Dans les Lointaines Contrées de Toril, une page est en passe d'être tournée : après des mois de combats acharnés, la Guerre des Plaines Brûlantes, qui a vu s'opposer les trois cités de notre RP, touche à son terme, et sa conclusion qui ne satisfait guère les belligérants va être l'occasion d'introduire de nombreuses nouveautés au sein de nos villes. Autant d'opportunité, pour ceux qui le souhaitent, de nous rejoindre pour participer à l'aventure !

Voici un petit résumé de cet événement majeur.

La Guerre des Plaines Brûlantes
(Automne 1383 - Printemps 1384)



En 1383, après une brève période d’accalmie, les relations entre Manost et Melandis se tendent à nouveau, comme tant de fois par le passé. Un énième bouleversement à la tête de l’Empire mélandien entraîne le renversement de son Conseil, l’instauration d’un nouveau régime sous l’égide de Swaren sar Venuma, fils de l’impératrice disparue, et le choix de Cyric, honni des Manostiens, comme divinité tutélaire. Dès lors, la situation va de mal en pis : les accords commerciaux signés depuis environ un an entre les deux cités sont rompus, les incidents se multiplient à la frontière… Bref, tout le monde en est convaincu : entre les puissances continentales, la guerre est imminente.

À l’automne, Ravestha, Grand Émissaire de Helm et guide spirituel de Manost, décide de devancer l’inéluctable : ainsi débute un conflit désormais connu dans les annales sous le nom de "Guerre des Plaines Brûlantes". L'affrontement s'annonce équilibré, chacun des deux partis disposant de forces conséquentes. Toutefois, un événement imprévisible change drastiquement la donne : Helm meurt, privant subitement de tout pouvoir ses clercs et ses paladins, dont la place était prépondérante au sein de l’armée manostienne, et semant la désorganisation dans la ville. Voilà une situation dont l’ennemi ne tarde pas à profiter : partout, les Mélandiens progressent, remportant victoire sur victoire.

Consciente de l’imminence d’une irréversible catastrophe, Manost tente de se ressaisir, mobilisant jusqu’aux dernières de ses forces et sollicitant le soutien de Luménis, capitale de l’île voisine d’Helonna. Peu désireux de voir l’empire du mal régner sans partage sur le continent tout proche, la cité répond à l’appel, mobilisant son importante flotte et dépêchant à terre un corps expéditionnaire.

Le sursaut manostien, l’intervention luménienne et des erreurs stratégiques commises par Swaren sar Venuma, trop téméraire, infléchissent le cours et l’issue de la guerre. Certes, les Melandiens en sortent vainqueurs, mais c’est une victoire étriquée, bien loin du triomphe promis, et ce que l’on envisage comme un semi-échec provoque troubles et tensions dans l’empire, obligeant son dirigeant, dont l’autorité est contesté, à d’importantes réformes. Quant à Manost, si elle n’est pas anéantie, si elle préserve globalement son intégrité territoriale, il lui faut néanmoins payer de lourdes indemnités de guerre qui grèvent ses finances déjà bien malmenées, sans compter le rude coup que la défaite porte à l’orgueil national. Quant à ses alliés luméniens, ils sont remerciés de leur intervention par la cession d’un îlot situé sur la côte est de Dorrandin, petit mais des plus stratégiquement situé, dont les deux puissances continentales se disputaient jusqu’ici la souveraineté.