A la base, j’avais trouvé le sujet très intéressant. Des femmes employées comme ouvrières dans des maciladoras (des chaînes de montage) de télévision au Mexique, des femmes pauvres qui ne bénéficient d’aucune couverture sociale. D’aucune sécurité au retour du travail. Un bon nombre d’entre elles (375 selon les autorités, à peu près 5000 selon les vraies sources) sont assassinés. Et ces meurtres courants sont étouffés par les autorités mexicaines.

L’histoire raconte l’agression (une scène de viol insoutenable) de l’une de ces femmes qui réussit à survivre. La presse américaine se charge de porter l’affaire au grand jour … Le film aurait pu être un film fort, sur la mémoire, sur la liberté de la presse et la justice …

Mais intervient la J-Lo et tout le film se met à tourner autour d’elle … La journaliste carriériste sans pitié qui au début veut faire un scoop mais qui peu à peu veut porter l’affaire au grand jour pour la jeune femme agressée. L’histoire devient cousue de fils blancs. La carriériste change. Elle redevient la mexicaine qu’elle a toujours été … On revit presque le mythe du « bon sauvage » quand elle est confrontée à la jeune fille à la vie brisée.

Heureusement, ce n’est pas elle mais la jeune femme indienne (dont j’ai malheureusement oublié le nom) qui porte magnifiquement le film sur ses épaules. Et il n’y a pas une totale happy end qui ferait oublier le sort de ces femmes. Ouf …