Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: [FAN] The Fountain

  1. #1
    abellio Invités

    [FAN] The Fountain

    Swift: “Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on peut le reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui.” »

    !!!!!!!!!!SPOILERS !!!!!!!!!

    Qu’est-ce qui a pu motiver les commentaires haineux que les journaleux ont craché sur le dernier film de Darren Aronofsky ? Il apparaît que pour la plupart, ça se cristallise autour de trois grandes interprétations : Pour un mélo, assez joli par ailleurs, les thèmes pseudo-philosophiques et la temporalité déstructurée ne font que compliquer inutilement. Inversement, certains ont pensé que les thèmes philosophiques et mystiques avaient un intérêt, mais que l’histoire d’amour, empesée de clichés, était naïve, tout juste bonne pour un « Harlequin » . Enfin, beaucoup ont pensé que « The Fountain » manquait « d’humour », et se montrait « prétentieux ». Les mêmes avaient cependant apprécié « Pi » et « Requiem For a dream ». Le premier avait le bon goût d’être tourné en noir et blanc et avec peu de moyens, ça fait quand même plus « film d’auteur ». Le second montrait une bonne maîtrise technique, en couleur mais sans trop de pensée abstraite, et au moins, était délicieusement « trash », suffisamment misérabiliste pour plaire aux critiques. Voyons, Monsieur Aronofsky, vous ne saviez pas que l’on ne peut mettre de la pensée dans un film (qui plus est américain !) que si l’on en saupoudre les misères sexuelles de cadres trentenaires, avec si possible des histoires bien glauques. « Prétentieux » , adjectif montrant avec force la haine que les nains ont de l’ambition, oui, il faut bien défendre les forts contre les faibles…
    Impossible de faire donc une critique ou un compte-rendu de ce film sans en faire au minimum une exégèse. Commençons avec le « pitch » : Tommy Creo ( je crée/je crois), scientifique, tente de mettre au point un remède à la tumeur qui affecte sa propre femme, Izzy. Alors que celle-ci s’achemine progressivement vers une acceptation de sa mort prochaine, Tommy refuse de l’envisager, d’en parler, et se bat avec l’énergie du désespoir. Izzy s’occupe aussi à un roman, situé vers l’an 1500, l’Espagne, en proie au cancer de l’Inquisition, s’apprête à sacrifier sa propre reine, Elisabeth. Celle-ci envoie son plus fidèle conquistador, Thomas, chercher l’arbre de Vie ( celui du jardin d’Eden) qu’un franciscain pourrait avoir découvert en Nouvelle Espagne, chez les Mayas. Parallèlement, tous ces épisodes sont remémorés par Tom, avatar de Tommy, qui traverse l’espace avec un arbre qu’il traite comme une amante.
    Les premières phrases du film donnent déjà des clés à celui qui sait les lire : après l’extrait de la genèse parlant de la Chute, et du fait que Dieu a caché l’Arbre de Vie, Thomas se signe devant une croix-soleil : « Let us finish it ». « Finish it », c’est ce que lui demandera Izzy, parlant de son livre. Le sujet de « The Fountain », c’est la narration même, pas une mise en abîme stérile, mais un surpli créant des ponts, des connexions (ou des retours ?) entre shamanisme, christianisme, bouddhisme, ou plutôt entre les racines extatiques de toute religion. Et c’est aussi pour ça qu’il a déchaîné les passions : le film d’Aronofsky est profondément anti-moderniste. C’est l’une des branches du parcours initiatique de Thomas : prendre à rebours des siècles de civilisation, et retrouver les vérités anhistoriques ( la version « future » de Thomas : pas de technologie, pas de signes sociétal comme une coiffure ou des vêtements). Passer de « Death is a disease » à « Death is the road to Awe ». C’est que Thomas apprendra, dans la douleur, la différence entre être immortel et Etre éternel. Si Dieu est éternel, c’est sous le régime de la création continue de soi, en Lui, les époques ne se succèdent pas, il les contient toutes, ensemble miraculeux des incompossibles, de toutes les virtualités. Buvant la sève de l’Arbre de Vie, Thomas ne peut plus mourir, puisqu’il n’est plus un principe individué ( qui porte la mort comme principe d’individuation), il ne fait plus qu’Un avec la Nature, il a abandonné la ligne pour le cercle. Et ce parce qu’il a su accepter la mort comme moment critique, comme le dernier jet créateur qui donnera son unité de sens à une vie ( une vie ne devient véritablement Une qu’une fois terminée). C’est le climax du film, le moment ou Tom, acceptant la mort comme vie éternelle, contemple le Tsimtsoum narratif, la contraction-explosion qui condense la narration. Le moment ou l’anneau remplace le tatouage que Tom en avait fait, où l’Etre se substitue au Verbe, où enfin, il peut mourir à lui-même, réconcilié avec la narration, sans avoir à s’écrier « Père, pourquoi m’as-tu abandonné ?». Et quel autre moteur pourrait opérer la transcendance des différentes strates narratives que l’Amour ? Comment représenter un Amour capable de faire transcender la mort sans verser dans quelques clichés ? Pourquoi vouloir éviter de paraître « kitsch » à certains esprits obtus, en refusant de montrer Tom en position yogique, alors qu’il est précisément en chemin vers l’Eternel ?
    Si vous abordez le film avec un regard vierge, vous serez en mesure d’en accepter la puissance, l’émotion, et l’intelligence, une intelligence qui, au lieu de régurgiter des références, les digère, et effectivement, s’en nourrit. Un film qui mérite bien une tartine aussi indigeste que celle-ci. Pour toute réclamation, voyez avec Ben-jxx, seul vrai responsable de tout ça… J

  2. #2
    Date d'inscription
    June 2004
    Localisation
    Paname
    Messages
    1 859
    J'ai tout lu :rigoler: Ton explication est aussi alambiqué que le film lui même, qui, je le rappelle, a été écrit sous LSD :notme2: (non je déconne, au moins sous cocaïne).

    Mon expérience après avoir vu ce film et entendu des témoignages de gens qui l'avaient vu aussi: les spectateurs dans la salle ne se lèvent pas au moment du générique mais restent scotchés à leur siège du genre "mais qu'est ce que c'est que ce truc?".
    Avec mes potes on s'est regardé et on a explosé de rire. L'un de mes plus beau fou rire au cinéma :rigoler: .

    Bon franchement, j'ai trouvé ça complètement pompeux. Et la beauté des images ne cache que difficilement le manque de cohérence du scénario.
    Ce film est un peu du genre "faites vous-même votre propre intérprétation", ce que je trouve scénaristiquement un peu facile.

    Ton analyse du film Abellio me fait penser à ces p'tits jeunes (ou moins jeunes) qui trouvent des interprétations phylosophico-mystiques à la série des Matrix (cf les forums d'Allociné) là où la plupart des gens ne voit qu'une (piètre) aventure de science fiction.

    Bref, regardez The fountain, faites-vous votre propre idée, en ce qui me concerne, c'est tout vu.
    Téléchargez donc ce superbe perso pour SOA... Et celui-ci pour TOB !
    Mon vrai moi...
    ... et mon moi RP
    Pour faire parler Ben-j en RP: salmon (comme le poisson)

  3. #3
    abellio Invités
    Pour Matrix, je n'ai pas lu les commentaires dont tu parles, mais bon, une fois qu'on a dit "on a qu'une perception médiate de la réalité", on a fait le tour. Qu'on parle de la caverne de Platon, du noumène kantien ou qu'on s'alambique joyeusement avec le monologue vaseux de l'architecte ( dans le 2), ça n'aura jamais la force de The Fountain, qui a le mérite de laisser parler les images. Au risque de créer pas mal d'incompréhension...Pour un effet équivalent ( les spectateurs dans la salle ne se lèvent pas au moment du générique mais restent scotchés à leur siège du genre "mais qu'est ce que c'est que ce truc?". ), je trouve quand même ça plus à creuser qu'un David Lynch (malgrè le respect que j'ai pour lui).

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239