Affichage des résultats 1 à 24 sur 24

Discussion: [Lieu-dit] La place de l’exécution des peines

  1. #1
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    Après l'annonce de l'exécution des trois grands prêtres Talosiens travaillant pour le dénommé Badagone, luttant pour la chute de Mélandis, la Grande Place était remplie d'une foule mixte de Talosiens furieux, énervés, voulant que les traîtres payent, voulant voir leurs coeurs sanguinolants violemment arrachés...

    Peu de temps après, les condamnés, solidement attachés et entourés par plusieurs soldats, firent leurs entrées dans l'immense place. Il y eu soudainement un calme malsain et les regards se tournèrent vers les prêtres. Puis au fur et à mesure que le groupe des prisonniers se rapprochait du sinistre échafaud entouré de diverses machineries aux allures toutes les unes plus démoniaques que les autres, les huées recommencèrent plus brutalement encore. Et les soldats Talosiens eurent énormément de mal à retenir la foule en délire, qui scandait de terribles malédictions. Finalement, les trois grands prêtres arrivèrent devant les machines de torture qui enléveraient leurs âmes, leurs vies... Et soudain une vague de frayeur les envahit et la peur les gagna... Malheureusement pour eux, ils n'étaient pas en position de pouvoir fuir ou même protester, avec la puissance des hurlements de la foule, il était totalement impossible d'entendre leurs gémissements... Bien que la foule aurait apprécié...

    Après quelques derniers préparatifs, le premier prêtre fû attaché à une énorme construction en bois, deux sinistres lanières solidement clouées à deux planches de bois amovibles virevoltaient dans le vent. Chaque lanière fut attachée à un des bras du prêtre. Puis, un grand homme masqué hurla un ordre dans un language barbare et deux groupes de gobelins se mirent à tirer deux longues cordes, ratachées aux lanières. Le prêtre hurla atrocemment à mesure que ses bras étaient arrachés. Puis soudain, il ne resta plus que deux moignons sanguinolants, des esclaves récoltèrent le sang dans des seaux, puis ils le jetèrent sur la foule, qui émit un grondement de satisfaction. Pendant ce temps, deux autre eslaves appliquèrent du sel sur les plaies du prêtres. Les hurlements de celui-ci furent terribles... Le bourreau en chef émit un grognement de plaisir avant de soulever le malheureux prêtre agonisant et de le jeter dans une cage remplie de petites piques. Assez dangereuses pour blesser gravement, mais pas assez pour tuer. De plus le poison virulent qui était déposé sur le bout de leur lame causait rapidement une stérilisation douloureuse... "Hahaha, on t'achévera avec les autres"

    Puis ce fût au tour d'un autre prêtre, à qui on versa un étrange liquide sur les yeux... Ils fondirent littéralement, si bien qu'il ne resta que les orbites vident du prêtre contenant une affreuse gelée d'étrange couleur. Ensuite, le terrible tortionnaire, d'un rire démoniaque, coupa les jambes du prêtre à la hauteur des tibias. Deux énormes coups de hache... deux hurlement... C'était devenu une véritable fontaine de sang. Le même rituel salin fût appliqué puis le prêtre fut à son tour jeté dans une cage similaire au premier...

    Un bourreau arracha avec sa bouche un morceau de chair d'un des tibia dégoulinant de sang, il l'avala en poussant un rire démoniaque puis le dernier prêtre, totalement terrifié fût à son tour conduit devant les bourreaux...

    Ils discutèrent un moment, puis, devant l'air féroce et vorace de la foule, ils soulevèrent le prêtre et le lancèrent dans la nuée Talosiens assoifés de sangs. Ce fût un massacre inimaginable, le traître fût disloqué de toutes part, sa tête fût violemment écrasée par un nain armé d'un gros marteau, un gnome à l'air maléfique lui taillada le ventre puis se baigna littéralement dans ses intestins. Le corps fût rapidement complétement détruit, sous l'oeil amusé des bourreaux.

    Finalement, les deux derniers prêtres, horriblement mutilés fûrent sortis de leurs cages. Le premier fût couché sur une longue machine, puis, deux grands gaillards arrivèrent avec une énorme scie. Ils le scièrent en deux verticalement, lorsque le ventre s'ouvrit, une clameur absolument mirifique s'exalta de la foule. Les restes du prêtres fûrent donnés aux chiens...

    Le deuxième et dernier prêtre vivant, fût installé debout contre un planche de bois. Trente arbalétriers Talosiens lui tirèrent dessus à un signal donné, le traître fût complétement criblé de flèches, et son visage reflétait une affreuse mimique qui restait encore imprégnée du moment de sa mort. La foule hurla, cria, félicita les bourreaux...

    Un énorme bourreau hurla à son tour : "Voilà ce que les traîtres méritent à Mélandis !"

  2. #2
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    La majestueuse Grande Place de Mélandis était remplie de Talosiens assoifés de sang. L'ambience était déchaînée, d'énormes barbares hurlaient de terribles malédictions à l'encontre d'on ne sait qui. D'autres priaient, brandissant divers symboles maléfiques. Mais, tous les regards étaient dirigés vers la construction située au centre de la place. Il s'agissait de la célèbre estrade surélevée de la ville. Toutes sortes d'instruments de torture et de souffrance s'y trouvaient. Mais le pire était certainement les sombres bourreaux encagoulés, leurs sinistres haches attendaient patiemment le premier os à découper... Un autre personnage, vétû d'une robe aux teintes violacées se tenait sur un petit piédestal en face de la majorité de la foule. Il semblait totalement plongé dans ses pensées, toutes plus noires les unes que les autres... Une petite troupe de clerc de Talos entonnait des liturgies aux paroles diaboliques.

    Soudain, une clameur monta dans la foule et le visage de l'homme à la robe violette s'illumina d'un sourire machiavélique. La cause de la joie de la marée de Talosiens était la troupe de garde accompagnant une douzaine de prisonniers vers le centre des lieux. Les soldats eurent beaucoup de peine à empêcher certains agitateurs d'approcher des prisonniers. Ces mêmes suppliciés affichaient des mines déconfites, relants de mille tourments passés et futurs...

    Finalement, la petite troupe disparut, entrant à l'intérieur de l'estrade par une petite porte en bois située au pied de la construction. Puis, le mystérieux homme à la cape s'agita, il hurla soudainement une étrange parole. Cela eut son effet et tous les regards convergèrent dans sa direction, les discussions et les chant barbares se turent. L'homme, grimaça de satisfaction devant l'effet de sa phrase, puis, il commença à parler, d'une voie grave et froide. Remplie d'une cruauté infinie.


    Ô Talos, daigne-nous écouter de ta puissance divine, plusieurs déserteurs ont quitté la ville pour rejoindre nos ennemis ! Et, une ancienne des notres, a osé s'unir à un helmite !

    Plusieurs cris porteurs d'horribles malédictions s'élevèrent dans la foule. D'un geste l'orateur les fit taire.

    Ô Talos, Ces pourritures doivent payer ! Et nous t'implorons de les maudire à jamais, ainsi que de nous montrer ta puissance ! Les traîtres seront traqués et punis, ils nous suppliérons de leur accorder la clémence ! Qu'est la clémence ? Si ce n'est qu'un sentiment digne des faibles...

    L'homme partit dans un rire qui aurait glacé le sang de nombre de courageux aventuriers. La foule l'acclama, il attendit quelques secondes puis reprit la parole.

    Ô Talos, leurs crânes garniront prochainement ton grand temple ! Et, nous te prions d'accepter cette offrande ! Ces immondes vermisseaux de paladins vont mourir en ton nom ! Que leurs âmes damnées hurlent de douleur éternellement !

    Les clameurs de la foule envahirent à nouveau la place, l'homme fît un petit signe de la main à l'adresse d'un bourreau qui acquiesca. L'exécuteur descendit vers l'intérieur de l'estrade par une petite trappe entre-ouverte.

    Pendant ce temps, les prisonniers attendaient, résignés, ils avaient été littéralement jetés dans de petites cellules froides. Ils entendirent quelques bribes d'un discours prononcé en dessus d'eux, cela leur glaça le sang et un poussa un petit gémissement de douleur en touchant une de ses nombreuses équimoses. Puis, un énorme homme, si on pouvait encore appeler comme ça une masse de muscles couvertes de cicatrices, portant une grosse hache agrippa un supplicié et le fit monter sur l'estrade par le petit escalier de bois.

    Le tormite ne s'était jamais sentit aussi seul, et il poussa une brève plainte lorsque son bourreau lui asséna un violent coup du manche de sa hache dans le ventre. La foule était en délire, le paladin ne voulait pas céder et se résolut à mourir dignement, il ne broncha pas lorsque l'individu en robe mauve lui adressa la parole.


    Toi ! Oui, toi ! La petite larve de l'Idiot comme on l'appelle parfois ! Sâche que tu vas mourir au nom du grand Talos...

    Comme par enchantement, de lourds nuages noirs envahirent le ciel, chassant la clarté irradiante du soleil. Une fine pluie se mit à tomber.

    Arangadus réfléchit quelques instants, devant l'impatience de la foule, il jugea utile de la calmer rapidement avant que les soldats ne puissent plus contentir les Talosiens furieux.

    Le tormite vit avec horreur l'homme en robe mauve le désigner puis montrer la foule d'un long doigt grisâtre. Un des bourreaux s'exécuta, il s'apprêtait à faire une tradition perpetrée depuis des lustres à Mélandis. C'est avec un sourire goguenard qu'on ne put apercevoir sous son masque noir, qu'il souleva le prisonier par le torse puis le lança dans la marée de Talosiens. Le malheureux paladin s'écrasa lourdement sur le sol. Sa dernière vision fût celle d'une vieille femme en train de lui transpercer le torse à l'aide d'une grande faux.

    Un éclair illumina le ciel de sa beauté meurtrière au même moment. Les cris de joie de la foule s'amplifièrent encore.

    L'orateur parla de nouveau à un des bourreaux, cette fois-ci, l'exécuteur remonta suivit de cinq prisonniers, cinq malheureux paladins lathandriens. A peine arrivé en haut des marches, que l'un s'effondra lourdement sur le sol, il était couvert de bleus et du sang coagulé couvrait son torse. Un de ses camarades voulut lui porter secours, mal lui en prit et un puissant coup de gourdin s'écrasa contre sa mâchoire, sa dentition vola en éclat dans un affreux bruit d'os eclaté. Le lathandrien s'effondra, suffoquant, totalement édenté. Un des gardiens ricana et le poussa d'un violent coup de pied vers le reste des paladins. Le plus grand des tortionnaires se dirigea vers celui qui s'était évanouit à la sortie de la trappe.


    Lève-toi vermine !

    Le paladin ne broncha pas et l'exécuteur commença à le rouer de coups. Le supplicié gémissait parfois, au plus grand bohneur de la foule. Tout-à-coup, l'homme se retourna vers l'orateur en robe mauve. Celui-ci fit un petit signe approbateur de la tête. Le bourreau continua son passage à tabac, plusieurs hématomes violets se formèrent sur le corps du lathandrien qui continuait de gémir faiblement. Soudain, les plainte s'arrêtèrent et la foule hurla de joie. Le cadavre du paladin fût jeté dans un petit wagonnet pour être revendu plus tard. Les bourreaux se tournèrent vers un autre servant du dieu de l'aube. Puis, l'homme qui semblait commandé les opérations parla à nouveau de sa voie rauque et froide. Un petit homme trapu sortit à son tour de la trappe, son visage affreusement défiguré exultait d'une joie lugubre. Il sortit d'une besace qu'il transportait avec peine un étrange couteau qui reluisait faiblement. Plusieurs pointes aiguisée partaient dans toutes les directions et les silencieux crans d'arrêt trépidaient à l'idée d'arracher de la chair vivante.

    Un énorme éclair brilla dans le ciel un cours instant, de grosses goûtes de sueur dégoulinaient calmement sur la tête du dernier paladin lathandrien en vie. Il hurla lorsque la chair de sa poitrine rencontra le métal froid et silencieux. Mais sa peur venait du petit homme en face de lui, cet homme était un véritable monstre de cruauté et de sadisme. La sang perlait sur le torse du prisonnier, il hoquetait, priant en silence. Sa méditation fût interrompue par le bruit de sa propre chair se déchirant. Il poussa un horrible gémissement en voyant le tortureur plongée une main dans son ventre et en retirer un morceau d'intestin sanguinolant. Le paladin mourût finalement, une expression de terreur et de dégoût gravée à jamais sur son visage déformé par les mutilations.

    L'homme en robe mauve ricana. Quel pathétique être que ce paladin... Il reprit soudain son sérieux et prit à nouveau la parole.


    Faites entrer ces chiens galeux avec qui cette pourriture de traîtresse a osé pactiser !

    Plusieurs restèrent bouches bées devant les quatre hommes qui sortirent à leur tour de la trappe. Les helmites étaient en piteux état, la plupart dégoulinaient de sang et on leur avait appliqué des "compresses de sel" sur leurs plaies, une des tortures favorites des exécuteurs Mélandiens. Mais, ce n'était rien en comparaison de l'état de leur peau, couverte d'horribles moisissures et d'affreux boutons.

    Ces pathétiques adorateurs ont passé quelques heures au Grand Ossuraire ! Hahahahaha...

    Un éclair zèbra à nouveau le ciel, puis plusieurs, une véritable tempête se déchaina. Les Mélandiens exultaient devant cette manifestation divine. Soudain, dans un bruit fracassant, une décharge d'énergie provenant des cieux s'écrasa sur les prisonniers helmites. L'aveuglante lumière laissa une profonde trace sur la structure de l'estrade. Trois des paladins helmites fûrent totalement carbonisés, leurs crânes grimaçant tombèrent en poussière et leurs corps fûrent quasiment désintégrés, chose étonnante, le petit homme trapu ne ressentit absolument rien malgré sa proximité de l'éclair. Le survivant avait la moitié du bras droit arrachée, son visage restait impénétrable. Cet éclair prétendu divin enchanta l'homme en robe mauve.

    Voyez la puissance de notre Dieu ! Voyez comme il ecrase les immondices tentant de mettre en doute son pouvoir !

    L'orateur se retourna vers le dernier supplicié et commença une longue incantation. Il dessina d'étranges arabesques magiques dans l'air et prononça des paroles oubliées depuis des lustres. Soudain, une boule d'énergie noire s'échappa de ses doigts et fondit sur le prisonnier. Ce dernier hurla de terreur soudainement au fur et à mesure qu'il voyait sa peau se déssecher, se replier sur elle-même. Il tomba à genoux, marmonant une dernière prière au milieu de sa souffrance. Il s'effondra finalement, ce n'était plus qu'une vulgaire peau recouvrant un tas d'os.

    La foule hurla de bonheur à nouveau... Et le sorcier prit une dernière fois la parole.


    Nos ennemis payeront en temps voulu ! La mort de ces idiots n'est qu'un enfantillage en comparaison de ce qui attend les traîtres !

  3. #3
    Thanatos Invités

    [Lieu-dit] La place de l’exécution des peines

    Un panneau était posé devant une grande place couverte de pierres taillées rouges, rouge comme le sang de tant de condamnés à mort qui furent exécuté sur cette place macabre où l’odeur de mort était insoutenable. Sur ce panneau on pouvait lire :
    Ici sont exécutées les sentences prononcées par le tout-puissant tribunal de Talos, le Dieu de la Destruction.


    On pouvait voir, siégeant au centre de cette place, une grande croix faite de bois aussi noir que les yeux des nombreux bourreaux qui se sont succédés au fil du temps. Sur cette croix, de longues chaînes rouillées pendaient le long des bras de l’appareil, chaînes destinées à retenir toute personne qui recevait ses châtiments sur cette croix, les châtiments corporels…
    A coté de cette croix, on pouvait voir un gros rondin en bois, entaillé de milliers de coups d’épée, de hache et autre objets tranchants. Ce rondin était également tâché d’un sang noir, un sang coagulé depuis bien longtemps de surcroît...
    Ce rondin avait une fonction bien précise : fournir un appui pour toutes les amputations que devaient effectuer les bourreaux sur les condamnés…



    [HRP : ce post est modifiable en fonction des nouvelles punitions que donnera le tribunal de Melandis]

  4. #4
    Thanatos Invités
    Une grande foule s’était réunie pour assister à l’exécution de la 1ère peine donnée par le nouveau juge du Chaos, le paladin déchu fidèle à Talos : Thanatos.

    La foule de curieux faisait un bruit effroyable, mais lorsque le bourreau entra sur la place, tout de noir vêtu, les yeux brillant dans les trous de sa cagoule tout aussi noir que les ténèbres.
    Le bourreau prit la parole.

    « Accusé Mycontil ! Venez a moi ! »
    Sa voix roque sonnait de haine et de menace.
    Lorsque Mycontil entra enchaîné sur la place, une légère peur se lisait dans ses yeux, cette peur amplifia lorsque celui-ci vit la croix ou il allait être attaché.
    Le bourreau attacha l’accusé grâce aux chaînes qui pendaient du fauteuil, prit une longue branche de bois, se frotta les mains et alla avec de petit pas vers le dos de Mycontil.
    La peur quitta instantanément les yeux de Mycontil lorsque la branche s’abattis pour la 1ere fois contre son dos.
    Cette action provoque une foule d’applaudissement dans la foule de curieux. Puis suite à chaque coup donner par le bourreau les applaudissements redoublaient d’intensité.
    Suite au dix coups, l’homme en noir détacha Mycontil, qui tomba face contre terre, suite au coup puissant qu’on lui a infligé. Un garde le prit par les épaules et le traîna vers une cellule, le temps qu’il récupère, et qu’on puisse le relâcher en attendant la mise en service des autres peines de Thanatos.

  5. #5
    Alundra Glodar Invités
    Dans la foule, Alundra regardait, le sourire aux lèvres, le "spectacle" orchestré par Thanatos. Ordalie mélandienne attirant les foules, tant et si bien qu'Alundra avait été, un long moment, bousculée dans la cohue que l'événement avait créée.

    lorsque l'execution de la peine fut achevée, elle dit tout haut d'une voix forte :

    "Incroyable, la puissance divine qui semble accorder à chacun un destin bien précis. Ils modelent chacun des mortels afin de les accorder au grand puzzle universel. Façonnant chaque âme et chaque corps, ils accordent chaque individu à une partie de l'histoire de Toril. Faisant de nous des acteurs inconscients manipulés par les volontés supérieures célestes.
    Glorifions les dieux d'avoir donné à Thanatos le don pour le spectacle de la douleur. Le role qui lui a échoué ne pouvait être autre. Dieux, merci du plaisir que peut procurer Thanatos lorsqu'il revêt les atours de juge du chaos."


    Etonné, la populace s'était retournée et avait écouté, ayant peur d'une soudaine incantation magique. Lorsqu'elle eut fini, les gens, exaltés, se mirent à acclamer Thanatos et Talos en choeur. Alundra s'écarta des hurlements et repartit, priant tout bas...

  6. #6
    Alundra Glodar Invités
    Alundra, passant dans les rues non loin de la place, tendit l'oreille pour écouter la populace avide de sang et de torture public mais.... rien

    S'avançant sur la place, elle remarqua que les piloris et les estrades étaient vides, ni bourreau ni supplicié n'animait la place... Décevant, cela faisait longtemps que Mélandis n'avait pas offert à sa populace la démonstration de sa puissance et de son autorité.

    Un air de nostalgie passa sur le visage de la guerrière.... si longtemps...

  7. #7
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Gaeïa
    Messages
    120
    Le soleil arrivait à mi-course. Il occupait la position la plus haute dans le ciel, éclairant d'une chaleur étouffante la grande place de Mélandis où la foule s'était massée nombreuse. Un chariot avec trois cages fit alors son apparition sous les huées de la population et les jets de légumes et de pierres. A son bord, trois hommes en pagne se protégeaient le visage de leurs mains noircies par la crasse des geôles mélandiennes, d'où arrivait également Morfea. A la vue de la charrette, le demi-elfe sentit un frisson lui parcourir le dos. L'excitation montait. Tout à sa joie de voir enfin le moment de la torture approcher, Morfea perdit le sourire en constatant que les trois hommes ne semblaient pas en très bonne condition. Voilà qui compliquerait sa tâche, car pour qu'une sentence puisse être longue, il fallait des hommes qui soient encore en pleine possession de leurs moyens. Mal nourris, fatigués et maltraités, ils étaient plus fragiles et la moindre erreur pouvait leur être fatale et écourter la séance. Alors que les gardes installaient les suppliciés sur l'estrade au milieu de la place, le bourreau muni de sa cagoule lança un regard noir à l'officier et lui signifia son mécontentement.

    - On ne vous a jamais appris à ne pas maltraiter les suppliciés ? Comment voulez-vous offrir un spectacle à la population si une fois arrivés sur scène vos prisonniers sont déjà à moitié à l'état de cadavres ?

    - Boah ça va...chacun son boulot hein !

    Le bourreau se ressaisit alors ; ce n'était pas le moment d'insister et il saurait certainement saisir l'occasion de venger cet affront. Pour l'heure il lui fallait se concentrer sur ses trois "clients".

    Il choisit alors le plus visiblement mal en point des trois hommes. Un jeune humain assez peu costaud qui semblait déjà apeuré. La peur lui mâchait déjà une partie du travail, autant le prendre comme amuse-gueule pour l'échauffement. Il fit mettre ses deux compagnons au pilori. Les deux outils étaient placés de manière à ce qu'il ne rate pas un instant du supplice de leur camarade.

    Le premier des assassins fut donc attaché par les pieds et par les mains à un système destiné l'écarteler lentement. Son corps de trouvait suspendu verticalement au dessus du sol. Ainsi le public ne pouvait avoir meilleure vue dessus. Le bourreau fit signe à ses assistants de tendre les cordes jusqu'aux premières résistances. Chacun des deux hommes s'exécutèrent alors, rembobinant la corde en tournant une manivelle jusqu'à ce que le jeune homme commence à grimacer et pousse un premier cri de douleur. Dans la foule une bruit de satisfaction se fit alors entendre. Le corps était enfin près, à disposition et à bonne vue. C'est alors que le bourreau laissant au jeune homme un instant de répit, le temps de s'habituer à sa position peu confortable et au public de bien l'admirer, se saisit d'un fouet et commença en douceur par une séance de flagellation. A chaque claquement du fouet, un cri de douleur crispé venait comme une réponse automatique. Après une cinquantaine de coups, on exposa le dos du supplicié au public satisfait mais qui demandait à ce qu'on passe à l'étape suivante...C'est alors que le pauvre bougre eut le malheur de prononcer ces paroles :


    - Pitié ...


    Morfea éprouva alors un dégoût pour sa future victime. Il avait été capable de tuer un homme et suppliait déjà après quelques coups de fouets.

    -Tu vas en avoir de la pitié ! Cautérisons-lui ses plaies à ce pauvre petit bonhomme…

    L’un des assistants tendit alors une pince au bourreau qui s’en servit pour se saisir d’une braise ardente entretenue par un brasier laissé à disposition, et qu’il appliqua sur le dos de l’homme avec un soin tout particulier, ce qui eut pour effet de faire hurler le pauvre homme tant et si bien qu’on cru qu’il allait y laisser également sa voix. Le supplicié avait le visage trempé de sueur et de larmes. Alors que les deux assistants accentuèrent l’étirement des cordes servant à l’écarteler, Morfea s’attaqua à son torse à coups de fouet clouté. Les morceaux de chair volaient alors sous les yeux d’un public satisfait par le spectacle. Le corps ensanglanté de l’accusé commençait à attirer les corbeaux tout autant que ses hurlements attiraient les badauds de passage à proximité. Quand le bourreau cessa de frapper sa victime, celui essaya de trouver son souffle, tentant de se mouvoir pour atteindre une position où il pourrait soulager sa douleur mais en vain ; ne parvenant plus à contenir sa douleur malgré la cessation des coups, il se mit à hurler de nouveau Son corps tendu était offert au regard de tous…et à tous les supplices. Morfea se saisit alors d’un espèce de serre-joint avec deux embouts crantés en métal très épais. Le demi-elfe souriait à la pensée de ce qu’il réservait à sa victime. Après lui avoir massacré le buste, il allait s’en prendre à ses membres, lui broyant un par un, les genoux et les coudes. Suite au dernier coup le supplicié trop affaibli perdit conscience. C’est alors que la foule massée devant l’estrade demanda qu’on l’achève. On réanima alors l’homme avec l’aide d’un prêtre et ce fut le public qui eut la joie d’achever l’homme en le lapidant.

    Sur les deux assassins restants, l’un semblait déjà défaillir à la vue de ce qui l’attendait : un autre jeune homme pas plus vieux que son compère. Le troisième, un demi-orc assez robuste d’apparence ne bronchait pas. Voilà un défi qui allait plaire au demi-elfe, il en avait déjà maté des plus durs, et il aurait plaisir à entendre hurler un pauvre minable qui jouait les durs à cuire. Morfea demanda donc à ce qu’on libère le demi-orc, il considérait qu’infliger une attente supplémentaire au deuxième homme en lui laissant entrevoir ce qui l’attendait était déjà un début de supplice. Le demi-orc fut donc à son tour flagellé mais se retint de crier pour ne pas satisfaire son bourreau et le public avide de souffrance. Pire, il osa même observer son bourreau avec un sourire défiant. Ce dernier ordonna alors à ses deux assistants d’aller préparer de curieuses barres de métal qui ressemblaient à des espèces de broches et d’aller alimenter un peu le feu pendant qu’il sortait une petite fiole verte qu’il déboucha. Il versa alors une partie du contenu sur la tête du demi-orc qui se mit alors à pousser un hurlement de douleur qui redonna le sourire à son bourreau. Il se servait en effet d’un acide pour lui raser la tête. La technique originale semblait plaire et il s’expliqua :


    -Désolé, quand je fais rôtir de la viande, je n’aime pas l’odeur du poil cramé… ça me donne la nausée.

    Et ce disant, il lui versa le reste du contenu sur son torse velu. Le demi-orc attaché sur un espèce de T tenta de se courber sous le poids de la douleur mais n’y parvint pas. C’est alors que de rage, il se mit à insulter le demi-elfe qui en fut amusé.

    - Si j’ai la générosité de t’épargner tes cordes vocales, c’est pour qu’on puisse t’entendre hurler… pas proférer des jurons. Je vais remédier à cela

    Il se saisit d’une dague, et assisté d’un de ses compères, il força le demi-orc à ouvrir la bouche et lui trancha la langue. Le supplicié tentant le tout pour le tout pour garder la bouche fermée, on avait même du lui briser la mâchoire. C’est alors qu’on l’embrocha sur les étrange barres de fer et qu’on le fit rôtir au dessus du feu. L’un des assistants faisant tourner la broche. La chaleur, la douleur étaient insupportable pour le demi-orc qui ne pouvait s’empêcher d’hurler désormais et ce, malgré sa mâchoire brisée et sa langue coupée. De temps en temps on arrosait le corps de la graisse qui coulait de sa chair. Le demi-orc avait été ni plus ni moins cuisiné à feu doux.

    Pendant que ce dernier continuait à cuire, on fit venir le dernier assassin déjà en larmes. Pour lui le jeu avait simplement consisté à le démembrer membre par membres avec une finesse exquise tout en le gardant en vie le plus longtemps possible. Le bourreau avait même poussé le vice jusqu’à lui ôter les yeux de ses orbites à l’aide d’une espèce de cuillère. Le jeu dura assez longtemps pour que le demi-orc n’en voit pas la fin, il avait fini par rendre l’âme. Enfin on acheva le dernier supplicié à moitié démembré dans une vierge de fer, faisant couler son sang à flots. Le spectacle était fini, le bourreau fit exposer les trois cadavres méconnaissables et rangea ses outils.
    La mort est mon seul guide
    La haine mon essence
    Mais moi, que suis-je ?

  8. #8
    Seina Invités
    La Famille Miles assista au supplice des assassins de leur fils ainé. Le Patriarche et sa femme étaient venus sur des chaises à porteurs qui avaient été disposées aux premières loges afin de pouvoir contempler et savourer les tortures infligées aux 3 hommes. Ils étaient accopagnés de leurs serviteurs et du reste de la famille. Tout au long de l'exécution ils avaient contempler les corps suppliciés avec une évidente satisfaction, applaudissant aux cris de douleurs des suppliciés, insultant copieusement les 3 hommes. Lorsque la mort emporta les condamnés, le patriarche claque des doigts. Un serviteur apporta une petite cassette qu'il déposa sur les genoux du vieil homme.

    Celui ci se leva et s'approcha de Morfea.


    " Bourreau, votre art est à la hauteur de votre cruauté. Justice a été rendue... Je vous suis gré du soin apporté à cette exécution. Désormais mon fils est vengé et les Malandrins savent ce qu'il en coute de s'attaquer à la famille Miles... VOici une petite récompense à la hauteur de votre labeur."


    Il lui tendit la petite cassette et s'en fut vers sa chaise à porteurs. Dès qu'il fut assis, les serviteurs soulevèrent les chaises en s'en furent dans la ville. Morfea ouvrit la cassette et sourit à la vue du contenu : Une dizaine de petites gemmes brillantes... Une petite fortune en soi... Rapidement il évalua sa nouvelle fortune à quelques centaines de pièces d'or. Il pourrait en tirer pour 500 pièces d'or au minimum... peut être 700 si il était convaincant.

  9. #9
    Alundra Glodar Invités
    Alundra avait regardé... mais pas intégralement... quelle horreur!

    Tant de sadisme... infliger telle souffrance pour ensuite laisser mourir ces infortunés. L'aura de perversion avait touché les spectateurs mais la paladine sentait son malaise profond devant cet homme. Quel mal avait il bien pu subir pour en retourner autant à ses semblables.

    Ce mal était pur et douloureux. PLusieurs choses provoquaient le dégoût chez la paladine :
    - Le mal était absent du coeur de la paladine et le voir à l'état brut la rebutait.
    - Mais cette execution était purement gratuite, cette souffrance n'était pas salutaire. C'était un exemple pour les autres, de la torture gratuite.

    Peut être que laisser les condamnés partir avant la mise à mort serait plus utile. Ils utiliseraient cette souffrance pour progresser, aller au delà de leur condition. Mais ils répandraient aussi la peur dans le coeur des Mélandiens... par la parole des suppliciés d'abords ... mais aussi par leur apparence, en effet, leur aspect post-Morféa était abominable et dérangeante.

    La populace qui se dispersait souriait... et Talos devait faire de même...

    "Qu'il en soit ainsi et que Mélandis resplendisse."

    Alundra repartit dégoutée...

  10. #10
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est connecté maintenant Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 295
    La populace s'amassait depuis une heure déjà, sur la place. Depuis l'annonce du crieur public, en fait. Déjà, l'estrade était aménagée pour accueillir les acteurs du splendide spectacle qui allait sous peu se jouer ici même.

    Les deux bourreaux qui allaient officier préparaient leurs instruments avec grand soin : tout devait briller. Nul ne pourrait dire que Melandis était une ville mal entretenue. Au contraire, mêmes les instruments de torture destinés aux plus malsains des individus étaient soignés et choyés par leurs propriétaires.

    Soudain, un silence de mort se fit. Une lourde escorte arriva du nord, accompagnant le petit groupe des condamnés à mort. Un tonnerre d'ovations fusa alors, assourdissant, obsédant, presque gratifiant pour la dernière apparition des condamnés.

    Lentement, le cortège marchait en direction de l'estrade, tandis que la foule, avide de sang et de souffrance laissait passer spontanément les gardes.

    Une dizaine de mètres séparait à présent les condamnés de la scène. Les bourreaux souriaient tous deux, en observant la mine déconfite et terrorisée des assassins arrêtés.

    Cinq mètres. Un des marauds trébucha, mais fut aussitôt rattrapé par un garde. Pas question qu'un des prisonniers ne se blesse avant de souffrir pour les crimes qu'ils avaient commis.

    Les gardes montèrent sur l'estrade, tirant avec eux les chaînes qui maintenaient les prisonniers. Ils étaient quatre.

    Ils prirent place sur le ponton, et furent solidement attachés à leur poteau respectif. Les bourreaux se saisirent chacun d'un instrument des plus démoniaques. L'un était un bâton garni de pointes en fer rouillé, qui déchirerait la peau de ses victimes, provoquant des douleurs atroces et continuelles.

    L'autre était une simple barre de fer rougie au feu. L'idéal pour décorer le corps d'un condamné avec de belles esquisses.

    Le premier voleur était maigre et petit. Il ne résisterait pas bien longtemps aux sévices...
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  11. #11
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est connecté maintenant Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 295
    Le chef des gardes prit alors la parole, d'une voix lugubre et lourde de menace :

    "Selon la loi édictée par le Conseil, et en accord avec le jugement qui vous a été rendu, je vous déclare, Aeron, Phtilis, Krugor et Faël, coupables de crimes contre la sécurité du Conseil. En vertu de nos lois, la sentence de mort sera exécutée ici-même. Bourreaux, veuillez officier."

    Sentence très pompeuse... Tous savaient depuis longtemps qu'ils n'allaient pas simplement mourir ici. Ils craignaient davantage la cruauté des maîtres tortureurs de Melandis.

    Le premier bourreau frappa hargneusement le premier des quatre assassins. Un cri s'échappa des lèvres du condamné, et le sang coula allègrement le long de son dos nu. La douleur était vive, et ne déclinait presque pas. Certainement pas jusqu'au prochain coup, qui ne tarda pas à fuser.

    Une petite gerbe de sang gicla sur le public qui se tenait au premier rang. Des cris de satisfaction sadique se mêlèrent aux râles de souffrance du torturé, qui demanda grâce. Le bourreau ricana avec un plaisir démoniaque, et recommença à nouveau, plus fort.

    De son côté, l'autre bourreau entama une série de pose du fer rouge sur les bras, et le visage de sa victime. Celle-ci ne cria pas, mais tomba presque évanouie face à la douleur, et surtout, lorsqu'elle vit un morceau de peau coller au fer, et s'arracher de son corps, laissant la chair à vif.

    Le bourreau en profita pour y répandre une large poignée de gros sel, ce qui arracha à sa victime un gémissement étouffé. Elle perdit ensuite connaissance...


    HRP : c'est Noël... :eye:
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  12. #12
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est connecté maintenant Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 295
    Les deux premiers suppliciés moururent rapidement. Le premier, de son hémorragie trop violente, le second, à cause de sa constitution trop frêle. Pas étonnant qu'il ait choisi un "métier" si lâche...

    Les deux bourreaux étaient frustrés. Ils n'avaient pu tenir plus longtemps avec ces torturés de pacotille... Leur restaient alors les deux derniers voleurs. L'un d'eux s'agitait, attaché à son poteau. Il avait plus de raisons encore de craindre la souffrance, en voyant ce qui venait d'arriver à ses compagnons...

    L'autre était bien bâti. Il faisait six pieds de hauteur, ce qui était énorme pour un elfe... son regard mauvais luisait, et il semblait moins effrayé par le spectacle qui venait de s'étaler devant lui.

    La foule réclamait plus de sang. Il devait y avoir environ cinq cents personnes, et la place était désormais comble. Les gardes avaient du mal à contenir les enragés, qui voulaient voir de plus près l'exécution des assassins.

    Les deux bourreaux se mirent d'accord entre eux : ils s'occuperaient d'abord du dernier humain, puis ils achèveraient avec l'elfe narquois. Ils reprirent donc leur office.

    Le premier bourreau enfonça violemment une tige métallique dans la jambe de l'homme, en partant du sommet de la rotule, passant par derrière, et longeant le tibia, pour atteindre le talon. Bien que fermement attaché, la victime gigotait à tout rompre et s'égosilla à appeler à l'aide. Les rires fusèrent dans une partie du public.

    L'homme passa un long moment à souffrir, lui aussi. Les deux exécuteurs se vengeaient sur lui de ses camarades, tout en gardant un oeil sur l'elfe, toujours impassible...

    Soudain, un nouveau mouvement de foule démarra du bout de la place. Les gardes ne purent cette fois contenir cet assaut inattendu - en général la foule restait docile face à eux - et furent proprement repoussé contre la scène, et piétinés à mort par les gens qui s'amassaient sur eux.

    Une poignée de rebelles bondit alors sur la foule, et se débarassa des bourreaux, qui moururent sans un cri. L'humain supplicié se mourrait, mais l'elfe restant était encore indemne. Il fut rapidement libéré, et il s'enfuit avec ses sauveurs, tandis que les quelques gardes, impuissants devant l'évasion, tentaient tant bien que mal de rester en vie, face à la masse de gens qui les repoussaient sans cesse afin de leur empêcher l'accès à l'estrade.

    Un hors-la-loi venait de s'échapper...
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  13. #13
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Gaeïa
    Messages
    120
    [quête] Un fuyard à châtier.

    L'histoire dans laquelle s'embarquait le bourreau ressemblait fort à une galère, et à vrai dire, celui-ci n'en avait que faire. Peu importe les difficultés qui l'attendraient, avides d'éprouver ses compétences, Morfea était déterminé à accomplir la tâche qu'on lui avait assignée. Et à vrai dire, celle-ci le touchait particulièrement. Un homme avait osé fuir devant le sort que ses bourreaux lui réservait. Il n'en avait pas le droit, peu importait le décès des bourreaux ou des gardes ; s'ils avaient succombé à l'assaut de la foule, c'est qu'ils s'étaient montrés trop faibles pour être digne de vivre. Mais qu'un elfe ait osé faire preuve d'une aussi grande lâcheté était un argument suffisant pour que le bourreau montre un intérêt à résoudre cette affaire lui-même.

    Arrivé de l'antichambre du conseil où le chancelier lui avait exposé la situation, Morfea comprit que le chancelier ne devait pas être ravi de cette affaire. L'échaffaud était à quelques pas à peine de son bureau, et à vrai dire, cette affaire revenait presque à dire qu'un homme et quelques roturiers avaient réussi à imposer leur volonté à l'autorité mélandienne, et celà en son sein quasiment.

    Les corps des bourreaux et de leurs dernières victimes reposaient encore sur l'estrade entourée de gardes plutôt nerveux. Après avoir présenté sa missive à un officier de la garde, Morfea monta sur l'estrade à la recherche du moindre indice qui pourrait l'aider. Il commença d'abord par fouiller les affaires des suppliciés qui devaient forcément se trouver à proximité. De même, il chercha au sol le moindre indice qui pourrait lui donner une idée du lieu où pourrait se trouver l'un des acteurs de ce mouvement insultant pour les autorités et pour toute une profession.
    La mort est mon seul guide
    La haine mon essence
    Mais moi, que suis-je ?

  14. #14
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est connecté maintenant Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 295
    [Quête : un fuyard à châtier]

    Les effets des condamnés étaient encore sur eux, ou déchirés, à terre, devant les poteaux sur lequels leurs corps inertes gisaient encore.

    Une fouille méticuleuse des vêtements ne donna rien ; Morfea s'en doutait. Les gardes avaient dû leur faire les poches avant de les emprisonner.

    Le bourreau examina ensuite les corps eux-mêmes. Outre les blessures infligées par ses défunts collègues, de nombreuses cicatrices ornaient la peau des condamnés. D'anciens combats, d'anciennes tortures rejaillissaient sur l'épiderme, à défaut de leur souvenir dans l'esprit mort de ces imbéciles.

    Les gardes regardaient faire le bourreau, envoyé par le Conseil. Ils se bornaient à ranger un peu les traces de l'émeute, et d'emporter les cadavres des roturiers écrasés lors de celle-ci. Morfea n'aurait sans doute pas besoin d'eux.

    L'un d'eux, un jeunôt, s'approcha cependant du bourreau, et lui murmura abruptement :


    "Je peux vous aider à retrouver le fugitif."

    Il s'éloigna un peu, et fit mine de rassembler les affaires des condamnés.
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  15. #15
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Gaeïa
    Messages
    120
    De quoi se mêlait-il celui-là ? Il y avait certainement quelque chose de louche dans ce garde, mais il apparaissait pour le moment comme la seule piste qui s'offrait au bourreau. Restait à savoir si cette hypothétique info serait valable.

    Perplexe, Morfea suivit du regard son mystérieux informateur puis scruta les alentours afin de s'assurer qu'il n'était pas observé, puis effectua un demi-tour décidé pour se placer derrière l'épaule droite du soldat rassemblant les affaires des condamnés.


    - Et comment comptez-vous m'aider, et peut-on savoir comment vous savez que je suis à la recherche de fuyards ? murmura-t-il à l'oreille du garde dans un sourire inquisiteur.

    Les paroles du garde ne manquaient d'attiser l'intérêt du bourreau, mais celui-ci restait des plus méfiants envers son interlocuteur.
    La mort est mon seul guide
    La haine mon essence
    Mais moi, que suis-je ?

  16. #16
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est connecté maintenant Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 295
    [Quête : un fuyard à châtier]

    Le garde ne regardait pas dans la direction du bourreau, mais lui murmura :

    "Pas ici... Trop risqué. Mais on peut avoir une petite discussion dans une taverne pas loin. La Gorgée d'Ogre, dans une heure..."

    Il retourna auprès de ses collègues avec le tas de vêtements et leur signala qu'il n'avait rien trouvé d'intéressant.
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  17. #17
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Gaeïa
    Messages
    120
    [Quête : Un fuyard à châtier]

    Le soldat s'en alla comme si de rien n'était sous les yeux intrigués d'un bourreau à qui un vieux présentiment fit dire que cette affaire n'allait pas être des plus agréables à suivre, que ce soit pour sa santé comme pour son mental. Faisant un peu la moue, il prit comme par réflexe, la tête de l'un des machabées dans une de ses mains, la serrant de toutes ses forces avec son poing ; et la réflexion ne le menant à rien de concret, la laissa tomber d'un coup. Alors accroupi par l'espoir de trouver un indice qui lui aurait échappé, Morfea se releva et se dit finalement qu'il n'avait rien de mieux à faire qu'attendre à la taverne indiquée par le mystérieux garde que celui ne daigne le renseigner sur ce qu'il savait... tout en s'attendant à une désillusion probable.
    La mort est mon seul guide
    La haine mon essence
    Mais moi, que suis-je ?

  18. #18
    Date d'inscription
    December 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages
    1 141
    Bien des années avaient passé depuis, des gorges avaient été ôté de leurs réceptacles habituels, des membres avait disparu dans un clapotement sanglant, des cris avaient été poussé et des murmures horrifiés s'étaient fait entendre. Chaque jour avait vu son lot de malheur et son lot d'horreur car à mélandis la sombre le poids du châtiment infligé à l'un pour effrayer l'autre n'avait jamais cessé. Jusqu'à Talos tout puissant qui lui même avait cessé d'être démontrant à tous et à toute que nul n'est irremplaçable...

    Mais attardons nous plutôt sur cette estrade qui a tant vu et ce depuis un certain nombres d'année. On raconte que lorsque l'on se trouve dans un lieu où il s'est passé des choses particulièrement horrible les bruits anodins qui le peuple peuvent parfois dire quelque chose à celui susceptible de les écouter. C'est idiot à n'en point douter, on entend bien sur le léger crissement du bois de l'estrade, le souffle du vent glacial et ces petits bruits comme un sifflement surement des animaux, de la vermine qui rode dans les parages.

    C'est étrange mais si l'on regarde de plus prés ce rondin de bois ensanglanté on jurerais qu'il produit comme une lumiére. C'est idiot encore une fois, les rondins ne produise pas de lumière... Et ne distorde pas l’atmosphère en produisant souffle et vibration... Cette fois aucun doute il se passait quelque chose de louche, enfin quelque de plus louche que ce à quoi le melandien moyen était habitué. Ce tronc d'arbre s'était mis à vibrer et à s'illuminer comme une chandelle luttant pour reprendre vie. Mais à bien y regarder ce n'étais pas exactement le tronc qui bougeait non c'étais plutôt quelque chose derrière, quelque chose de bleuâtre et de captivant qui semblait mener vers un ailleurs, un ailleurs profondément idyllique et lointain. Il y avait désormais un trou dans l'air qui tourbillonnait comme un trou d'eau dans une rivière agitée. A chaque seconde la lumière se faisait plus forte et le tourbillon gagnait en puissance on pouvait également entendre très distinctement un sifflement surraigue qui en émanait. C'est alors qu'une silhouette en émergea.

    Un homme apparu, un homme aux allures de guerrier avec un large cimeterre qui dépassait de son dos. Brusquement le passage se referma le laissant seul avec le silence. Il leva la tête cherchant visiblement à comprendre où il se trouvait.

    "Où est-ce que..." commença t-il dans un chuchotement.

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

  19. #19
    Date d'inscription
    February 2013
    Messages
    77
    Une vieille dame leva la tête. Son corps rabougri se trainait par les jambes tandis que son œil blanc cessa de scruter le sol pour regarder le nouvel arrivant. Les rides qui creusaient son visage masquaient son humeur et défiguraient ses traits, si bien qu’il était difficile de distinguer un sourire d’une grimace. Son œil droit lui manquait, la noirceur de l’orbite vide contrastant avec le blanc limpide de son œil gauche qui laissait à peine voir la pupille si petite et presque transparente. Sa peau jaune, parsemée de tâches grisâtres, laissait apparaître les os et tendons de son anatomie brisée par le temps. Elle se tendait par moment lorsque la vieille se penchait pour ramasser les quelques pièces et restes de nourriture que les spectateurs, amusés des précédentes prestations, avaient laissé tomber par inadvertance. Ses doigts squelettiques portaient parfois un crouton de pain jusqu’à ses dents cassées. Ses mâchoires se déboitaient alors en cadence, mâchouillant son pain comme ses lèvres sans que l’on puisse savoir si le craquement provenait de la croute de pain dur ou des ses vieilles dents.

    Une fois rassasiée elle s’arrêta, accroupie. Son œil valide fixant le rondin de bois, la vieille se releva avec peine, le dos vouté sous son manteau de fourrure troué. Les quelques mèches de cheveux blancs qui lui restaient volaient au vent sous son chapeau d’une forme élaborée, qui aurait pu être élégant s’il n’y avait pas ces déchirures un peu partout.

    Son œil, enfin, s’arrêta sur l’humain. Il ne le lâchait pas.
    Vous pouvez trouver la fiche personnage RP à cette adresse : http://www.baldursgateworld.fr/lacou...ferrerid=13901

  20. #20
    Date d'inscription
    December 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages
    1 141
    Armand resta estomaqué en découvrant où il se trouvait, il n'était certes pas de nature à se laisser impressionner facilement mais il ne pensait réellement pas atterrir dans un tel endroit. Il s'approcha de la vieille dame tendant la main pour voir si elle le voyait réellement, les primaires était "pittoresque" on l'avait prévenu.

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

  21. #21
    Date d'inscription
    February 2013
    Messages
    77
    « Kh… Khérianus ? C’est toi ?»

    La vieille tendit ses doigts moites en direction du visage du jeune et commença à le palper. Son œil s’écarquillait tandis que la pupille se dilatait et se rétractait comme en clignotant. Elle marmonnait des mots incompréhensibles, complètement obnubilée par le mystérieux humain sorti de nulle part. Sa bouche se déformait avec ses mots, ses mains attrapaient vos joues.

    « Qu’est-ce que tu ...tu m’as manqué mon petit, je c…croyais qu’ils t’avaient torturé et tué, mais tu… t… tu…»

    La vieille ne pu même pas terminer sa phrase convenablement.
    Vous pouvez trouver la fiche personnage RP à cette adresse : http://www.baldursgateworld.fr/lacou...ferrerid=13901

  22. #22
    Date d'inscription
    December 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages
    1 141
    Passant outre le plancher ensanglanté et légèrement spongieux, armand était progressivement descendu de l'estrade. L'odeur ambiante était un peu difficile à supporter mais il avait connu pire. Cette vieille femme ne semblait pas mauvaise, surement une pauvre créature ayant échappé au péché d'orgueil qui hantait ces lieux. Ici les créatures étaient ce qu'elle semblait être, c'était une habitude à prendre.

    "Ne vous inquiétez pas madame. Toute chose se termine là ou chacun a commencé, il n'y a rien d 'autre que des âmes paisibles au delà du mur."

    Il reprit après un petit temps d'arrêt.

    "Laissez moi vous ramenez chez vous."

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

  23. #23
    Date d'inscription
    February 2013
    Messages
    77
    La petite vieille fronça son orbite vide, écarquilla son oeil blanc, puis grimaça en mâchouillant sa lèvre inférieure. Elle dévisagea l'homme sans un mot, sont regard devenant triste. Elle pointa du doigt une petite ruelle sombre, d'une largeur d'un mètre vingt, qui partait de la place.
    Vous pouvez trouver la fiche personnage RP à cette adresse : http://www.baldursgateworld.fr/lacou...ferrerid=13901

  24. #24
    Date d'inscription
    December 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages
    1 141
    Il y avait quelque chose d'étrange dans la situation, il se demanda s'il avait activé le bon portail. Pourtant pour chaque clé il y a un portail et pour chaque portail il y a une clé; il en a toujours été ainsi. Avec un sourire hésitant il se rapprocha de la dite ruelle. Étais-ce vraiment si désert que ça ici ?


    Suite ici

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

Discussions similaires

  1. [Lieu] Une petite place discrète
    Par Ravestha dans le forum L'Esplanade Impériale
    Réponses: 113
    Dernier message: 10/12/2016, 21h35
  2. [Lieu] La place des marchands
    Par Mornagest dans le forum L'Esplanade Impériale
    Réponses: 165
    Dernier message: 03/09/2016, 14h46
  3. [Lieu] La place du temple
    Par Folken dans le forum La Place du Temple
    Réponses: 221
    Dernier message: 16/05/2011, 17h45
  4. [Lieu] Près de la place des temples
    Par Mornagest dans le forum L'Esplanade Impériale
    Réponses: 9
    Dernier message: 09/04/2007, 19h33
  5. [Lieu-dit] La Grand'Place de Lumenis
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 50
    Dernier message: 08/05/2006, 12h17

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238