Je suis allé le voir hier soir, dès sa sortie. J'étais déjà habitué aux révélations fracassantes que Moore fait dans ses documentaires. Surtout destinés aux Américains, ils nous paraissent parfois très surréalistes : comment des gamins de douze ans ont-ils des armes dans leur cartable ? Comment la guerre en Irak a-t-elle pu être perçue comme un bienfait pour le monde ?

Cette fois, le système médical privatisé était pointé du doigt. Comme toujours (voire plus ?), avec ironie, avec critiques acerbes, et avec démonstrations par des exemples concrets.

La première scène : un type s'est ouvert le genou en travaillant, il la recoud lui-même avec du fil et une aiguille, parce qu'il n'a pas d'argent pour aller à l'hôpital.

Juste après, un homme s'était coupé deux doigt avec sa scie circulaire. Aux urgences, il a dû choisir entre lequel des deux doigts serait regreffé : 60.000 $ pour le majeur, 12.000 pour l'annulaire...

On croit rêver. Pourtant, c'est la réalité. Aux Etats-Unis. Aux Etats-Unis, on ne peut accéder aux soins que si l'on est assuré, ce qui coûte une fortune, évidemment. Et encore... cette "couverture" dépend de beaucoup de choses, notamment et surtout de votre passé médical, mais aussi et bien sûr, de votre position sociale. Un député sera toujours soigné...

Les exemples sont multiples, variés. Et Moore de voyager au Canada, au Royaume-Uni et en France afin de découvrir ce qu'il se passe dans les autres pays développés.

A mesure que le film avance, on découvre l'absurde : la mortalité infantile est plus élevée aux Etats-Unis qu'au Salvador. 18.000 personnes meurent chaque année aux Etats-Unis parce qu'elles n'ont pas assez d'argent pour payer leurs soins. Etc, etc.

Un film critique, touchant également. Comment ne pas se mettre à la place de ces gens révoltés ? Comment, après, penser que la privatisation est une solution viable et sociale ?

Un film que je vous encourage à aller voir, vraiment.