Page 2 sur 6 PremièrePremière 1234 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 156

Discussion: [Guilde] Les Gardiens des Arcanes

  1. #31
    ravny Invités
    Originally posted by Oblivion@dimanche 15 mai 2005, 08h48
    -"RAVNY...................... hum, Cher ravny" . Oblivion avait un demi sourire et le paladin rigolait dans sa barbe. " Je veux juste que l'on discute de cela. Depuis le temps que je veux me poser à la guilde afin de faire profiter de mon savoir et de mes compétences."
    -Ravny : :8: Parce que toi t'a du savoir en Magie ???? Coolllll !!! Tu pourrait m'expliquer comment on fait pour choisir drow comme race a NWN heuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu Je veux dire comment on fait pour lancer une boule de feu sans griller tout? Nan parce que vu que certaines salles étaient super poussièreuse ici j'ai lancé des boules de feu pour tout nettoyer mais enfin bon comment direeeeeeeeeeeeeuuuuuuuux .... Ben ca marche mal Côuuaaa !!
    A cet instant Ravny se rendi compte que Hugues de Breizh, Paladin de son état n'arrivait plus du totu a tenir son rang ! En effet ce dernier etait .. comment dire ... mort de rire ?? Oui c'est bien l'expression qui convient... Il était même limite a se rouler par terre ..
    -Ravny Ben quoi ??? j'ai dit une bétise ???

    Ravny jetta un regard Noir au fier palouf et entraina Oblivion dans la guilde ....

    -Ravny : Ben ecoute on a plein de postes libre ici ... Je t'enumère :
    ---Grand Cancelier Suprème Valo .. heuuuuu Bibliothécaire Adjoint Acariatre
    ---Responsable de L'armoire a fourniture Magique
    ---Responsable des Effets Speciaux pour la Saint Manost
    ---Prof de Magie pour les apprenti(e)s
    ---Grand Opérateur Profane de La Constellation Planaire ( Je sais pas encore a quoi ca correspond mais ca tappe comme titre nan ??)
    ---Carrossier de Sphère Palnaire
    ---Inventeur de Sorts
    ---Responsble de la cafetière
    ---Nounou pour Marmotte ( cherche nounou de 15h à 22h tous les Vendredi soir pour cause de Poker au HRC merci )

  2. #32
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    DIJON
    Messages
    688
    Oblivion était fatigué d'entendre tant de mots à la minute. Aussi prit-il le soin de mettre en avant le paladin pour se reposer deux minutes les oreilles.
    Après que Hugues ait subi les foudres vocales de Ravny et de sa marmotte, oblivion revint à la charge.

    -"Pour le moment je ne suis pas encore sur quand à la désignation du poste mais sachez cher Ravny que mes compétences sont à la disposition de le guilde. Maintenant j'aimerai savoir autre chose. Hugues et moi devrons nous rendre dans le monde d'ombre terre...."

    -"Je pourrais venir ? Pas que ça m'amuse de faire une sacrée trotte mais bon je me dois d'aider les égarés. Et les drows le sont vraiment"

    Oblivion regarda Ravny.

    -"Non....non, tu ne l'es plus toi, mais ceux qui se terrent le sont bien plus que ....

    -" Ravny ....." L'entropiste se tue." Je recherche quelqu'un qui pourrait me renseigner sur un chemin secondaire pour aller là-bas."

    Hugues avait l'air pensif. Ses yeux s'illuminèrent .

    -"Humm, s'il y a quelqu'un qui pourrait peut-être nous renseigner, c'est l'ambassadeur Lothringen. Je pense qu'il détient peut -être l'information dont nous avons besoin.

    Ravny était interloqué. Les trois amis s'étaient retrouvés et voila qu'ils parlaient déjà de repartir à l'aventure. Mais la guilde devait fonctionner. Oblivion quand à lui commençait à sentir la sphère chauffer dans sa poche. Son mentor ne s'était pas vraiment manifesté depuis qu'ils s'étaient sortis de l'asile de Mélandis. Le mage drow prit la sphère dans sa main et la sortit de sa poche.
    pour faire parler mon avatar en RP #FF4500
    Statut : Maison finie et heureux papa de trois moussaillons
    La conscience est la voix de l'âme, les passions sont la voix du corps

  3. #33
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    DIJON
    Messages
    688
    Réfléchissant, Oblivion regarda tour à tour ses deux amis. Ravny avait raison. Ce qui les attendaient dans les terres-sombres ne serait pas de tout repos. Le chemin serait long et rempli d'embûches. Mais Oblivion comptait retrouver un groupe d'elfes noirs qui se trouve non loin de la ville maudite. Ressassant ces idées il reprit la parole.

    -"Bien, nous allons nous rendre chez cette personne, Lothringen. Nous allons voir quelles sont les possibilités d'entrer dans les terres sombres sans être repérés. Hugues, sais tu ou cette personne réside ?"

    Hugues indiqua la route à Oblivion qui prit le chemin.
    pour faire parler mon avatar en RP #FF4500
    Statut : Maison finie et heureux papa de trois moussaillons
    La conscience est la voix de l'âme, les passions sont la voix du corps

  4. #34
    Sire de la Canne Invités
    Vol d'une relique

    Marchant d'un pas rapide, Sire de la Canne arriva très vite à la guilde. Mais encore faudrait-il qu'il trouve un nécromancien suffisamment doué pour faire revenir à la vie un homme mort depuis déjà si longtemps. Il s'approcha donc des deux gardes.

    Hola mes seigneurs. Je viens vous voir pour une affaire de la plus haute importance. Je ne peux vous en dire plus, mais sachez que le conseil lui-même nous a demandé de nous en occuper. Et il ne serait pas convenable de refuser une telle requête au conseil.

    Il avait un peu exagéré les choses mais comme cela aurait certainement plus de d'aboutir ainsi, pourquoi se priver?

  5. #35
    Remlin Minelstre Invités
    Quête: Vol d'une relique

    HRP : désolé pour mon arrivée tardive, je viens d'arriver dans le RP, et on m'a permis d'intégrer la quête en m'explicant l'affaire alors voilà

    L'exagération de la chose fit son effet : les deux soldats se regardèrent en se demandant ce qu'ils pourraient bien faire pour satisfaire au mieux à la requête de leur interlocuteur pressé. Puis finalement, ils appelèrent leur supérieur qui après un court débat, grommela et fit finalement introduire Sire de la Canne dans le bâtiment. La marche dura alors plusieurs minutes à travers les longs et tortueux couloirs de la guilde. De temps à autres une invocation lancée d'une salle de cours ou d'un laboratoire venait perturber le silence qui entourait cette promenade, puis après un long moment sans bruit, l'officier de garde stoppa sa marche face à une double porte entre-ouverte. Le soldat sembla hésiter. Il n'était visiblement pas très à l'aise, ce qui étonna le visiteur.

    - Hé bien ? qu'attendez-vous ?

    De nouveau, l'officier grommela... il se retourna vers Sire de la Canne et lui expliqua :

    - On voit bien que c'est pas vous qui allez déranger le vieux fou... Ahem... et puis d'abord, je toquerai juste et vous vous débrouillerez avec lui ... C'est Remlin Minelstre, un des grands maîtres de la guilde, quel que soit votre problème, il y trouvera une réponse je suppose...pour peu qu'il écoute

    Une vieille voix nasillarde traversa alors la porte entre-ouverte:

    - Il écoute.... tellement bien qu'il entend à travers les portes quand on parle de lui !

    Le soldat palit d'un seul coup. A tel point que le jeune manostien crut qu'il allait défaillir sous ses yeux

    - Je vous demande pardon monseigneur ! Ce n'est pas ce que j'ai voullu dire, sauf votre respect, je me demandais s'il importait vraiment de vous déranger pour ... euh pour quoi au fait ?

    La porte s'ouvrit un peu plus, une tête prolongée par une longue barbe blanche se faufilla dans l'entrebaillement les sourcils froncés

    - Alors je demande à ne pas être dérangé, et vous tout ce que vous trouvez à faire c'est de m'amener un dandy sans savoir pourquoi ? Et vous, vous savez pourquoi vous êtez là au moins j'espère ?

    Le ton du vieil homme n'admettait visiblement pas l'erreur ni le bafouillement

    - Certes oui...

    Mais le jeune homme fut immédiatement coupé par le vieux mage qui s'adressa de nouveau au garde

    - Bon alors... j'espère que vous avez une raison valable pour venir m'importuner en pleine recherche ? J'ai là une expérience qui ne souffre d'aucune..... PAR HELM ! MAIS NON BOUGRE DE GROUILLEUX ! La potion de souffre ... DE SOU-FFRE ! Pas la fiole d'antidote d'oncle Barzby ! IMBECILE ! ... Le mage reposa son regard sur les deux visiteurs Excusez, un apprenti que je devrai peut-être confier à votre garde...vu ses compétences... Alors... c'est pour quoi ?

    - Ca y est !!! Je me souviens ! Une affaire confidentielle, ce monsieur vient pour une requête venue tout droit du conseil ! Il voulait voir un mage. Et comme c'est à votre tour de...

    - Oui bon ça va, j'ai compris ... Disparaissez, et que je ne vous y reprenne plus où sinon croyez-moi je vais vous faire passer une sale nuit de garde !

    Le garde fit volte-face et c'est presque en courant qu'il se précipita hors de vue de Sire de la Canne et du mage qui guettait le moment où il ne le verrait plus d'un oeil plutôt noir. Une fois certain de ne plus être dérangé par le soldat, il fit entrer son visiteur en grommelant, se dirigea vers son bureau envahi de parchemins qu'il envoya valser par terre à l'aide de baffes, puis grommela plus fort...

    - Où est donc passée cette satanée pipe ?

    puis le mage entreprit de retourner son bureau jusqu'à ce que son apprenti lui fasse signe de la tête en désignant sa main

    - grumph... Ah ! Voilà ! où avais-je la tête ? ET TOI T'AS PAS AUTRE CHOSE A FAIRE QUE DE ME CONTEMPLER AVEC TON AIR DE BOVIN ??? Surveille moi la marmitte enfin !

    Le vieux mage s'assit sur son haut-siège d'un air grincheux, avalant quelques bouffées de sa pipe puis se mit à lire un parchemin jusqu'à ce que Sire de la Canne décide de se rappeler à lui en se raclant bruillament la gorge. C'est alors que l'enchanteur releva les yeux, et fronça les sourcils à la vue du jeune homme

    -Comment ? vous êtes encore là vous ?

    - C'est que c'est vous qui m'y avez invité.

    Le vieux mage prit un instant pour réfléchir, et d'un coup ses yeux s'écarquillèrent brièvement

    - Ah oui ! C'est juste... très juste.... parfaitement juste ... Que me voulez-vous au juste ?

  6. #36
    Sire de la Canne Invités
    Vol d'une relique

    Sur qui était-il tombé? C vieil homme semblait de toute évidence n'avoir plus toutes ses facultés. Mais cela augurait peut-être de bonnes choses. Car, étant plus vieux, il aurait sûrement de grandes connaissances magiques. Mais encore fallait-il qu'il s'en souvienne et que cela soit les bonnes.

    Alors voilà monseigneur Milnestre. Je ne vais pas y aller par quatre chemins. Un objet d'une valeur inestimable a été dérobé voilà déjà quelques temps de ça. Nous avons retrouvé une personne qui possède très certainement des informations cruciales pour la retrouver.

    Or, il y a un petit problème. Cette personne est décédée depuis un temps certain. Et cela fait que les prêtres ne sont plus capables de le ressusciter de façon à ce qu'il soit de nouveau vivant. En conséquent, nous avons besoin d'un nécromancien pour le faire revenir.

    Cependant, je voudrais vous posez une question avant que vous ne répondiez. Une fois qu'il sera "revenu", aura t’on encore accès à sa mémoire. Par là, je veux dire, pourrons-nous encore l'interroger? Car sinon, mieux vaut le laisser à son repos éternel.

    Ite missa est. La messe est dite. Restait savoir si ce mage avait les capacités et l'envie d'aider le conseil retrouver un objet dont il ne savait rien.

  7. #37
    Remlin Minelstre Invités
    Quête: Vol d'une relique

    En l'occurence, le mage avait plutôt l'esprit complètement accaparé par les aléas de son jeune apprenti qui passait et repassait les bras chargés de livres poussiéreux et de potions diverses et variées. Wilhem pouvait voir les yeux du vieux mage aller au gré des allées et venues de son jeune apprenti, le nez retroussé et les sourcils froncés. Une fois la situation expliquée, il n'y eut pas de réaction de la part du mage trop occupé cette fois à surveiller du coin de l'oeil une marmitte posée dans une cheminée où brulait un feu assez nourri.

    - Hum ! Excusez-moi !

    - Mh ? Ah ...oui, oui je vous écoute, vous disiez ?

    Le jeune enquêteur fit son possible pour réexpliquer la situation le plus calmement possible en faisant bien attention que l'enchanteur prête attention au moindre mot. Et ce ne fut pas sans mal qu'il parvint enfin à exposer sa requête aux oreilles de son interlocuteur, qui retira alors sa pipe de sa bouche l'air visiblement perplexe. N'étant pas homme à se laisser décrocher la machoire aussi facilement, Remlin, écarquilla les yeux, puis avala de nouveau une énorme bouffée en fixant son interlocuteur droit dans les yeux, cette fois-ci, ses traits trahissaient l'expression de surprise :

    - Vous..... Vous êtes sérieux ? le vieux mage ne put alors contenir un rire moqueur et appella son apprenti t'entends ça Archie ? ohoh ... Ce monsieur voudrait qu'on transforme un honnête dessinateur en état avancé de décompostion en mort-vivant.... pour lui faire subir... ouhouh...un interrogatoire !

    à bout de souffle, le magicien se plia et se frappa la jambe dans un fou rire bruyant qui mit mal à l'aise le manostien qui croisa alors le regard de l'apprenti qui le dévisageait l'air interloqué. A la réaction des deux magiciens, Wilhem comprit qu'il n'était visiblement pas possible d'accéder à sa requête. Il croisa alors les bras attendant que son interlocuteur se remette, mais celui, en se tordant dans un nouvel éclat de rire valsa en arrière avec son siège dont le dossier se brisa avec fracas, n'entammant visiblement pas la jovialité soudaine du vieux personnage assis dessus. La scène s'était faite si bruyante que déjà des élèves et quelques mages regardaient par la porte et la fenêtre quelle était la cause de tant de bruit. L'un d'eux, un vieux mage en robe noire avec une barbe noire assez longue vint aider le jeune apprenti à relever son maître qui tentait tant bien que mal de se contenir, visiblement ravi de voir l'homme qui venait de l'aider à se relever :

    - Ah ! Myrfield ! Vieux filou, si tu savais ... ouhouhouh... Remlin tenta d'étouffer un nouveau fou rire incontrôlable, plié en deux, essoufflé, il parvint à se ressaisir un tantinet avant de raconter à son vieux camarade ce qu'on venait de lui demander

    Le second mage se tourna alors vers Wilhem l'oeil rieur, lui lançant une tape amicale dans le dos :

    - Il faut l'ex..

    - ...l'interroger... et pourquoi pas l'inviter à danser après ... et puis on se prend un verre, et on se finit au cimetière décidément désobligeant, le vieux mage était reparti dans un fou rire pendant que le dénommé Myrfield fit signe au jeune apprenti d'emmener son maître un peu plus loin.

    - Il faut l'excuser disais-je, Remlin a toujours été un peu moqueur... Ca n'en reste pas moins l'un des plus grands maitres de cette guilde... Enfin votre requête a de quoi faire sourire, surtout si vous vous présentez comme envoyé du conseil... De une, l'invocation de mort-vivants est interdite à Manost... mais peut-être n'êtes-vous pas Manostien, ou pas depuis longtemps... bref, Helm ne saurait tolérer leur présence impure sur le sol de sa cité bénie. Et quand bien même ce serait pour le servir, allez faire parler un zombie... Je ne sais pas qui vous a conseillé de venir ici, mais il s'est bien fichu de vous finit-il par dire dans un ton complaisant

    C'est alors que Remlin revint suivi de son apprenti, le sourrire avait disparu, la pipe fumait à toute vapeur.

    - Bon, et blague à part... c'est pour ça que vous êtes venu me déranger ? le vieil enchanteur fixa Wilhem dans les yeux d'un regard renfrogné Faudrait quand même être sérieux ! Si vous croyez qu'on a que ça à faire ici ! Remlin s'arrêta alors net dans son réquisitoire, se redressa, comme frappé par un doute, puis se tourna, reniflant vaguement l'air ; Archie ?

    - Oui maître ?

    - MA MARMITTE, BOUGRE DE KOBOLD ! JE T'AVAIS DIT DE LA SURVEILLER !

    Une odeur nauséabonde se fit alors sentir, doublée d'une odeur de cramé, une épaisse fumée sortit alors du laboratoire, où quelques élèves se précipitèrent afin de circonscrire à l'aide de leurs pouvoirs, le sinistre en train de se déclarer. Myrfield visiblement amusé par la scène lança d'un air contenté

    - Sacré Remlin ! Je me demande ce que cette fripouille a bien pu nous sortir... enfin bref... c'est pas tout ça, mais j'ai une brebis à ramener à la bergerie, et il me faut quelques livres pour m'apprendre à parler le langage des brebis... je vais donc vous laisser ! et le visage amusé du mage noir disparut d'un coup

    Dans le laboratoire, on pouvait entendre Remlin pesté tout haut visiblement beaucoup moins amusé que quelques minutes auparavant. Il n'y avait plus grand chose à faire ici, si ce n'est peut-être se faire oublier quelques temps.

  8. #38
    Sire de la Canne Invités
    Vol d'une relique

    On ne se débarrassait pas aussi facilement que cela de lui. Il voulait faire parler ce cadavre et il y arriverait. Foi de canard. Il devait bien y avoir un sort pour accéder à la mémoire d'un zombie et ainsi savoir ce qu'il a dans le crane. Il n'y avait plus qu'à réussir à trouver le moyen d'y arriver. Et ce vieux fou était sûrement la clé. Il décida donc de retourner vers lui pour lui expliquer son idée qui consistait à prendre les renseignements directement dans la tête du dessinateur

  9. #39
    Remlin Minelstre Invités
    Quête: vol d'une relique

    Lorsqu'il revint près de l'enchanteur, Wilhem pouvait presque voir des jets de vapeurs sortir de ses oreilles. Le vieux mage était rouge ; pour sûr, le conseil aurait de ses nouvelles, sans parler de l'officier de garde qui avait osé introduire cet importun qui venait de mettre en l'air une semaine de travail. Le jeune homme insista donc auprès de l'enchanteur en lui exposant de nouveau son idée qui passait à 100 lieues au dessus de la tête de Remlin qui explosa :

    - Mais... mais bouffez-le votre zombie ! faites en homoncule, faites-lui dire une belle messe et passez lui le bonsoir de ma part, mais fichez-moi la paix avec ça à la fin ! je suis enchanteur, pas nécromancien ! Allez donc voir à Mélandis si vous voulez un zombie, pour 100 po je suis sûr qu'ils vous fourniront le sort de charme qui va avec ! Sur ce bonsoir !

    Visiblement fâché, l'enchanteur jeta un dernier regard furieux vers son visiteur, avant de s'en retourner en grommelant et de claquer la porte, coinçant sa barbe dedans et provoquant une nouvelle chute. La porte fermée, on l'entendait jurer après son apprenti qui risquait d'avoir des heures difficiles dans les jours à venir

  10. #40
    Sire de la Canne Invités
    Vol d'une relique

    Il semblait fort que ce vieux croûton n'avait pas envie de coopérer. Au lieu de lui dire qu'il n'était pas enchanteur, il aurait mieux fait de lui dire où trouver celui qu'il cherchait. Comme il ne pourrait sûrement rien obtenir de plus ici, il décida de retourner à la maison du dessinateur.

    C'était sûrement le seul endroit où il était possible de trouver quelque chose pour le moment. En sortant du bâtiment, Sire de la Canne était d'une humeur noire. Mais sa colère tomba rapidement quand il songea à la chute du mage et aux problèmes qu'avait eu sa marmite.

  11. #41
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Dans une tombe au Cormyr.
    Messages
    387
    Une belle journée ensoleillée vit apparaitre, devant les portes de la grande guilde des mages de Manost, un personnage bien étrange, absent depuis longtemps...

    Les gardes, tout de noir vêtus, virent marcher dans leur direction un être encapuchonné et vêtu d'une robe de mage ancienne et abimée, une main gantée et l'autre dissimulée dans une poche. Claudiquant doucement, cet inconnu semblait refroidir l'air qui l'entourait, et personne ne semblait avoir envie de marcher dans son sillage. L'homme, s'il en était ainsi, paraissait grand mais se déplacait de manière pour le moins difficile et voutée. Il n'avait pas l'air de vouloir se presser, comme si l'éternité l'avait fatigué, à tel point même qu'il faillit leur passer sous le nez sans leur adresser la parole. Arrivé à leur hauteur, il leur fit signe de sa main gantée et se redressa. La vision qu'ils eurent alors les glaça d'effroi. Deux yeux rougeoyants les observaient, au milieu d'un visage squelettique couleur du bronze.


    "Puis-je... entrer ?..." entendirent-ils dans un murmure...
    "Shanguinius Demanthalar, pour vous détruire..."

  12. #42
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages
    1 258
    Les regards des deux mages assignés à la garde de la guilde se croisèrent brièvement. Une liche ! Ils avaient en face d'eux une liche ! Visiblement, les deux mages étaient encore jeunes et l'un d'eux fit un pas en arrière visiblement terrorisé. L'autre tenta de garder son sang-froid et regarda les lumières rougeyoante des yeux de son interlocuteurs. Il serrait si fort son baton que ses phalanges en étaient blanches.

    - Je... hum, que voulez-vous, liche ?!

    Son regard implorant, lui, posait une toute autre question informulée : "Pitié, dites-nous que vous ne voulez aucun mal..."
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  13. #43
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Dans une tombe au Cormyr.
    Messages
    387
    Le mort-vivant regarda les deux thaumaturges, amusé, ce qui accentua la lueur de ses orbites en un effrayant halo couleur de sang. Apparemment, ils ne s'attendaient pas à voir ce genre de public en plein milieu de leur belle cité. Même s'ils avaient entendu parler d'un mort-vivant ami de l'émissaire de Helm en personne, Ravestha... La liche parla lentement:

    - Voir... le représentant... de votre chère... guilde...

    A en voir la lenteur de son débit, soit le mort était faible, soit il était particulièrement lent d'esprit. La deuxième solution étant très certainement à éliminer, la première leur parut plus probable. Très bien. Ils reprirent confiance en eux... et cherchèrent un moyen de lui répondre...
    "Shanguinius Demanthalar, pour vous détruire..."

  14. #44
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Dans une tombe au Cormyr.
    Messages
    387
    Avec détermination (et une trouille abominable), les gardes magiciens répondirent que la représentante n'était pas disponible actuellement... et que "Sa Seigneurie" devrait repasser plus tard si cela était important. A cela Shangalar répondit un simple :

    - Très bien.

    L'Archiliche fixa un instant le plus jeune des deux mages de son regard de glace, droit dans les yeux. Celui-ci se sentit défaillir, et se mit immédiatement à penser à sa bien aimée, croyant son heure venue. Fermant les yeux de toutes ses forces et grinçant des dents, il attendit. Rien ne se produisit pourtant, mis à part... un rire. Un rire froid, résonnant comme si tout trois s'étaient trouvés dans une cathédrale dédiée à Helm lui-même. Il rouvrit alors les yeux et vit que la liche rire aux éclats.

    - La prochaine fois, pense plutot à une formule qui te permettra de la retrouver !

    Shangalar se retourna et lança un portail dimensionnel à direction de la promenade des docks, et disparut dans un nuage de fumée.

    Le jeune mage s'épongea le front. Son acolyte se tourna vers lui, et lui demanda :


    - Diable ! De quoi voulait-il bien parler ?

    Il n'obtint aucune réponse.
    "Shanguinius Demanthalar, pour vous détruire..."

  15. #45
    Remlin Minelstre Invités
    [Quête : Le sage et le fou]

    C'était un de ces jours où la guilde des arcanes livrait d'elle un aspect des plus calmes. Calme, en vérité, elle ne l'était qu'en apparence, dissimulant en fait une ferveur des plus discrètes. Si le hall était quasi désert, surveillé par le vieux Simius, un gnome centenaire qui passait son temps à lutter sur son pupitre pour ne pas s'endormir, les couloirs des étages supérieurs étaient le théâtre de nombreuses allées et venues. De-ci de-là, des apprentis se dirigeaient vers la bibliothèque, en quête de vieux grimoires susceptibles de leur donner accès à de vieux sorts oubliés, d'autres suivaient avec peine le vieux professeur prenant la direction de son laboratoire pour se livrer à des expériences dont lui seul saisissait sans doute l'intérêt.

    Au milieu de cette agitation silencieuse se trouvait les appartements du vieil enchanteur Remlin Minelstre. Siégeant sur une estrade, l'air bougon, ce dernier fustigeait du regard un perchoir vide au dessus duquel se trouvait un modeste cabanon de bois dont la taille laissait penser qu'il devait servir de nid à un gros oiseaux. Avalant nerveusement quelques bouffées de sa pipe, le mage se mit à gromeler :


    - Archibald ! Voulez-vous bien cesser de vous défiler ?

    Alors qu'il s'apprêtait à frapper à la porte, un mage dont les rides semblaient prématurées, secoua la tête avec un sourire amusé. Ouvrant la porte à l'invitation peu chaleureuse qui suivit les trois coups qu'il frappa, Myrfield pénétra donc dans le capharnaüm gigantesque qui servait de bureau, voire de laboratoire à l'occasion au vieux Remlin. Une masse colossale de parchemins s'entassait sur une longue table en bois rctangulaire, au milieu de dizaines de chandelles et d'autres vieux grimoires poussiéreux dont l'âge ne devait pas être de beaucoup inférieur à celui de son propriétaire. Repérant le petit mage au milieu des piles de livres et de papiers, Myrfield se hasarda :

    - Notre ami Archibald boude toujours ?

    - Bah, ce vieux hibou grincheux est surtout peureux. Il refuse de se prêter à une expérience que je mène sur un sort de métamorphose.... il préfèrerait partir chasser la souris par ce vent plutôt que de m'aider ...

    - Il n'a sans doute pas apprécier de finir en verre de terre au milieu d'une nuée de corbeaux la dernière fois.

    - C'est que j'ai eu un trou de mémoire au moment de conclure la formule... Enfin, il s'en est sorti !

    Le vieil enchanteur, planté devant le petit cabanon, toqua sur le bois à l'aide sa pipe, tentant de convaincre son familier de sortir en vain sous le regard amusé de Myrfield dont les traits fatigués se renversèrent, exprimant soudainement une certaine fatigue et une inquiétude profonde. Observant la scène, le vieux sorcier sembla se perdre un instant dans ses pensées jusqu'au moment où, renonçant, Remlin fit volte face, reprenant quelques bouchées de sa pipe, grommelant son mécontentement dans sa barbe, lui adressa de nouveau la parole :

    - Mais j'y songe mon ami... vous n'êtes pas venus pour m'aider à faire sortir ce vieux volatile ... que puis-je pour vous ?

    - Et bien voilà, je menais des recherches sur une pratique assez peu répandue.. concernant la manipulation d'âmes...

    - Oui je me souviens, vous m'aviez déjà entrenu de ce sujet...

    - Oui, et vous m'aviez parlé d'un certain Meboth, un vampire dont les mages étaient parvenus à séquestrer des âmes... Avez-vous retrouvé ses notes ?

    Le vieux nécromancien fronça les sourcils comme pour mieux rassembler ses souvenirs, puis eut une illumination :


    - Ah ! oui je me souviens, j'avais envoyé un de mes apprentis, Trent, un jeune rat des bibliothèques... Ces notes ont hélas ...... A ces mots, les yeux du vieux mage s'écarquillèrent, une puissante claque auto-administrée sur le front vint ponctuer ce blanc surprenant
    L'APESART ! J'ai oublié de prévenir le Capitaine Bacramad !

    Quelque peu étonné par l'attitude de son ami, le sorcier Myrfield paniqua soudainement :

    - Qu'est-ce qu'il se passe ?

    L'enchanteur décomposé, se passa les mains sur le visage, puis, la mine déconfite regarda d'un air défait le sorcier :

    - La guilde avait confié ces notes pour le besoin de l'enquête au conseiller Folken qui avait ordonné par sécurité que ces grimoires devaient rester dans un coffre protégé au sein de notre guilde...

    Remlin se frappa le front plusieurs fois, sous les yeux d'un Myrfield de plus en plus impatient...

    - Et ? ...

    -Trent a découvert ce matin, que le coffre avait été ouvert, et que ces notes nous avait été dérobées !

    Les yeux de Myrfield s'écarquillèrent à leur tour. Un vol au sein de la guilde n'était déjà pas chose courante, pusiqu'il s'agissait en tout et pour tout du premier cas à sa connaissance, mais qui plus est, ces documents représentaient un réel danger pour la vie des habitants de Dorandin et, de manière plus personnelle, un obstacle à l'espoir qu'il s'était fait, de mener à bien des recherches qui lui tenaient à coeur. De plus, forcer un coffre magiquement protégé comme celui-ci n'était pas donné à n'importe quel mage ; on pouvait aisément deviné que s'il avait réussi à forcer les barrières magiques qui renfermaient ces grimoires, celui qui avait commis ce méfait avait également des chances de réussir à déchiffrer les notes qui se trouvaient dessus. Il restait à espérer que ces intentions ne soient pas néfastes car cette fois, ce ne serait pas Manost, mais tout Dorandin, voire Hélonna,son ile voisine, qui allaient trembler. L'enchanteur jeta aussitôt un sort de grande hâte et fila en toute hâte au fort voisin afin d'aller prévenir le capitaine Bacramad de la situation. Encore sous le choc de la nouvelle, Myrfield serra le poing, puis se dirigea dans l'antichambre où avaient été entreposées les notes.

  16. #46
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Quête: Rapports diplomatiques

    Après s'être provisoirement séparé de Mornagest, Lothringen quitta sans hâte le quartier des ambassades. Il avait l'air de flâner dans les rues, sans se soucier des soldats en civil qui s'efforçaient de le suivre avec plus ou moins de discrétion. Comme à l'accoutumée, le quartier était calme, presque désert. Le soir venu, on pouvait respirer à l'envi les parfums des fleurs et la sève des arbres, dans le serin... Après cette longue journée de travail, la promenade avait son charme.

    Mais la récréation ne dura guère. Après quelques centaines de pas, Lothringen s'arrêta devant la haute tour de la guilde des Gardiens des Arcanes, avec l'air de vouloir y entrer. Cela faisait longtemps qu'il avait médité de se rendre dans cette structure, mais, pour des raisons personnelles, il avait toujours repoussé ce moment, préférant pour un temps tourner le dos à ses études magiques.
    Cette fois-ci, il avait un besoin urgent de passer outre.

    Il examina la façade. Deux mages vêtus de noir encadraient la porte, un levier d’alarme à portée de main. Décidé à bien faire les choses, le semi-drow se présenta et demanda l’autorisation d’entrer - une autorisation qui lui fut accordée d’un hochement de tête rapide. En règle générale, on ne soupçonnait pas longtemps Lothringen d’imposture quand il déclinait son identité… Un des rares avantages qu’il y avait à être un conseiller elfe noir dans la Cité Bénie.

    Une fois dans le hall d’accueil, il ne prêta aucune attention aux lumières éternelles qui flottaient à mi-hauteur, en homme habitué à ce sortilège certes impressionnant pour les profanes, mais basique pour n’importe quel praticien. Il avisa plutôt l’escalier monumental, ainsi que le bureau fatigué qui se trouvait non loin de ce dernier. Une magicienne aux cheveux châtains, vêtue de noir elle aussi, semblait faire y office d’hôtesse d’accueil, prête à aiguiller les visiteurs... ou à les refouler. Lothringen la salua de la tête.


    - Salutations, ma Dame. Conseiller Lothringen... Je souhaiterais rencontrer un de vos responsables au plus tôt. Quant aux motifs de ma visite, je préfèrerais pouvoir les expliquer de vive voix.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  17. #47
    Remlin Minelstre Invités
    Quête: Rapports diplomatiques

    La jeune femme jeta un coup d'oeil à ses parchemins et étouffa quelque chose qui ressemblait de près à un juron.

    - Plaît-il, demanda le semi-drow, amusé.

    - Euh, rien de rien, vraiment, mes excuses, juste un tout petit problème technique, en fait le seul responsable encore présent ce soir est Remlin Minesltre, et, euh, il est un peu original. Votre visite est-elle urgente? Il vaudrait peut-être mieux la remettre...

    - Vous plaisantez, j'espère?

    - Mettons que je n'ai rien dit, soupira la magicienne avec résignation.

    Elle se leva à contrecoeur de son bureau pour conduire le conseiller aux étages supérieurs. Dans les couloirs, quelques mages et apprentis déambulaient dans un silence relatif, entre une bibliothèque et un laboratoire. A peine la jeune femme eut-elle enfin entrouvert une porte qu'elle se rejeta en arrière.
    Dans cette salle, un vieux mage, de dos, penchait sa carcasse maigrelette sur un chaudron bouillonnant, tandis qu'un hibou décati encensait avec ferveur sur son perchoir.


    - Hum... Ce bougre d'abruti d'Isidore ne fera jamais un bon alchimiste... C'est bien ce que je pensais, grommela-t-il, ça manque de sel.

    La magicienne se rengorgea.

    - Messire Minelstre...

    - Ah bah pas trop tôt, depuis le temps qu'Archibald me signale vôtre arrivée, je me demandais quand est-ce que vous vous décideriez enfin à ouvrir la bouche.

    Il se retourna enfin, le visage éclairé d'un soudain sourire, et s'avança en reconnaissant la visiteuse. Une tape vigoureuse atteignit le postérieur de la magicienne avant qu'elle n'ait pu le mettre à l'abri.

    - Mademoiselle Anya! Que me vaut le plaisir de votre visite!

    Singulièrement mal à son aise, la magicienne reflua prudemment vers le couloir, présentant malgré tout le conseiller qui attendait toujours, malgré ces divers contretemps.


    - Oh, ah, bon, maugréa l'enchanteur en reportant un regard dépité sur Lothringen, qui lui barrait désormais la porte. Que me voulez-vous, conseiller?
    Dernière modification par Lothringen ; 02/07/2010 à 16h40.

  18. #48
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Quête: Rapports diplomatiques

    - Plusieurs choses, en fait. Premièrement… Après plusieurs années d’interruption, je souhaiterais reprendre mes études. Et comme le palais des Murmures est si peu prévu pour ce genre d’activité que j’y ai fait exploser mon bureau la dernière fois que j’y ai usé de magie… je voudrais avoir accès aux salles d’invocation, bibliothèques et laboratoires de la guilde.


    Remlin Minelstre haussa un sourcil circonspect.

    - Hum… Pas pour les faire exploser à leur tour, j’espère?

    - Pour pouvoir prendre mes précautions avant de lancer une incantation à risques,
    répliqua Lothringen sans se démonter. Vous me direz ce que la guilde est susceptible de me demander en échange…
    - D’habitude, elle demande surtout d’être membre de la guilde et d’être prêt à enseigner des apprentis.
    - Vous comprendrez que je n’ai pas le temps.

    L'enchanteur se grattait bruyamment le menton tout en dévisageant Lothringen avec une défiance à peine dissimulée.
    - Mouais, je comprends. Bah, une compensation financière devra faire l’affaire, alors… Excusez-moi, mais quel genre de mage êtes-vous ? Plutôt un mage de bataille qu’un érudit, non ? Seriez plus à votre place avec les mages du fort…

    - Pas du tout. Si les circonstances m’ont amené à employer la magie en combat plus souvent qu’à mon tour… c’est bien malgré moi. J’ai une formation de devin.

    - Oh. Original, en effet… Ça pourrait nous intéresser de voir ce que vous savez faire en la matière, vous autres noirauds des sous-sols. On vous dit doués.
    - On n’a pas tort,
    grinça le semi-drow, piqué.

    Il y eut un silence.

    - Il ne devait pas y avoir un deuxièmement ?

    - Deuxièmement, ce n’est pas aujourd’hui que je vais pouvoir vous faire la démonstration de ce que je sais faire. J’ai subi un sort de cauchemar… Je ne peux pas me permettre d’être à la merci d’un accident de ce genre. C’est pourquoi j’aurais besoin d’aide pour apprendre à, hum… fermer mon esprit à ce genre d’attaques.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  19. #49
    Remlin Minelstre Invités
    Quête: Rapports diplomatiques

    Remlin demeura quelques temps songeur, les sourcils broussailleux froncés sur les orbites. Un oeil extérieur aurait pu le croire très occupé à bourrer sa pipe, mais la réalité était que les paroles du conseiller l'avaient laissé perplexe, parce qu'il doutait de bien se rappeler ce que c'était qu'un sort de cauchemar. Même en mettant de côté le fait qu'il s'agissait d'un sort que seul pouvait lancer un être aux intentions maléfiques, cette incantation était d'un niveau beaucoup trop élevé pour lui, sans compter que l'illusion n'était pas son école de prédilection.

    L'enchanteur rassembla néanmoins ses souvenirs. Il lui semblait que le sort blessait légèrement sa cible et l'empêchait de se reposer et de mémoriser ses propres sorts. C'était un fantasme angoissant qui croissait en efficacité en proportion de l'étroitesse du lien existant entre le lanceur de sorts et sa victime...

    On pouvait donc en déduire que le conseiller à la diplomatie avait des ennemis puissants - ce qui ne surprit en rien le vieux mage. Concernant Lothringen, le plus surprenant était plutôt que le semi-drow n'ait pas *que* des ennemis à la surface de Toril. Drow, dobluth, sang mêlé, et, comme si cela ne suffisait pas, renégat de Helm à la tête de la cité du Vigilant: brillante combinatoire...


    - Contrer ce sort, comme le lancer, dépasse mes compétences comme celles de la plupart des maîtres de la guilde. Le sage Eloern pourrait seul vous aider, je pense. S'il en a le temps. Et s'il revient... Il est parti en voyage d'intérêt personnel voici plus d'un an. Nous sommes sans nouvelles de lui depuis longtemps déjà. C'est d'ailleurs inquiétant...

  20. #50
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Quête: Rapports diplomatiques

    Lothringen était fort contrarié de cette réponse. Il ne pouvait que reconnaître avec Remlin que l'aide qu'il demandait était au-delà des pouvoirs d'un mage ordinaire. Pour apprendre à contrer les manipulations d'un archimage, il fallait au moins pouvoir être soi-même en mesure de lancer le sort en question, et rares étaient les mages des royaumes à pouvoir le faire. A plus forte raison sur Dorrandin, ce continent si vide encore...

    - Y a-t-il un quelconque moyen de savoir où se trouve maître Eloern?

    - N'a laissé aucune adresse. A quoi pensez-vous?
    - Hé bien, si par bonheur cette guilde était dotée d'un bassin de scrutation, je pourrais...

    Le conseiller s'arrêta net, conscient d'en avoir trop dit. Comme il s'y attendait, le vieil enchanteur accueillit la remarque d'un haussement de sourcils fort mécontent.

    - De mon temps la jeunesse avait un peu plus de respect pour les anciens. Vous reculez devant rien, jeune coq...
    - Bon, bon, si vous pensez qu'il le prendrait mal, alors il faudra faire autrement, mettons que je n'ai rien dit...
    - Un peu qu'il le prendrait mal! Z'êtes qui pour l'espionner?

    - Ne disiez-vous pas vous-même que son silence vous inquiétait? Enfin... Vous voyez un autre moyen de savoir, vous?
    - De toute façon, la guilde n'a pas de bassin comme celui que vous disiez. Trop coûteux, et pas assez de devins pour le créer. Et pour répondre à votre question, ptet ben,cha Remlin en tirant sur sa pipe.
    - ... ?
    - Il y a toujours l'oracle... Elle, elle sait sûrement, et si elle pense que vous devez savoir, elle vous dira.

    - La sorcière du bosquet... celle qu'on ne rencontre jamais que quand on ne la cherche pas? J'aime votre humour. Enfin bref... J'ai une pièce à voir, je dois y aller.
    - La première du Triomphe d'Ao, je parie? Tenez, rendez-vous utile, embarquez-moi Isidore, il rêve d'assister au spectacle et il n'a pas de quoi se payer l'entrée...


    Lothringen accepta, prit congé, et dès qu'il tourna les talons se retrouva escorté d'un grand gaillard en robe mauve, à carrure de boucher : l'apprenti de Remlin, visiblement ravi d'échapper à son maître pour la soirée.


    - Je vous suis partout et je n'ouvre pas la bouche, promis!


    Direction > Le théâtre de la Harpe.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  21. #51
    Eloern Invités
    Quête : Rapports diplomatiques - Epilogue

    (La scène se passe deux mois après les événements du Bosquet.)

    Lorsqu’il avait appris que le conseiller Lothringen demandait à le voir, Eloern n’en avait pas été surpris. Au moment où le vieux mage avait repris conscience, dans une auberge de village, le diplomate le veillait ; et ce dernier ne lui avait guère caché qu’il n’avait pas été le chercher jusqu’au beau milieu de nulle part par pure bonté d’âme, mais qu’il attendait quelque chose en retour. Quelque chose dont il lui ferait part quand les affaires qui l’avaient accaparé jusque là lui permettraient enfin de rentrer à Manost.


    Lothringen était reparti dès le lendemain, quand le prêtre local lui avait confirmé que le mage était en voie de rémission. Par la suite Eloern avait séjourné quelques temps à l’auberge, le temps de récupérer assez d’énergie pour pouvoir de nouveau mémoriser ses sorts les plus complexes : puis il s’était téléporté vers la Cité Bénie, où il avait difficilement repris ses marques, ses fonctions, sans jamais vouloir évoquer auprès de ses subordonnés ce qui lui était arrivé, sinon par des marmonnements de vague mécontentement. De fait, les maléfices l’avaient marqué jusque sur son visage, qui paraissait vieilli de dix années...


    Eloern choisit de recevoir son visiteur dans son bureau de maître de guilde. Revêtu de ses insignes de Grand mage, entouré des témoins de sa maîtrise des arcanes, il avait désormais plus fière allure que lorsqu’il tremblotait de fièvre, recroquevillé sur sa paillasse, comme Lothringen l’avait vu la fois précédente.

    Eloern était un peu curieux de voir ce que Lothringen lui voulait. La rumeur disait que le conseiller était rentré la veille d’Aghoralis : il n’avait pas perdu de temps. Après l’avoir salué, le vieux mage le dévisagea gravement, tandis que ce dernier prenait poliment de ses nouvelles. Peut-être allaient-ils enfin pouvoir éclaircir certaines choses…


    « Je me remets, mais de telles mésaventures laissent des séquelles plus profondes que de simples rides. Au moins en aurai-je retiré un peu de sagesse : je ne me mêlerai plus de mener seul mes investigations. »

    « Serait-il indiscret de vous demander ce que vous étiez au juste venu chercher dans la forêt du Bosquet ? »


    Eloern hocha la tête.


    « Oui, mais peut-être avez-vous acquis le droit de recevoir une réponse. Je cherchais à étudier la magie séculaire qui règne là-bas. Par bien des aspects elle ressemble à cette magie primordiale qui précédait le Temps des Troubles. La belle affaire! Je me croyais puissant, mais je me suis frotté à plus puissant et beaucoup plus rancunier que moi : je ne faisais pas le poids, seul contre leurs Gardiens... »


    Il s'interrompit, avant de darder sur son interlocuteur un regard pénétrant.


    « L’arbre auquel vous m’avez trouvé suspendu me conservait en vie mais se nourrissait de mes pensées, de ma magie, jusqu’à épuisement total de mes forces, me maintenant dans une sorte de transe onirique où mes propres souvenirs se mêlaient pour le pire à la magie des lieux… Cela aurait fini par me tuer, mais non sans quelques années encore de souffrances et de solitude tourmentée. J’ai une dette envers vous. »


    L’appel était à peine voilé. Lothringen l’écoutait attentivement, apparemment peu désireux d’en venir au fait.


    « Je préférerais voir cela comme un échange de services… »


    « Vous ne m’avez guère expliqué comment vous m’aviez trouvé, ni pourquoi. »


    « Je vous ai trouvé grâce à une indiscrétion de Remlin Minelstre, et à quelques comptines de l’Oracle. »


    Il parut se détendre.


    « Ah oui, Remlin. Je lui avais fait promettre de le garder pour lui, mais il aura trouvé le moyen de contourner sa parole, le vieux gredin… Mais comment avez-vous pu contourner les gardiens ? »


    Lothringen sourit à demi.


    « Je n’avais pas commis la même erreur que vous, et j’avais un allié, un combattant. »


    « Un guerrier de valeur, pour vous avoir accompagné au milieu de tels périls. »


    « On peut dire ça. »


    « Mais je vois que vous ne souhaitez pas vous étendre là-dessus. Parlez-moi plutôt du service que je pourrais vous rendre… »


    « C’est assez facile à exposer. En apparence… Je souhaiterais que vous m’aidiez à me prémunir contre les sorts de cauchemar. »


    Eloern demeurait imperturbable, mais un soulèvement de sourcil indiquait que sa curiosité était piquée.


    « Je ne connais pas de plus sûr moyen de s’en prémunir que de travailler sa volonté afin de pouvoir repousser la tentative d’intrusion dès les premiers symptômes. Je peux vous apprendre à le faire… mais pas résister à votre place. »


    Lothringen hocha la tête, comme s’il s’attendait à pareille réponse.


    « Je dois en savoir davantage. Vous avez déjà fait l’objet de ces attaques, je suppose ? »

    Lothringen acquiesça.

    « Je ne ferais pas appel à vous pour un péril chimérique. J’ai déjà fait l’objet de telles attaques, et la dernière ne date de pas plus d’une semaine. »

    « Vous connaissez l’agresseur, n’est-ce pas ? Et il vous connaît bien ? Oui, c’est ce qui rend la résistance à ce sortilège d’autant plus difficile. Il connaît vos faiblesses. Il les tourne à son avantage. Quel est son niveau de magie ? »

    Le semi-drow grimaça.

    « Supérieur au mien. Supérieur au vôtre. Un archimage. Il m’a tout appris. »

    « Je vois… La partie ne sera pas facile, en effet. Que pensez-vous qu’il cherche à faire, avec ces sortilèges ? Préparer une attaque physique? »

    « Ce serait déjà fait. Non… Je… Je suppose qu’il cherche seulement à me déstabiliser. »

    « On dirait que c’est efficace. »

    Lothringen se reprit.

    « Mais je veux me sortir de là. J’ai refusé, obstinément, de lui répondre. J’ai été vous chercher jusque dans votre cocon… Et je suis là aujourd’hui. »

    « … Vous avez peur de lui. »

    Le semi-drow retenait des regards obliques, angoissés. Pourquoi nier…

    « J’ai peur de lui. Ou plutôt… de ce qu’il arriverait s’il réussissait à reprendre contact avec moi. »

    « Hé bien, qu’arriverait-il, à votre avis ? »

    « Il me subjuguerait, encore… encore et toujours… Il parviendrait à me soumettre… Et le cauchemar, l’autre, le vrai, reprendrait comme avant… »

    « Alors, je me corrige, ce n’est pas de lui que vous avez peur, mais de votre propre réaction. Ce que je vais vous dire ne va pas vous plaire, mais il le faut pourtant. Le seul moyen d’en finir, c’est d’affronter votre peur. De cesser d’esquiver la confrontation. De l’affronter. »

    La panique était perceptible dans la voix de Lothringen quand il répliqua :

    « Mais je ne peux pas faire cela ! Ne comprenez-vous pas ? Je serais défait ! Je ne veux pas prendre le risque de me perdre ! plus maintenant… »


    Dans un sursaut d'orgueil, il se reprit.

    « Il n’y a pas d’autre solution ? »

    « Si. Vous pouvez continuer de fuir, de vous cacher, de craindre d’être découvert, jusqu’au jour où vous lui céderez, en effet, en lui apprenant de vous-même ce qu’il désire savoir… »


    Après un silence, Eloern reprit.


    «Revenez demain. J’aurai bien trouvé d’ici là quelque moyen de vous mettre à l’épreuve… »
    Dernière modification par Lothringen ; 15/08/2007 à 19h00.

  22. #52
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Quête: Rapports diplomatiques - Epilogue

    C’est inquiet mais déterminé que Lothringen se présenta le lendemain au premier étage de la guilde des Arcanes, de bon matin. Eloern était déjà dans son laboratoire, et il ne parut guère surpris de sa présence, comme s’il avait deviné, au-delà de l’appréhension évidente du semi-drow, un désir ardent d’en finir, quel que fût le prix.

    Le vieux mage commença par lui poser quelques questions supplémentaires sur sa connaissance des arcanes, et notamment sur ce qu’il connaissait de la magie des enchantements. Lothringen reconnut qu’il n’y connaissait rien, les enchantements étant une de ses écoles interdites. Il avait conscience des raisons pour lesquelles Eloern lui demandait cela : comment pouvait-il résister efficacement aux sorts mentaux s'il n’en avait jamais étudié le fonctionnement ? C’était probablement de propos délibéré que Dorson avait omis de l’initier à une magie qu’il manipulait pour sa part avec tant d’aisance et tant d’abus…

    Eloern lui en expliqua longuement les grands principes, en s'appuyant sur la connaissance que Lothringen avait déjà des sorts d'illusion, mais après quelques heures, quand il en vint à lui suggérer de s’essayer aux sorts mineurs, Lothringen hocha la tête, découragé. Il était déjà trop âgé pour espérer manipuler jamais correctement les sorts de cette école, à son avis, et surtout, il éprouvait pour cette dernière le plus profond dégoût. L’idée seule de manipuler l’esprit d’autrui à son avantage le révulsait. Chacun devait demeurer libre de choisir son sort, fût ce pour le pire. Il en avait trop souvent fait les frais…

    « Ne me demandez pas de m’essayer à pratiquer cette magie, car je le refuserais. Par « principe », si ce mot a un sens… »

    Eloern n’insista pas, mais Lothringen le vit froncer les sourcils. L’instant d’après, il s’effondrait dans son fauteuil, plongé dans le plus profond sommeil.

    « C’est beau d’avoir des principes, entendit-il murmurer dans le lointain, tandis qu’il sombrait irrésistiblement dans l’inconscience. Mais quand l’adversaire les connaît, les cultive et les retourne contre vous, cela s’appelle une faiblesse… Etes-vous certain d’avoir besoin de faiblesses supplémentaires, Lothringen ? »

    Il se trouvait au beau milieu de nulle part, dans la plus profonde obscurité, et il ne sentait pas de sol sous ses pieds. Et pourtant, il ne tombait pas. Le plus profond silence l’entourait, à en faire bourdonner ses oreilles. L’infini l’étouffait. Pourtant, il était seul. Il n'y avait là ni vie, ni temps, ni dimensions, parce qu'il n'y avait pas la moindre mesure possible. Il sentit qu’il pourrait devenir fou, à terme, s’il ne parvenait pas à se repérer dans ces lieux.

    « Voici à quoi ressemble votre songe au moment où le sort de sommeil fait effet, expliqua une voix sortie de nulle part. C’est le néant le plus parfait, où continuent provisoirement de flotter les derniers sons que vous ayez entendus avant de céder tout à fait. Vous vous y raccrochez, mais bientôt ils disparaîtront à leur tour. Et le flux de conscience reprend ses droits, meublant l’espace disponible de pensées et de souvenirs… »

    La voix s’éteignit, laissant Lothringen en proie à une angoisse indicible : celle de se retrouver à nouveau prisonnier du vide immense que le sommeil venait d’ouvrir dans sa conscience. Et pourtant, il avait à faire chez les vivants, oui, il aurait voulu répondre à Eloern, défendre sa position, lui expliquer qu’il avait plus de rigueur morale qu’on ne croyait peut-être, et que, pour certaines choses, il ne changerait pas d’avis, que son jugement sur les enchantements faisait certainement partie de la liste brève mais intangible de ses certitudes…
    Mais Eloern n’était plus là, et son imagination suscita un décor pour meubler ce vide, ce grand désert de sel que le mage leur avait fait voir en illusion, si près du but… Où donc avait-il vu un espace si extraordinaire, d’ailleurs ? Au cours de quel voyage ? Lothringen en éprouva fugitivement un sentiment d’admiration, puis de jalousie… alors il songea à l’étincellement de la caverne de Guallidurth, à la façon dont les myriades de pierres étincelaient dans la pénombre comme des joyaux… Et en un instant, il y fut, et il les regardait depuis le balcon de la tour des Jaell’ym…

    « Alors c’est à cela que ressemblait votre foyer, poursuivit la voix. Montrez-le moi. »

    Le semi-drow n’eut pas besoin de demander de qui il s’agissait. Et il obtempéra, recréant mentalement, à ses côtés, l’image d’un elfe noir de taille très menue, vêtu d’une robe d’un brun rouge, et dont le piwawfi portait des insignes bleu et pourpre qui le désignaient avec certitude comme le chef de la maison. Il avait les traits fins mais indéchiffrables, et des cheveux bancs argentés retenus en arrière par un simple lien de cuir. A sa plus grande surprise, l’image s’anima, et, lui prenant le bras, l’emmena avec lui dans un endroit qu’il ne connaissait pas mais qu’il reconnut aussitôt : cet espace vide et infini qu’il avait rencontré au moment de sombrer dans le sommeil.

    « Maintenant, essayons-nous à un petit jeu, reprit l’image de Dorson. Nous allons agir chacun à notre tour. A chaque fois, je vais vous proposer une image de douleur et de mort pour peupler ce néant insupportable qui nous environne. Vous devrez répondre par une image positive appropriée. Nous les laisserons s’affronter, et nous ne tarderons guère à pouvoir déterminer qui remporte le point. Prêt ? »

    Mais avant que Lothringen n’ait eu le temps de réfléchir à ces étranges règles, une sensation de brûlure atroce lui déchirait les chairs: des flammes jaillies de nulle part paraissaient se nourrir de lui.

    « Feu », articula Dorson, impassible.

    Pris de cours, le semi-drow pensa immédiatement aux flammes bleues que dégageait la magie sacrée de ces haches. Un feu qui éclaire, qui brûle le mal et lui seul, qui guide dans les ténèbres… la sensation de brûlure disparut aussitôt.

    « Un point pour vous. Froid ? »

    Il grelotta longtemps, avant de se souvenir d’un feu de camp où il avait grelotté de même, entouré des rires réconfortants de ses compagnons d’infortune, aussi trempés que lui…

    « Perdu, vous avez été trop long ! Ténèbres. »

    Il songea aux cavernes de Guallidurth et à leur scintillement, auquel il avait repensé à peine quelques instants plus tôt. Cela lui sembla facile… Les ténèbres étaient sa maison, et seul le fou les croyait désertes…

    « Un deuxième point. Je vais corser un peu… Immobilisation. »

    L’immobilisation n’était pas à ses yeux une idée immédiatement douloureuse. Immobile, le spectateur voit s’écouler le flux des fleuves, et rien ne l’ébranle… Mais il s’imagina alors que l’image de Dorson se rapprochait de lui tandis qu’il demeurait tétanisé, l’angoisse fondit sur lui sans crier gare, et il manqua crier.

    « J’égalise et surtout je crois que je brûle. Vérifions tout de même… Chaos. »

    Contrer cette pensée ne lui fut pas une mince affaire, parce qu’elle renvoyait à l’égarement qui avait été le sien dans le temps qui avait suivi sa conversion à Tymora. Tout se dérobe et rien n'est plus ce qu'il paraît... Il se rappela sa crise entropique et ses horribles conséquences, ce dégoût qu’il avait alors ressenti pour lui-même…

    « Fantastique, vous travaillez pour moi. Résistez donc, par tous les dieux ! Chaos ! »

    Avec effort, mlagré la fatigue qui commençait de l'envahir, il se détourna de cette pensée et songea alors à l’apparition de Tymora, dans la clairière. A la façon dont sa robe chatoyait, toujours incertaine, toujours changeante et toujours belle, mouvement d'où se dégageait comme une musique, une harmonie. Le chaos n’était pas une trahison de la volonté, mais l’accompagnement du mouvement perpétuel de la vie. La douleur liée à l’évocation du chaos se dissipa.

    « Désespoir. »

    L’esclavage était un destin et le collier de métal ensorcelé qui lui enserrait la gorge ne lui laissait aucun espoir de s’en aller sans être repris. Les jours étaient semblables aux jours et rien ne les distinguait de la nuit perpétuelle. L’avenir était un mot dénué de sens… La misère et la honte pesaient sur ses épaules… Il désirait la mort, mais même cette dernière semblait inaccessible…

    « Non ! Cessez d’alimenter avec vos souvenirs des termes suffisamment parlants par eux-mêmes ! Vous devez faire comme vous faisiez au début, trouver immédiatement l’image opposée. »

    Lothringen avait envie de hurler qu’il était épuisé, qu’il en avait assez, qu’il voulait en finir maintenant, que la souffrance était insupportable. Désespoir !

    Il tenta de se raccrocher à plusieurs pensées, mais elles se dérobèrent l’une après l’autre. Son poste au conseil de Manost… Une œuvre si fragile, si compromise et si controversée… La faveur de Tymora… Si versatile, peut-être… Son amour… Sa première réaction fut pour l’écarter comme les autres, au nom de sa fragilité, des obstacles jetés en travers, des risques de voir Mornagest se détourner de lui. Pourtant sa pensée s’accrochait à cette idée, ne voulant pas la congédier comme les autres. Si frêle que soit cet espoir, rien ne pourrait l’y faire renoncer.

    « C’est long, beaucoup trop long ! Dans un véritable combat vous seriez mort depuis longtemps ! Domination !»

    C’était le pire aux yeux de Lothringen, et Eloern, avec un goût très sûr, avait choisi de le réserver pour la fin. La torture mentale atteignait son paroxysme. Ce n’était plus seulement la proximité de la mort, le sentiment d’impuissance ou de perte, mais la volonté d’un autre usant de lui, le ravalant au rang d’outil, de chose. Tous ses efforts… un autre parlait à travers lui, le niait jusque dans son existence. C’était se trouver transformé en concentré de néant. Son âme était expulsée de son corps, corrompue et privée de cette liberté qui faisait son identité.


    L’image de Dorson se tournait vers lui et il se voyait avancer malgré lui dans sa direction, sachant ce qui l’attendait… Lothringen sut qu’il gémissait dans son sommeil, et bientôt, incapable de supporter plus longtemps cette douleur, il s’évanouit.
    Dernière modification par Lothringen ; 17/08/2007 à 00h00.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  23. #53
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Quête: Rapports diplomatiques – Epilogue

    Il se réveilla une première fois en pleine obscurité, couché dans une alcôve. Il était en chemise et le reste de ses affaires se trouvaient sur une chaise à proximité du lit. Sur une seconde chaise, à la lumière parcimonieuse d'une sphère du sort correspondant, un jeune homme de large carrure, en robe mauve, était plongé dans la lecture d'un épais volume. Lothringen discernait ses traits rudes dans l'infravision et leur trouvait un air familier, mais il lui fallut quelques temps encore pour pouvoir mettre un nom sur ce visage: il s'agissait là de l'apprenti de Remlin, qui devait conserver de lui un souvenir impérissable depuis qu'il l'avait accompagné à la première du Triomphe d'Ao.

    Le semi-drow n'était pas au mieux de sa forme. Une migraine persistante lui vrillait le crâne et chacun de ses membres, comme courbaturé, semblait protester contre le moindre de ses mouvements. Il se rappela qu'il n'avait pas mangé depuis le matin.

    "Bonsoir, Isidore."

    Brutalement tiré de son étude, le jeune homme fit un bond sur sa chaise.

    "B-bonsoir, Conseiller. Vous allez mieux?"

    Lothringen dévisagea son interlocuteur. A en croire la mine alarmée de ce dernier, il devait avoir une tête de déterré.

    "J'étais un peu inquiet, je dois dire. On vous a entendu crier dans tout l'étage, et puis maître Eloern m'a demandé de vous transporter ici, et vous vous gémissiez dans vot' sommeil et vous vous débattiez et ce n'était pas beau à voir..."

    "C'est passé" , commenta Lothringen laconiquement.

    "Vous... vous ne vous êtes pas disputé avec lui au moins?"

    "Parce que vous pensez qu'Eloern traiterait de la sorte les contestataires?"

    Isidore baissa un peu la voix.

    "Oh, ça ne m'étonnerait pas... Sont tous un peu excentriques ici, et pour lui ça ne s'est pas arrangé depuis son retour..."

    Lothringen éclata de rire.


    "Alors je suis heureux de pouvoir vous rassurer. Je ne vais pas encore faire fermer la guilde... Vous n'auriez pas de quoi manger?"

    Sur ces mots, Lothringen fit mine de se mettre debout. Il se sentit sentit vaciller et ne protesta pas quand Isidore le rassit d'autorité.

    "Ouioui...ne bougez pas, je vous rapporte ça..."

    L'apprenti revint bientôt avec du fromage et des fruits, et Lothringen se mit à manger en silence tandis que son hôté faisait mine de retourner à son ouvrage.


    "Merci. Que lisez-vous?"

    "Le manuel d'alchimie d'Alabraxar... La terreur de tous les étudiants... J'ai un examen après-demain... "


    "Ah oui! Je m'en souviens. Quel pavé indigeste. Il m'a bien fallu trois mois pour en venir à bout. Bon courage..."


    Sans prendre garde à la réaction dépitée d'Isidore, qui murmurait tout bas qu'il planchait dessus depuis au moins un an, il enchaîna, intrigué par ce qu'il voyait.


    "Une dernière question et je vous laisse tranquille: à quoi sert donc le gong que vous avez là, à côté de vous?"

    C'était un gong de petite taille, d'où s'exhalait une aura magique assez intense, et curieusement à sa place ici...

    "Ah, en fait je ne sais pas. On m'a dit de taper dessus si je vous voyais à nouveau vous agiter dans vot' sommeil comme l'aut' fois."

    Lothringen le remercia et fit mine de se recoucher. Il était épuisé et rien ne disait que la journée suivante serait plus douce...

    "Dites?" chuchota Isidore tandis que le conseiller s'efforçait encore de trouver une position confortable sur l'oreiller.


    "Hmm?"murmura Lothringen, qui s'endormait déjà.

    "Je ne comprends pas. On vous traite comme ça et vous n'êtes même pas en colère?"...

    Mais le souffle léger du dormeur fut la seule réponse qu'il obtint.
    Dernière modification par Lothringen ; 18/08/2007 à 17h24.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  24. #54
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Quête : Rapports diplomatiques – Epilogue

    Eloern s’était installé dans son bureau depuis une bonne heure à peine quand l’intuition d’une présence le poussa à lever les yeux vers la porte. Appuyé au chambranle, le semi-drow attendait en silence. Tout en l’invitant du geste à s’installer en face de lui, Eloern prit le temps de le dévisager. Lothringen avait les traits tirés et le teint hâve, comme si la nuit ne lui avait apporté aucun repos... Peut-être y avait-il été un peu fort, pour un premier essai : mais l’expérience avait néanmoins été très instructive.

    " Bonjour ", commença le vieux mage. A vrai dire, je ne m’attendais pas à vous revoir de sitôt. "

    " Il paraît que je suis têtu. En prime, je le prends pour un compliment. "


    Le semi-drow paraissait sur la défensive, mais son regard dépourvu de rancune confirmait si besoin qu’il pensait chacune de ses rares paroles : l’échec n’avait en rien entamé sa détermination. A ses yeux, cela prouvait simplement qu’il y avait urgence - mais le conseiller n’avait pas attendu d’avoir la démonstration de sa faible endurance aux sorts mentaux pour le penser : de temps à autres, il se souvenait avec peine du rire de surprise et de mépris qu’avait eu Mornagest quand il avait tenté de lui expliquer… ou de sa propre réaction dans la clairière, quand son amant avait voulu… Il ne pouvait pas permettre à quelqu’un qu’il avait rejeté de sa vie d’avoir encore autant d’emprise sur elle. Il fallait en finir, oui : et tant pis pour la peur.

    " Bien. Cette détermination est votre meilleure chance de réussite. Mieux vaut ne pas tout de suite recommencer les exercices, cela dit. En attendant… Parlez-moi de lui."

    Lothringen plissa les paupières. Sortir tout ça… Il se recueillit quelques minutes, puis se lança.

    " Si les rares personnes à qui j'ai parlé de lui le voyaient, leur imagination serait sans doute déçue. Il n’a pas la stature d’un ogre, il ne lance pas des météores à la première contrariété, et sa voix ne fait pas non plus trembler les murs. C’est un drow petit et frêle, qui n’élève pas la voix et qui use fort parcimonieusement de ses pouvoirs. Au milieu de ses congénères, il détonne même par son calme, son apparente absence d’ambition et de cruauté. Il tue si nécessaire, mais sans plaisir. Il ne m’a jamais frappé. Tout cela ne l’empêche évidemment pas d’avoir un très fort charisme, et une aura magique à l’avenant. Il est vrai aussi que je suis particulièrement réceptif aux auras… "


    Lothringen marqua une pause, et soupira d’impuissance : finalement, il savait si peu de choses sur son maître.

    " Il parlait peu et il n’est guère aisé, même pour son ancien apprenti, de dire quelles étaient ses rêves ou ses motivations. Il vénérait en Vhaeraun son ouverture au monde de la surface, sa volonté de faire évoluer la société drow pour l’arracher à ses interminables luttes internes. Il consacrait beaucoup de temps à ses recherches et à la surveillance de l’activité magique de Toril. Là où la rivalité dévore beaucoup de mages, il regardait pourtant ces luttes avec mépris, comme s’il était juché sur le sommet de la montagne, certain que nul ne pourrait l’y atteindre… Il agissait toujours comme si le temps finirait par lui donner raison en dépit des obstacles. Il faut dire qu’il approchait les mille ans… Il se confiait peu, très peu. Je crois qu’il m’appréciait pour ma capacité à apprendre, mais il n’en détruisait pas moins toute volonté, tout sentiment en moi. Je me suis enfui lorsque j’ai vu qu’il travaillait sur des rituels de transfert d’âme d’un corps vieilli en un corps plus jeune. Mais il travaillait sur tant de choses… Avec le recul, j’en viens même à me demander s’il avait réellement l’intention de le faire. Il semblait toutefois prévoir les événements et les hommes à des années de distance, les manipulant sans qu’il y paraisse, repliant doucement sa toile. Il conclut après un dernier temps de réflexion. Ce qui m’effraie le plus, chez lui, c’est sa patience. "
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  25. #55
    Eloern Invités
    Quête: Rapports diplomatiques - Epilogue

    Eloern avait écouté attentivement, sans jamais paraître tenté de l'interrompre. Durant tout ce temps, il avait en réalité plus écouté les intonations que les paroles elles-mêmes. Lothringen avait fourni un grand effort d'objectivation et sa voix tremblait un peu quand il en venait à reconnaître que son maître pouvait avoir un visage très différent de celui qu'on devait s'imaginer en voyant l'effet qu'il faisait encore au semi-drow.

    "Et c'est là probablement la pire torture, j'imagine, que de ne pouvoir dire si vous avez eu affaire, durant toutes ces années, à un manipulateur habile qui s'employait sciemment à vous détruire, ou à un protecteur sincère mais autoritaire, auquel vous avez pris plaisir à vous livrer", répliqua soudain le vieux mage, comme poursuivant ses pensées à voix haute.

    Lothringen leva les yeux, étonné de voir un quasi inconnu toucher si juste. Guettant la suite, il choisit de ne pas répondre, tandis qu'Eloern poursuivait, imperturbable.

    "Vous vous fatiguez avec cela, avec la culpabilité et le désir de ne pas abîmer le souvenir d'une période de votre vie que vous jugez encore fondatrice... Au finale, savoir qui était réellement Dorson Jaell'ym n'a aucune importance: même en lui accordant le bénéfice du doute, vous avez eu raison de partir, comme vous avez raison aujourd'hui de vouloir tourner le dos à tout cela: rien ne pousse à l'ombre des grands arbres."

    Le guerrier-mage sursauta pour de bon : il ne se souvenait pas d'avoir prononcé le nom de Dorson. Une seule personne savait... Ravestha racontait-il tout à son ancien maître? Avait-il lui-même parlé dans ses rêves, malgré lui?

    "Comment connaissez-vous son nom?"

    "Vous m'avez dit hier que ce mage était plus puissant que moi. Je ne l'entends pas ça tous les jours, savez-vous. On pourrait le prendre pour une erreur de jugement de votre part, n'était que vous dites aussi être particulièrement réceptif aux auras. Les personnes plus puissantes que moi ne courent pas Toril... A fortiori quand ce sont des drows de Vhaeraun..."

    "Vous le connaissez?"

    "Juste de réputation. On le dit persévérant et secret, mais peu sont ceux qui savent au juste ce qu'il recherche... Je sais néanmoins qu'il travaille à établir une cité drow en surface, point de départ d'une éventuelle reconquête de la lumière par son peuple. Hélas, même les Elus ne parviennent pas à la localiser."

    Il y avait une pointe d'interrogation dans la voix d'Eloern, tandis qu'il dardait un regard scrutateur sur le conseiller. Lothringen haussa les épaules.

    "Je ne vous serai d'aucune utilité. Il m'emmenait rarement dans ses voyages. Du reste..."

    "Du reste?"

    ""Je refuserais de le trahir."

    "Même si cela devait coûter la vie à des milliers d'innocents? Car vous savez ce que signifiera ce projet: des guerres de reconquête, des batailles à n'en plus finir."

    Lothringen ferma un instant les yeux. Il se souvenait du jour où Dorson l'avait emmené dans ce qui n'était encore qu'un campement de fortune perdu dans la forêt, afin de l'aider à mettre en place de puissants sorts de protection. Ils y avaient travaillé des semaines durant, puisant dans leurs forces vitales et dans la force brute de la pierre sous leurs pieds. Plusieurs mages de sa maison s'étaient sacrifiés pour rendre les protections plus fortes. C'était une variante géologique du mythal, apparemment efficace si les Elus de Mystra n'en étaient pas venus à bout...

    ""Cette histoire-là n'est pas la mienne. Il y aura des guerres de toute façon, et pour tout vous dire, moi aussi je préfère voir les drows lutter pour reprendre une digne place au soleil que de les voir indéfiniment s'entretuer pour les plus grands profit et plaisir de la reine Araignée."

    "Vous semblez oublier pourquoi ils en ont été chassés."

    ""Faut-il sans fin payer pour les crimes de ses pères? Ce n'est pas là ma conception de la justice."

    "Vous êtes bien naïf. Pour moi le fait de vouloir revenir en surface n'implique pas forcément un changement d'attitude..."

    ""Pour moi non plus. Mais ce n'est pas non plus un crime en soi."

    Une tension presque palpable flotta dans le silence.

    ""M'aiderez-vous néanmoins?" murmura Lothringen sans pouvoir dissimuler son inquiétude. ""Ne vous trompez pas sur mes opinions. Je n'approuve pas les mensonges de Vhaeraun, ni ne soutiens les projets de ses sbires. J'ai besoin d'avancer... loin de tout ça."

    Eloern hocha la tête.

    "Je vous aiderai à vous aider vous-même. Nous continuerons les entraînements, et un jour, sans doute, vous réussirez à prendre ce drow pour ce qu'il est vraiment: une vipère pernicieuse, qui a bien manqué tout vous prendre. Un cauchemard chimérique."

    Lothringen fit l'effort de sourire, avant de renchérir.

    "" Un très mauvais - souvenir."

  26. #56
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954

    Re : [Guilde] Les gardiens des arcanes

    Rp : L’inattendu

    NB: deux mois et demi après "Rapports diplomatiques"...

    Et les jours succédaient aux jours, puis les mois aux semaines: cela faisait deux mois et demi qu'il était rentré du Bosquet. Il avait continué à faire ce qu'il avait à faire, comme toujours, comme avant. Il avait veillé à l'application des accords; il avait réglé les différents frontaliers. Il avait oeuvré pour la stabilité de Dorrandin, et avant tout pour les intérêts de Manost. Il obtenait des résultats... Le coeur, pourtant, n'y était plus.

    Depuis son retour en ville, les séances auprès d’Eloern étaient devenues régulières, et un lien étrange s’était progressivement formé entre les deux hommes. Si Lothringen avait besoin de l’aide du mage pour un sujet bien précis, il s’était bien gardé d’étendre leurs discussions à des vues plus larges, comme s’il redoutait d’y prendre goût, de créer une dépendance… Ce n’était pas la relation d’enseignement qui unit un magicien d’expérience et son apprenti, mais ce n’était pas non plus l’échange intellectuel de deux collègues comparant leurs pratiques.

    Ils parlaient peu. Ni l’un ni l’autre n’avait un caractère facile, ils ne démordaient pas facilement de leurs idées, mais au finale, ils s’accordaient sur l’essentiel. Et peu à peu, la défiance s’était émoussée, laissant la place à une familiarité empreinte de respect, de mutuelle indulgence.

    Lothringen progressait. Le plus dur avait été de surmonter les blocages, mais, comme le lui avait très justement fait remarquer le vieux mage, il avait fait l’essentiel en décidant de les affronter. Il avait encore fait un cauchemar, bien sûr, mais il avait cette fois réussi à l’interrompre avant la fin, et il jugeait cela encourageant.

    Assez en tout cas pour interrompre quelques temps les séances, le temps d’une visite à Melandis. Il avait hâte de retrouver Mornagest. Après plus de deux mois de séparation, l’impatience de le revoir le disputait aux angoisses les plus folles. Avait-il rêvé cette histoire. Avaient-ils bien vécu la même. N'allait-il tout gâcher en revenant…

    Lothringen était donc soucieux. Sans compter que l’ordre du jour était chargé. S'en prendre au conseil mélandien, rien que cela…

    Il profita de son accès désormais libre aux salles de travail de la guilde pour profiter de son cercle de téléportation. Le connaître serait sans doute utile pour le retour.

    Ça lui éviterait d'avoir, comme cette fois, à se rematérialiser n'importe où sous prétexte que c'était le seul lieu dont il se souvenait avec assez de précision pour éviter les effets de translation aléatoire...
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  27. #57
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954

    Rp : Aux quatre vents

    Trois semaines après ses retrouvailles avec Mornagest à Melandis...

    NB : Je garde le titre de quête pour commodité. Cette visite est néanmoins strictement contemporaine de la quête "Le poing Levé."

    Le lendemain du conclave ([Bâtiment] Le Temple de Helm) mouvementé qui avait conduit au choix d'Eroeh pour grand prêtre, Lothringen se rendait, comme un jour sur trois, auprès du maître de la guilde des Arcanes, afin de procéder à sa coutumière séance d'exercice contre les sorts mentaux. Le vieux mage n'avait certainement pas pris à la légère le récit de Lothringen sur le déroulement de son précédent cauchemar, et il n'avait pas manqué de le tancer vertement d'avoir osé répondre. A son avis, c'était une erreur ; Lothringen n'était pas prêt à affronter directement la volonté de Dorson, et il avait dû lui permettre, sans le savoir, d'accéder à bon nombre d'informations qu'il aurait mieux valu garder pour lui. Conscient de son erreur, Lothringen avait accepté les remontrances, et reprit les entraînements. Il progressait, gagnait en assurance. Il se sentait en mesure, désormais, de se protéger contre une attaque mentale qui le prenait à froid. Mais il savait que les choses seraient beaucoup plus difficiles si on le surprenait dans un moment de faiblesse, de fatigue ou de détresse nerveuse. C'est pourquoi il continuait de revenir régulièrement auprès d'Eloern.

    Ce jour-là, il avait une nouvelle requête à présenter. C'étaient les événements de la veille qui avaient tenu lieu de déclencheur : maintenant que l'essentiel de la crise du clergé était apparemment passé, il avait l'esprit un peu plus libre, et il songeait à ses propres affaires. Ou, plus exactement, à sa principale, sa seule affaire – préparer le départ de Mornagest. Et le sien.

    A la fin de la séance, en nage, Lothringen s'affala sur un fauteuil d'une des salles de travail de la guilde, la tête prête à éclater.

    "C'était pas mal", commenta Eloern. "Vous m'avez repoussé neuf fois sur dix. Un bon score, quand on sait d'où vous partiez..."
    "Une fois suffit..." répliqua Lothringen d'un ton las.
    "Je ne vous le fais pas dire. Au point où nous en sommes, seule une pratique régulière peut faire la différence."

    Le semi-drow ne répondit pas, continuant de reprendre son souffle. L'archimage prit place sur une chaise à ses côtés.

    "Si vous me parliez maintenant de la raison importante pour laquelle vous souhaitiez me voir aujourd'hui."
    "Je suppose... que ces séances vous agacent un peu, qu'elles vous prennent beaucoup trop de temps ?"
    "Vous m'avez sauvé la vie en allant me chercher au fin fond d'une forêt emplie de maléfices. A mon tour de vous aider. Si vous en veniez au fait ? Cette circonstance n'avait pas l'air de beaucoup vous perturber, jusqu'ici."
    "Je vais avoir besoin de parchemins de sorts. De parchemins très rares, très coûteux, que je vous crois seul à pouvoir me fournir, en cette ville..."
    "Lesquels ?"
    "Deux protections contre l'espionnage magique, du sortilège de votre choix. Deux permanences."

    Eloern fronça ses sourcils broussailleux.

    "Même pour moi, préparer de tels parchemins demandent beaucoup de concentration, et un peu de temps. J'espère que vous ne me demandez pas ça juste pour protéger la retraite d'un repenti..."
    "Je vous promets que c'est important. Je sais que c'est beaucoup vous demander, alors... je ne vous demanderai plus rien, après cela. Nous serons quittes."

    L'archimage se redressa. En colère ? Vexé ?

    "Ce n'est pas à vous de décider quand nous serons quittes, Lothringen. Ne soyez pas inquiet, je préparerai ces parchemins. Même si cela ne suffit pas. Même si je vois bien que vous me dissimulez des informations importantes. Vous en avez besoin pour quand ?"

    Lothringen, soulagé, répliqua d'une petite voix.

    "Dans un mois, ce sera bon."
    "Ce sera fait."
    Dernière modification par Lothringen ; 03/05/2009 à 01h11.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  28. #58
    Avatar de Ailyn
    Ailyn est déconnecté Admisounours
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Le nez dans un bouquin
    Messages
    4 870

    Re : [Guilde] Les Gardiens des Arcanes

    Venue d'ici ([Lieu] Les portes de Manost)

    C'est après avoir passé un certain temps à tourner autour de différents bâtiments, à aller et revenir sur ses pas qu'Ailyn dénicha enfin la Guilde des Arcanes.

    Il s'agissait d'une énorme tour qu'elle trouva aussi impressionnante que tout ce qu'elle avait pu voir à Manost jusqu'à présent : en effet, elle n'avait jamais vu autant de pierres et de dalles de toute sa vie et se demandait comment tout cela faisait pou tenir debout. Evidemment, elle avait lu ce qu'il y avait à savoir sur le sujet dans plusieurs livres, mais observer ces constructions de ses propres yeux avait quelque chose de magique.

    De plus, il y avait ici quelque chose de surprenant : elle n'avait jamais vu autant de gens rassemblés au même endroit ! Elle en était toute étonnée et ses sens l'agressaient de toute cette agitation : bruits, images, couleurs, visages, odeurs... La fatigue se faisait sentir, l'empêchant de profiter des bienfaits de la concentration. Elle ne parvenait pas à fixer correctement son attention sur quelque chose en particulier plus de quelques secondes.


    Lorsqu'elle comprit qu'elle allait devoir pénétrer dans la tour, son excitation retomba aussi vite qu'elle était venue : deux mages gardaient les portes de la tour.
    Elle passa devant eux en avalant sa salive avec difficulté, la respiration lente. Ils la laissèrent passer et elle pénétra dans le bâtiment, pleine d'appréhension.

    Ailyn entra dans la salle principale de la tour et s'arrêta au milieu de la pièce, regardant de tous les côtés. Perdue dans ce vaste espace, elle ne savait que faire. Elle était finalement arrivée à destination, mais que faire à présent, à qui s'adresser ? Que demander ? Que faire si on lui demandait beaucoup d'or ?
    Elle ne savait plus que faire à présent.
    Administratrice de la Taverne des Crocs de Flamme
    RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
    Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
    Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !

  29. #59
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954

    Re : [Guilde] Les Gardiens des Arcanes

    "Bonjour bonjour. Un peu plus à, droite, s'il vous plaît. Plus bas."

    Guidée de la sorte, elle découvrit au beau milieu du hall ce qui tenait apparemment lieu de bureau d'accueil ; une jeune femme vêtue d'une robe noire (histoire que personne ne puisse douter de son appartenance à la profession, vraisemblablement) était assise derrière et la dévisageait avec patience. Elle était habituée à voir les visiteurs attarder leur regard sur les torches éternelles, la richesse du dallage et l'opulence des tapisseries ; aussi attendit-elle encore quelques instants avant de relancer.

    "Enya Velhan, j'assure la permanence de la guilde. Vous avez besoin de quelque chose ?"

    Enya Velhan n'aimait pas se voir supplantée par des tapisseries.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  30. #60
    Avatar de Ailyn
    Ailyn est déconnecté Admisounours
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Le nez dans un bouquin
    Messages
    4 870

    Re : [Guilde] Les Gardiens des Arcanes

    Bien qu'impressionnée par le lieu et la personne qui se trouvait devant elle, Ailyn tâcha de retrouver au plus vite sa convenance.
    Elle se redressa et détendit ses muscles endoloris.

    "Bonjour ! lança-t-elle avec bonne humeur. Je m'appelle Ailyn. J'ai été autrefois le disciple de maître Azemar, spécialiste en potions et autres onguents magiques. Je suis venue ici dans le but d'apprendre à maîtriser la magie et ses arcanes."

    Une fois, sa demande formulée, elle ne bougea pas, fixant Enya Velhan dans les yeux pour y déceler ses intentions. Oubliées les tapisseries et les arcs-boutants : seule comptait à présent la réponse de cette femme.
    Administratrice de la Taverne des Crocs de Flamme
    RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
    Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
    Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !

Page 2 sur 6 PremièrePremière 1234 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Sanctuaire des Arcanes
    Par Sous Nain dans le forum Les Archives Poussiéreuses
    Réponses: 34
    Dernier message: 02/08/2005, 12h20
  2. [SA] Sanctuaire des arcanes
    Par gogorafido dans le forum Les Archives Poussiéreuses
    Réponses: 7
    Dernier message: 08/06/2005, 23h12
  3. [Guilde] Les gardiens des arcanes.
    Par Folken dans le forum Les Archives des Structures de Manost
    Réponses: 78
    Dernier message: 15/06/2004, 23h26
  4. Les gardiens du Globe d'essence (chapitre 6)
    Par totoman33 dans le forum Le Monastère du Corbeau Noir (Icewind Dale 2)
    Réponses: 5
    Dernier message: 04/02/2004, 03h12
  5. [Guilde] La Guilde des Voleurs
    Par Folken dans le forum Les Archives des Structures de Manost
    Réponses: 8
    Dernier message: 18/10/2003, 22h37

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231