Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Discussion: Chapitre XIII tout nouveau

  1. #1
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Paris
    Messages
    723
    Eh oui, encore un chapitre qui n'a rien (mais alors rien) à voir avec la première version.
    Mais essentiel pour l'intrigue, évidemment.

    On va voir ce que vous en pensez :blush:



    ______________________________________


    Cela faisait près de trente minutes que Laath courait, et la sueur coulait librement sur son front. Il avait les poumons en feu. Sa respiration ne s'échappait plus que par halètements rauques alors qu'il tournait dans la rue la plus proche et accélérait encore. Derrière lui, les bruits de bottes refusaient de s'éloigner.
    Lorsque la poursuite avait commencé, les hommes étaient cinq. Cinq mercenaires entraînés, le visage fermé, l'expression résolue, qui l'avait aussitôt pris en chasse. Maintenant, après une demi-heure, certains avaient dû arrêter la poursuite. Mais combien ? Il ne pouvait se permettre le luxe de regarder derrière lui. De toute façon, cela importait peu. Un seul était déjà bien trop. Laath n'avait jamais su se battre et, à vrai dire, n'avait jamais souhaité apprendre. La seule chose qu'il savait faire, c'était courir. Alors, il courait. Vite.

    Il cracha sur le sol, libérant la salive qui lui encombrait la bouche. A une époque, il aurait pu courir bien plus longtemps sans se sentir aussi épuisé. Mais trois jours de traque l'avaient mis sur les rotules. Toujours devoir se cacher, ne jamais être en sécurité. Il avait à peine dormi, et d'énormes cernes marquaient ses yeux habituellement brillants. Du jour au lendemain, Laath était devenu traqué dans sa propre ville.
    La trahison du gouverneur brûlait contre son cœur comme un véritable tisonnier. Il se sentait humilié et manipulé. Toute sa vie, il avait cru que cet homme se souciait de lui et de ses semblables. Qu'à la différence du reste de la noblesse, Mandonius avait un cœur et les comprenait. N'était-ce pas lui qui versait de larges sommes chaque année pour la distribution de pain et de soupe dans les quartiers populaires ? N'était-ce pas lui qui souriait presque tendrement lorsqu'il chevauchait dans les rues, s'arrêtant toujours pour un petit mot ou deux avec quelques élus dans la foule ? Comment pouvait-on concilier ce comportement bonhomme avec ses yeux aussi glacés qu'un caveau, et sa voix froide alors qu'il ordonnait sa mort ?
    Voir sa confiance trahie était toujours douloureux. Pour Laath, l'expression était à prendre au pied de la lettre.

    Echapper aux premiers lourdauds s'était révélé facile. Ils ne savaient pas courir, et n'avaient pas son endurance. Surtout, ils ne connaissaient pas les rues comme lui-même. En quelques détours, il avait fini par les perdre totalement, et le Centre-Ville l'avait englouti. Personne n'irait le chercher ici, pensait-il avec optimisme.
    Mais il n'avait pas tardé à déchanter.
    Les affiches avaient été placardées le soir même. On voyait son visage, aisément reconnaissable sous le trait de fusain. Quelque chose était écrit dessous, mais il ne savait pas lire. Probablement la récompense pour sa capture.
    Elle devait être élevée, car les rues fourmillaient de gens qui ne cherchaient qu'à l'attraper.
    Enfin, les bruits de pas commencèrent à décroître derrière lui. Prudent, il maintint son allure, attendant que les échos familiers disparaissent totalement. Ce ne fut qu'alors qu'il osa jeter un regard derrière lui.

    Sur les cinq, il ne restait plus qu'un homme, visiblement à bout de souffle. Les mains posées sur les genoux, il tentait de reprendre sa respiration en ahanant comme un phoque. Les yeux de Laath s'écarquillèrent en voyant ce que l'homme portait. Une cotte de mailles, un casque à cimier, une épée au côté… comment avait-il pu tenir aussi longtemps à l'allure infernale qu'il avait imposée ? Un frisson parcourut le jeune homme. Il avait eu de la chance que le mercenaire n'ait pas été préparé pour une poursuite, sans quoi il se serait habillé plus légèrement. Laath n'avait aucune illusion. Il se serait fait rattraper en l'espace de quelques battements de cœur.
    "Maudit… bâtard !" hurla l'homme avec ses dernières forces. Il se laissa glisser contre le mur. Même d'aussi loin, Laath pouvait voir sa poitrine qui se soulevait à un rythme irrégulier. La poursuite était terminée. Le jeune garçon était sauvé.
    Jusqu'à la prochaine alerte, au moins.

    Laath tourna dans la prochaine rue et ralentit lentement sa foulée. Il ne savait plus exactement où il était. Il avait la tête qui tournait. Il fallait qu'il se repose, et qu'il trouve quelque chose à manger. Depuis quand n'avait-il rien avalé ?
    Le premier soir, il s'était présenté devant la petite maison délabrée qui lui servait temporairement de domicile. Mais à peine avait-il passé le pas de la porte que les soldats avaient fondu sur lui. Il n'avait dû sa liberté qu'à ses réflexes de chat, et à une chance phénoménale. Le premier homme qui cherchait à l'attraper avait trébuché sur un tabouret abandonné sur le sol, et la confusion avait permis à Laath d'entamer ce qui ne serait que le début d'une longue fuite.

    Deux fois, il était retourné dans le Centre-Ville. Maintenant, il ne ferait plus cette erreur. La récompense sur sa tête rendait les gens complètement fous. Des voisins, des connaissances, des amis même, le regardaient désormais comme s'il était une bourse sur place. La manière qu'ils avaient de se lécher machinalement les lèvres en l'assurant de leur aide l'avait passablement perturbé. La première fois, il s'était enfui au moment où les gardes s'engouffraient dans la rue. La deuxième fois, il était parti dès qu'il avait observé la lueur de cupidité dans l'œil de sa voisine.
    Il ne pouvait plus compter que sur lui-même. Partout où il regardait, il pouvait voir son visage sur les affiches, impassible et menaçant. Le dessinateur avait accentué les courbes de son front, grossi les sourcils et, grossièrement, donné une expression menaçante au jeune garçon qui n'avait jamais fait de mal à une mouche. Une image complètement faussée – mais suffisamment ressemblante pour que Musheim le prenne en chasse.

    Laath fronça les sourcils en constatant qu'il venait de tourner dans une impasse. Ses réflexes de survie lui hurlaient que c'était une mauvaise idée que de rester ici, mais il n'aurait pas été capable de faire un pas de plus si sa vie en dépendait. Il cracha de nouveau sur le sol, tituba vaguement, puis se laissa tomber contre un mur. Des cloches sonnaient vaguement dans sa tête et sa bouche ne cessait de s'emplir de salive. Pourtant, il se sentait le gosier sec. Il avait faim, il avait froid, il avait peur, il avait sommeil.
    Pourquoi avait-il accepté de révéler à un garde qu'il avait été témoin du meurtre sur lequel ils enquêtaient ? Tous ses problèmes avaient commencé à partir de là. Pourtant, il avait été très content de leur attention, au début. Son impuissance le rendait fou. Il voulait savoir qui était cet homme à la cape de fourrure bleue, et le garde paraissait ravi de l'écouter parler, plein de sympathie et de compréhension. Mais les choses s'étaient gâtées lorsqu'il avait appelé son capitaine, ce… Gundron. Et le gouverneur.

    Laath reprenait lentement son souffle, ainsi adossé au mur. D'un mouvement de manche, il essuya la sueur qui perlait à son front. Avec le repos venaient les questions, et elles étaient nombreuses. Visiblement, on ne voulait pas qu'il parle. Pourquoi ?
    "Parce que j'ai mis mon nez dans une sale affaire, voilà pourquoi" grinça-t-il, levant son poing vers le ciel en un geste théâtral. "Parce que le coupable est un noble quelconque qui veut étouffer toute cette histoire, voilà pourquoi. Parce que j'aurais mieux fait de tenir ma langue, voilà pourquoi."
    Désabusé, il laissa sa main retomber. L'effort l'avait épuisé. Pour la première fois, il commençait à désespérer. Les poursuites ne cesseraient jamais. Tant que ces maudites affiches étaient placardées, toute personne qu'il croisait le prendrait en chasse avec l'espoir de toucher la récompense. Peut-être que s'il se déguisait… mais Laath n'y connaissait pas grand chose dans ce domaine, et n'avait pas la moindre idée d'un endroit où trouver des fausses moustaches, des perruques, ce genre d'habits de scène. Non, il allait falloir trouver autre chose. L'air était frais contre sa joue, le soleil agréable sur son front, et la vie paraissait plus précieuse que jamais.

    Le bruit d'une porte qui grinçait le fit bondir sur ses jambes comme une biche affolée. Il trébucha et se retint au mur, alors que sa vision se brouillait de nouveau.
    Un homme apparut devant lui, refermant soigneusement sa maison à double tour. Il n'était pas particulièrement grand et ne portait aucune arme ni armure visible, mais ses manières trahissaient pourtant un passé martial qu'il ne pouvait nier. Il était vêtu d'une épaisse robe de bure, et une lanterne allumée se balançait à son poignet, bien que l'on fût en plein jour.
    Lorsqu'il pivota et se retrouva face à Laath, il ne manifesta pas la moindre surprise.
    "Eh bien, bonjour toi. Qu'est-ce que tu fais là ? Tu es perdu ?"
    Sa voix était douce, comme s'il s'adressait à un petit enfant, ou un animal. Pantelant, le jeune homme se redressa du mieux qu'il le put.
    "Tout va bien" marmonna-t-il, les dents serrées. Son vertige passait difficilement.
    "Tu es sûr ? Ca n'a pas l'air d'aller. Laisse-moi voir ça ?" Il avança d'un pas. Laath tenta de se soustraire à son attention, mais l'homme leva sa lanterne, et la lumière inonda son visage. "Mmh. Je vois. C'est toi qu'ils recherchent, n'est-ce pas ?"
    Le jeune garçon ferma les yeux et tenta d'obliger ses muscles à bouger, mais il se sentait comme tétanisé. La fatigue de ces derniers jours s'abattait sur lui, un épais manteau d'épuisement qui le couvrait de la tête aux pieds. Un soupir de résignation s'échappa de ses lèvres craquelées.
    "Oui" coassa-t-il.

    L'inconnu hocha doucement la tête.
    "Je m'en doutais un peu, à vrai dire. Ca fait un moment que je t'observe par la fenêtre. Je n'étais pas sûr, avec toutes ces ombres, mais ça me paraissait tout de même ressemblant." Il produisit un morceau de papier de sa poche et le déplia avec soin. Le portrait de Laath ondula doucement sous la lueur de sa torche. "Oui, très ressemblant. L'artiste a du talent."
    Alors c'était ainsi. La traque se finissait ici, et Laath n'avait même plus l'énergie de se défendre. Ses doigts sans force vinrent enserrer sans conviction le poignet de son interlocuteur. L'homme ne se dégagea pas.
    "Vous allez me livrer aux gardes ?" coassa-t-il.
    "Te livrer ? Tu plaisantes, j'espère ?" L'homme éclata de rire. "Je ne m'approcherai pas à moins de cent pas d'un soldat ou d'un noble pour tout l'or de Musheim. Non, ne t'inquiètes pas, petit. Je ne vais pas te livrer, à qui que ce soit d'ailleurs. Par contre, je vais te demander de m'accompagner chez moi."
    "Chez… vous ? Pourquoi ?"

    L'homme haussa ses épaules, agitant sa lanterne dans un mouvement paresseux.
    "Comment ça, pourquoi ? Pour éviter que les gardes te trouvent, voilà pourquoi ! Et pour te donner un peu à manger, et un endroit où dormir. Tu vas attraper la crève, à rester dehors pour la nuit. Je veux bien croire que le printemps arrive, mais il fait encore froid." Il renifla. "Et tu devrais prendre un bain, aussi. Je sais que ce n'est pas de ta faute, mais tu pues comme un bouc, fiston"
    Laath se sentait dériver. Toutes ces émotions commençaient à être trop pour lui, et il perdait pied. Seule la tension l'avait fait tenir jusqu'à maintenant, et il la sentit se dissoudre en lui. Lentement, il bascula sur le côté. Le mur lui fournit un appui temporaire, et il chercha à se redresser. Sans succès. Il s'effondra.
    Lorsqu'il rouvrit les yeux, il se sentit entravé. Machinalement, il tenta de porter sa main à son visage, mais n'y parvint pas. Quelque chose la retenait. Affolé, il tira plus fort – et son bras sortit des couvertures.

    Il était douillettement bordé dans son lit. Trois couvertures avaient été empilées sur lui, et c'étaient elles qui restreignaient ses mouvements. Un sourire sans humour traversa ses lèvres alors qu'il se maudissait pour sa stupidité. Malgré sa curiosité, il se détendit instinctivement. Pour la première fois depuis très longtemps, il se sentait au chaud. Sans trop oser lever la tête, il tourna son regard autour de la pièce, saisissant en un instant tout ce qu'il y avait à voir. C'est-à-dire peu de choses.
    La pièce était petite et raisonnablement délabrée. Malgré les efforts visibles d'un invisible propriétaire pour la maintenir propre et fonctionnelle, on ne pouvait manquer d'observer les fissures qui craquelaient les murs et les infiltrations d'eau dans le plafond. Il y avait une flaque dans un coin et un seau qui prouvait qu'on avait tenté de résoudre le problème.
    Dehors, la nuit semblait être tombée mais dedans, une cheminée en parfait état réchauffait la pièce et repoussait les ombres. Quelques bûches se consumaient joyeusement, craquant avec ce délicieux bruit des veillées nocturnes, et Laath se rendormit.

    Il se réveilla avec l'impression diffuse que son estomac l'insultait agressivement. Son mal de tête était passé, et il se sentait presque reposé. Avec le repos venait la faim – et les questions. Il n'avait rien mangé depuis une éternité, et ses mains se crispèrent à la pensée d'une platée de viande bien cuite, de quelque nature qu'elle fût. Pourtant, la curiosité restait la plus forte.
    Où était-il ? Et que faisait-il ici ? Dehors, le soleil brillait, ce qui semblait vouloir dire qu'il avait dormi plus d'une journée. Précautionneusement, il se leva. Ses pieds se posèrent sur le parquet, et il frissonna.
    "C'est froid…"
    Il portait toujours les vêtements qu'il avait lorsqu'il s'était évanoui, et leur odeur avait empiré au cours de son sommeil. Il n'aurait jamais cru ça possible. Mais la sueur et la faiblesse avaient imprégné le tissu aussi bien que les ordures dans lesquelles il avait dormi les nuits précédentes. Il allait falloir qu'il fasse quelque chose. On ne pouvait se comporter en personne décente lorsqu'on portait de telles guenilles. Laath avait toujours compté sur sa beauté et sa répartie pour le tirer des situations dans lesquelles il se fourrait. Ces trois jours de poursuite et les coups des gardes l'avaient privé des deux.
    Mais pour l'instant, il avait d'autres soucis en tête.
    Précautionneusement, il s'approcha de la porte et tourna la poignée. Elle s'ouvrit sans problèmes. Ses dernières inquiétudes d'être un prisonnier s'envolèrent alors qu'il se retrouvait en haut d'un escalier de bois. Il descendit lentement, accroché à la rambarde au cas où ses jambes le trahiraient. Une délicieuse odeur de viande montait du rez-de-chaussée, et sa bouche s'emplit de salive.

    "Te voilà debout, eh ?"
    Laath sursauta. L'homme qu'il avait rencontré dans l'impasse se tenait devant lui, les poings sur les hanches. Il arborait un large sourire, mais le jeune cambrioleur avait appris à se méfier des gens qui souriaient trop, ces derniers temps. Ses lèvres se retroussèrent en une grimace.
    "Qui êtes-vous ? Qu'est-ce que je fais ici ?"
    L'homme leva ses mains paume ouverte.
    "Hola, doucement. Quelle agressivité de si bon matin, et quel manque de gratitude !" Il haussa les épaules. "Qu'est-ce que tu fais ici, je t'ai recueilli, qu'est-ce que tu crois ? Tu es devenu tout blanc et tu m'es tombé dessus, que voulais-tu que je fasse ? J'espère que ça va mieux ? Tu as repris des couleurs, en tout cas."
    Laath hésita.
    "Je… je vais mieux, merci beaucoup. Je suis désolé pour ma mauvaise humeur. Vous ne méritez pas ça."
    Les yeux de l'homme étincelèrent.
    "Bah, ne t'en fais pas pour ça, va !" Il éclata de rire. "Les ennemis de l'Empereur sont mes ennemis, où que je les trouve ! Viens t'installer, viens, je vais te donner à manger ! Tu n'as que la peau sur les os. Franchement, tu fais peine à voir."
    Laath avait des centaines de question qui se bousculaient dans sa tête, mais elles disparurent toutes lorsque l'homme s'écarta pour révéler la source de la bonne odeur. Devant lui, il y avait un ragoût en train de cuir, et une miche de pain, et du jambon, et un morceau de fromage, et un pichet d'eau, et… et Laath se trouva à bousculer à moitié son hôte pour accéder à la nourriture. Ses mains jaillirent comme des serpents de sous ses manches pour s'emparer du plus de choses à la fois et les porter à sa bouche, vite, très vite, avant qu'on ne change d'avis et qu'on lui retire son festin de devant les yeux.

    L'homme éclata de rire en le voyant s'empiffrer ainsi.
    "Eh bien, on dirait que tu avais faim. Remarque, je peux le comprendre. Ca fait plus de vingt-quatre heures que tu dormais, et je ne suis pas sûr que tu étais déjà bien nourri au moment où tu t'es effondré. J'ai hésité à te nourrir à la petite cuiller, mais je pense que tu avais plus besoin de repos que de nourriture. Tu verras, demain, il n'y paraîtra plus. Et puis, les gardes n'iront jamais te chercher ici. Ou, s'ils le font, ils ne repartiront pas vivants."
    Le ton de l'homme s'était durci, et Laath leva les yeux, surpris. Poser des questions voulait dire stopper dans sa mastication, mais la curiosité reprenait progressivement le pas sur la faim au fur et à mesure de son repas. Il attendit d'avoir terminé entièrement le ragoût et bu la moitié de la carafe, puis soupira d'aise.
    "Comme vous semblez déjà le savoir, je m'appelle Laath" fit-il enfin. "Je vous remercie pour tout ce que vous faites pour moi, et je ne sais pas si j'arriverai à vous repayer un jour. Qui êtes-vous ?"

    L'homme eut l'air gêné. Il fit un geste vague de la main.
    "Ah, comme je te l'ai déjà dit, pas besoin de remerciements. Ca me fait juste plaisir de savoir qu'un petit gars comme toi a réussi à tenir tête à l'Empereur. Moi, je suis Sijwoural. Un simple rebelle, comme il y en a des dizaines à Musheim. Mais je suis d'avis qu'on doit tous se serrer les coudes contre la tyrannie. Je ne sais pas ce que tu as fait pour énerver l'Empire et ses sbires, mais ça devait être impressionnant pour qu'ils mettent ta tête à prix si cher" Il vit la crispation du jeune homme et sourit. "Du calme, je t'ai déjà dit que tu n'avais rien à craindre. Honnêtement, je pense que tu peux me faire confiance, maintenant. Si j'avais voulu te livrer contre récompense, je l'aurai fait pendant que tu dormais, tu ne crois pas ?"
    Laath se détendit. Il avait beau réfléchir, il ne trouvait aucune faille à ce raisonnement. Sijwoural avait raison, et c'était un tort que de le soupçonner ainsi. L'homme avait déjà tellement fait pour lui. Pour cacher sa honte, le jeune cambrioleur plongea son visage dans son assiette et mastiqua avec application un peu de fromage. Il déglutit.
    "Est-ce que tu peux me parler un peu de cette… cette rébellion ? Je suppose que je suis dans votre camp maintenant, que je le veuille ou non. Mais il y a deux jours, je ne savais même pas que vous existiez. Rébellion contre quoi et pour quoi, exactement ?"

    Sijwoural éclata de rire. Il avait le rire facile et communicatif.
    "Mais contre l'Empereur Marcus, voyons ! Contre qui veux-tu que ce soit ?" Il redevint sérieux. "Cela fait trop longtemps que cet abruti sans ambition est sur le trône. Cela fait trop longtemps qu'il nous fait oppresse, nous fait payer des impôts démesurés pour payer ses stupides monuments. Il construit des bibliothèques, des tours, des hôpitaux. Je suis sûr qu'il est content de lui. Mais où est la grandeur ? Où est la puissance ? Où est l'honneur dans tout ça ? Tu peux me dire ce qu'on dira de Marcus dans cent ans, dans deux cent ans ? On ne se souviendra pas de lui ! C'est un empereur lâche et perfide, qui reste enfermé dans son palais et sa ville comme si c'était tout ce qui importait !"
    Il se leva et commença à faire les cent pas dans la pièce, les mains jointes derrière le dos. Laath termina machinalement son repas et se lécha les doigts avant de continuer la discussion.
    "Je n'avais pas l'impression que c'était si terrible" murmura-t-il.
    "Et pourtant, ça l'est. Regarde-moi. Regarde-moi ! Que vois-tu ?"
    Laath déglutit.
    "Je… je vois un homme."
    "Bravo. Excellente réponse. Et comment est-ce que je suis habillé ?"
    "Une… une toge ?"
    "Parfait. Tu as de bons yeux, Laath. Mais vois-tu, le problème est là. Je n'ai pas envie d'être en toge. Je veux être en armure, moi ! Je veux avoir une épée en main, je veux me battre !" Il cracha sur le tapis. "Je veux pouvoir me couvrir de gloire et participer à des batailles grandioses. Je veux conquérir les steppes de l'est, et m'étendre jusqu'à la fabuleuse Wesha vers le sud. Je veux que l'Empire ait la grandeur qu'il mérite !"

    Laath recula un peu.
    "Ca me paraît… une bonne idée" hasarda-t-il.
    "Evidemment, que c'est une bonne idée ! Seul cet abruti d'empereur ne l'a pas encore compris ! En restant ainsi inactifs, on devient faibles. Et bientôt, les barbares iront festoyer au cœur même de Musheim, tuant femmes et enfants. On verra si la bibliothèque nous aidera, à ce moment. Ha ! Au moins, on pourra se servir de l'hôpital ! Ce sera une boucherie." Il soupira. "Je suis sûr que tu ne vas pas me croire en me voyant comme ça, mais j'étais un soldat, pendant un moment. J'ai participé à quelques escarmouches aux frontières. L'Empereur appelait ça des actions de pacification. Hah ! Mais depuis six ans, je n'ai plus rien. On nous a tous démobilisés, ou presque. Et je dois vivre de ma demi-solde, sans plus rien avoir à faire que de voir l'Empire s'enfoncer dans la corruption et les barbares taper à nos portes. Il nous faut un homme à poigne, Laath. Un homme avec une vision."
    Le jeune cambrioleur restait très droit sur sa chaise. Il réfléchissait furieusement. Toutes ces histoires ne lui plaisaient guère. Un complot ? Des rebelles ? Dans quoi était-il tombé ? Lui-même ne s'était jamais posé des questions de cette ampleur. Musheim était Musheim, les nobles restaient entre eux et les roturiers aussi, et le monde tournait bien. Parfois, il parvenait à voler la bourse d'un noble, et c'était d'aussi près qu'il ait jamais approché la politique.

    Bien sûr, il entendait de nombreuses histoires dans les tavernes. Les gens parlaient beaucoup de leur Empereur, souvent avec fierté. Mais il y en avait, des vieux surtout, pour regretter l'époque de Bel II et de ses campagnes militaires. Il y avait de l'action à l'époque, disaient-ils avec des trémolos dans la voix. Nos petits gars se battaient sur le terrain, et on les voyait rentrer, les armures déchirées, la boue dans les cheveux, mais heureux et souriants alors qu'ils avaient vaincu un nouvel ennemi. C'était formidable, la guerre, disaient-ils. Non, ça ne l'était pas, protestait un autre.
    Souvent, ces discussions philosophiques se terminaient mal. Et c'était tout ce que Laath savait de la guerre.
    "Qu'est-ce que vous… qu'est-ce que vous attendez de moi ?"
    Sijwoural haussa les épaules.
    "Pas grand-chose, gamin. Ce que tu peux. On en discutera plus tard, pour savoir comment tu pourras nous aider. Mais à partir de maintenant, tu fais partie de nous. Tu n'as pas tellement le choix, puisque tu te feras attraper si jamais tu mets le nez dehors. C'est pour ça que je te fais confiance et que je te raconte tout ça. Mais tu comprends, évidemment, que rien ne doit filtrer de notre conversation."

    L'homme se pencha en avant et, brusquement, le rire facile s'était envolé. Son visage était déterminé, et ses puissants muscles tendus. Laath recula d'un pas.
    "Bien entendu. J'ai compris. Bien sûr."
    "N'essaie même pas de me vendre en échange de ta liberté. Ce serait une erreur, Laath. La récompense sur ta tête ne vaut que mort, et les gens ne te laisseront pas dire un mot de toute façon. Mais même si ça arrivait… nous sommes plusieurs, rappelle-toi. Si tu me trahis, je mourrai certainement. Mais tu me suivras dans la semaine, sois-en sûr."
    Laath se rendit compte qu'il avait beaucoup de mal à avaler sa salive. Il recula de nouveau, et se rendit compte qu'il était dos au mur.
    "Bien… bien sûr" répéta-t-il.
    Sijwoural éclata de rire, et soudain il était de nouveau l'hôte serviable et amical qui l'avait récupéré dans la rue.
    "Je suis désolé de t'avoir terrorisé avec mes menaces, mais il faut bien que tu comprennes que nous ne jouons pas. Tous les jours, nous risquons notre vie pour que l'Empereur finisse par perdre son trône. J'espère que tu comprends mon inquiétude."
    "Bien sûr" fit Laath. Il avait l'impression que c'était la seule chose qu'il parvenait à dire depuis un certain temps. "Bien sûr."
    L'homme resta un instant pensif.
    "Bien. Maintenant que nous avons fait connaissance, j'ai tout de même une question à te poser. Tu n'es pas obligé de répondre, bien sûr. Pas à moi. Mais nos responsables te la poseront aussi, et tu devras trouver quelque chose de convaincant. Alors autant me le dire. Pourquoi est-ce que ces gardes te poursuivaient ? Pourquoi est-ce que ta tête est mise à prix ? Qu'est-ce que tu as fait de mal ?" Il fronça les sourcils. "Au prix où tu étais, m'est avis que tu as dû mettre tes doigts là où il ne fallait pas. Tué un noble, peut-être ? Violé quelqu'un ? Raconte-moi un peu ça, je suis curieux."

    Laath ne voulait pas répondre. Le poids de son secret le brûlait, mais il n'avait pas l'intention de le livrer aussi facilement. La dernière fois qu'il l'avait fait, les ennuis avaient commencé.
    "Je… Je ne préfère pas en parler pour l'instant. Mais je crois que j'ai dû entendre la mauvaise chose, au mauvais moment."
    L'homme haussa un sourcil intéressé.
    "Oh ? Du chantage, alors ? Passionnant, ça. Nous avons toujours besoin de moyens de pression. Je suis sûr qu'on pourra s'en servir. Mais je n'insiste pas. Si tu ne veux pas m'en parler tout de suite, je comprends. Repose-toi, d'abord, et essaie de te rendre présentable."
    Le rebelle se leva lourdement de son siège pour faire le tour de la table. Il fouilla dans un tiroir et en sortit une tunique propre, des braies et deux bottes de taille moyenne. Tous les habits étaient fatigués, vaguement incolores, mais de bonne facture.

    "Tiens. Tu pourras mettre ces affaires. Je te prêterai un peu d'argent le temps que je prévienne notre Patron. Il sera content de voir que j'ai converti une nouvelle recrue, et c'est lui qui te fournira en or pour ta vie quotidienne. En échange, il faudra bien sûr que tu lui jures obéissance comme nous l'avons tous fait. J'espère que tu comprends ? C'est une précaution importante."
    "Bien s…" fit Laath, avant de s'arrêter et de murmurer "Je comprends."
    "Excellent. De toute façon, je dois t'avouer que tu n'as plus tellement le choix. Mais tu verras, c'est une vie confortable. Nous bénéficions d'assez de protections haut placées pour ne pas nous faire ennuyer souvent. Et lorsque viendra notre avènement, tu seras au premier rang avec moi pour recevoir les récompenses." Sijwoural sourit. "Personnellement, j'espère que je serai nommé sergent. Je n'étais que simple soldat autrefois, mais je suppose qu'ils pourront faire ça en échange de tout le sang que j'ai versé pour eux ! Ce sera exaltant, tu verras."
    "Je n'en doute pas…"

    Laath resta prostré sur sa chaise, ses nouveaux habits dans les bras. Il savait qu'il aurait dû se lever et aller prendre un bain. L'odeur qu'il dégageait était insupportable, même pour lui. Mais il sentait une certaine apathie descendre en lui alors que son estomac demandait merci. Tout ça était un peu trop pour lui.
    Du jour au lendemain et sans aucun avertissement, il était devenu traqué. Puis, toujours sans avertissement, il semblait qu'il doive devenir conspirateur et rebelle. Il détestait voir les décisions lui glisser entre les doigts, mais Sijwoural n'avait pas tort. Il serait plus en sécurité dans ce groupe que n'importe où ailleurs. D'autre part, si jamais il contribuait à renverser l'Empereur, peut-être Gundron et Mandonius tomberaient-ils avec lui. Ce serait une sorte de vengeance poétique, après tout ce qu'ils lui avaient fait subir.
    Mieux encore, peut-être la personne qui avait tué Deria ferait partie des victimes. Après tout, et vu la manière dont le Gouverneur et le Capitaine avaient réagi, c'était quelqu'un qu'ils connaissaient. Probablement des fils de nobles quelconques.
    Oui. Si jamais il y avait une révolution, Laath pourrait y trouver profit. Et en attendant, il pouvait au moins se permettre de se détendre.
    "Vous pouvez compter sur moi" fit-il honnêtement. "Et j'ai… quelques qualités qui pourront peut-être vous servir. Je sais… escalader les murs. Crocheter les serrures. Ce genre de choses."

    Sijwoural se pencha en avant, les lèvres incurvées en un sourire radieux.
    "Evidemment, que ça nous servira ! Mais ne te fatigue pas tout de suite. Je te dis, repose-toi. Tu ne risqueras rien ici. Nous avons un patron très puissant, qui nous prévient toujours à l'avance des opérations entreprises contre nous, et qui nous fournit de l'or et des informations. C'est quelqu'un de très généreux, que tout le monde admire. Je suis sûr que tu ne vas pas nous croire mais, si tu nous rejoins, tu auras la chance d'aider le gouverneur Mandonius !"


    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  2. #2
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    67
    Bon chapitre encore une fois, peut-être un peu "faible" sans doute que les précédents au niveau de l'ambiance surtout ; mais comme tu l'as dit essentiel à l'intrigue. Je ne vais m'attarder en un très long commentaire, parce que je trouve ce chapitre très difficile à critiquer (peut-être que c'est la fatigue je réessayerais de faire quelque chose de plus constructif demain )

  3. #3
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    Bonne trouvaille que cet ordre de conspirateurs dans lequel Laath tombe malgré lui. Cela introduit pas mal de complexification et Laath, auquel on s'attache rapidement, apparaît être dans un sacré pétrin !
    L'idée d'une révolte contre un empereur trop pacifique et éducatif par des pro-militaristes guerriers est une très chouette trouvaille : elle renverse l'idée de la conspiration de gentils justiciers contre un empereur dominateur. Ici, il y a renversement et cela diminue encore les risques de manichéisme.
    Juste une question : révéler tout à la fin que Mando est le patron : voilà un choix qui me laisse perplexe. J'attends de lire la suite avant de réagir. Soit la révélation est nécessaire maintenant, soit elle peut être faite plus tard. A voir par la suite avant de réagir trop vite.


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  4. #4
    Helnea Invités
    Détails :

    - la discussion dans l’impasse entre Laath et l’inconnu me parait complètement irréelle. A la place de l’inconnu, personnellement je l’aurais entraîné de force dans la maison et ensuite j’aurais discuté.

    - Le mur lui fournit un appui temporaire, et il chercha à se redresser. Sans succès. Il s'effondra.
    Lorsqu'il rouvrit les yeux, il se sentit entravé. Machinalement, il tenta de porter sa main à son visage, mais n'y parvint pas. Quelque chose la retenait. Affolé, il tira plus fort – et son bras sortit des couvertures.


    Joli !

    - Devant lui, il y avait un ragoût en train de cuir, et une miche de pain…

    cuire


    Général :

    Je ne crois pas que révéler dès le chapitre XIII que Mandonius est le chef des conspirateurs soit une bonne idée, jusque là on peut encore penser que c’est un simple noble ou Gundron. C’est typiquement le genre de chose que je vois à la fin du tome 1 pour pousser à acheter le tome 2 :notme:

  5. #5
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Paris
    Messages
    723
    Originally posted by Helnea@mercredi 11 février 2004, 15h58
    Détails :

    - la discussion dans l’impasse entre Laath et l’inconnu me parait complètement irréelle. A la place de l’inconnu, personnellement je l’aurais entraîné de force dans la maison et ensuite j’aurais discuté.

    - Le mur lui fournit un appui temporaire, et il chercha à se redresser. Sans succès. Il s'effondra.
    Lorsqu'il rouvrit les yeux, il se sentit entravé. Machinalement, il tenta de porter sa main à son visage, mais n'y parvint pas. Quelque chose la retenait. Affolé, il tira plus fort – et son bras sortit des couvertures.


    Joli !

    - Devant lui, il y avait un ragoût en train de cuir, et une miche de pain…

    cuire


    Général :

    Je ne crois pas que révéler dès le chapitre XIII que Mandonius est le chef des conspirateurs soit une bonne idée, jusque là on peut encore penser que c’est un simple noble ou Gundron. C’est typiquement le genre de chose que je vois à la fin du tome 1 pour pousser à acheter le tome 2 :notme:
    Oui, tu as tout à fait raison.

    Je pense d'ailleurs que cette dernière ligne va gicler (ainsi que le fait que le conspirateur cherche à garder Laath).

    A la place, Sijwoural dira: "En attendant, il va bien te falloir trouver une cachette plus sûre. Je vais te donner l'adresse d'une contrebandière extraordinaire. Elle saura où te dissimuler, et elle te donnera de quoi t'équiper."
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  6. #6
    Date d'inscription
    March 2004
    Messages
    637

    Sijwoural se pencha en avant, les lèvres incurvées en un sourire radieux.
    "Evidemment, que ça nous servira ! Mais ne te fatigue pas tout de suite. Je te dis, repose-toi. Tu ne risqueras rien ici. Nous avons un patron très puissant, qui nous prévient toujours à l'avance des opérations entreprises contre nous, et qui nous fournit de l'or et des informations. C'est quelqu'un de très généreux, que tout le monde admire. Je suis sûr que tu ne vas pas nous croire mais, si tu nous rejoins, tu auras la chance d'aider le gouverneur Mandonius !"
    oui, je pense que c'est mieux si ca saute ca n'apporte rien à l'intrigue et en plus c'est pas logique qu'un simple sous fifre comme Sijwoural soit en possession d'une telle information. Qu'il connaisse son chef sous un nom de guerre ou un nom de code ok qu'il sache qu'il s'agit du gouverneur... le 1/4 de la ville serait alors au courant dans les 24 heures.

    Sinon l'ensemble est vraiment super!

Discussions similaires

  1. Nouveau portrait, nouveau départ
    Par Shinook dans le forum Flora
    Réponses: 28
    Dernier message: 27/07/2008, 17h20
  2. Un nouveau PNJ
    Par Glim dans le forum Idées
    Réponses: 50
    Dernier message: 27/08/2005, 23h16
  3. Chapitre 11 tout neuf aussi
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 7
    Dernier message: 10/02/2004, 00h10
  4. Chapitre XIII
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 15
    Dernier message: 30/11/2003, 09h37
  5. Nouveau Look
    Par EricDesMontagnes dans le forum Les Chroniques de Sang
    Réponses: 8
    Dernier message: 23/03/2003, 14h53

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231