Un cimetière, un meurtre, un cadavre dans un réfrigérateur, un secret, une mère qui revient pour un éternel retour tout ça sous les vents de la Manche réputés pour rendre fou … et sous l’œil de la caméra de Pedro Almodovar. Après des films foncièrement débridés, des plus doux, des intimistes, le cinéaste renommé revient aux sources pour un hommage aux femmes et plus particulièrement à celle qui marque sa vie et son œuvre d’une pierre blanche : sa mère. Femme de poigne ou femme plus fragile, femme soumise ou rebelle, féminine ou plutôt masculine, autant de visages de femmes mis en scène avec sensibilité et tendresse. Chacune est sublimée, mise en scène dans toute sa force ou au contraire avec toute sa fragilité. Chaque figure s’entrecroise, s’affronte ou s’entremêle dans un grand tourbillon qui unit les générations.

Des actrices magnifiques pour endosser les rôles à l’image d’une Penelope Cruz toute en couleur et émotion, d’une Carmen Maura splendide dans son rôle de mère Prodigue, Lola Duenas dans celui d’une sœur un peu mise de coté, toute en sensibilité et retenue. Et ces femmes nous accompagnent, nous font rire et nous émeuvent jusqu’au générique final. Un film doux et fort à la fois. Et surtout, à voir en espanol por favor !