Affichage des résultats 1 à 11 sur 11

Discussion: [THEMA]Le grand guide du Nanar

  1. #1
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Dans l'antre de la fooooliiiie
    Messages
    1 152

    [THEMA]Le grand guide du Nanar

    Aujourd'hui presque tout le monde a entendu parler des Nanars au moins une fois dans sa vie, mais le Nanar, qu'est-ce donc?

    Pour certains il s'agit juste de très mauvais films sans le moindre intéret, ils classent ainsi la majeure partie des films de mauvaise facture qui ne distillent aucun plaisir dans la catégorie des nanars, mais de l'avis des experts le VRAI nanar est un film improbable, généralement une reprise à peine masquée d'une grande réussit, souvent complètement foireux, la marque de fabrique du Nanar est d'être en général un film terriblement idiot, stupide et complètement débile provocant des crises de foux rires, alors qu'en fait, il se veut sérieux.

    On reconnait plusieurs types de nanars :

    Le Horror-Nanar : très fréquent, généralement issu du cinéma italien des années 80-90 (particulièrement prolifique dans le genre), on le reconnait à des sénarios sans queue ni tête, des monstres étranges (et atrocement pas réalistes), on peut citer par exemple les fameux films du jeudi soir de M6 (désormais nanars du samedi de M6) avec par exemple : l'Ile des Insectes Géants, l'Ile des Komodos Mutants, Dracula contre Frankenstein, Blood Freak.

    Post-Apo : Nés suite au succès du très connu Mad Max on note parmis de très nombreuses oeuvres immenses les très connus et incontournables : Equalizer 2000, Rush (Mad Max en tracteur mdr), White Fire, Raiders of Sun.

    Heroic Fantasy : 90% des films d'HF sont d'ailleurs des nanars... Beowulf, D&D, Kull le Conquérant, la Revanche de Samson restent des valeurs sûres.

    SF ringarde : Turkish Star Wars (si si j'vous jure, aussi connu sous son vrai nom : l'Homme qui va sauver le Monde), Genetic Force, Alien la créature des Abysses, Space Mutiny, Megaforce.

    Dans le genre mélanges on nottera aussi les animaliers, monstres géants et autres histoire d'androïdes cyborgs. A venir des chroniques de films précis décortiqués par mes soins pour vos beaux yeux.
    La plus grande peur des chauves-souris, c'est l'incontinence diurne. (oui parce qu'elles dorment le jour, pour le reste... comprendra qui pourra )

  2. #2
    Aghora Invités
    Pour ceux qui veulent en savoir plus, : nanarland

    Un site avec pleins de nanars de chroniqués!

  3. #3
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Grenoble (ou Riln ;) )
    Messages
    2 340
    Un grand moment de poilade ce site! Je le recommande vivement!

  4. #4
    Aghora Invités
    Et même que vous aurez la musique deeeeeeeeeeeee White Fire au début !!(d'après ce que j'ai compris du refrain!!). Yeaahhhhh!

    Et des citations digne des meilleurs dialogues de Michel Audiard :

    "Je mets les pieds où je veux, et c'est souvent dans la gueule!"
    "Ma patience a des limites mais il ne faut pas exagérer!"

    Profond n'est ce pas ? :rigoler:

  5. #5
    Date d'inscription
    April 2006
    Localisation
    Lausanne,Suisse
    Messages
    105
    C'est atroce le discours de Marceau au festival de Cannes. :heu:

    Le site est un régal et un excellent remue-méninges pour les vieux "zypnotisés" de la télé (comme moi, chht :timide: ).

    Ce site à nanars est un excellent passe-temps pour surfer sans devenir idiot. :happy:
    "...Des énigmes dans le noir...Précieux..."

    La nuance qui fait la différence.

  6. #6
    Date d'inscription
    March 2004
    Messages
    446
    Ah Nanarland... Merci, merci Euler de nous avoir donné le lien dans ce topic. Combien de fou rires piqués en arpentant les chroniques du site, et combien d'autres en visionnant ces perles du septième art?
    -No. No! NO! Stop it! Stop it, please! I beg you! This is sin! This is sin! This is sin! It's a sin, it's a sin, it's a sin!
    -Sin? What's all this about sin?
    -That! Using Ludwig Van like that! He did no harm to anyone. Beethoven just wrote music!

  7. #7
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages
    2 579
    Turkish Wars c'est assez effrayant surtout avec la musique d'Indiana Jones et les extraits de Star Wars intégrés dedans. Un beau plagia bien pourri.
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  8. #8
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Dans l'antre de la fooooliiiie
    Messages
    1 152
    TSW c'est pas pourri ! C'est une VRAIE tuerie ce film ! Le seul où on voit des ewoks géants roses se faire décapiter ! Un des meilleurs nanars SF de la galaxie !
    La plus grande peur des chauves-souris, c'est l'incontinence diurne. (oui parce qu'elles dorment le jour, pour le reste... comprendra qui pourra )

  9. #9
    Date d'inscription
    June 2004
    Localisation
    Bordeaux
    Messages
    129
    Je tiens à continuer ce que j'ai dis sur le sujet "De la BD au film" par rapport à nanarland et sa grande poilade. Je tiens à dire que c'est facile de se moquer des films qui sont parfois pas trés bien fait, mais il faut parfois rappeler certaines choses et les remetre dans leur contexte. Le monde du cinema est trés trés dur, il est extrement difficile d'y trouver de l'argent pour faire un film, et quand on a cet argent, le travail pour créer le film et le finir est monumental. Exemple du film que je viens de tourner pour mon bac, il ne dure que 6 minutes, générique compris. Pour ces six pauvres minutes, il y a 4 mois de travail sur le scenario, 2 mois de préparation, pour le découpage technique, les reperages, les castings, trouver des lieux, des accesoirs et tant d'autres choses. C'est aussi une journée de tournage de 16 heures sans la moindre pause car on devait tout faire dans des temps trés sérré et c'est ensuite une journée suplémentaire pour dérusher les plans, séléctionner les plans du montage, faire le plan de montage, trouver tout ce qu'il faut rajouter comme musique ou effet et enfin deux jours supplémentairs pour le montage. C'est stressant, c'est dur, ça demande une grande coordination, un sacré travail d'équipe et l'investissement total de chacun. Et encore on a eu la chance d'avoir les camera, le materiel et les ordinateur de montage au lycée. Tout cela pour 6 minutes de film.

    Alors je vous laisse imaginer ce que c'est le travail pour faire un film de 1h30, surtout quand c'est une série B ou Z, que le budjet c'est maximul 100 000 dollard, qu'il faut tout acheter, tout construire, tout payer, payer des acteurs, une équipe, des lieux et un materiel hors de prix. Car ceux qui font les séries B et Z sont bien plus des passionés que ceux qui deviennent des Spielberg ou des Lucas. Car eux ne cherchent pas la gloire, ni la fortune, ils cherchent à faire ce qui leur plait, leur cinema, un peu kitsh, un peu naze, avec des zombies en carton pate ou une fille à poil. Eux leur but c'est pas de devenir millionaire, c'est juste d'essayer de rembourser la mise de départ et un peu de bénéfice pour payer les facture. Ils prennent 1000 fois plus de risque que les grands réalisateurs, car eux le succes n'est pas du tout garanti. Ces gens là c'est une autre idée du cinema, une autre idée du film pour un autre genre de public. Alors on n'a pas le droit de se moquer des gens qui mettent toute leur vie et toutes leurs économies en jeu à chaque fois qu'ils font un film. Et on ne peut pas critiquer leurs films avec les critères des grands films qui sortent au cinema, car c'est ni le même genre, ni le même public et surtout pas la même intention.

    C'est pour ça que je trouve que nanarland, c'est un site qui focntionne comme le grand barraqué de la cour de récré qui tappe les plus petits que lui. C'est facile de se prendre pour un grand critique, de lire un film sur les termes du cinéma en diagonale et ensuite les utiliser sans les comprendre pour critiquer des séries B et Z. Surtout quand on est tranquillement planqué derrière son ecran. C'est trop facile de se foutre de ceux qui font ce qu'il aiment et qui jouent avec le feu à chaque nouveau film. Qu'ils essaient un jour de faire une critique correcte sur un vrais film de cinema, un vrais film d'auteur où il n'y a rien à jetter, je vais bien rigoler en les regardant se casser les dents pour décripter une séquence complexe ou remarquer les influences de certains mouvements de camera.

    Non, mais sérieux, un peu de respect quand même. :angry:

  10. #10
    Date d'inscription
    June 2004
    Localisation
    Paname
    Messages
    1 859
    Originally posted by Lerne de Hydre@samedi 20 mai 2006 à 18:35
    Non, mais sérieux, un peu de respect quand même. :angry:
    [snapback]257000[/snapback]
    Faire un bon ou un mauvais film, n'est pas uniquement une question d'argent, car dans le cinéma, tout ne s'achète pas, en particulier: dialogue, jeu d'acteur etc.

    Prenons l'exemple d'un film français: les bronzés 3, cette bouse monstrueuse, est nettement moins bien que certains autres films français réalisés avec 10 fois moins de moyens.

    Je ne fréquente absolument pas nanardland, donc je ne vais pas chercher à défendre ou à critiquer ce site. Toutefois, je vais me réfèrer au lien figurant sur le topic BD et me redirigeant vers le film "the punisher".

    Voici l'exemple même du film à gros budget, avec grosse star bankable (Travolta), avec gros effets spéciaux. Et pourtant, ce film est une daube. Pourquoi? Parce que ses réalisateurs ne connaissent rien au cinéma -peut-être ne l'admirent-ils même pas- mais sont uniquement attirés par l'appat du gain que peut procurer ce type de films vite réalisés, vite vus et vite oubliés.

    EDIT: à noter aussi qu'il faut savoir lire entre les lignes. Je ne pense pas que les webmestres de nanarland cherchent à critiquer les films qu'ils présentent mais plutôt à rendre hommage à des films qui finalement sont plus des films kitchs que de véritables navets.
    Téléchargez donc ce superbe perso pour SOA... Et celui-ci pour TOB !
    Mon vrai moi...
    ... et mon moi RP
    Pour faire parler Ben-j en RP: salmon (comme le poisson)

  11. #11
    Date d'inscription
    March 2004
    Messages
    446
    Un âne aura beau faire, il ne deviendra jamais un cheval...

    Travailler dur et bien travailler ne vont pas forcément de paire... :notme2: Je comprend ton coup de gueule, réaliser un film est effectivement une véritable aventure, mais comment rester insensible à de tels films? Comment pourrait on en rester à un simple "ouais, c'est objectivement pas bon du tout, mais ils ont fait de leur mieux."? Le nanar provoque fou rires nerveux, hystériques, des hurlements de rire du début à la fin, et ça, c'est très technique et difficile à réaliser.

    Je me contenterai de faire un gros copier-coller de la chronique du cultissime Plan Nine From Outer Space sur Nanarland (dont je suis un visiteur assidu et inconditionnel). Il est intéressant de noter que Nanarland ne publie pas de critiques, mais des chroniques. Nuance :notme: .

    "Venons en maintenant à la problématique centrale de cette chronique, que le film d'Ed Wood permet d’illustrer à merveille : pourquoi aimons-nous les nanars ?
    D'abord, et il ne faut pas se leurrer, il y a un côté narcissique dans une telle passion. N’est-il pas agréable de se sentir quelque peu omniscient face aux œuvres que nous décortiquons ? En effet, dans un nanar, le spectateur maîtrise en quelque sorte la globalité du film. Il émet un avis critique sur le cadrage, la photo, la direction des acteurs, le scénario, les effets spéciaux et le reste.

    Le spectateur ne se trouve pas perdu, dérouté comme il peut l'être face à un film de (disons) David Lynch, il ne laisse pas ses émotions en pâture à un réalisateur qui le mène par le bout du nez sans qu'il ait son mot à dire, comme peuvent le faire (toujours à titre d’exemples) les David Fincher et autres Darren Aronofsky. Cela ne veut pas dire que le nanar ne surprend pas, mais que, quand il surprend, c'est qu'il nous montre généralement une scène pire que celle que l'on attendait. Bref le nanar nous permet ainsi de nous sentir bon en cinéma en listant les scories que nous n'aurions pas commises.

    Cela explique en partie pourquoi, si Ed Wood a été taxé de plus mauvais réalisateur du monde, son film est devenu culte : il est toujours bon, voir nécessaire, de s'évaluer par rapport à des gens plus mauvais que soi. Quel sentiment jouissif, en effet, de n'être qu'un simple spectateur, et pourtant de pouvoir déconstruire sans trop se mouiller le travail d'autrui. Certes, il convient cependant de garder à l’esprit que ce genre de sentiment facile a quelque chose d’un peu méprisable, et que si la critique est aisée, l’art est difficile…

    Ce n'est heureusement pas tout, loin s'en faut. Je dirais même que ce sentiment est complètement secondaire. Je crois que dans le fond, ce qui nous fait aimer les nanars relève d'un autre sentiment, plus noble que le simple narcissisme. Je crois que, si l'on y regarde de plus près, il y a également de la tendresse et, quelque part, une certaine forme d’admiration. En effet, comment ne pas éprouver de sympathie pour ces gens qui s'évertuent à faire des films, envers et contre tout ? Je pense que de tous temps, une partie du public a connu une affection particulière pour ce qui ne rentrait pas dans les cases, pour les marginaux et les hors normes. C'est la fameuse problématique des comics américain : sont-ce les Super Héros où les Super Vilains qui engendrent l'admiration ? Que serait Batman sans la horde de méchants qui s'évertuent à le combattre ? Je pense qu'il en va de même dans le monde du cinéma : les « grands » auront toujours besoin des « petits » qui s'évertuent dans l’ombre à assouvir leur passion, ne serait-ce que pour se situer stylistiquement et qualitativement : comment, sans le très mauvais, juger le très bon ? Une tendresse donc, pour tout ce qui ne rentre pas dans les cases, tout ce qui interpelle ou dérange par ses défauts, ses manques, ses aberrations. Disons que les réalisateurs nanars et leurs œuvres sont en quelque sorte nos « freaks » à nous. Des créatures cinématographiques rejetées par l'ensemble de la société et qui pourtant ont des choses à dire. Comment dès lors ne pas éprouver un forme d'admiration pour ces losers magnifiques qui finalement auront toujours une leçon à nous donner ?

    Comment, de fait, ne pas admirer ces gens qui, quoi qu'on en dise, on eut le courage de vivre de leur passion ? Combien de personnes se retrouvent-elles coincées dans une situation, un métier qui ne leur plaît pas, alors qu'elles avaient des aspirations artistiques ou autres ? Combien d'adolescents ont-ils dû remiser leurs doux rêves au placard, car ils n'avaient pas la force de lutter contre un establishment castrateur qui leur commandait d'être réaliste ? Combien d'apprentis chanteurs, acteurs, peintres, danseurs, sportifs se sont-ils vu conseillés de trouver une « vraie » profession, avant de pratiquer leur passion ?

    Ed Wood a beau compter parmi les plus mauvais réalisateurs, au moins, quand on parle de lui on emploie le terme « réalisateur » et cela devrait servir de leçon à beaucoup qui le critiquent alors qu’ils n’ont finalement pas eu son courage. J'ai donc de l'admiration pour ces gens qui ont vécu leur rêve envers et contre tout (et même contre une absence totale de talent, ce qui est d'autant plus héroïque !)...

    En conclusion, je dirais qu'à Nanarland, si nous nous moquons souvent, nous ne méprisons jamais les films que nous chroniquons. C'est le plus souvent un mélange de tendresse et d'admiration, mêlé à un poil de narcissisme, qui alimente notre soif de nanars. C'est beaucoup plus l'envie d'explorer les contrées les plus mystérieuses et méconnues du cinéma, de découvrir des œuvres positivement abracadabrantes et jouir de la différence salvatrice qu’elles nous apportent par rapport à la masse informe des produits ultra-formatés dont nous sommes inondés, qu’une méchanceté gratuite de sales gosses qui nous motive. Evidemment il s'agit de ne pas être binaire : des films comme « Independance Day » ou « Coyotes Girls » amusent aussi par leur pompière simplicité et la crédulité dont ils semblent nous croire emplis. Dans ce cas là, c'est effectivement plus un mépris plein d'amusement goguenard qui nous pousse à regarder ces machines à fric, qui à force de croire en leur marketing grossier, en deviennent complètement ridicules, et par là même totalement risibles.

    C'est sur ce point que l'on discernera aussi les navets des nanars : le navet n'attire aucune tendresse, c’est un produit sans aucune personnalité qui ne provoque que l'ennui et au sujet duquel on n’a guère de scrupules à être méchant. Alors qu'un nanar, ça se respecte, car même si ce n'est pas évident, dans notre logique un rien pervertie en termes de standards de goût, les nanars sont aussi, quelque part, de bons films (au bout d'un moment le froid brûle non ?)."
    -No. No! NO! Stop it! Stop it, please! I beg you! This is sin! This is sin! This is sin! It's a sin, it's a sin, it's a sin!
    -Sin? What's all this about sin?
    -That! Using Ludwig Van like that! He did no harm to anyone. Beethoven just wrote music!

Discussions similaires

  1. [THEMA] Derniers films vus ...
    Par Althéa dans le forum Cinéma, Vidéos et Télévision
    Réponses: 544
    Dernier message: 19/05/2017, 21h38
  2. [Thema] Le moment le plus épique ?
    Par Thot dans le forum Le cabinet littéraire et B.D.
    Réponses: 12
    Dernier message: 01/02/2009, 22h24
  3. [THEMA] Les affiches
    Par Althéa dans le forum Cinéma, Vidéos et Télévision
    Réponses: 3
    Dernier message: 27/10/2008, 10h00
  4. [THEMA] Du jeu vidéo au film
    Par Raistlin dans le forum Cinéma, Vidéos et Télévision
    Réponses: 8
    Dernier message: 21/09/2006, 16h09
  5. [THEMA]De la BD au film
    Par Lerne de Hydre dans le forum Cinéma, Vidéos et Télévision
    Réponses: 6
    Dernier message: 21/05/2006, 19h40

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233