Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Discussion: Chapitre 11 tout neuf aussi

  1. #1
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Paris
    Messages
    723
    Quand je dis tout neuf, il y a quand même quelques gouttes de copier-coller, mais ce n'est rien dans l'océan des corrections.

    Un chapitre politique à dooooonf.
    ________________________________________________________________

    Le bureau n'était pas très large, mais richement décoré. Tout ici respirait l'efficacité et le luxe discret des anciennes fortunes, à l'inverse du tape-à-l'œil clinquant dont aimaient à faire preuve les marchands et autres roturiers. Il n'y avait qu'une seule chaise, mais un œil expert aurait pu révéler qu'il datait probablement de plus de deux cents ans. Un historien aurait pu rajouter que si elle avait aussi bien subi l'épreuve du temps, c'était parce qu'elle était sortie des mains du plus fameux ébéniste de l'Empire, Morgun BoisVert.
    Et tout était à l'avenant. Une coupe arborait des dessins complexes et entrelacés de scènes de bataille, et seul le ciseau d'un maître avait pu donner l'impression d'un tel réalisme. Les tentures paraissaient sobres pour un esprit inattentif, mais le maillage d'or et d'argent qui rehaussait leur couleur aurait donné du mal à n'importe quel couturier de ce siècle.
    Les tentures étaient repoussées, la chaise était occupée, et la coupe montait lentement aux lèvres de Mandonius. Le gouverneur grimaça légèrement alors que l'amertume du vignoble imprégnait son palais. Le soleil pénétra à flots dans la petite pièce, découpant son ombre sur le mur et illuminant le calice de mille feux. Le gouverneur aimait cet endroit. C'était son havre de paix, le seul endroit où les gens n'allaient pas le déranger. C'était là qu'il réfléchissait sur la bonne marche de l'Empire, sur les taxes à augmenter ou les travaux à accomplir, sur les ordres à donner et les récompenses à redistribuer. C'était là qu'il construisait sa stratégie, doucement, méthodiquement, comme le fin joueur de cartes qu'il était. C'était là que se décidait l'avenir du royaume.

    Ce fut donc avec surprise et irritation qu'il entendit le grattement de doigts à sa porte. Il fronça les sourcils, et reposa la coupe. Ses ordres étaient très clairs. Personne ne devait le déranger lorsqu'il méditait ainsi, sauf en cas de problème majeur. Une inondation, une révolte, un assassinat. Sa main hésita un instant au-dessus du parchemin qu'il lisait, et il le replia en soupirant. Il n'avait pas l'esprit à travailler, de toute façon.
    "Entrez !" fit-il, péremptoire.
    La porte s'entrouvrit, et un garde s'introduisit dans le bureau, visiblement agité. Sa respiration était hachée et quelques gouttes de sueur perlaient à son front, comme s'il avait couru.
    "Gouverneur !" Il toussa, reprit son souffle. Sa voix devint un coassement. "Gouverneur !"
    "Eh bien, quoi ?" Mandonius se leva, passablement irrité, et avança vers l'intrus. "Parle. Pourquoi me dérange-t-on ainsi ?"
    "C'est Gundron, Gouverneur. Il veut vous voir à tout prix ! Il a menacé de tous nous dégrader si nous ne lui laissions pas le passage. Il était furieux !"
    Le regard de Mandonius erra sur l'uniforme sans décorations du soldat, puis remonta vers son visage. Quelques secondes passées à fouiller dans sa mémoire lui ramenèrent le nom de l'homme.

    "Dégradé ? Mais tu n'es pas gradé, Steban. Du moins, pas que je sache"
    "Il parlait au sergent" observa Steban, cherchant toujours à calmer sa respiration.
    "Je vois." Mandonius soupira. "Fais-le entrer, dans ce cas. Je ne voudrais pas faire attendre plus longtemps que nécessaire notre bien-aimé capitaine."
    "Inutile, je suis là"
    La porte se rabattit à nouveau alors que Gundron entrait dans la pièce. Un vent frais s'engouffra avec lui, et Mandonius ramena les pans de sa cape autour de lui en frissonnant. C'était ridicule. La porte ne donnait pas sur l'extérieur. Pourtant, le gouverneur ne pouvait se débarasser de cette sensation frileuse.
    "Je ne t'offre pas de siège"
    "Je n'en ai pas besoin. Je serai bref. Rekk est arrivé en Ville"
    Mandonius sursauta.
    "Quoi ? Déjà ? A Musheim ?"
    "Oui. Oui. Et oui."

    Le gouverneur grinça des dents. C'était une véritable gifle que d'apprendre cette nouvelle essentielle par quelqu'un d'autre que son réseau d'espions. Et, pire, de la propre bouche de Gundron. Les commissures de ses lèvres s'étrécirent en une grimace de doute. Pourquoi le borgne lui livrait-il ainsi l'information avec autant de facilité ? Le secret qu'ils partageaient ne changeait rien à leur comportement quotidien, et ils n'étaient certainement pas plus proches qu'auparavant. Pour dire la vérité, le gouverneur était justement en train de réfléchir à un moyen de réduire l'influence du Capitaine dans la capitale lorsqu'on l'avait dérangé. Non, tout cela devait cacher quelque chose, et Mandonius avait bien l'intention de savoir quoi. Mais pour l'instant, des problèmes plus pressants l'assaillaient. Il joignit ses mains dans le dos et se mit à faire les cent pas, son esprit tourbillonnant furieusement.
    "Il faut l'accueillir tout de suite, de la meilleure manière possible ! S'il est venu, c'est pour rechercher l'assassin de sa fille. Sans aucun doute, il n'a pas de tendresse pour nous et l'Empire. Nous allons devoir le convaincre de nos bonnes intentions. Ca ne sera pas facile, il faudra jouer avec diplomatie. Passer du baume sur son cœur et ses blessures et doucement, très doucement, l'amener au palais pour rencontrer l'Empereur."
    "C'est un peu tard pour tout ça" observa Gundron froidement. "Il est en train de croupir dans les geôles du palais."
    Mandonius se dressa de toute sa taille.
    "Quoi ?"
    "Le guet l'a trouvé au beau milieu d'une scène de carnage, en lisière du centre-ville. Ils l'ont interpellé. Il était avec deux gamins et une femme, au fait. Et l'un d'eux prétend être noble."
    "Deux gamins ? Une f… Une minute ! Il s'est laissé prendre sans rien dire ?"

    Gundron haussa les épaules.
    "Mes hommes ne vont pas souvent près du Centre-Ville. Lorsqu'ils le font, c'est au moins à deux patrouilles. Vingt hommes. Je ne pense pas qu'il était dans son intention de résister." Ses lèvres s'étrécirent en un sourire glacial. "Mais il a prononcé ton nom aux gardes, comme si c'était un talisman. Ne t'inquiète pas, ils ne l'ont pas blessé. Ils ont trop peur de s'en prendre à un de tes protégés. Ou à un noble."
    Si la situation n'avait pas été aussi ennuyeuse, Mandonius aurait éclaté de rire devant l'expression de dégoût sur le visage de Gundron. Dans l'état actuel des choses, il ne s'autorisa qu'un frémissement des lèvres. Rekk en prison… le séjour du Boucher à Musheim commençait vraiment mal.
    "Et cette scène de massacre dont tu parlais ? Que s'est-il passé ?"
    "Un mort, il paraît. Personne ne le reconnaît. Je n'en sais pas plus, je suis venu te prévenir directement"

    Mandonius haussa un sourcil. Directement, eh ? Pourquoi Gundron faisait-il soudain du zèle comme ça ? Soudain, la lumière se fit dans son esprit.
    "Je suppose que tu ne veux pas voir Rekk, pas tout de suite, n'est-ce pas, Gundron ?" susurra-t-il.
    Le borgne haussa les épaules, mais son regard était fuyant.
    "Pas particulièrement. En fait, je me demandais même s'il ne valait pas mieux le laisser croupir en prison. Après tout, une telle opportunité ne se représentera pas de sitôt. Cet homme est mieux enchaîné que libre"
    Mandonius se laissa un instant pour considérer l'option, mais il finit par la rejeter. Non. L'Empereur voulait voir Rekk, et ne souffrirait pas un quelconque retard. De plus, les frontières nord avaient besoin d'être gardées, sans quoi les barbares finiraient par réussir leur invasion. Et puis, Rekk était un bien bel outil. On ne jetait pas ses outils. Au pire, on les affûtait.
    "Je n'en doute pas. Mais si tu es venu me trouver, c'est que tu sais que cette option est irréaliste. Je me trompe, Gundron ? Tu veux que j'aille le trouver, et que j'essaie d'aplanir les problèmes, c'est bien ça ?"
    Le borgne grimaça.
    "La diplomatie, c'est ta partie. Je suis sûr que tu sauras lui lécher les bottes bien comme il faut, la boue comme la selle. Bon, décide-toi et suis-moi. Si tu veux essayer de recoller les morceaux, autant que tu t'y mettes tout de suite."
    Sans attendre de réponse, Gundron se détourna et quitta la pièce. Mandonius n'eut que le temps d'enfiler son manteau avant de le suivre.
    Il avait le sentiment que les événements s'imposaient à lui. Il ne supportait pas ça.



    Shareen restait dans un coin de la pièce, une couverture sur les épaules. Elle ne se sentait pas très bien, alors que la terrible scène jouait de nouveau dans sa tête. Elle avait essayé de fermer les yeux, mais les terribles images étaient comme imprimées au fer rouge dans son esprit, et espérer les fuir était illusoire. Pitoyablement, elle s'essuya le nez sur le revers de la couverture.
    Elle s'était promise de ne jamais plus être une victime soumise, mais elle brisait déjà ses bonnes résolutions en pleurant ainsi. Pourtant, elle ne pouvait pas s'en empêcher. Du moins le faisiat-elle en silence.
    Shareen avait été terrifiée de la prison dans son enfance. Ses parents étaient des gens travailleurs et sérieux qui lui avaient inculqué leurs valeurs, ainsi qu'une sainte horreur d'enfreindre la loi. Elle n'aurait jamais imaginé se retrouver derrière des barreaux, même dans ses pires cauchemars. Pourtant, ce n'était pas aussi terrible qu'elle se l'était imaginé.
    La pièce dans laquelle ils étaient restait certes fermée de l'extérieur, et n'avait aucune fenêtre. Mais il y avait plusieurs lits très confortables, des chaises, une table, et même un coffre à boissons dans un coin. Ca n'était pas une véritable chambre d'auberge, mais ça y ressemblait.

    "Ils nous traitent plutôt bien, finalement" murmura-t-elle.
    "Ils ont compris qui je suis. Ils doivent être en train de courir prévenir mon père." Les poings de Malek se serrèrent. "Dieu de Sang, je n'ai pas envie de le voir, pas maintenant, pas comme ça" Il se tourna avec humeur vers Rekk. "Et vous ! Pourquoi est-ce que vous n'avez rien fait ? Nous aurions eu le temps de nous enfuir si vous n'aviez pas traîné, j'en suis sûr !"
    Le Boucher était allongé nonchalamment sur un des lits. Une de ses jambes pendait par-dessus son rebord. Il se souleva sur un coude, et jeta un œil vers Dani. La grosse femme avait poussé l'insouciance encore plus loin. Effondrée sur sa banquette, elle ronflait avec application.
    "Tu n'aurais pas pu courir avec ta blessure, petit. Et, de toute façon, je serais venu au palais tôt ou tard."
    Malek se mordit la lèvre. Il n'aimait pas avoir tort, mais il n'y avait rien à dire. Il était le premier conscient de la gravité de sa blessure. Même si ce n'était pas grand-chose, il n'aurait certainement pu distancer des gardes habitués aux courses-poursuites nocturnes. Maussade, il tourna son regard vers le mur. Shareen s'approcha doucement de lui, et lui prit la main. Il se tendit mais, lentement, ses épaules s'affaissèrent. Shareen lui murmura quelques mots à l'oreille, comme une berceuse. Il ne se dégagea pas, les yeux mi-clos.
    "Au fait, ce Mandonius, comment est-il ?" s'enquit soudain la jeune fille, faisant sursauter Malek. "C'est le gouverneur, c'est ça ?"
    "Oui." Rekk avait fermé les yeux et se reposait tranquillement, très à son aise. "Il a servi avec moi dans les guerres koushites. Un vieux roublard, avec plus de sang noble dans les veines que ce que j'ai saigné pendant cette campagne. C'est un des rares à savoir que je suis encore en vie."

    La porte pivota, et Shareen sursauta alors que le gouverneur pénétrait dans la pièce.
    C’était un vieil homme, légèrement plus âgé que Rekk. Il devait avoir dépassé cinquante ans depuis longtemps. Ses cheveux blancs étaient tenus longs, soigneusement peignés, et entrelacés en une longue tresse à la manière courtisane. Il avait un visage agréable, aux traits marqués, ornementé d’un bouc soigneusement entretenu, tout aussi blanc que ses cheveux. Il avait des yeux d’un bleu profond, qui s’arrêtèrent longuement sur chacun des membres du petit groupe, semblant les détailler jusqu’aux tréfonds de son âme. Son regard était calme et tranquille ; on ne pouvait rien déceler de la violence contenue qui couvait dans ceux du Banni. Pourtant, Shareen frissonna. C’étaient des yeux qui avaient déjà beaucoup vu, qui avaient déjà trop vu, qui semblaient déjà tout savoir et s’amuser de cette connaissance.
    "Et croyez-moi, je suis heureux que ce soit le cas !" Rekk fronça les sourcils, viisblement surpris qu'on ait pu l'entendre à travers les épaisses murailles. Mandonius sourit et indiqua vaguement le chambranle de la main. "Des propriétés acoustiques intéressantes, cette pièce. On entend tout comme si on était à côté de la personne qui parle. Mais j'oublie mes manières. Bonjour à tous. Je me nomme Mandonius, et je suis le gouverneur de Marcus Ier, que Son nom soit vénéré." Il se tourna vers les autres. "Et vous êtes ?"

    "Tiens, un autre grand machin en habits de cour" grogna Dani en se levant avec peine de son lit. Elle avait les yeux bouffis de sommeil, et cela ne rendait pas service à son visage épais. "Mon nom ne te regarde pas. Merci de me laisser dormir"
    Mandonius n'eut pas le temps de se mettre en colère que Malek se dressait sur ses ergots, bombant le torse.
    "Je vous connais, Seigneur. Je suis Malek, le fils du duc de Licorne. Nous avons été injustement emprisonnés. Je suis content de vous voir, que nous puissions tirer les choses au clair"
    Les yeux du gouverneur s'étrécirent en apercevant le jeune noble, mais il reprit rapidement le contrôle de ses émotions.
    "Je vois. Une compagnie intéressante, en effet. Qui sont les autres ? Mademoiselle, à qui ai-je l'honneur ?"
    Shareen recula d'un pas sous le regard scrutateur du gouverneur. Elle se sentait inexplicablement mal à l'aise, et ce fut Malek qui vint à son aide, se plaçant devant elle.

    "Ce n'est que ma servante. Rien qui puisse vous troubler." Il haussa les épaules. "Bien, partons-nous ? Je suis impatient de voir mon père"
    Mandonius secoua la tête, et son expression se durcit
    "Vous restez ici pour l'instant, Malek. Je vais faire prévenir le duc tout de suite et il viendra vous chercher. Vous êtes dans les ennuis jusqu'au cou, jeune homme. Je croyais que vous étiez à l'Académie, mais ce n'était visiblement pas le cas. J'espère que vous avez une bonne excuse. Je ne voudrais pas vous voir accusé de meurtre"
    Toute la superbe de Malek se dégonfla alors qu'il clignait des yeux, incrédule.
    "Quoi ? Que… Mandonius, je…"
    "Baron FroidVal, voulez-vous bien venir avec moi ? L'Empereur souhaiterait te rencontrer. Et on ne le fait pas attendre."
    Le Boucher resta un instant immobile. Son regard se posa sur les deux enfants, et pour la première fois, il parut hésiter. Lorsqu'il releva la tête, ses yeux étaient durs.
    "Très bien. Je suis moi aussi impatient de le rencontrer."
    Sa main se posa machinalement là où aurait dû se trouver son épée, sans la trouver. Il passa un pouce dans sa ceinture à la place, et suivit Mandonius hors de la pièce. La porte claqua. Shareen, Dani et Malek se retrouvèrent seuls.

    Le gouverneur examinait Rekk de la tête aux pieds, sans même prendre la peine de cacher son examen. Ses yeux brillaient de curiosité, alors qu'il cherchait les traces de blessure et tentait d'évaluer comment l'homme qui lui faisait face avait subi l'épreuve du temps.
    Rekk avait été une légende, un combattant d'exception, un guerrier formidable. Il s'était attiré la faveur du peuple en gagnant tous ses combats dans l'arène, et il s'était brutalement distingué durant les guerres koushites. Cette férocité, était-elle intacte ? Cette violence, était-elle toujours présente ? Et le corps était-il encore solide ? Mandonius sentait tous les jours les ravages de l'âge sur lui. De temps en temps, ses jambes lui faisaient mal, surtout en hiver. Il ne pouvait plus courir comme il le faisait autrefois, et les exercices d'escrime qu'il pratiquait de temps en temps pour garder la forme le laissaient désormais pantelant. Qu'en était-il de Rekk ?
    Si les rumeurs étaient exactes, il avait vaincu un géant d'au moins sept pieds de haut. Les gardes étaient tout excités en parlant de l'épée gigantesque qu'ils avaient ramassé sur le sol. Mandonius avait les pieds sur terre, et il pouvait d'emblée ignorer celles qui prétendaient que l'arme faisait six pieds de longueur. Mais, même ainsi, il semblait que le Boucher avait encore des réflexes… si le combat avait été loyal. Le gouverneur fronça les sourcils. Il y avait tant de choses qu'il voulait savoir, tant de choses importantes. Mais il ne pouvait se permettre de demander tout de suite. Cela risquait d'amener des complications. S'il y avait bien quelque chose dont Mandonius pouvait se passer en ce moment, c'était bien de complications. Non, il allait devoir attendre patiemment que le Faiseur de Veuves sorte de son entrevue avec l'Empereur, et ensuite seulement… peut-être une bouteille d'alcool fort serait nécessaire. Ou deux; dans les légendes, on prêtait à cet homme la constitution d'un démon.
    Le gouverneur resta ainsi apparemment perdu dans ses pensées jusqu'à ce qu'ils soient suffisamment éloignés de la pièce et de ses gardes. Seuls deux d'entre eux continuaient à suivre, sans aucun doute envoyés par Gundron pour surveiller ce qu'il se passait. Il hésita un instant à leur ordonner de décamper, mais cela voudrait dire une guerre d'autorité ouverte avec le borgne. Il n'était pas encore complètement sûr de ses appuis. Pas maintenant. Pas comme ça. Il allait falloir s'accomoder de la présence de ces espions.

    "Je n'ai pas eu l'occasion dans votre… cellule… de vous présenter mes hommages. Bienvenue, Baron FroidVal. Que l'Empereur illumine votre séjour"
    Rekk haussa un sourcil, surpris. Mandonius lui désigna les gardes, et le Boucher sourit.
    "Auprès de l'Empereur, l'homme trouve plaisir et repos" répondit-il rituellement, touchant brièvement son front de ses phalanges.
    "N'est-ce pas ? N'est-ce pas ? Mais oublions ces formalités. Ici, vous pouvez m'appeler Mandonius, et je vous appellerai Harrel. Cela vous convient-il, Baron ?"
    Le Boucher hocha la tête. Le message était on ne peut plus clair. Personne ne devait connaître sa véritable identité. Il grimaça. Ce n'était pas le genre de choses qu'on avait besoin de lui dire. Mais le visage du gouverneur s'éclaira d'un sourire contagieux, et Rekk serra les mâchoires pour s'empêcher de sourire en retour.
    "Il est bon de te revoir après toutes ces années… Harrel ! Tu n'as pas tellement changé, en trente ans ! Un peu d'embonpoint, peut-être ?"
    Rekk éclata finalement de rire. Le son était étrange, chez lui. Les rides qui rendaient son visage si terrifiant s'estompèrent pendant un instant.
    "C'est moi qui devrait te dire ça, Mandonius ! Tu as exactement le même visage qu'autrefois. Tu avais des cheveux bruns, la dernière fois que je t'ai vu mais, à part ça, tu m'as l'air en forme. Beaucoup d'exercice ?"
    "Pas autant que je voudrais" admit le gouverneur. "Je ne suis plus général depuis bientôt dix ans, et je n'ai pas connu de guerre depuis plus de vingt. Ca me rend mou." Il baissa la voix. "Son Excellence semble penser que mes talents sont mieux utilisés à diriger l'Empire qu'à l'étendre. Oh, et à veiller sur son gamin aussi."
    "Comment est-ce que je peux t'appeler, alors ? Quel titre honorifique ? Nourrice ?"
    "Gouverneur, si tu y tiens. Mais Mandonius suffira."
    "Mandonius, alors."

    Ils traversèrent plusieurs couloirs, le gouverneur ouvrant la marche. Pour Rekk, tout n'était qu'un labyrinthe de corridors, mais Mandonius semblait ne jamais hésiter. Le Boucher siffla entre ses dents devant l'amoncellement de richesse qu'ils dépassaient. Il y avait de nombreux tableaux aux cadres d'or, de riches tapis aux canevas finement brodés, des statuettes d'or et d'argent aux yeux de pierres précieuses, des vases incrustés d'émeraude, des armes de parade et d'exercice, des coffres de bois précieux. Rekk se sentait étrangement nerveux alors qu'il avançait sur la moquette épaisse. C'était l'absence de son épée, réalisa-t-il après quelques pas. Avec elle, il se serait senti en sûreté dans l'antre de la Mort. Sans elle, il avait l'impression d'être complètement nu. Ce fut un soulagement que de finalement arriver dans une aile du palais qu'il connaissait. Ici, le luxe était encore plus ostentatoire.
    "Nous ne sommes pas loin, si mes souvenirs sont exacts. Le bâtiment n'a pas tellement changé"
    Mandonius sourit par-dessus son épaule.
    "Tu as une excellente mémoire. Nous sommes presque arrivés."
    Il y avait une double porte devant eux, une porte de bronze renforcée par une lourde barre d'acier. Six gardes en arme étaient figés devant, leur lance pointant vers le plafond.
    "Gloire et honneur !" entonnèrent-ils alors que Mandonius approchait.
    "Gloire et honneur" répondit-il.
    "Gloire et honneur" marmonna Rekk.

    Deux des gardes ôtèrent la barre et lentement, très lentement, la porte s'ouvrit vers l'intérieur. Mandonius n'attendit pas qu'elle soit complètement écartée pour rentrer.
    " L'Empereur du Ponant, le Seigneur des Nations sous le Soleil, le Gardien des Trois Mers et le Commandeur des Peuples !" annonça-t-il d'une voix forte. "Gloire et honneur !"
    "Gloire et honneur" fit de nouveau Rekk, avançant dans la pièce. Un muscle jouait contre sa joue. Il n'avait pas passé plus d'une heure dans le palais et, déjà, l'étiquette à respecter lui devenait insupportable. C'était une bataille à laquelle il n'était pas habitué, et pour laquelle il ne pouvait reconnaître le terrain à l'avance.
    S'il l'avait fait, peut-être aurait-il été moins surpris par la personne qui lui faisait face, avachi sur le trône d'or et de lapis-lazuli, engoncé dans des robes de pourpre bien trop grandes pour lui.
    Il avait vaguement regardé les portraits de l'Empereur qui parsemaient les couloirs, mais toujours on le représentait chevauchant fièrement un destrier fougueux, l’épée au poing et le regard chargé d’orage, ou encore dressé fièrement contre les intempéries, une plume dans la main et le visage pénétré de sa propre sagesse.
    L’homme qui occupait le trône avait certes des yeux expressifs, mais il n'arrivait pas à l'imaginer monter sur un cheval cabré. Il avait la peau parcheminée, le visage fatigué. Les rides envahissaient son visage comme les sillons d'un laboureur. Il avait vieilli de manière précoce, cet empereur qui ne devait pas dépasser les quarante ans.

    Mandonius mit un genou en terre, mais Rekk resta debout. L'homme devant lui, d'une certaine manière, était responsable du sort de sa fille.
    "A genoux !" siffla Mandonius, tout d'un coup moins cordial. Sa voix était urgente. "A genoux !" Le boucher ne réagit pas.
    "Laisse, Mandonius, laisse. Je pense que le protocole a déjà été brisé plus que nécessaire. Quelle importance de le maintenir maintenant ?" L'empereur eut un sourire fatigué. "Vous vous faites vieux, Baron. Je m'en voudrais de vous faire plier le genou"
    "Je me sens suffisamment jeune"
    De nouveau, Mandonius roula des yeux devant le ton neutre du Boucher mais, cette fois-ci, il tint sa langue. L'Empereur parlait.
    "Oh ? Assez jeune pour pouvoir encore être habité par la colère et la vengeance, sans aucun doute."
    "Je vois que vous êtes au courant."
    "Oui, oui, oui. Une chose affreuse, la vengeance. Irrationnelle. Une étincelle apportée à des brindilles sèches. Je n'aime pas beaucoup les choses irrationnelles, Baron."
    "J'en suis désolé."
    Les yeux de l'Empereur étincelèrent, et un reste de son ancienne autorité s'y reflétèrent alors qu'il avançait sur le Banni.
    "Je l'espère bien, Baron. Ce qui est arrivé à votre fille est… est un regrettable accident. Nous sommes nombreux à le déplorer. Maître Semos s'en voulait terriblement de cette mort, bien qu'il n'y soit évidemment pour rien."
    "Nous verrons bien"
    Cette fois-ci, le sourire de l'Empereur glissa de côté.
    "Mandonius. Laisse-nous seul. J'ai à parler avec le Baron FroidVal." Le gouverneur ouvrit la bouche pour protester, mais le ton de Marcus se durcit. "Faut-il que je me répète ?"
    "Non, Votre Grâce"

    Tête baissée en signe de respect, le gouverneur marcha à reculons jusqu'à la porte, puis disparut dans le couloir. Les lourds battants se refermèrent. L'Empereur poussa un léger soupir, puis se retourna vers Rekk.
    "La décision ne vous appartient pas, Baron. C'est une chose de vous voir revenir dans la capitale, et je suis ravi, à titre personnel, de vous compter de nouveau parmi ses habitants. C'en est une autre de vous voir la mettre à feu et à sang pour une histoire, certes tragique, mais qui ne saurait tout excuser."
    "Votre Grâce" fit Rekk, le ton patient.
    "Je n'aime pas les débordements, Baron. J'aime que tout soit calme, bien rangé. Comme dans des coffres ou des petites boîtes. Vous voyez ? Je n'aime pas ce que je ne peux pas contrôler. Et vous êtes incontrôlable. Par conséquent, je ne vous aime pas"
    Rekk eut un sourire sans humour.
    "Peu de gens m'aiment, Votre Grâce."
    "Un homme ne saurait se substituer à la justice impériale. Retenez bien ça, Baron, car je ne vous le répéterai pas. Je crois savoir que la vraie raison de votre bannissement venait de cela, justement… votre propension à mélanger les genres. N'est-ce pas vous qui étiez Capitaine de la Garde de mon estimé père… jusqu'à ce que vous outrepassiez vos fonctions ?" Rekk ne répondit pas. La question était purement rhétorique. "Cependant… je peux comprendre ce que vous ressentez, Baron. L'amour d'un père pour ses enfants est quelque chose de magnifique. Je me demande comment je réagirais moi-même si mon fils venait à se faire tuer, bien qu'il ne soit qu'un bon à rien." Il haussa les épaules en un geste très peu impérail, puis retourna à pas lents vers son trône. Il s'assit lourdement. "Je ne suis pas omniscient, Baron. Vous le savez ?"
    Rekk hocha poliment la tête.
    "Personne ne l'est, Votre Grâce"
    "Exactement ! Et ce qui ne remonte pas à mes oreilles, Baron, je ne peux le sanctionner. S'il se trouvait que, par le plus grand des hasards, un ruffian du centre-ville était retrouvé mort dans les eaux du port, eh bien, la garde ne pousserait pas plus loin ses investigations."
    "Elle ne les a pas poussées pour ma fille" observa Rekk. "Visiblement, quelqu'un voulait étouffer cette affaire. Aucune nouvelle n'a filtré jusqu'à moi, et un assassin a été envoyé pour m'abattre avant que je le découvre. Je suis irrité. J'espère que tout cela n'était pas sur votre ordre."

    Le ton menaçant prit l'Empereur par surprise. Il recula d'un pas avant de se ressaisir. Les yeux du Boucher étaient deux puits sans fond sur un océan de violence, et Marcus était désagréablement conscient de l'éloignement de ses gardes. A quoi lui servait de commander les cent trente mille hommes qui constituaient l'armée de l'Empire si aucun n'était présent dans la pièce ? Bien entendu, il n'envisageait pas une seule seconde que Rekk puisse tenter quoi que ce soit contre lui. Pourtant, quelques gouttes de sueur perlaient à son front alors qu'il reprenait la parole, luttant pour garder une voix ferme.
    "J'ai entendu parler de... un assassin, vous dites ? Je n'en savais rien. Je vous assure." Il eut un sourire sans humour. "Vous connaissez la situation dans le nord. Je pense que vous pouvez me croire si je vous dis que vous m'êtes trop précieux pour mourir. Vous seul êtes capable de tenir cette armée hétéroclite de criminels et de la transformer en un bouclier valable."
    "Ne critiquez pas mes hommes" fit doucement Rekk, la douceur d'une épée sur le velours. De nouveau, l'Empereur frissonna. Il n'avait jamais rencontré Rekk en personne. Maintenant, il comprenait pourquoi son père se méfiait tellement de lui.
    "Je ne les critiquais nullement. Ah… quoi qu'il en soit, mon offre tient toujours. Des appartements seront préparés pour vous et vos… compagnons au palais. Non, inutile de me parler d'eux pour l'instant. Je n'ai plus beaucoup de temps à vous consacrer, et j'ai quelque chose d'important à discuter avec vous."

    Rekk eut un sourire torve.
    "Et la contrepartie ?"
    L'Empereur le regarda un instant, puis éclata de rire. C'était étrange, ce rire caverneux chez un homme aussi fluet, comme si une autre personne avait pris soudain possession du monarque.
    "Je savais que vous comprendriez tout seul. Oui, j'ai besoin de vous, Rekk. En échange de ma neutralité – non, de ma bienveillance – je veux votre épée"
    Il y eut un silence. L'Empereur se rassit, jouant nerveusement avec les plis de sa robe pourpre. Le hameçon était lancé, il ne restait plus qu'à savoir ce qu'il allait attraper. Si jamais le Boucher refusait, il allait falloir régler la question une fois pour toutes. Château Bertholdton avait besoin d'un homme à poigne mais, après tout, cela devait pouvoir se trouver ailleurs. Ce serait regrettable de se passer de Rekk, et il y aurait probablement une mutinerie à écraser, mais cela donnerait du travail aux troupes inexpérimentées de l'Empire. Ce ne serait pas un mal, finalement.
    "Que voulez-vous de moi ?"
    L'Empereur laissa fuser un discret soupir de soulagement. Amener Rekk à demander était le plus dur. Maintenant, il jouait sur du velours.
    "Vous étiez autrefois Capitaine de la Garde, n'est-ce pas ?"
    "Il y a trente ans de cela"
    "Les choses changent, en trente ans" admit Marcus. "Mais vous aviez un réseau d'informateurs à l'époque, n'est-ce pas ?" Il vit l'expression sur le visage du Boucher, et rit franchement. "Ne faites pas cette tête là. Tous les capitaines ont cultivé un réseau. Des contrebandiers, des voleurs, des marchands, des prostituées… de quoi se tenir informés"
    "Et si c'était vrai ?" fit Rekk, sur la défensive.

    L'Empereur resta silencieux un moment. Tout se jouait maintenant.
    "Je suis depuis deux ans la cible d'attaques de plus en plus dangereuses. Des hommes avec des arbalètes, des assassins armés de poignards, du poison dans ma nourriture… je suis de plus en plus prudent, mais c'est comme si ces rebelles connaissaient à l'avance mes moindres mouvements. J'ai survécu par miracle à plusieurs ambuscades." Il baissa la voix. "Quelqu'un me trahit, c'est certain. Un noble quelconque, une maison en mal de reconnaissance. Et Gundron semble totalement impuissant à les démasquer. Parfois, je me demande même si ce n'est pas lui qui les pilote." Il secoua la tête, éliminant cette idée ridicule. "Non, certainement pas. Mais le fait est qu'il est totalement inefficace contre cette menace. Et c'est là que vous rentrez en jeu"
    Rekk fronça les sourcils.
    "Je ne comprends pas."
    "Mais si, vous comprenez. Je veux que vous réorganisiez votre réseau, ou ce qu'il en reste. Je veux que vous meniez votre propre enquête, avec…" le nez de l'empereur se plissa de dégoût. "… avec les méthodes que vous jugerez appropriées. Vous avez carte blanche, mais je veux que vous trouviez les têtes de cette conspiration, et que vous me les rameniez. Sur un plateau."
    "Ce ne sera pas facile."
    "J'en suis conscient."
    "Ca risque de demander du temps."
    "Vous ferez de toute façon votre enquête pour votre fille. Rien ne vous empêche de mélanger les deux. Ah, agissez comme bon vous semble ! Mais essayez de rester discret, si jamais vous connaissez le sens de ce mot"

    Rekk foudroya l'empereur du regard mais, cette fois-ci, Marcus le soutint sans flancher. On ne devenait pas empereur sans apprendre à maîtriser ses angoisses.
    "On risque d'entraver mon action. Surtout si vos conspirateurs sont haut placés"
    "J'ai tout prévu. Prenez ce document" L'Empereur tendit un rouleau de parchemin soigneusement cacheté. "Il vous donne ma bénédiction pour toute action que vous puissiez entreprendre. Les gardes ne vous poseront aucun problème. Mais, je vous le répète, je vous demande la plus grande discrétion. Et ce morceau de papier représente exactement le contraire. Ne l'utilisez vraiment qu'en dernier ressort, si votre vie ou votre liberté est en jeu"
    Rekk n'écoutait déjà plus. D'un mouvement du pouce, il décacheta le parchemin et le laissa se dérouler. Il parcourut avec intérêt le document.
    "Ce que cet homme fait, il le fait par mon ordre et sous mon autorité."
    "N'en abusez pas, Baron. Je vous préviens. Je ne cautionnerai pas toutes vos utilisations, et vous le savez"
    Le Boucher rangea soigneusement le document. Ses yeux étincelaient.
    "Vous parliez de Gundron…".
    "Ne vous approchez pas de lui, Baron. Si jamais j'apprends que vous lui avez cherché des noises, je vous fais passer au fil de l'épée, je vous le jure. Il est hors de question que vous utilisiez mon document pour satisfaire votre vengeance. Nous sommes-nous bien compris ?" Une hésitation. Puis Rekk hocha la tête. "Parfait. Alors acceptez-vous mon offre ?"
    Rekk leva sa main contre son flanc et caressa lentement, presque langoureusement, la cicatrice déjà refermée que lui avait laissée l'assassin, à Bertholdton.
    "A une condition" fit-il.
    L'empereur soupira.
    "Quoi, encore ?"
    "Si Semos est impliqué, je veux sa tête."
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  2. #2
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    67
    Ahhh j'aime beaucoup ! Les "conspirations" politiques des uns et des autres se choquent et s'entremelent, les dialogues sont savoureux à souhaits, et les ambiances tendues tellement bien retranscrites, qu'elles nous traversent en nous laissant nous aussi tendus pendant la lecture.

    Le chapitre est d'autant plus interressant, car il y a beaucoup plus de personnages qui se croisent et s'entremellent, avant de succéder à la conversation empereur-Rekk (d'ailleurs très bien amenée).

    Pas beaucoup de critiques sur ce chapitre Là tu annonces clairement qui est le coupable du meurtre de Deria (pour ceux qui n'avaient pas encore compris ), et l'histoire ne peut que changer de dimension, car tu abandonnes toute la partie ou un "léger mystère pouvait planer quand au coupable" pour passer à la partie la plus intense du récit : "comment Rekk va savoir et surtout comment il va se venger ?"

    Vraiment bravo, les trois derniers chapitres, châpeau-bas

  3. #3
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    :happy: :hein: :happy: :hein: :happy: :hein: :happy: :hein:


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  4. #4
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Paris
    Messages
    723
    Originally posted by sahmaz@jeudi 29 janvier 2004, 10h08
    :happy: :hein: :happy: :hein: :happy: :hein: :happy: :hein:
    Hmm, mais encore ? :8:
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  5. #5
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    J'avais la flemme d'écrire. Mais bon, puisque tu insistes.
    Ma partie préférée est la 2e moitié (Rekk et Mando et Marcus). La confrontation avec Marcus est vraiment bien. On voit clair dans l'histoire mais ! Juste une question que je pose en ayant en tête la version originale du roman : Marcus n'a donc rien prévu pour contrôler un minimum Rekk ? Je trouve cela... un peu léger pour un empereur versé dans les intrigues et qui sait que sa place ne tient que par des leviers qu'il peut détenir sur ses adversaires. Ici, il n'a aucun levier. Tuer Rekk est une menace faible pour un homme confronté depuis longtemps à la mort. L'erreur de jugement de Marcus est un peu trop grosse. Il lui donne en plus un blanc seing qui l'impliquerait directement en cas de bévue. Un peu comme si l'empereur précipitait sa propre chute...
    J'ai moins aimé la 1ere moitié. Mando est trop vite révélé. On découvre en 2 chapitres sur lui plus que sur Gundron ou le Prince. Or, ce devrait être l'inverse. Mando gagnerait à être plus flou, toujours naviguant à la limite entre loyauté et intrigue, entre droiture et coup tordu, entre froideur et chaleur.
    L'arrivée de Gundron, en personne, est un peu bizarre. Pourquoi panique-t-il ? Pourquoi cet empressement ? Est-il vraiment surpris ? Ne risque-t-il pas de révéler à Mando qu'il pourrait avoir tout fait pour empêcher l'arrivée de Rekk, jusqu'à compromettre Semos ?
    Enfin, l'attitude de Malek est... particulière devant Mando. Il se conduit en jeune coq devant cet homme qu'il admire. Dani est un peu trop caricaturale en femme du bas peuple devant l'aristocrate. Mando est apprécié par le peuple, non ?


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  6. #6
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Paris
    Messages
    723
    Merci beaucoup pour tes encouragements, Calaquendi ! C'est vrai que je suis assez content d'avoir pu insuffler un peu de viguer dans les intrigues politiques, qui étaient vraiment réduites à la portion congrue dans la première version. D'un autre côté, c'est quand même une histoire de vengeance et d'hémoglobine, hein, et pas une retranscription medfan des Rois Maudits


    Là tu annonces clairement qui est le coupable du meurtre de Deria (pour ceux qui n'avaient pas encore compris
    Où ça ? :8:

    Sehmaz, évidemment que j'insiste pour avoir tes commentaires, et j'ai bien fait puisque tu m'as fait plusieurs critiques intéressantes ! Alors que ton premier message laissait à croire que tu étais soufflé devant l'habileté du chapitre, sisi, et totalement en admiration devant la plume légère et formidable qui l'avait créé (ahem) :notme:

    Tu trouves vraiment qu'on cerne Mandonius trop facilement ? Je n'avais pas l'impression d'en révéler beaucoup, mais peut-être que les mots ont dépassé ma volonté. Pour Malek, je n'ai effectivement pas pris en compte le fait qu'il devait bien connaître Mandonius, de par sa noblesse. En même temps, il n'appartient qu'à une maison mineure. Je ne sais pas, faudra que je retravaille.

    Cette histoire de blanc-seing me gêne aussi un peu, mais il devra être utilisé pour parvenir à Semos. Peut-être autrement alors ? Le roi l'autorise à le provoquer en duel ? J'imagine bien Rekk demander un duel au premier sang pour satisfaire son honneur, et le roi accepter en croyant qu'il sauve Semos ainsi. Hmm, oui, plus j'y pense, plus ça me paraît une piste à explorer.

    Dani... c'est Dani. Le jour où elle montrera du respect pour quelqu'un... :rigoler:
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  7. #7
    Helnea Invités
    Détails :

    - Et tout était à l'avenant.

    Tout était avenant non ?

    - Du moins le faisiat-elle en silence

    faisait

    - Il se tendit mais, lentement, ses épaules s'affaissèrent. Shareen lui murmura quelques mots à l'oreille, comme une berceuse. Il ne se dégagea pas, les yeux mi-clos.

    Suis curieuse de savoir ce qu’elle lui dit

    - La description de Mandonius arrive un peu comme un cheveu sur la soupe, je pense qu’il faudrait la mettre soit beaucoup plus tôt, soit insister sur le point de vu de Shareen qui le voit pour la première fois.

    - Rekk fronça les sourcils, viisblement surpris

    Faute de frappe

    - Aucune nouvelle n'a filtré jusqu'à moi, et un assassin a été envoyé pour m'abattre avant que je le découvre.

    Me semblait que c’était six assassins, le pluriel m’aurait semblé plus approprié

    - Le hameçon était lancé

    L’hameçon non ?

    Général :

    Pauvre Mandonius, il subit la Mais c’est de bonne guerre vu ce qu’il fait subir à Gundron dans le chapitre précédant
    Très bon chapitre, on se demande juste ce qu’il se passe dans la cellule pares le départ de Rekk. Mandonius annonce que c’est le père de Malek qui va venir le chercher, mais pour avoir lu la suite, ce n’est pas crédible (la discussion entre Malek et son père au moment du banquet devrait avoir lieu à la sortie de la cellule)

  8. #8
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Paris
    Messages
    723
    Originally posted by Helnea@lundi 09 février 2004, 17h58


    - Et tout était à l'avenant.

    Tout était avenant non ?
    Non, l'expression est bien "tout était à l'avenant", qui signifie que tout suivait le même ordre d'idée

    Pour l'histoire de Malek, bien vu ! Je n'avais pas fait attention, mais tu as tout à fait raison.
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

Discussions similaires

  1. [BGT] Jaheira n'a jamais été aussi ennuyeuse
    Par abellio dans le forum Baldur's Gate Reloaded : les mods TUTU et Baldur's Gate Trilogy
    Réponses: 7
    Dernier message: 18/04/2007, 19h47
  2. Le jardin de la Main, la quête d'Emmerich
    Par Rendar'Hearmelis L'ombre dans le forum La Taverne du Berceau de l'Hiver (Icewind Dale 1)
    Réponses: 5
    Dernier message: 23/05/2006, 11h51
  3. A quand un aussi bon jeu?
    Par Khelben dans le forum Le Comptoir d'Amn
    Réponses: 28
    Dernier message: 03/05/2006, 17h03
  4. Chapitre XIII tout nouveau
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 5
    Dernier message: 25/01/2005, 11h06

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236