se saisir du faux-clerc. La foule s’apprêtait alors à se disperser discutant sur le sort réservé au pauvre vieil homme sans défense, s’étonnant d’ailleurs qu’il puisse se trouver des gens assez fous pour oser agir envers l’ordre Miévelite. Et alors que tous n’attendaient plus que les soldats empoignent l’usurpateur, la surprise fût encore plus grande quand celui-ci trouva encore le moyen de lancer dans un rictus ,d’un ton ironique :
    - Hum, c’est pas que vous m’êtes déplaisant capitaine, mais je ne voudrais pas croupir le peu de vieux jours qu’il me reste dans vos cachots tout frais pour une histoire de livre.
    A la suite de quoi il disparut d’un coup dans une sorte de cercle d’éclairs, laissant pantois les gardes et les badauds assistant à la scène dont faisaient partie Elien et Kei. Ce dernier les yeux encore tout écarquillés, ne quittant pas du regard la scène dit alors :
    - Eh bé ! Si tu veux mon avis petit frère, celui là, quelque chose me dit qu’il serait plus sage de s’en faire un ami qu’un ennemi… même si en tant qu’ennemi on a une demi-douzaine de soldats armés jusqu’au dents !
    - Et en sagesse, jeune Kei vous pourrez en apprendre à beaucoup, dit un voix paisible
    qui provenait juste de derrière les deux frères
    - Quoiqu’un peu trop bagarreur pour prétendre au titre de sage peut-être ironisa-t-elle.
    Cette voix, Elien mit enfin un visage dessus, et aussi apaisante fusse-t-elle, elle eut pour effet de leur glacer le sang de surprise, c’était la voix du vieil homme qui, il y a encore une minute était aux prises avec les sept soldats de la garde. Elien, tout de même, parvint à reprendre ses esprits pour demander, sans se retourner :
    - Et on se connaît ?
    - Bien plus que tu ne l’imagines, répondit le mystérieux homme à la barbe blanche, cela fait des années que je t’attends maintenant, et on peut dire que ton cas m’aura donner du fil à retordre… Enfin, tu es là maintenant, c’est un bon début.
    - Un bon début à quoi ? s’étonna Kei
    L’inconnu se mit alors à rire :
    - Tu es venu pour l’aventure, non ? je crois que j’aurais l’occasion de t’en donner plus que tu ne pouvais en demander, mais je manque de correction, je ne me suis pas présenté : Myrfield, ex-archi-druide, passant son temps à se battre pour un monde meilleur, ironisa-t-il avant de reprendre un peu de son sérieux : pas besoin de vous présenter, comme vous l’aurez constater je sais déjà qui vous êtes et sûrement mieux que vous-même encore ! Mais je parle, je parle, je suis désolé mais je vais devoir vous laisser avant que je nous attire des ennuis… Mais avant de vous quitter, si je puis vous donner un bon conseil, évitez les lieux publics, ça pourrait limiter les problèmes. Et ne vous en faites pas, nous aurons l’occasion de nous revoir très bientôt.
    Et il disparut à nouveau, laissant le demi-elfe et son frère perplexes :
    - Drôle de bonhomme, je me demande ce qu’il a voulu dire par-là.
    Le jeune homme ne savait pas quoi penser de cette rencontre plutôt loufoque. Et alors que les soldats se faisaient railler par les badauds, les deux frères quittèrent les lieux essayant de comprendre ce que signifiaient les paroles du druide.

    Le soir venu, ayant beaucoup marché, Kei proposa à son frère d’aller trouver une taverne pour dormir. L’idée ne déplu pas à Dremen, et les deux jeunes hommes prirent donc la direction des faubourgs afin de trouver une taverne dans leurs moyens, celles du centre affichant des prix à faire pâlir n’importe quelle bourse modeste. Après s’être quelque peu perdus, ils arrivèrent finalement en vue, d’une auberge qui semblait animée. Mais avant de pouvoir s’en approcher, les deux aventuriers eurent de nouveau à faire face à une situation qui allait les dépasser totalement ; alors qu’ils hâtaient le pas pour atteindre le haut de la ruelle où ils se trouvaient pour rentrer dans l’auberge, deux hommes sous capes et capuches leur barrèrent le chemin ; le premier réflexe des deux frères fût alors de se retourner, pour constater qu’une troisième silhouette s’était placée derrière eux. Et l’un des deux hommes placés devant prit la parole :
    - Eh bien je sais pas bien qui tu es, mais tu dois être important pour qu’on mobilise la moitié de nos hommes pour te retrouver
    - Euh il doit y avoir erreur sur les personnes, répondit calmement Elien, nous on vient tout juste d’arriver.
    - Alors à moins que ce ne soit pour un service, blagua Kei
    L’homme qui avait pris en premier la parole sourit :
    - Non … Ici c’est nous qui rendons les services !
    Et il sortit dans la foulée une dague, alors que le troisième homme placé derrière dégaina une arbalète. Elien et Kei, instinctivement s’écartèrent alors sur les côtés de la ruelle et l’arbalétrier qui venait de tirer loupa sa cible vit son carreau aller achever sa course dans la poitrine de l’un de ses camarades, qui s’écroula sur le champs. Kei sortit alors une hache qu’il jeta sur le tireur qui s’effondra à son tour, touché de plein fouet, alors qu’ Elien qui venait de sortir son épée, contrait les assauts du dernier agresseur pour finalement lui enfoncer sa lame dans le corps, ce à quoi l’assassin ne survit pas. Encore sous le choc, alors que son frère aîné eut immédiatement le réflexe de chercher des indices sur les corps de ses agresseurs, Elien ne put que constater que pour la deuxième fois de cette folle journée, il s’était trouvé au centre d’une situation qui lui échappait. Il avait l’impression d’avoir foulé du pied un monde qu’il ne connaissait pas, s’y trouvant pour la tout première fois de sa vie, alors que celui-ci semblait tout connaître de lui. Kei interrompit alors ses réflexions :
    - J’ai pas tout saisi, lança-t-il à son demi-frère en lui tendant un parchemin, mais visiblement il n’ y avait pas erreur sur la personne.
    Interloqué, Elien, à la lumière d’une torche accrochée au mur, parcouru de ses yeux le parchemin tendu par Kei, et y reconnu sa description et celle de son frère avec en dessous la simple mention : « s’en débarrasser ». Kei reprit :
    - Je ne sais pas ce qu’on leur a fait, et d’ailleurs j’ignore aussi à qui on a bien pu le faire, mais il y a quelqu’un qui dispose de moyens imposants et qui, je ne sais pour quelle raison, préfèrerait nous savoir six pieds sous terre.
    C’est alors que six gardes, sûrement alertés par un passant, arrivèrent à leur tour sur les lieux de l’agression. Et malgré toutes les explications fournies par Elien et Kei, l’homme qui semblait commander la troupe ordonna à ses hommes de les embarquer vers le fort pour les y emprisonner. Le fort se trouvait presque au centre de la cité, légèrement décalé vers le nord-est, il était grand, mais curieusement, il ne semblait pas si occupé que ça. Les étages supérieurs devaient abriter les bureaux des dirigeants de l’armée, en dessous, devaient se trouver quelques dortoirs et salles de détente pour les gardes, le rez-de-chaussée, qui était plus vaste que les étages supérieurs, était occupé par deux grands halls surveillés de temps à autres par deux ou trois gardes à peine, bordés pas quelques cellules où l’on enfermait des prisonniers ayant commis des délits mineurs et donc ne se trouvant prisonniers que temporairement. Au fond du 2nd hall vers la gauche, se trouvait un escalier descendant vers les sous-sol et les cachots, là l’atmosphère était plus sombre, les conditions plus dures, et au fond d’un long couloir, se trouvant à l’opposé des cachots, des hurlements atroces se faisaient entendre, c’était la salle de torture.
    Ce fut donc dans un cachot que les deux frères passèrent leur première nuit sur ce continent. La cellule leur semblait minuscule, il y avait tout juste la place pour se mettre debout, les murs étaient humides, tout comme la paille laissée par terre en guise de couchette, et la température était plutôt basse. Si Kei parvint tout de même à trouver le sommeil, ne semblant pas trop s’en faire, Dremen, lui, ne pu fermer l’œil, et se repassa en mémoire tous les évènements de cette folle journée. Et toutes ses réflexions aboutissaient à une même question : Y avait-il un lien entre la rencontre avec le druide et l’altercation avec les assassins ?
    Le lendemain vers la fin de la journée, le geôlier conduit les deux jeunes hommes dans les cellules des étages supérieurs ; un responsable de la garde désirait les interroger sur ce qui s’était passé la nuit précédente. Et dans ce genre de cas, on fait toujours remonter les prisonniers la veille pour que ceux-ci soient dans les meilleures conditions pour répondre aux questions, expliqua le geôlier. Alors qu’ils se trouvaient dans le hall du rez-de-chaussée, ils croisèrent deux hommes qui semblaient sur le point de quitter les lieux, l’un était habillé en civil, mais richement paré ; une lourde cape de velours noir, et des habits dignes d’un noble de la plus haute aristocratie du royaume sur le dos, il avait de longs cheveux fins blancs qui descendaient en dessous de ses épaules et une barbe négligée qui faisaient contraste avec la finesse de ses habits. Voyant les deux jeunes prisonniers remonter, il s’arrêta d’un coup, les dévisageant avec un air qui semblait trahir un sentiment de stupeur, l’homme interrogea alors le lieutenant qui le raccompagnait. Intrigué Elien essaya de percevoir les mots qui ressortaient de cette conversation, mais sans succès. Les deux personnages s’entretinrent encore un moment après que les deux frères furent de nouveau enfermés, et finalement, l’homme à la cape de velours reparti, esquissant un sourire de satisfaction, et saluant l’officier qui lui répondit alors :
    - Il en sera fait selon vos désirs éminence.
    Se dirigeant vers la cellule des deux frères il les observa à son tour, et s’approcha d’eux :
    - Vous avez dis venir de Narshiboo, n’est-ce pas ?
    - Oui pourquoi ? demanda Elien
    - Il semblerait qu’on ait des raisons d’en douter ! et, poursuivant avec un air supérieur : il est vraiment stupide de se faire arrêter pour une bagarre de rue quand on est recherché pour avoir participer à un attentat contre des membres de la famille royale d’Alménil.
    Et il s’éclipsa dans les étages supérieurs après avoir laissé ses instructions aux gardes en faction, pendant que Kei et Elien protestaient en vain de toute leur voix contre cette fausse accusation. Et c’est ainsi qu’à la nuit tombée, ils se trouvèrent dans l’un des deux halls au milieu duquel trois soldats avaient disposé une petite table de bois, sur laquelle trônait une bouteille d’alcool que Kei identifia comme étant de la liqueur d’elfes noirs. Les trois soldats avaient décidé ce soir là de passer le temps en jouant aux dés quand la lourde poignée de la porte d’entrée du premier hall frappa trois coups. L’un des soldats se leva, titubant légèrement et ronchonnant d’avoir été désigné par ses camarades pour aller ouvrir la porte. Une silhouette se dessina sous la porte, sortant peu à peu de l’obscurité du dehors. Quand elle fût tout à fait à la lumière, ce furent des sifflets et des cris d’admiration qui l’accueillirent. C’était une jeune fille portant une longue cape noire, sa capuche empêchait de distinguer d’abord ses traits, puis, quand elle tomba, elle laissa apparaître de longs cheveux noirs et dévoila ses traits angéliques, et ses yeux d’un noir étincelant contrastaient avec son teint plutôt pâle. La jeune fille annonça alors qu’elle était venue visiter deux amis à elle, et les gardes à moitié ivres eurent vite fait de lui faire de lui proposer un marché plutôt indécent, ce à quoi, la belle inconnue répondit – à la stupeur des prisonniers- par trois coups de dagues qui égorgèrent deux des trois gardes et transperça le cœur du troisième. Une certaine agitation se fît alors ressentir dans les cellules, la jeune fille s’empara du trousseau de clés qui se trouvait sur la table, se dirigea vers la cellule des deux jeunes aventuriers et, en les libérant, soupira :
    - Dès qu’il y a un coup foireux à faire, c’est à moi que ce vieux cabot s’adresse…je vous jure… Allez dépêchez-vous de sortir avant que la garde ne rapplique.
    Et alors que les autres prisonniers implorèrent la jeune demoiselle de les libérer aussi, ce qui attira l’attention de plusieurs gardes qui se trouvaient aux étages supérieurs, le trio s’enfuit, après qu’Elien eut récupéré son épée à laquelle il tenait beaucoup. Elle était la seule trace de son passé inconnu, Sire Galdor la lui avait remise le jour où il fit son entrée dans l’ordre des rôdeurs de Narshiboo, lui expliquant qu’elle lui avait été confiée en même temps que lui la nuit où il l’avait recueilli. Cette épée était remarquable, sa lame était d’une résistance à toute épreuve et comportait une gravure représentant un femme dont les formes semblaient disproportionnées ainsi qu’une inscription qu’il n’avait jamais su déchiffrer, et la garde était, elle, sculptée de telle manière qu’on eut dit un arbre.
    Les trois jeunes gens partirent donc en direction des faubourgs est de la cité. Tout en suivant la jeune fille, les deux évadés, encore sous le coup de la surprise, essayèrent de lui poser des questions, mais la seule réponse qu’ils obtinrent fût :
    - Désolé mais on a pas vraiment le temps de faire la causette, pour les questions il faudra voir avec Myrfield.
    Cette seule réponse soulagea Elien car il pensait que rien de mieux ne pouvait lui arriver, tout en ne sachant pas expliquer pourquoi ; et il avait l’impression que le vieux druide détenait plus que des réponses à ses questions. Satisfait, il continuait à suivre sa sauveuse sans mot dire. Et les trois jeunes fugitifs poursuivirent discrètement leur course dans la nuit, tout en prêtant attention aux cris provenant du fort qu’ils venaient de quitter, qui avaient pour but de lancer la garde à leurs trousses. Et finalement, alors que le soleil commençait à lancer quelques-uns de ses rayons au-delà de l’horizon, la mystérieuse jeune fille ralenti et le pas et rompit le silence qu’elle avait imposé
    - C’est ici, nous arrivons, les gardes auront du mal à venir vous chercher ici
    Elle invita alors les deux-frères à rentrer dans une taverne remplie d’hommes en armes, qui semblaient plus finir leur nuit que prendre leur petit-déjeuner.
    - Euh …hésita Kei, une taverne n’est pas la meilleure planque pour des fugitifs
    - Ne t’en fais pas, le rassura la jeune-fille, si jamais ils pointent leur nez ici, ils risquent d’avoir des surprises.
    - J’imagine que c’est ici que nous devons rencontrer Myrfield, dit Elien. Au fait, on a pas eu le temps de faire les présentations.
    - C’est juste ! dit la jeune fille, je m’appelle Morgwan, je suis l’apprentie de Myrfield, pas la peine de vous présenter.
    - Et bien, je te remercie Morgwan, poursuivi le jeune homme, tu nous as sauvés d’un bien mauvais pas, pour un peu j’ai bien l’impression qu’on se retrouvait pendu !
    - Pas de risque, ici c’est le bûcher dit Morgwan, et puis pour une bagarre de rue …
    Alors Kei et Elien mirent leur sauveuse au courant de ce qu’ils avaient vu et entendu en cellule. Ce qui à quoi elle répondit :
    - Ah ! je vois, vous avez fait connaissance avec le prélat Nahlek ! c’est vraiment pas de chance ! Précisément ce qu’il aurait fallu éviter. Tu parles d’une situation, la tâche va se compliquer. Nahlek est un homme extrêmement puissant ici, c’est un prélat de l’église miévélite, et l’église miévélite a quasiment tout pouvoir ici, comme au royaume d’Alménil.
    - Alors ce doit être un homme juste ! s’exclama Elien, l’Eglise de Mievel se doit de défendre la justice non ? On m’a toujours dis qu’elle avait accompli des actes merveilleux notamment pendant la grande crise …
    - Tu trouves cette Eglise Merveilleuse ? s’offusqua une voix que les trois jeunes gens
    reconnurent immédiatement : Myrfield était enfin arrivé ! Elien l’observa alors un cours instant, il reconnut tout de suite le vieil homme grâce à sa longue barbe blanche, son aspect paisible et la sagesse qui en émanait.
    - Et bien, ils défendent la vertu, et se battent pour le bien de notre monde se défendit-il.
    - Mon garçon, soupira le vieil homme, on peut dire qu’on t’a donné de bonnes bases en catéchisme. Mievel est effectivement un dieu juste, mais ceux qui le servent sont tout sauf justes ! Sire Galdor ne t’a-t-il pas appris à observer les choses de manière plus profonde ? ou es-tu resté un éternel rêveur au-dessus de ces considérations ?
    Au nom de sire Galdor les deux frères se regardèrent surpris. Comment le vieux druide pouvait-il connaître leur père alors que celui-ci ne leur en avait jamais parlé ? Et avant que l’un d’eux n’eût le temps de réagir Myrfield reprit :
    - Ne t’a-t-il pas montrer une autre voie à suivre ?
    Et c’est alors qu’une vingtaine de soldats et paladins de Miével firent leur entrée dans la taverne bondée.
    - Si, répondit alors Kei, la voie de la sortie, voilà des paloufs qui me rappellent une odeur de cachot que je préfèrerais ne plus avoir à sentir.
    - Je croyais qu’on ne risquait rien ici, chuchota Elien.
    - Mais vous ne craignez rien dit le druide en souriant.
    Et c’est alors que l’un des soldats reconnu les fugitifs et les pointa du doigt en criant :
    - Ils sont là !
    Ce qui fût sa dernière parole, un carreau d’arbalète l’ayant frappé en pleine nuque. Il s’en suivit alors un lourd silence dans toute l’assistance, chacun essayant de comprendre ce qu’il se passait. Et ce fût le paladin général qui comprit le premier :
    - C’est une embuscade !
    Des dizaines de lames de différentes armes furent dégainées dans la foulée ; la vingtaine de soldats eut alors la mauvaise surprise de voir la trentaine de guerriers et autres rôdeurs présents dans l’assistance lui faire face armes à la main. La suite ne fût qu’une boucherie au milieu de laquelle se trouvaient quelques malheureux clients qui cherchaient désespérément à se cacher.
    - Messieurs, cria Myrfield, il vaut mieux s’éloigner d’ici j’aimerai pas être présent lors de l’arrivée des renforts !
    Et il entraîna à sa suite les deux frères et sa jeune apprentie. Tous les quatre montèrent ensuite sur des chevaux et s’enfuirent de nouveau. Quand ils eurent ralenti le rythme Myrfield s’adressa à Elien :
    - Ce n’était pas malin de se faire remarquer par la garde de l’église
    - Mais on avait rien fait ! se défendit Kei
    - Tu vois ! c’est bien la preuve qu’ils ne sont pas si justes lança Morgwan dans un éclat de rire
    - Mais qui étaient tous ces gens ? s’interrogea Elien
    - Des hommes loyaux à ton père répondit calmement le druide
    - Ils ne ressemblaient pas à des chasseurs ou à des gens que je connaisse s’étonna Kei
    - Je parle de son vrai père, son père biologique expliqua Myrfield
    - Comment pouvez-vous le connaître alors que je ne le connais pas moi-même ? répliqua Elien
    - Evidement tu peux avoir des doutes, il est vrai que tu ignores énormément de choses qui risqueront de te faire tomber des nues. Reprit le mage.
    Mais la conversation fût interrompue par des bruits de galops semblant suivre les traces de la petite équipe. Accélérant le rythme, les quatre fuyards ne furent pas au bout de leurs surprises quand, arrivés au bout de la forêt qu’ils traversaient, ils tombèrent nez à nez sur une troupe composés de cinq cavaliers lourdement équipés et d’une quinzaine de fantassins. Au milieu des cavaliers ils reconnurent tous le fameux Nahlek. La petite bande fût forcée de s’arrêter, attendant d’être rejointe par ses poursuivants. Nahlek s’avança d’un air triomphant.
    - J’aurais dû deviner que vous n’alliez pas laisser « l’enfant caché » croupir en prison, heureusement que vous êtes un homme prévisible Myrfield, chercher à rejoindre Alménil par la route principale était un pari osé et vous avez perdu.
    - Et moi, répondit Myrfield, j’aurais dû me rappeler que vous étiez un malin !
    Myrfield avait toujours cet air amusé et paisible quand il parlait, ce qui semblait agacer quelque peu le prélat qui voyait là sa tentative de déstabilisation de son ennemi échouer. Celui-ci s’adressa alors à Elien :
    - Ainsi Doth avait raison, tu étais bien vivant, et maintenant tu aimerais reprendre ton bien. Et tu crois que c’est en fuyant lâchement mes soldats que tu y parviendras ?
    - A-t-on seulement eu la chance de faire autant d’histoires quand toi et Doth avez assassiné notre père ? s’emporta Morgwan
    Le prélat s’emporta à son tour :
    - Mais je ne te permet pas ! Comment oses-tu ?
    Elien avalait toutes les paroles prononcées, comprenant qu’elles concernaient son passé, mais celles qui suivirent concernèrent son plutôt son avenir immédiat, le prélat visiblement emporté, ordonna qu’on exécute les quatre fugitifs. Deux des cavaliers, qui étaient des paladins contestèrent ce manière de procédé mais durent se plier aux ordres du prélat qui s’emporta de nouveau.
    - Vois-tu dit Myrfield, j’ai toujours dit que tu étais malin mais prétentieux et que cela te perdrait
    Et il lança une rapide incantation en langue démoniaque et qui fît surgir au milieu d’une onde de poussière glacée, un être fait de glace mesurant plus de deux fois la taille d’un homme et en faisant trois fois la largeur.
    - Un golem ! s’écrièrent les soldats
    Le golem ouvrit les yeux et fixa Myrfield du regard alors que les soldats demeurèrent pétrifiés devant cette apparition. Ils furent encore plus stupéfaits quand le golem énonça une question :
    - Qui ?
    - Tout ce qui porte une armure de plates dit Myrfield avec un grand sourire amusé
    Et le golem se jeta dans la mêlée, d’un coup de poing fit voler une tête et de son autre main attrapa un cavalier par le cou et le lui rompit d’une simple pression. Cinq soldats prenant leur courage à deux mains décidèrent de l’attaquer mais trois d’entre eux brisèrent leur épée sur l’épaisse couche de glace dont était formé le golem qui d’un revers de la main fit voler ses agresseurs. Le prélat Nahlek se ressaisissant, commença à son tour à prononcer une incantation, mais Morgwan sauta de cheval et l’empoigna violemment pour le projeter à terre.
    - Et bien tu seras le premier à payer !
    Et elle déchaîna une véritable chaîne de feu sur le prélat à terre, qu’elle acheva en lui plantant sa dague dans la gorge. Kei et Elien n’eurent d’autre choix que de prendre les armes à leur tour car leurs poursuivants, une vingtaine de cavaliers, les rejoignirent. Myrfield prononça une nouvelle incantation et le ciel s’assombrit d’un coup, ses yeux devinrent rouges, et levant son bras tendu vers le ciel, il fit jaillir un véritable de mur de flammes qui stoppa temporairement les cavaliers. Pendant ce temps, le golem continuait à massacrer avec rage les malheureux soldats de la première troupe dont une partie avait fini par opter –à leur tour- pour la fuite. Voyant les cavaliers s’apprêter à traverser son mur de flammes, devant les yeux ébahis de Kei et Elien, Myrfield se concentra à nouveau et d’un geste de la main provoqua une gigantesque rafale de vent qui mit à terre tous les cavaliers et qui eut pour effet de faire se propager l’incendie vers eux. Paniqués les deux cavaliers désarçonnés et les deux soldats de la première troupe encore en vie essayèrent de s’enfuir mais, alors qu’ils s’éloignaient, ils furent arrêter par des racines qui sortaient du sol pour se saisir d’eux et les enterrer vivant. Elien, surprit par un tel phénomène en comprit l’origine en regardant sa sœur. Quatre des cavaliers poursuivants parvinrent tout de même à traverser vivants le mur de flammes de Myrfield qui reprenait son souffle, mais Kei une hache dans chaque main se jeta sur eux avec fureur, bénéficiant de l’effet de surprise il eut le temps d’en tuer deux avant que ceux-ci n’eurent le temps de réagir, Dremen vint alors le seconder et à eux deux, ils vinrent rapidement à bout des deux autres cavaliers qui étaient déjà bien entamé par les flammes. Et s’il n’avait fallu qu’un cours instant à Myrfield et à Morgwan pour transformer cette nature riante en scène apocalyptique, il ne leur fallu pas plus de temps pour que tout redevienne comme avant, ce qui fût le comble de la surprise pour les deux demi-frères.
    - Soulagée ? demanda Myrfield à Morgwan après avoir congédié son golem
    - Pas tant qu’il en restera encore un ! reprit-elle
    L’attitude de Morgwan semblait préoccuper le vieux druide, et après être remonté en scelle, il ordonna le départ, expliquant que des mercenaires semblables à ceux qui les avait aidé dans la matinée, avaient monté un camp un peu plus au sud. Ils y arrivèrent dans la nuit, et y furent chaleureusement accueilli, surtout Elien dont les mercenaires semblaient attendre beaucoup, sans que celui-ci ne sache encore parfaitement pourquoi, même si l’affrontement contre Nahlek lui avait donné des indices. Cette troupe de mercenaires avait pour chef un nommé Vargas qui vint se présenter au jeune homme.
    - Vargas était le chef des armées d’Alménil et le meilleur ami de ton père, expliqua le druide. C’est grâce à lui que nous avons pu sortir de la taverne tranquillement, même si au départ, il était prévu que ces braves gens nous accompagnent jusqu’ici.
    Elien remercia Vargas, et celui dit visiblement ravi de voir le jeune homme souri :
    - Ainsi voilà donc enfin notre nouveau souverain ! On va donc enfin pouvoir chasser cette ordure de Doth de ta place !
    - Excusez-moi, dit alors Elien, mais j’ai peur de ne pas tout saisir. Je suis sensé prendre la place d’un roi alors ?
    - Il est temps qu’on t’explique ce qui t’es arrivé ici. Repris Myrfield. Tu es le fils d’Ethan le souverain du Royaume d’Alménil. Ton père hérita logiquement du trône à la mort de son propre père. Seulement voilà, quelques années auparavant, il était tombé éperdument amoureux d’une charmante jeune fille, qui tu l’as compris était ta mère. Seulement voilà, elle avait le malheur d’appartenir au clan des elfes ailés d’Alméride, et beaucoup de gens ont fait courir la croyance que ces êtres portaient malheur. Et ton oncle Doth s’est servi de ce prétexte pour préparer un complot contre ton père, il se fichait bien de savoir si celui-ci avait épousé une elfe ailée ou une naine, ce qui l’intéressait c’était le pouvoir. Mais malgré le fait que les elfes ailés avaient pour réputation de porter malheur, il ne parvenait pas à trouver assez de soutien auprès de siens, alors il fit appel à son autre frère, ton oncle Nahlek, ce faux prélat, qui occupait alors un poste de capelan à cette époque. Il parvint à le convaincre de lui donner le soutien de son église en échange de quoi il rendrait obligatoire le culte de Miével sur tout le royaume. Nahlek contacta ses supérieurs et leur vendit le royaume contre une place de prélat. Et c’est le pontife Palmeh en personne qui s’occupa de fournir les assassins chargés d’assister Doth dans sa « quête ». Celui-ci étant très proche des dirigeants de la guilde des dagues de l’ombre, la guilde de voleurs dominante ici. Mais je pense que tu as pu le constater par toi-même. Miével pouvait devenir la religion dominante de Gadia, et le pontife Palmeh pouvait ainsi s’enrichir et gagner assez de pouvoir pour le satisfaire –encore que- Nahlek devenait le prélat le plus influent de son ordre et Doth put ainsi partir tranquillement massacrer tes parents, ton frère aîné et tous leurs proches. Il se serait bien chargé de toi et de Morgwan mais mon intervention l’a quelque peu dérangé dans ses plans. Je vous fis sortir du royaume pour aller à Narshiboo, l’endroit par excellence où on ne risquait pas de venir te chercher. C’était loin, les assassins et les voleurs n’y durent jamais longtemps, les chasseurs et les rôdeurs n’aimant ces gens. Et le peu de clercs miévélites ayant osé tenter de mettre fin au monopole de notre grande déesse-mère Gaia sur la terre des chasseurs ayant tous disparus au cours de parties de chasse improvisées. Narshiboo n’a jamais accepté d’autres cultes que celui de Gaia. Et c’est tant mieux. L’endroit était parfait. De plus je connaissais très bien Sire Galdor qui était devenu le seigneur de la province d’Adelsbrough. Et je savais que tu y serais en sécurité. Morgwan m ‘ayant prié de la garder avec moi car elle aspirait plus que tout à devenir druide, je me chargeais donc de son éducation. Revenant à Alménil, je m’aperçu que la stratégie de Doth consistant à faire passer ce meurtre pour une action d’une guilde de voleur locale avait partiellement raté. Vargas fut le premier à comprendre ce qu’il s’était réellement tramé et il monta une armée de mercenaires qui s’est accrue avec le nombre de mécontents qu’a provoqué la politique de ton oncle. Cette levée en masse eut au moins le privilège d’occuper l’esprit de Doth, qui du coup, te rangea tranquillement dans un coin de son cerveau, pour se préoccuper de Vargas… en vain. Tu as fini par revenir de toi-même comme prévu. Tu suivais ton destin, je n’aurais normalement dû que t’observer d’abord puis te guider après, malheureusement il se trouve que tu as eu l’idée de traverser le centre religieux, et que Nahlek qui était tout de même un puissant clerc avait senti ton arrivée, alors que jusqu’ici il n’avait jamais cru que tu puisses être encore en vie. Ne te trouvant pas, il a demandé au pontife Palmeh d’envoyer des assassins à votre recherche et re-pas de chance, vous êtes arrêter par les soldats de l’ordre, et vous croisez Nahlek en prison qui vous reconnaît sur-le-champ. Ce qui vous a causé quelques menu soucis, et du coup, Nahlek pouvait justifier l’emploi de soldats pour vous éliminer, vous ayant rajouter une accusation sur le dos.
    Cette longue explication déstabilisa Elien… Lui le simple jeune rôdeur de Narshiboo, parti dans le simple but de se former et de voir du pays, avait depuis le début un avenir tout tracé ? Il pensait plutôt manquer d’assurance et de bon sens pour tenir ce rôle. Et puis, avant même de récupérer ce trône, combien de difficultés insurmontables l’attendraient ? Combien d’armées autrement plus nombreuses que celle des mercenaires leur barrerai la route ? Toutes ces questions le poussèrent à conclure :
    - Je suis désolé… mais je ne suis pas prêt !
    - Dis-toi que tu n’es pas seul … les dieux sont avec toi dit Myrfield
    - Comment le savez-vous ?
    - N’est-ce pas toi qui es venu à moi ? l’interrogea Myrfield
    - Non c’est vous !
    - Erreur mon garçon, moi je t’ai aperçu alors que je faussais compagnie à ces gardes, je savais qu’on finirait par se croiser, demande à Morgwan, mais je ne t’ai nullement chercher. Tu m’as vu avant que je ne te vois. C’est toi qui es venu à moi.
    Dremen ne pu contredire le druide, un pressentiment profond le forçait à croire en lui et à ce que Myrfield lui disait.
    - Ne t’en fais pas, poursuivit le druide, je serai là pour te conseiller, c’est moi qui ai conseillé ton père, et je n’ai pas été capable de le sortir de cette situation. Je lui doit bien ça pour rattraper le mal
    De nouveau, Elien eût le sommeil agité cette nuit-là. Il repensait à tout ce qu’il avait appris, et à la situation insolite dans laquelle il se retrouvait. En trois jours il était passé du statut de jeune rôdeur libre, à qui la vie appartenait, à celui d’homme le plus recherché du royaume et à qui le devoir commandait désormais d’aller faire justice dans un royaume dont il ignorait tout et qui était pourtant le sien.
    Les jours se passèrent, et Elien et Kei, tout en faisant route vers Alménil, reçurent un nouvel enseignement. Et c’est par un jour pluvieux qu’ils finirent par atteindre leur but ; une haute colline d’où l’on distinguait de vastes pleines dans un brouillard, que seules quelques hautes bâtisses venaient percer. On était loin de la luxuriance du royaume d’Axul et de ses foules, ici c’était le chaos, la misère se sentait simplement. Et alors que la pluie continuait à s’écouler de ces longs nuages gris qui s’étendaient à perte de vue, Elien demanda soudainement à Myrfield :
    - Et comment leur prouver qui je suis sensé être ?
    - Tu as une épée, non ?
    - Et alors ?
    - Je ne t’ai pas dis que Doth eut quelques difficultés à asseoir son pouvoir sans un certain artéfact ?… « Un royaume pour une épée »
    Le jeune demi-elfe leva alors son épée vers la lumière pour observer la gravure dont il comprit enfin le sens :
    - Gaia ! souffla-t-il
    Un rayon de lumière perça alors les nuages, et éclaira l’épée.
    - Et maintenant ? demanda-t-il .
    Maintenant ? répliqua Vargas, maintenant on te suit.


    Voilà ... des réactions ? (s'il s'est trouvé quelqu'un d'assez courageux pour lire tout ça :notme2: )
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  2. #2
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est connecté maintenant Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 126
    Eeeuuh, une première impression, à froid, là, comme ça : pourrais-tu séparer plus tes paragraphes, parce que c'est assez difficile à lire...

    Je vais tenter d'aller jusqu'au bout (le prends pas mal, hein !) et j'éditerai mon post pour dire quoi...

    Voilà, voilà

    EDIT : j'ai tout lu, tu décris bien la situation (encore que je ne comprend pas pourquoi un des deux frères a deux noms...), un petit hic : pourquoi Myrfield, si puissant, ne règle-t-il pas tous les problèmes de la cité ? :heu:

    Sinon, franchement, ton style est bon, l'intrigue débute bien...

    Y a une suite ?
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  3. #3
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages
    2 650
    Oui la mise en page est à refaire (c'est un copier coller à partir de word et du coup ça a tout déformé d'une manière bizarre :angry

    Pour Myrfield, en effet ça fait ptêt un peu gros bill mais justement dans la cité il y a des gars assez balaises aussi :eye: quant à la suite euh ... j'avais commencé mais j'ai stoppé et j'ai pas repris parceque j'ai pas retrouvé mon début de brouillon...mais il fût un temps où s'était d'actualité

    Enfin merci ...il s'est trouvé un courageux sur une douzaine pour tout lire
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  4. #4
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est connecté maintenant Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 126
    Et surtout assez courageux que pour poster après :happy:
    Ben oui, kestuveu, j'aime bien lire... puis, j'avais rien d'autre à faire dimanche soir, alors...

    Fais des fouilles archéologiques pour la suite...
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  5. #5
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    Woua qu'est-ce que c'est long !!! :lunette:
    Mais j'ai tout lu, c'est bien. Amenne nous la suite. MAINTENANT !!! :happy: :love:
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  6. #6
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages
    2 650
    Oui évidement la longueur a de quoi en décourager plus d'un ... mais bon j'ai pas trop eu le choix quand je l'ai écris...

    Bref la suite est en cours d'élaboration ...Promis ça sera plus court ! :happy:
    Bon puis je songerai à réécrire cette partie-ci ... y a plein de trucs qui ne me vont pas...
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  7. #7
    lilie Invités
    eh dit donc folken, je ne savais pas que tu étais si bon pour écrire des histoires :p
    .en tout ca je l ai fini , c était sacrément long.....
    mais bien,vivement la suite, et bonne chance pour tout écrire.

Discussions similaires

  1. [TECH] Récuperer Jaheira morte et sortie du groupe
    Par galdric dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 3
    Dernier message: 10/04/2008, 22h32
  2. Chroniques de la Terre du Milieu
    Par Garet dans le forum NeverWinter Nights & NeverWinter Nights 2 : les modules
    Réponses: 13
    Dernier message: 13/01/2005, 21h04
  3. Les Chroniques du Chaos
    Par Chaos dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 6
    Dernier message: 04/08/2004, 22h04
  4. Les Chroniques de l'Ours
    Par Calinours dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 13
    Dernier message: 14/12/2003, 12h32
  5. Un an de Chroniques de sang
    Par Elgaern dans le forum Les Chroniques de Sang
    Réponses: 13
    Dernier message: 09/02/2003, 20h32

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231